FEMMES maltraitées

Indonésie : des femmes activement recherchées
par la police de la charia pour avoir fait du vélo en « vêtements sexy »

“Les gens sont surpris de voir à quel point les lois islamiques sont contraignantes dans la pratique”.
Mais c’est ce qui attend les français, et c’est déjà en place dans les quartiers abandonnés à l’islam avec ses imams auto proclamé. L’islam n’a aucun chef , sauf qu’avec la charria tout le monde devient chef !


Indonésie : des femmes activement recherchées par la police de la charia pour avoir fait du vélo en « vêtements sexy »

Illustration : Une histoire semblable début 2020, ici des jeans trop suggestifs pour la police de la charia à Aceh.. Dans la province indonésienne d’Aceh, la police de la charia arrête les filles en jeans et les force à porter une jupe fournie par le gouvernement

Des jeans trop suggestifs pour la police de la charia à Aceh

La province semi-autonome d’Aceh, située sur l’île de Sumatra, compte la plus forte proportion de musulmans du pays. Pour mettre fin à des décennies de bataille entre les musulmans séparatistes et l’armée, le gouvernement a accepté l’instauration de la charia, la loi islamique, à Aceh en 2002. Pour faire appliquer ces nouvelles lois, une unité spéciale de police, appelée “Wilayatul Hisbah” ou “la patrouille de prévention du vice et de promotion de la vertu” a été mise en place.  Le 26 mai, les autorités du district ouest de la province d’Aceh ont intensifié la répression envers les femmes qui portent des pantalons moulants. Elles ont fourni à la police locale 20 000 jupes longues. La police confisque les pantalons des femmes arrêtées aux points de contrôle et leur fournit une jupe. Ces femmes ne peuvent toutefois pas être interpellées. 

Outre la loi – adoptée en 2005 – qui exige le port de hauts larges avec des manches longues et de longs foulards couvrant le cou, la province d’Aceh a aussi interdit les relations homosexuelles, la consommation d’alcool, et les relations hors-mariage entre personnes de sexe opposé. S’il est adopté par le gouverneur de la province, le texte le plus récent, adopté par le Parlement en septembre 2009, verra les femmes coupables d’adultère lapidées.  Ces lois ont choqué les militants des droits de l’Homme dans le reste de l’Indonésie, qui est un État laïc, où les 200 millions de musulmans suivent une forme modérée de la religion. 

Attrapée en flagrant-délit alors qu’elle tentait d’éviter un point de contrôle ; La femme a essayé de passer un point de contrôle sans s’arrêter. Un des policiers a tenté de l’arrêter en la faisant tomber de son véhicule.

“Les gens sont surpris de voir à quel point les lois islamiques sont contraignantes dans la pratique”. Mais c’est ce qui attend les français, et c’est déjà en place dans les quartiers abandonnés à l’islam avec ses imams auto proclamé. L’islam n’a aucun chef , sauf qu’avec la charria tout le monde devient chef !

Chercheuse à l’université de Syiah Kuala, Sri Wahyuni dirige la commission des affaires des femmes au sein du Parti du peuple d’Aceh. ; Le problème est que la politique d’habillement à Aceh peut prêter à confusion pour les femmes. Pour commencer, presque toutes les femmes portent des pantalons plutôt que des jupes. Après tout, notre costume traditionnel est composé d’un pantalon et d’une blouse, pas de jupe. Deuxièmement, les lois varient en fonction des districts. À Aceh Ouest [où les jupes sont distribuées], la loi s’applique aux résidentes, mais aussi aux musulmanes qui sont simplement en visite. 

Par conséquent, les gens sont nerveux. D’un côté, ils se réjouissent de voir que leurs croyances religieuses sont prises en compte, mais de l’autre, ils sont surpris de voir que les lois islamiques sont contraignantes dans la pratique. À Aceh, nous avons une majorité silencieuse, les gens se taisent parce qu’ils ont peur de résister et d’être qualifiés d’’ennemi de l’islam’. Il n’y a pas d’organisation assez solide pour se rebeller contre ce niveau d’intimidation.  Les habitants d’Aceh ont une compréhension très limitée de la loi islamique, tout ce qu’ils ‘savent’, c’est que c’est une bonne chose. Jusqu’à présent, ils n’avaient pas pensé aux implications pratiques. Quant au gouvernement de Jakarta, il se fiche que les lois islamiques causent des problèmes ici. Je pense que je quitterai Aceh si la situation empire. Je m’inquiète pour l’avenir de mes deux filles. Je veux qu’elles vivent dans un environnement libre, où il n’y a pas de restrictions religieuses ou liées à la foi.” 

La police de la mode en action

Un point de contrôle, ou “razia”, au carrefour de Simpang Mesra à Banda Aceh, où 194 personnes ont été arrêtées, sermonnées et enregistrées comme des délinquantes (les jupes fournies par le gouvernement restaient encore à venir).

La police vérifie chaque véhicule. 

Les filles qui portent des jeans sont sermonnées. 

Les noms et les papiers d’identité des délinquantes sont enregistrés.

Le club de cyclisme féminin d’Aceh est recherché par les autorités locales pour avoir roulé en « vêtements sexy »

Un groupe de femmes cyclistes d’Aceh fait sensation dans la province conservatrice après que des photos et des vidéos d’elles portant des vêtements moulants ont circulé sur Internet.

Le groupe – composé d’au moins 10 femmes et d’un homme qui semble être leur chef de file – a été vu portant uniformément des t-shirts roses à manches longues, ce qui a été qualifié de « révélateur » et « sexy » par les médias locaux, car leurs tenues sont serrées et donc considérées comme étant en conflit avec les coutumes islamiques locales. La plupart des dames, selon les rapports, ne portaient pas le hijab. Les femmes se seraient rendues à Banda Aceh, la capitale de la province, et leurs photos et vidéos auraient circulé. Sur une photo, le groupe semble poser sur la plage de Ulee Lheue.

Le maire de Banda Aceh dit avoir donné l’ordre à l’Agence de l’ordre public et  à l’« Agence de supervision pour l’application de la charia » à Aceh, de rechercher les femmes et de les appréhender. « Cette ville applique la loi islamique, chaque invité qui vient ici doit respecter et obéir aux règles qui existent dans la ville. Même si les invités sont issus de groupes non musulmans, ils doivent respecter les normes en vigueur à Aceh ». Le maire  a ajouté qu’étant donné que les femmes ont violé la charia existante, elles doivent bénéficier de « conseils religieux  officiels ».

 Hidayat, qui dirige le Satpol PP et WH à Aceh, a déclaré que ses agences sont toujours à la recherche du groupe et a promis de renforcer la surveillance des vêtements des cyclistes qui sont conformes à la charia… Le délit présumé commis par ces femmes est dû aux principes islamiques qui transforment les femmes en objets et qui sont strictement appliqués dans la province d’Aceh.

Si une femme ne se couvre pas, il est normal qu’elle soit agressée : (Coran 33:59)
33-59. Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées (=agressées). Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Indonésie : La régence centrale de Lombok utilise le coronavirus comme prétexte pour imposer le niqab aux fonctionnaires (juillet 2020).

Au prétexte du coronavirus = niqab obligatoire pour les femmes fonctionnaires !

Il est désormais obligatoire pour toutes les femmes fonctionnaires musulmanes de porter le niqab – « le couvre-visage islamique au lieu d’un masque, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus ». Il a également suggéré d’organiser un concours pour le meilleur niqab.

En France : Zineb se bat pour la liberté. Je ne pardonnerai jamais à ceux qui promeuvent le voile en France

Le Code Vestimentaire selon le Coran

I- Le vêtement spirituel

S7:V26 Ô enfants d’Adam! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités, et faisant office pour vous de plumage – Même si c’est la conformité à Dieu qui est en réalité le meilleur des vêtements – C’est un des signes de Dieu, peut-être recouvriront-ils la mémoire?

Avant même de parler de tenues vestimentaires sous forme physique, ce verset nous rappelle qu’il existe un vêtement qui nous accompagne en toute circonstance. Ce vêtement est le vêtement spirituel que procure la recherche active de la conformité aux règles de Dieu.

Le meilleur vêtement selon Dieu.

Quelqu’un qui cherche activement à se conformer aux règles de Dieu, en vue de devenir une meilleure personne et d’avoir plus de grâce à ses yeux, aspirera logiquement à ce qui plait à Dieu et se détournera de ce qui ne plait pas à Dieu. Or la tentation du diable n’a de prise que sur celui dont le cœur est attiré par le pêché. Donc une telle personne sera naturellement hermétique contre toute tentation confondue, et n’aura même pas à lutter pour y résister. Celui qui n’aspire pas au pêché ne sera pas tenté par le pêché.

En réalité, rien que le fait d’avoir le pêché suffit à envoyer un signal télépathique aux personnes qui nous entourent, qui le ressentent comme par instinct. Donc celui qui n’a pas le pêché en tête n’envoie aucun signal négatif autour de lui, et ne perçoit pas les signaux négatifs des autres.

Dieu nous donne la meilleure méthode pour nous prémunir contre la tentation du diable sans avoir à fournir le moindre effort, et cette méthode consiste à mener une vie ou notre quotidien est motivé par la recherche de la satisfaction de Dieu et à son obéissance.

Quand on voit les pratiquants de chaque religion, on se demande sur quelle base ils justifient leur code vestimentaire. Je prends l’exemple du salafiste: longue barbe non taillée, moustache courte ou rasée,  cheveux longs ou rasés, couvre-tête, kamis, pantalon ou bermuda … c’est d’une précision!!!!

7448424-11480036
1024x576_428291

Ce texte est tiré de “comment imposer la charria en France”… et vous avez la photo d’un bon croyant qui a force de ce cogner le front sur le sol s’est construit une bosse permanente. Du coup ce taré se réserve une place au paradis avec ses femmes vierges qui redeviennent vierges aprés avoir été dépucelées… nous sommes au royaume des fous et des barbares. Et nos gauchistes trouvent cela merveilleux !

Le diable veut nous enlaidir et nous faire ressembler à des singes….. Est-ce cela que Dieu, le Dieu de la beauté, prescrit pour ce qui se fait de mieux dans sa création, l’Homme?

Dieu a créé tous les Hommes, on peut donc s’attendre à ce que la Loi de Dieu pour les Hommes soit aussi universelle que Dieu l’est lui-même … Or, ce n’est clairement pas le cas avec le code vestimentaire que je viens de citer.

Les Lois de Dieu servent à nous rendre la vie plus facile, et à nous élever, alors que les lois issus du diable sont tout le contraire: elles rendent la vie des gens plus difficiles et rabaissent et enlaidissent les gens. Il serait de mauvaise foi de dire que le code vestimentaire adopté par les juifs orthodoxes ou les salafistes ou autres…. les rendent plus beaux ou leur rendent la vie plus facile au quotidien.

On va plus facilement vers la personne qui nous ressemble que vers la personne qui n’a rien à voir avec nous.  Les codes vestimentaires religieux créent des barrières et de mauvais préjugés entre les Hommes, ce que le diable apprécie,  alors que les véritables Lois de Dieu favorisent les bonnes relations entre les Hommes.S20:V2 Nous n’avons pas fait descendre le Coran sur toi pour te rendre la vie difficile

Pour comprendre les prescriptions de Dieu en terme de code vestimentaire, il faut comprendre les objectifs qui sont derrière:

  • Nous élever, nous rendre plus nobles, plus respectables, plus beaux
  • Nous faciliter la vie
  • Nous protéger contre la tentation subie ou induite

Les codes vestimentaires des diverses religions ne remplissent pas vraiment ces objectifs, alors que vous verrez que le Coran, véritable Loi de Dieu, les remplit parfaitement.

En résumé, avant même de parler de code vestimentaire proprement  dit, Dieu nous dit que le meilleur des vêtements est celui que confère l’aspiration à Dieu et l’obéissance à ses Lois, ce vêtement spirituel est le meilleur des vêtements, car c’est celui qui nous protège contre toutes tentations confondues. Prescription n°0: Aspirer à se conformer aux règles de Dieu

II- Le regard et la pudeur

Au lieu de s’en prendre à eux-mêmes, les puritains portent la faute sur les autres lorsqu’ils se retrouvent eux-même pris dans la tentation et exigent des autres qu’ils se conforment à leur propre puritanisme.

Les puritains de toute religion croient plaire à Dieu par leur puritanisme, or est ce que Dieu est lui-même un puritain ou nous demande de l’être?

La réponse est non, car Dieu n’aime pas les extrêmes mais le juste milieu. Comme je le mentionnais plus haut, Dieu est universel, sa Loi l’est donc tout autant … Or la Loi des puritains ne convient qu’à eux-mêmes …  et encore. Ce critère suffirait à disqualifier les codes vestimentaires adoptés par les diverses religions.

Qui mieux que Dieu, Créateur de tous les Hommes, peut trouver une Loi qui donne satisfaction à tous?

Vous allez justement voir que la Loi que prescrit le Coran en la matière est effectivement déjà accepté de tous les Hommes, religieux ou non, comme étant la norme générale de décence.

Prescription n°1: Restreindre le regard

S24:V30 Dis aux croyants de restreindre leur regard et de préserver leur pudeur

S24:V31 Dis aux croyantes de restreindre leur regard et de préserver leur pudeur

Dieu utilise le mot “restreindre” qui implique que l’on doit contrôler notre regard dans les 2 sens:

  • ce qui entre dans notre regard
  • ce qui sort de notre regard

Les racailles n’ont rien compris à ces recommandations, car elles n’ont aucune discrétion dans le regard et bien au contraire vous regardent avec insistance avec une impolitesse crade… tout cela c’est de la maltraitance car ça remmène l’individu à une merde !

Contrôler ce qui entre dans notre regard nous sert à enlever de notre champs de vision ce qui est source de tentation. En fonction du contexte, cela peut se traduire par tourner la tête, baisser les yeux, regarder dans le flou,… En effet, nos yeux sont la porte d’entrée de la tentation, si on la filtre aussitôt qu’elle se présente à nous, le tentation ne pourra pas prendre racine en nous.

Contrôler ce qui sort de notre regard nous sert à ne pas susciter la tentation chez l’autre, en effet, on sait tous que beaucoup de choses passent par le regard. Un regard insistant ou impudique, rechercher les autres du regard, fixer du regard … suffit à susciter la tentation chez certain(e)s.

Prescription n°2: Préserver sa pudeur

En effet, en dehors de la tenue vestimentaire, le comportement pudique, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, est ce qui coupe court à tout mal entendu et qui ne laisse pas de place au doute … or on sait que le diable se cache là ou le doute réside. Être pudique, ce n’est pas être puritain, mais c’est le fait de ne pas avoir les idées mal placées, et de ne pas laisser apparaître dans notre comportement ce qui peut être mal interprété.

B9714465422Z.1_20180119102337_000+GVRAHBJU0.1-0

La pudeur réside dans le regard et le comportement, et ne tient pas à un bout de tissu…

Concernant les hommes, voila tout ce que Dieu prescrit dans le Coran, nul trace de prescription du port de la barbe, couvre-tête, kamis, papillotes… tout ceci a été inventé et est forcément l’oeuvre du diable. Voilà qui est nouveau ? Pas de barbe ? Alors les barbus vont être déçus car ils vont devoir se raser tous les jours !

Dieu nous dit de façon générale:

  • là ou j’ai légiféré, suivez ma Loi, ni plus, ni moins
  • là ou je n’ai pas légiféré, c’est qu’aucune loi n’a lieu d’être

Aucune loi de Dieu ne prescrit aux hommes de porter la barbe, ou de porter tel ou tel vêtement … en effet, Dieu ne fait pas de Lois arbitraires juste pour nous soumettre, Dieu fait uniquement des Lois pour nous bénéficier et nous protéger. En quoi porter une barbe nous bénéficie ou nous protège, en quoi porter une barbe fait de nous un meilleur homme ou un plus mauvais homme …. ?

J’ai l’impression d’entendre l’ange Gabriel qui s’adresse à Momo dans sa grotte… car le narrateur parle au nom de dieu… un dieu qui a des avis sur tout, sauf sur les girafes et les zèbres qu’il n’a jamais vu dans sa région ! Il n’a vu que des chameaux et des moutons ! Serait-ce un dieu inculte ?

Les musulmans vous diront que ceci n’est pas dans le Coran, la Loi de Dieu, mais dans la Sounnah, la Loi du prophète. Mais outre le fait, que le Prophète n’a pas sa propre Loi, mais que la seule véritable Loi est celle de Dieu, le Coran rappelle aux gens que le prophète n’a jamais demandé cela aux gens, mais que ce ne sont que des mensonges proférés en son nom:

S7:V157 Ceux qui suivent le Messager, le Prophète gentil qu’ils trouvent mentionné par écrit chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux

Le prophète applique la loi de Dieu pour lever le fardeau et les jougs qui étaient sur les gens, et non pas pour leur en imposer de nouveaux. Ce n’est certainement pas le prophète qui a imposé aux hommes le port de la barbe ou tout autre détail d’ordre cosmétique, alors que Dieu n’a rien légiféré en ce sens. Tous ces détails d’ordre cosmétique relèvent de la sphère personnelle, Dieu ne légifère pas dans le domaine des goûts et des couleurs…

En résumé:

Pour les Hommes, Dieu prescrit en terme de code vestimentaire:

  • Restreindre le regard
  • la pudeur

Quand vous voyez ce genre de règles imposées par les exégètes musulmans, on voit bien que ce n’est pas l’habit qui fait la pudeur et que ce genre de code vestimentaire n’apporte que des inconvénients pour aucun bénéfice:

homme

Pour les femmes, Dieu ajoute des prescriptions supplémentaires du fait de leur beauté naturelle. En effet, les faits le prouvent, les hommes et les femmes ne sont pas égaux dans ce domaine. Tiens ?… alors les femmes sont plus belles ?… mais pas chez les islamistes !

Dieu nous informe dans le Coran que l’Homme a été créé avec un désir naturel pour les femmes, l’acquisition d’enfants et de biens matériels:

S3:V14 On a enjolivé aux gens l’attrait pour les désirs que procurent femmes, enfants, accumulation sans limite d’or et d’argent, chevaux dressés, bétail et champs; tout cela est l’objet de jouissance pour la vie présente, alors que c’est près d’Allah qu’il y a bon retour. 

Dieu donne les moyens aux hommes d’assouvir ce désir naturel avec leurs épouses respectives, et de canaliser ce désir quand il n’est pas approprié (par le fait de penser à Dieu, par la pudeur et la restriction du regard) … mais le problème se pose avec les hommes qui n’obéissent pas aux prescriptions de Dieu en la matière, c’est de ceux-là que Dieu veut protéger les femmes en leur prescrivant des règles supplémentaires en matière de code vestimentaire, et non pas pour chercher à cacher les femmes ou à les amoindrir par rapport aux hommes.

III- le code vestimentaire

Voila ce que Dieu prescrit en plus pour les femmes qu’Il ne prescrit pas aux hommes:

S24:V31 Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès.

C’est sur la base de ce verset que les exégètes musulmans justifient l’obligation du port du voile pour la femme, or vous remarquez qu’il n’est écrit nul part dans ce verset que les femmes doivent mettre quoique ce soit sur la tête. Elles rabotent leur voile sur la poitrine pour cacher les seins, mais pas sur la tête. Voyez un peu le fouloir de l’islam qui dit n’importe quoi et son contraire et des imbéciles font semblant de suivre… pour ne pas aller en enfer !

img0056705316
An Afghan woman holds her baby as she and supporters attend the election rally of Afghan presidential candidate Abdullah Abdullah in Jalalabad on February 18, 2014. Afghanistan's April 5 election is the third presidential poll since the fall of the Taliban with 11 candidates contesting the polls. AFP PHOTO/SHAH Marai
Foreign tourists wearing niqab have a rest on a bench in downtown Tbilisi on August 16, 2016. / AFP PHOTO / Vano Shlamov

Si les capes d’invisibilité existaient, les exégètes musulmans les prescriraient certainement aux femmes, mais pas besoin, ils ont la burqa et le niqab qui remplissent déjà cette fonction. Dieu a-t-il créé la femme, avec sa beauté, pour qu’elle doive se cacher toute sa vie? Comment les hommes et les femmes pourraient se plaire, se rencontrer, et fonder une famille, si l’homme ne peut voir le visage de sa femme qu’une fois marié????

La liste est longue en matière de non sens quand il s’agit de trouver une logique dans les pratiques issues du diable ….

femme
QUE DE RÈGLES INVENTÉES POUR JUSTIFIER L’INJUSTIFIABLE….. LE DIABLE SE CACHE SOUVENT DERRIÈRE LES BONNES INTENTIONS.

prescription n°3:  Ne pas montrer plus que ce que montre déjà votre beauté naturelle

Le débat sur ce verset porte sur la partie: “de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît “. C’est plus précisément sur le “ce qui en paraît” que les interprétations divergent, certains disent que “ce qui en paraît” fait allusion au visage, d’autres limitent cela aux yeux et aux mains … d’autres ne laissent plus rien paraître de la femme, comme avec le niqab … et d’autres plus réformistes disent que “ce qui en paraît” est ce que la femme décide d’en laisser paraître, ça serait donc à la carte.

LEB6yadlizQM4YTURKVCTcNNjlw@450x237

Mais cette phrase ne dit rien de tout cela, toutes ces interprétations ne sont que des suppositions, il faut s’en tenir à ce que dit strictement ce verset pour s’approcher de la vérité.

Pour commencer les exégètes musulmans n’ont pas tout à fait été fidèle en traduisant “زِينَتَهُنَّ ” par “atours”. En effet, le mot utilisé dans le verset a un sens plus large et signifie la “beauté” de façon générale.

وَلَا يُبۡدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلَّا مَا ظَهَرَ مِنۡهَ” veut littéralement dire “et qu’elle ne révèle de leur beauté que ce qui en demeure visible”.

Si une femme cherche à ne laisser voir de sa beauté que ce qu’elle ne peut cacher, que reste-t-il? 

Sa beauté naturelle.

Par exemple, une femme que Dieu a doté de formes généreuses, aura beau s’habiller avec des vêtements amples, cela ne masquera pas complètement ses formes, c’est ce que Dieu désigne par “sauf ce qui en demeure visible”.

Une femme qui a un joli visage aura beau ne porter aucun maquillage, elle n’en demeurera pas moins belle, voilà encore ce qui peut entrer dans l’expression “sauf ce qui en demeure visible”.

Qu’elles soient voilées ou pas, on ne perçoit pas de la même manière une femme qui limite sa beauté à sa beauté naturelle d’une femme qui cherche à mettre en valeur sa beauté, ce n’est pas une question de beauté, mais cela est plutôt révélateur du but que recherche cette femme. On voit donc bien que ce n’est pas le voile qui fait la personne.

Prenez l’exemple de beaucoup de femmes voilées, d’un côté elles portent le voile, et d’un autre, elle se maquillent encore plus que les femmes qui ne portent pas le voile. En effet, elles cherchent à compenser avec un maquillage exagéré l’enlaidissement qu’engendre le port du voile … un déséquilibre qui en engendre un autre. Si elles s’en étaient tenu à ce que Dieu prescrit dans le Coran, elles n’auraient pas à subir la frustration qu’engendre le fait de devoir s’enlaidir en se mettant un voile sur la tête, et du coup n’auraient pas besoin de compenser cette frustration.

Maquillage-d_Été-Nos-8-Inspirations-Coups-de-Cœur-Pour-Femme-Voilée
02maqu-avant-apres-610x281 (1).jpg

Voila bien là un signe du diable, le diable nous pousse à la faute et nous fait ensuite compenser les dommages causés par notre faute initiale par une nouvelle faute. C’est bien le diable qui veut enlaidir ce que Dieu a fait beau par nature, qui veut nous priver de ce que Dieu autorise et qui nous fait du bien, tout en nous prescrivant ce que Dieu interdit et qui nous fait du mal.

Dieu n’interdit pas pour autant le maquillage, on fait tous la différence entre le maquillage tapageur et le maquillage discret. L’un est provoquant alors que l’autre sert juste à ne pas donner l’impression d’être une femme négligée. Dieu ne demande pas aux femmes de se négliger et de ne pas être coquette, mais juste de ne pas être provocantes. Comme dans tout, Dieu n’aime pas les excès.

Merci dieu, vous êtes formidable… mais vous auriez pu mettre plus ce cils aux femmes pour leur éviter d’en mettre des faux.

prescription n°4: Couvrir ses formes

la prescription de Dieu aux femmes continue avec:

S24:V31  et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ….

D’abord une parenthèse concernant “جُيُوبِہِنَّ‌ۖ ”  que les traducteurs ont traduit par “poitrines”.

جُيُوبِہِنَّ‌ۖ ” est issu de mot “جيب” signifiant littéralement “poche”, ce verset dit donc que les femmes doivent jeter leur voile sur leurs “poches”, ce qui fait référence de façon plus générale aux formes féminines: fesses, seins,  cuisses… Cette interprétation se confirme par le bon sens car effectivement, on sait tous que ce sont les formes féminines de façon générale qui suscitent le désir sexuel chez les hommes.

On en vient au mot “بِخُمُرِهِنَّ“/”khimar” sur lequel les exégètes musulmans se basent pour justifier la prescription aux femmes du port du voile.

Voyons ce que désigne le khimar  à l’époque de Muhammad et à notre époque:

  • Khimar au sens d’usage l’époque de Muhammad = nom d’un vêtement sous forme de grand tissu souvent noir en une seule pièce qui couvre le corps de la femme de la tête aux pieds, y compris le visage.
  • Khimar au sens d’usage de maintenant = nom d’un vêtement sous forme de petit carré de tissu dont la couleur peut varier et qui  sert à couvrir uniquement la tête, et pas le corps ni le visage

Les salafistes se basent sur le Khimar tel que défini à l’époque de Muhammad, et en concluent que ce verset prescrit aux femmes de toutes époques et de toutes cultures de porter la burqa ou le niqab.

Face au tollé général, les exégètes musulmans plus modérés ont retenu le sens actuel du mot khimar et ont interprété ce verset comme la prescription faite aux femmes de mettre un voile sur la tête, sans pour autant se couvrir le visage…

Quelque soit le sens que prend le mot Khimar, il n’est dit absolument nulle part dans le Coran que les femmes doivent se couvrir la tête ou se cacher le visage. Dieu précise pourtant dans ce verset les parties féminines que ce khimar est censé couvrir en parlant de “poches”, et Dieu aurait oublié de préciser le plus important qui est de couvrir la tête, ou le visage selon les dires des musulmans?

Pour comprendre ce verset, il faut le remettre dans le contexte de la société préislamique quand le Coran a été révélé.

En réalité, la pratique du port du voile intégral n’a pas été instauré par le Coran et Muhammad comme le disent les exégètes musulmans, mais était déjà une pratique bien établie depuis des siècles au sein de la société arabe préislamique.

Les femmes de la bonne société préislamique (donc cela ne concernait pas les esclaves ou les prostitués) portaient effectivement un khimar pour leurs déplacements extérieurs, un tissu souvent de couleur noir en une seule pièce qui leur couvrait le corps de la tête au pied, y compris le visage (équivalent du niqab et de la burqa d’aujourd’hui).

Roland Guérin de Vaux (1903-1971), père dominicain et archéologue qui a dirigé l’équipe catholique ayant travaillé sur les manuscrits de la mer Morte découverts dans onze grottes à proximité des ruines de Qumrân   , a publié dans Revue Biblique , sur la base de ces manuscrits (copiés entre le 3ième siècle avant J.C. et le 1er siecle après J.C), un article intitulé: “Sur le voile des femmes de l’ancien Orient” ou il nous en apporte la preuve incontestable:

téléchargement -1
téléchargement - 1.1
téléchargement 0
téléchargement
téléchargement 2
téléchargement 3
téléchargement 7.png

Ces écrits antérieurs à l’islam nous confirment sans conteste que cette pratique du port du voile intégral pour les femmes existait bien avant la venue du Coran.

Si on suit la logique des exégètes musulmans et qu’on en conclue que Dieu a vraiment prescrit le voile intégral pour les femmes, cela surprend de voir que la Loi de Dieu et la Loi des païens (donc du diable) se rejoignent. Depuis quand Dieu et le diable ont des règles communes?

Pour comprendre ce qu’il en est vraiment, analysons les raisons pour lesquels les femmes de la société préislamique portaient ces grands voiles intégral.

Les femmes orientales de la bonne société pré-islamique portaient ce grand voile noir intégral en référence à Al-Lat, déesse de la fertilité, la principale divinité vénérée à la Mecque par les païens, considérée comme une des 3 filles de Dieu que les païens assimilaient à Houbal.

Le symbole de ce voile noir intégral est que Al-Lat, comme toutes les déesses de la fertilité, était mariée au Dieu Soleil, et devait donc se protéger intégralement de lui pour ne pas se brûler, on retrouve cette même symbolique avec les vierges noires, qui avait acquis cette couleur du fait de leur union au Dieu Soleil.

The-Manchurian-Candidate-Jameson-Mardi-Gras-mask-2.jpg
FEMME PAÏENNE DE LA SOCIÉTÉ PRÉ-ISLAMIQUE (PRÊTRESSE D’AL-LAT DANS LE FILM MANCHURIAN CANDIDATE, 2004)

Cette symbolique se confirme avec la Kaaba qui à l’époque païenne était dédiée au culte d’Al-Lat. Le voile noir de la Kaaba et la pierre noire sacrée, à la forme de la tête d’un nouveau né,  qui y est incrustée dans ce qui ressemble à une vulve féminine, symbolise justement Al-Lat, la déesse de la fertilité.

black-stone-mecca.jpg

Les femmes de la bonne société qui s’habillaient de la sorte se voyaient attribuées le titre de prêtresse d’Al-Lat. En se revendiquant parmi les dignitaires d’Al-Lat, elles pouvaient justifier la légitimité de leur haut rang au sein de la société préislamique.

Ce code vestimentaire permettait également aux femmes de bonne naissance de conserver une peau claire et douce et ainsi se distinguer des femmes des plus basses classes, qui elles travaillaient découvertes sous la chaleur torride du soleil de la péninsule arabique.

tell.png

Ce code vestimentaire ne servait en rien pour objectif de préserver la pudeur ou de restreindre la tentation:

tele0.png

En effet, ce code vestimentaire permettait aux femmes de voir sans être vue et de jeter leur dévolu sur l’homme qui convenaient à leur goût. Et ce n’est pas un hasard que le fin du verset fait allusion au même genre de pratique afin de clairement montrer les pratiques en la matière quand le Coran a été révélé:

S24:V31 …. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leur beauté...

Une preuve supplémentaire que ce voile intégral préislamique n’était pas motivé par la pudeur est le fait que les femmes de basse naissance, telles les esclaves et les prostitués, étaient quant à elles quasiment nues. Si  les règles de la société pré-islamique étaient motivées par la pudeur, alors on n’aurait pas ce mélange des extrêmes.

On comprend maintenant mieux le contexte de la société préislamique quand le Coran est descendu. Les femmes de bonnes naissances arboraient leurs grands voiles pour afficher leur haut rang dans le culte d’Al-Lat, pour se démarquer des femmes de basses naissances par leur peau claire et délicate, et pour s’abroger la place du prédateur sexuel plutôt que celle du prédaté, en arpentant de dessous leurs voiles sans être vus. Quant aux femmes de basses naissances, elles étaient contraintes à la quasi nudité, tels des objets sexuels pour les dignitaires qui font leur marché.

Alors est-ce que le Coran a été envoyé par Dieu pour appuyer et reprendre les pratiques du diable ou pour nous en libérer?

Si on s’en tient aux exégètes de l’islam, la femme avant le Coran c’était la femme drapée d’un voile qui la cache complètement, la femme après le Coran c’est aussi la femme drapée d’un voile qui la cache complètement.

S7:V157 Ceux qui suivent le Messager, le Prophète gentil qu’ils trouvent mentionné par écrit chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux.

Or le Coran a justement été envoyé pour lever les fardeaux et les jougs, lever le fardeau du voile intégral et lever les jougs qui réduisent les femmes de basse naissance à l’humiliation de la nudité.

La ou le diable dit aux femmes: “soyez intégralement couvertes au point que, telles de momies, on ne distingue plus rien de vous OU soyez nues au point de perdre toute dignité et respect pour vous-mêmes“, Dieu a révolutionné la société arabe préislamique en prescrivant la juste voie du milieu: “Couvrez simplement ce qu’il est normal de couvrir, vos formes féminines qui font partie intégrante de votre intimité et de votre respect pour vous-mêmes … et ceci pour toutes les femmes, de bonnes naissances ou pas“… voila qui a vraiment libéré la femme préislamique des jougs, des fardeaux et de l’humiliation!

Donc pour l’époque du prophète ce verset invitait les femmes à rabattre leurs voiles sur leurs formes et non pas le mettre sur leur visage et tête. Mais est-ce que Dieu prescrit aux  femmes, quelque soit leur époque quelque soit leur culture, d’en faire de même, de toutes s’habiller selon les coutumes en usage d’une petite contrée du désert il y a plus de 1400 ans? Dieu est-t-il vraiment resté bloqué la dessus?

Evidemment que non! ce verset pris dans le contexte de la révélation du Coran est une révolution et une libération pour la société préislamique, une avancée majeure, tout en respectant leurs coutumes et style vestimentaires bien à eux.

Alors que prescrit vraiment Dieu pour les femmes de culture différentes et vivant à des époques différentes et en conformité avec leur identité propre?

Le miracle du Coran est qu’il utilise à la fois une langue arabe dialectique et en même temps littéral.

Le sens dialectique parle aux gens qui vivent à une époque ou ce sens dialectique est encore d’usage, alors que le sens littéral s’applique quand le sens dialectique du mot a perdu son usage, et ce sens littéral correspond au sens étymologique du mot, un sens beaucoup plus riche que les usages dialectiques qui en dérivent.

Le mot “بِخُمُرِهِنَّ“/Khimar est issu du mot “خمر“, qui signifie étymologiquement  “quelque chose qui couvre” dans le sens le plus général qui soit. Par exemple “خمر” est aussi le mot utilisé pour désigner le “vin”, et de façon générale tout ce qui couvre l’esprit. Donc khimar fait tout simplement allusion à un vêtement qui couvre, donc le contraire du vêtement moulant .

Donc la traduction de ce verset en appliquant ce qui a été expliqué donnerait dans le langage naturel de notre époque:

S24:V31 Et dis aux croyantes de restreindre leurs regards, de préserver leur pudeur, et de ne pas dévoiler plus que ce que dévoile déjà leur beauté naturelle, et de couvrir leurs formes féminines; et qu’elles ne montrent ce qui fait leur beauté qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès.

Une fois de plus, on voit que la vraie de Loi de Dieu en la matière correspond aux normes de décence généralement admises: on fait tous la différence entre la femme qui porte une tenue qui lui colle au corps de la femme qui met une tenue qui couvre ses formes. Combien de femmes voilés de la tête au pieds portent une tenue qui dessine le corps alors que Dieu prescrit l’inverse?

Tunique-Femme-VoileCC81e-13
n_AEk-dNnL-cFUgXD2yuRtOfa3I

S24:V31 … Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures … 

Cette pratique n’existe plus, mais on sait tous que les femmes et les hommes ont trouvés bien d’autres ruses pour se faire passer pour des gens décents tout en cherchant autre chose. Donc, si on veut appliquer cette partie du verset, il faut obéir à l’esprit qui est derrière cette injonction, qui est de ne pas se comporter secrètement de façon indécente tout donnant l’apparence de la décence.

Prescription n°5: Mettre des vêtements qui soient suffisamment longs 

Voici le dernier verset du Coran qui légifère en la matière:

S33:V59 Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles/Jelbebs: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Une fois de plus, rien n’indique dans ce verset que les femmes des croyants doivent mettre leurs grands voiles sur la tête.

Le jelbeb est le nom d’un vêtement courant utilisé à l’époque du prophète,  que les femmes enfilaient sur leurs vêtements de maison au cas ou elles devaient sortir, et qui pouvaient aussi bien couvrir le corps que la tête.

Ce verset prescrit aux femmes de l’époque de Muhammad de rabattre leurs jelbebs sur elles, et il n’est jamais fait mention de s’en couvrir la tête…

Ce verset est parfaitement adapté aux femmes de l’époque de Muhammad qui avaient l’habitude de porter des jelbebs dans leurs cultures et traditions, Dieu ne les choque donc pas en leur prescrivant de le porter, mais de façon appropriée: ni de manière à cacher tout le corps, comme les femmes qui s’en drapaient la tête, ni de manière à ne rien cacher de ses atours, comme les femmes qui laissaient leurs jelbebs complètement ouverts.

Maintenant est-ce que Dieu prescrit aux femmes du monde entier, quelque soit l’époque à laquelle elles vivent et quelle que soit leurs cultures de porter toutes un jelbeb ou un khimar?

Evidemment que non! Et pour appliquer ce verset de façon universelle à toute femme, quelle que soit son époque, quelle que soit sa culture, il faut s’appuyer sur le sens littéral, étymologique du mot Jelbeb.

jelbeb vient du mot “جلب”, qui veut dire “ce qui permet de se déplacer d’un endroit à un autre”, donc cela peut se traduire dans le contexte du verset par un vêtement qui permet d’aller d’un endroit à un autre, donc “un vêtement d’extérieur”.

voyons maintenant ce qui est dit dans le reste de ce verset:

S33:V59 Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles

” يُدۡنِينَ“/ramener vient du mot “أدنى” et quand il s’agit de vêtement, ce mot veut dire “allonger”.

أدنى الثَّوْبَ : أرخاه وأطاله

Donc, ce verset demande tout simplement aux femmes de mettre des vêtements d’extérieur qui soient suffisamment longs, ce qui correspond une fois de plus aux normes générales de décence.

Et le verset se termine avec la raison pour laquelle Dieu demande aux femmes de mettre des vêtements longs quand elles sont en déplacement :

S33:V59 … elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées …

En effet,  le fait pour une femme de s’habiller avec des vêtements longs aura pour résultat qu’elle sera identifiée par les hommes comme une femme qui ne cherche pas à provoquer l’attention sur elle, et du coup, les femmes qui s’habillent comme tel auront moins tendance à être importunées par les mauvais hommes, qui dirigeront en priorité leur dévolu sur les femmes dont la tenue provoque.

Du coup, la traduction juste pour ce verset serait:

S33:V59 Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de se vêtir dans leurs déplacements avec des vêtements suffisamment longs, ce qui rendra plus propice leur identification comme telles (des femmes décentes croyantes), et fera qu’elles ne seront pas importunées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux

IV – Résumé

En résumé, voila les règles que Dieu prescrit à la femme en terme de code vestimentaire selon le Coran:

  1. Être pudique
  2. Restreindre son regard
  3. Se limiter à sa beauté naturelle 
  4. Couvrir ses formes 
  5. Mettre des vêtements suffisamment longs

Evidemment, ceci est ce vers quoi une femme croyante doit tendre, une femme ne peut pas toujours coller en tout point à ce code, tout est question de foi, tout est question de sincérité. Dieu n’exige de nous que ce que nous pouvons produire.

Robe-Longue.jpg
METTRE LE VOILE, CELA DIEU NE L’A JAMAIS PRESCRIT, MAIS ÊTRE PUDIQUE ET NE PAS CHERCHER À AUGMENTER SA BEAUTÉ NATURELLE, CELA DIEU L’A BIEN PRESCRIT…. CETTE FEMME NE SUIT PAS CE QUE PRESCRIT LE CORAN EN LA MATIÈRE.

Voila qui a beaucoup plus de sens et de justice que le code vestimentaire des exégètes de l’islam ou des autres religions. En effet, les critères de décence selon Dieu correspondent en tout point aux normes de décence généralement admises en dehors de toute religion. Voila qui est donc conforme à la justice et à la sagesse de Dieu, car Dieu ne va pas créer la femme jolie pour l’obliger à s’enlaidir, Dieu ne cherche pas cacher la femme mais plutôt à la protéger des mauvais hommes. Dieu nous donne des règles pour que la tentation ne se propage pas parmi nous, tout en nous rendant les choses le plus simple possible.

Quand la Loi de Dieu s’identifie à ce qui est universellement et instinctivement reconnue par les Hommes comme étant le bien et la justice, cela signifie qu’on a bien à faire la vraie loi de Dieu et non pas à la loi du diable.

Dieu a envoyé le Coran à tous les Hommes, peu importe leur religion ou leurs origines ou l’époque à laquelle ils vivent, il faut donc s’attendre à ce que la loi de Dieu soit adaptée à tous et en tout temps, autrement Dieu ne serait équitable envers nous. Et justement, quand on s’en tient à ce que dit le Coran sans se laisser influencer par les mensonges du diable, on réalise que la loi de Dieu est Parfaite de justice et de sagesse, et que la loi de Dieu n’a pas pour but de nous mettre plus en difficulté, ce n’est pas une contrainte, mais au contraire, la loi de Dieu légifère à minima pour une efficacité maximale. La Loi de Dieu n’est pas celle qui va diviser les Hommes, mais celle qui va tous les unir autour de Dieu. Alors quand on voit tous ces gens de toutes les religions, chacun avec leurs tenues plus ou moins contraignantes, on réalise bien que cela n’a pas contribué à unir l’humanité mais à la diviser, et que cela n’a pas eu pour résultat de faciliter la vie des gens mais au contraire de leur rendre la vie plus difficile.

La Loi de Dieu est faite pour les Hommes et non pas pour Dieu, tout ce que Dieu interdit est ce qui nuit aux Hommes, et tout ce que Dieu autorise est ce qui bénéficie aux Hommes, c’est le critère général pour déterminer si une Loi est réellement issu de Dieu ou non. Alors quelle que soit votre religion ou non religion, vous pouvez vous-même vous poser la question quant à la validité de vos pratiques, et de les apposer à côté de ce que le Coran prescrit vraiment, pour réaliser que la Loi de Dieu est la meilleure Loi, et de vous y conformer pour votre propre intérêt.

La preuve que Dieu cherche à nous faciliter les choses autant que possible vient avec le verset S24:60:

S24:V60 Et quant aux femmes atteintes par la ménopause et qui n’ont plus l’intention de se marier, nul reproche à elles d’ôter leurs vêtements d’extérieur, sans volonté d’afficher leur beauté, même si c’est mieux pour elle de préserver leur pudeur. Allah est Audient et Omniscient.

A partir du moment ou une femme n’est plus en âge de subir la convoitise des mauvais hommes et qu’elle ne cherche plus à séduire les hommes, Dieu lui allège sa prescription dès que possible… Alors que Dieu aurait pu maintenir les mêmes règles durant toute la vie de la femme. Cela confirme bien ce que je vous disais plus haut, que Dieu cherche à nous rendre les choses le plus facile possible, et que les règles de Dieu ne sont pas arbitraires mais servent un objectif bien précis, alors quand l’objectif est rempli, la loi n’a plus lieu d’être.

Dieu préconise cependant aux femmes, même si elles ne sont plus en âge de plaire et qu’elles ne cherchent pas à le faire, à quand même préserver leur pudeur en évitant si possible de se dévêtir en public (même si Dieu leur autorise cela),  car Dieu sait que l’esprit de certains mauvais hommes peut être très mal tourné, et cherche donc à protéger les femmes par cette recommandation.

V- Conclusion

On est loin des tenues vestimentaires imposées par les diverses religions, la Loi de Dieu en la matière est universelle. Une femme pudique, qui ne cherche pas le regard des hommes, qui ne cherche pas à mettre en avant ses formes féminines, qui porte des vêtements suffisamment long, qui ne cherche pas à augmenter sa beauté naturelle, correspond aux normes générales de décence admise par toutes les sociétés quelle que soit leur époque, et est une femme qui ne suscitera pas la tentation chez les hommes. Un homme pudique qui n’offense pas les femmes ni du regard ni par son comportement, et qui se protège contre la tentation, voilà ce que Dieu prescrit aux hommes dans ce domaine.

7448424-11480036
amon_amarth_interview2
Au-cimetière
cf6fcc15940a79c1da8a5e92e9d4b
Salafistes-en-France

Est-ce cela que Dieu nous prescrit? de s’enlaidir tel des singes? de porter des capes, de longs chapeaux des turbans? Non! C’est bien la la signature du diable que de chercher à nous humilier et à nous rendre la vie plus difficile…. On retrouve souvent le même look chez les extrémistes religieux que chez les satanistes  … les cheveux longs ou rasés, la tenue noire, les robes de sorciers satanistes ….. Cela n’est en rien étonnant, car tous ces codes vestimentaires sont issus du diable.

Les exégètes de toutes les religions croient que c’est mieux d’être plus contraignant que pas assez, alors que Dieu dit: faites ce que je vous dit, NI PLUS, NI MOINS … car c’est Dieu qui connait le meilleur dosage pour chaque chose, et en dehors de la loi et du dosage de Dieu, il n’y a rien d’autre que la loi du diable, qui n’est la que pour nous nuire, car le diable est notre ennemi juré, ce que Dieu ne cesse de nous rappeler.

Cet article rétablit la vérité sur la Loi de Dieu en matière de code vestimentaire, et d’autres articles viendront pour rétablir ce que Dieu dit vraiment dans le Coran concernant les autres pratiques: la prière, le jeune, le pèlerinage, le mariage, le divorce, l’héritage, l’aumône, le comportement général …. et vous réaliserez comme j’ai pu vous le montrer avec cet article que ces pratiques ont été complètement détournées de leur sens par le diable, et servent maintenant l’inverse de l’objectif pour lequel Dieu les avaient prescrites à la base. Il ne faut donc pas s’étonner que ces fausses pratiques donnent de si faibles résultats, ne permettant ni de se rapprocher de Dieu, ni de mieux se protéger contre la tentation du diable, …, mais se résument à un fardeau. Cela rappelle la métaphore que Dieu donne de ceux qui ne suivent pas sa Loi, Dieu les compare à des ânes portant des bibliothèques entières de livres de science, non seulement la science de ses livres ne leur profite pas, mais pire encore, ces livres représentent un véritable fardeau.

Europe : Violées, puis Accusées de Racisme

  • « [Ils] sont en train de faire l’impasse sur les aspects religieux et racistes de ce type d’agressions sexuelles… Cela revient à dire : OK, vous avez le droit de haïr les Blancs. » – « Ella », femme britannique violée plus de 100 fois dans sa jeunesse par un gang de proxénètes pakistanais, YorkshireLive, Avril 29, 2020.
  • Les conseils contre l’alcool, les drogues et les comportements irresponsables seraient plus convaincants s’ils n’étaient pas proférés sous la contrainte.
  • Même en cas de viol, la victime blanche d’un homme de couleur n’est pas considérée comme une victime ; pire, elle est une « raciste » qui profère des paroles de « haine » et qui après tout, mérite ce qui lui est arrivé, et plus encore. « Accuser la victime » fait un retour en force et gagne du terrain partout en Occident.
Sarah Champion, députée britannique travailliste, élue de Rotherham (épicentre des gangs de violeurs pakistanais), a été accusée d’agir « comme un assassin néofasciste » parce qu’elle a osé affirmer que « la Grande-Bretagne a un problème avec les pakistanais britanniques qui violent et exploitent des filles blanches ». (Photo par Christopher Furlong / Getty Images)

L’idée s’impose progressivement qu’en cas d’affrontement racial, les seules vraies victimes sont les personnes qui appartiennent à des minorités. Ce réflexe de la pensée n’est pas spécifique à l’Amérique ou des émeutes viennent d’avoir lieu. Il surgit dans d’autres situations.

Ainsi, les femmes britanniques, notamment celles qui ont été victimes des gangs de violeurs « asiatiques » (pakistanais et originaires d’Asie du sud), se retrouvent aujourd’hui sous le feu du “woke” establishment (« woke » ou « éveillé » désigne ceux qui affirment que le racisme sévit de manière structurelle dans les pays occidentaux. NDT)

Au début du mois, Sarah Champion, une députée britannique, membre du parti travailliste et élue de Rotherham (épicentre des agressions sexuelles sur mineurs), a été accusée d’avoir « attisé les flammes de la haine raciale » et de s’être « comportée comme un meurtrier néofasciste ». Son crime ? Avoir osé affirmer que « la Grande-Bretagne a un problème avec les Britanniques d’origine pakistanaise qui violent et exploitent des filles blanches. »

Les personnes qui ont accusé Champion de comportement « criminel » ont également qualifié Prevent (Prévenir), le programme britannique de lutte contre l’extrémisme, d’être « structurellement islamophobe et raciste ».

Quelques semaines plus tôt, le journal The Examiner a publié un article intitulé « Violée par un gang de Rotherham — je suis victime d’agressions racistes en ligne ». L’auteur, une Britannique (qui signe « Ella ») a révélé que ses violeurs, des musulmans pakistanais spécialisés dans les agressions sexuelles, la traitaient de « pute blanche, de s***e blanche », toutes les fois – plus de 100 – où elle a été violée dans sa jeunesse.

« Il nous faut comprendre que cette forme de criminalité est aggravée par la race et la religion si nous voulons la prévenir, protéger la population et mener des poursuites adéquates », a-t-elle déclaré lors d’une récente interview.

« Le tripode Prévenir, Protéger, Punir — ne fonctionne pas parce que la dimension religieuse et raciste qui est au fondement du comportement de ces gangs d’agresseurs sexuels n’est pas correctement appréhendée… Cela revient à leur dire, OK c’est bon, vous avez le droit de haïr les Blancs ».

Les tentatives d’Ella de mettre en évidence les « aspects religieux et racistes » des agressions sexuelles dont elle-même et nombre d’autres jeunes filles ont été victimes, lui ont valu « de subir de nombreuses agressions en ligne d’extrémistes de gauche et d’universitaires féministes radicales », a-t-elle déclaré. Ces groupes « sont présents en ligne et tentent de discréditer tout contradicteur en le traitant de nazi, raciste, fasciste ou suprémaciste blanc ».

« Ils ne se préoccupent pas du racisme anti-Blanc et agissent comme s”il n’existait pas. Ils ont essayé de m’abattre et me critiquent sans cesse, et cela depuis quelques mois. Ils tentent sans cesse de me faire taire, de me réduire au silence … De toute ma vie, je n’ai jamais rien connu qui s’apparente à cette haine en ligne. Ils m’accusent de « défendre les pédophiles blancs » et d’être une « entité démoniaque sinistre ».

Blâmer la victime, ou à minima pointer du doigt sa responsabilité, n’est pas une spécificité britannique. Le 9 août 2019, les médias ont révélé que « dans la ville suédoise d’Uppsala … quatre femmes ont été violées en quatre jours. La police a omis de diffuser une description des violeurs — un signe certain de leurs origines – mais elle a lancé des avertissements pour que les femmes « réfléchissent à leur comportement », « anticipent les situations » et ne « sortent pas seules ».

Les conseils contre l’alcool, les drogues et les comportements imprudents seraient plus convaincants s’ils avaient lieu en dehors de toute contrainte.

Après que des foules de migrants musulmans aient agressé sexuellement jusqu’à un millier de femmes le soir du Nouvel An 2016 à Cologne, en Allemagne, la maire de la ville, Henriette Reker, a appelé les femmes à « mieux se préparer, notamment dans la perspective du carnaval de Cologne. Pour les y aider, nous mettrons en ligne des conseils de bonne conduite ».

A Vienne, en Autriche, après qu’une femme de 20 ans ait été attaquée, battue et volée à un arrêt de bus par quatre musulmans – l’un d’eux a « plongé sa main dans mes cheveux et m’a fait savoir que dans son environnement culturel il n’y avait pas de blondes » — la police a expliqué à la victime qu’elle devait se teindre les cheveux.

« Au début, j’avais peur, mais maintenant je suis surtout en colère. Après mon agression, ils ont dit que les femmes ne devraient pas marcher seules dans la rue après 20 heures. Ils m’ont également conseillé de me teindre les cheveux en brun et de ne pas porter de tenues provocantes. Ils m’ont signifié indirectement que j’étais en partie responsable de mon agression. C’est une insulte massive. »

En Norvège, Unni Wikan, professeure d’anthropologie sociale à l’Université d’Oslo, insiste sur le fait que « les norvégiennes violées doivent assumer une part de responsabilité » ; leur tenue vestimentaire ne doit pas être perçue comme provocante par les hommes musulmans. Les féministes réaffirment que les femmes sont libres de s’habiller comme elles le souhaitent et malheur à l’homme qui interprète mal une tenue séductrice disent-elles ! A une condition toutefois, qu’il ne soit pas issu d’un groupe racial ou religieux minoritaire.

Pour le professeur Wikan, ce n’est pas aux hommes musulmans qui vivent en Occident de s’adapter aux normes occidentales ; ce serait plutôt le contraire : « Les femmes norvégiennes doivent accepter l’idée qu’elles vivent dans une société multiculturelle et qu’elles doivent s’adapter. »

Même en cas de viol, la victime blanche d’un violeur de couleur ne saurait être considérée comme une victime ; pire encore, elle est une « raciste » et une « propagatrice de haine » qui n’a eu que ce qu’elle méritait.

« Accuser la victime » revient en force et gagne du terrain dans tout l’Occident.

Bénin : un bébé abandonné retrouvé vivant sous un pont, un “phénomène récurrent”

Deux vidéos montrent la découverte d’un nourrisson d’à peine trois mois sous un pont à Kindonou, un quartier au nord de Cotonou. Vivant, l’enfant a été rapidement pris en charge par les autorités. Au Bénin, les abandons de nourrisson sont fréquents.

Une première vidéo montre deux hommes en train de récupérer le bébé abandonné dans les herbes, alors que des dizaines de personnes regardent stupéfaites la scène du haut du pont. Dans la seconde vidéo, on voit le bébé  dans les bras de son sauveteur, enveloppé dans un pagne de tissu. “Quelle méchanceté” s’exclame une voix en fond, une des langues parlées à Cotonou. “Quelle irresponsabilité ! C’est une fille ?” questionne une autre.

Selon plusieurs médias en ligne, ce sont les pleurs du nouveau-né qui auraient alerté les populations. Le bébé, un garçon, a ensuite été conduit à l’hôpital de zone de Menontin, le centre de santé le plus proche. “Il y a reçu les premiers soins d’urgence avant d’être transféré vers le Centre hospitalier et universitaire de la mère et l’enfant (CHU Mel). Il présentait une gêne respiratoire et avait une saturation en oxygène”, confie un responsable de l’hôpital.

On ne connaît pas ses parents. La police mène ses enquêtes pour les retrouver. Il faut qu’on arrive à savoir qui sont les mères qui ont accouché récemment et si elles ont toujours leur bébé. Cela va prendre du temps. C’est après cela que la justice sera saisie. Ce qui nous préoccupe maintenant, c’est la sécurité de l’enfant.”

“Les femmes abandonnent leur bébé faute de moyens financiers pour subvenir à leurs besoins”Miguelle Houeto est juriste et militante des droits humains et travaille régulièrement sur ces questions. Selon elle, au moins cinq cas d’abandon de bébé ont été déjà signalés depuis le début de l’année.

Le phénomène est récurrent, et pas qu’à Cotonou. Il n’y a pas encore eu de vraies études sur le sujet. Mais on constate que ce sont des mères souvent jeunes qui s’adonnent à ces pratiques, souvent à contre-cœur. Elles n’ont pas les moyens financiers pour subvenir aux besoins de l’enfant. Mais le plus souvent, c’est parce que le père refuse de reconnaître l’enfant. Et s’il n’y a personne pour les soutenir, elles décident d’abandonner le nouveau-né.

Cela a des conséquences sur la société. Parce que ces enfants qu’il va falloir placer dans des familles d’accueil ou des centres de prise en charge aux frais de l’État, ne bénéficieront pas de l’amour de leurs parents. Or l’un des droits fondamentaux de l’enfant, et le code de l’enfant le stipule amplement, c’est de pouvoir grandir dans une famille et vivre aux côtés de son père et de sa mère.

L’abandon de nouveau-né puni de dix ans de prison maximum
Au Bénin, le code pénal révisé en décembre 2018, punit l’abandon d’un enfant dans un lieu solitaire d’un an à trois ans de prison. Les peines peuvent aller jusqu’à dix ans de prison si le nouveau-né est mort par négligence ou manque de soins et d’hygiène. Inès Hadonou Toffoun, directrice des droits humains et de l’enfance au sein du ministère explique : “Quand ces infractions d’abandon d’enfants se produisent, après les premiers soins à l’enfant dans un centre de santé, il est placé dans un centre d’accueil et de protection d’enfants, suite à l’ordonnance de placement du juge des mineurs.

“Il faut une éducation sexuelle des jeunes pour lutter contre le phénomène” Selon Miguelle Houeto, la lutte contre le phénomène doit aussi passer par la prévention.

“Aujourd’hui, les mères sont de plus en plus jeunes et ne sont pas souvent prêtes pour avoir la charge d’un enfant. Beaucoup de filles sont livrées à elles-mêmes. Elles sont influencées par la télé, les amis. On remarque aussi que les parents ont aussi démissionné. On ne suit plus les enfants. On ne connait pas leurs fréquentations. Ce qui n’arrange pas les choses.

Il faut davantage que les parents puissent avoir plus d’attention sur leurs enfants. Il faut mettre l’accent sur la prévention des grossesses. Il faut qu’il y ait une éducation sexuelle des jeunes dans les collèges, au sein des familles. Et cela passe par le dialogue parent-enfant, ce qui n’est pas courant dans nos maisons. Le sexe demeure un sujet tabou. Il va falloir palier à cela.”

Au ministère des Affaires sociales, on affirme organiser régulièrement des campagnes de sensibilisation auprès des populations sur la sexualité et la grossesse, en milieu scolaire, pour prévenir et lutter contre le phénomène. Un “guide du dialogue parent et enfant” a été élaboré et distribué, et sera mis à jour sous peu, assure le ministère des Affaires sociales.

Les personnes handicapées sont davantage victimes de violences que le reste de la population

INSÉCURITÉ  Etre handicapé expose particulièrement aux risques d’agressions physiques ou sexuelles, d’insultes ou de menaces. Notamment quand on est une femme.

Une femme dans un fauteuil roulant à Nantes, en 2014 (illustration)
Une femme dans un fauteuil roulant à Nantes

Les personnes handicapées, surtout les femmes, sont davantage victimes de violences que le reste de la population, selon l’institut statistique du ministère des Solidarités et de la Santé.

Globalement, parmi les personnes identifiées comme “handicapées ou ayant quelques gênes ou difficultés dans la vie quotidienne”, plus d’une sur quatre (25,2 %) déclare avoir subi au moins une atteinte (vol, menace ou injure, violences physiques ou sexuelles), contre une sur cinq pour le reste de la population.

Les femmes particulièrement concernées

Dans le détail, 7,3 % des personnes handicapées déclarent avoir subi au cours des deux dernières années des violences physiques et/ou sexuelles contre 5,1 % dans le reste de la population). Une différence similaire existe pour les menaces. Les injures touchent quant à elles 15,4 % des personnes handicapées, contre 14,1 % de la population en moyenne.
Les femmes en situation de handicap sont encore plus concernées : 9 % ont été victimes de violences physiques et/ou sexuelles au sein de leur ménage ou en dehors (contre 5,8 % des femmes sans handicap), dont 4 % ont en particulier subi des violences sexuelles (contre 1,7 %).

Peu de plaintes

Seul un quart des victimes se sont déplacées au commissariat ou à la gendarmerie après les faits, dont près de la moitié a porté plainte pour violences physiques ou sexuelles. Victimes ou non, 17 % des personnes handicapées déclarent se sentir en insécurité dans leur quartier et 16 % ont déjà renoncé à sortir de chez elles pour des raisons de sécurité, contre 11 % et 9 % du reste de la population.
Concernant les plaintes déposées par des victimes majeures pour agressions sexuelles, un quart des faits ont eu lieu à leur domicile, un quart dans des établissements spécialisés (instituts médico-éducatifs, établissement et service d’aide par le travail, structures de santé), un quart en foyer, et le reste dans des lieux non précisés. Concernant les plaintes pour viols, près d’un fait sur deux (43 %) a eu lieu au domicile, 27 % en établissement, 14 % en foyer, le reste dans des lieux non précisés.

Pour les mineurs, les faits (agressions sexuelles comme viols) ont majoritairement lieu à domicile ou dans des établissements spécialisés.

Nous sommes 12 millions d’handicapés, comme moi par exemple par ma transsexualité qui évitons de sortir dans la rue, devenue trop dangereuse… une agression, c’est comme un accident de voiture, ça va très vite et ça ne dure que quelques minutes. Après trois agressions ou j’ai bien failli me faire tuer, même pour mes achats je préfère commander par correspondance pour éviter les problèmes… je ne sors plus de chez moi avec le bénéfice de me lancer dans les études et d’écrire des livres… mais pour la vigueur du tissu social et du commerce je suis une morte !

Des manifestations éclatent en Pologne contre le projet de quitter la convention de lutte contre les violences faites aux femmes

Le gouvernement polonais estime que la convention contrevient «aux valeurs familiales catholiques de la Pologne».

Une manifestante tient une pancarte «Croyez les victimes», le 24 juillet 2020 à Varsovie. Wojtek Radwanski/AFP
Une manifestante tient une pancarte «Croyez les victimes», le 24 juillet 2020 à Varsovie. Wojtek Radwanski/AFP

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de Varsovie et d’autres villes polonaises pour manifester contre le projet du gouvernement de se retirer de la Convention d’Istanbul, une convention paneuropéenne de lutte contre les violences faites aux femmes, raconte The Independent. Cette convention est «le cadre juridique le plus complet qui existe» pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles, explique le journal britannique. Elle couvre la violence domestique, le viol, les agressions sexuelles, les mutilations génitales féminines, la violence dite «d’honneur» et le mariage forcé. Des types de violences qu’on ne peut cautionner en aucun cas. En théorie du moins. 

La Pologne l’avait bien compris en 2015, lorsqu’elle avait ratifié cette convention élaborée par le Conseil de l’Europe. Mais c’était avant l’arrivée au pouvoir du parti ultra-conservateur Droit et Justice. Depuis, le gouvernement polonais soutient que cette convention «contrevient aux valeurs familiales catholiques de la Pologne», écrit The Independent. L’actuel ministre de la Justice, Zbigniew Ziobro, l’a considérée à l’époque comme «une invention, une création féministe qui vise à justifier l’idéologie gay», rappelle la Tribune de Genève.

«Nous nous préparons à la dénoncer», a déclaré la semaine dernière Marlena Maciag, la ministre polonaise du Travail, sur une «chaîne ultra-catholique» rapporte le quotidien suisse. Les manifestants sont donc descendus dans les rues et ont exhorté le gouvernement polonais à «combattre le virus, pas les femmes», selon The Independent.

Le président Andrzej Duda, membre du parti Droit et Justice, a battu de justesse le maire de Varsovie et est reparti pour un second mandat de cinq ans, rappelle le journal anglais. «Les militants ont exprimé de sérieuses inquiétudes que la victoire de M. Duda pourrait redynamiser les attaques existantes contre les droits des femmes et les droits LGBT+ en Pologne», retranscrit The Independent, qui note qu’Andrzej Duda a promis d’interdire le mariage homosexuel et les droits d’adoption LGBT+ lors de sa récente campagne électorale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !