BILL GATES, Frankeinstein le débile mental

Bill Gates veut vacciner le Monde entier

Le danger de la vaccination, le mythe du vaccin, les vaccins antigrippaux sont-ils efficaces ?

Bill Gates veut vacciner le Monde entier

Par David Lifschultz

Le Danger de la Vaccination Obligatoire !
 Nous avons ici une interview étonnante de Bill Gates qui admet en gros l’évidence que le vaccin contre la grippe ne fonctionne pas sur les personnes âgées.Tout ce que nous avons entendu à propos de ce vaccin, c’est qu’il était nécessaire de vacciner les personnes âgées car elles sont les plus sensibles aux dangers de la grippe qui a tué plus de 60.000 personnes il y a quelques années.Aujourd’hui, M. Gates admet que ce vaccin ne fonctionne pas.Voir la note de bas de page 3 pour sa récente interview. Il est intéressant de constater que nous l’avons prouvé par des graphiques dans notre dernier rapport, il y a une semaine. Le Dr. Fauci admet maintenant que le nombre de personnes susceptibles de mourir du coronavirus est d’environ 60.000.Aujourd’hui, les États-Unis ont connu le même nombre de décès que la grippe il y a quelques années et se dirigent vers un taux de chômage de 50 %, comme l’Allemagne en 1933.Il échappe à tous les commentateurs l’effet qu’un chômage de 50% aura sur le système politique des États-Unis, bien que nous ayons l’expérience de la Révolution française de 1789, de la Révolution russe de 1917 et de la Révolution allemande de 1933.Nous disposons des meilleures statistiques sur la révolution allemande, où le taux de chômage était de 50 % en 1933.Il convient de noter que les rapports sur les pénuries alimentaires des révolutions française et russe ont contribué au renversement des gouvernements et que Nouriel Roubeni a mis en garde contre d’éventuelles pénuries alimentaires aux États-Unis. (M. Roubeni a été conseiller auprès du Fonds monétaire international (FMI), de la Réserve fédérale, de la Banque mondiale et de la Banque d’Israël. Pendant l’administration du président Bill Clinton, il a été économiste principal pour le Conseil des conseillers économiques, puis a rejoint le département du Trésor des États-Unis en tant que conseiller principal de Timothy Geithner, qui était secrétaire au Trésor sous Barack Obama).La logique de l’acceptation de ces risques nous échappe sauf que M. Gates veut imposer la vaccination universelle au monde entier en une seule fois comme indiqué dans la note de bas de page 3.Cela signifie que le monde entier sera empoisonné par ses vaccins qu’il a beaucoup investi dans leurs fabricants, et que si vous n’avez pas de vaccin, vous ne pouvez pas conduire une voiture, avoir un emploi, ou faire à peu près n’importe quoi mais être confiné à votre maison selon le brave nouveau monde de M. Gates.Je n’ai jamais été exposé à ce genre de choses, sauf lorsque j’ai été obligé, au lycée, de lire le “Brave New World” d’Aldous Huxley.Et M. Gates souhaite une indemnisation mondiale, comme aux États-Unis, si des poursuites étaient engagées contre les fabricants de médicaments de son portefeuille lorsque les personnes qui reçoivent ses vaccins groupés deviennent des enfants autistes.L’augmentation de l’autisme a augmenté en parallèle avec l’augmentation des vaccins en grande quantité pour les enfants occidentaux. 

Dans l’interview ci-dessous, Larry Ellison nous raconte la fraude dont Bill Gates a été victime chez Microsoft, où il a volé toutes les inventions qui sont entrées dans Windows et n’a jamais rien créé d’original.Le “système” l’a trouvé si arrogant qu’ils ont dû le licencier de Microsoft, ce qui a nécessité le dépôt d’une énorme plainte antitrust dont le but était de démanteler Microsoft afin qu’il y ait de la concurrence plutôt que le monopole de Gates.Gates a été contraint de partir en échange du maintien du tact avec Microsoft.Nous en avions assez de lui.Et maintenant, nous avons à nouveau un problème avec lui.

Note de bas de page n° 5 : Le Mythe du Vaccin !
Lorsque vous lisez les articles ci-dessous, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous rappeler les paroles de George Bernard Shaw, selon lesquelles il ne voit aucune raison de faire confiance aux médecins, pas plus qu’aux politiciens.
Robert F Kennedy Jr. expose le programme de Bill Gates’ en matière de Vaccins dans un rapport cinglant !
Alors que Bill Gates veut faire une nouvelle fortune avec ses investissements dans les fabricants de vaccins tout en remplissant le monde de bébés autistes, les Italiens travaillent sur des antidotes au virus Coronavirus ci-dessous.Les vaccins ne fonctionnent pas, comme le démontre l’article de la note de bas de page n°2.L’estimation est une augmentation de 15 % des cas d’autisme par rapport au taux de 1 sur 68 en 2010, de 86 % par rapport au taux de 1 sur 110 en 2006 et de 154 % par rapport au taux de 1 sur 150 en 2000, en corrélation directe avec l’augmentation de l’utilisation et de la quantité de vaccins injectés aux enfants.Dans la première note de bas de page, nous montrons les graphiques sur l’échec des vaccins à réaliser autre chose que des profits pour les grandes entreprises pharmaceutiques.Gates est un monstre moral qui a détruit Netscape parce que leur navigateur était supérieur et pensait que ses gains mal acquis faisaient de lui le roi du monde.En fait, sa mère, Mary Gates, l’a fait deux fois.Tout d’abord, elle l’a mis au monde, puis son ami proche, John Akers, PDG d’IBM, assis à côté d’elle à United Way, lui a fait la faveur d’accorder à sa mère le contrat du siècle en lui permettant d’utiliser IBM comme base pour lancer sa technologie même sur les propres concurrents d’IBM. Microsoft domine aujourd’hui un IBM en ruine.L’arrogance de Gates était trop grande pour le “système” qui l’a licencié en lançant un procès antitrust contre Microsoft.Le visage de Gates ressemble à “The Picture of Dorian Gray” et ce n’est pas étonnant avec des amis comme Jeffrey Epstein. 

Au manoir de Manhattan de Jeffrey Epstein en 2011, de gauche à droite : James E. Staley, alors cadre supérieur de JPMorgan ; l’ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers ; M. Epstein ; Bill Gates, co-fondateur de Microsoft ; et Boris Nikolic, qui était le conseiller scientifique de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Le gouvernement italien aurait échoué dans ses négociations avec l’UE sur l’aide aux Coronavirus.Ce n’est pas surprenant quand on voit à quel point l’Italie a subi des dommages lors de son adhésion à l’UE, qui a vu ses industries manufacturières détruites par le change de la lire contre l’euro qui a été truqué en faveur de l’Allemagne, permettant à celle-ci de détruire toutes les industries italiennes et celles du sud de l’Europe.C’est pourquoi l’Italie et la Grèce, ainsi que les autres, sont asservies par la dette.Je cite une analyse de ce que l’Italie a gagné en adhérant à l’UE ou à l’Euroland : “Pour une WV vendue en Italie, nous vendions six FIAT en Allemagne ; pour une Renault vendue en Italie, nous vendions sept FIAT en France ; et pour une Volvo vendue en Italie, nous vendions neuf FIAT en Suède.Aujourd’hui, c’est tout à fait l’inverse.Ainsi, puisque l’Évangile dit que “la qualité d’un arbre est visible à partir de ses fruits”, il est si facile de dire que cette Union européenne est un poison pour l’Italie”. Bravo ! Ainsi, l’Allemagne exporte maintenant 50 % de son PIB.Eh bien, ils vont être surpris de perdre l’accès à tous leurs marchés d’exportation.Ce sera leur récompense pour leur BND qui a mis en place dans les années 1990 un conflit religieux à la Yougoslavie, à la manière des Sudètes, pour détruire cette nation en liant 22 divisions allemandes dont ils avaient besoin à Moscou en 1941.Le BND a également mis en place les faux massacres du Kosovo qui ont conduit au bombardement par l’OTAN de l’infrastructure de Tito à Belgrade pendant 78 jours contre les bombardements allemands de Hitler en punition de la Yougoslavie en 1941 pendant deux jours.Pour couronner le tout, l’OTAN a testé ses missiles de précision sur l’ambassade de Chine.

L’opération Retribution (en allemand : Unternehmen Strafgericht), également connue sous le nom d’opération Punition, est le bombardement allemand d’avril 1941 de Belgrade, la capitale de la Yougoslavie, en représailles du coup d’État qui a renversé le gouvernement signataire du Pacte tripartite.Quelle gentillesse l’Allemagne a-t-elle témoigné à l’Italie pour s’être rangée à ses côtés pendant la Seconde Guerre mondiale ?Absolument aucune.Quelle gentillesse l’Allemagne a-t-elle montré à la Russie lorsque celle-ci lui a rendu l’Allemagne de l’Est ?Absolument aucune, à part des sanctions.Mais l’Allemagne ne veut pas comprendre que la même raison pour laquelle elle a perdu la Seconde Guerre mondiale existe toujours.Ils n’ont pas de pétrole et la Russie, l’Iran et la Chine contrôlent la moitié de la production mondiale de pétrole : La Russie 11 millions de barils par jour, les anciennes provinces d’Asie centrale contrôlées par la Russie (les stans) 14 millions de barils.L’Iran, leur allié, peut fermer 22 millions de barils au niveau du détroit d’Ormuz.Et la Chine a une production d’environ 4 millions de barils par jour. Cela représente 51 millions de barils par jour sur les 100 millions de barils qui sortent du sol.Et pourtant, ils sanctionnent la Russie pour le coup d’État de Kiev en Ukraine que les Allemands ont mis en place pour entraîner la Russie dans une guerre partisane en Ukraine comme en Afghanistan.Maintenant, que se passe-t-il si la Russie s’en prend à la Biélorussie et à l’Ukraine et aux stans ?Et la Chine sur Taïwan ?Et que la Turquie s’apprête à reprendre l’empire ottoman où se trouve tout le pétrole dans les États du Golfe. Disons que tout cela se produit en même temps. Les États-Unis peuvent-ils faire face à 100 millions de soldats chinois et aux systèmes de missiles les plus redoutables du monde en Russie, offensifs et défensifs, où le S-600 russe peut sceller l’espace aérien de la Chine contre les États-Unis, même s’il est basé en Russie, il est si avancé.L’équilibre des pouvoirs s’est déplacé au détriment des États-Unis, alors que cette nation commet un harakari économique en fermant toute son économie.Cela ouvre d’énormes possibilités aux nations contre lesquelles les États-Unis appliquent leurs sanctions. 

Note de bas de page n° 6 : Les Vaccins Anti-Grippaux sont-ils efficaces ?
La justification la plus populaire de l’utilisation des vaccins est l’allégation selon laquelle les vaccins Salk et Sabine ont éradiqué la polio, mais les preuves statistiques démontrent que la maladie était en déclin avant l’introduction de ces vaccins et elles ne peuvent pas démontrer de manière concluante qu’ils ont eu un effet quelconque sur l’éradication de la maladie qui était de toute façon en train de disparaître.

 

Le graphique suivant présente la grippe pendant la période d’inoculation massive de vaccins à la population générale aux États-Unis, ce qui montre que les vaccins n’ont eu aucun effet.
 

* Les estimations pour les saisons 2017-2018 et 2018-2019 sont préliminaires et peuvent changer au fur et à mesure que les données sont finalisées.
 Il y aura maintenant une course effrénée pour un vaccin contre le coronavirus de la part des grandes entreprises pharmaceutiques, qui peuvent en tirer des milliards de dollars, mais la question qui se pose est de savoir si nos pauvres enfants, qui sont maintenant soumis à un grand nombre de vaccins, seront atteints d’autisme et d’autres maladies, comme le dit le célèbre Dr Andrew Wakefield, bien qu’on ne puisse sans doute jamais dire que l’injection de tous ces poisons peut être bonne pour la santé des enfants.Nous craignons que l’hystérie qui entoure le Coronavirus ne favorise l’adoption de lois soutenant des vaccinations obligatoires qui ne peuvent être bénéfiques et peuvent être positivement dangereuses. “Actuellement, les personnes intelligentes ne font pas vacciner leurs enfants, et la loi ne les y oblige pas non plus.Le résultat n’est pas, comme le prophétisaient les Jenneriens, l’extermination de la race humaine par la variole ; au contraire, la vaccination tue aujourd’hui plus de gens que la variole”. 

– George Bernard Shaw
 Notez ci-dessous pour Coronavirus une perspective.Où est le tollé mondial ? Plus d’un million d’adultes et d’enfants meurent chaque année du VIH/sida rien qu’en Afrique.En 2011, 1,7 million de personnes dans le monde sont mortes du sida.Depuis l’épidémie de VIH/sida, plus de 75 millions de personnes ont contracté la maladie, et plus de 36 millions sont mortes d’une cause liée au VIH.Le VIH/sida est un problème de santé publique majeur et une cause de décès dans de nombreuses régions d’Afrique.Bien que le continent abrite environ 15,2 % de la population mondiale, plus des deux tiers du total des personnes infectées dans le monde – quelque 35 millions de personnes – étaient des Africains, dont 15 millions sont déjà décédés. 


Note de bas de page 6a : Pouvons-nous faire confiance à l’OMS ?
Can We Trust the WHO?

Note de bas de page 7 :
https://www.theepochtimes.com/bill-gates-flu-vaccine-isnt-effective-in-the-elderly-covid-19-vaccine-will-have-to-be-different_3307951.html
 Bill Gates : Le vaccin contre la grippe n’est pas efficace chez les personnes âgées, le vaccin COVID-19 devra être différent !  


Le vaccin contre la grippe “n’est pas si efficace” chez les personnes âgées, donc les vaccins pour COVID-19 devront être différents, selon Bill Gates.
 “L’efficacité des vaccins chez les personnes âgées est toujours un énorme défi.Il s’avère que le vaccin contre la grippe n’est pas si efficace chez les personnes âgées.La plupart des avantages proviennent du fait que les jeunes ne le répandent pas parce qu’ils sont vaccinés, ce qui profite aux personnes âgées sur une base communautaire”, a déclaré Bill Gates lors d’une interview à CNBC.

“Ici, nous avons clairement besoin d’un vaccin qui fonctionne dans la tranche d’âge supérieure, car ce sont eux qui sont les plus exposés à ce risque”.
Les chercheurs travaillent à la création d’un vaccin qui “fonctionne chez les personnes âgées” mais qui n’a pas d’effets secondaires, a ajouté M. Gates.La plupart des vaccins en cours de création devraient être disponibles l’année prochaine s’ils passent avec succès toute une série de tests.Il est possible que ceux qui utilisent l’ARN messager, une plateforme génétique, soient prêts plus tôt que les autres.  

Une seringue contenant le premier vaccin administré lors de la première phase de l’étude de sécurité d’un éventuel vaccin contre COVID-19, la maladie causée par le virus CCP, repose sur une table à l’Institut de recherche sur la santé Kaiser Permanente Washington à Seattle, le 16 mars 2020. (Ted S. Warren/AP Photo)  Les chercheurs veulent être prudents car ils s’attendent à ce que le vaccin soit injecté à des personnes de toutes les tranches d’âge, y compris les femmes enceintes, les personnes sous-alimentées et les personnes souffrant de comorbidités ou de problèmes de santé sous-jacents, a déclaré M. Gates au CNBC.Compte tenu de l’adoption généralisée prévue, “c’est très, très difficile, et la décision de dire “Allons donner ce vaccin au monde entier”, a déclaré M. Gates.”Les gouvernements devront s’impliquer car il y aura un certain risque et une indemnisation nécessaire avant que l’on puisse prendre une décision à ce sujet”.M. Gates semble faire référence en partie au Programme national d’indemnisation des victimes de vaccins, qui a été créé pour dégager en grande partie les fabricants de vaccins de toute responsabilité en cas de blessures ou de décès liés aux vaccins.Le programme sans faute verse des indemnités aux personnes qui peuvent prouver qu’elles ou les personnes dont elles s’occupent ont été blessées ou tuées par des vaccins.

M. Gates, fondateur de Microsoft et de la fondation à but non lucratif Bill & Melinda Gates, finance sept efforts différents pour développer des vaccins.”Parce que notre fondation a une expertise si approfondie des maladies infectieuses, nous avons pensé à l’épidémie, nous avons financé certaines choses pour être mieux préparés, comme un effort de vaccination. Notre financement précoce peut accélérer les choses”, a-t-il déclaré lors d’une apparition sur “The Daily Show” le 2 avril.  

Le 25 mars 2020, le personnel médical d’un hôpital de Hambourg, en Allemagne, reçoit le mode d’emploi d’un ventilateur. (Axel Heimken/Pool Photo via AP)


“Même si nous finirons par en choisir au maximum deux, nous allons financer des usines pour les sept, afin de ne pas perdre de temps à dire en série “OK, quel vaccin fonctionne ?” et à construire ensuite l’usine.
Sans vaccin, les gens ne peuvent pas être complètement à l’abri du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, a déclaré M. Gates au PBS cette semaine.
“Le vaccin est essentiel, car tant que vous ne l’aurez pas, les choses ne seront pas vraiment normales. Ils peuvent s’ouvrir dans une certaine mesure, mais le risque de rebond sera présent jusqu’à ce que nous ayons une vaccination très large”, a-t-il dit.
Une fois qu’un vaccin est développé, il doit être bon marché, a déclaré Melinda Gates, l’épouse de M. Gates, à Business Insider.
“Nous devons nous assurer que le vaccin est très bon marché et qu’il existe un fonds pour l’acheter pour tout le monde, que vous soyez dans un pays à faible, moyen ou haut revenu”, a-t-elle déclaré.
Les travailleurs de la santé devraient se faire vacciner en premier, puis les personnes appartenant à des groupes à haut risque, comme les personnes souffrant de maladies sous-jacentes.
  David Lifschultz Organisation : david@lifschultzorganization.com

ARTICLES RÉCENTS

Robert F Kennedy Jr. Exposes Bill Gates’ Vaccine Agenda In Scathing Report

HOMEFINANCIAL NEWS  ROBERT F KENNEDY JR. EXPOSES BILL GATES’ VACCINE AGENDA IN SCATHING REPORT2020-04-13BY FINANZ.DK

Via Zerohedge 

Authored by Robert F. Kennedy Jr., Chairman, Children’s Health Defense,

Vaccines, for Bill Gates, are a strategic philanthropy that feed his many vaccine-related businesses (including Microsoft’s ambition to control a global vaccination ID enterprise) and give him dictatorial control of global health policy.

Gates obsession with vaccines seems to be fueled by a conviction to save the world with technology.

Promising his share of $450 million of $1.2 billion to eradicate Polio, Gates took control of India’s National Technical Advisory Group on Immunization (NTAGI) which mandated up to 50 doses (Table 1) of polio vaccines through overlapping immunization programs to children before the age of five. Indian doctors blame the Gates campaign for a devastating non-polio acute flaccid paralysis (NPAFP) epidemic that paralyzed 490,000 children beyond expected rates between 2000 and 2017. In 2017, the Indian government dialed back Gates’ vaccine regimen and asked Gates and his vaccine policies to leave India. NPAFP rates dropped precipitously.

In 2017, the World Health Organization (WHO) reluctantly admitted that the global explosion in polio is predominantly vaccine strainThe most frightening epidemics in Congo, Afghanistan, and the Philippines, are all linked to vaccines. In fact, by 2018, 70% of global polio cases were vaccine strain.

[ZH: The CDC has a large financial interest in pushing untested vaccines on the public and WHO is even more under the control of Big Pharma. The organization is corrupt beyond the meaning of the word. “The WHO is a sock puppet for the pharmaceutical industry.” — Robert F. Kennedy Jr.]

https://youtube.com/watch?v=5CfLDXpC324%3Fwmode%3Dopaque

During Gates’ 2002 MenAfriVac campaign in Sub-Saharan Africa, Gates’ operatives forcibly vaccinated thousands of African children against meningitis. Approximately 50 of the 500 children vaccinated developed paralysis.READ ALSO  20 Inmates And Accomplices Charged In COVID-19 Unemployment Fraud

South African newspapers complained, “We are guinea pigs for the drug makers.” Nelson Mandela’s former Senior Economist, Professor Patrick Bond, describes Gates’ philanthropic practices as “ruthless and immoral.”

In 2010, the Gates Foundation funded a phase 3 trial of GSK’s experimental malaria vaccine, killing 151 African infants and causing serious adverse effects including paralysis, seizure, and febrile convulsions to 1,048 of the 5,949 children.

In 2010, Gates committed $10 billion to the WHO saying, “We must make this the decade of vaccines.” 

A month later, Gates said in a Ted Talk that new vaccines “could reduce population”.

In 2014, Kenya’s Catholic Doctors Association accused the WHO of chemically sterilizing millions of unwilling Kenyan women with a  “tetanus” vaccine campaign. Independent labs found a sterility formula in every vaccine tested. After denying the charges, WHO finally admitted it had been developing the sterility vaccines for over a decade.  Similar accusations came from Tanzania, Nicaragua, Mexico, and the Philippines.

In 2014, the Gates Foundation funded tests of experimental HPV vaccines, developed by Glaxo Smith Kline (GSK) and Merck, on 23,000 young girls in remote Indian provinces. Approximately 1,200 suffered severe side effects, including autoimmune and fertility disorders. Seven died. Indian government investigations charged that Gates-funded researchers committed pervasive ethical violations: pressuring vulnerable village girls into the trial, bullying parents, forging consent forms, and refusing medical care to the injured girls. The case is now in the country’s Supreme Court.

A 2017 study (Morgenson et. al. 2017) showed that WHO’s popular DTP vaccine is killing more African children than the diseases it prevents. DTP-vaccinated girls suffered 10x the death rate of children who had not yet received the vaccine. WHO has refused to recall the lethal vaccine which it forces upon tens of millions of African children annually.READ ALSO  Andrew Cuomo says New York officials will do separate vaccine review

Global public health advocates around the world accuse Gates of steering WHO’s agenda away from the projects that are proven to curb infectious diseases: clean water, hygiene, nutrition, and economic development. 

The Gates Foundation only spends about $650 million of its $5 billion dollar budget on these areas. 

They say he has diverted agency resources to serve his personal philosophy that good health only comes in a syringe.

In addition to using his philanthropy to control WHO, UNICEF, GAVI, and PATH, Gates funds a private pharmaceutical company that manufactures vaccines, and additionally is donating $50 million to 12 pharmaceutical companies to speed up development of a coronavirus vaccine.

In his recent media appearances, Gates appears confident that the Covid-19 crisis will now give him the opportunity to force his dictatorial vaccine programs on American children.

  • 1Shares

Le monde médical est tombé dans tous les travers…
c’est un grand malade à euthanasier !

Cette ordure, tout comme Pasteur
ne fait pas vacciner ses enfants !

L’ONU obligée d’admettre que le vaccin financé par les Gates est à l’origine d’une épidémie de polio en Afrique

Des responsables de la santé administrent le vaccin contre la polio à des enfants dans le camp de réfugiés de Maiduguri, au Nigeria, le 28 août 2016 (AP Photo/Sunday Alamba)

Des responsables de la santé administrent le vaccin contre la polio à des enfants dans le camp de réfugiés de Maiduguri, au Nigeria, le 28 août 2016 (AP Photo/Sunday Alamba)Ce devrait être l’un des plus grands scandales en matière de santé publique, mais il n’a pas reçu beaucoup d’attention – principalement en raison de la nature très médiatisée des personnes et des organisations impliquées.Les Nations unies ont été obligées d’admettre qu’une initiative internationale majeure en matière de vaccins est en fait à l’origine de l’apparition de la maladie qu’elle était censée éradiquer.Alors que des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se vantent régulièrement d’avoir soi-disant « éradiqué la polio » grâce aux vaccins, il semble que ce soit le contraire qui se produise. Leur campagne de plusieurs décennies visant à éradiquer la polio tue aujourd’hui des dizaines de jeunes innocents vivant dans les pays pauvres. Il semble maintenant que les responsables de la santé commencent à admettre que leur plan pour mettre fin à la polio « sauvage » se retourne contre eux, car de nombreux enfants sont paralysés par une souche mortelle de l’agent pathogène dérivé d’un vaccin actif, ce qui provoque la propagation d’une polio virulente.Cette dernière pandémie d’origine pharmaceutique a éclaté dans les pays africains du Tchad et du Soudan, et le coupable a été identifié : un virus de la polio de type 2 dérivé d’un vaccin. Les autorités craignent désormais que cette nouvelle souche dangereuse ne « saute les continents » et ne provoque d’autres épidémies mortelles dans le monde entier.Aussi choquant que cela puisse paraître, cette débâcle de Big Pharma n’est pas nouvelle. Après avoir dépensé quelque 16 milliards de dollars sur 30 ans pour éradiquer la polio, les organismes de santé internationaux ont « accidentellement » réintroduit la maladie au Pakistan, en Afghanistan et en Iran, la région d’Asie centrale ayant été frappée par une souche virulente de polio engendrée par le vaccin distribué par les entreprises pharmaceutiques. De plus, en 2019, le gouvernement éthiopien a ordonné la destruction de 57 000 flacons de vaccin oral contre la polio de type 2 (mOPV2) à la suite d’une épidémie similaire de polio provoquée par le vaccin. Il est important de noter que le vaccin oral contre la polio est distribué à la population africaine par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio (GPEI), un consortium qui est soutenu et financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.
Tout cela devrait être une source d’inquiétude, surtout avec les gouvernements occidentaux et le géant pharmaceutique transnational qui se précipitent tous pour déployer leur nouveau vaccin expérimental contre le coronavirus financé par la Fondation Gates pour la population mondiale.Actuellement, le premier vaccin expérimental contre le COVID-19 est testé sur la population africaine par le biais de l’Alliance GAVI pour les vaccins, une autre organisation financée par la Fondation Gates. Une vaste série d’essais sur l’homme aura lieu en Afrique du Sud, sous la direction locale de l’université du Witwatersrand à Johannesbourg, mais aussi d’une autre institution financée par la Fondation Gates.Cette dernière révélation africaine devrait inciter les médias et les défenseurs de la santé à poser des questions difficiles sur l’efficacité et la sécurité du vaccin « miracle » contre le COVID, dont on parle beaucoup.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, une nouvelle flambée de polio au Soudan est liée à une épidémie déclenchée par un vaccin au Tchad – une semaine après que l’agence sanitaire des Nations unies ait déclaré que le continent africain était exempt du virus sauvage de la polio.Dans un communiqué publié cette semaine, l’OMS a déclaré que deux enfants soudanais – l’un de l’État du Darfour Sud et l’autre de l’État de Gedarif, près de la frontière avec l’Éthiopie et l’Érythrée – ont été paralysés en mars et avril. Tous deux avaient été récemment vaccinés contre la polio. L’OMS a déclaré que les premières enquêtes sur l’épidémie montrent que les cas sont liés à une épidémie actuelle due à un vaccin au Tchad, qui a été détectée pour la première fois l’année dernière et qui se propage maintenant au Tchad et au Cameroun.« Il y a une diffusion locale au Soudan et un partage continu de la transmission avec le Tchad », a déclaré l’agence des Nations unies, ajoutant que le séquençage génétique a confirmé de nombreuses introductions du virus au Soudan en provenance du Tchad.L’OMS a déclaré qu’elle avait trouvé 11 cas supplémentaires de polio dérivés de vaccins au Soudan et que le virus avait également été identifié dans des échantillons environnementaux. Il y a généralement beaucoup plus de cas non signalés pour chaque patient dont la polio a été confirmée. Cette maladie hautement infectieuse peut se propager rapidement dans l’eau contaminée et frappe le plus souvent les enfants de moins de 5 ans.Dans de rares cas, le virus de la polio contenu dans le vaccin oral peut muter en une forme capable de déclencher de nouvelles épidémies.La semaine dernière, l’OMS et ses partenaires ont déclaré que le continent africain était exempt du virus sauvage de la polio, qualifiant cette journée « d’incroyable et d’émouvante ».


  l’OMS a averti que le risque de propagation de la polio dérivée du vaccin à travers l’Afrique centrale et la Corne de l’Afrique était « élevé », notant les mouvements de population à grande échelle dans la région.Plus d’une douzaine de pays africains luttent actuellement contre des épidémies de polio causées par le virus, dont l’Angola, le Congo, le Nigeria et la Zambie.Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, de nombreuses campagnes de vaccination à grande échelle nécessaires pour éradiquer la polio ont été interrompues…

Bill Gates dicte aussi et en toute discrétion la politique alimentaire mondiale, et plus encore

Bill Gates dicte aussi et en toute discrétion la politique alimentaire mondiale, et plus encore

Bill Gates a bâti un empire mondial autour de ses technologies et de ses entreprises « philanthropiques », dont l’ampleur est aujourd’hui de plus en plus évidente. Sa richesse absolue lui a permis de devenir une véritable superpuissance à part entière. Il est non seulement devenu le plus grand bailleur de fonds de l’Organisation mondiale de la santé et le tsar mondial non élu de la santé face au Covid-19, mais il exerce également une grande influence sur le système alimentaire mondial et plus encore.

Bill Gates exerce une puissante influence sur la politique alimentaire et agricole mondiale grâce au financement qu’il accorde à un grand nombre d’organisations impliquées dans le développement agricole et l’élaboration des politiques, comme le révèle le rapport d’AGRA Watch[1], « L’homme derrière le rideau — L’influence de la Fondation Gates sur le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires », publié en août 2020.

Note du traducteur : Bill Gates ne peut toutefois pas véritablement être qualifié « d’homme derrière le rideau » — encore que l’on puisse le penser au vu de tout ce qui suit. Il est au contraire la figure de proue bien visible qui permet de cacher à la vue de tous les quelques individus parfaitement inconnus qui eux, sont derrière le rideau.

Par ailleurs, l’AGRA Watch a été créée pour contester la participation — ou la main-mise, peut-être ? — de la Fondation Gates au sein de l’AGRA.

Quant à l’AGRA elle-même, elle fut lancée il y a quatorze ans par les fondations Bill & Melinda Gates et Rockefeller. L’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) a pour objectif d’apporter à l’Afrique sa propre révolution verte en matière de productivité agricole, armée de semences commerciales à haut rendement, d’engrais et de pesticides. Il s’agissait pour l’AGRA de doubler la productivité et les revenus d’ici à 2020 (et nous y sommes) pour trente millions de familles de petits exploitants agricoles tout en réduisant de moitié l’insécurité alimentaire dans vingt pays.

Hélas, et selon le rapport mentionné plus bas par le Dr Mercola, il n’y a pas eu, sur les quatorze années en question, d’augmentation de la productivité, et le nombre de personnes sous-alimentées dans les treize pays cibles par l’AGRA a augmenté de 30 pour cent, et celui du Rwanda, « l’enfant affamé de l’Afrique », s’est accru lui de 15 pour cent. Il est à noter qu’aucune évaluation globale des effets de ces programmes n’a pour le moment été publiée, ni par l’AGRA elle-même, ni par la Fondation Gates — Voir la troisième note de traduction pour des données issues des recherches de Timothy Wise.

Les organisations financées par Bill Gates défendent l’envoyée de l’ONU financée par Bill Gates

Bien qu’il ne soit qu’un homme, Bill Gates finance un si grand nombre d’entreprises et d’organisations que son influence considérablement renforcée et amplifiée lui permet par leurs biais d’imposer ses choix en catimini [pour les non-initiés, à savoir presque tout le monde – NdT].

À la vue des longues listes de ces groupes, on est automatiquement amenés à penser qu’il existe de nombreux acteurs différents impliqués alors qu’en fait, Gates constitue le fil conducteur de la plupart ou de la totalité d’entre eux. Le rapport d’AGRA Watch en est un parfait exemple si l’on considère l’histoire d’Agnes Kalibata.

Note du traducteur : Il est possible que les lecteurs ne connaissent pas Agnes Kalibata, en voici donc un peu plus, depuis la page Wikipedia en anglais qui lui est consacrée ; notons au passage qu’il n’est pas fait mention ne serait-ce que d’une année de naissance, et les recherches en ce sens n’ont rien donné :

Agnes Matilda Kalibata est une agronome et responsable politique rwandaise, elle a été ministre rwandaise de l’agriculture et des ressources animales de 2008 à 2014 e elle est présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique depuis 2014.

Elle est née au Rwanda et a été élevée en Ouganda en tant que réfugiée par des parents petits exploitants. Elle a obtenu une licence en entomologie et biochimie, suivie d’une maîtrise en agriculture. Elle a ensuite obtenu un doctorat en entomologie.

Elle a été louée par beaucoup pour ses réalisations lorsqu’elle était ministre, mais certains groupes de défense des droits de l’homme les ont critiquées parce que le soutien financier n’était accordé qu’aux agriculteurs qui suivaient les politiques gouvernementales de regroupement des terres.

Kalibata est membre du conseil d’administration du Centre international de développement des engrais (IDFC) depuis 2008, où elle préside le Comité Afrique et est membre de son comité exécutif et de son comité d’audit. Elle est également membre de nombreux conseils d’administration nationaux et internationaux, notamment pour l’Université du Rwanda, Africa Risk Capacity, le Conseil de l’agenda mondial du Forum économique mondial, la Commission mondiale sur l’adaptation et le Groupe d’experts de Malabo Montpellier sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.

Agnes Kalibata est présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, une organisation financée par la Fondation Bill & Melinda Gates. En décembre 2019, elle a été nommée envoyée spécial au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires de 2021 par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

En réponse, 176 organisations de la société civile et des groupes d’agriculteurs de 83 pays ont demandé à António Guterres de retirer la nomination de Kalibata en raison de ses conflits d’intérêts évidents avec des entreprises. Une deuxième déclaration, signée par plus de 500 universitaires et organisations, s’est également opposée à sa nomination et au fait qu’elle organise le sommet.

La Fondation Gates cherche à exercer une influence non seulement en finançant des projets et en façonnant l’expertise, mais aussi en finançant les plateformes de gouvernance qui déterminent la politique alimentaire et agricole.

~ AGRA Watch

C’est un recul important, qui illustre l’inquiétude générale que suscite la nomination de Kalibata. Une douzaine de personnes représentant des banques de développement, des institutions universitaires et le secteur privé sont intervenues pour la défendre.

Elles ont exhorté António Guterres à maintenir Kalibata dans sa fonction, en citant notamment ses qualités de leader et son éthique professionnelle. Cependant, parmi ces douze défenseurs, « onze entretenaient des liens passés ou actuels avec la Fondation Gates », indique AGRA Watch, qui ajoute[3] :

Dans certains cas, les organisations ont directement été financées par la Fondation Bill & Melinda Gates, et dans d’autres, la Fondation Bill & Melinda Gates a financé des programmes spécifiques dans lesquels les signataires avaient joué un rôle. Une organisation était subventionnée par l’AGRA, elle-même financée par la Fondation Bill & Melinda Gates.

L’excessive influence de Bill Gates sur le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires

En d’autres termes, bien qu’il puisse sembler que Kalibata ait eu le soutien d’une douzaine d’individus ou de groupes distincts et indépendants, en réalité, seules deux voix s’expriment pour sa défense. C’est juste que la voix de Gates est multipliée par onze. De plus, puisque son nom n’est jamais mentionné, les non-initiés considèrent généralement qu’il n’est en rien partie prenante.

Ces résultats illustrent l’influence de la Fondation Bill & Melinda Gates sur la politique alimentaire et agricole mondiale. AGRA Watch a continuellement documenté son rôle dans l’influence du développement agricole, qui a connu une croissance considérable ces dernières années.

La Fondation Gates cherche à exercer une influence non seulement par le financement de projets et la mise en forme de l’expertise, mais aussi par le financement des plateformes de gouvernance qui déterminent la politique alimentaire et agricole. Ce rôle de la Fondation Bill & Melinda Gates dans la prise de décisions politiques basées sur son modèle technologique de développement agricole dont elle est propriétaire est souvent négligé…

Dans ce rapport, nous avons démontré quelques-uns des liens entre la Fondation Bill & Melinda Gates et ceux qui ont soutenu la nomination de Kalibata à la tête du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires.

Alors que des centaines d’organisations de la société civile ont demandé sa destitution, seuls douze signataires ont accepté de soutenir sa nomination, presque tous bénéficiant directement des subsides de la Fondation Bill & Melinda Gates. Cette situation soulève des questions cruciales sur le rôle de Bill Gates dans l’élaboration de l’ordre du jour du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires ainsi que sur ses résultats.

~ AGRA Watch

Le graphique suivant, inclus dans le rapport d’AGRA Watch, illustre les liens de financement directs et indirects entre la Fondation Bill & Melinda Gates et l’envoyé spécial du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, Agnes Kalibata.

En vert : Financements directs – En rouge : Financements indirects de la Fondation Gates à des programmes spécifiques affiliés aux signataires
La Fondation Bill & Melinda Gates ouvre la porte à Monsanto

AGRA Watch s’inquiète depuis de nombreuses années de l’influence de la Fondation Bill & Melinda Gates sur l’agro-business :

Par exemple, parmi ses nombreux rapports de recherche[4] figure le rapport 2010 intitulé « La porte tournante : Les liens Monsanto-Gates »[5], qui détaille les liens directs entre la Fondation Bill & Melinda Gates et les représentants de Monsanto que sont Rob Horsch, Florence Wambugu, Don Doering[6], feu Sam Dryden et Lawrence Kent. Un autre rapport de 2010, intitulé « Les liens de la Fondation Gates avec Monsanto et le développement des cultures transgéniques au Kenya », souligne[7] les liens entre la Fondation Gates et Monsanto :

« AGRA Watch a été créé en 2008 pour contester la participation de la Fondation Gates à la problématique de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), et pour soutenir les alternatives agro-écologiques durables déjà pratiquées en Afrique.

Nous avons assisté à l’accélération de la pression en faveur du génie génétique comme solution à la faim en Afrique, à la criminalisation de ses opposants en tant qu’éco-impérialistes peu enclins à accepter les avancées scientifiques, et à un respect mal placé pour le soutien philanthropique aux solutions d’entreprises vis-à-vis des problèmes alimentaires mondiaux. Les intérêts des entreprises sont clairement exposés dans le programme de l’AGRA, comme on le voit ci-dessous ».

La Fondation Bill & Melinda Gates n’est pas là pour résoudre les réels problèmes du monde

Dans son rapport de 2014[8], « Trois exemples de problèmes avec les subventions de la Fondation Bill & Melinda Gates », AGRA Watch souligne pourquoi les investissements massifs de Gates dans la production alimentaire mondiale n’ont résolu aucun des problèmes très réels auxquels nous sommes confrontés. Avant tout, nombre des solutions qu’il soutient sont des « solutions de façade » qui aggravent en fait les problèmes à la racine.

Citons par exemple le financement du développement d’aliments génétiquement modifiés conçus pour être plus riches en certains nutriments. Le problème est que ces cultures finissent par remplacer la diversité locale par quelques variétés génétiquement modifiées qui ne tiennent même pas compte des conditions locales. Ainsi, en poussant à la création de variétés de cultures « enrichies », la biodiversité diminue et la malnutrition s’aggrave.

Par ailleurs, « une focalisation obstinée sur le rendement » est en contradiction avec les recherches qui montrent qu’un faible rendement ou une production insuffisante n’est pas la cause de la faim dans le monde. AGRA Watch fait le constat suivant :

Il existe aujourd’hui de nombreuses preuves que le problème est plutôt la pauvreté et le manque d’accès, qui sont eux-mêmes aggravés par la destruction des systèmes alimentaires locaux et la commercialisation des aliments. Les subventions de la Fondation Gates et de l’AGRA continuent à se concentrer sur le rendement, en préparant l’Afrique à un système adapté aux besoins de l’agriculteur commercial à la recherche de profits et axé sur le rendement plutôt qu’adapté au paysan ou au petit agriculteur qui produisent des cultures diverses pour une communauté locale.

Un troisième problème souligné dans le rapport AGRA Watch concerne le financement par Bill Gates des organisations de recherche et des scientifiques européens et américains plutôt qu’africains, même si les programmes sont mis en œuvre en Afrique :

Cette situation peut ne pas être le résultat d’intentions conscientes, mais d’un préjugé structurel profondément ancré qui fait que les scientifiques et les institutions scientifiques africains ne sont pas suffisamment qualifiés ou légitimes pour recevoir le financement des subventions.

L’agriculture se développe en Afrique, les pesticides aussi

Note du traducteur : Puisqu’il n’existe à échéance 2020 aucune publication relative à l’efficacité ou pas du programme de l’AGRA dans sa globalité et que cette dernière a refusé de lui fournir les informations nécessaires à ses recherchesTimothy Wise a utilisé les données nationales de treize pays « bénéficiaires » de l’AGRA jusqu’en 2018, données portant sur la production, le rendement et la superficie récoltée pour la plupart des cultures vivrières importantes de la région, afin d’évaluer dans quelle mesure les programmes de cette révolution verte augmentent sensiblement la productivité.

L’AGRA a par ailleurs reçu près d’un milliard de dollars de contributions, dont la grande majorité provient de la Fondation Gates, mais également des contributions importantes des gouvernements donateurs, notamment des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et d’autres pays. L’AGRA a versé plus de 500 millions de dollars en subventions pour promouvoir sa vision d’une agriculture africaine « modernisée », libérée de sa technologie peu développée et de ses faibles rendements.

Timothy Wise a également examiné les données sur la pauvreté et la faim afin de déterminer s’il existe des signes d’amélioration des revenus et de la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles dans la région, qui se situeraient à des niveaux correspondant aux objectifs de l’AGRA en matière d’amélioration du bien-être des agriculteurs.

Il n’a trouvé aucune preuve que la productivité, les revenus ou la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles augmentent de manière significative. Il déplore au contraire « n’avoir trouvé aucune preuve que la productivité, les revenus ou la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles augmentent de manière significative. » Et plus précisément, il a constaté ce qui suit :

  • Peu de preuves que l’AGRA atteignait un nombre important d’agriculteurs. Son dernier rapport d’étape indique seulement que l’AGRA a formé 5,3 millions d’agriculteurs aux pratiques modernes, dont « 1,86 million d’agriculteurs » utilisent directement ces méthodes. Ce chiffre est vague et bien loin de l’objectif déclaré de doubler directement la productivité et les revenus de 7 millions d’agriculteurs, et indirectement pour 21 millions d’autres.
  • Aucune preuve d’une augmentation significative des revenus des petits exploitants ou d’une sécurité alimentaire. Pour l’ensemble des pays cibles de l’AGRA, il y a eu une augmentation de 30 pour cent du nombre de personnes souffrant de la faim extrême depuis le début, une situation qui touche 130 millions de personnes dans les pays cibles de l’AGRA. Le Kenya, où se trouve son siège, a connu une augmentation de la proportion de ses habitants souffrant de sous-alimentation pendant les mêmes années.
  • Il n’existe aucune preuve d’une augmentation importante de la productivité. Pour l’ensemble des cultures de base, les rendements n’ont augmenté que de 18 pour cent sur douze ans dans les treize pays cibles de l’AGRA. Même le maïs, fortement encouragé par les programmes de la Révolution verte, n’a connu qu’une croissance de 29 pour cent de son rendement, bien loin de l’objectif de l’AGRA d’en doubler la productivité, ce qui représenterait une augmentation de 100 pour cent.
  • Là où l’adoption des technologies a eu lieu, les subventions aux intrants fournies par les gouvernements africains semblent avoir beaucoup plus d’influence que les programmes de l’AGRA. Il est difficile de trouver des preuves que les programmes de l’AGRA auraient un impact significatif en l’absence de subventions aussi importantes de la part des gouvernements africains.
  • Même là où la production a augmenté, comme en Zambie, la production de maïs qui a quasiment triplée n’a pas entraîné de réduction de la pauvreté ou de la faim en milieu rural. Les petits agriculteurs n’en ont pas profité ; la pauvreté et la faim sont restées incroyablement élevées, 78 pour cent des Zambiens vivant en milieu rural étant dans une pauvreté extrême.
  • Les incitations de la Révolution verte pour les cultures prioritaires comme le maïs ont conduit à l’abandon des cultures traditionnelles plus nutritives et plus résistantes au climat comme le millet et le sorgho, ce qui a érodé la sécurité alimentaire et la nutrition des agriculteurs pauvres. La production de millet a diminué de 24 pour cent, les rendements ayant chuté de 21 pour cent pendant les années de l’AGRA.
  • Aucun signe « d’intensification durable », l’objectif étant d’augmenter durablement la production sur les terres agricoles existantes. Les impacts environnementaux sont négatifs, notamment l’acidification des sols dans le cadre de la culture en monoculture avec des engrais à base de combustibles fossiles. L’augmentation de la production provient davantage des agriculteurs qui mettent de nouvelles terres en culture — par « extension » — que de l’augmentation de la productivité. Ces deux tendances ont des implications pour l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci.

Il s’agit donc d’un bilan d’échec pour l’AGRA — sauf à penser que l’objectif n’était pas celui-là même qui a été mis en avant — et il serait temps que les gouvernements africains qui en sont « bénéficiaires » changent de cap…

La spécialité de Gates — Le philanthro-capitalisme

Des observations supplémentaires peuvent être trouvées dans l’article de l’AGRA Watch[9] « Philanthro-capitalisme : Les programmes africains de la Fondation Bill & Melinda Gates ne sont pas de la charité », publié en décembre 2017, dans lequel le philanthro-capitalisme est décrit comme « une tentative d’utiliser les processus du marché pour faire le bien », mais qui se révèle intrinsèquement problématique « parce que les marchés sont mal adaptés pour produire des résultats socialement constructifs ».

En d’autres termes, la marque de fabrique de la philanthropie de Gates engendre plusieurs nouveaux problèmes pour chacun de ceux qu’elle résout. Comme l’indique l’article, les partisans de la philanthro-capitalisation…

… attendent souvent de leurs investissements dans les programmes sociaux des retours financiers ou des bénéfices secondaires à long terme. La philanthropie devient une autre partie du moteur du profit et du contrôle des entreprises. La stratégie de développement de la Fondation Bill & Melinda Gates encourage en fait les politiques économiques néolibérales et la mondialisation des entreprises.

Il est […] probable que Bill Gates, qui a un accès régulier aux dirigeants mondiaux et qui finance personnellement des centaines d’universités, d’organisations internationales, d’ONGs et de médias, soit devenu la voix la plus influente en matière de développement international.

Un examen plus approfondi de la Fondation Bill & Melinda Gates est essentiel étant donné que son influence est vaste, voire plus grande que celle de la plupart des gouvernements donateurs. La Fondation Bill & Melinda Gates fournit plus d’aide à la santé mondiale que tout autre pays donateur et est le cinquième plus grand donateur pour l’agriculture dans les pays en développement.

En 2013, seuls onze pays ont dépensé plus que la Fondation Bill & Melinda Gates, ce qui en fait le douzième donateur mondial. La Fondation Bill & Melinda Gates est devenue un donateur plus important que des pays tels que la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Irlande et l’Italie[10].

Le plan médical de Gates — Immunisation et surveillance mondiales

L’une des raisons pour lesquelles beaucoup prennent conscience de la puissance de Gates est sa présence fréquente en tant qu’expert du jour du Covid-19. C’est un choix étrange, compte tenu de son absence totale de formation médicale formelle. C’est d’autant plus troublant que les opinions des médecins, des scientifiques et des chercheurs qui sont en conflit avec ses vues sont effacées de l’Internet.

Note du traducteur : Le Dr Jospeh Mercola fait lui-même l’objet d’attaques sur Internet. Voici ce qu’il écrivait le 17 août dernier :

Deux décennies de journalisme sur la santé sont en jeu

Ces vingt-trois dernières années, je me suis battu contre l’introduction de fluorure neurotoxique dans l’eau. J’ai été l’un des premiers médecins à alerter le monde sur les dangers du Vioxx, qui a tué plus de 60 000 patients avant d’être finalement retiré du marché. J’ai fait campagne contre les OGMs et les produits agrochimiques toxiques, en finançant en 2012 la première collecte de signatures pour obtenir l’étiquetage des OGMs en Californie.

Pendant plus de dix ans, j’ai financé la lutte pour mettre fin à l’utilisation des plombages dentaires au mercure dans le monde entier. J’ai mis en garde contre la sur-utilisation des antibiotiques en médecine humaine et les dangers de leur consommation dans les viandes CAFO [c’est-à-dire issues de l’élevage intensif – NdT]

J’ai financé des recherches et j’ai été l’un des premiers médecins journalistes à sensibiliser aux dangers de la carence en vitamine D. Je sensibilise maintenant le public à l’importance d’optimiser la vitamine D pour minimiser les risques du Covid-19.

Ce plaidoyer en faveur de la santé publique a créé une armée d’adversaires bien financés. Ils m’ont attaqué en utilisant des groupes de relations publiques coûteux et des médias de masse, ont saisi des agences de régulation fédérales et des groupes pharmaceutiques de façade pour tenter de me faire taire et de me discréditer.

Jamais auparavant les Américains n’ont été exposés à un tel assortiment coordonné de mensonges et de censure. Le lavage de cerveau, la surveillance des médias sociaux, la coercition et la destruction des dissidents s’accélèrent. Pour un aperçu complet de ce nouvel ordre mondial, un empire construit et dirigé par des milliardaires, voir ma série d’articles « Le fantôme dans la machine ».

Bill Gates a déclaré à plusieurs reprises que la vie ne pourrait pas revenir à la normale tant que nous n’aurons pas vacciné contre le Covid-19 l’ensemble de la population mondiale. Et ce, en dépit du fait que les scientifiques et les chercheurs médicaux ont découvert une variété de stratégies sûres, simples et peu coûteuses pour prévenir et traiter le Covid-19.

Lorsque vous ou vos enfants vous faites vacciner, vous devez être certain de savoir qui injecte quoi dans votre sang et pour quelle raison

Le fait que les opinions irrationnelles et scientifiquement non fondées de Bill Gates façonnent dans le monde entier les réponses à la pandémie alors que les vrais professionnels de la santé sont censurés par les médias grand public et les plateformes de médias sociaux constitue la preuve que nous ne fonctionnons plus sur une base scientifique et de vérité médicale.

Au lieu de cela, le monde entier devrait s’aligner sur le programme créé par Bill Gates qui sert ses propres intérêts et ceux de ses nombreux alliés dans le domaine de la technologie et de la médecine. Dans un article publié dans GatesNotes[11],[12] le 30 avril 2020, Gates déclare même qu’il « soupçonne que le vaccin Covid-19 fera partie du calendrier de vaccination systématique des nouveaux-nés » — un joli petit morceau de programmation prédictive, si vous voulez mon avis.

Note du traducteur : Pour appuyer les propos du Dr Mercola, voici ce que Bill-Gates-le-psychopathe-de-service-aux-ordres-du-consortium-en-haut-de-la-pyramide explique aussi dans cet article :

La plupart des gens s’accordent à dire que les professionnels de la santé devraient d’abord se faire vacciner. Mais qui le reçoit ensuite ? Les personnes âgées ? Les enseignants ? Les travailleurs occupant des emplois essentiels ?

Je pense que les pays à faible revenu devraient être parmi les premiers à le recevoir, car les gens risquent beaucoup plus de mourir dans ces pays. Le Covid-19 se répandra beaucoup plus rapidement dans les pays pauvres, car des mesures comme l’éloignement physique sont plus difficiles à mettre en œuvre. Un plus grand nombre de personnes ont un mauvais état de santé sous-jacent qui les rend plus vulnérables aux complications, et la faiblesse des systèmes de santé fera qu’il leur sera plus difficile de recevoir les soins dont ils ont besoin. La mise en circulation du vaccin dans les pays à faible revenu pourrait sauver des millions de vies. La bonne nouvelle, c’est que nous disposons déjà d’une organisation spécialisée dans ce domaine, la Vaccine Alliance (Gavi).

Il s’agit donc d’attaquer les plus faibles d’abord, sous couvert d’humanisme et de bonnes intentions, on s’occupera des autres ensuite ; d’ici là, des lois d’obligation vaccinale auront peut-être eu le temps de voir le jour un peu partout. Peut-être…

Les vaccins à ARNm développés contre le Covid-19 modifieront votre expression génétique, transformant votre corps en une usine à protéines virales. Est-il vraiment judicieux d’envisager l’utilisation d’un tel nouveau vaccin sur les nouveau-nés ? Dans un monde sain et rationnel, la réponse serait un non catégorique. Malheureusement, nous vivons aujourd’hui dans un monde dirigé par les hommes de main de Gates [lui-même sacrifiable s’il est besoin par le même consortium qui a permis qu’il soit là où il est à dessein – NdT], et la raison et la logique ont donc largement disparues de l’équation.

Dans une dialectique hégélienne prévisible de type problème-réaction-solution, le problème du Covid-19 a conduit à des stratégies anti-pandémiques illogiques et mal conçues telles que l’obligation de porter un masque et l’assignation à résidence de personnes en bonne santé, suivies de la « solution ultime » offerte par un vaccin élaboré à la hâte qui repose sur l’usage d’une nouvelle technologie d’ARNm.

Aussi radical que tout cela puisse paraître, les projets de Gates pour le monde ne s’arrêtent pas là. Il fait également pression pour la mise en place d’un vaste système de surveillance mondial permettant de suivre et de retracer le statut de chacun en matière infectieuse et vaccinale. Il finance même, avec George Soros, le groupe de recherche des contacts Partners in Health. (La Fondation William J. Clinton a également financé Partners in Health dans le passé[13]).

Il n’est pas surprenant que les recommandations de Bill Gates finissent par lui profiter avant tout. Comme nous l’avons vu dans « Bill Gates — Le philanthrope le plus dangereux de l’histoire moderne », la Fondation Bill & Melinda Gates fait des dons de plusieurs milliards de dollars aux mêmes entreprises et industries que celles dans lesquelles la Fondation détient des actions et des obligations.

Utiliser l’argent des associations à but non lucratif pour faire avancer la recherche au sein des entreprises dans lesquelles vous investissez est illégal, mais Bill Gates continue depuis de nombreuses années à ne rendre aucun compte à la justice. Sa fondation bénéficie parallèlement d’avantages fiscaux au titre des donations qu’elle reçoit.

N’oubliez pas qu’au fil des ans il a « donné » des dizaines de milliards de dollars et pourtant la valeur nette de sa fondation n’a pas diminué — elle a même doublé, et cela est dû en grande partie au fait que ses dons sont traités comme des investissements fiscalement déductibles. C’est du philanthro-capitalisme dans sa plus grande expression.

Note du traducteur : Le journaliste Lionel Astruc a enquêté sur la fondation de l’ex-patron de Microsoft, Bill Gates, l’un des hommes les plus riches de la planète. Avec un budget annuel de près de 5 milliards de dollars, et sous prétexte de lutter contre les inégalités, la Fondation Gates nourrirait un système destructeur. Entretien.https://www.youtube.com/embed/Dqzt6yAmdDE

Bill Gates est celui qui bénéficie le plus d’une peur propagée de pandémie

À ce jour, la pandémie de Covid-19 est indéniablement le plus grand projet philanthro-capitaliste de Bill Gates, et il s’apprête à engranger d’énormes sommes d’argent, puisqu’il finance et investit à la fois dans les traitements et dans les vaccins contre le Covid-19.

En mars 2020, la Fondation Gates a annoncé[14] un nouveau partenariat, baptisé « The Covid-19 Therapeutics Accelerator », avec Wellcome et Mastercard pour « coordonner les efforts de recherche et développement, et éliminer les obstacles au développement des médicaments [et intensifier les traitements pour faire face à la pandémie » — Voir le site en anglais ici – NdT] ». Selon le communiqué de presse[15] :

L’accélérateur thérapeutique Covid-19 jouera un rôle de catalyseur en accélérant et en évaluant des médicaments et des produits biologiques nouveaux et reconvertis pour traiter à court terme les patients atteints du Covid-19, puis d’autres agents pathogènes viraux à plus long terme.

La Fondation Gates s’est également associée au Serum Institute of India pour fabriquer 100 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 développés par AstraZeneca et Novavax. Les vaccins, qui coûteront moins de 3 dollars par dose, sont destinés à être livrés aux pays à faible revenu[16],[17].

Le financement est acheminé sous la forme d’un prêt sans intérêt et remboursable à Gavi, la Vaccine Alliance, fondée par la Fondation Gates en 2000, qui fournira ensuite le capital nécessaire au Serum Institute of India. Au cours des cinq prochaines années, la Fondation s’est également engagée à fournir à Gavi un total de 1,6 milliard de dollars de fonds supplémentaires[18].

Note du traducteur : Le Wellcome Trust est une fondation caritative fondée en 1936 dédiée à la médecine dont le siège est en Grande-Bretagne, dont la mission générale consiste à « encourager et promouvoir la recherche dans le but d’améliorer la santé de l’homme et des animaux », et qui finance la recherche biomédicale à hauteur d’une moyenne de 725 millions d’euros par an. Au 30 septembre 2007, ses actifs nets se montaient à 16,8 milliards d’euros. Au 30 septembre 2018sa dotation s’élevaient à près de 29 milliards d’euros. En termes d’avoirs, il s’agit de la seconde fondation la plus riche après la Fondation Bill & Melinda Gates.

Cette influence générale sur la technologie, l’alimentation et la médecine — et sur les vaccins en particulier — ne décrit pourtant pas de manière adéquate l’emprise de Bill Gates sur notre vie quotidienne. Il a également eu une profonde influence sur l’éducation. Le très critiqué programme Common Core [Tronc commun, fondé en 2009 – NdT] fut une tentative de la Fondation Gates de redéfinir l’éducation américaine[19] et la plupart des parents vous diront à quel point cette tentative était stupide[20].

Note du traducteur : Selon un article de Forbes de mai 2020,

Bill Gates n’a pas inventé ce Tronc commun, mais comme l’a expliqué Lyndsey Layton en 2014, il a fourni le soutien financier, l’organisation et l’influence nécessaire pour les faire entrer rapidement dans tous les États de la nation. Il est difficile de savoir exactement combien d’argent Bill Gates a dépensé pour soutenir son projet de Tronc commun, le nombre de groupes et le nombre des chèques émis étant stupéfiants. Mais les dépenses de Bill Gates en matière d’éducation aux États-Unis se chiffrent en milliards de dollars et ont directement influencé la façon dont ont été dépensés des milliards de milliards de dollars du contribuable. Et si certains continuent à affirmer que ce projet de Tronc commun fut un succès, il est pour le moins difficile de conclure à un consensus général. Ce que le Tronc commun de Bill Gates a cependant réussi, c’est d’aider à faire accepter dans le système scolaire américain les deux aspects majeurs qui définissent Bill Gates — mettre l’accent sur la collecte des données, et définir qu’une moins bonne réussite scolaire s’assimile à « de bons résultats à un test de mathématiques et de lecture ».

Malgré cet échec lamentable, le 6 mai 2020, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, annonçait que l’État s’associait à la Fondation Bill & Melinda Gates pour développer « un système d’éducation plus intelligent » pour le monde post-Covid, système qui se concentrera sur l’apprentissage en ligne et intégrera de façon permanente la technologie dans tous les aspects de la vie civique[21].

L’État de New York s’est également associé à Google, et Cuomo a demandé à son ancien PDG, Eric Schmidt, de diriger un nouveau panel chargé de planifier l’infrastructure technologique de l’État[22]. Comme l’a noté Naomi Klein dans son article publié dans The Intercept[23], l’appareil de surveillance contre lequel les consommateurs se sont insurgés est maintenant rebaptisé en réponse aux préoccupations de chacun en matière de santé.

Note du traducteur : dans son article, Naomi Klein écrit aussi ceci :

C’est un avenir dans lequel nos maisons ne seront plus jamais exclusivement des espaces personnels mais aussi, grâce à la connectivité numérique à haut débit, nos écoles, nos cabinets médicaux, nos gymnases et, si l’État le détermine, nos prisons.

Bill Gates est la figure de proue la plus visible de la technocratie moderne

Qu’elle soit planifiée ou pas, la pandémie de Covid-19 est de toute évidence utilisée pour introduire des changements très controversés qui sont indubitablement totalitaires, y compris la prise de contrôle du gouvernement par le secteur privé dans le cadre de partenariats public-privé.

La surveillance est devenue la plus grande industrie à but lucratif de la planète, et toute votre existence est désormais la cible des profits. Et parmi ceux qui sont le plus susceptibles d’engranger d’énormes profits, on trouve Bill Gates lui-même.

Pour mieux comprendre ce à quoi vous renoncez en suivant le discours dominant selon lequel nous avons besoin de Big-Technologie pour être sauvés, voir mon article à propos de la psychologue sociale et professeure à Harvard, Shoshana Zuboff, et son livre extraordinaire, L’Âge du capitalisme de surveillance.

Vous ne voudrez pas non plus manquer mon récent entretien avec Patrick Wood, présenté dans « Les plus impérieux dangers de la technocratie ». J’ai intégré cette interview ci-dessous pour vous faciliter la tâche.

Note du traducteur : Pour les lecteurs qui souhaitent visionner cette vidéo en anglais, suivez ce lien. Pour accéder à la transcription de l’interview en anglais, suivez ce lien. Sinon voici quelques paragraphes concernant les grandes lignes de son contenu :

  • La technocratie est un système économique qui a vu le jour dans les années 1930, au plus fort de la Grande Dépression, lorsque des scientifiques et des ingénieurs se sont réunis pour résoudre les problèmes économiques de la nation [les États-Unis – NdT]. Depuis lors, les technocrates ont silencieusement et sans relâche progressé, et leur programme devient de plus en plus visible.
  • Les technocrates ont inventé un nouveau système économique à partir de zéro — un système économique basé sur les ressources dans lequel l’énergie et l’ingénierie sociale dirigent l’économie plutôt que des mécanismes de prix tels que l’offre et la demande.
  • La technocratie appelle au démantèlement total du système politique, qui inclut la Constitution américaine. Les nations doivent être dirigées par des dirigeants non élus qui décident des ressources que les entreprises peuvent utiliser et des produits que les consommateurs sont finalement autorisés à acheter.
  • La Commission trilatérale est un groupe technocratique clé qui a dominé le système politique américain depuis Jimmy Carter.
  • La seule raison pour laquelle la technocratie n’a pas encore réussi à supplanter les États-Unis — bien qu’elle s’en rapproche de façon incroyable — c’est à cause de notre Constitution [ou grâce à elle, selon le point de vue – NdT]. C’est pourquoi nous devons nous battre pour protéger notre Constitution à tout prix. L’un des moyens les plus efficaces pour y parvenir est de créer des mouvements de base et de s’impliquer dans la politique locale.

Patrick Wood est un économiste, analyste financier et constitutionnaliste américain qui a consacré sa vie à découvrir le mystère de ce qui contrôle la plupart des folies que nous observons actuellement, et qui a été exacerbé par la pandémie de Covid-19.

Il a écrit deux livres sur ce sujet : Technocracy Rising : The Trojan Horse of Global Transformation et Technocracy : The Hard Road to World Order [« La montée de la technocratie — Le cheval de Troie de la transformation globale » et « Technocratie — La dure route vers l’ordre mondial », ouvrages non traduits en français – Ndt].

Patrick Wood brosse un tableau qui peut être difficile à avaler, surtout si vous venez d’entendre tout cela pour la première fois, mais il est vraiment crucial que tout le monde commence à comprendre ce à quoi nous sommes confrontés. Le temps nous est compté. Pour avoir une chance de l’arrêter, nous devons comprendre notre trajectoire et nous unir pour changer le cap que Bill Gates et d’autres comme lui nous ont tracé.

——————————————————————-

[1] The Man Behind the Curtain: The Gates Foundation’s Influence on the UN Food Systems Summit (PDF)

[2] idem

[3] idem

[4] CAGI.org AGRA Watch Media

[5] CAGI.org The Revolving Door : Monsanto and the Bill and Melinda Gates Foundation (PDF)

[6] The Gray Zone July 8, 2020

[7] CAGI.org Gates Foundation Links to Monsanto and GE Crop Development in Kenya (PDF)

[8] CAGI.org Three Examples of Problems with Gates Foundation Grants July 21, 2014

[9] Third World Network, Philanthrocapitalism: The Gates Foundation’s African Programs Are Not Charity

[10] Global Justice Now January 2016

[11] GatesNotes April 30, 2020

[12] BGR May 1, 2020

[13] National File May 12, 2020

[14] Gates Foundation March 10, 2020

[15] idem

[16] Wall Street Journal August 7, 2020

[17] Barrons August 10, 2020

[18] idem

[19] Bill & Melinda Gates Foundation Common Core Inc

[20] Philanthropy Daily November 1, 2017

[21] The Intercept May 8, 2020

[22] The Guardian May 14, 2020

[23] The Intercept May 8, 2020

source : https://articles.mercola.com

traduction : Sott.net

Big Pharma, big money. Sanofi achète un concurrent pour plus de 3 milliards d’euros

Image d'illustration / Photo: Freepik
Image d’illustration / Photo: Freepik

Sanofi a annoncé lundi dans un communiqué qu’il allait acquérir Principia Biopharma, entreprise spécialisée dans le développement de traitements pour les maladies auto-immunes et allergiques.

L’opération, via un rachat de la totalité des actions en circulation au prix de 100 dollars l’action, représente une transaction en numéraire valorisée approximativement à 3,1 milliards d’euros et devrait être finalisée au quatrième trimestre de 2020.

Cette opération a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration de Sanofi et de Principia, est-il précisé dans le communiqué du laboratoire pharmaceutique français.

Les maladies auto-immunes sont des pathologies liées à un dysfonctionnement du système immunitaire. Au cours de la maladie, le système immunitaire agresse ses propres constituants au lieu de les défendre.

Parmi ces maladies, au nombre d’au moins 80, peuvent être citées la sclérose en plaques, le diabète de type 1, jadis appelé “diabète juvénile”, le lupus, les thyroïdites auto-immunes, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Goujerot-Sjögren, la maladie de Crohn, etc.

Aujourd’hui, les maladies auto-immunes sont devenues la troisième cause de mortalité dans les pays occidentaux, après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Le traitements contre ces maladies sont une source de revenus considérables pour l’industrie pharmaceutique.

Le fait que le géant Sanofi avale une société spécialisé dans le traitement de ces maladies est significatif pour l’industrie médicale.

Cette acquisition fait progresser la transformation en cours de notre recherche et développement qui a pour but d’accélérer le développement des médicaments les plus prometteurs“, a déclaré Paul Hudson, directeur général de Sanofi, dans un communiqué.

Nous sommes cernés par des millions de virus ;
si vous voulez des millions de vaccins
voir ce bon Bill Gates…


La ceinture de sécurité a été le premier test d’auto confinement… et vu votre docilité Bill Gates a compris
que vous alliez vous laisser vacciner !
Vous êtes plus malléable qu’un agneau de trois mois !
Je n’ai jamais mis la ceinture de sécurité et je ne la mettrais jamais, c’est une grande différence entre vous et moi ! Et surtout les imbéciles qui portent un masque… les mêmes crétins qui mettent un préservatif pour faire l’amour…

Bill le traître qui ne fait pas vacciner ses trois enfants destinés à la mafia 6666
mais qui commande 14 milliards de vaccins !

Starbucks, Bain & Co, mormonisme, Mossad : « Qui contrôle la famille Gates ? »

Starbucks, Bain & Co, mormonisme, Mossad :
« Qui contrôle la famille Gates ? »

Secte juive et renseignement israélien :
le véritable visage du Nouvel Ordre mondial
en passe d’être dévoilé au grand public ?

De l’OxyContin des Sackler au Covid 19 de Bill Gates

D’une famille juive américaine au philanthrope de l’OMS :
un même mensonge destructeur…

La plupart de nos contemporains ne sont pas prêts, ni psychologiquement ni culturellement, à comprendre notre monde. Ne s’arrêtant qu’aux apparences, ils ne sont pas capables de saisir les faits dans toute leur cruelle réalité. La vérité est trop violente. Alors allons-y en douceur. Avant de dire quelques mots de l’imposture mondialiste, commençons par un cas circonscrit à une famille et un pays : la famille Sackler aux USA. Nous irons ainsi de l’OxyContin au Covid 19.

Qui sont les Sackler ?

Les Sackler sont une famille juive multimilliardaire qui a fait fortune dans l’industrie médicale aux États-Unis. En 1952, dans le Connecticut, deux frères, Mortimer et Raymond, fils d’immigrants juifs venus de Pologne et d’Ukraine, achètent une petite entreprise de médicaments de New York qu’ils transformeront en un empire pharmaceutique prenant par la suite le nom de “Purdue Pharma”.

En 1996, Purdue présente un médicament opioïde qui fait des merveilles parmi les analgésiques : l’OxyContin. C’est la vente de ce médicament vedette qui va assurer l’écrasante majorité des revenus de Purdue Pharmacy et qui a propulsé la famille Sackler au 19e rang des familles les plus riches aux États-Unis avec une fortune de 13 milliards de dollars (Forbes, 2016). Après avoir été nommé Chevalier honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique, Mortimer créera la Fondation Dr Mortimer et Theresa Sacklerconjointement avec sa troisième épouse. Comme on le verra, chez ces gens-là, c’est une manie (ou plutôt une stratégie) de créer des fondations : Fondation Bill et Melinda GatesFondation Rockefeller : pour le bien-être de l’humanité… À sa mort, Mortimer laisse trois femmes et sept enfants dont trois siègent au conseil d’administration de la société qu’il a cofondée.

Cette grande famille est mondialement connue pour sa philanthropie. Les institutions culturelles et éducatives aux États-Unis et en Europe qui ont accepté les largesses des Sackler sont très nombreuses : Metropolitan Museum of Art à New York, le Louvre à Paris, le National Portrait Gallery, la Tate Gallery, le Royal College of Art de Londres, le musée juif de Berlin, les universités de Columbia, de Yale et du MIT, l’école de médecine de l’université de Tel Aviv, et bien d’autres… Mais…, car il y a un ‘Mais’, le temps a révélé que cette philanthropie n’était qu’une couverture, une apparence, une imposture. Une stratégie comparable à celle du loup qui, pour mieux manger les brebis, se cache sous une peau de brebis… En effet, l’étonnant triomphe commercial de cette famille allait provoquer une tragédie de santé publique sans précédant.

Un médicament qui tue mais qui rapporte…

La firme pharmaceutique créée par les deux frères Sackler est responsable d’une crise majeure d’addiction aux opioïdes, qui a entraîné des centaines de milliers de morts chez les Américains. France 2 a produit un documentaire : « Antidouleurs : l’Amérique dévastée » où il est question de douleurs physiques intolérables, de pilules prétendument magiques, d’accoutumance mortelle, de décès en masse et d’un scandale sanitaire hors du commun.

La cause de tout cela est l’OxyContin, un médicament antidouleur à base d’opium – deux fois plus puissant que la morphine – fabriqué par le laboratoire Purdue. Lancé en 1996 à grand renfort de publicité, il a rapidement envahi les pharmacies des particuliers. À l’époque, des médecins payés par Purdue assuraient, face caméra, que les opioïdes étaient non seulement très efficaces, mais surtout sans danger. Le succès commercial fut immense.

Mais vingt ans plus tard, la plupart des anciens patients modèles choisis par Purdue pour incarner les vertus du médicament sont morts. Car, pour que l’effet perdure, il faut augmenter les doses… Alors les douleurs s’estompent. Mais pour un temps seulement. D’où nécessité de prises de plus en plus importantes… Bref, un véritable cercle vicieux. Car à force d’ingurgiter de plus en plus d’OxyContin, on devient dépend, puis on meurt d’overdose.

L’OxyContin a donc déclenché l’une des pires épidémies de toxicomanie et d’overdoses de l’histoire des USA : des cas de mort subite à répétition, des consommateurs terrassés soudainement en pleine rue ou en faisant leurs courses au supermarché ou au volant de leur véhicule… Des milliers de citoyens ordinaires sont devenus toxicomanes après s’être simplement procuré ces médicaments auprès de leur médecin. Des milliers d’Américains, en croyant se soigner, sont devenus massivement dépendants aux opioïdes, à cause de ces antidouleurs vendus légalement et prescrits pour traiter l’arthrose ou le mal de tête ou des douleurs abdominales. On croyait acheter de l’aspirine et on a fini dépendant à l’héroïne, puis on a perdu son travail, puis on a volé pour continuer à acheter sa dose, puis on s’est retrouvé en prison ou en centre de désintoxication ou dans un cercueil. Les mères qui prenaient le produit des Sackler ont contaminé leur enfant…

Cette addiction aux opioïdes a causé la mort de près de 300.000 personnes en vingt ans aux Etats-Unis, dont 72.000 pour la seule année 2017 : plus que les armes à feu et accidents de la route combinés ! Cela commence à faire beaucoup pour un analgésique présenté comme sans risque de dépendance par une famille de philanthropes… Grâce aux Sackler, l’espérance de vie recule aux États-Unis !

Des centaines de procès contre l’arnaque criminelle

Toutes ces victimes faisaient confiance à leur médecin et aux instances pharmaceutiques. Toutes ont cru à la publicité de Purdue Pharma : conférences et spots télévisés tenaient un langage rassurant qui disait en substance : vous ne craignez rien, il n’y a aucun risque d’addiction, les chiffres le prouvent. En fait, rien n’était scientifiquement fondé. Une pure arnaque et une arnaque programmée !

La société Purdue Pharma et ses héritiers sont accusés d’avoir tissé une « toile de fraude illégale » qui a alimenté la crise mortelle dans laquelle se trouve actuellement l’Amérique. Selon Maura Healey, procureur général de l’État du Massachusetts, la poursuite nomme 16 dirigeants et membres du conseil d’administration actuels et anciens, y compris le chef de la direction, Craig Landau, et huit membres de la famille Sackler qui possède Purdue en totalité. Selon le journal The Guardian, les Sacklers poursuivis sont : Theresa et Beverly, les veuves des frères Mortimer et Raymond Sackler ; Ilene, Kathe et Mortimer David Alfons Sackler, trois des enfants de Mortimer ; Jonathan et Richard Sackler, les deux fils de Raymond ; et David Sackler, le petit-fils de Raymond.

Comme le rapporte The Guardian, la plainte allègue que Purdue a trompé les patients et les médecins au sujet des risques des opioïdes, a poussé les prescripteurs à garder les patients sous médicaments plus longtemps et a ciblé agressivement les populations vulnérables, comme les personnes âgées et les anciens combattants. « Leur stratégie était simple, déclare Healey : plus ils vendaient de drogues, plus ils gagnaient de l’argent et plus il y avait de mortsCe sont les dirigeants de Purdue qui ont supervisé ce modèle d’affaires illégal, conduisant à la toxicomanie et à la tromperie pour enrichir quelques-uns tout en laissant dans son sillage un chemin de dévastation et de destruction. »

Une centaine de villes et près de trois cents avocats ont engagé des centaines de procédures contre ces méthodes pour pratiques frauduleuses et fallacieuses dans la commercialisation de l’OxyContin. En 2007, le Dr Goldenheim et deux autres cadres de Purdue Pharma avaient déjà plaidé coupables pour marketing frauduleux et pour avoir minoré les risques d’addiction de l’Oxycontin. La justice infligea alors une amende de 600 millions de dollars au laboratoire, somme dérisoire au vu des bénéfices réalisés. Cela n’a pas empêché la firme pharmaceutique de continuer sa campagne en faveur de son médicament phare. Elle a même redoublé d’efforts pour multiplier les ventes de son produit miracle. Pour cela, une centaine de visiteurs médicaux ont été recrutés afin de démarcher, non plus seulement les spécialistes, mais les généralistes du pays. Les visiteurs médicaux visaient les médecins de famille : « Vos patients ont des douleurs ? J’ai le médicament qu’il vous faut pour les soulager… » et ils laissaient des revues scientifiques louant les produits de Purdue Pharma sans leur dire bien sûr que ces revues étaient financées par Purdue Pharma elle-même… Leurs primes, conséquentes (des milliers dollars par trimestre), augmentaient selon les dosages prescrits par les médecins. Et cerise sur le gâteau : les revues disaient que pour résoudre la “pseudo addiction” du patient, il fallait augmenter les doses… Il n’y a que des êtres dégénérés pour être capables de mentir à ce point. En Yiddish, on appelle cela la chutzpah, en français le culot. Plus les dosages étaient élevés, plus les Sackler s’engraissaient, et plus aussi les Américains devenaient accros…

C’est ainsi que l’OxyContin a pu générer des milliards de dollars de revenus, grâce à des techniques de vente très agressives. On retrouve les mêmes techniques véhiculées et pratiquées par le même genre d’individus dans le monde du travail et de la finance… Lisez la Mafia juive d’Hervé Ryssen, les exemples y abondent.

Concrètement, la famille Sackler est responsable de plus de décès que n’importe quel cartel de drogue mexicain. Avec cette différence que cette famille juive était librement autorisée à commercialiser ses drogues potentiellement mortelles, alors que la mafia mexicaine était, pour la même activité, considérée comme illégale et poursuivie par les forces de police. Ceci explique peut-être pourquoi, chez les Sackler, on ne donnait jamais d’interview et que leur firme n’a jamais été cotée en bourse.

La Mafia pharmaceutique…

Nous ne sommes pas dans la 5e dimension, mais bien dans la réalité. Des médecins ont réellement mis leur savoir-faire au service de la mort, pour faire un maximum de profit. Cette pratique “médicale” n’a bien sûr rien à voir avec le serment d’Hippocrate. Le but est ici de servir Mammon. Peu importe que cela sème la mort autour de soi. Ces pratiques ne choquent que ceux qui ont une conscience, mais elles ne posent aucun problème à ceux qui ont perdu tout sens moral. Selon Barry Meier, les Sackler « était une famille qui ne se contentait pas de compter toutes les pilules vendues, mais qui s’assurait également que chaque pilule vendue présentait la plus grande force, parce que ça allait rapporter le plus de dollars ».

Ce scandale a aussi manifesté une corruption généralisée de l’establishment, du gouvernement américain et de l’institution médicale. Même après des dizaines de poursuites judiciaires qui ont révélé la corruption, la FDA (Food and Drug Administration) a approuvé une mesure visant à donner de l’OxyContin aux enfants… Selon un reportage réalisé sur la famille en 2017 par le New Yorker, la FDA avait même estimé un temps que ce médicament présentait moins de risques d’addiction, et ce, même si Purdue s’était refusé à effectuer des études cliniques sur l’efficacité du médicament. En réalité, les dangers de l’addiction à l’OxyContin ont été sciemment et criminellement minimisés ou même dissimulés.

Non seulement Purdue a menti aux médecins sur le potentiel addictif du médicament et recommandé de prescrire des dosages d’OxyContin quand ce n’était pas nécessaire, mais le New Yorker, ainsi que d’autres articles détaillés consacrés à Purdue et à la crise des addictions, ont trouvé des preuves de pratiques douteuses de la part de cette compagnie. Selon le Los Angeles Times : « L’enquête du Times, publiée en juillet, a révélé que pendant plus d’une décennie, une équipe de sécurité interne de “Purdue” a surveillé les médecins et les pharmacies qu’elle soupçonnait de collusion avec des trafiquants et des toxicomanes. Dans le cas du réseau de L.A., les criminels ont mis sur pied une clinique bidon près de MacArthur Park en 2008 et ont travaillé avec des médecins et des pharmaciens corrompus pour obtenir des pilules pendant plus de 18 mois. Un directeur des ventes de “Purdue” dépêché pour enquêter sur le volume élevé d’ordonnances à la clinique a trouvé un bâtiment délabré rempli d’hommes brutaux et a exhorté les superviseurs à alerter la “Drug Enforcement Administration”, en disant qu’elle était “très certaine que c’est un réseau de narcotrafiquants organisé”. Malgré ses plaidoyers et des preuves supplémentaires suggérant que des pilules se déversaient entre les mains de criminels, les responsables de l’entreprise ne se sont adressés aux autorités que des années plus tard, lorsque le réseau de trafic de drogue a cessé ses activités et que ses dirigeants ont été mis en accusation. À ce moment-là, 1,1 million de pilules s’étaient déversées dans le commerce illicite. » Purdue maintenait aussi une base de données secrète de 1800 médecins suspects, mais seulement 10 % d’entre eux ont été signalés aux forces de l’ordre.

La médecine est une putain, son maquereau c’est le pharmacien” (Renaud)

Quittons les USA pour l’OMS et son fameux virus qui n’a été qu’une sévère grippe saisonnière. Quittons les Sackler et leur drogue pour passer à Bill Gates et à son vaccin… L’échelle est différente, mais l’arnaque est la même : même discours philanthropique, même richesse mammonique, même projet satanique…

Dans son article Hydroxychloroquine : comment la mauvaise science est devenue une religion, Jean-Dominique Michel, anthropologue médical et expert en santé publique, donnait quantité de citations de scientifiques confessant que c’était une erreur de faire naïvement confiance aux “scientifiques”. Il citait le médecin John Ioannidis avec son article “Pourquoi la plupart des résultats de recherche scientifique publiés sont faux” (2006) ; le Dr Richard Smith, rédacteur en chef du British Medical Journal qui osa publier un éditorial sans ambiguïté reprenant les critiques de Ioannidis : “La plupart des études scientifiques sont erronées, et elles le sont parce que les scientifiques s’intéressent au financement et à leurs carrières plutôt qu’à la vérité” ; Le Dr Relman qui, en 2002, avait déjà souligné : “La profession médicale est achetée par l’industrie pharmaceutique, non seulement en termes de pratique de la médecine, mais aussi en termes d’enseignement et de recherche” ; son successeur, Marcia Angeli relevait, quant à elle, en 2009 : “Il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie des recherches cliniques qui sont publiées, ni de se fier au jugement de médecins de confiance ou à des directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à cette conclusion, à laquelle je suis parvenue lentement et à contrecœur au cours de mes deux décennies de travail de rédactrice en chef.”

Bref, l’industrie pharmaceutique ne s’occupe pas de notre santé : elle s’occupe simplement de marketing et de profit. Elle n’hésite donc point à mettre sur le marché des produits dont elle connaît les effets dangereux ou létaux qu’elle omet délibérément de déclarer. Elle n’hésite pas à payer des professeurs en médecine renommés pour nier tout lien de causalité entre certains dommages et tel médicament. Les déplacements des médecins des hôpitaux parisiens et leurs congrès professionnels sont financés à hauteur de 40 millions d’euros par an par les laboratoires. L’industrie pharmaceutique finance par ailleurs la formation continue (et obligatoire) des médecins. La dépense est estimée entre 300 et 600 millions d’euros chaque année. Lorsqu’un scandale éclate, l’industrie pharmaceutique retire la molécule toxique, mais non sans avoir au passage engrangé un énorme pactole (Le Vioxx du laboratoire Merck a rapporté 11 milliards de dollars pendant le temps de sa commercialisation). Big pharma se voit infliger une “amende” pour mauvaise conduite mais celle-ci reste toujours ridicule au regard du bénéfice réalisé ($950 millions face aux 11 milliards pour le Vioxx).

Mais surtout, aucun responsable ne va en prison même si des centaines ou des milliers de personnes ont été tuées au passage. Car l’industrie pharmaceutique a pris la précaution de corrompre le système et de placer ses pions sur l’échiquier politique : le couple Agnès Buzyn (ministre de la santé qui décida de rendre 11 vaccinations obligatoires) et Yves Lévy (à la tête de l’INSERM) est un cas emblématique. De même que la décision d’Agnès Buzyn de classer en urgence l’hydroxychloroquine au tableau des « substances vénéneuses », et cela quelques semaines avant que l’OMS de Bill Gates crie à la Pandémie, a dû réjouir l’industrie vaccinale : car l’hydroxychloroquine est une substance très sûre, prise par des centaines de millions de personnes depuis des décennies qui ne coûte pas cher, et est donc peu rentable pour Mammon. Tandis qu’un vaccin… ça rapporte gros, et peu importe qu’il soit dangereux ou inutile.

Un vaccin rapporte en effet gros, très gros : Dans un article du monde diplomatique de janvier 2018, Leïla Shahshahani donne quelques chiffres… : « Au niveau mondial, le chiffre d’affaires de cette industrie était de 42,3 milliards d’euros en 2016, contre 20,3 milliards en 2012. Il pourrait avoisiner les 67 milliards d’ici à 2025. C’est le plus fort taux de croissance dans le secteur des médicaments. » Samuel Laurent, responsable de la rubrique “les décodeurs” dans Le Monde, revue subventionnée par Bill Gates, prétendait mensongèrement que : « Les vaccins sont génériques, ils ne rapportent pas grand-chose aux labos. » Pure propagande ! Dans le rapport annuel 2016 de Sanofi Pasteur, on apprend que : « En 2016, Sanofi a réalisé une marge brute de 62 % sur les vaccins, au plus haut depuis 5 ans. Le résultat opérationnel 2016 (bénéfices bruts) de la filière vaccins est de 1,57 milliard €, soit 34,4 % de son chiffre d’affaires, alors que la marge opérationnelle de l’ensemble du groupe est de 27,5 % » Vous connaissez beaucoup de commerçants qui se font 62 % de marge brute ?…

Et tant pis si le vaccin est dangereux. Le document Farewell PDR (Physician Desk Reference), la “bible” annuelle de l’industrie du médicament donne les principaux ingrédients des vaccins, qui sont : Pathogènes atténués (version affaiblie du virus ou de la bactérie) ; Adjuvants et conservateurs (mercure, formaldéhyde, aluminium, éthylène glycol, phénol. Leur but est de provoquer une réponse immunitaire plus forte que celle suscitée par le pathogène atténué) ; Formaldéhyde aux effets cancérigènes, neurotoxiques connus ; Phénol (neurotoxique et allergène majeur) ; Ethylène Glycol (conservateur problématique) ; Aluminium (toxique pour le système nerveux central et occasionnant de fortes réactions du système immunitaire et responsable de l’autisme). La neurotoxicité et l’accumulation de ces produits ne font aucun doute, des centaines d’études scientifiques le prouvent. Pour le mercure, on reçoit 25 microgrammes en une seule injection alors que le maximum tolérable est de 2 microgrammes par kg de poids corporel… Pour un bébé de 5 kg, le maximum journalier tolérable est de 10 microgrammes… Le vaccin qu’il reçoit représente donc deux fois et demi la dose tolérable ! Et en plus ces normes de l’OMS concernent le mercure ingéré (par voie orale), et non pas
injecté (par voie intramusculaire comme pour un vaccin) !

Bill Gates : médecin du monde” (Paris Match) ?

Comme l’écrivait Jean-Dominique Michel : « Il est en effet effrayant de voir combien de similitudes il y a entre cette industrie et la mafia. La mafia gagne des sommes d’argent obscènes, tout comme cette industrie. Les effets secondaires du crime organisé sont des meurtres et des morts, et les effets secondaires sont les mêmes dans cette industrie. La mafia corrompt les politiciens et autres, tout comme l’industrie de la drogue… Beaucoup de gens sont tués par l’industrie, beaucoup plus que par la mafia. Et, comme pour la mafia, malheur à ceux qui dénoncent ou témoignent contre l’industrie. Peter raconte plusieurs histoires de dénonciateurs traqués. La “mauvaise” médecine (mauvais diagnostics, mauvais traitements, médicaments toxiques) est devenue aujourd’hui aux États-Unis la troisième cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires et les cancers. »

Eh bien, cette “mauvaise” médecine a décrété une pandémie de papier ! En réalité, il n’y a jamais eu de « crise sanitaire sans précédent » (dixit Macron). Sur le papier et dans les médias du Système : si, mais dans la réalité : non. On a arrêté de compter les morts de la grippe que l’on a fait passer (sans preuve ni autopsie) dans les morts du Covid et tous les morts supposés avec le Covid étaient déclarés et supposés être morts du Covid. Bref, grâce à cette manipulation des chiffres, la pandémie mondiale s’est révélée être une stratégie de gouvernement par la terreur, stratégie particulièrement efficace. Cette fameuse “pandémie” avait été annoncée et souhaitée par des gens tels que Jacques Attali ou Bill Gates. La fondation de M. Gates avait même, en 2019, financé l’évènement 201 : une simulation organisée à New York concernant un épidémie de coronavirus…

Et ce n’est pas un hasard si l’OMS, qui a pour principal bailleur de fonds la fondation Gates, s’est permis de changer la définition de la pandémie (dépendante d’une haute mortalité) afin de pouvoir classer n’importe quelle épidémie (sans haute mortalité) en pandémie… Car cela permet de créer un état d’urgence qui lui-même permet à son tour de décréter n’importe quelle mesure liberticide. Sinon, quel serait l’intérêt de déclarer pandémie une épidémie qui dure depuis à peu près six mois, et dont les chiffres de mortalité, même surévalués, donnent péniblement 300.000 décès dans le monde ? Rien à voir avec les épidémies du passé qui faisaient des millions de morts sur une population mondiale plus réduite. Pour rappel, la Malaria a tué dans le monde, et pendant ce même temps, 327.000 personnes selon les sources mêmes de l’OMS ; les suicides : 357.000 mille ; les cancers : 2.7 millions ; la malnutrition : 3.7 millions ; les maladies infectieuses : 4.3 millions ; sans oublier les avortements d’enfants : 14.1 millions… Les leçons du Professeur Robert Faurisson n’ont toujours pas été retenues mais elles restent pourtant d’actualité. Ce Maître de conférences en critique de textes et de documents nous mettait en garde contre la propagande qui nous empêche de voir la réalité : “On vous expose des photographies de morts et vous croyez y voir des tués”… Pourquoi ? Parce que le discours idéologique nous y invite en faisant fi de la réalité. De même dans notre cas : les chiffres de la mortalité du Covid 19 sont ceux d’une épidémie classique d’une grippe annuelle, mais le discours nous dit que nous avons affronté un pandémie exceptionnellement grave et meurtrière… Et la masse y croit, non parce que c’est la réalité mais en raison du discours officiel et de la mise en scène orchestrée… Or, comme le professeur Denis Rancourt l’a montré : “les masques et les gestes barrières sont inutiles”. En effet, la proportion virus/masque revient à vouloir arrêter un ballon de 20 cm avec un filet dont les mailles seraient de 3 mètres ! Ceux qui portent volontairement des masques sont donc des imbéciles (victime du mensonge) ou des comédiens (complice du mensonge).

Le fondateur et ancien PDG de Microsoft, longtemps l’homme le plus riche du monde, finance près de sept vaccins pour “vaincre” le coronavirus et a investi 250 millions de dollars… En collaboration avec MIT, l’un de ces vaccins servira en fait de “nano-tatouage” comme preuve de la vaccination, et sera indispensable à l’obtention d’un passeport. Il ne s’agit plus ici de santé mais de contrôle de la population. Les hommes seront pucés comme les animaux. Tout cela rappelle une vision de l’humanité très talmudique… Saint Jean nous avait prévenus : « Puis je vis monter de la terre une autre bête [pouvoir religieux apostat], qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon [Satan]. Elle exerçait toute la puissance de la première bête [pouvoir temporel mondialiste] en sa présence, et elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie [Israël]. Elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête… Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front, et que nul ne pût acheter ou vendre, s’il n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse ! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six cent soixante-six [idéologie des droits de l’homme divinisé]. » (Apoc 13, 11-18)

Ce projet de traçabilité numérique universelle se nomme ID2020 : chaque personne se verra attribuer une identité numérique pour enregistrer, au-dessus de chaque État-nation, les dates de naissance, les dossiers médicaux, les cartes de crédit, les voyages, les droits politiques, les prestations de sécurité sociale, les antécédents médicaux, l’historique des vaccinations des citoyens du monde entier…

Officiellement, le mot Covid-19 est apparu le 11 février 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé a pris les syllabes ‘co’ et ‘vi’ empruntées au mot coronavirus, et de l’initiale du mot anglais ‘disease’, qui signifie « maladie, pathologie » et le nombre 19 pour l’année de son apparition : 2019. Mais selon certains le Covid-19 voudrait dire “Certificat Of Vaccination IDentity” avec 1=a et 9=i pour AI soit Intelligence Artificielle. Ce ne serait donc pas le nom du virus mais celui du Plan mondial d’asservissement des populations. Des accords ont été signés en ce sens par la Fondation Bill & Melinda Gates, avec GAVI, l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation, les Nations Unies et d’autres acteurs puissants (Banque Mondiale…). Bref, uniquement des “altruistes” mondialistes cosmopolites apatrides… comme la Fondation Rockefeller qui a déclaré exister « pour faire face à des moments comme celui-ci » et Soros qui affirme que « c’est la crise de ma vie. Avant même que la pandémie ne frappe, j’ai réalisé que nous étions à une époque révolutionnaire où ce qui serait impossible, voire inconcevable en temps normal, était devenu non seulement possible, mais probablement absolument nécessaire. » (Interview de Gregor Peter Schmitz, 11 mai 2020)

Vous l’avez compris, il y a dans le totalitarisme sanitaire une logique mammonique couplée à un impératif idéologique. Mais attention la clé du problème n’est pas l’argent-roi. Mammon, n’est qu’un moyen. Très peu de personnes vont jusqu’au bout du problème qui est l’orgueil de la créature : une envie de pouvoir illimité au service de Satan…

Les Sackler, Bauer, Lévy, Buzyn, Hirsch, Salomon, Jacob sont juifs. Les Gates, Rockefeller et mille autres ne sont pas juifs. Mais tous sont de dangereux mammonites au service du diable. C’est pourquoi nous résumions notre étude sur la Question juive par ces mots : « La prétendue religion juive, codifiée par les rabbins dans le Talmud, et la prétendue race juive, instrument de propagande sioniste, forment une seule et même imposture inspirée par l’enfer et dénoncée par l’apôtre Jean sous le nom de “Synagogue de Satan”, dont le but est, d’une part, d’emprisonner les juifs perfides dans un ghetto psychique, et d’autre part, au moyen d’un projet mondialiste, matérialiste et totalitaire qui profite temporellement à une toute petite minorité de Mammonites juifs et non-juifs, d’asservir l’humanité toute entière, et ce par une permission divine en raison du châtiment mérité par tous les peuples pour avoir, les uns comme les autres, préféré Mammon au Christ. »

Dieu ou Mammon” avertissait le Christ

La plupart des gens ne croient ni en Dieu ni au diable. Il leur paraîtra donc inimaginable et inconcevable que la plupart des hommes politiques, que la plupart des médias officiels et que la plupart des organisations internationales (telles que l’ONU, OMS, FMI…) puissent n’être que des outils d’une propagande mensongère et criminelle au service de ceux qui les financent et qui se trouvent être des individus sans scrupules… au service du diable.

Pour comprendre cela, il suffit de s’informer un peu sérieusement, puis d’accepter les faits… Montrons-le, pour faire court, en trois étapes et à travers trois citations :

  1. Aujourd’hui, l’Etat, révolutionnaire et maçonnique, est le pire ennemi du peuple. L’historien Jean de Viguerie écrivait en effet : « Nous devons nous rendre à l’évidence, la patrie a disparu de nos yeux. De même la nation. L’indépendance et la souveraineté sont les conditions nécessaires de l’existence d’une nation. Or, nous savons ce que l’européisme et le mondialisme ont fait de l’indépendance et de la souveraineté de la France. […] Depuis plus de deux siècles sont persécutés dans notre pays ceux qui refusent de rendre un culte aux mythes appelés droits de l’homme. La patrie disparue, la nation désagrégée, il reste l’État. […] Avec l’État issu des Lumières et de la Révolution, on ne fera jamais rien. Les Vendéens et le comte de Chambord l’avaient compris. Un jour peut-être les Français le comprendront. […] En fait, il n’y a plus de France, et ce sont les gouvernements qui l’ont tuée. Voilà la réalité.» (Les deux Patries, 2003)
  2. Aujourd’hui le pouvoir politique, au sens noble du terme, a disparu au profit du seul pouvoir occulte et économique. Valérie Bugault, docteur en droit, a déclaré sur Radio Courtoisie en 2018 : « Aujourd’hui la monnaie ne sert plus le bien commun mais des intérêts privés. La monnaie est aujourd’hui conçue structurellement comme un instrument de domination. Aujourd’hui le pouvoir politique n’est qu’une émanation du pouvoir économique qui se cache derrière les institutions étatiques mais qui est aux mains d’une minorité financière nomade, anonyme, apatride et cosmopolite. L’État français, techniquement, fonctionnellement, n’existe plus. Il n’a plus aucune souveraineté. On en parle encore beaucoup, mais c’est parler de quelque chose qui a disparu depuis un moment. C’est flagrant depuis les institutions européennes mais c’est vrai depuis les 150 dernières années… L’élément clé à garder en tête et à comprendre, c’est que le pouvoir politique en Occident n’existe plus depuis le siècle des lumières. Dans le Nouvel Ordre Mondial, les chefs réels sont anonymes, donc irresponsables – car n’ayant pas de compte à rendre – sans limite et totalitaire…. »
  3. Aujourd’hui, et c’est là peut-être le plus difficile à accepter, le monde est dirigé par des élites pédocriminels au service de Satan qui pratiquent des rites de pouvoir en violant, en torturant, en tuant et en buvant le sang d’enfants. Voir à ce sujet le documentaire en trois parties, “Les enfants sacrifiés”, réalisé par Hervé Ryssen qui synthétise sur ce sujet différents témoignages et enquêtes (Karl Zero, Elice Lucet…)

Quand Dieu ne règne pas, Satan exerce son pouvoir maléfique avec plus de cruauté. Aux hommes de choisir qui ils veulent pour maître ! Seule une profonde ignorance de la dimension religieuse du drame humain explique l’incrédulité des masses devant le pédo-satanisme. Depuis l’origine des temps idolâtriques, Satan a pris plaisir à humilier les hommes qui avaient abandonné le culte du vrai Dieu en favorisant les sacrifices humains et particulièrement ceux des enfants. La Bible comme l’histoire profane (Royaume inca, cannibalisme rituel en Papouasie et en Centrafrique…) racontent ces mêmes faits à toutes les époques. Et ce n’est pas parce les suppôts du diable portent aujourd’hui des cravates et des téléphones portables qu’ils ne sont plus des suppôts de Satan.

La loi divine du vrai Dieu a toujours proscrit ces pratiques sataniques : “Tu ne donneras aucun de tes enfants pour le faire passer par le feu en l’honneur de Moloch, et tu ne profaneras pas le nom de ton Dieu. Je suis Yahweh.” (Lev 18,21) ; “Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de Yahweh, ton Dieu; car elles faisaient pour leurs dieux toutes les abominations que déteste Yahweh, et même elles livrent au feu leurs fils et leurs filles en l’honneur de leurs dieux.” (Deut 12, 31) Mais les juifs régulièrement tombèrent dans ce culte abominable. Des rois impies de Juda et d’Israël se rendirent eux-mêmes coupables de ces crimes : Achaz et Manassé à Jérusalem ; Osée en Samarie ; Salomon lui-même à la fin de sa vie (II Rois 23, 10-14). Ces pratiques ne disparurent jamais complètement. Régulièrement Dieu faisait parler ses prophètes qui fulminaient contre les pervers s’adonnant à ces sacrifices d’enfants par le feu : « Parce qu’ils m’ont abandonné, qu’ils y ont offert de l’encens à des dieux étrangers et qu’ils ont rempli ce lieu du sang des innocents. Ils ont bâti des hauts lieux à Baal pour consumer leurs enfants par le feu en holocauste à Baal ; Choses que je n’avais pas commandées, ni dites. Et qui n’étaient point montées dans ma pensée. C’est pourquoi voici que des jours viennent, dit Yahweh, où je rendrai vain dans ce lieu le conseil de Juda et de Jérusalem… Et je ferai de cette ville un objet de stupeur et de moquerie… Ainsi parle Yahweh des armées : Je briserai ce peuple et cette ville, comme on brise le vase du potier qui ne peut plus être réparé… » (Jérémie 19, 5-13) ; « Tu as pris tes fils et tes filles que tu m’avais enfantés ; tu les leur as offerts en sacrifice pour qu’ils les dévorassent. Etait-ce trop peu de tes prostitutions, que tu aies égorgé mes fils, et que tu les leur aies livrés, en les faisant passer par le feu en leur honneur ?… Malheur, malheur à toi ! Oracle du Seigneur Yahweh. » (Ezéchiel 16, 20-23)

Conclusion

Il me semble que le moment est venu d’ouvrir les yeux et de comprendre que depuis plusieurs mois nous sommes soumis à une gigantesque manipulation mentale et émotionnelle ; nous sommes victimes d’une énorme opération d’ingénierie sociale, sans précédent dans l’histoire de l’humanité, réalisée en vue de la mise en place, à court ou moyen terme, d’un gouvernement totalitaire à l’échelle planétaire.

Par principe de précaution : ne jamais croire les médias “officiels” (TF1, LCI, BFMTV, Cnews, France Info…) ni les gouvernements. Les premiers sont au service des seconds et ceux-là sont les pires ennemis du peuple (de Viguerie). Les deux appartiennent à la finance apatride. Le politique n’existe plus : il n’y a plus que des apparences pour mieux tromper les peuples (Valérie Bugault).

Mais il est surtout temps de prendre au sérieux les enseignements du Christ : « Nul ne peut servir deux maîtres : car, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et la Richesse… Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné en plus. » (Mt 6, 24 & 33)

Les peuples ont abandonné le Christ, sa doctrine et sa morale… Et l’on s’étonne que le monde soit gouverné par le “prince de ce monde” : Satan. Les hommes vivent et boivent le péché comme de l’eau : luxure et fornication, colère et violence, avarice et lâcheté, orgueil et vanité… Et l’on s’étonne que le monde soit dirigé par des personnes hypocrites et cruelles, orgueilleuses et égoïstes, belliqueuses et menteuses. Le Christ appelait cette sorte de gens une “race de vipères” (Mt 23,33) « parce que, à la ressemblance de ces bêtes, ils se comportaient de façon tortueuse et faisaient tort aux autres. “Gardez-vous, dit-il en effet, du levain des Pharisiens et des Sadducéens” (Mt 16,6). Il disait également à propos d’Hérode “Allez dire à ce renard…” (Lc 13,32), signifiant par là son astuce et sa fourberie. »[1] Il les appelait encore “fils du diable” parce qu’ils font “ses œuvres […] ils se rattachent au diable, qui est devenu l’initiateur et la cause originelle de l’apostasie tant pour lui-même que pour les autres. »[2]

Comment se fait-il que la masse soit encore prête à croire un gouvernement qui, à un mois d’intervalle et parlant sous la prétendue autorité d’un anonyme conseil “scientifique”, affirme, en pleine prétendue “crise sanitaire”, qu’il est déconseillé de porter un masque et qui, après la fin de la prétendue “crise sanitaire”, déclare qu’il est obligatoire de porter un masque… Comment une telle imposture politico-médiatique, qui réalise une expérience grandeur nature d’ingénierie sociale mondiale de contrôle total des masses, peut à ce point réussir ?

Au-delà des techniques de manipulation et de propagande, au-delà des sommes colossales d’argent dont disposent les suppôts de Satan, au-delà de la veulerie et de la corruption des élites mondialistes en marche, la plus profonde des raisons, et donc la moins évidente, est que par un juste châtiment et retour des choses, le “dieu de ce siècle” aveugle l’intelligence de l’homme qui par refus de “l’amour de la vérité” refuse de se soumettre à la réalité et aux exigences des lois divines et naturelles.

Bibliographie

Partie 1 : https://www.bitchute.com/video/vAJW27GPxWNN/
Partie 2 : https://www.bitchute.com/video/XIU1hEGudDFK/
Partie 3 : https://www.bitchute.com/video/cufba7hQuWTT/

  • Abbé Olivier RioultDe la question juive – SynthèseEditions Saint Agobard 2018. 454 pages – 21 €

[1] Saint Irénée, Contre les hérésies, Livre IV, 41, 3.

[2] Saint Irénée, Contre les hérésies, Livre IV, 41, 3.

Bill Gates aurait tenté de soudoyer les décideurs nigérians pour voter l’obligation vaccinale contre le COVID-19

Bill Gates aurait tenté de soudoyer les décideurs nigérians pour voter l'obligation vaccinale contre le COVID-19

La Coalition des partis politiques unis (CUPP) a affirmé lundi avoir intercepté un rapport du renseignement selon lequel la direction de la Chambre des représentants du Nigéria était prête à adopter de force le projet de loi sur les vaccins obligatoires sans le soumettre aux procédures législatives habituelles.Dans une déclaration publiée et signée lundi par le porte-parole des partis politiques d’opposition, l’avocat Ikenga Imo Ugochinyere, et envoyée lundi au DAILY POST à ​​Abuja, le parti a exhorté les législateurs de la chambre basse à se soulever contre l’impunité. La déclaration a allégué qu’une somme de 10 millions de dollars avait été offerte par le tsar américain de l’informatique, Bill Gates, pour influencer l’adoption rapide du projet de loi sans recourir à une audience publique législative, une évolution qu’ils décrivent comme anachronique, ajoutant que le président, Femi Gbajabiamila devrait être destitué s’il impose ce projet de loi. La déclaration se lit comme suit: «La Coalition de l’opposition (CUPP) a intercepté des renseignements très crédibles et alerte par la présente les Nigérians des plans de la direction de la Chambre des représentants dirigée par Femi Gbajabiamila visant à appliquer avec force et sans respect des règles de la législation pour adopter le projet de loi de 2020 sur le contrôle des maladies infectieuses, autrement connu comme le projet de loi sur la vaccination obligatoire qui propose une vaccination obligatoire de tous les Nigérians alors même que les vaccins n’ont pas été découverts. “Cette information est couplée avec les informations de la prétendue réception, provenant de sources extérieures au pays mais très intéressées par le projet de loi, de la somme de 10 millions de dollars par les sponsors et les promoteurs du projet de loi à répartir entre les législateurs pour assurer un passage sans difficulté de la loi. «Cela se manifestera lors d’une audition publique douteuse que les promoteurs insistent encore pour annuler sous prétexte de contenir la propagation du coronavirus. L’intelligence est que la Chambre, sous quelque forme que ce soit, adoptera le projet de loi demain 5 mai 2020 à la reprise. «L’opposition nigériane rejette le projet de loi et exhorte les législateurs de l’opposition à la Chambre des représentants à confronter le président de la Chambre à ces faits demain en plénière et à résister à tout projet visant à adopter illégalement le projet de loi. «Nous avons été informés que l’accord présumé sur l’adoption du projet de loi a été conclu lors d’un voyage en Autriche il y a quelques mois alors que le soutien financier pour la promotion du projet de loi aurait été reçu la semaine dernière pour tenter d’adopter à la hâte le projet de loi par tous les moyens nécessaires. «Il est rappelé aux Nigérians qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de vaccin découvert / approuvé nulle part dans le monde et on commence maintenant à se demander pourquoi la hâte d’adopter un projet de loi pour un vaccin obligatoire alors qu’il n’y en a pas. […] «Pourquoi faire une loi pour un vaccin qui n’a pas été découvert? Cela veut-il dire que Femi Gbajabiamila et les promoteurs ont une idée de quand sera prêt le vaccin? Alors que des nations comme Madagascar font des remèdes locaux qui fonctionnent, le Congrès des Progressistes fait une loi pour injecter obligatoirement aux Nigérians des vaccins que nos anciens maîtres esclavagistes n’ont pas encore découverts. “Ce plan pour pousser à l’adoption du projet de loi est malveillant”. […]

Bill Gates explique que le vaccin covid utilisera
une technologie expérimentale et modifiera
de façon permanente votre ADN…

Bill Gates explique que le vaccin covid utilisera une technologie expérimentale et modifiera de façon permanente votre ADN…

Vous trouverez dans ces articles plus d’informations sur le vaccin de Gates et de la Darpa, Et dans cette autre vidéo, Bill Gates explique tranquillement, sans aucun état d’âme, ça semble même le faire marrer, qu’il pourrait y avoir un effet de bord toutes les 10 000 vaccinations, ce qui ferait 700 000 personnes potentiellement impactées, et pour lui c’est une bagatelle. Ces gens sont des psychopathes….

Plutôt que d’enseigner aux gens comment améliorer leur état de santé général ou renforcer leur immunité grâce à des aliments sains, des compléments de qualité et une activité physique, les pouvoirs en place disent au monde que la seule façon de survivre à la crise du Coronavirus est de hâter le développement d’un vaccin et de l’injecter ensuite à chaque être humain sur la planète.

Le gouvernement américain, ainsi que de grandes villes comme Chicago, vont déjà de l’avant avec des plans visant à utiliser les ressources gouvernementales et l’armée pour distribuer des centaines de millions de doses de vaccins aux Américains d’ici la fin de l’année.

Au premier plan de cette conversation se trouve Bill Gates, qui est devenu en quelque sorte le plus grand expert mondial en matière de pandémies et de vaccins. Par le biais de sa fondation, il soutient l’OMS et le développement de nouveaux vaccins, et soutient actuellement un certain nombre de sociétés pharmaceutiques dans leur course à l’invention du produit qui sauvera le monde du Covid-19.

En règle générale, le processus de développement, d’essai et de production de masse des vaccins prend des années, mais grâce à la nouvelle technologie expérimentale émergente, M. Gates espère pouvoir vacciner « 7 milliards de personnes en bonne santé » en un temps record.

Une nouvelle génération de vaccins est en train d’émerger à l’heure où nous parlons. Pour l’instant, il n’existe pas de vaccins à ADN et à ARN approuvés pour l’usage humain, mais comme le dit M. Gates dans le post suivant de son blog personnel, le moment est venu de les essayer sur tout le monde. Dans le commentaire suivant, il explique la différence entre les vaccins traditionnels et les vaccins à ADN/ARN, qui, une fois encore, n’ont jamais été approuvés pour un usage humain :

Enseigner à votre corps comment vaincre un agent pathogène sans jamais tomber malade. Les deux types les plus courants – et ceux que vous connaissez probablement le mieux – sont les vaccins inactivés et les vaccins vivants. Les vaccins inactivés contiennent des agents pathogènes qui ont été tués. Les vaccins vivants, en revanche, sont constitués d’agents pathogènes vivants qui ont été affaiblis (ou « atténués »). Ils sont très efficaces, mais plus sujets aux effets secondaires que leurs homologues inactivés.

Les vaccins inactivés et vivants sont ce que nous considérons comme des approches « traditionnelles ». Il existe un certain nombre de candidats vaccins COVID-19 des deux types, et pour une bonne raison : ils sont bien établis. Nous savons comment les tester et les fabriquer.

L’inconvénient est que leur fabrication prend du temps. Il y a une tonne de matière dans chaque dose d’un vaccin. La plupart de ce matériel est biologique, ce qui signifie que vous devez le cultiver. Cela prend du temps, malheureusement.

C’est pourquoi je suis particulièrement enthousiaste à l’égard de deux nouvelles approches adoptées par certains des candidats : Les vaccins à ARN et à ADN. Si l’une de ces nouvelles approches se révèle efficace, nous serons probablement en mesure de diffuser les vaccins dans le monde entier beaucoup plus rapidement (par souci de simplicité, je ne vais expliquer que les vaccins à ARN. Les vaccins à ADN sont similaires, mais avec un type de matériel génétique et un mode d’administration différents).

Notre fondation – à la fois par son propre financement et par l’intermédiaire de la CEPI – soutient le développement d’une plateforme de vaccins à ARN depuis près de dix ans. Nous avions prévu de l’utiliser pour fabriquer des vaccins contre des maladies qui touchent les pauvres comme la malaria, mais aujourd’hui, elle semble être l’une des options les plus prometteuses pour le COVID. Le premier candidat à entamer des essais sur l’homme était un vaccin à ARN créé par une société appelée Moderna.

Voici comment fonctionne un vaccin à ARN : plutôt que d’injecter l’antigène d’un agent pathogène dans votre corps, vous lui donnez le code génétique nécessaire pour produire cet antigène lui-même. Lorsque les antigènes apparaissent à l’extérieur de vos cellules, votre système immunitaire les attaque et apprend à vaincre les futurs intrus au cours du processus. En gros, vous transformez votre corps en sa propre unité de fabrication de vaccins.

Comme les vaccins à ARN laissent votre corps faire la plus grande partie du travail, ils n’ont pas besoin de beaucoup de matériel. Cela les rend beaucoup plus rapides à fabriquer. Mais il y a un hic : nous ne savons pas encore avec certitude si l’ARN est une plate-forme viable pour les vaccins. Étant donné que le COVID serait le premier vaccin à ARN à sortir, nous devons prouver à la fois que la plateforme elle-même fonctionne et qu’elle crée une immunité. C’est un peu comme si vous construisiez votre système informatique et votre premier logiciel en même temps ». ~ Bill Gates

Ainsi, le vaccin Covid-19 ne sera pas un vaccin traditionnel. Il ne sera pas testé de manière significative ou standard étant donné l’état d’urgence actuel. Il sera administré par les militaires, et tout le monde sur la planète devra le prendre.

Comme l’a fait remarquer le journaliste d’investigation Jon Rappoport :

« Deux nouvelles technologies sont dans la filière de test COVID au moment où nous parlons : Les vaccins à ADN et à ARN. Ils n’ont jamais été mis en circulation pour un usage public. La technologie de l’ADN est en fait une thérapie génique. Des gènes sont injectés dans le corps et modifient de façon permanente et inconnue la composition génétique du receveur. Les vaccins à ARN comporteraient le danger de déclencher des réactions auto-immunes, c’est-à-dire que l’organisme se mettrait en guerre contre lui-même.

Le vaccin qui est exploité par le gouvernement américain… sous l’égide de ses National Institutes of Health… par le biais de la société pharmaceutique Moderna… n’a JAMAIS été utilisé sur le marché avant.

IL N’EST PAS AUTORISÉ À ÊTRE UTILISÉ PAR LE PUBLIC.

LES VACCINS ARN ET LA TECHNOLOGIE QU’ILS UTILISENT SONT ENTIÈREMENT EXPÉRIMENTAUX.

ET C’EST LE TYPE DE VACCIN QUI EST MIS EN PLACE À LA HÂTE EN 90 JOURS.

Qu’est-ce qui pourrait bien mal tourner dans le monde ?

Une façon de le découvrir est de le lancer sur des millions de personnes, de prendre du recul et de voir ». ~Jon Rappoport

Vous êtes prêts à ce que votre famille et vos enfants servent de cobayes dans le cadre de la plus grande expérience de santé mondiale jamais menée ?

Alex Pietrowski est un artiste et un écrivain soucieux de préserver une bonne santé et la liberté fondamentale de jouir d’un mode de vie sain. Il est rédacteur pour WakingTimes.com. Alex est un étudiant passionné de yoga et de vie.

Cet article (Bill Gates explique que le vaccin Covid utilisera une technologie expérimentale et modifiera de façon permanente votre ADN), créé et publié à l’origine par Waking Times, est publié ici sous une licence Creative Commons avec mention d’Alex Pietrowski et de WakingTimes.com.

Source : Dcdirtylaundry.com

C’est l’information d’aujourd’hui, c’est le monde dans lequel nous vivons, et c’est un article exclusif de Crashdebug.fr…
Notre petit site web ne vous impose aucune publicité, nous ne revendons pas vos données, bref nous ne gagnons pas d’argent avec, par contre il propose des services et des infrastructures (que nous vous offrons gratuitement). Cela coûte de l’argent, aussi sachez que si vous le désirez, vous pouvez nous soutenir financièrement à partir de 1€ mensuellement via Tipeee ou occasionnellement via Paypal. Merci par avance ; )

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Dans un discours épique, une députée italienne demande l’arrestation de Bill Gates en tant que « criminel vaccinal » pour avoir poursuivi des crimes contre l’humanité (Dcclothesline.com)

Crashdebug.fr : Donald Trump : Nous mobilisons l’armée pour distribuer le futur vaccin contre le coronavirus (Breitbart.com)

Crashdebug.fr : Le ministère de la Défense et le ministère de la Santé accordent un contrat de 138 millions de dollars à ApiJect Systems pour fournir des seringues préremplies de vaccin COVID-19 avec un système de suivi par micropuce RFID (en option)

Crashdebug.fr : Neuf simulations, exercices et lois qui ont été planifiés et préparés pour le coronavirus (Waking Time)

Crashdebug.fr : Le document de la Fondation Rockefeller d’avril 2020 préconise de tester et de tracer l’ensemble de la population américaine (Dcclothesline.com)

Crashdebug.fr : LA SOCIÉTÉ SANS NUMÉRAIRE de 2020 : Le coronavirus fait basculer la société vers l’identification numérique « sans contact » et la monnaie numérique (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : Les implants à micro-puces sous-cutanées arrivent dans un corps près de chez vous…

Crashdebug.fr : CV-1984 : La Chine met en place un test de monnaie numérique dans quatre villes, des entreprises occidentales participent au test (Activistpost)

Crashdebug.fr : Étape suivante dans le cadre de la pandémie de Coronavirus Tyrannie : Vaccinations forcées et « certificats numériques » (Activistpost)

Crashdebug.fr : Bill Gates s’associe avec la DARPA et le ministère de la défense pour un nouveau vaccin COVID19 à base de nanotechnologies et d’ADN ! (Wakingtimes.com)

Crashdebug.fr : Le coronavirus donne un coup de fouet dangereux à l’agenda le plus sombre de la DARPA (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : Dr Andrew Kaufman : Ils veulent nous modifier génétiquement avec le vaccin du COVID-19 (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : VIDEO DU JOUR : … Un ex agent russe parle de Coronavirus et de dépopulation mars 2020

Crashdebug.fr : Manipulation mondiale des peuples : comment l’oligarchie mondiale veut faire de nous des esclaves

Crashdebug.fr : Le vaccin anti-Covid-19 de l’Institut Pasteur donnera ses premiers résultats à l’automne (Futura-sciences)

Crashdebug.fr : Snowden : les gouvernements utilisent la pandémie pour construire une « architecture de l’oppression » de la surveillance (Themindunleashed.com)

Professeur RAOULT : La chloroquine : émotion, délire, manipulation de l’opinion
« Il est à noter, qu’à cette occasion, j’ai pu observer un délire, qui est le plus stupéfiant sur le plan médicamenteux, de toute ma carrière, pourtant longue, sur le danger extrême de l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine. Ces médicaments sont prescrits depuis 80 ans, il est probable qu’au moins 1/3 de la population a eu l’occasion d’en manger. En France, la CNAM rapporte que 36 millions de comprimés de Plaquenil 200 mg ont été́ distribués en 2019. L’émotion formidable, sur les risques de la chloroquine et l’hydroxy-chloroquine, témoigne d’une absence complète de contrôle de l’information raisonnée, basée sur la bibliographie, et non pas sur les émotions des uns et des autres, voire la manipulation de l’opinion et je mesure mes termes. Par définition, le directeur de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), en est responsable. » (N.D.L.R. Le docteur en psychiatrie, Dominique Martin)

Youtube : (sud radio) J.D Michel -« Les courbes épidémiques des pays confinés et des pays non confinés sont les mêmes ! »

Le confinement était la dernière chose à faire !!

David Icke montre avec clarté toute la folie de la « pandémie » créée par les technocrates pour nous asservir.

Tony Robbins interroge des médecins sur la pseuodo épidémie de coronavirus, décapant !

via:https://mirastnews.net/2020/06/14/bill-gates-explique-que-le-vaccin-covid-utilisera-une-technologie-experimentale-et-modifiera-de-facon-permanente-votre-adn/

Le Rubicon digital est franchi…


Bill Gates : « Les rassemblements de masse ne reviendront pas sans vaccin mondial. »


Par Robert Bridge – Le 8 avril 2020 – Source Strategic Culture

bridge_1-1-175x230

Un thème récurrent parmi les théoriciens du complot est que l’élite n’attend que le bon moment pour déployer sa technologie de «marquage de la bête» pour identifier et contrôler à distance chaque être humain sur la planète, scellant ainsi ses plans pour un gouvernement mondial unique. Et avec beaucoup de gens prêts à faire à peu près n’importe quoi pour revenir à une certaine normalité, ces craintes semblent plus justifiées à chaque jour qui passe.

Bridge-930x520
© Photo: Flickr/OnInnovation

Dans le livre de l’Apocalypse [13: 16-17], il y a un passage qui a frappé l’imagination des croyants et des mécréants à travers les âges, et peut-être jamais plus que maintenant :

13:11 Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. …

13:16 Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

13:17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Jean de Patmos a-t-il été le premier théoricien du complot de l’histoire, ou nous faisons-nous simplement plaisir aujourd’hui avec un cas de prophétie auto-réalisatrice ?

Quoi qu’il en soit, beaucoup de gens auraient probablement de sérieuses réserves quant à la marque avec un code d’identification, même si cela n’avait jamais été mentionné dans les Saintes Écritures. Mais cela n’a certainement pas empêché le fondateur de Microsoft, Bill Gates, qui met en garde contre une pandémie mondiale depuis des années, de faire avancer l’usage de ces technologies controversées sur nous tous.

En septembre 2019, à peine trois mois avant la première apparition du coronavirus en Chine, ID2020, une société biométrique basée à San Francisco qui compte Microsoft parmi ses membres fondateurs, a tranquillement annoncé qu’elle entreprenait un nouveau projet qui implique «l’exploration de multiples technologies biométriques  d’identification pour les nourrissons» qui est basée sur la «vaccination» et utilise uniquement les «approches les plus efficaces».

Alternative News - @NewsAlternative 

Dans une nouvelle interview, Bill Gates déclare avec autorité que les rassemblements publics de masse ne reviendront «pas du tout» jusqu'à ce que nous ayons la vaccination de masse. Qui l'a fait roi du monde ? 

https://t.co/siW7bZ9yGc

Pour quiconque se demande à quoi pourrait ressembler l’une de ces «approches les plus efficaces», considérez le principal candidat suivant pour le contrat. Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont développé ce qui est essentiellement un «tatouage»de haute technologie qui stocke les données dans un colorant invisible sous la peau. La «marque» serait délivrée avec un vaccin, probablement administré par Gavil’Agence mondiale pour les vaccins qui relève également de la Fondation Bill & Melinda Gates.

«Les chercheurs ont montré que leur nouveau colorant, qui se compose de nanocristaux appelés points quantiques… émet une lumière proche de l’infrarouge qui peut être détectée par un smartphone spécialement équipé»a rapporté MIT News.

Et si le lecteur fait défiler tout en bas de l’article, il découvrira que cette étude a été financée avant tout par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Aujourd’hui, avec la fermeture de l’économie mondiale des services pour empêcher de grands groupes d’humains infectieux de se rassembler, il est plus facile d’imaginer le moment où les gens devront faire scanner leur «tatouage» d’identification infrarouge pour avoir accès à n’importe quel lieu public.  Et à partir de là, il faut peu d’imagination pour voir cette même nanotechnologie de suivi appliquée à grande échelle dans l’économie mondiale, où elle pourrait être utilisée pour éliminer l’utilisation de l’argent sale. Après tout, si les sacs réutilisables sont interdits en raison de la panique du coronavirus, pourquoi les espèces monétaires réutilisables devraient-elles bénéficier d’un traitement spécial ?

L’analyste géopolitique Pepe Escobar a fourni ce mois-ci un argument convaincant selon lequel le coronavirus, qui conduit le monde vers une nouvelle grande dépression, «est utilisé comme couverture pour l’avènement d’un nouveau système financier digital, par la mise en place d’une nanopuce obligatoire avec un vaccin créant une identité numérique complète et individuelle».

Comme scénario futur possible, Escobar a imaginé «des grappes de villes intelligentes liées par l’Intelligence Artificielle, avec des personnes surveillées à plein temps et dûment micro-pucés achetant ce dont elles ont besoin avec une monnaie digitale unifiée…»

Ces craintes ont pris plus d’importance lorsque Bill Gates s’est présenté ce week-end pour une interview à couper le souffle avec CBS This Morning. Gates a déclaré à l’hôte Anthony Mason que les rassemblements de masse pourraient être interdits à l’ère des coronavirus jusqu’à ce qu’un programme de vaccination à grande échelle soit adopté.

«À quoi ressemble le déconfinement?», a demandé Gates ingénument, si l’on ne change pas la composition sociale et culturelle des États-Unis d’un seul coup. «Quelles activités, comme les écoles, sont indispensables et peuvent s’organiser de manière à ce que le risque de transmission soit très faible, et quelles activités, nécessitant des rassemblements de masse, peuvent-elles être, dans un certain sens, plus optionnelles ? Et donc tant que vous ne serez pas largement vaccinés, ces [activités] pourraient ne pas revenir du tout »[L’interview peut être regardée dans son intégralité ici].

Selon Gates, tout ce qui pourrait être défini comme un «rassemblement de masse» – des spectateurs entassés dans un stade pour un événement sportif aux manifestants dans la rue – serait considéré comme un acte de désobéissance civile en l’absence de vaccination. Pas étonnant que Gates ait choisi le concept de «rassemblement de masse» pour nous «niquer» tous, car qu’est-ce que la société démocratique moderne sinon une succession de grands événements de masse, l’un après l’autre ? En effet, puisque personne ne voudra manquer le prochain grand événement, comme le Super Bowl, ou Comic-Con, ou, Dieu nous en préserve, l’Eurovision, des millions de personnes feront évidemment la queue pour obtenir leur inoculation prise en charge par Microsoft, même si elle contient des technologies de traçage.

Roosh@rooshv 

Le MIT travaille sur un «tatouage quantique» qui vous marquera avec un identifiant invisible tout en délivrant également un vaccin. Pouvez-vous deviner qui est le premier donateur du projet ? http://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218

Tout cela semble être une pure folie quand on sait qu’il existe d’autres options pour vaincre le coronavirus qu’un régime vaccinal mondial obligatoire.

Le mois dernier, le Dr Anthony Fauci, directeur des allergies et des maladies infectieuses aux États-Unis, a déclaré à un sous-comité sénatorial que plus de 80% des personnes infectées par le coronavirus se «rétablissent spontanément» sans aucune intervention médicale. On peut donc se demander pourquoi le confinement mondial a été conçu pour tout le monde plutôt que pour les malades et les personnes âgées. Pendant ce temps, le médicament hydroxychloroquine, qui a été minimisé dans les médias bien qu’il ait été désigné dans une enquête majeure parmi les médecins comme le traitement le plus efficace contre les coronavirus, commence à faire peau neuve.

Pas plus tard que cette semaine, suivant l’exemple du Nevada, le Michigan vient de changer de cap, il est maintenant le deuxième État démocrate à demander le médicament antipaludéen à l’administration Trump.

John Solomon @jsolomonReports 1 h 27 - 3 avril 2020
 
Le Michigan renverse le cap et demande des médicaments antipaludéens aux autorités fédérales pour traiter le coronavirus. Deuxième gouverneur démocrate à changer d'avis cette semaine, après le Nevada. 

https://justthenews.com/politics-policy/coronavirus/michigan-requests-drugs-national-stockpile-treat-coronavirus#.XoaCiWpyAi8.twitter

miIcictG
La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer – photo de 2018, lorsque Whitmer était candidate au poste de gouverneur | (Bill Pugliano / Getty Images)
Le Michigan renverse le cap et demande des médicaments antipaludiques aux autorités fédérales pour traiter le coronavirus
 
Cette décision intervient après que la semaine dernière, l'État a écrit une lettre mettant en garde contre une prescription ou une distribution incorrecte des médicaments

justthenews.com

Alors maintenant, il semble que nous soyons partis dans une course pour voir la méthode qui sera approuvée dans la lutte contre la pandémie mondiale – un vaccin développé à la hâte qui pourrait effectivement aggraver les effets de la maladie chez ceux qui la contractent, ou le médicament bon marché déjà éprouvé, l’hydroxychloroquine.

Si le gagnant se révèle être un vaccin mondial, peut-être celui qui sera porteur de nanotechnologies d’identification, ne vous attendez pas à ce que les riches fassent la queue avec leurs enfants pour être les premiers à en bénéficier. En 2015, l’American Journal of Public Heath a interrogé quelque 6 200 écoles en Californie – l’épicentre de la recherche sur l’identification biométrique – et a constaté que les exemptions de vaccins étaient deux fois plus fréquentes chez les enfants inscrits dans des établissements privés.

Il semble que l’élite parie fortement sur le développement d’un vaccin de suivi des identités qui rassemblerait toutes les races et les institutions sous un même toit heureux, mais il est clair qu’elles continueront à vivre dans leur propre quartier clôturé dans ce gouvernement mondial. Qu’ils obtiennent ou non un «laissez-passer spécial» pour une dérogation au marquage du nouvel âge est une autre question.

Robert Bridge

COVID-arnaque. Un ancien officier du Renseignement militaire russe (GRU) – Cette pandémie est un mensonge

« Tant que nous ne nous débarrasserons pas de nos parasites internes [intérêts financiers sionistes] qui règnent sur nous, nous ne pouvons pas lutter contre d’autres parasites ».

Voici la traduction d’une tribune rédigée par Robert F. Kennedy Jr., président de l’ONG Défense de la santé des enfants.

Agenda mondial des vaccins de Gates: un gagnant-gagnant pour l’industrie pharmaceutique et la vaccination obligatoire

Les vaccins, pour Bill Gates, sont une philanthropie stratégique qui alimente ses nombreuses activités liées aux vaccins (y compris l’ambition de Microsoft de contrôler une entreprise mondiale d’identification vaccinale) et lui donne un contrôle dictatorial de la politique de santé mondiale.

L’obsession de Gates pour les vaccins semble être alimentée par la conviction de sauver le monde avec la technologie.

Promettant sa part de 450 millions de dollars sur 1,2 milliard de dollars pour éradiquer la polio, Gates a pris le contrôle du Groupe consultatif technique national indien sur la vaccination (NTAGI), qui a prescrit jusqu’à 50 doses de vaccins contre la polio par le biais de programmes de vaccination se chevauchant pour les enfants avant l’âge de cinq ans. Les médecins indiens accusent la campagne Gates d’être à l’origine d’une épidémie dévastatrice de paralysie flasque aiguë non-polio (NPAFP) qui a paralysé 490 000 enfants au-delà des taux attendus entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a rappelé le schéma vaccinal de Gates et a demandé à Gates et à ses politiques de vaccination de quitter l’Inde. Les taux de NPAFP ont chuté brusquement.

Les épidémies [de polio] les plus effrayantes au Congo, en Afghanistan et aux Philippines sont toutes liées aux vaccins.
En 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a admis à contrecœur que l’explosion mondiale de la polio est principalement une souche vaccinale. Les épidémies les plus effrayantes au Congo, en Afghanistan et aux Philippines sont toutes liées aux vaccins. En fait, en 2018, 70% des cas mondiaux de poliomyélite étaient des souches vaccinales.

En 2014, la Fondation Gates a financé des tests de vaccins expérimentaux contre le VPH, développés par Glaxo Smith Kline (GSK) et Merck, sur 23 000 jeunes filles dans des provinces indiennes éloignées. Environ 1 200 ont souffert d’effets secondaires graves, notamment des troubles auto-immunes et de la fertilité. Sept sont mortes. Les enquêtes du gouvernement indien ont accusé les chercheurs financés par Gates d’avoir commis des violations éthiques généralisées: faire pression sur les filles vulnérables durant le procès, intimider les parents, falsifier les formulaires de consentement et refuser les soins médicaux aux filles blessées. L’affaire est maintenant devant la Cour suprême du pays.

Les journaux sud-africains se sont plaints: «Nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments»
En 2010, la Fondation Gates a financé un essai de phase 3 du vaccin expérimental contre le paludisme de GSK, tuant 151 nourrissons africains et causant des effets indésirables graves, notamment des paralysies, des convulsions et des convulsions fébriles, à 1 048 des 5 949 enfants.

Pendant la campagne MenAfriVac de Gates en 2002 en Afrique subsaharienne, les agents de Gates ont vacciné de force des milliers d’enfants africains contre la méningite. Des dizaines d’enfants vaccinés ont développé une paralysie. Les journaux sud-africains se sont plaints: «Nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments». L’ancien économiste principal de Nelson Mandela, le professeur Patrick Bond, décrit les pratiques philanthropiques de Gates comme «impitoyables et immorales».

En 2010, lorsque Gates a engagé 10 milliards de dollars pour l’OMS, il a déclaré: «Nous devons en faire la décennie des vaccins.» Un mois plus tard, Gates a déclaré dans un TED Talk que les nouveaux vaccins «pourraient réduire la population». Et, quatre ans plus tard, en 2014, l’Association des médecins catholiques du Kenya a accusé l’OMS d’avoir stérilisé chimiquement des millions de femmes kenyanes réticentes avec une campagne de vaccination contre le «tétanos». Des laboratoires indépendants ont trouvé une formule de stérilité dans chaque vaccin testé. Des accusations similaires sont venues de Tanzanie, du Nicaragua, du Mexique et des Philippines.

Une étude de 2017 (Morgenson et al. 2017) a montré que le vaccin DTP populaire de l’OMS tue plus d’enfants africains que les maladies qu’il prévient. Les filles vaccinées au DTC ont subi 10 fois le taux de mortalité des enfants qui n’avaient pas encore reçu le vaccin. L’OMS a refusé de rappeler le vaccin mortel, qu’elle impose à des dizaines de millions d’enfants africains chaque année.

Des défenseurs mondiaux de la santé publique dans le monde entier accusent Gates de détourner l’agenda de l’OMS des projets dont il est prouvé qu’ils freinent les maladies infectieuses: eau potable, hygiène, nutrition et développement économique. La Fondation Gates dépense seulement environ 650 millions de dollars sur son budget de 5 milliards de dollars dans ces domaines. Ils disent qu’il a détourné les ressources de l’agence pour servir sa philosophie personnelle selon laquelle une bonne santé ne vient que dans une seringue.

En plus d’utiliser sa philanthropie pour contrôler l’OMS, l’UNICEF, GAVI et PATH, Gates finance une société pharmaceutique privée qui fabrique des vaccins et fait un don de 50 millions de dollars à 12 sociétés pharmaceutiques pour accélérer le développement d’un vaccin contre le coronavirus. Dans ses récentes apparitions dans les médias, Gates semble confiant que la crise de Covid-19 lui donnera maintenant l’occasion de forcer ses programmes de vaccins dictatoriaux sur tous les enfants américains – et les adultes.

Alors qu’il ne faut que 100.000 signatures pour qu’une pétition soit prise au sérieux par le gouvernement et déclenche sa réaction, la pétition contre la fondation Bill & Melinda Gates est déjà à plus de 443.000 signatures en 17 jours. Inutile donc de vous dire qu’elle a largement dépassé le critère pour être prise en compte. Les États-Unis se verront donc obligés de faire cette enquête sur la fondation Gates. 

Rappelons que, à l’origine de cette plainte, il y a de forts soupçons de la part des américains sur plusieurs faits. Le premier est une simulation appelée “Event 21” commanditée par la fondation Gates et le John Hopkins Medical Center. Cette simulation réalisée deux mois avant le déclenchement de l’épidémie de coronavirus à Wuhan visait à observer, selon des projections mathématiques et informatiques, comment pourrait se répandre une pandémie à coronavirus faisant 65 millions de victimes dans le monde. Ce qui choque les gens c’est que juste deux mois après leur simulation, une pandémie à coronavirus, justement, a été déclarée dans le monde. Alors c’est difficile de considérer cela comme une simple coïncidence. Bill et sa fondation sont soupçonnés d’avoir les mains trempées dans cette affaire de Covid-19. Le deuxième fait que les auteurs de la pétition considèrent comme un probable évènement déclencheur du Covid-19, ce sont les jeux mondiaux militaires organisés à Wuhan seulement 2 mois avant l’épidémie à l’initiative de certaines personnalités américaines. Les auteurs considèrent que cet événement a pu être le point de départ de la pandémie. Une autre chose reprochée à Bill Gates est son implication dans des désastres humanitaires post vaccination dans plusieurs pays dont l’Inde, le Kenya et bien d’autres pays. De plus, le milliardaire avait clairement affirmé au World Economic Forum 2018 qu’il mettait le monde en garde contre un accroissement de la population dans les pays sous-développés, arguant que cela menaçait l’équilibre de la planète. Il a même prétendu que la population mondiale actuelle était déjà excessive et qu’elle devrait être de 10 à 15% inférieure à sa taille actuelle pour un équilibre. Ce sont tous ces actes et sa propension à vouloir vacciner tout le monde qui justifient cette demande d’ouverture d’enquête contre lui et sa fondation. Reste à savoir si tout cela va aboutir car Bill Gates est un milliardaire et un homme très influent dans le monde.

ActionsBill Gates se prépare à la “deuxième pandémie” et à une attaque de bio-terrorisme. 
Les 30 avril et 1er mai sont le point culminant de la fête satanique de Beltane.

Combien de temps allons-nous souffrir de ce psychopathe ? 
Bill Gates, qui avait prédit comme par magie une pandémie mondiale il y a 5 ans, a récemment fait une autre prédiction étrange et surprenante dans le Late Show avec Stephen Colbert. 
Colbert a demandé à Gates : “Qu’est-ce que nous n’écoutons pas d’autre, sur lequel nous devons agir maintenant ?

Gates a répondu : “Eh bien, l’idée d’une attaque bio-terroriste est une sorte de scénario cauchemardesque, parce que c’est un agent pathogène avec un taux de mortalité élevé.” 

Colbert tourne la tête en riant. 

Gates poursuit : “La bonne nouvelle est que la plupart des travaux que nous allons faire, pour être prêts pour la deuxième pandémie, que j’appelle cette pandémie un, la plupart des travaux que nous faisons pour être prêts pour cela, sont aussi les choses que nous devons faire pour minimiser la menace du bio terrorisme”.

En d’autres termes, ils mettent la touche finale à l’infrastructure du réseau de surveillance 5G. 

Il est en train de créer une société Big Brother répressive où les masses craintives font la queue pour obtenir leurs vaccins et la puce biométrique (ID2020) pour porter leurs carnets de vaccination, afin de pouvoir suivre chacun de nos mouvements grâce à la puce ou à l’application téléphonique, alors que nous continuons à maintenir des mesures strictes d’éloignement physique. 

On peut être certain que les scanners de la rétine et les scanners de reconnaissance faciale font partie de l’accord, suivant le modèle chinois de crédit social. Oh, et n’oublions pas une certaine forme de monnaie numérique, une puce peut-être pour nous sauver de tout cet argent “corona” sale.

Si de nombreuses personnes endormies et affolées suivront leur plan, beaucoup ne le feront pas. La question est donc de savoir ce qu’il faudrait pour que la majorité renonce à ses libertés pour des raisons de sécurité.

Peut-être une attaque bioterroriste ?

Il semble que Bill Gates soit certain qu’une attaque bio-terroriste est imminente. Il devrait le savoir, n’est-ce pas ? Gates est apparemment un expert en vaccins et maintenant aussi un expert en bioterrorisme. Vraiment incroyable ! 

LA PROGRAMMATION PRÉDICTIVE

En avril 2019, Madonna a réalisé une performance bizarre, ou mieux encore un rituel satanique, lors des Euro-vision Awards en Israël. À l’époque, de nombreuses personnes se sont grattées la tête pour savoir ce que cela signifiait. Cela semble avoir beaucoup plus de sens aujourd’hui.

Madone (en noir) portant une couronne ou corona (virus) s’accrochant à une femme portant un masque à gaz.

Est-ce la raison de tous les rapports faisant état d’hôpitaux vides, de tentes médicales débordantes vides, de camions congélateurs débranchés (morgues de fortune), d’infirmières en attente dans les hôtels et de ventilateurs inutilisés à New York ? Malgré le fait que les MSM disent que c’est une “zone de guerre” ou se préparent à autre chose ?

Serait-ce l’excuse nécessaire pour entrer en guerre avec la Chine et lancer la troisième guerre mondiale ?

FIN AVRIL : TOUJOURS UN TEMPS DE FEU ET DE SACRIFICE HUMAIN

Si une attaque bioterroriste est imminente, il est intéressant de noter que nous sommes proches de la fin avril. La seconde moitié du mois d’avril (du 15 avril au 1er mai) est considérée dans les calendriers occultes comme un moment de sacrifice humain.
Bien que personne ne sache si et quand une attaque bioterroriste pourrait se produire, à l’exception peut-être du toujours psychique Bill Gates, on ne peut qu’espérer et prier pour que cela n’arrive jamais, surtout le 30 avril et le 1er mai, pendant la fête satanique de Beltane, les deuxièmes dates les plus importantes des deux dernières semaines d’avril.

———
Premier commentaire 

En d’autres termes, ils mettent la touche finale à l’infrastructure du réseau de surveillance 5G. 
Il est en train de créer une société Big Brother répressive où les masses craintives font la queue pour obtenir leurs vaccins et la puce biométrique (ID2020) pour porter leurs carnets de vaccination, afin de pouvoir suivre chacun de nos mouvements grâce à la puce ou à l’application téléphonique, alors que nous continuons à maintenir des mesures strictes d’éloignement physique. 

On peut être certain que les scanners de la rétine et l ‘ appareil de reconnaissance faciale font partie du marché, suivant le modèle chinois de crédit social. Oh, et n’oublions pas une certaine forme de monnaie numérique, une puce peut-être pour nous sauver de tout cet argent “corona” sale.

Si de nombreuses personnes endormies et affolées suivront leur plan, beaucoup ne le feront pas. La question est donc de savoir ce qu’il faudrait pour que la majorité renonce à ses libertés pour des raisons de sécurité.

Peut-être une attaque bioterroriste ?

Il semble que Bill Gates soit certain qu’une attaque bio-terroriste est imminente. Il devrait le savoir, n’est-ce pas ? Gates est apparemment un expert en vaccins et maintenant aussi un expert en bioterrorisme. Vraiment incroyable ! 

Je voudrais également mentionner les autres événements historiques suivants qui se sont produits au cours des derniers jours d’avril et du premier jour de mai – et qui concernent des décès notables ou massifs, des créations des Illuminati ou des vaccins :

L’Église de Satan est formée à la Maison Noire, à San Francisco, le 30 avril 1966.

Chute de Saigon : Les forces communistes prennent le contrôle de Saigon. La guerre du Vietnam se termine officiellement avec la reddition inconditionnelle du président sud-vietnamien Dương Văn Minh le 30 avril 1975.

Création des Illuminati à Ingolstadt, en Haute-Bavière, par le jésuite Adam Weishaupt le 1er mai 1776.

Les émeutes de la course de Memphis commencent. En trois jours, 46 noirs et deux blancs ont été tués. Les rapports sur ces atrocités ont influencé l’adoption du quatorzième amendement à la Constitution des États-Unis le 1er mai 1866.

Deux cents prisonniers communistes sont abattus par les Allemands à Kaisariani, Athènes, en représailles au meurtre du général Franz Krech par des partisans à Molaoi le 1er mai 1944.

Un journaliste allemand annonce officiellement qu’Adolf Hitler est “tombé à son poste de commandement à la Chancellerie du Reich en combattant jusqu’au dernier souffle contre le bolchevisme et pour l’Allemagne”. Le drapeau soviétique est hissé au-dessus de la Chancellerie du Reich, par ordre de Staline le 1er mai 1945.

Le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels et son épouse Magda se suicident dans le jardin du Reich, devant le Führerbunker. Leurs enfants sont également tués en se faisant insérer des pilules de cyanure dans la bouche par leur mère, Magda, le 1er mai 1945.

Jusqu’à 2 500 personnes meurent dans un suicide de masse à Demmin suite à l’avancée de l’Armée rouge le 1er mai 1945.

Le vaccin contre la polio développé par Jonas Salk est mis à la disposition du public le 1er mai 1956.

Un médecin au Japon rapporte une “épidémie d’une maladie inconnue du système nerveux central”, marquant la découverte officielle de la maladie de Minamata le 1er mai 1956.

Le Premier ministre de Cuba, Fidel Castro, proclame que Cuba est une nation socialiste et abolit les élections le 1er mai 1961.

Dans le discours dit “Mission accomplie”, prononcé à bord du USS Abraham Lincoln (au large de la Californie), le président américain George W. Bush déclare que “les grandes opérations de combat en Irak sont terminées” le 1er mai 2004.

Oussama Ben Laden, le cerveau présumé des attentats du 11 septembre et l’homme le plus recherché par le FBI, est tué par les forces spéciales américaines à Abbottabad, au Pakistan, le 1er mai 2012.

Soit le virus est naturel, et existe depuis des milliards d’années, dans ce cas l’arrêt général de l’économie est une grosse arnaque pour faire souffrir le peuple ? 

Soit il a été modifié pour être particulièrement mortel et dans ce cas c’est encore dans le but machiavélique de martyriser des innocents ? 

Dans les deux cas les béotiens ont intérêt à se réveiller car le monstre de la MAFIA KHAZARE est sur le point de réaliser son rêve d’exterminer les goys non juifs ! Voir mon livre KHAZARE MAFIA JUIVE …. Bill Gates ne se cache pas de son intention en voulant nous vacciner de force… ce type est fou ! 

Toujours est-il que si nous arrivons à trouver des informations en fouillant dans les milliers de sources dont quelques sources intéressantes… des gens comme Macron ont sous la main toutes les informations qui atterrissent sans effort sur son bureau… comme le bilan des 6000 agressions journalières contre les français qu’il est supposé défendre… Donc son attitude du mensonge par omission est un crime contre le peuple qui genre Gilet Jaune est dans la merde totale… 

Ce qui me trouble c’est le nombre d’années écoulées à tramer derrière notre dos, l’écriture morbide de notre destin. 

A Madagascar les malgaches mangent des chauvesouris sans que cela me sois apparu dangereux… c’est même la spécialité d’une ville du sud. 
Les virus proviennent tous d’animaux, depuis des milliards d’années mais n’ont jamais provoqués une telle panique qui bien entendue est démesurée car nous n’avons pas les millions de morts comme l’imagerie de la panique le présentait ! Et nous vivons au milieux et avec des milliards de virus ! Tous les ans il y a des morts de la grippe qui n’inquiètent pas les médecins ? Bien qu’un vaccin nous soit proposé et bien entendu à refuser ! 

Et si le #Coronavirus était sorti du labo P4 de Wuhan ?

Trois informations ont retenu mon attention. Les sources sont publiques, consultables et citées en fin d’article : il n’y a aucun conspirationnisme, c’est en béton armé.

1 – 5 mai 2013. Le Parisien publie un article au titre particulièrement préoccupant, en pleine pandémie mondiale de virus chinois : « Un virus inquiétant créé en Chine ». Créé, fabriqué de la main de l’homme (1).
L’article dit ceci – extraits :
Des scientifiques tirent la sonnette d’alarme après avoir appris que des biologistes chinois ont créé un dangereux virus hybride de la grippe aviaire.
Une équipe de chercheurs de l’université agricole du Gansu a donné naissance à un nouveau virus, mélangeant des gènes de H5N1 et de H1N1.
• Le premier, le H5N1, a contaminé 628 personnes depuis 2003. Il est mortel dans 60% des cas, et peut être transmis à l’homme par les oiseaux, mais pas d’humain à humain.
• L’autre, le H1N1, est apparu au Mexique en 2009. Il n’est pas réputé plus mortel qu’une grippe ordinaire mais il est hautement contagieux. Il aurait infecté un cinquième de la population mondiale lors de la pandémie de cette année-là, tuant 18 000 personnes.
• L’hybride made in China a pris le pire des deux, avec cette caractéristique inquiétante : il se transmet très facilement via les voies respiratoires. Par un simple éternuement, par exemple.
• L’Institut Pasteur alerte : « Une erreur de manipulation, une fuite, une mauvaise intention et un virus OGM de ce genre peut aisément contaminer les gens, provoquer entre 100 000 et 100 millions de morts», estime Simon Wain Hobson de l’Institut Pasteur.
La conclusion de l’article n’est pas moins inquiétante :
Il y a deux ans, des recherches similaires, conduites aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, s’étaient vues interdites de publication, par peur de récupération terroriste, et un moratoire décrété
http://www.leparisien.fr/archives/un-virus-inquietant..

Levée du moratoire

Le 21 juin 2013, la revue scientifique Nature (2), évoquait le danger potentiel de telles études, tout en reconnaissant leur utilité scientifique.
À la suite d’un débat animé sur les questions de biosécurité soulevées par ces travaux, la communauté des scientifiques de la grippe a instauré un moratoire volontaire d’un an sur la recherche qui produirait d’autres souches transmissibles.
Les expériences de Chen [Hualan Chen, virologiste à l’Institut de recherche vétérinaire de Harbin de l’Académie chinoise des sciences, qui a dirigé l’étude] étaient toutes terminées avant l’entrée en vigueur du moratoire, mais on peut s’attendre à d’autres travaux de cette nature maintenant que le moratoire a été levé.
« Je crois que ces recherches sont essentielles pour comprendre la grippe », a déclaré Jeremy Farrar, directeur de l’unité de recherche clinique de l’université d’Oxford à Ho Chi Minh Ville, Vietnam.
« Mais de tels travaux, où que ce soit dans le monde, doivent être étroitement réglementés et menés dans les installations les plus sûres, qui sont enregistrées et certifiées selon une norme internationale commune ».
https://www.nature.com/news/scientists-create-hybrid-..
Malgré les risques, les recherches sur la souche artificielle mortelle du virus H5N1 reprirent, précisait le South China Morning Post du 25 janvier 2013 (3) :
Des expériences controversées utilisant une souche artificielle mais mortelle de grippe aviaire vont reprendre après que les scientifiques aient accepté de suivre de nouvelles directives strictes en matière de biosécurité.
Les expériences avec une version mortelle et mutée artificiellement du virus de la grippe aviaire devraient reprendre dans quelques semaines, mettant fin à une suspension d’un an de la recherche provoquée par un tollé mondial sur les risques.
https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1135461/r..


La Chine accuse : « les Etats-Unis ont créé une arme biologique »

Préambule : aucun homme n’accepte librement et de plein gré de vivre dans un régime communiste. La contrainte physique et morale, la propagande, la terreur et la censure sont indispensables pour anéantir toute résistance des citoyens ainsi emprisonnés dans ce système.
La Chine, dictature communiste ne fait pas exception. Je suis surpris de devoir constamment le rappeler, tant mes confrères de la grande presse font comme s’il s’agissait d’une démocratie ouverte de type occidental, un pays libre, et non l’une des trois formes de régime totalitaire que la terre ait connu, sans liberté d’expression, sans droits de l’homme, où toute information est strictement contrôlée par le parti et ses organes de presse, à des fins de propagande.
Rien de ce que publie la Chine n’est laissé au hasard. Tout a une raison.
Et donc, le 9 avril 2013, quand les médias occidentaux rapportaient l’inquiétude des scientifiques sur la fabrication d’un nouveau virus chinois, et se demandaient, de la façon la plus politiquement correcte qui soit, pour quelle raison la Chine avait créé ce virus mutant, elle a accusé l’administration Obama d’avoir fabriqué une arme biologique et de l’avoir dirigée contre la Chine.

Alors que personne – j’ai vérifié – n’avait accusé la Chine d’avoir fabriqué une arme biologique, la Chine passait à l’offensive et accusait. Et vous le constatez tous les jours dans vos médias : lorsque quelqu’un à gauche accuse, c’est qu’il est lui-même coupable des fautes qu’il reproche au camp opposé.
Le colonel Dai Xu de l’Armée populaire de libération a déclaré que les États-Unis ont libéré le virus H7N9 de la grippe aviaire en Chine, un acte de guerre biologique, selon un article publié sur son blog samedi (4).
L’accusation a d’abord été rapportée dans le Southern Metropolis Daily, un journal d’État de la ville de Guangzhou, puis reprise par plusieurs organes de presse en Asie.


Le coronavirus est probablement né dans le laboratoire P4 de Wuhan, pas au marché alimentaire

Le très à gauche Washington Post ne se risquerait pas à accuser la Chine, son voisin idéologique, sans de bonnes et solides raisons. Et tout en affirmant que les responsables des services de renseignement américains ne pensent pas que la pandémie ait été causée par une action délibérée, il affirme désormais (5), que le marché aux poissons de Wuhan est de moins en moins la source la plus crédible de l’origine du virus chinois.
Le principal suspect est la transmission « naturelle » des chauves-souris à l’homme, peut-être par l’intermédiaire de marchés insalubres. Mais les scientifiques n’excluent pas qu’un accident survenu dans un laboratoire de recherche à Wuhan ait pu propager un virus de chauve-souris mortel qui avait été collecté pour une étude scientifique.
https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinio..
« Bonne science, mauvaise sécurité », c’est ainsi que le sénateur Tom Cotton (Républicain de l’Arkansas) a formulé son hypothèse dans un tweet du 16 février, parlant d’une brèche dans le laboratoire de Wuhan comme la cause la plus probable, et non une fuite accidentelle d’une « arme biologique » ou une « diffusion délibérée ».

S’appuyant sur quatre arguments, le Washington Post émet des réserves sur le narratif généralement admis que le coronavirus provient du marché aux fruits de mer de Wuhan.
Que le virus ait été propagé par des personnes ayant mangé des animaux contaminés aux marchés aux fruits de mer Huanan de Wuhan – est douteux, écrit le journaliste David Ignatus.
Par séquençage génétique, les scientifiques ont identifié la source du coronavirus comme étant la chauve-souris.
Sauf que les chauves-souris ne sont pas en vente au marché aux fruits de mer. Même s’il est vrai que ce marché ou d’autres aient pu vendre des animaux qui ont été en contact avec des chauves-souris.
Le magazine Lancet a noté (6) dans une étude de janvier que près de la moitié des premiers cas de covid-19 chinois à Wuhan n’avaient eu aucun lien ni contact avec le marché aux fruits de mer.
Les chercheurs du laboratoire de recherche et de l’Institut de virologie de Wuhan, situé à proximité, ont publié des articles sur la collecte de coronavirus de chauves-souris dans toute la Chine, afin de les étudier pour prévenir de futures maladies. L’un de ces échantillons a-t-il fui, ou des déchets dangereux ont-ils été déposés dans un endroit où ils pourraient se propager, interroge le WaPo ?

Le laboratoire de recherche est à 250 mètres du marché !

Dans un article publié le 18 février 2020, le Daily Mail britannique (7) se demande si le virus est né dans le laboratoire du gouvernement chinois de Wuhan, et il fait remarquer que ce laboratoire ne se trouve qu’à moins de 300 mètres du marché aux poissons.
L’un des chercheurs du laboratoire a déclaré s’être mis en quarantaine pendant deux semaines après que le sang d’une chauve-souris se soit déposé sur sa peau. Ce même chercheur s’était précédemment mis en quarantaine après qu’une chauve-souris ait uriné sur lui (7). Il a également évoqué la découverte d’une tique vivante provenant d’une chauve-souris – un parasite connu pour sa capacité à transmettre des infections par le sang d’un animal hôte.

Une chauve-souris a mordu un chercheur

Le Daily Mail explique :
Selon un nouveau document choc de l’Université technologique de Chine du Sud, parrainée par Pékin, le Centre de contrôle des maladies de Wuhan (WHCDC) pourrait avoir engendré la contagion dans la province de Hubei.
« Les origines possibles du coronavirus 2019-nCoV », un article rédigé par les chercheurs Botao Xiao et Lei Xiao, affirme que le WHCDC a conservé des animaux malades dans ses laboratoires, dont 605 chauves-souris.
Il mentionne également que les chauves-souris – qui sont liées au coronavirus – ont attaqué un chercheur et que « du sang de chauve-souris était sur sa peau ».

D’autres arguments contredisent la thèse du marché aux poissons

Selon le rapport de l’Université technologique de Chine du Sud mentionné par le Daily Mail, « les séquences du génome des animaux du laboratoire sont identiques à 96% ou 89% au coronavirus Bat CoV ZC45 trouvé à l’origine dans Rhinolophus affinis (chauve-souris en fer à cheval) ».
Problème : les seules chauves-souris de cette catégorie se trouvent à environ 1000 km du marché aux fruits de mer de Wuhan, et la probabilité que des chauves-souris viennent des provinces du Yunnan et du Zhejiang est minime.
De plus, il semble que la population locale ne mange pas de chauves-souris, comme en témoignent 31 résidents et 28 visiteurs interrogés à l’époque par l’université.
Enfin, le laboratoire est adjacent à l’Union Hospital où le premier groupe de médecins a été infecté.

Les doutes de Richard Ebright, microbiologiste et expert en biosécurité

Richard Ebright dans un email publié par le Washington Post (6), explique que l’infection « pourrait aussi avoir eu lieu comme un accident de laboratoire, avec, par exemple, l’infection accidentelle d’un employé de laboratoire
En appui de cette hypothèse, l’expert apporte des précisions très importantes que je ne crois pas avoir croisées dans la presse habituelle, et que je vous indique ici.
Il note que le coronavirus des chauves-souris a été étudié à Wuhan à dans un environnement de biosécurité de niveau 2, « qui n’offre qu’une protection minimale », par rapport à la biosécurité maximum de niveau 4 supérieure.
Ebright dit avoir vu une vidéo de décembre [2019] du CDC de Wuhan qui montre des employés « collectant des coronavirus de chauves-souris avec un équipement de protection personnel inadéquat et des pratiques opérationnelles dangereuses ».
« Séparément, j’ai passé en revue deux articles chinois de 2017 et 2019, dit Ebright, décrivant « l’héroïsme » de Tian Junhua, chercheur au CDC de Wuhan, qui, lors de la capture de chauves-souris dans une grotte, a « oublié de prendre des mesures de protection » de sorte que « l’urine de chauve-souris s’écoulait du haut de sa tête comme des gouttes de pluie ».

Une étude chinoise étrangement supprimée

En février, un site appelé ResearchGate a publié un article signé par Botao Xiao et Lei Xiao de l’Université de technologie du sud de la Chine à Guangzhou [une ville aux origines européennes marquées, dans laquelle l’auteur de cet article aime se rendre – en temps normal].
L’étude maintenant supprimée commence par ces mots :
Nous avons remarqué deux laboratoires effectuant des recherches sur le coronavirus des chauves-souris à Wuhan, dont l’un se trouvait à seulement 280 mètres du marché aux fruits de mer.
Nous avons brièvement examiné les antécédents des laboratoires et avons proposé l’idée que le coronavirus provienne probablement d’un des laboratoires.
Notre proposition prévoyait une autre origine du virus, en plus de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire.
En plus des origines de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire, le coronavirus tueur provient probablement d’un laboratoire de Wuhan. Le niveau de sécurité pourrait devoir être renforcé dans les laboratoires à haut risque biologique », conclut l’article.

Botao Xiao a déclaré au Wall Street Journal (9)en février qu’il avait retiré l’article parce qu’il « n’était pas étayé par des preuves directes ». Vous pouvez le consulter dans le cache de Google (8).
Voici les arguments que les universitaires avancent :
Un article publié sur The Lancet rapporte que sur les 41 personnes de Wuhan atteintes du syndrome respiratoire aigu, seulement 27 d’entre elles ont été en contact avec le marché aux poissons Huanan.
Le CoV-2019 n’a été trouvé que dans 33 des 585 échantillons prélevés sur le marché après l’apparition du foyer.
Les chauves-souris portant le virus se trouvent dans le Yunnan et la province du Zhejiang, deux régions situées à plus de 900 kilomètres du marché aux fruits de mer de Wuhan.
Les chauves-souris vivent généralement dans des grottes et des arbres.
Mais le marché aux fruits de mer se trouve dans un quartier très peuplé de Wuhan, une métropole de 15 millions d’habitants. A suivre sur une autre page.J’aimeAfficher la liste de “Likes”1CommentairePartagerAfficher la liste de partages84

Une étude chinoise étrangement supprimée

Les chauves-souris vivent généralement dans des grottes et des arbres.
Mais le marché aux fruits de mer se trouve dans un quartier très peuplé de Wuhan, une métropole de 15 millions d’habitants. La probabilité que les chauves-souris volent jusqu’au marché est très faible.
Selon les rapports municipaux et les témoignages de 31 résidents et 28 visiteurs, la chauve-souris n’a jamais été une source de nourriture dans la ville, et aucune chauve-souris n’a été vendue sur le marché.
L’étude poursuit :
Y avait-il une autre source possible ?
Nous avons examiné la zone autour du marché aux fruits de mer, et identifié deux laboratoires menant des recherches sur le coronavirus des chauves-souris.
• À environ 280 mètres du marché se trouvait le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Wuhan (WHCDC). Le WHCDC accueille des animaux dans des laboratoires de recherche, dont l’un était spécialisé dans la collecte et l’identification des agents pathogènes. Dans l’une de leurs études, 155 chauves-souris, dont Rhinolophus affinis, ont été capturées dans la province de Hubei, et 450 autres chauves-souris ont été capturées dans la province de Zhejiang.
De plus, sur des journaux et des sites web nationaux en 2017 et 2019, il est indiqué qu’un des chercheurs a été une fois attaqué par des chauves-souris (10).
Il savait que le sang d’une chauve-souris était extrêmement dangereux et il s’est donc mis en quarantaine pendant 14 jours.
Lors d’un autre accident, il s’est remis en quarantaine parce que des chauves-souris lui ont uriné dessus. Il a par ailleurs déclaré avoir été ravi d’avoir capturé une chauve-souris portant une tique vivante.
Les animaux en cage étaient opérés et des échantillons de tissus étaient prélevés pour l’extraction et le séquençage de l’ADN et de l’ARN. Les échantillons de tissus et les déchets contaminés sont une source d’agents pathogènes. Ils se trouvaient à seulement 280 mètres du marché aux fruits de mer. Le WHCDC était également adjacent à l’Union Hospital où le premier groupe de médecins a été infecté au cours de cette épidémie.
• Le second laboratoire se trouve à environ 12 kilomètres du marché aux fruits de mer, et appartient à l’Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences.
Ce laboratoire a signalé que les chauves-souris à « fer à cheval » sont des réservoirs naturels du coronavirus du syndrome acuterespiratoire grave (SRAS-CoV) qui a causé la pandémie de 2002-2003.

L’étude conclut par cette recommandation

En résumé, quelqu’un est empêtré dans l’évolution du coronavirus 2019-nCoV.
En plus des origines de la recombinaison naturelle et de l’hôte intermédiaire, le coronavirus tueur est probablement originaire d’un laboratoire de Wuhan.
Le niveau de sécurité pourrait devoir être renforcé dans les laboratoires à haut risque biologique.
Des réglementations peuvent être prises pour déplacer ces laboratoires loin du centre-ville et d’autres lieux densément peuplés.
https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache..

Soyons clairs

Les responsables des services de renseignement américains pensent qu’il n’y a, à la date d’aujourd’hui aucune preuve que le coronavirus a été créé en laboratoire comme arme biologique.
Plusieurs recherches scientifiques affirment que le virus n’a pas été créé par l’homme et qu’il provient de chauves-souris.

Conclusion

Je laisse ça aux journalistes du Monde et de France Inter – mais de vous informer, honnêtement. Je ne fais pas d’hypothèses, pas d’attaques vicieuses ni de brosse à reluire, et je ne protège personne. Je fournis l’information, les faits, strictement les faits, et je vous les présente. C’est le contraire de ce que font les médias, qui vous demandent de croire ce qu’ils vous disent et surtout de ne pas réfléchir.
Il est possible que le virus soit sorti du labo de Wuhan. De plus en plus de journalistes le pensent, après qu’ils aient traîné dans la boue et accusé de complotistes les sites internet qui en avançaient l’hypothèse au mois de février.
Il est probable qu’il s’agisse d’un virus accidentellement libéré dans la nature, la probabilité est si forte que les scientifiques avaient exigé – et obtenu – un moratoire de deux ans en 2013.
Il est possible, même si c’est moins probable, selon les premiers comptes rendus des revues scientifiques, que le coronavirus soit lui aussi un virus fabriqué.
Mais en supposant que tout ce qui précède soit vrai, et ce n’est pas totalement fantaisiste, rien de tout cela ne permet de dire que la Chine a intentionnellement libéré une arme bactériologique dans l’atmosphère. Là se trouve la ligne rouge, et je la trace avec force.
Dire que la Chine aurait intentionnellement empoisonné le monde, c’est de la spéculation.

Par contre il existe des ordures qui savent ! 

http://www.leparisien.fr/archives/un-virus-inquietant..
https://www.nature.com/news/scientists-create-hybrid-..
https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1135461/r..
https://freebeacon.com/national-security/the-american..
https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinio..
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PII..
https://www.dailymail.co.uk/news/article-8009669/Did-..
https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache..
https://www.wsj.com/articles/coronavirus-epidemic-dra..
Tao P. Expert in Wuhan collected ten thousands animals: capture bats in mountain at night.Changjiang Times 2017

ActionsDémystifier les statistiques sur le coronavirus. A lire attentivement: Les risques sont excessivement faibles!

Par Dr. Gary G. Kohls
Mondialisation.ca, 25 avril 2020
Thème: Désinformation médiatique, Science et médecine
Veuillez prêter attention aux faits statistiques suivants qui contredisent la propagande faite par tous les médias, y compris la télévision, la radio et la presse écrite nationale, régionale et locale :

À titre d’exemple, il faut noter que seule une petite fraction d’un pour cent de la population chinoise a reçu la COVID, malgré des reportages médiatiques bien propagés qui ont réussi à faire croire à la plupart d’entre nous que toute la population chinoise était en danger. 

L’ensemble des statistiques concernant les risques d’obtenir effectivement la COVID à la mi-avril est bien inférieur à 1 sur 100 (comme annoncé par les médias), ce qui, s’il est vrai, pourrait même m’inquiéter. Indice : les risques sont beaucoup, beaucoup moins élevés. 

1] Le nombre d’infections de la COVID (pas toutes confirmées en laboratoire !) signalées aux États-Unis (à ce jour) est de 564 000 cas. Les États-Unis ont une population de 330 000 000 (330 millions), ce qui, une fois divisé par les 564 000, donne (à 0,0017) un pourcentage minuscule de chance d’être infecté par le COVID (170 infections sur 100 000 Étasuniens).

2] Le risque de mourir de la COVID aux États-Unis (23 000 décès à ce jour, un chiffre encore une fois gonflé, principalement en raison des nombreux tests PCR faussement positifs et du surnombre réel de « devinettes » nécessaires pour remplir les certificats de décès) est encore plus improbable à 0,007% (23 000 divisé par 330 000 000 égale 0,0000696, soit 7 Étasuniens mourant de la COVID sur 100 000 Étasuniens.

3] La plupart de ce risque minuscule de mourir, il faut le souligner, est supporté par les personnes fragiles, les malades chroniques, les personnes âgées, les personnes souffrant de malnutrition, de surmédication, de sur-vaccination et les malades en phase terminale qui végètent, souvent alités, dans des maisons de retraite. etc. 

4] Une statistique importante, mais rarement mentionnée, est le nombre de décès présumés dus à la COVID-19 par million d’habitants [9, ce qui ne prouve même pas une infection par la COVID-19] dans un pays donné. Aux États-Unis, ce nombre était de 15 (par million) à la mi-avril, ce qui signifie que seuls 15 Étasuniens sur 1 000 000 sont morts de la COVID. Cela signifie que 999 985 Étasuniens sur un million NE SONT PAS MORTS de la COVID.

5] Pour mettre en perspective les décès causés par la COVID présumés aux États-Unis, le nombre de décès par million dans les pays scandinaves se situe dans la tranche supérieure de l’adolescence ou des vingt par million. En Italie, le nombre de décès causés par la COVID par million d’habitants est de 218 ; en Espagne, de 201 ; en Allemagne, de 11 ; au Canada, de 3 ; en Israël, de 3 ; en Chine, de 2 ; au Brésil, de 1 ; etc, etc !)

6] Un autre chiffre important à comprendre est le nombre de décès toutes causes confondues qui surviennent chaque jour dans un pays donné, un nombre dont la moyenne a été calculée au cours des dernières décennies. À titre d’exemple, 2 500 Allemands meurent chaque jour et 7 755 Étasuniens meurent chaque jour. Naturellement, la grande majorité des décès se produisent chez la population âgée qui, pour une raison ou une autre, est en phase pré-terminale, y compris lors de chacune des pandémies de grippe virale qui se produisent chaque année.

7] Le nombre de décès quotidiens toutes causes confondues est de 7 755 aux États-Unis (= 2 830 690 décès par an), de 26 670 en Inde, de 3 630 au Japon, de 1 737 en Italie, de 1 647 en France, de 1 444 en Russie, de 780 au Canada, de 920 au Brésil, de 447 en Australie, de 250 en Suède, de 122 en Israël, etc.

8] Et il est important de réaliser que les lieux de décès aux États-Unis se produisent 60 % du temps dans un hôpital, 20 % dans des maisons de retraite et les 20 % restants dans des lieux extérieurs aux institutions, généralement à la maison.

9] Pour le Minnesota (5 600 000 habitants), le risque de contracter la COVID (nombre total de cas au Minnesota, à la mi-avril = 1 621 cas) est minuscule : 0,00289 % (1 641 divisé par 5 600 000 = 0,0000289). La grande majorité des cas se situent dans des zones métropolitaines à haute densité qui se trouvent dans la moitié sud de l’État.

10] Mon domicile de Duluth se trouve dans le comté de St-Louis (population = 199 000 habitants). Au 18 avril, il y a 52 cas avec 8 décès, ce qui donne une incidence de 0,000026 (ou 0,026 % de chance de contracter la COVID ; c’est-à-dire que 26 personnes sont infectées sur 100 000 habitants du comté) et un taux de mortalité de 0,000042 (ou 0,004 % de chance de mourir de la COVID = 4 personnes mourant sur 100 000 habitants du comté).

11] Le risque de contracter la COVID pour ceux d’entre nous qui vivent dans la moitié nord du Minnesota est encore plus faible. Jusqu’à la mi-mars, il n’y a eu aucun cas dans le nord, puis les chiffres sont passés doucement de zéro à une poignée de cas par jour.

12] Il faut garder à l’esprit que le Bureau des statistiques du CDC encourage fortement (et même ordonne?) tous les médecins étasuniens à inscrire la « COVID » comme cause de décès sur les certificats de sortie et de décès de chaque patient dont le test était positif ou simplement suspecté d’avoir la COVID pendant l’hospitalisation, la maladie ou le décès à la maison ou dans la rue. Cela est vrai même si le patient était en fait un patient âgé en phase terminale, ne pas réanimer (DNR), qui aurait dû succomber à ses maladies cardiaques, pulmonaires, rénales, immunologiques et/ou hépatiques préexistantes, qui étaient donc également « traitées » avec un grand nombre de médicaments sur ordonnance potentiellement toxiques.

13] En raison de l‘incidence significative de tests PCR défectueux et non approuvés, il est important de garder à l’esprit qu’un pourcentage inconnu, mais significatif, de cas de coronavirus positifs sont en fait des cas de faux positifs et que, par conséquent, les patients atteints de rhumes courants (ou même ne présentant aucun symptôme) peuvent facilement être confirmés à tort comme étant des COVID-19 ! On sait également qu’il existe un certain pourcentage de cas de maladies à coronavirus bénignes, notamment

A] les cas de rhume qui peuvent être causés par un coronavirus ;

B] les cas d’infections à coronavirus de type MERS ou SRAS ; ou

C] porteurs asymptomatiques d’une des nombreuses autres souches de coronavirus bénins non-COVID-19.

14] Dans le système de dépistage étendu de l’Islande, il y a un taux de 50 % de faux positifs chez les Islandais totalement asymptomatiques qui n’ont jamais développé de maladies semblables à la grippe. Ces personnes étaient-elles sur le point d’attraper un simple rhume, étaient-elles porteuses d’un coronavirus bénin, non COVID-19, ou le test était-il erroné ?

15] Alors, je dis à ceux d’entre nous qui ont la chance de vivre dans des zones non métropolitaines comme le nord du Minnesota, de prendre une grande respiration, de se promener, de faire un tour en voiture, d’aller à l’épicerie, d’expirer en croisant quelqu’un lors de votre promenade sans masque, d’envisager même de donner un gros câlin à un ami non infecté et respectueux des câlins qui s’est mis en quarantaine ces deux dernières semaines – et de cesser de s’inquiéter autant.

Voici plusieurs articles importants :

1] Le puissant article de Peter Koenig sur la « crise » de COVID, publié par Global Research en 3 500 mots.

2] La puissante vidéo de 45 minutes de Spiro Skouras sur la « crise » de COVID et le Nouvel ordre mondial ; et

3] Le puissant article de Scott Tips, 6650 mots, sur la « crise » COVID.

Dr Gary Kohls

Le texte ci-dessus est une version éditée d’un article plus long envoyé par e-mail aux lecteurs du Dr Kohl’s. Nous sommes très redevables au Dr Kohls

Article original en anglais :

De-mystifying the Coronavirus Statistics. Read Carefully: The Risks Are Exceedingly Low!

Traduit par Maya pour Mondialisation

Le Dr Gary Kohls est un médecin de famille rural à la retraite de Duluth, dans le Minnesota, qui a écrit une chronique hebdomadaire pour le Reader Weekly, le magazine alternatif de Duluth depuis sa retraite en 2008. Sa chronique, intitulée Duty to Warn, est rééditée dans le monde entier. 

Il a pratiqué les soins de santé mentale holistiques à Duluth pendant les dix dernières années de sa carrière de médecin de famille avant de prendre sa retraite en 2008, aidant principalement les patients psychiatriques qui étaient devenus dépendants à leurs cocktails de drogues psychiatriques à traverser en toute sécurité le processus complexe de sevrage. Ses chroniques sur le devoir d’avertir traitent souvent de divers problèmes de santé non appréciés, notamment ceux causés par la surconsommation de médicaments par les grandes sociétés pharmaceutiques, la sur-vaccination par les grands vaccins, les programmes de dépistage, de diagnostic et de traitement excessifs des grandes sociétés médicales et l’industrie alimentaire malsaine des grandes sociétés alimentaires. Ces quatre entités peuvent se combiner pour affecter encore plus négativement la santé physique, mentale, spirituelle et économique des bénéficiaires des traitements médicaux et des mangeurs des savoureux et omniprésents « FrankenFoods » – en particulier lorsqu’ils sont consommés dans des combinaisons, des doses et des puissances qui n’ont jamais été testées pour leur sécurité ou leur efficacité à long terme.

Les chroniques du Dr Kohls sur le devoir d’avertir sont archivées sur: 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

https://youtu.be/wvgPXst5Awg

Ce que nous dit Bill Gates en ce 30 avril 2020 concernant la vaccination mondiale

Publié par wikistrike.com sur 1 Mai 2020, 07:51am

Ce que nous dit Bill Gates en ce 30 avril 2020 concernant la vaccination mondiale

Voici une publication envoyée à l’instant par Bill Gates, via ses « Gates Notes », à l’intérieur de laquelle il se targue lui-même d’être le plus grand bailleur de fonds au monde pour les vaccins. De suivre attentivement les recommandations et ambitions de Bill Gates nous donne, je crois, une réelle perspective des visées de cette crise de la COVID-19. Assurément, la vaccination à l’échelle planétaire est à l’agenda !

Je traduis certains passages qui m’apparaissent parmi les plus révélateurs à propos de « cette crise mondiale qui exige un effort de coopération mondial »…

« L’une des questions que l’on me pose le plus ces jours-ci est de savoir quand le monde pourra revenir à la situation en décembre avant la pandémie de coronavirus. Ma réponse est toujours la même : quand nous aurons un médicament presque parfait pour traiter la COVID-19, ou quand presque chaque personne sur la planète aura été vaccinée contre le coronavirus.

Il est peu probable que le premier [le médicament] se produise de si tôt. Nous aurions besoin d’un traitement miracle efficace à 95% au moins pour arrêter l’épidémie. La plupart des candidats-médicaments en ce moment sont loin d’être aussi puissants. Ils pourraient sauver beaucoup de vies, mais ils ne sont pas suffisants pour nous ramener à la normale.

Ce qui nous laisse avec un vaccin.

L’humanité n’a jamais eu une tâche plus urgente que de créer une large immunité contre les coronavirus. En réalité, si nous voulons revenir à la normale, nous devons développer un vaccin sûr et efficace. Nous devons fabriquer des milliards de doses, nous devons les distribuer dans toutes les parties du monde et nous devons faire en sorte que tout cela se produise le plus rapidement possible.

Notre fondation est le plus grand bailleur de fonds de vaccins au monde, et cet effort éclipse tout ce sur quoi nous avons travaillé auparavant. Cela va exiger un effort de coopération mondial comme le monde n’en a jamais vu. Mais je sais que ça va se faire. Il n’y a tout simplement pas d’alternative.

[Voici ce que vous devez savoir sur la course pour créer un vaccin contre la COVID-19.

Le monde crée ce vaccin sur une chronologie historiquement rapide.]

Ainsi, pour accélérer le processus, les développeurs de vaccins compressent la chronologie. Ce graphique [en anglais] montre comment :

Quand un vaccin sera-t-il prêt ?

[Cette déclaration résonne avec les efforts d’accélération de développement d’un vaccin aux USA, programme qui a été révélé avant-hier].

Heureusement, la compression de la chronologie d’essai n’est pas le seul moyen de prendre un processus qui prend généralement cinq ans et de le faire en 18 mois. Nous allons également le faire en testant de nombreuses approches différentes en même temps.

En date du 9 avril, il y avait 115 candidats vaccins différents contre la COVID-19 dans le pipeline de développement.

C’est pourquoi je suis particulièrement excité par deux nouvelles approches que certains candidats adoptent : les vaccins ARN et ADN. Si l’une de ces nouvelles approches se concrétise, nous serons probablement en mesure de distribuer les vaccins au monde entier beaucoup plus rapidement. (Par souci de simplicité, je ne vais expliquer que les vaccins à ARN. Les vaccins à ADN sont similaires, juste avec un type de matériel génétique et une méthode d’administration différents).

Notre fondation — à la fois par notre propre financement et par le CEPI — soutient le développement d’une plate-forme de vaccin à ARN depuis près d’une décennie. Nous avions prévu de l’utiliser pour fabriquer des vaccins contre les maladies qui affectent les pauvres comme le paludisme, mais maintenant cela ressemble à l’une des options les plus prometteuses contre la COVID. Le premier candidat à commencer des essais sur l’homme était un vaccin à ARN créé par une société appelée Moderna.

[Lien vers le candidat-vaccin de Moderna] https://www.marketwatch.com/story/modernas-coronavirus-vaccine-candidate-advances-to-next-stage-of-testing-2020-04-27

Le vaccin contre la variole est le seul vaccin qui a effacé une maladie entière de la surface de la Terre, mais il a également été assez brutal à recevoir. Il a laissé une cicatrice sur le bras de quiconque l’a obtenu. Une personne sur trois a eu des effets secondaires suffisamment graves pour les empêcher de retourner à l’école ou au travail. Un petit nombre (mais non négligeable) a développé des réactions plus graves.

Le vaccin contre la variole était loin d’être parfait, mais il a fait l’affaire. Le vaccin COVID-19 pourrait être similaire.

Si nous concevions le vaccin parfait, nous voudrions qu’il soit complètement sûr et efficace à 100 %. Ce doit être une dose unique qui vous offre une protection à vie, et il doit être facile à stocker et à transporter. J’espère que le vaccin COVID-19 possède toutes ces qualités, mais étant donné le calendrier que nous suivons, il se peut que ce ne soit pas le cas.

J’espère que le vaccin dont nous disposerons dans 18 mois est aussi proche de « parfait » que possible. Même si ce n’est pas le cas, nous continuerons à travailler pour l’améliorer. Après cela, je soupçonne que le vaccin COVID-19 fera partie du programme de vaccination systématique des nouveau-nés.

Cela coûtera des milliards de dollars. Les gouvernements doivent trouver rapidement un mécanisme pour rendre le financement disponible. Notre fondation travaille actuellement avec le CEPI, l’OMS et les gouvernements pour déterminer le financement.

Une partie de ces discussions porte sur qui recevra le vaccin et quand. La réalité est que tout le monde ne pourra pas recevoir le vaccin en même temps. Il faudra des mois, voire des années, pour créer 7 milliards de doses (ou peut-être 14 milliards, s’il s’agit d’un vaccin multidose), et nous devrions commencer à les distribuer dès que le premier lot sera prêt.
La plupart des gens conviennent que les agents de santé devraient recevoir le vaccin en premier. Mais qui l’obtient ensuite ? Les personnes plus âgées ? Enseignants ? Des travailleurs dans des emplois essentiels ?

C’est peut-être un peu difficile à voir en ce moment, mais il y a une lumière au bout du tunnel. Nous faisons les bonnes choses pour obtenir un vaccin le plus rapidement possible. En attendant, je vous exhorte à continuer de suivre les directives fixées par vos autorités locales. Notre capacité à surmonter cette épidémie dépendra de la contribution de chacun à la sécurité mutuelle. »

Les Vaccins de Bill Gates handicapent et Stérilisent

Alors que Bill Gates veut Vacciner la Planète contre le Covid-19, ses méfaits montrent ses Ambitions Eugénistes ! 

Bill Gates : Les vaccins qui causent des dommages et la mort de personnes sans méfiance dans les pays pauvres !
Une récente pétition demandant au gouvernement américain d’enquêter sur la Fondation Bill et Melinda Gates pour les crimes contre l’humanité, déjà signée par plus d’un demi-million de personnes, montre que les activités de Bill et Melinda Gates sont actuellement examinées de plus près par le public.
Toutefois, ce n’est pas la première fois que M. Gates est critiqué pour ses agissements douteux concernant les politiques de vaccination dans le monde entier depuis plus de dix ans.
Gates commet des crimes contre les enfants de l’Inde
Bill Gates : une escroquerie de 10 milliards pour les vaccins ! 
 

Image tirée de l'article paru en 2011 dans The Sri Lanka Guardian

Image tirée de l’article paru en 2011 dans The Sri Lanka GuardianEn 2014, un article publié par l’Economic Times of India, intitulé “Controversial vaccine studies” : Pourquoi la Fondation Bill & Melinda Gates est-elle sous le feu des critiques en Inde ? a déclaré :
“En 2009, plusieurs écoles pour enfants tribaux dans le district de Khammam à Telangana – qui faisait alors partie de l’Andhra Pradesh indivisible – sont devenues des sites d’études d’observation pour un vaccin contre le cancer du col de l’utérus qui a été administré à des milliers de filles âgées de neuf à quinze ans.
“Les filles ont reçu le vaccin contre le virus du papillome humain (HPV) en trois fois cette année-là, sous la supervision de fonctionnaires du ministère de la santé de l’État.
“Le vaccin utilisé était le Gardasil, fabriqué par Merck. Il a été administré à environ 16.000 filles dans le district, dont beaucoup ont séjourné dans des foyers gérés par le gouvernement de l’État et destinés aux étudiants des tribus”.
Tragiquement, quelques mois plus tard, de nombreux étudiants sont tombés malades et, en 2010, cinq d’entre eux sont morts.
Les professionnels et les activistes en Inde ont été tellement outrés par la situation que le 29 octobre 2012, les activistes Kalpana Mehta et Nalini Bhanot, ainsi que le Dr Rukmini Rao, président du Centre de ressources Gramya pour les femmes en Inde, ont déposé une requête auprès de la Cour suprême de l’Inde en vertu de l’article 32 de la Constitution de l’Inde pour les femmes.

La pétition a été déposée contre :
Contrôleur général des drogues de l’Inde
Conseil indien de la recherche médicale (financé par la Fondation Gates)
État de l’Andhra Pradesh
État du Gujarat
PATH International (financé par la Fondation Gates)
GlaxoSmithKline Asia Private Limited
MSD Pharmaceuticals, également connu sous le nom de Merck Private Limited

(Veuillez noter que GSK et Merck ont également reçu un financement de la Fondation Gates).

La pétition souligne une série d’allégations graves concernant les vaccins anti-papillomavirus Gardasil® et Cervarix®.
Les pétitionnaires Kalpana Mehta, Nalini Bhanot et le Dr Rukmini Rao ont signalé que les deux vaccins anti-papillomavirus avaient été introduits illégalement dans les États de l’Andhra Pradesh et du Gujarat et avaient ensuite été administrés à des milliers de jeunes enfants indiens vulnérables avant que l’innocuité des vaccins ne soit connue.
Les trois requérants ont déclaré à la cour que même si le gouvernement indien et les organisations susmentionnées savaient que les vaccins contre le HPV avaient une valeur douteuse et des avantages spéculatifs, ils continuaient à autoriser un procès utilisant les vaccins Gardasil® et Cervarix® sans tenir compte de la mise en danger potentielle de la vie des adolescentes.
La pétition décrivait comment les organisations susmentionnées ont vacciné des dizaines de milliers de filles vulnérables âgées de 10 à 14 ans, puis les ont abandonnées sans fournir aucune information sur les effets indésirables potentiels, sans prévoir d’examens de suivi ni offrir de traitement post-vaccinal.
Les pétitionnaires ont déclaré que les vaccins anti-papillomavirus non homologués n’ont été homologués qu’à mi-parcours du projet :
“Ces vaccins n’ont pas été évalués en termes de sécurité et d’efficacité pour la population indienne où les adolescentes sont en grande majorité anémiques et mal nourries. Aucune mesure n’a été prise pour garantir la santé et la sécurité des filles.
Elles n’ont pas été soumises à un dépistage adéquat des contre-indications.
Au contraire, on leur a dit que le vaccin n’avait pas d’effets indésirables, même pas ceux qui étaient reconnus par les fabricants.
L’orientation et le traitement des effets indésirables graves n’étaient pas prévus et, par conséquent, les médecins privés et les hôpitaux publics ne savaient pas que les jeunes filles qui se présentaient à eux dans un état grave faisaient l’objet d’essais de vaccins.
Aucun contrôle du programme n’a été effectué. Aucune correction de cours n’a été effectuée. Après la vaccination, les jeunes filles ont été abandonnées sans aucun suivi”. [c’est nous qui soulignons]
Toutes les filles ont été vaccinées par l’ONG (Organisation non gouvernementale) basée aux États-Unis et par le PATH (Programme pour une technologie appropriée dans le domaine de la santé).
Comme l’indique la pétition, le projet n’a été interrompu qu’après que plusieurs organisations de femmes en aient fait état :
Décès parmi les participantes
L’utilisation de la population vulnérable
Absence de consentement éclairé

Les pétitionnaires ont accusé les responsables du projet de falsification des dossiers et ont déclaré que le projet avait été mené avec un manque de contrôle grave, affirmant que PATH et le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR) ainsi que les autorités de l’État ont couvert les effets néfastes et les décès qui ont été décrits dans la pétition.
Dans une interview, Kalpana Mehta nous a dit qu’il y avait eu des anomalies flagrantes dans la documentation relative aux décès, indiquant un camouflage et que même l’âge des filles qui sont mortes ne correspondait pas aux registres du projet. Elle a déclaré :
“Les dates des autopsies étaient mal documentées et inexactes et au lieu d’être écrites sur du papier à en-tête de l’hôpital, beaucoup avaient été écrites sur du papier ordinaire sans signature”.
Le fait qu’il n’y ait pas eu de consentement parental est vraiment choquant, cependant, lorsque vous creusez plus profondément dans les organisations qui étaient derrière cette expérience de vaccination non éthique, vous découvrez les raisons possibles.
L’une des raisons pourrait être le fait que, selon le site web TECHRIGHTS, la Fondation Gates s’est avérée payer indirectement des scientifiques pour exagérer les besoins en matière de vaccination.
Si cela n’était pas suffisant, un document trouvé sur le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) intitulé “Summary of Bill & Melinda Gates Foundation-supported HPV Vaccine Partner Activities” (Résumé des activités des partenaires de la Fondation Bill & Melinda Gates en matière de vaccins contre le VPH) indiquait :
“L’université de Harvard, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), PATH et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mènent des activités visant à préparer l’introduction du vaccin contre le HPV dans les pays en développement.
“Ces activités, financées par la Fondation Bill & Melinda Gates, représentent une stratégie coordonnée et à multiples facettes visant à rendre les vaccins contre le HPV disponibles, acceptables et abordables pour ceux qui en ont le plus besoin. Des résumés des objectifs de chaque organisation liés à l’introduction du vaccin anti-papillomavirus et des principales étapes sont présentés ci-dessous”. [c’est nous qui soulignons]
La seule lecture de ce document suffit à prouver que l’expérience de vaccination contre le HPV qui a eu lieu en 2009 a été largement financée par la Fondation Gates.
Cependant, ce n’est pas le seul crime présumé contre les enfants de l’Inde qui a été financé par la Fondation Gates.

Les enfants indiens atteints de polio buccale !

Il a été largement diffusé que Bill Gates a pour mission d’éradiquer la polio sauvage dans les pays en développement.
En 2012, le CDC a publié un communiqué de presse intitulé “Update on Vaccine-Derived Polioviruses – Worldwide, April 2011 – June 2012”. Ils ont écrit :
“En 1988, l’Assemblée mondiale de la santé a décidé d’éradiquer la poliomyélite dans le monde entier.
“L’un des principaux outils utilisés dans les efforts d’éradication de la polio a été le vaccin oral à virus vivant atténué (VPO).
“Ce vaccin peu coûteux est facilement administré par voie orale, rend les receveurs récents résistants à l’infection par les poliovirus sauvages (WPV) et offre une protection à long terme contre la maladie paralytique grâce à une immunité humorale durable.
“Néanmoins, de rares cas de poliomyélite paralytique associée au vaccin peuvent se produire tant chez les receveurs du VPO immunologiquement normaux et leurs contacts que chez les personnes immunodéficientes.
“En outre, les poliovirus dérivés de vaccins (PVDV) peuvent apparaître pour provoquer des épidémies de polio dans des zones à faible couverture de VPO et peuvent se reproduire pendant des années chez les personnes immunodéficientes”. [accent ajouté]

Ils ont continué :
“Les PVDV peuvent provoquer une polio paralysante chez l’homme…” [c’est nous qui soulignons]
Le CDC a recommandé que la meilleure façon de traiter ce problème soit la vaccination de masse. Ils ont déclaré :
“Pour prévenir l’émergence et la propagation du PVDV, tous les pays devraient maintenir une couverture vaccinale élevée contre les trois sérotypes du poliovirus”.
Les troubles d’immunodéficience surviennent lorsque la réponse immunitaire de l’organisme est réduite ou absente.
En d’autres termes, les gouvernements du monde entier promeuvent activement un vaccin dont ils savent qu’il provoquera chez des millions d’enfants vulnérables, malades et immunodéficients le développement de la poliomyélite induite par le vaccin.
Afin que les gouvernements puissent vacciner plus efficacement, ils soutiennent pleinement la Fondation Bill et Melinda Gates, un groupe qui a clairement indiqué que son objectif est d’éradiquer la polio sauvage.
Cependant, il semble que Bill Gates ignorait que ses efforts faisaient souffrir des dizaines de milliers d’enfants de la polio provoquée par le vaccin.

Les taux de polio induite par le vaccin s’envolent ! 

 Selon l’Activist Post en 2010, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio, fondée en 1988 par l’Organisation mondiale de la santé, le Rotary International, l’UNICEF et les CDC américains (tous ces organismes sont financés par la Fondation Gates), a indiqué que seuls 42 cas de polio sauvage ont été signalés en Inde.
Tout cela semble impressionnant, jusqu’à ce qu’on se rende compte que les cas de polio provoqués par le vaccin atteignent des proportions épiques.
Dans un article publié dans le Medical Journal of Medical Ethics, les auteurs Neetu Vashishi et Jacob Puliyel ont déclaré que
“… alors que l’Inde est exempte de polio depuis un an, on constate une augmentation considérable des cas de paralysie flasque aiguë non liés à la polio (PFAAP).
En 2011, il y a eu 47.500 nouveaux cas supplémentaires de NPAFP. Cliniquement impossible à distinguer de la paralysie due à la polio, mais deux fois plus mortelle, l’incidence de la NPAFP était directement proportionnelle aux doses de polio orale reçues.
“Bien que ces données aient été recueillies dans le cadre du système de surveillance de la polio, elles n’ont pas fait l’objet d’une enquête. Le principe de primum-non-nocere a été violé”.
Avec des chiffres de cette taille, on pourrait penser que quelqu’un, quelque part, aurait essayé d’arrêter la dévastation.
Cependant, au lieu de réaliser ce qui se passait et d’arrêter le programme de vaccination dans son élan, les gouvernements du monde entier ont continué à soutenir Bill Gates.
Cependant, il semble que tout ne va pas bien et que l’Inde pourrait perdre confiance dans les programmes de vaccination de Gates.
Car en 2017, il a été rapporté que l’Inde avait décidé de couper certains de ses liens de financement avec la fondation. Voir : L’Inde coupe certains liens de financement avec la Fondation Gates sur la vaccination. 

Gates cause plus de dévastation – cette fois en Afrique ! 


Réaction au vaccin contre la méningite Tchad en Afrique !

En décembre 2012, dans le petit village de Gouro (Tchad, Afrique), situé à la lisière du désert du Sahara, cinq cents enfants ont été enfermés dans leur école et menacés de ne plus recevoir d’éducation s’ils n’acceptaient pas d’être vaccinés de force contre la méningite A.
Ces enfants ont été vaccinés à l’insu de leurs parents. Ce vaccin était un produit non homologué qui en était encore aux troisième et quatrième phases de tests.
En quelques heures, 106 enfants ont commencé à souffrir de maux de tête, de vomissements, de graves convulsions incontrôlables et de paralysie.
Les enfants ont commencé à attendre un médecin. Ils ont dû attendre une semaine entière l’arrivée d’un médecin pendant que l’équipe de vaccinateurs procédait à la vaccination des autres enfants du village.
Lorsque le médecin est finalement arrivé, il ne pouvait rien faire pour les enfants. L’équipe de vaccinateurs, en voyant ce qui s’était passé, a fui le village dans la peur.
Le rapport original a été écrit dans un petit journal local appelé La Voix. Le journal a déclaré que quarante enfants ont finalement été transférés dans un hôpital de Faya et plus tard emmenés par avion dans deux hôpitaux de N’Djamena, la capitale du Tchad.
Après avoir été déplacés à plusieurs reprises, beaucoup de ces enfants malades ont finalement été ramenés dans leur village sans diagnostic et chaque famille a reçu une somme non confirmée de 1000 livres sterling de la part du gouvernement.
Aucun formulaire n’a été signé et aucun document n’a été vu. Ils ont été informés que leurs enfants n’avaient pas subi de blessure due au vaccin.
Cependant, si cela était vrai, pourquoi le gouvernement aurait-il accordé à chaque famille une somme de 1000 £ dans ce qui a été décrit par leurs parents comme un “hush money” ?
La seule chaîne d’information générale à avoir mis en lumière la situation critique de ces enfants pauvres est une chaîne locale appelée Tchad, qui a filmé des images du Premier ministre tchadien de l’époque visitant les enfants à l’hôpital.
VacTruth, qui a couvert cette histoire, possède des copies de tous les reportages originaux, ainsi qu’un large éventail de documents médicaux et gouvernementaux.
Cependant, malgré ces preuves et la couverture détaillée et étendue de VacTruth, y compris la mise en valeur des images télévisées, une fois de plus, le programme de vaccination a été salué comme un succès.
Les groupes à l’origine de ce projet étaient PATH, l’OMS, l’UNICEF et la Fondation Gates, et au cours des enquêtes de Vactruth, il a été découvert que l’ensemble du projet était en fait géré par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Veuillez consulter la vidéo de Vactruth contenant des images et des documents originaux.  

Dans un communiqué de presse concernant la vaccination, la Fondation Gates a déclaré :
“MenAfriVac est une formidable réussite pour la communauté sanitaire mondiale. 
C’est le premier vaccin développé spécifiquement pour l’Afrique, et cela prouve que les partenariats mondiaux peuvent développer et fournir des vaccins de haute qualité et à faible coût.
“Il y a dix ans, nous avons investi dans le Projet Vaccins Méningite, un modèle innovant qui a réuni PATH, l’Organisation Mondiale de la Santé, les ministres africains de la santé et le Serum Institute of India ; aujourd’hui, nous célébrons le résultat : un vaccin moderne vendu à moins de 50 cents américains la dose, avec le potentiel de mettre fin aux épidémies mortelles de méningite en Afrique.
“Nous pensons que les vaccins sont l’un des meilleurs achats en matière de santé mondiale. 
En janvier, Bill et Melinda Gates ont appelé la communauté mondiale à faire de cette décennie la décennie des vaccins. Il n’y a pas de meilleure façon de lancer cette décennie qu’avec un nouveau vaccin qui améliorera et sauvera des vies”.
Cependant, si ces catastrophes n’ont pas suffi, il semble que la Fondation Gates ait frappé à nouveau deux ans plus tard, cette fois en utilisant un vaccin antitétanique additionné de l’hormone hCG.
(La gonadotrophine chorionique humaine, ou hCG, est une hormone produite naturellement pendant la grossesse pour encourager le développement du fœtus en pleine croissance.
Cependant, lorsque la hCG est combinée avec le porteur de l’anatoxine tétanique dans les vaccins antitétaniques, elle provoque chez la femme enceinte la production d’anticorps contre la grossesse et l’amène à faire une fausse couche).

Vaccins antitétaniques contenant des hormones connues pour provoquer des fausses couches ! 

En 2014, les médecins de l’Association des médecins catholiques kenyans ont découvert que les vaccins antitétaniques qui avaient été administrés à 2,3 millions de filles et de femmes par l’Organisation mondiale de la santé et l’UNICEF avaient été contaminés par l’hormone anti-fertilité hCG.
Il est intéressant de noter que cette nouvelle est intervenue après l’annonce que la Fondation Gates avait accordé à l’UNICEF 26 millions de dollars pour éliminer le tétanos maternel et néonatal (TMN) d’ici 2005.
Lisez les articles suivants sur le sujet :

1. “Stérilisation de masse” : Les médecins kenyans trouvent un agent anti-fertilité dans le vaccin antitétanique de l’ONU
2. Un article scientifique expose les médicaments contre la stérilité utilisés dans les vaccins antitétaniques au Kenya
3. Un homme politique kenyan de premier plan affirme que le vaccin antitétanique a été utilisé secrètement pour la stérilisation de 500.000 femmes et enfants

Malheureusement, en septembre 2017, MG Modern Ghana a signalé que plus de 500.000 jeunes filles et femmes étaient devenues stériles, suite au vaccin antitétanique administré par le gouvernement en 2014 et 2015.
Le Dr Ngare, qui a signalé la situation aux autorités, avait désespérément voulu éviter cette situation.
Cependant, il semble que Gates et ses amis n’étaient pas satisfaits de leurs efforts et ils ont donc décidé d’introduire un second vaccin contenant des hormones, pour les citoyens du Kenya.
Le Dr Ngare s’inquiète d’un second vaccin contaminé par des hormones !
En 2015, la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) a indiqué qu’elle avait décidé de boycotter le programme actuel de vaccination contre la polio car elle estimait que le vaccin fabriqué par le Serum Institute of India, une autre organisation qui a reçu un financement de la Fondation Gates, pouvait contenir de l’estradiol, un dérivé de l’hormone oestrogène, qui serait à l’origine de la stérilité.

C’est ce qu’a déclaré NPR News :
“Au Kenya, la suspicion concernant les vaccins a pris sa propre souche locale, visant moins les vaccins eux-mêmes que les organismes internationaux, comme l’ONU et l’OMS, qui les distribuent.
“La méfiance a été alimentée par la décision de l’OMS de couvrir le Kenya avec des vaccins contre la polio, bien au-delà des injections de routine, dans un effort pour renforcer l’immunité de la population.
“L’idée est que certaines des personnes touchées par la campagne auront déjà été vaccinées, mais que d’autres ne le seront pas.
“L’OMS affirme qu’il n’y a pas de mal à donner des vaccins supplémentaires aux enfants qui sont déjà vaccinés”.
Pour découvrir la raison de ces inquiétudes, nous avons contacté le Dr Ngare à l’époque pour lui demander de nous en dire plus sur ses craintes et les préoccupations du CCCK.
Le Dr Ngare a déclaré à Health Impact News que le KCCB a commencé à s’inquiéter du programme de vaccination contre la polio après que la contamination des vaccins contre le tétanos ait été découverte l’année précédente.
Il a expliqué que le KCCB avait informé le gouvernement de la publication du rapport final sur le vaccin antitétanique en février 2015 et que son soutien à toute campagne de vaccination future serait conditionné à la réalisation de tests conjoints gouvernement/KCCB avant, pendant et après la vaccination.
Comme ils étaient en train de négocier des tests conjoints, ils ont pris la liberté de prélever des échantillons sur le terrain à partir de la nouvelle cargaison apportée pour une campagne de vaccination prévue pour avril, avant que toute vaccination n’ait lieu.
Le Dr Ngare a expliqué que lorsque le CCCK a testé une sélection de vaccins contre la polio sur le terrain, il a découvert que deux des six vaccins testés contenaient de l’oestradiol.
Il a expliqué que bien qu’il n’y ait pas eu d’études sur l’homme pour déterminer l’effet que cela pourrait avoir sur l’homme, dans les études sur les animaux, il a été démontré que l’estradiol, lorsqu’il est exposé aux mâles, endommage le mécanisme de formation de sperme dans les testicules.
Pour l’histoire complète, voir : Le Dr Ngare confirme qu’un deuxième vaccin a été contaminé par des hormones connues pour provoquer la stérilité.
Après toutes ces tragédies impliquant des programmes de vaccination lancés par la Fondation Gates, nous pensons qu’il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les citoyens américains ont demandé à la Maison Blanche d’enquêter plus en détail sur la fondation, alors que M. Gates annonce son intention de fournir un vaccin COVID-19 pour vacciner le monde entier, en utilisant pour ce vaccin une nouvelle technologie qui n’a jamais été utilisée auparavant, notamment l’intégration de son statut vaccinal dans sa peau grâce à un “tatouage” invisible sur la peau.

Source : HealthImpactNews.com
https://humansarefree.com/2020/05/bill-gates-vaccines-in-poor-countries.html

Le Congrès Américain a donné 100 milliards de dollars
à Bill Gates pour le traçage des contacts 6 mois
avant la « pandémie »

  • Bobby L. RushEn août 2019, la Fondation Bill et Melinda Gates a participé aux négociations pour déterminer qui obtiendrait un contrat de 100 milliards de dollars soutenu par le gouvernement américain pour le traçage des contacts, six mois avant que la « pandémie » n’arrive aux États-Unis et quatre mois avant qu’elle ne se propage en Chine.Ces révélations choquantes ont été dévoilées sur le podcast de Thomas Paine and the Moore Paine Show sur Patreon par les deux enquêteurs qui ont dénoncé la fraude fiscale massive de la Fondation Clinton lors d’une audition du Congrès en 2018. John Moynihan et Larry Doyle ont témoigné au Congrès, détaillant la fraude et les stratagèmes utilisés par les Clinton pour éviter de payer jusqu’à 2,5 milliards de dollars d’impôts fédéraux.
    • lien du podcast en anglais : https://megaphone.link/ADV9358975629
      Bobby L. RushLe duo d’enquêteurs, dans leur première interview depuis ce témoignage retentissant au Congrès, a révélé à Paine que des représentants de la Fondation Gates ont rencontré le membre du Congrès Américain Bobby L. Rush, un Démocrate de l’Illinois, lors d’une réunion au Rwanda, en Afrique de l’Est, à la mi-août 2019, afin de déterminer qui allait profiter de l’opportunité d’un programme gouvernemental de traçage des contacts. Et le mois dernier, neuf mois après les réunions avec la Fondation Gates au Rwanda, Rush a présenté la loi H.R. 6666 : COVID-19 Testing, Reaching and Contacting Everyone – TRACE), pour un budget de 100 milliards de dollars.
      Le projet de loi de Rush établirait un programme géré par les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (CDC) pour le dépistage national du coronavirus et le traçage des contacts.
      Paine a depuis appris que le membre du Congrès Rush s’est rendu au Rwanda avec son épouse du 12 au 19 août 2019 pour participer à des discussions et à un événement d’une semaine financé par la Fondation Bill et Melinda Gates et le Rockefeller Brothers Fund.
      Mais comment négocier les sous-produits de la surveillance d’une « pandémie » six à sept mois avant même que le virus ne se déclare ?
gates kennedy

Robert F. Kennedy Jr dénonce le programme mondial
de vaccination de Bill Gates

Robert Francis Kennedy Jr. est un avocat américain spécialisé dans les questions d’environnement, auteur et opposant à la vaccination. Il est le président de l’ONG Children’s Health Defense et président du conseil d’administration de  Waterkeeper Alliance, autre ONG qu’il a contribué à fonder en 1999. Militant anti-vaccination, il est l’un des tenants de la théorie du lien existant entre vaccination et autisme. Il est producteur délégué du film Vaxxed II: The People’s Truth, la suite du film anti-vaccination Vaxxed. RF Kennedy est le fils de Robert F. Kennedy et le neveu de l’ancien président John F. Kennedy. 

Agenda mondial des vaccins de Gates : un gagnant-gagnant pour l’industrie pharmaceutique et la vaccination obligatoire

Depuis cet article Geopolintel de janvier 2009, « Bill Gates, apôtre de l’impérialisme humanitaire »], ce « philanthrope » vaccinaliste continue plus que jamais, à travers sa fondation, d’exercer une influence démesurée (et surtout intéressée) sur l’OMS et donc sur les politiques de santé que cet organisme supra gouvernemental préconise pour les Etats membres de cette organisation. Cette influence apparaît encore plus nettement en cette période de « crise » sanitaire du Covid 19.

Robert F Kennedy Jr. expose le plan de Bill Gates sur les vaccins

Extrait du post Instagram de Robert Kennedy Junior du 9 avril 2020 :

Les vaccins, pour Bill Gates, sont une philanthropie stratégique qui alimente ses nombreuses entreprises liées aux vaccins (y compris l’ambition de Microsoft de contrôler une entreprise mondiale de vac ID) et lui donne un contrôle dictatorial sur la politique de santé mondiale – la pointe de lance du néo-impérialisme d’entreprise.

L’obsession de Gates pour les vaccins semble alimentée par une conviction messianique qu’il est destiné à sauver le monde grâce à la technologie et une volonté mégalomane d’expérimenter avec la vie des autres êtres humains.

Promettant d’éradiquer la polio avec 1,2 milliard de dollars, M. Gates a pris le contrôle du Conseil consultatif national (NAB) de l’Inde et a imposé l’administration de 50 vaccins contre la polio (au lieu de 5) à chaque enfant avant l’âge de 5 ans. Les médecins indiens accusent la campagne de M. Gates d’être à l’origine d’une épidémie de polio dévastatrice qui a paralysé 496 000 enfants entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a mis fin au programme de vaccination de M. Gates et a expulsé ce dernier et ses acolytes du NAB. Le taux de paralysie due à la polio a chuté de façon rapide. En 2017, l’Organisation mondiale de la santé a admis à contrecœur que l’explosion mondiale de la polio est principalement due à la souche vaccinale, ce qui signifie qu’elle provient du programme de vaccination de Gates. Les épidémies les plus effrayantes au Congo, aux Philippines et en Afghanistan sont toutes liées aux vaccins de Gates. En 2018, ¾ des cas de polio dans le monde provenaient des vaccins de Gates.

En 2014, la Fondation Gates a financé des tests de vaccins expérimentaux contre le HPV, développés par GSK et Merck, sur 23 000 jeunes filles dans des provinces indiennes éloignées. Environ 1 200 d’entre elles ont souffert d’effets secondaires graves, notamment de troubles auto-immuns et de troubles de la fertilité. Sept d’entre elles sont mortes. Les enquêtes du gouvernement indien ont accusé les chercheurs financés par Gates d’avoir commis des violations éthiques généralisées : pressions exercées sur des villageoises vulnérables pour qu’elles participent à l’essai, intimidation des parents, falsification des formulaires de consentement et refus de soins médicaux aux jeunes filles blessées. L’affaire est maintenant devant la Cour suprême du pays.

En 2010, la Fondation Gates a financé l’essai d’un vaccin expérimental contre la malaria de GSK, qui a tué 151 nourrissons africains et a causé de graves effets néfastes, dont la paralysie, des convulsions fébriles et des crises d’épilepsie, chez 1 048 des 5 049 enfants.

Au cours de la campagne MenAfriVac 2002 de Gates en Afrique subsaharienne, les agents de Gates ont vacciné de force des milliers d’enfants africains contre la méningite. Entre 50 et 500 enfants ont développé une paralysie. Les journaux sud-africains se sont plaints : « Nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments ».

L’ancien économiste en chef de Nelson Mandela, le professeur Patrick Bond, décrit les pratiques philanthropiques de Gates comme « impitoyables » et « immorales ».

En 2010, M. Gates s’est engagé à verser 10 milliards de dollars à l’OMS en promettant de réduire la population, en partie, grâce à de nouveaux vaccins. Un mois plus tard, M. Gates a déclaré lors d’un entretien avec Ted Talk que les nouveaux vaccins « pourraient réduire la population ». En 2014, l’Association des médecins catholiques du Kenya a accusé l’OMS de stériliser chimiquement des millions de femmes kényanes réticentes à l’aide d’une fausse campagne de vaccination contre le « tétanos ».

Des laboratoires indépendants ont trouvé la formule de stérilité dans chaque vaccin testé.

Après avoir nié les accusations, l’OMS a finalement admis qu’elle développait les vaccins contre la stérilité depuis plus d’une décennie.

Des accusations similaires ont été portées par la Tanzanie, le Nicaragua, le Mexique et les Philippines.

Une étude de 2017 (Morgensen et.Al.2017) a montré que le populaire DTC de l’OMS tue plus d’Africains que la maladie qu’il prétend prévenir. Les jeunes filles vaccinées souffrent d’un taux de mortalité dix fois plus élevé que celui des enfants non vaccinés.

Gates et l’OMS ont refusé de rappeler le vaccin mortel que l’OMS impose à des millions d’enfants africains chaque année.

Les défenseurs de la santé publique mondiale accusent M. Gates de détourner l’agenda de l’OMS des projets qui ont prouvé leur efficacité dans la lutte contre les maladies infectieuses : l’eau potable, l’hygiène, la nutrition et le développement économique.

Ils affirment qu’il a détourné les ressources de l’agence pour servir son fétiche personnel, à savoir qu’une bonne santé n’est possible qu’avec une seringue.

En plus d’utiliser sa philanthropie pour contrôler l’OMS, l’UNICEF, GAVI et PATH, M. Gates finance des sociétés pharmaceutiques privées qui fabriquent des vaccins, ainsi qu’un réseau massif de groupes de façade de l’industrie pharmaceutique qui diffusent une propagande trompeuse, développent des études frauduleuses, mènent des opérations de surveillance et des opérations psychologiques contre ceux qui doutent des vaccins et utilisent le pouvoir et l’argent de M. Gates pour faire taire la dissidence et contraindre à la conformité de pensée.

Dans ses récentes apparitions non stop dans Pharmedia, Gates semble heureux que la crise du Covid-19 lui donne l’opportunité de forcer ses programmes de vaccination du tiers monde sur les enfants américains.

*********************************************************************

Bill Gates utilise des implants Microchip pour lutter contre le coronavirus 

Le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, lancera des capsules implantables dans l’organisme humain, dotées de « certificats numériques » qui peuvent indiquer qui a été testé pour le coronavirus et qui a été vacciné contre lui.

Le magnat de la technologie, âgé de 64 ans et actuellement le deuxième homme le plus riche du monde, l’a révélé hier lors d’une séance de Reddit « Ask Me Anything », en répondant à des questions sur la pandémie de coronavirus COVID-19.

M. Gates répondait à une question sur la façon dont les entreprises pourront fonctionner tout en maintenant une distance sociale, et a déclaré que « nous aurons éventuellement des certificats numériques pour montrer qui a guéri ou a été testé récemment ou qui a été vacciné ».

Les « certificats numériques » dont parlait M. Gates sont des « TATOUAGES QUANTUM-DOT » implantables chez l’homme, sur lesquels travaillent des chercheurs du MIT et de la Rice University pour tenir les registres de vaccination. C’est en décembre dernier que des scientifiques des deux universités ont révélé qu’ils travaillaient sur ces tatouages à points quantiques après que Bill Gates les ait approchés pour résoudre le problème de l’identification des personnes qui n’ont pas été vaccinées.

Les tatouages à points quantiques impliquent l’application de micro-aiguilles dissolubles à base de sucre qui contiennent un vaccin et des « points quantiques » fluorescents à base de cuivre intégrés dans des capsules biocompatibles à l’échelle du micron. Une fois que les micro-aiguilles se dissolvent sous la peau, elles laissent les points quantiques encapsulés dont les motifs peuvent être lus pour identifier le vaccin qui a été administré.

Les tatouages de points quantiques seront probablement complétés par l’autre engagement de Bill Gates appelé ID2020, qui est un projet ambitieux de Microsoft visant à résoudre le problème de plus d’un milliard de personnes qui vivent sans identité officiellement reconnue. ID2020 résout ce problème grâce à l’identité numérique. Actuellement, le moyen le plus pratique de mettre en œuvre l’identité numérique est soit les smartphones, soit les implants de micropuces RFID. Cette dernière approche sera probablement celle de Gates, non seulement pour des raisons de faisabilité et de durabilité, mais aussi parce que depuis plus de 6 ans, la Fondation Gates finance un autre projet qui intègre des implants de micropuces implantables à l’homme. Ce projet, également mené par le MIT, est un implant de micropuce pour le contrôle des naissances qui permettra aux femmes de contrôler les hormones contraceptives dans leur corps.

Quant à ID2020, pour mener à bien ce projet, Microsoft a formé une alliance avec quatre autres sociétés, à savoir Accenture, IDEO, Gavi et la Fondation Rockefeller. Le projet est soutenu par les Nations unies et a été intégré à l’initiative des Nations unies pour les objectifs de développement durable.

Il sera intéressant de voir comment Bill Gates et ID2020 vont mettre en œuvre tout cela, car de nombreux chrétiens, et étonnamment un nombre croissant de musulmans chiites, sont très opposés à l’idée de la micropuce et de toute forme de technologie d’identification par effraction corporelle. Certains législateurs et politiciens chrétiens aux États-Unis ont même essayé d’interdire toute forme de micropuce humaine.

Mais, d’un autre côté, c’est l’occasion idéale pour Bill Gates de mener à bien ces projets car, alors que le coronavirus continue de se propager et que de plus en plus de personnes meurent de la pandémie, le grand public s’ouvre de plus en plus aux technologies de résolution de problèmes qui permettront de contenir la propagation du virus.

La principale raison pour laquelle de nombreux chrétiens et certains musulmans chiites sont opposés aux technologies d’identification par effraction corporelle, aussi utiles soient-elles pour prévenir les pandémies, est qu’ils pensent que ces technologies sont la « marque de Satan » mentionnée dans la Bible et dans certaines prophéties du Mahdi. Dans le livre des Révélations de la Bible, toute personne qui ne possède pas cette « marque » n’est pas autorisée à acheter ou à vendre quoi que ce soit.

L’année dernière, en novembre, une société technologique basée au Danemark qui avait des contrats pour produire des implants de micropuces pour le gouvernement danois et la marine américaine, a dû annuler le lancement de son implant de micropuces prétendument « révolutionnaire » alimenté par l’Internet après que des militants chrétiens aient attaqué ses bureaux à Copenhague.

*********************************************************************

Dans cet interview à CBS, Bill Gates dit que les rassemblements publics de masse ne reviendront pas tant qu’il n’aura pas été procédé à une vaccination de masse contre le Covid 19. La vaccination/puçage dans laquelle il investit sera-t-elle la condition d’accès future aux lieux publics d’après lui ? Et quoi d’autres après ?

Bill Gates crypto-juif, faux-chrétien

Une source de haut niveau révèle que Bill Gates est juif 
Selon le neveu de John Bolton, Greg T Dixon, un ami du lycée, franc-maçon et informateur profondément lié à la franc-maçonnerie, Bill Gates cache au public goyim le fait qu’il est un vrai juif.
Dixon a déclaré que le père de Bill Gates, Bill Gates Sr., avait pris la décision, il y a longtemps, de cacher le fait qu’il était juif parce qu’il pensait qu’il y avait « beaucoup trop de juifs de premier plan» en Amérique et il ne voulait pas que les gens se méfient de ce fait.

Bill Gates Jewish Parents
Parents juifs de Bill Gates

Donc, juste pour cela, il est « devenu chrétien ». Bill Gates Sr. a une histoire drôle pourquoi il a fait cela. Si vous consultez sa biographie sur Wikipédia, il indique qu’il a changé le nom de Bill Gates II en simplement Bill Gates Jr. «pour éviter l’apparition de l’élitisme», déclare-t-il ouvertement dans l’article.Dixon a déclaré que la mère de Bill Gates, Mary Maxwell Gates, est également juive et a également joué son rôle dans la ruse crypto-juive de la famille Gates en allant jusqu’à l’extrême, en commandant un portrait de peinture à l’huile arrangé pour lui donner l’air plus aryenne que son look de juive.

Mary Maxwell Gates
Portrait de 
Mary Maxwell
 Gates

Jew Boy Bill Gates
(garçon) Juif Bill Gates

Si vous consultez la biographie de Bill Gates sur Wikipédia [contrôlée par les Juifs], [1] il y est dit que Bill prétend être d’origine anglaise, allemande et écossaise-irlandaise, ce qui est, d’après  Dixon, un mensonge flagrant. Dixon a expliqué comment il s’agit exactement du même type de tromperie raciale utilisé auparavant par les nazis crypto-juifs HimmlerHess, MengeleEichmann, et Gobbles, pendant la Seconde Guerre mondiale, afin façonner la direction de la guerre… en contrôlant la plupart des décisions d’Hitler.

Crypto judéo-nazis 
Himmler, Hess, Mengele et Eichmann

Actuellement, la même tromperie (des Juifs se faisant passer pour des Allemands) est utilisée par l’eugéniste auto-déclaré Bill Gates pour décimer encore une fois la population mondiale, cette fois en utilisant des OGM et des vaccins, qu’il finance abondamment.La décision de camoufler davantage la véritable identité de Bill Gates en tant que juif est basée sur le fait que les juifs diffusent leur génétique juive partout, et augmentent ainsi considérablement leur population tout en dissolvant simultanément toutes les populations non juives de la planète.

bill-and-melinda-gates
Les juifs Melinda et Bill Gates

Leur prise de contrôle de la population est par définition, le «Nouvel Ordre Mondial» lui-même.Ainsi, les Juifs qui sont issus d’une espèce néandertalienne, gouverneront le monde sans la menace de l’espèce Cro-Magnon des goyim.Décrire Bill Gates comme un chrétien (blanc) est un stratagème utilisé comme outil de recrutement psychologique, a déclaré Dixon, pour essayer d’amener plus de chrétiens dans les méga-églises contrôlées par les Juifs pour se faire laver le cerveau, à l’image des évangélistes américains qui sont devenus plus juifs que chrétiens. Et c’est aussi pourquoi Bill Gates et Microsoft ont tenté d’acheter l’Église catholique

The Salina Journal (Salina, Kansas) - Dec 18, 1994
Le Salina Journal (Salina, Kansas) du 18 décembre 1994 relate (cette histoire est en réalité vraie)

Les juifs pourraient aussi vouloir que le public pense que Bill Gates est un chrétien blanc de sang allemand et irlandais parce que la majorité des flics en Amérique sont d’origine allemande ou irlandaise… et chrétienne. Des flics qui se sentiront probablement bien dans leur peau en croyant qu’ils sont génétiquement liés au «cerveau» Bill Gates.De même, il doit aider les Juifs à contrôler une force de police sur la ligne de front juive de l’État policier manipulé s’ils croient qu’ils sont intellectuellement supérieurs à tous les autres, y compris les Juifs qui les manipulent quotidiennement, tout en restant complètement ignorants.Dixon a déclaré que Bill Gates était raffiné, soigné et finalement situé dans la meilleure position de tous les autres juifs d’élite pour tromper les goyim en leur faisant croire qu’il est un cerveau informatique, et qu’il a donc été choisi par les juifs d’élite pour agir en tant que «leader» menant l’ère de l’ordinateur, et plus important encore, le contrôle de son logiciel de système d’exploitation. Ce système d’exploitation que tout le monde dans le monde doit utiliser pour communiquer, et qui, par conséquence, doivent être contrôlés par les Juifs.Bill Gates et Microsoft n’ont pas créé «Windows», ils l’ont simplement acheté pour 100.000 $ à deux goyim en Californie, qui l’ont effectivement créé. Cette réalité est mise en évidence dans le documentaire de PBS intitulé Triumph Of The NerdsDixon a déclaré que la raison pour laquelle les Juifs doivent contrôler le premier logiciel d’exploitation du monde est qu’ils peuvent espionner tous ceux qui l’utilisent, en conservant un dossier de leurs activités, pour être utilisés contre eux plus tard dans le cadre de leurs plans de domination mondiale, tout en veillant à ce que toutes les menaces potentielles légitimes soient neutralisées.Le fait que Bill Gates ment pour dissimuler sa judéité, détourne à son tour la critique internationale de ses pratiques commerciales crypto-juives directement sur des innocents goyim du monde entier en leur faisant croire qu’il en fait partie.Microsoft a été poursuivi à plusieurs reprises pour des pratiques commerciales hostiles qu’ils utilisent pour maintenir la suprématie des logiciels espions de leur système d’exploitation, pour lesquels seuls les juifs d’élite pourraient s’en servir.

All Jews
Tous juifs

Tous les fondateurs initiaux de Microsoft Corporation en 1978 sont des juifs, a déclaré Dixon, et les juifs d’élite sont de connivence pour qu’il en soit ainsi, simplement en achetant, en prenant le contrôle avec hostilité ou simplement en volant des logiciels concurrents de toute entreprise qui montre une menace intellectuelle potentielle pour la dominance sur le marché des systèmes d’exploitation. Un marché, selon Dixon, qui en réalité est géré et contrôlé uniquement par des juifs d’élite qui contrôlent non seulement Microsoft, mais aussi Apple, Linux et maintenant Android.
Cette équipe Microsoft entièrement juive de 1978 a été réunie et organisée par des juifs d’élite pour prendre le contrôle total de tous les logiciels du système d’exploitation dans le monde. Dixon a déclaré que permettre aux non-juifs de prendre le contrôle du système préféré mettrait en danger les juifs pendant un millénaire.Bill Gates reste crypto-juif parce que son père a reconnu que les Juifs contrôlaient simplement trop de méga-sociétés, de banques et d’industries en Amérique et à l’étranger, et s’inquiète de ce que si la véritable identité de Bill Gates en tant que juif venait à être révélée, ce serait mettre en évidence le fait que les Juifs possèdent tout ce qui a de la valeur en Amérique.Source : Jewish Bill Gates: Crypto-Jew, Pseudo-Christian

Bill Gates aristocrate juif
Nous avons vu dans un précédent article que Steve Jobs était juif.  Eh bien, Bill Gates aussi.Il est de la même famille que les Bush et tous les autres présidents.Ce n’est pas une conjecture.Cela est affiché sur Geni.com, mais vous devez creuser un peu.La réponse est disponible, il vous suffit de poser la question et de ne pas être détourné par d’autres personnes.Ne demandez pas aux gens sur les forums, ne demandez pas à Snopes, ni à Yahoo, ni sur les sites d’information, ni à JewornotJew.Demandez les généalogies et préparez-vous à aller en profondeur. Pour commencer, il y a le mystère et la mystification habituels du nom de Bill Gates. Il est parfois répertorié comme Bill Gates, Jr., et parfois comme Bill Gates III. Les deux ont tort, selon les documents. Son père, son grand-père et son arrière-grand-père s’appellent tous William Henry Gates, ce qui ferait de lui Bill Gates IV.Bill est censé être un génie, mais il semble que ces gens ne peuvent même pas compter jusqu’à quatre, alors que les corbeaux peuvent compter jusqu’à quatre, donc les Gates ne sont même pas aussi intelligentes que ces oiseaux.Une grande partie de la généalogie de Bill Gates est “nettoyée”, mais nous pouvons toujours la voir.Gates n’est pas seulement un Gates, il est un Gibbs, un Curtis, un Maxwell, un Reid et un Oakley.L’un des récents ancêtres d’Oakley de Bill a épousé une Judd. C’est clairement juif.Dans la lignée Curtis, ils étaient liés à Moores, Randalls, Perrys, Lowes, Fishes, Lincolns et Palmers. Les Lincolns de Plymouth sont bien évidemment juifs, avec des prénoms comme Caleb Mordecai, Ephraim, Ruth, Huldah et Joshua.…Lire la suite sur : Bill Gates Jewish AristocratPublié le 19 novembre 2017NOTE[1] Le fondateur de Wikipedia est un dealer de porno et un agent de propagande sionisteMéfiez-vous de Wikipédia : mensonges et désinformation par la CIA et consortsLe problème de Wikipédia par Paul Craig RobertsVOIR AUSSI :D’où vient Bill Gates ?Les crimes liés aux vaccins de Bill GatesHannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

6 commentaires:

  1. Jacques20 avril 2020 à 17:40Comme la grande majorité des élites, il est aussi intersexué. Ils naissent déviant.

    Très efféminé dans sa gestuelle et le ton de sa voix.Répondre
  2. Anonyme21 avril 2020 à 15:26Bill Gates, le maître du monde ou le plus grand bienfaiteur de l’humanité ?
    https://www.youtube.com/watch?v=iIsv3xtPtgw
    Un juif qui cacherait ses origines (dans la video ci-dessus, à 29 mn 50 « La guerre sainte de microsoft contre ses concurrents » il a une attitude typique d’un juif en prière).

    Il veut aussi pucer le monde entier par le biais d’un vaccin ! Mais que penser de la puce ? :
    https://effondrements.wordpress.com/2012/05/30/le-nouvel-ordre-mondial-le-futur-cauchemar-de-lhumanite/comment-page-1/#comment-5787
    Répondre
  3. Anonyme21 avril 2020 à 17:16je vous invite a lire ce document :
    http://mileswmathis.com/gates.pdf
    et tous les autres par ailleurs si vous ne connaissez pas
    bien à vousRépondre
  4. toutousweet21 avril 2020 à 17:25tout a fait c est un juif nazi récupéré par opus dei a l époque ou il avat un procès au usa pour monopole avec son histoire d internet explorer etc
    c est un talmudiste depuis le départ, d ailleurs il a privatisé de la technologie logicielle qui ne lui appartenait pas et qui était ” libre” il faut le mettre en taule avec sa boniche melina , ils ont tué de smillions d enfants et stérélisés des millions de gens en afrique et asie Répondre
  5. toutousweet21 avril 2020 à 17:31on va lui mettre dans son anus de travlo talmudiste son vaccinRépondre
  6. maxi info21 avril 2020 à 23:46la puce c’est la marque de la bête de la fin des temps donc il faut jamais se laisser faire pucer Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *