CENSURE

Poppy, la poupée des «Trolls» au bouton mal placé

Après une série de plaintes, Hasbro est en train de retirer le produit des rayons.

La poupée Poppy problématique | capture d'écran Youtube
La poupée Poppy problématique | capture d’écran Youtube

À la demande d’une partie du public, et suite à la réception d’une pétition ayant recueilli plus de 400.000 signatures, Hasbro a consenti à retirer du marché l’un des produits, accusé de promouvoir involontairement la pédocriminalité.

Le jouet concerné est une poupée musicale à l’effigie de Poppy, l’héroïne du film Les Trolls et de sa suite. Si, comme indiqué sur l’emballage, un bouton placé sur son ventre permet de lui faire prononcer quelques phrases et émettre quelques sons, il n’est jamais fait mention d’un autre bouton, situé au niveau de l’entrejambe de la poupée. Une pression sur ce bouton permet de lui faire pousser une série de petits cris de joie pour le moins gênants, raconte Refinery29.

La publication de vidéos a mené à la rédaction d’une pétition, dont voici un extrait: «Que vont penser nos enfants, innocents et impressionnables, de ce jouet? Qu’il est amusant de se faire toucher les parties intimes par quelqu’un?» 

Les excuses de Hasbro

Rolling Stone, qui a enquêté sur ce bouton curieusement placé, a appris par Hasbro qu’il ne s’agissait pas d’un bouton, mais d’un capteur destiné à être activé au moment où les enfants assoient la poupée sur le sol ou sur une chaise. L’entreprise a reconnu sa maladresse et s’est engagée à échanger chaque exemplaire de la poupée Poppy contre un produit de valeur équivalente.

L’organisation RAINN, qui lutte contre les violences sexuelles, a profité de la polémique pour rappeler qu’aux États-Unis, 1 mineure sur 9 et 1 mineur sur 53 sont victimes de ce genre de violences de la part d’un adulte. D’où l’importance de travailler avec les enfants sur la notion de consentement, et de définir avec eux la limite entre comportement approprié et attitude inappropriée. Dans ces conditions, autant ne pas semer le doute dans leurs esprits influençables avec une poupée d’apparence juvénile qui semble apprécier qu’on la touche entre les jambes.

La publication de vidéos a servi à la rédaction, d’une pétition : «Que vont penser nos enfants, innocents et impressionnables, de ce jouet? Qu’il est amusant de se faire toucher les parties intimes par quelqu’un?» 

Gilets jaunes: le biologiste qui enquête sur les gaz lacrymogènes arrêté

Alexander Samuel, un biologiste qui enquête sur les conséquences du gaz lacrymogène utilisé en masse durant les manifestations des Gilets jaunes, a été arrêté et son matériel perquisitionné, alors qu’il se rendait à un rendez-vous.

Alexander Samuel, docteur en biologie moléculaire et professeur de maths, a été arrêté place Masséna à Nice. Ce samedi-là, alors qu’il allait rejoindre une amie, il s’est retrouvé au milieu d’une action dénonçant l’évasion fiscale de la Société Générale et ses investissements dans les énergies fossiles, menée par des Gilets jaunes et des membres des organisations Extinction Rebellion et Attac. Ils ont jeté sur une agence de la banque du blanc de Meudon, un lave-vitre bio, teint avec du charbon. Un mélange qui s’enlève à l’eau, relève Alexander Samuel, avant de raconter son histoire :

«J’attendais mon amie place Masséna, où avait lieu l’action contre la Société Générale, lorsqu’un policier m’a approché et m’a arrêté, affirmant que j’avais participé à l’action en balançant du liquide. Je ne dis pas qu’il connaît mon enquête sur les gaz lacrymo et qu’il m’a reconnu, mais il a menti, je n’ai jamais participé à l’action dont on m’accuse.»

Arrivé au poste, le biologiste appuie sur le fait que c’est une erreur, demandant aux policiers d’appeler son amie qui pourra confirmer le rendez-vous et de regarder les caméras de vidéosurveillance. Une procédure pour dégradation est lancée, Alexander Samuel est placé en garde à vue. Les policiers n’appelleront jamais l’amie en question, prénommée Christelle. Elle confirme à Sputnik.

«C’est bien moi qui ai donné rendez-vous à Alexander place Masséna à Nice. Mais comme à mon habitude, j’étais en retard, et il a dû traîner sur la place en m’attendant. Arrivée sur place, les policiers l’avaient déjà arrêté. Les policiers ne m’ont jamais contacté pour confirmer le rendez-vous, ça m’a un peu étonné.»

Le matériel et les données d’enquête du biologiste ont été perquisitionnés par la police. Il a partagé la liste sur Facebook: une clé USB avec ses cours et ses travaux sur les gaz lacrymo, plusieurs livres sur les gaz lacrymogènes, sa tenue de street médic détruite, etc.

Alexander Samuel a précisé détenir chez lui des capsules vides de gaz ramassés lors des manifestations. Ce à quoi un policier a réagi:

«Vous savez que c’est une arme de guerre et que vous risquez trois ans de prison?» «C’est beau d’apprendre que Macron utilise des armes de guerre sur les citoyens», rétorque Alexander Samuel.

Le biologiste a été relâché au bout de 48 h de garde à vue, aucun élément ne permettant de justifier son arrestation.

Depuis plusieurs mois déjà, ce biologiste rentre volontairement dans les nuages de fumée et effectue des tests sanguins et urinaires, pour constater les effets du gaz lacrymogène utilisé à chaque manifestation par les forces de police, qu’il s’agisse de celles des Gilets jaunes ou de celle des pompiers. Ses conclusions concernant la présence de cyanure dans les gaz lacrymogènes sont disponibles sur son site, mais aussi en vidéo, comme celle présentée ci-dessous.

Alexander Samuel ne voit pas de rapport entre la dégradation dont il est accusé et la saisie de son matériel informatique et de ses données par les forces de l’ordre. Des travaux qui dérangent?

L’avocat et journaliste Juan Branco a confirmé l’information sur les réseaux sociaux.

L’inquiétante tendance derrière le déplateformage
de Soral et Dieudonné

Petites larmes sur les internets interlopes : on apprend par discrète voie de presse qu’Alain Soral vient d’être viré de Youtube sans autre forme de procès.

Le pauvret, malgré plus de 180.000 abonnés à ses logorrhées vidéastes produites ces dix dernières années, n’a pas échappé à la sanction de Youtube et Google, sa maison mère, qui estiment que l’essayiste a de trop nombreuses fois enfreint les règles en vigueur sur la plateforme : voilà que ses abonnés devront se réfugier sur Daimolytion et autres plateformes qui acceptent encore ses productions pour le moment.

Du reste, il rejoint en cela Dieudonné qui a fait, il y a une semaine, les frais de l’actuelle vague d’épuration éthique de la part de plusieurs plateformes internet, depuis Twitter jusqu’à Facebook en passant donc par Youtube ou Instagram et autres. Sans surprise, beaucoup d’associations mensongèrement présentées comme en faveur des droits de l’Homme, comme la LICRA, se sont réjouies du triste sort de ces phares de la pensée moderne :

Il va de soi qu’en France, personne ne s’étonnera des frétillements de ces associations, massivement subventionnées par le contribuable qu’il soit d’accord ou non avec leurs agendas tortueux et leurs prises de positions délicieusement diaphanes lorsque les victimes ne sont pas de la bonne couleur ou de la bonne religion : pour elles, la lutte pour les droits de l’Homme ne comprend pas celle de la vraie liberté d’expression, qui comprend celle de dire d’immondes âneries. Car ces associations ont, elles, compris exactement les limites de cette liberté d’expression qui ne peut s’entendre que largement corsetée par des lois qu’elles aident amplement à écrire, leur subtile sagesse et leur morale d’airain guidant leurs mains expertes et celles des députains qu’elles cornaquent. Il va aussi de soi – mais va toujours mieux en le rappelant – que les plateformes en question sont d’autant plus libres de virer ceux qu’elles n’aiment pas que les services d’hébergement qu’elles offrent sont généralement gratuits, que ce sont des entreprises privées et que l’impétrant qui y dépose ses petites vidéos le fait en acquiesçant explicitement aux conditions d’exploitations. Dès lors, à cheval donné, on ne regarde pas les dents et tant pis lorsque le couperet tombe.

De surcroît, il sera difficile de nier que certains des propos tant de Soral que de Dieudonné, éminemment sulfureux, sont actuellement comme du vitriol sur les nombreuses petites plaies de tout ce que la ouin-ouinosphère compte de guerriers de la justice sociale éparpillés sur les réseaux sociaux et systématiquement en lutte contre les méchants, la haine et ces visions du monde qui heurtent leur sensibilité de fleur frêle : leurs petits cris stridents a fini par atteindre Google qui les aura promptement exaucés.

Malheureusement, tout ceci illustre une tendance fort inquiétante qui culmine ces derniers mois, tendance dans laquelle le mouvement Black Lives Matter n’est que la partie émergée et virulente la plus visible et, paradoxalement, pas la moins difficile à canaliser. La partie immergée, elle, est beaucoup plus grande, pernicieuse et aux conséquences beaucoup plus graves. On observe en effet qu’à côté des mouvements violents prétendument antiracistes et qui tournent objectivement au pillage pur et simple, se développent des phénomènes de meutes dans lesquelles l’individu sera gommé au profit d’une pensée unique, extrêmement simpliste et binaire où celui qui émet des réserves, cherche la nuance, sera immédiatement assimilé à l’ennemi : celui qui rappelle qu’un mouvement de défense des Noirs ne doit pas devenir un mouvement d’oppression des Blancs est immédiatement taxé de raciste ; celui qui rappelle que tous les hommes ne sont pas des violeurs sera taxé de machiste ; celui qui rappelle quelques bases évidentes de la biologie sexuelle se voit taxé de transphobe sans nuance ; etc…

Cette tendance de cliques, de meutes qui s’abattent sur les individus qui émettent des opinions différentes permet ainsi de mobiliser rapidement des troupes pour faire pression auprès des plateformes et d’éjecter ceux qui ont le malheur de penser de travers. La subtilité des opérations consiste à choisir d’abord les cibles les plus évidentes, ceux dont l’écrasante majorité ne pleurera pas la disparition des canaux les plus visibles. On commence donc par sucrer les voix les plus désagréables et personne ne dit rien parce que, soyons clair, tout ce qui était dit était outrancier, choquant, vilain, etc. Dieudonné et Soral rentrent admirablement bien dans cette confortable catégorie. Après ces voix infâmes, la vindicte populaire – jamais rassasiée – et les minorités collectivistes – jamais satisfaites – se tournent vers ceux qui ne sont pas infâmes mais suffisamment irritants. Bien évidemment, des protestations seront émises, car, voyez-vous, « le débat est sain » … Même si, à la fin, les irritants seront effectivement tus. L’étape suivante est évidente, et les mêmes hordes affamées se jetteront sur les opposants seulement vocaux. Ils n’ont pas besoin d’être vraiment irritants, ils ont juste besoin d’être opposés, d’émettre des avis contraires et qu’ils soient vaguement entendus.

C’est plus compliqué pour ceux qui restent calmes, qui sont construits dans leurs argumentations, en ce qu’ils sont plus difficiles à faire tomber dans l’injure, l’expression malheureuse ou le mot de trop, mais, petit-à-petit, les uns après les autres tomberont, eux aussi. En appuyant suffisamment fort sur les bonnes personnes dans les médias, les partis politiques, les réseaux sociaux, on finit toujours par y arriver. Pour rappel, Mila n’a toujours pas retrouvé d’établissement scolaire, et ses harceleurs ne sont toujours pas condamnés…

Et là, les protestations se font de plus en plus discrètes : beaucoup ont compris, à ce moment, qu’un mot malheureux, mal interprété, peut leur couper l’accès. Lorsque le média ou la plateforme représentent une source importante de revenus, la corde est raide et lorsque les meutes s’acharnent aussi sur les employeurs, il n’y a plus guère de marge de manœuvre. Les protestations disparaissent alors complètement, la peur de chacun de se retrouver subitement sans emploi, poursuivi par des hordes de petits kapos sans nuance, aidant grandement à faire passer le message : « taisez-vous, ou sinon… »

L’étape d’après est malheureusement connue puisqu’il s’agira non plus de dénoncer, poursuivre puis « déplateformer » voire faire licencier ceux qui s’opposent, vocalement ou non, mais de faire cela à ceux dont on soupçonne seulement qu’ils pourraient penser s’opposer… Regardez autour de vous, regardez les lois que nos États passent ou tentent de passer, écoutez les discours tenus par les médias officiels : le doute n’est plus permis et la direction prise fait froid dans le dos. Oui, par une schadenfreude un peu facile, on peut pouffer du sort de Dieudonné ou de Soral lorsqu’ils se font ainsi virer de plateformes grand public. Malheureusement, ceci masque la tendance de fond qui, elle, s’installe de plus en plus en Occident actuellement qui, à ce train, rejoindra les pratiques chinoises du pire contrôle social qui soit.

  1. michel boissonneault dit :il faut que je vous explique une bizarre de situation concernant un fanatique de soural qui ressemblait plus a un adepte d’une religion débile bref lors d’une réunion politique de droite économique un bizarre individu commence a me louanger soural mais je lui ai répondu 1) c’est correct que soural critique la France car ce pays a fait des erreurs 2) c’est correct que soural critique les USA car ce pays a fait des erreurs 3) c’est correct que soural critique Israel car ce pays a fait des erreurs mais JAMAIS SOURAL critique l’iran avec la politique des mollahs , jamais il critique que des femmes , des Gays , des opposants politique sont brutalisé et tuer par le gouvernement iranien mais par contre dans les 3 Pays que je t’ai nommer cela arrive pas … bref il a fermer sa gueule et foutu le camp
  2. Gally dit :Soral est financé par l’Iran, pour rappel (et ce n’est pas une rumeur, il l’a confirmé lui même)
  3. Rico dit :@ MichelVous êtes surpris que Soral ne pipe jamais un mot à propos de l’Iran ?
    briniou dit :Tous les idéologues finissent par se ressembler. Ils utilisent des faits vérifiables et vérifiés mais les sélectionnent soigneusement pour faire avancer leur « pensée ».
    Et à partir de là on retrouve dans leur sillage des fanatiques tels que le vôtre, qui n’ont pas fait l’effort de chercher un peu plus loin, de diversifier leurs sources et qui rabâchent la doctrine.
    C’est pour ça, que ce soit financé par l’Iran, la Chine, Israël, les USA, la France je m’en fous. Ils disent des choses intéressantes et des conneries, à nous de faire le tri, de se renseigner sur leurs sources et agendas, et essayer de se faire son idée en gardant en mémoire que l’on ne maîtrise jamais tous les paramètres, donc : esprit critique. Toujours, tout le temps.
  4. Zemmour fait pareil avec Israël … ce qui est la condition pour ne pas se faire virer de la télé.

Je comprend pourquoi Facebook et consoeurs intéressent le Mossad qui les protège tel un proxénète… c’est non seulement pour nous surveiller mais pour guider la censure comme cela se fait sur la presse qui appartient à 95% aux mêmes dictateurs de la pensée unique. Car autant la presse est en faillite que je ne crois pas plus en la rentabilité d’un Facebook gratuit qui annonce des bilans positifs faramineux !

Iran : la fortune du guide suprême Ali Khamenei évaluée à 95 milliards de dollars

L'ayatollah Ali Khamenei occupe la charge de Guide suprême de la Révolution islamique, le poste le plus élevé de la République islamique d'Iran.
L’ayatollah Ali Khamenei occupe la charge de Guide suprême de la Révolution islamique, le poste le plus élevé de la République islamique d’Iran. 

95 milliards de dollars: le chiffre a de quoi donner le tournis: mais, selon l’agence Reuters, l’ayatollah iranien Ali Khamenei règne bien sur un vaste empire économique représentant une somme aussi impressionnante. Cela équivaut à environ 71 milliards d’euros, soit davantage que la valeur actuelle des revenus pétroliers annuels d’Iran. Au terme d’une enquête longue de six mois, l’agence met sous le feu des projecteurs cette organisation peu connue, baptisée Setad, qui est l’une des clés de la longévité au pouvoir du dirigeant iranien. Elle possède des parts dans pratiquement chaque secteur de l’économie nationale, de la finance au pétrole ou aux télécommunications. Rien ne prouve que le guide suprême puise dans les fonds de Setad pour s’enrichir personnellement, mais l’organisation donne à Ali Khamenei, au pouvoir depuis 24 ans, les moyens financiers d’opérer indépendamment du parlement et du budget national, ce qui le protège des complexes luttes de pouvoir qui agitent en interne la République islamique. Setad a bâti son empire en confisquant systématiquement des milliers de biens appartenant à des Iraniens au profil varié, qu’ils soient chiites, membres de minorités religieuses, hommes d’affaires ou membres de la diaspora. L’enquête de Reuters montre comment Setad a amassé un gigantesque portefeuille de biens immobiliers en clamant devant les tribunaux, parfois à tort, que ces propriétés avaient été abandonnées. L’organisation détient désormais, sur ordre de la justice, un monopole sur la saisie de propriétés au nom du guide suprême, et vend régulièrement ces biens aux enchères ou cherche à retirer de l’argent auprès de leurs propriétaires d’origine. Pour le seul mois de mai 2013, près de 300 biens ont ainsi été mis aux enchères par Setad, pour des millions de dollars.

Le “siège pour l’exécution des ordres de l’imam”

Le nom complet en persan est “Setad Ejraiye Farmane Hazrate Emam”, ce qui peut se traduire par “Siège pour l’exécution des ordres de l’imam”. Il se réfère à une décision du fondateur de la République islamique, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, peu avant sa mort en 1989, de créer une entité pour gérer et vendre les propriétés abandonnées dans le chaos des années qui ont suivi la révolution de 1979. Selon l’un de ses cofondateurs, Setad devait aider les pauvres et les anciens combattants et n’était censée exister que pendant deux années.Près de vingt-cinq ans plus tard, l’organisation s’est muée en vaste machine économique. Elle contrôle aussi une fondation caritative, mais il est difficile de déterminer les fonds consacrés à ses activités.

Outre l’immobilier, Setad possède des parts dans des dizaines d’entreprises publiques ou privées, avec l’objectif avoué de créer un conglomérat iranien pour stimuler la croissance économique de la République islamique. Au fil des ans, le guide suprême, les juges et le parlement ont émis une série de décrets bureaucratiques, de décisions judiciaires ou constitutionnelles qui ont renforcé ses prérogatives. “Aucun organe de supervision ne peut remettre en cause ses biens”, déclare Naghi Mahmoudi, un avocat iranien qui a quitté l’Iran en 2010 et vit aujourd’hui en Allemagne.

Setad sanctionné par le Trésor américain

Le département américain du Trésor a imposé des sanctions contre Setad et certaines de ses holdings, qualifiant l’organisation de “vaste réseau de sociétés-écrans masquant des actifs pour le compte (…) des dirigeants iraniens”. Ni les services de la présidence ni le ministère iranien des Affaires étrangères n’ont souhaité commenter le contenu de cette enquête. L’ambassade d’Iran aux Emirats arabes unis a qualifié ces conclusions de “parcellaires” et ajouté qu’elles n’avaient “aucun fondement”, sans plus de précisions.

Le directeur général des relations publiques de Setad, Hamid Vaezi, a répondu par courriel à une description détaillée de ces informations en déclarant qu’elles étaient “inexactes et éloignées de la réalité”. Il n’est pas entré dans les détails.

Dans un message ultérieur, Hamid Vaezi a ensuite déclaré que Setad réfutait les allégations du Trésor américain et “a entrepris d’engager un conseil aux Etats-Unis pour traiter cette question”. “Cette communication vous informe que toute action de la part de votre organisation pourrait influer sur notre litige aux Etats-Unis et nuire à notre position, ce dont nous vous tiendrons pour responsable”.

Le montant total des avoirs de Setad est difficile à évaluer en raison de l’opacité de ses comptes. Reuters l’évalue à environ 95 milliards de dollars – dont 52 milliards de biens immobiliers et 43 milliards de parts d’entreprises. Cette estimation s’appuie sur l’examen de déclarations de responsables de Setad, des données de la Bourse de Téhéran et des sites d’entreprises, et des informations du Trésor américain. Le montant dépasse d’environ 40% les exportations pétrolières de l’Iran en 2012, qui ont atteint 67,4 milliards de dollars selon le Fonds monétaire international.

Danger!
Une immense chape de censure s’abat sur le monde

Marianne bâillonnée/DR
Marianne bâillonnée/DR

H16, un des chroniqueurs français de droite les plus courageux et les plus talentueux de notre temps, regarde le monde glisser insidieusement dans la censure la plus brutale et la plus systématique. Et, même s’il a d’habitude beaucoup d’humour, ça ne le fait pas du tout rire.

Il décrit le mécanisme où l’Occident a mis le doigt, et qui est en train de lui dévorer le bras à une vitesse prodigieuse.

“On observe qu’à côté des mouvements violents prétendument antiracistes et qui tournent objectivement au pillage pur et simple, se développent des phénomènes de meutes dans lesquelles l’individu sera gommé au profit d’une pensée unique, extrêmement simpliste et binaire où celui qui émet des réserves, cherche la nuance, sera immédiatement assimilé à l’ennemi: celui qui rappelle qu’un mouvement de défense des Noirs ne doit pas devenir un mouvement d’oppression des Blancs est immédiatement taxé de racisme; celui qui rappelle que tous les hommes ne sont pas des violeurs sera taxé de machisme; celui qui rappelle quelques bases évidentes de la biologie sexuelle se voit taxé de transphobie sans nuance; etc…”

Bref: la vérité, le bon sens, la logique, la culture, sont sur le point d’être envoyés en camp de rééducation. Les trains à marchandises roulent à vive allure vers le grand froid, remplis de nos libertés en pyjamas rayés.

“L’étape d’après est malheureusement connue puisqu’il s’agira, non plus de dénoncer, voire faire licencier, ceux qui s’opposent, vocalement ou non, mais de faire cela à ceux dont on “soupçonne” seulement qu’ils pourraient penser s’opposer…” Tout comme dans la police, feu Cricri le Nightclubber voulait récemment mettre à pied les policiers “soupçonnés” de racisme. Et H16, lucide, met en garde: “Regardez autour de vous, regardez les lois que nos États passent ou tentent de passer, écoutez les discours tenus par les médias officiels : le doute n’est plus permis et la direction prise fait froid dans le dos.”

Non, le doute n’est plus permis: un foulard sur les yeux, les mains liées dans le dos, la liberté approche du peloton d’exécution.

Non, Elisabeth Lévy: Soral et Mila ce n’est pas pareil!

Quand on affirme que tout se vaut rien ne vaut

Alain Soral

Chère Elisabeth,

Je suis comme toi attaché à la liberté d’expression. Je suis très sensible à la beauté d’un ciel étoilé. J’adore le bruit des vagues qui s’allongent sur le sable. J’aime également beaucoup le chant des oiseaux. Autant dire que clamer son attachement à la liberté d’expression, c’est enfoncer des portes déjà largement ouvertes.

Tu déplores que les comptes YouTube d’Alain Soral et de Dieudonné aient été fermés. La censure t’horripile. Et je comprends que tu redoutes qu’elle s’applique, une fois en marche, à d’autres. Toi, moi, tous ceux qui ne pensent pas bien.

Là où je ne te suis plus

Jusque-là je peux sans trop de mal te suivre. Là où je ne te suis plus, c’est quand tu sous-entends que la liberté accordée à Mila vaut également pour Soral. Quel rapport y a t’il entre une gamine qui a trouvé légitime qu’on mette un doigt dans le cul du Prophète et un personnage dont le fonds de commerce est la haine glauque et meurtrière des Juifs ?

Reste que comme toi je souhaite que Soral et Dieudonné puissent s’exprimer. Mais mes raisons ne sont pas les tiennes. Moi je veux que les égouts – leur domicile – restent ouverts. Il est d’utilité publique qu’on puisse voir ce qu’il y a dedans. 

Je m’arroge le droit, et j’espère que tu ne me le contesteras pas, de choisir les victimes pour lesquelles j’ai de la compassion. La mort d’un papillon ou d’une libellule me rend triste. Celle d’un cloporte ou d’un cancrelat me laisse froid.

Je tiens Soral et Dieudonné pour des onanistes compulsifs. Il est vrai toutefois qu’ils se branlent en public. Ils vomissent et ça les fait bander. On applaudit leurs vomissures et ils jouissent.

Mon différend à moi

Ils me font irrésistiblement penser à ce personnage qui un soir de la Saint-Sylvestre se retrouve seul chez lui. Il ouvre son frigo, empoigne une bouteille de coca. D’une main il boit au goulot. L’autre est beaucoup plus bas. Et au moment de l’épectase, il s’écrie heureux : « Ah, le champagne et les femmes ! »

Pour être tout à fait honnête, je ne veux pas te cacher que j’ai un petit différend personnel avec Soral. Un jour j’avais écrit un article qui ne lui voulait pas du bien, il me consacra un texte sur son site Egalité et Réconciliation. Il me faisait savoir qu’il voulait m’écarter les cuisses et m’enculer sans vaseline. C’était plutôt banal. La suite fut plus originale. Il se demanda si ma sensibilité juive ne venait pas du fait que ma famille « avait péri par combustion en Pologne ». Je suis donc totalement et violemment subjectif concernant Soral. Et je pense, chère Elisabeth, que tu peux le comprendre.

Géraldine Claise ; Selon Voltaire et même le réseau Voltaire dont je suis accidentellement à l’origine, ayant Ménard pour avocat et Thierry Messan comme pigiste, je suis contre la censure ayant souffert de cette hypocrisie en tant que pornographe… c’est tellement facile de taper sur cet art qu’est le porno… bref ce n’est pas le sujet, car trop clivant pour être digéré en deux minutes, par des béotiens long à la détente. Alors que par ailleurs ce sont des éjaculateurs précoces !
Etant transgenre j’ai du mal à défendre Soral et Dieudo qui sont homophobes et m’insultent en me traitant de travelo ! Ce n’est pas gentil d’assimiler mon infirmité au spectacle de Michou… bien que défendant les homos, ils sont les premiers a applaudir les spectacles de travestis qui tournent les femmes en ridicule. Oui, vous êtes perdu, vous n’avez pas l’habitude d’analyser plusieurs paramètres en même temps… ce qui crée des confusions et des amalgames. Pour être clair, je partage le génie de Soral dont l’analyse est fine et de Dieudo qui me fait bien rire, mais je regrette qu’ils me prennent pour une conne. L’un n’empêche pas l’autre… si des imbéciles pensent que d’insulter amplifie leur virilité.
Par contre pour bien comprendre le problème des juifs me sentant juive moi-même, il faut distinguer comme le font Soral et Dieudo, le juif de base car TOUT SIMPLEMENT À BITE COUPÉE et c’est tout… avec ceux qui ont dépassés le grade 33 de la maçonnerie… et qui pratiquent les rites sataniques de la consommation de sang adrénalisé… Il existe deux mondes juifs comme je l’explique dans KHAZARE MAFIA JUIVE et le savent très bien Soral et Dieudo ; les petits juifs de base qui défendent la mafia Rothschild et sont leurs petits soldats qui vont être éliminés le jour de l’apocalypse… c’est en tout cas ce que croient des malades mentaux comme Soros, Bill Gates, Attali… initiés au 33° degré ! Le petit juif à la bite coupée n’est pas la victime de Soral ou Dieudo mais de la mafia 6666 réservée à 6666 juifs… sur 15 millions ! Chez les juifs c’est comme chez les français, il y a plus de cocus que de baiseurs ! Idem chez les francs-maçons, les petits sont les pigeons exploités par les 33° degrés… qu’ils ne seront jamais !
Soral et Dieudo insistent bien à chaque fois qu’ils parlent des juifs… “Surtout pas d’amalgame avec les petits et leurs gourous”… désolée de vous décevoir mais les petits juifs sont les victimes d’une immense escroquerie. Sinon réfléchissez deux seconde ! Quel mérite bidon avez-vous d’être juif … et si c’est gratuit c’est que vous êtes le produit ! Désolée mais d’avoir la bite coupée c’est un handicap, mais en aucun cas une réservation au peuple élu. Lire mon livre PREPUCE mon AMOUR et vous comprendrez que vous êtes manipulés par une supercherie… comme les premiers colons qui ont laissés leur vie au milieu des cailloux pour créer cette escroquerie qu’est Israël !
PS ; Je n’ai aucune compassion pour les palestiniens qui ne valent pas mieux… aucun musulman n’apporte un message humaniste. Le musulman détruit alors que le juif construit… mais malheureusement in fine le juif est programmé pour détruire plus radicalement. Pauvres blancs coincés entre ces gris qui veulent l’exterminer.

«H», une certaine idée de la France

Apparue au lendemain de la Coupe du Monde 1998 et terminée la veille de la présidentielle de 2002, la série de Canal+ incarne une époque où la France était fière d’être métissée.

L'humour de cette série n'a rien de communautaire. | Capture d'écran via YouTube
L’humour de cette série n’a rien de communautaire. | Capture d’écran via YouTube

Temps de lecture: 5 min

S’intéresser à la portée de H, c’est d’abord se heurter à un refus. Celui des différent·es professeur·es en études cinématographiques et audiovisuelles contacté·es pour les besoins de ce papier. «Je n’ai pas vu cette série et ne peux donc pas en parler», telle est la réponse de ces universitaires à chacun des mails envoyés pour tenter de comprendre la place qu’occupe la série de Canal+ dans le paysage télévisuel français. À croire que H, malgré son statut de série culte, sa diffusion annuelle sur différentes chaînes hertziennes et son entrée fracassante sur Netflix, ne jouit pas de la même attention que d’autres programmes hexagonaux, jugés plus sérieux (Le Bureau des légendesLes Revenants), plus passe-partout (Plus belle la vie) ou plus en phase avec l’état d’esprit d’une génération (les programmes d’AB Productions, par exemple).

Sur le fond, on comprend: H ne peut pas être a priori considérée comme une série à même de poser une réflexion sur le monde de l’entre-deux siècles. Ici, on est avant tout dans le registre de l’absurde et du burlesque, où chaque situation doit déboucher sur un gag puéril, où l’on se moque sans gêne de tout –des femmes, des homos, du racisme, des suicidaires, des violences conjugales, des nain·es, etc.–, systématiquement au détour de vannes calibrées pour le rire collectif.

Pourtant, sous son insignifiance, dit quelque chose de profond sur son époque, celle de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Car, dans les comédies pareillement débiles –celles, par exemple, des frangins Farrelly (Dumb & DumberMary à tout prix) ou de Seinfeld, dont H s’inspire ouvertement–on n’avait encore jamais croisé un tel métissage au sein du casting principal.

«H, c’est quand même un Antillais, deux personnages d’origine marocaine et algérienne, une juive et un Suisse, affirme Catherine Benguigui, qui interprète le rôle de Béatrice Goldberg. Dans n’importe quelle autre série, ces personnages auraient eu des rôles bien précis, parfois même ils auraient été déterminés en fonction de leur origine ou de leur couleur de peau. Là, c’était juste des jeunes hommes un peu débiles, qui s’amusent entre eux, rêvent de draguer la plus belle fille et se moquent du politiquement correct.»

À LIRE AUSSI «Le ciel, les oiseaux et… ta mère!», quand la banlieue faisait salle comble

La bombe «H»

Derrière leur crétinisme, voire l’infantilisme de leurs blagues, ÉricRamzyet Jamel rebattent en effet les cartes entre les questions de races et de classes –dans la série, le personnage d’Éric Judor se nomme Aymé Césaire, clin d’œil appuyé au poète martiniquais, célèbre pour ses écrits anticolonialistes. Ce sont les symboles de ce que l’on a fini par nommer maladroitement la France «Black-Blanc-Bleur»: celle apparue en 1984, dans le sillage de la compagnie de danse hip-hop du même nom, fondée à Trappes, mais qui connaît un second souffle plus puissant encore à l’été 1998, après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde de football.PUBLICITÉDS 3 CROSSBACK Découvrez notre SUV compact à la fois puissant et sculptural.Inspired by

Car oui, cette année-là, ce n’est pas simplement le double coup de tête victorieux de Zidane. C’est aussi et surtout l’insertion dans l’imaginaire collectif d’une nouvelle génération d’acteurs (Samy Naceri), d’humoristes (Jamel et Éric & Ramzy, donc, mais également Omar & Fred), de rappeurs devenus de véritables idoles des jeunes (le 113, par exemple) et de films plus ou moins rattachés aux banlieues (YamakasiTaxiLe ciel, les oiseaux et… ta mère!). De là à parler de comme d’une série politique? Non, évidemment. Un symbole de son époque, en revanche, c’est indéniable.

On parle tout de même d’une série qui débute en pleine effervescence Black-Blanc-Beur, le 24 octobre 1998, et se termine le 20 avril 2002. Soit la veille du premier tour d’une élection présidentielle qui voit le Front national triompher de la gauche de Lionel Jospin, et quelques semaines à peine avant que l’équipe de France ne soit lamentablement éliminée dès la phase des poules lors de la Coupe du monde en Asie, mettant un point final à une génération dorée à qui tout souriait et à qui on avait fait croire que l’ascenseur social ne tomberait jamais en panne.

«Pendant quatre ans, a prouvé que le tissu social était nettement plus solide lorsqu’on travaille tous ensemble, sans discrimination ni stéréotypes, raconte Bernard Delattre, auteur de Trappes / St-Quentin-en-Yvelines: une exception artistique?Ça venait démontrer que le métissage n’apporte que du bon, que cela contribue à créer du ciment entre les différentes classes de la population. Il suffisait d’observer la façon dont les jeunes téléspectateurs se récitaient les vannes de la série pour comprendre que H contribuait à quelque chose de plus grand qu’elle.»

À LIRE AUSSI Comment Éric l’humoriste régressif est devenu Judor l’auteur authentique

Tout sauf communautaire

Dans les faits, la série ne s’étend qu’à de très rares exceptions sur les origines de ses personnages principaux. Il y a bien là quelques références à la religion musulmane ou un épisode en partie consacré à la pseudo rivalité Algérie-Maroc, mais l’ambition est ailleurs, à en croire une interview de Ramzy dans Les Inrocks: «On voulait montrer aux Blancs qu’on pouvait venir des cités et ne pas faire de l’humour de cité, et montrer aux Noirs qu’on pouvait venir des cités et faire de l’humour de Blanc. C’était ça, l’essence de notre positionnement.»

Dix-huit ans après l’arrêt de la série, Catherine Benguigui abonde dans le même sens: «Le fait que ces trois acteurs puissent tenir ces rôles-là, c’était déjà un signe fort, on n’avait pas besoin d’en rajouter une couche en précisant qu’ils venaient de banlieue.» C’est là toute la grandeur de H. Toute sa fraîcheur également: faire oublier à la France le fameux «malaise des banlieues» et ne s’intéresser qu’à sa jeunesse, dont le triomphe change la donne du rire rassurant et puritain.

C’est le fameux «esprit Canal» cher à Alain De Greef, célèbre producteur de la chaîne cryptée (Nulle part ailleurs, Les Nuls, Les Guignols de l’info), mais selon une langue qui puise dans une certaine tradition française (Raymond Devos, Pierre Desproges) pour mieux la réinventer, tout en onomatopées, approximations poétiques, verlans («kaïra», «fonce-dé») et utilisation aussi maladroite qu’habile de célèbres expressions. Florilèges: «C’est pas au vieux singe qu’on apprend à construire des limaces»; «même un chat n’y retrouverait pas son épingle du jeu»; «arrêtons ce mascara!»; «eh oh! Je veux entendre un moche voler» ou encore le célèbre «dites-moi pas que c’est pas vrai!».

C’est là la force de H par rapport à d’autres séries plus polissonnes: ce supplément de culot, de débilité et d’énormité qui autorise les trois protagonistes à dire ce que les autres se contentent prudemment de suggérer, à balancer des vannes grossières («Les Chinois ils ont tous la même tête c’est comme quand tu regardes un cageot de poussins») qui, ailleurs, resteraient à l’état de sous-entendus. Avec, toujours, ces références propres à l’époque dans laquelle la série s’inscrit: c’est Éric et Ramzy qui doivent aller à un concert de NTM, c’est Jamel qui considère le survêtement Sergio Tacchini et les Stan Smith comme le saint-graal de la mode, c’est Thierry Henry qui vient piquer une tête avec son maillot des Bleus au cours de la première saison.

Pendant soixante et onze épisodes, H a donc représenté une certaine idée de la France, plus métissée, plus insouciante, mais qui n’abordait que rarement de façon explicite l’enjeu minoritaire et identitaire. C’est que l’humour de la série n’a rien de communautaire. Il n’est ni le fruit de l’immigré·e qui a réussi, ni celui de jeunes ghettoïsé·es, il est simplement, à en croire Bernard Delattre, «le symbole d’une France qui s’ouvre au monde».

Et Catherine Benguigui de conclure: «Avec le recul, c’est vrai qu’il y a eu une bascule après H. Pendant quatre ans, il y a eu comme une parenthèse enchantée où tout le monde s’aimait, où toutes les personnes, y compris celles issues de l’immigration, avaient de la visibilité. Puis il y a eu le 11 septembre 2001, la percée du FN. Ça été comme un retour de bâton.»

Surveillance de masse :
la Chine collecte désormais l’ADN de sa population

Surveillance de masse : la Chine collecte désormais l’ADN de sa population

La Chine fait un pas de plus vers la surveillance de masse. Cette fois-ci, pas de caméras, d’applications ou d’appels à la délation, mais une vaste collecte d’ADN sur la population masculine. Ceci, dans le but officiel de traquer la délinquance. C’est une société américaine qui apporte son aide à la Chine.

CRÉATION D’UNE VASTE BASE DE DONNÉES GÉNÉTIQUE

Les autorités chinoises procèdent actuellement à la collecte de données sanguines des populations masculines du pays. Ce sont ainsi 700 millions de Chinois qui vont se retrouver au sein d’une vaste carte génétique visant à lutter contre la délinquance. Cette collecte concerne les hommes adultes mais également les garçons mineurs. Pourquoi uniquement les hommes et les garçons ? Parce que, selon les statistiques, ils sont les plus enclins à commettre des crimes et des délits.

De telles collectes de données existaient déjà, mais elles étaient réservées aux minorités persécutées, comme les Ouïghours, ou aux criminels. Elles sont désormais généralisées à l’ensemble du pays. Ce sont 70 millions d’échantillons qui sont fixés comme objectif par les autorités, soit 10 % de la population, correspondant à 700 millions de Chinois qui verront leur ADN collecté. Il n’est pas nécessaire de collecter les échantillons de tous les hommes et garçons, car l’ADN d’une personne permet de dévoiler l’identité génétique de tous les membres masculins de sa famille.

DES CRAINTES RÉELLES DE LA PART DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

La création d’une telle base fait craindre un tour de vis supplémentaire de la part des autorités chinoises, alertent les défenseurs des droits humains. « La possibilité pour les pouvoirs publics de découvrir qui est proche de qui, dans un contexte où des familles entières peuvent être sanctionnées à cause des activités d’un des leurs, fait froid dans le dos à l’ensemble de la société », selon Maya Wang, chercheuse spécialiste de la Chine qui travaille pour l’association Human Rights Watch.

Les autorités chinoises se fondent sur plusieurs affaires, s’étalant sur une trentaine d’années, où la police a enquêté sur les viols et meurtres de 11 femmes et filles, la plus jeune étant âgée de seulement 8 ans. Après avoir collecté plus de 230 000 empreintes digitales et réalisé plus de 100 000 tests ADN, ils ont fini par arrêter un homme, dont les gènes étaient reliés à un autre homme qui avait laissé son ADN sur une des scènes de crime. Cela a conforté les autorités dans leur idée de créer une base de données génétique.

C’est une société américaine, Thermo Fisher Scientific, dont le siège se situe dans le Massachusetts, qui aide la Chine dans la création de sa base de données génétique, faisant l’objet de vives protestations. La police chinoise affirme que les échantillons sanguins ont été donnés en pleine conscience. Toutefois, les observateurs affirment que, dans un état dictatorial, il est pratiquement impossible de dire non, surtout quand les prélèvements se font dans les écoles. Le New York Times rapporte également l’histoire de Jiang Haolin, ingénieur informatique de 31 ans, qui a été contraint de donner un échantillon de sang l’année dernière, sinon lui et sa famille allaient être inscrits sur une liste noire, les privant de certains droits, comme voyager ou se faire soigner. Une vague de contestation inédite apparait déjà contre ce projet.

La Lune Est Un Cube…

 « On me parle de civilisation, je parle de prolétarisation et de mystification…
Chaque jour qui passe, chaque déni de justice, chaque matraquage policier, chaque réclamation ouvrière noyée dans le sang, chaque scandale  étouffé, chaque expédition punitive, chaque car de CRS, chaque policier et chaque milicien nous fait sentir le prix de nos vieilles sociétés.
 »Aimé Césaire 

(1)La Lune est un Cube…Si ! Si !… Ils l’affirment à la TV, à la Radio  et dans les journaux !… Pourtant, si on la regarde… Mais, a-t-on le droit de la regarder, d’émettre un doute, ou d’affirmer une évidence contraire, sans risquer une amende, ou pire ?…Nous en sommes arrivés là. 
Oui. Ces derniers mois, nous avons subi une pression médiatique, politique, policière, fondée sur la peur d’une « pseudo-pandémie », une incarcération massive de population qu’aucune dictature à ce jour n’aurait cru être en mesure d’imposer. Conditionnés, formatés, contraints de croire, dans la peur et la méfiance à l’égard de « l’Autre », notre voisin, notre collègue, nos proches, que l’humanité était sur le point d’être balayée de la surface de cette planète.La Nébuleuse des “Millions de cas”Mais, les millions de morts qui devaient encombrer, noyer, submerger, nos hôpitaux, morgues et cimetières, comme au temps de la Peste Noire[a] qui emporta la moitié de la population de l’Europe entre 1347 et 1352, ne se sont pas, heureusement, produits. Et, contrairement, à la peste moyenâgeuse, un traitement curatif existe. Qui plus est : efficace et pas cher ! (2)Les chiffres sont irréfutables.A ce jour, sur 7, 8 milliards d’habitants, le taux de mortalité est comparable, voire plus faible, que celui de la grippe annuelle enregistré sur plusieurs décennies ; le nombre de morts, à l’échelon mondial, atteignant 650.000. (3) Et, encore, déduction non faite des statistiques gonflées intentionnellement par des “professionnels” ou des “officiels” ; par exemple, dans les pays anglophones pour obtenir des “primes spéciales” des assurances hospitalières par “cas” recensés… Des fraudes sur les décès réellement imputables à ce virus sont ainsi découvertes, à intervalles réguliers. Ne rions pas, car c’est tragique : dernièrement, des journalistes d’investigation ont découvert que les autorités de Floride inscrivaient les morts par “accident de moto” dans les cas de Covid… (4)Il n’y a pas de seconde vague. Et, nous ne sommes un “danger sanitaire” pour personne, si ce n’est un “danger d’amende policière” en pénétrant sans masque dans un espace clos… Les “cas” de grippe survenant dans l’hémisphère sud, que les médias de la propagande brandissent tels des épouvantails, ne font que suivre les évolutions et tendances normales du fait que les pays qui le composent sont entrés en période hivernale. (5)

L'inspecteur Colombo enquête...

L’inspecteur Colombo enquête…De étouffement à l’ÉveilEn Europe, nos gouvernements imposent le port du masque et autres mesures qui ne relèvent, de ce fait, ni de la science, ni de la protection de la santé publique ; la période grippale étant terminée sous nos latitudes. Il s’agit donc d’une décision d’ordre politique, imposant des mesures d’oppression politique, dans le saccage des économies nationales.Dans quel but ?…Volonté de maîtriser et prévenir mécontentements et explosions sociales, anticipés pour la rentrée prochaine ?… Terreur infligée pour mieux organiser la casse des systèmes de protection sociale et de retraites ?… Arrangements lucratifs des castes au pouvoir avec les groupes pharmaceutiques mondialisés ?… Accélération de la mise en place de “l’État de Surveillance”, en clair de “l’État Policier” : reconnaissance faciale, traçage des citoyens dans leurs activités et leurs réseaux familiaux ou sociaux ?… Préparation d’un futur conflit mondial, sur fond de guerre chimique et bactériologique ?… Tout cela peut-être, ou sûrement ?…D’excellentes analyses abondent, je ne m’attarderai donc pas sur ces problématiques, perspectives et hypothèses, amplement débattues chez les citoyens « éveillés ». (6)Car, il est urgent de parler d’« éveil » sur fond de propagande hystérique, de simulacres d’élection, de chasse aux dissidents, d’éradication de toute opinion ou pensée non conforme à la ligne dictée par nos oligarques.« Voilà comme on vous conditionne », nous rappelle Mika Denissotdans une vidéo où il expose le mécanisme de base de ce conditionnement ; tout en nous invitant, sur le plan individuel, à nous préserver de l’enfermement mental dans lequel nos autocrates veulent nous immerger. (7)Face au délabrement, à l’écroulement, de nos Valeurs Collectives et de nos Institutions, y aurait-il des espoirs de « Renaissance » ?… S’il y a fin d’un cycle, comment définir un « avant » et entrevoir un « après » ?… Sans tomber dans le piège de nouveaux charlatans, confisquant le pouvoir, spoliant les richesses nationales, pour s’arroger tous les privilèges dans le mépris des Peuples et des Nations.De cette gigantesque arnaque, intellectuelle et politique, économique et sociale, organisée par nos oligarchies, qu’est le « Corona-bidouille », je retiens un phénomène majeur qui va pervertir ou bloquer, s’il n’est pas maitrisé, la « Renaissance », voire la survie de nos sociétés. [b]Celui de l’abandon progressif de nos Libertés Publiques, dans l’acceptation ou la passivité, sous l’effet de la sauvagerie oligarchique actuelle, fondée sur une corruption cynique et sans limite, déferlant sur nos sociétés après avoir ravagé des pays étrangers pendant des décennies. (8) 

La Lune Est Un Cube…

Démocratie ?… Un Totalitarisme de CastesPrendre la mesure du conditionnement, du servage « version contemporaine », dans lequel nos oligarques veulent nous incarcérer, est essentiel à tout sursaut salvateur. Cette “société de surveillance”, anticipée et décrite par des “penseurs”, pour ne pas dire “prospectivistes”, qui se sont interrogés sur l’évolution de nos collectivités dans l’obscurantisme de l’injustice sociale et économique, et l’écrasement des Libertés Publiques. Implacable, ou apocalyptique, régression dénoncée par les écrivains spécialisés dans la science-fiction. Entre autres, Philip K. Dick dont une des nouvelles –  « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques » – sert de trame à un des meilleurs films de Ridley Scott : Blade Runner. Angoissante et émouvante anticipation de ce qui attend l’humanité, si elle perd le sens de La Dignité Humaine, de La Vie…N’oublions pas les auteurs plus classiques, pour nous “réveiller”. Lire, ou relire, en particulier : 1984, le célèbre roman de George Orwell ; ou, l’ouvrage de Michel Foucault – Surveiller et Punir – dans lequel il évoque « le mal social conçu sur le modèle de l’épidémie » et l’isolement de l’homme ; réduit à l’état d’« individu », isolé dans un « maillage social » sans faille…Tout est dit, minutieusement décrit, sur ce que nous vivons actuellement. Le déni de réalité dans l’instauration de La Peur permanente. Propagande hystérique, désinformation obsessionnelle : matraquage incessant sur une fausse pandémie, avec des chiffres assénés en rafales répétitives sur le nombre de « cas » ; assimilant ces cas à des morts, ou des morts en puissance. Alors qu’un comparatif immédiat avec les années précédentes, aurait démontré la manipulation, la fausseté, le mensonge, de ce conditionnement ; ainsi que l’ont démontré de nombreux spécialistes en traitement des infections.  Spécialistes, parmi les meilleurs au monde, harcelés, calomniés, sans cesse, dans les médias du pouvoir : accusés d’être des “charlatans”
Les citoyens partageant, via les réseaux sociaux, leurs efforts de “réinformation”, d’investigation, d’analyses, tout autant diabolisés ou censurés : accusés d’être des “complotistes”… Avec, en prime : suppression de leurs vidéos, ou même de leurs chaînes vidéos, liens internet ou transferts de liens bloqués, déréférencements, démonétisations, etc. [C’est le cas de La Cause du Peuple, qui, de 13000 visiteurs par jour, est tombé, à cause des punitions Facebook, Google et Cie, a été réduit de 50%].Toute la caisse à outils de la censure privatisée, architecturée sur les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), a été employée à grande échelle, dans tous les pays ; tout particulièrement dans ceux de l’OTAN et de ses nombreux satellites, ou pays sous tutelle…N’imitons pas l’autruche face à l’inacceptable, et n’ayons pas peur des mots, nous vivons sous le fouet impitoyable du : « Totalitarisme ».Non pas d’un dictateur encadré de sa famille, son clan et les seconds couteaux d’une oligarchie cooptée par ses soins ; mais celui d’une caste se reproduisant en vase clos depuis des décennies [c]. Dans nos pays dits « occidentaux », les castes au pouvoir n’ont nul besoin d’être sanguinaires pour asservir leurs concitoyens, de les enfermer dans des camps de concentration et autres goulags. Les instruments d’oppression se sont affinés au fil du temps, et de la progression des nouvelles technologies : élections “bidons”, propagande asphyxiante, étouffement des voix “dissidentes”, suppression de tout débat sur les problèmes primordiaux de nos systèmes économiques et sociaux, “analphabétisme citoyen” organisé dès l’école dans l’éradication de toute autonomie intellectuelle et culture historique (doute philosophique et sens critique, protection des Libertés Publiques, justice économique, luttes sociales, hygiène alimentaire, développement personnel, etc.).Réservant leurs sanglantes prédations et spoliations pour les Nations qu’ils ravagent, directement par leurs forces armées ou indirectement par les “guerres civiles” qu’ils provoquent et gèrent, comme on peut le constater au Moyen-Orient :AfghanistanIrakLibyePalestine, Somalie, SoudanSyrieYémen, etc. Ou en Amérique latinedu Guatemala à la Bolivie… (9)Nous ne sommes plus dans l’anticipation. La réalité est présente, incontournable. Isolement et QuadrillageLes signes en sont encore plus évidents, dans le contexte actuel de la “crise sanitaire” artificiellement entretenue, par l’imposition du port du masque, de la « distanciation sociale », et autres « gestes barrières ». Ce sont très exactement les caractéristiques des totalitarismes analysés par Hannah Arendt dans son ouvrageLes Origines du Totalitarisme ; plus précisément dans le 3° tome publié en français sous le titre Le Système Totalitaire. (10)
La première publication remonte à 1951, ses travaux de recherche s’étaient concentrés sur le nazisme et le stalinisme. Ce qui était déjà un travail aussi colossal que novateur. Elle démontrait, en effet, que les dictatures pour durer dans le temps ne se limitent pas à la “sphère politique” ; mais veillent, avec autant d’acharnement que de méthode, à assurer leur emprise sur les sphères privée et intime, en “quadrillant toute la société et tout le territoire”.Pour Hannah Arendt, le Totalitarisme ne se limite pas à un régime autoritaire classique, féodal dans son bornage territorial ou intellectuel. Il est beaucoup plus que cet amateurisme moyenâgeux : il recherche une « domination totale », implacable et sans limites. Dans sa démonstration, elle formule le concept de « mouvement Totalitaire», qui ne pense son succès que s’il devient :
« international dans son organisation, universel dans sa visée idéologique, planétaire dans ses aspirations politiques ».Ce mouvement induit, pour assurer son emprise, « une dynamique de destruction de la réalité et des structures sociales »… Il implique l’anéantissement de tout espace public permettant « l’action et la parole » des citoyens en interaction, la pluralité dans « la relation ». Elle rappelle ce principe fondamental :« L’action, en tant que distincte de la fabrication, n’est jamais possible dans l’isolement ; être isolé, c’est être privé de la faculté d’agir ».Le cliché affirmant que les satrapes de nos oligarchies sont “incompétents” est une grave erreur. Tout au contraire, ils sont compétents, dans tous nos pays. Ils savent parfaitement ce qu’ils font. Ils sont formés, sélectionnés, promus, gavés de privilèges, pour remplir leur mission…Nous transformer en citoyens isolés, dans l’impossibilité de communiquer, de manifester une solidarité, de débattre du fonctionnement de nos collectivités, c’est vider La Démocratie de son contenu pour assurer leur triomphe diabolique sur notre asservissement.Cette incursion sur La Lune, nébuleuses et astéroïdes, est l’occasion de clore ce billet par une pensée à l’égard d’un Homme que j’apprécie beaucoup en cette période de barbarie dictatoriale, pour son sens de la dignité humaine, son courage, et la tendresse de son univers poétique : Antoine de Saint-Exupéry. (11)C’est avec un dessin du personnage qu’il a créé et l’a rendu mondialement célèbre, Le Petit Prince, réalisé par un talentueux caricaturiste, que je vous dis à bientôt …

La Lune Est Un Cube…

NOTES1.  Pierre Bouvier, Aimé Césaire, Frantz Fanon – Portraits de Décolonisés, Editions Les Belles Lettres, 2010, p. 122
2.  IHU Méditerranée Infection, Coronavirus : Pays où l’hydroxychloroquine est recommandé, 9 avril 2020, https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-pays-ou-lhydroxychloroquine-est-recommandee/
3.  Bulletin d’informations scientifiques, IHU Méditerranée Infection, Pr. Didier Raoult, Des mots et des chiffres, 7 juillet 2020, https://www.mediterranee-infection.com/des-mots-et-des-chiffres/
4.Florida officials admit counting motorcycle death as Covid-19 fatality, remove it from list after media scrutiny, RT, 19 juillet 2020, https://www.rt.com/usa/495200-coronavirus-motocycle-crash-mistake-florida/
5.  Bulletin d’informations scientifiques, IHU Méditerranée Infection, Pr. Philippe Parola, Covid-19 : Où en sommes-nous ?, 16 juillet 2020, https://www.mediterranee-infection.com/covid-19-ou-en-sommes-nous/
6.  Silvano Totta, Ils entretiennent La Peur !, 17 juillet 2020, https://www.youtube.com/watch?v=pRtkvloLbuQ
7.  Mika Denissot, Comment se préserver dans un monde au futur très incertain, 15 juillet 2020, https://www.youtube.com/watch?v=YZR7At8JclI
8.  Georges Stanechy, Macron : le Masque de l’Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 2017, http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html
9.  Linking US imperialism and police violence: Killer cop got start at dictator-training military base, 29 juin 2020, https://www.youtube.com/watch?v=htGiSE5kJuo
10.  Hannah Arendt, Le Système Totalitaire, Le Seuil – Collection « Points / Essais », n° 307, 2005
11.  Georges Stanechy, Antoine de Saint-Exupéry : Courage et Tendresse, 27 juillet 2008,
http://stanechy.over-blog.com/preview/4ee2e0bb30cb52a346db904855d018edd20b468b
—————————————- 

 
[a] Covid-Aranaque et peste noire –   Les épidémies vues par les auteurs du Maghreb et du Moyen-Orient au cours des siècles–   Corrélation entre les périodes de crise et les épidémies[b] Voir, sur ce blog, toute la série Covid-Arnaque :-   L’arnaque du COVID est un prétexte pour mettre en œuvre «Le Plan»–   Le Nouvel Ordre mondial démasqué –   Covid-Aranaque. Théorème de Thomas et manipulation des masses (II)–   Covid-Arnaque. Un officiel allemand : la Covid-19 est «une fausse alerte mondiale»– etc… [c] La « Réinitialisation mondiale » (« Global Reset »)–   Un bref aperçu de la richesse juive–   

La voilée Tawakkol Karman, frère musulman, membre du conseil de surveillance de facebook, ça vous étonne ?


La voilée Tawakkol Karman, frère musulman, membre du conseil de surveillance de facebook, ça vous étonne ?

Facebook avance sur le chemin de la vérité. Macron-Facebook, même combat. Et quand on dit Facebook, on dit aussi Instagram qui appartient au même groupe…

Facebook a donc nommé en son sein une « cour suprême pour la modération des contenus »

Vraisemblablement, la modération confiée à des musulmans de l’autre côté de la Méditerranée, ça ne suffisait pas

Vraisemblablement, la modération confiée aux milliers de mouchards potentiels qui passent leur vie sur facebook pour dénoncer le voisin, ça ne suffisait pas.

Vraisemblablement, la prochaine loi Avia et son petit bouton magique, ça ne suffisait pas.

Alors, Zuckerberg, avec l’assentiment de ses principaux actionnaires (dont le fonds de placement Accel Partners et Microsoft) a créé un Etat dans l’Etat, un Ministère de la Vérité suprême.

20 personnes, dans le monde, sont donc payées pour décider de ce que nous avons le droit de dire (et même de penser….) et, parmi elles, un prix Nobel de la paix yéménite, une voilée proche du défunt Morsi et de l’ordure Qaradawi, celui qui incite les musulmans à finir le travail d’Hitler concernant l’extermination des Juifs.

Voici sa présentation dans la liste des 20 personnes du Soviet suprême :

Tawakkol Karman – Lauréate du prix Nobel de la paix qui a utilisé sa voix pour promouvoir un changement non violent au Yémen pendant le printemps arabe, et a été nommée l’une des «femmes les plus rebelles de l’histoire» par le magazine Time.

A peine nommée elle a crié victoire sur twitter

Je suis fière de la diversité des membres du conseil de surveillance pour Facebook et Instagram. Nos perspectives mondiales uniques à travers les antécédents et les points de vue professionnels, culturels, politiques et religieux sont tout aussi importantes que notre travail. Traduction google

Macron n’a rien inventé, il va dans le sens du vent, en bon mondialiste. L’heure est à la diversité et des minorités, qui ont tous droit d’exiger que leur vérité et leurs standards soient considérés comme des normes.

.

                                     Tawakkol Karman à Paris, faisant le signe de ralliement aux frères musulmans 

Tawakkol Abdel-Salam Karman, […] née le 7 février 1979 à Ta’izz au Yémen, est une journaliste, militante et femme politique yéménite, engagée dans la défense des droits des femmes, fondateur en 2005 du groupe Femmes journalistes sans chaînes[1], et une personnalité politique, membre du parti islamique Al-Islah[2], lauréate du prix Nobel de la paix en 2011 […]. En 2011, certains Yéménites l’auraient surnommée « Femme de fer » et « Mère de la révolution ».

[…]

Le , elle est refoulée à l’aéroport international du Caire alors qu’elle vient apporter son soutien à Mohamed Morsi, qui a été renversé un mois plus tôt lors du coup d’État du 3 juillet 2013 en Égypte[5].

[…]

Le Congrès yéménite pour la réforme […], fréquemment dénommé Al-Islah, est le principal parti d’opposition au Yémen durant le mandat d’Ali Abdallah Saleh. Ses origines remontent au Front islamique, une milice affiliée aux Frères musulmans financée par l’Arabie saoudite pour combattre le Front démocratique national d’obédience marxiste.[…] Le parti possède également une branche armée.

Qui sont les 19 autres ?

Des « experts », traduisez des associatifs, des journaleux et des profs…

Tous engagés dans la liberté d’expression et les « droits de l’homme »… mais surtout dans les droits des femmes !

Leur  liberté d’expression : celles des femmes, celle des minorités… notamment musulmanes et sexuelles.

On notera l’importance de la « norme internationale »… et, pour le cas qui nous occupe, la présence officielle d’un Frère musulman dans le comité de surveillance du plus grand réseau mondial.

.

Bref, un comité de surveillance constitué majoritairement de gens engagés à défendre… des groupes, des individus.. mais certainement pas l’Homme en tant que tel et ses libertés fondamentales, dont la liberté d’expression

.

La messe est dite. Sans surprise. Le soviet suprême et le Ministère de la propagande réunis au sein du même comité.

Relisez Fahrenheit 451; Bradbury a tout vu, tout compris, tout annoncé en 1953.

Afia Asantewaa Asare-Kyei – Un défenseur des droits humains qui travaille sur les droits des femmes, la liberté des médias et l’accès à l’information à travers l’Afrique à l’Open Society Initiative for West Afric

Evelyn Aswad – Professeur à la faculté de droit de l’Université d’Oklahoma, qui a précédemment été avocate principale au Département d’État et spécialisée dans l’application des normes internationales des droits de l’homme aux problèmes de modération de contenu

Endy Bayuni – Journaliste qui a été deux fois rédacteur en chef du Jakarta Post et aide à diriger une association de journalistes qui promeut l’excellence dans la couverture de la religion et de la spiritualité.

Catalina Botero Marino, coprésidente – Ancien rapporteur spécial des Nations Unies pour la liberté d’expression de la Commission interaméricaine des droits de l’homme de l’Organisation des États américains, qui est maintenant doyenne de la Faculté de droit de l’Université des Andes.

Katherine Chen – Chercheur en communication à l’Université nationale de Chengchi qui étudie les médias sociaux, les actualités mobiles et la confidentialité, et ancienne régulatrice nationale des communications à Taïwan.

Nighat Dad – Un défenseur des droits numériques qui offre une formation en sécurité numérique aux femmes au Pakistan et en Asie du Sud pour les aider à se protéger contre le harcèlement en ligne, fait campagne contre les restrictions gouvernementales sur la dissidence et a reçu le prix des droits de l’homme pour les tulipes.

Jamal Greene, coprésident – Un professeur de droit de Columbia qui se concentre sur l’arbitrage des droits constitutionnels et la structure des arguments juridiques et constitutionnels.

Pamela Karlan – Professeur de droit à Stanford et avocate à la Cour suprême qui a représenté des clients dans les cas de droits de vote, de droits LGBTQ + et de premier amendement, et siège au conseil d’administration de l’American Constitution Society.

.

Maina Kiai – Directrice du programme Global Alliances and Partnerships de Human Rights Watch et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association, qui possède des décennies d’expérience dans la défense des droits de l’homme au Kenya.

Sudhir Krishnaswamy – Vice-chancelier de la National Law School of India University qui a cofondé une organisation de défense des droits qui œuvre pour faire avancer les valeurs constitutionnelles pour tous, y compris les personnes LGBTQ + et transgenres, en Inde.

Ronaldo Lemos – Avocat spécialisé dans les technologies, la propriété intellectuelle et les médias, qui a co-créé une loi nationale sur les droits d’Internet au Brésil, a cofondé un organisme à but non lucratif axé sur les questions de technologie et de politique et enseigne le droit à l’Universidade do Estado do Rio de Janeiro.

Michael McConnell, coprésident – Un ancien juge de circuit fédéral américain qui est maintenant professeur de droit constitutionnel à Stanford, un expert en matière de liberté religieuse et un avocat de la Cour suprême qui a représenté des clients dans un large éventail d’affaires du premier amendement impliquant la liberté d’expression , religion et association.

Julie Owono – Un défenseur des droits numériques et anti-censure qui dirige Internet Sans Frontières et fait campagne contre la censure sur Internet en Afrique et dans le monde.

Emi Palmor – Un ancien directeur général du ministère israélien de la Justice qui a dirigé des initiatives pour lutter contre la discrimination raciale, faire progresser l’accès à la justice via des services et des plateformes numériques et promouvoir la diversité dans le secteur public.

Alan Rusbridger – Un ancien rédacteur en chef de The Guardian qui a transformé le journal en une institution mondiale et a supervisé sa couverture lauréate du prix Pulitzer des révélations d’Edward Snowden.

András Sajó – Ancien juge et vice-président de la Cour européenne des droits de l’homme, expert en liberté d’expression et en constitutionnalisme comparé.

John Samples – Un intellectuel public qui écrit beaucoup sur les médias sociaux et la régulation de la parole, défend les restrictions de l’expression en ligne et aide à diriger un groupe de réflexion libertaire.

Nicolas Suzor – Professeur à la Queensland University of Technology Law School, qui se concentre sur la gouvernance des réseaux sociaux et la réglementation des systèmes automatisés, et a publié un livre sur la gouvernance d’Internet.

Helle Thorning-Schmidt, coprésidente – Un ancien Premier ministre du Danemark qui a maintes fois défendu la liberté d’expression pendant son mandat, puis a été PDG de Save the Children


11 thoughts on “La voilée Tawakkol Karman, frère musulman, membre du conseil de surveillance de facebook, ça vous étonne ?”

  1. AvatarOrange Ce signe le rabia, s’appelle aussi la main du Tamkine.
    Les 4 doigts levés signifient:
    étape 1 présentation de l’islam
    étape 2 sélection des futurs frères musulmans
    étape 3 affrontement et spécialisation
    étape 4 domination et Tamkine.
    Ce mot qui signifie la domination de l’islam sunnite et salafiste sur toutes les autres religions et humanité entière gouvernée par la charia.Et Pamela Karlan a publiquement attaqué verbalement le jeune Barron agé de 13 ans, le fils du Président Trump, en associant son prénom à un titre de noblesse indu (Karlan est professeur de droit…)

  2. PacoPaco Il y a belle lurette que je ne vais plus sur aucun de ces réseaux sociaux !
  3. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc Afia Asantewaa Asare-Kyei – Un défenseur des droits humains qui travaille sur les droits des femmes, la liberté des médias et l’accès à l’information à travers l’Afrique à l’Open Society Initiative for West Afric
    ==> OPEN SOCEITY ==> SOROS !
  4. AvatarChristian Jour Il y a quelque chose de pourri au royaume de France et ça sent très très mauvais. Il va y avoir du boulot quand ça va péter.
    1. gammagamma Eh oui Christian. » il y a quelque chose de pourri au royaume de France et ça sent très très mauvais » Comme vous dites. Je rêve de la France de Gabin, de BB, de Fufu et de « atmosphère atmosphère », mais je ne vois autour de moi que des télé réalités, que des ingrats et des traîtres. Heureusement que les résistants se reconnaissent. Merci à Christine et tout les contributeurs et participants.de nous apporter le parfum d’antan.
  5. ConanConan Pour garantir l’objectivité de la Justice dans un Etat de droit, il me semble que toute personne se revendiquant adepte d’une idéologie totalitariste émanant d’un club, d’une secte, d’une philosophie, et même d’une religion, devrait être interdite de participer à la magistrature et/ou d’exercer une fonction de juré, ou d’intervenir dans un comité quelconque de censure des pensées, paroles et/ou écrits d’autrui.
    A fortiori quand on se revendique d’une organisation terroriste comme celle des frères musulmans …
    Zuckerberg vous venir de prouver au monde entier qu’être idiot n’empêche pas de devenir immensément riche …
    1. AvatarGAVIVA seul il n’y serait jamais arrivé alors que les idiots de fessebouc ne manquent pas!
  6. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc D’autres précisions :
    https://francais.rt.com/international/74958-proches-open-society-detracteurs-trump-tres-politisee-cour-supreme-facebook
  7. Avatarcontento Tout au début, j’avais pensé que ce site était excellent pour communiquer avec d’éventuels amis. Je m’y étais donc inscrit.
    Dieu merci, j’ai très vite compris les embrouillaminis et les indiscrétions que ce machin pouvait entraîner…
    Je n’ai su comment résilier….mais je n’ai depuis très longtemps, plus tenté
    d’avoir accès à ce piège indiscret.
    J’ai laissé ça aux gamins en recherche de multiples « amis ».
    J’ai réalisé qu’Internet qui aurait pu être un merveilleux outil de communication entre les hommes, était trop souvent transformé par trop de voyous et
    d’escrocs officiels ou non, en véritable espace miné..
  8. frejusienfrejusien Il ne nous reste plus qu’à créer un FB purement français, qui portera un autre nom et qui sera indépendant des Frères musulmans et des américanos très riches,nos informaticiens sont certainement assez compétents pour le créer,je me demande comment cette punaise a pu obtenir un prix Nobel de la paix, alors qu’elle soutient un mouvement terroriste sanguinaire et fanatique, interdit dans certains pays musulmans
    1. AvatarHellen @frejusien
      C’est exactement ce que je pensais depuis quelques temps déjà…
      Pourquoi les Français les meilleurs en informatique, et qui en ont marre de Facebook, ne créent-ils pas un autre Facebook Français avec un autre nom bien Français…
      Je ne suis pas suffisamment forte en informatique pour créer quelque chose de semblable et je dirai encore mieux, tant qu’à faire… mais je suis certaine qu’il y a des Français qui seraient parfaitement capables de faire pareil et même mieux… et surtout totalement indépendant de ceux que nous n’avons pas envie de voir…!
      Bien à vous

Faut-il que Twitter ferme le compte de l’Ayatollah Khamenei pour incitation au génocide ?

La Maison-Blanche a critiqué Twitter pour avoir étiqueté les tweets de Trump avec des avertissements d’incitation à la violence lorsqu’il annonçait l’intervention de la police pour calmer les Antifas, et décidé que les appels iraniens au génocide contre Israël ne violaient pas sa politique.

La formidable Kayleigh McEnany, secrétaire de presse de la Maison-Blanche a explosé Twitter en déclarant que le géant des médias sociaux faisait preuve d’un parti pris flagrant en ciblant les conservateurs, en particulier le président Trump.

Sa prise de position fait suite aux déclarations d’une responsable de Twitter, Ylwa Pettersson, qui a déclaré à la Knesset (1) allez-vous faire cuire un œuf que les appels iraniens à éliminer Israël n’étaient que « des propos de politique étrangère sur des questions militaires et économiques qui ne sont généralement pas en violation de nos règles ».

La responsable de Twitter a déclaré que les tweets dans lesquels le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Khamenei, appelle à la destruction d’Israël ne violent pas les règles de Twitter contre les discours de haine, et qu’ils sont considérés comme de simples « attaques de politique étrangère ».

« Nous avons une approche envers les dirigeants, selon laquelle les interactions directes avec d’autres personnalités publiques, les commentaires sur les questions politiques du jour, ou le sabotage de la politique étrangère sur les questions militaro-économiques ne sont généralement pas en violation de nos règles », a déclaré Ylwa Pettersson, responsable de la politique de Twitter pour les pays nordiques et Israël, au Comité de la Knesset pour l’immigration, l’absorption et les affaires de la diaspora, par vidéoconférence.

Pettersson répondait à une question d’Arsen Ostrovsky, qui avait demandé pourquoi Twitter avait attaché une étiquette d’avertissement à un récent tweet du président américain Donald Trump, notant qu’il violait les règles de l’entreprise, alors que les nombreux tweets des dirigeants iraniens sur son souhait de voir Israël détruit sont restés sans réponse.

« J’ai trouvé [sa réponse] très révélatrice, et cela vous dit où se situent ces sociétés de médias sociaux : elles ne sont pas prêtes à évaluer les tweets de l’Ayatollah Khomeini mais elles sont prêtes à évaluer ceux du président Trump », a déclaré McEnany lors d’un point presse à la Maison-Blanche.

Depuis le mois de mai, un post-adolescent salarié de Twitter a commencé à ajouter des avertissements à certains des tweets du président américain – l’homme le plus puissant au monde – qualifiant certains d’entre eux de « non fondés » et avertissant les utilisateurs de vérifier les faits.

Et cela fait des années que Twitter est dénoncé pour son double standard, et peu importe qu’ils s’en rendent compte ou pas, puisque les dirigeants de Twitter ne font rien, soit par mauvaise foi, soit parce qu’ils ne voient que le mal qui les atteint dans leurs convictions. Ils laissent ainsi les dirigeants iraniens tweeter leur promesse de détruire Israël.SPONSORED CONTENT

« Israël est une tumeur cancéreuse maligne dans la région de l’Asie occidentale qui doit être enlevée et éradiquée », a déclaré le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, entre autres déclarations d’amour et de paix.

Malgré les demandes répétées des responsables israéliens, Twitter a ignoré les appels au retrait des tweets, les qualifiant de « commentaires sur l’actualité ».

« C’est vraiment épouvantable, et cela ne fait que souligner leur parti pris écrasant et aveuglant contre les conservateurs et contre ce président », a déclaré McEnany.

Pourquoi le compte du « guide suprême » ne doit pas être fermé

Suite à cela, de nombreux commentateurs ont demandé que le compte de Khamenei soit fermé. Ils font une grande erreur !

  1. Ce n’est pas la fermeture du compte de Khamenei qui va faire que du jour au lendemain, Twitter deviendra une entreprise honnête ! Ne leur servons pas sur un plateau ce prétexte dont ils se serviront ensuite pour clamer leur neutralité.
  2. Si le compte Twitter de Khamenei est fermé, comment saurons-nous quelles sont les intentions des fous de Dieu iraniens ? L’information n’est-elle pas cruciale, en période de conflit ? Ne faut-il pas à tout prix connaître les intentions de ceux qui veulent votre mort ? Les armées n’investissent-elles pas énormément de ressources pour espionner et connaître les pensées des ennemis du monde libre ?
  3. Si le compte de Khamenei était fermé, cela ne rendrait pas celui du président Trump plus ouvert : il ne pourrait toujours pas exprimer librement ce qu’il a à dire. 
  4. La solution, donc, n’est pas de fermer le compte des uns, mais de laisser libre le compte des autres.

    Le compte Twitter du président Trump, je le vois grossir à vu d’œil, au fur et à mesure que nous nous approchons de l’élection de novembre. Il croît d’environ 100 000 nouveaux abonnés tous les 3-4 jours.

La censure dont le président américain est victime alors que Khamenei ne l’est pas a une explication toute simple que vous devez garder en mémoire en permanence : tous les événements politiques qui se produisent lors d’une année électorale sont en rapport avec cette année électorale et les résultats que les acteurs des événements en attendent.

Censure: Facebook, Twitter et YouTube suppriment les vidéos des médecins qui soutiennent l’hydroxychloroquine


Censure: Facebook, Twitter et YouTube suppriment les vidéos des médecins qui soutiennent l’hydroxychloroquine

Facebook, Twitter et YouTube ont retiré les vidéos d’une conférence de presse tenue lundi par un groupe de médecins, en invoquant la violation de leur politique. Les membres de ce groupe, appelé « America’s Frontline Doctors » (docteurs américains en première ligne), s’étaient prononcés en faveur de l’hydroxychloroquine un médicament antipaludique, pour le traitement et la prévention du Covid-19, et ont affirmé qu’il y avait une désinformation généralisée sur ce médicament.

Lors de la conférence de presse devant la Cour suprême américaine à Washington, le groupe a également appelé à une « approche durable » de la pandémie du virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), en demandant instamment l’ouverture des écoles et des entreprises.

Facebook, Twitter et YouTube ont retiré la vidéo de 45 minutes de la conférence de presse plusieurs heures après qu’elle a été partagée sur les plateformes et visionnée par des millions de personnes, dont plus de 13 millions seulement sur Facebook.

Un porte-parole de Facebook a déclaré qu’il avait retiré la vidéo « parce qu’elle contenait de fausses informations sur les traitements et les remèdes contre le Covid-19 » et a déclaré à CNN qu’il montrerait à la place « des messages dans le fil d’actualité aux personnes qui ont réagi, commenté ou partagé des informations erronées nuisibles liées au Covid-19 que nous avons supprimées, les reliant à des mythes démystifiés par l’Organisation mondiale de la santé ».INTERESTING FOR YOU

Sur Twitter, le président Donald Trump avait partagé deux vidéos du sommet. Mais dès mardi matin, Twitter a retiré les vidéos. Twitter a également retiré une vidéo de la conférence de presse partagée par Breitbart News. Un porte-parole de Twitter a déclaré à CNN que les mesures prises étaient conformes à sa politique de « désinformation ».

YouTube a également retiré la vidéo de la conférence de presse, remplaçant les images par un message disant que le contenu avait été retiré pour « violation des lignes directrices de la communauté de YouTube ».

La conférence de presse faisait partie d’un sommet de deux jours que le groupe organise, appelé « Sommet des blouses blanches », au Capitole. Selon le site web du groupe récemment formé, l’objectif du sommet est, en partie, de « créer l’opportunité pour les médecins de première ligne de parler directement au peuple américain », et « d’éduquer et d’informer les membres du Congrès, qui ont également fait l’objet d’une désinformation généralisée ».

Lors de la conférence de presse, le Dr Stella Immanuel, médecin de soins primaires au Rehoboth Medical Center de Houston, Texas, a déclaré avoir traité plus de 350 patients avec le Covid-19 en utilisant une combinaison d’hydroxychloroquine (HCQ), de zinc et d’azithromycine, et a qualifié la combinaison de médicaments de « remède ».

« Au cours des derniers mois, après avoir pris en charge plus de 350 patients, nous n’en avons pas perdu un seul. Ni un diabétique, ni une personne souffrant d’hypertension, ni une personne asthmatique, ni une personne âgée. Nous n’avons pas perdu un seul patient », a-t-elle déclaré.

« Je suis venue ici à Washington D.C. pour dire qu’ ‘aux États-Unis, personne n’a besoin de mourir’ », a-t-elle ajouté.

Dr Immanuel, qui est également un ministre chrétien de la délivrance avec un compte YouTube actif montrant son travail dans les « ministères de la puissance du feu », a critiqué les études qui ont suggéré que l’hydroxychloroquine est inefficace dans le traitement du Covid-19, qualifiant ces études d’ « imposture scientifique » soutenue par des « entreprises pharmaceutiques mensongères ».

« Je veux savoir qui parraine cette étude. Je veux savoir qui est derrière tout ça parce que [si ce qu’ils disaient était vrai], il m’aurait été impossible de traiter 350 patients et plus : personne n’est mort et ils vont tous mieux », a-t-elle déclaré.

Elle a ensuite affirmé que « toute étude qui dit que l’hydroxychloroquine ne fonctionne pas est une imposture scientifique », ajoutant : « Je veux qu’ils me montrent en quoi cela ne fonctionne pas. »INTERESTING FOR YOU

« C’est ce que je dirais au sujet de toutes ces études, elles comportaient des doses élevées, elles ont été données à de mauvais patients. Je les appellerai des impostures scientifiques. […] Comment serait-ce possible que mes 350 patients soient tous vivants et qu’en même temps, quelqu’un puisse affirmer que cela ne fonctionne pas ? Je vous le dis à tous, toutes ces études sont une imposture scientifique », a-t-elle dit.

Dr Immanuel a également déclaré qu’elle utilisait elle-même de l’hydroxychloroquine, et que son personnel et d’autres médecins qu’elle connaît prenaient également ce médicament pour aider à prévenir le Covid-19. Elle a déclaré que « son mécanisme d’action lui permet de prendre effet tôt et d’agir en prophylaxie ».

Elle a également insisté pour que « tout le monde » prenne de l’hydroxychloroquine afin de rouvrir les écoles et les entreprises, et a ajouté que les gens « n’ont pas besoin de masque » lorsqu’il y a un « remède ».

Dr Immanuel insiste sur le fait qu’elle continuera à administrer le médicament aux patients affectés par le virus du PCC.

« J’ai reçu toutes sortes de menaces. […] Je m’en fiche. Je ne vais pas laisser les Américains mourir. Si c’est la raison pour laquelle je dois être clouée, je le serai. Je m’en fiche », a-t-elle dit. « Vous pouvez me dénoncer aux bots, vous pouvez me tuer, vous pouvez faire ce que vous voulez, mais je ne laisserai pas les Américains mourir. »

Elle a commenté les remarques des médecins qui lui ont dit que des études en double aveugle sont nécessaires :

« Quand quelqu’un est mort, il est mort. Ils ne reviendront pas demain pour faire valoir leur point de vue. Ils ne reviendront pas demain pour discuter de l’étude en double aveugle et des données », a-t-elle déclaré. « Vous tous, médecins qui attendez des données, si six mois plus tard vous découvrez que ces données montrent que ce médicament fonctionne, qu’en est-il de vos patients qui sont morts ? Vous voulez une étude en double aveugle où les gens meurent ? C’est contraire à l’éthique. »

En avril, la Food and Drug Administration (FDA) a averti les professionnels de la santé que le médicament ne devait pas être utilisé pour traiter le Covid-19 en dehors d’un hôpital ou d’un centre de recherche en raison d’effets secondaires parfois mortels, notamment des rythmes cardiaques anormaux ou la création d’un rythme cardiaque rapide. En juin, la FDA a mis fin à l’autorisation d’utilisation d’urgence de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine, étroitement liée, pour le traitement du Covid-19.

L’hydroxychloroquine et la chloroquine ont été approuvées il y a des décennies pour être utilisées contre des affections comme le paludisme. Elles ont été utilisées au début de la pandémie dans le traitement des patients atteints du virus du PCC, et des médecins du monde entier ont déclaré qu’elles étaient efficaces contre la maladie.

Le Dr Simone Gold, spécialiste de la médecine d’urgence basée à Los Angeles et fondatrice du groupe America’s Frontline Doctors, a déclaré lors de la conférence de presse de lundi que les médias en général n’ont pas couvert la « tonne » de données sur l’hydroxychloroquine. Elle a ajouté que le site web du groupe contient un recueil d’études relatives à ce médicament.

« La sécurité de l’HCQ est irréfutable », peut-on lire sur le site du groupe. « Les preuves de l’efficacité de la HCQ contre Covid-19 sont également écrasantes. Toutes les études négatives sur l’HCQ ont utilisé soit : trop [d’HCQ], l’ont utilisé seul (l’HCQ a besoin de Zinc), ou l’ont utilisé tard (l’HCQ devrait être pris tôt). »

Mme Gold a été une ardente défenseure de la réouverture du pays. En mai, elle a déclaré à l’Associated Press qu’elle avait commencé à s’exprimer contre les commandes de médicaments à domicile parce qu’il n’y avait « aucune base scientifique permettant à l’Américain moyen de s’inquiéter » du Covid-19. Elle a également dirigé une lettre ouverte au président Donald Trump en mai, qui mettait en garde contre les conséquences d’un confinement prolongé. La lettre a été signée par plus de 600 médecins.

Une vue de la Cinquième Avenue pendant la pandémie du virus du PCC à New York, le 14 avril 2020

Le Dr James Todaro, chercheur sur le Covid-19, a déclaré lors de la conférence de presse que l’hydroxychloroquine est un médicament en vente libre dans de nombreux pays et a affirmé qu’il y a eu une « attaque orchestrée » contre ce médicament.

« Quand avez-vous déjà entendu parler d’un médicament générant un tel degré de controverse ? Un médicament vieux de 65 ans qui figure depuis des années sur la liste des médicaments essentiels et sûrs de l’Organisation mondiale de la santé », a-t-il déclaré.

Le Dr Todaro, qui continue à partager des informations sur le médicament sur sa page Twitter, a déclaré que Google a retiré un article qu’il avait co-rédigé en mars dernier, qui présentai des preuves sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, et que depuis lors, il y a eu « une énorme censure » des médecins qui partagent des informations sur les succès potentiels du médicament.

Le Dr Todaro a également déclaré que la désinformation présumée sur la question « a atteint les plus hauts niveaux de la médecine » et a noté le cas d’une étude sur l’hydroxychloroquine en mai publiée dans The Lancet, qu’il appelle « l’une des revues médicales les plus prestigieuses au monde ». L’Organisation mondiale de la santé avait temporairement suspendu les essais du médicament en raison de cette étude, mais a repris son essai clinique au début du mois de juin.

« Ce sont des chercheurs indépendants comme nous, qui se soucient des patients et de la vérité, qui ont examiné cette étude et déterminé qu’il s’agissait en fait de données fabriquées de toutes pièces. Les données n’étaient pas réelles », a-t-il déclaré. « Et nous l’avons fait de manière si convaincante que cette étude a été rétractée par The Lancet moins de deux semaines après sa publication. C’est presque du jamais vu, surtout pour une étude de cette ampleur. »

POUR EN SAVOIR PLUS :

– Hydroxychloroquine Study Corrected After More Than 100 Scientists Question Findings (une étude sur l’hydroxychloroquine corrigée après que plus de 100 scientifiques ont remis en question les résultats)

– Major Hydroxychloroquine Study Retracted: ‘We Deeply Apologize’ (une importante étude sur l’hydroxychloroquine se rétracte : « Nous vous offrons nos plus sincères excuses. »)

« Je m’excuse auprès de tout le monde pour le fait qu’il y ait tant de désinformation et qu’il soit si difficile de trouver la vérité », a déclaré M. Todaro. « Et malheureusement, il va falloir chercher la vérité auprès de sources différentes. C’est pourquoi nous avons formé des médecins de première ligne ici pour essayer de faire circuler les vraies informations. »

D’importants essais cliniques aux États-Unis analysant l’efficacité et la sécurité de l’hydroxychloroquine sont en cours.

Les médecins appellent à la réouverture en tant qu’ « approche durable »

Le Dr Robert Hamilton, pédiatre de Santa Monica, en Californie, a demandé la réouverture des écoles. Il a déclaré lors de la conférence de presse que les enfants, « en règle générale, réagissent très, très bien face à ce virus », que peu sont infectés, et que ceux qui sont infectés « sont peu nombreux à avoir besoin d’hospitalisation ».

Il a également déclaré que les enfants ne sont pas responsables de la propagation du virus du PCC, et a demandé que les enfants soient renvoyés à l’école pour un apprentissage « en personne ».

« Nous devons normaliser la vie de nos enfants […] Nous le faisons en les faisant revenir en classe », a-t-il déclaré. « Oui, nous pouvons faire attention, je suis tout à fait d’accord, nous le sommes tous. Mais je pense que l’important, c’est que nous ne devons pas agir par peur. Nous devons agir en fonction de la science. »

Le Dr Hamilton a déclaré qu’il pense que les syndicats nationaux, y compris les syndicats d’enseignants, « vont demander de l’argent », ce qui constitue un obstacle pour les enfants qui retournent à l’école, ajoutant que « c’est là que nous devons concentrer nos efforts se défendre ».

« Je pense que c’est bien de donner de l’argent aux gens pour l’équipement de protection individuelle et d’autres choses en classe, mais certaines de leurs demandes sont vraiment ridicules », a-t-il déclaré, en notant que le syndicat des enseignants de Los Angeles veut couper le salaire de la police.

Le Dr Dan Erickson, copropriétaire d’Accelerated Urgent Care, un réseau d’établissements de soins d’urgence en Californie, a appelé la nation à ouvrir les écoles et les entreprises.

« Nous pouvons nous distancer socialement et porter des masques, mais nous pouvons aussi ouvrir les écoles et les entreprises », a déclaré Dr Erickson.

« Nous devons adopter une approche durable. Une approche durable, c’est ralentir les choses, ouvrir les écoles, ouvrir les entreprises. Et ensuite, nous pouvons permettre aux gens d’avoir leur indépendance et leur responsabilité personnelle de choisir de porter des masques et de prendre de la distance avec la société, au lieu de leur imposer des décrets, en quelque sorte pour les contrôler », a-t-il déclaré.

Lors du sommet, faisant référence au virus du PCC, Dr Erickson a déclaré aux participants que « 99,8 % des gens s’en sortent avec peu ou pas de maladie évolutive ou significative ».

POUR EN SAVOIR PLUS :

– CDC Releases Guidelines Strongly in Favor of School Reopenings (les CDC publient des directives fortement favorables à la réouverture des écoles)

– Trump Warns Against Permanent Shutdowns, Urges Reopening of Schools (Trump met en garde contre les fermetures définitives et demande la réouverture des écoles)

Source: Epoch Times


Des survivants de l’Holocauste demandent à Facebook
le retrait de contenus négationnistes

Aux Etats-Unis, révisionnisme et négationnisme ne sont pas interdits par la loi. 

« Quand des gens disent en ligne que l’Holocauste n’a jamais eu lieu, ils disent que mon père, ma sœur et soixante membres de ma famille n’ont pas été assassinés par les nazis. » Des survivants de l’Holocauste ont demandé à Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, de retirer du réseau social les contenus négationnistes.

Neuf rescapés témoignent dans la vidéo mise en ligne sur le plus grand réseau social du monde, dont Eva Schloss, demi-sœur d’Anne Frank, aujourd’hui âgée de 91 ans. La vidéo a été réalisée en partenariat avec la Claims Conference, organisation créée en 1951 notamment pour œuvrer à la récupération de biens spoliés. « Ceux qui disent que l’Holocauste n’a pas existé me traitent de menteur », résume Sidney Zoltak, qui a échappé aux camps en se cachant dans des villages en Pologne.

Dans un document publié début juillet, l’organisation de lutte contre l’antisémitisme Anti Defamation League (ADL) a donné plusieurs exemples de groupes Facebook au sein desquels des usagers mettaient ouvertement en doute l’existence de l’Holocauste ou son étendue. Parmi eux le groupe CODOH ou « comité pour un débat ouvert sur l’Holocauste », où étaient encore visibles mercredi des messages niant que le génocide des juifs d’Europe a bien eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale.

Aux Etats-Unis, le négationnisme n’est pas interdit

Aux Etats-Unis, révisionnisme et négationnisme ne sont pas interdits par la loi et la jurisprudence tend à les placer sous la protection du premier amendement de la Constitution, qui garantit la liberté d’expression. Dans de nombreux Etats européens, en revanche, des propos révisionnistes ou négationnistes sont passibles de poursuites pénales.

En juillet 2018, Mark Zuckerberg, qui est lui-même juif, avait expliqué qu’il ne voulait pas supprimer les messages négationnistes de Facebook. Sollicité par l’AFP, Facebook a indiqué qu’il supprimait tout contenu qui « défendait » l’Holocauste, « essayait de le justifier », « accusait les victimes de mentir » ou incitait à la haine ou la violence contre les juifs. Mais la plateforme ne retire pas du contenu « uniquement parce qu’il est faux », a précisé un porte-parole, et ne supprime donc pas les contenus négationnistes, même si elle cherche à en limiter la propagation sur la plateforme.

Des jeunes femmes refoulées de supermarchés en raison de leur tenue “trop dénudée” ou “provocante”

L’une d’elle s’est vue refuser l’entrée d’un magasin Leclerc pour une tenue de sport, l’autre d’une enseigne Géant Casino pour un décolleté. 

A l’heure où les femmes voilées militent pour le burkini, d’autres sont refoulées pour des tenues jugées trop provocantes. Ces derniers jours, deux jeunes femmes ont partagé, sur les réseaux sociaux ou dans les médias, des expériences humiliantes liées à la façon dont elles étaient habillées. L’une d’elle a affirmé sur TikTok avoir été refoulée d’un supermarché Leclerc à cause de sa tenue de sport, l’autre d’une enseigne Géant Casino pour un décolleté jugé trop provoquant par le vigile, rapporte le quotidien régional Var-Matin

« Je suis choquée, outrée »

La première jeune femme, prénommé Agathe, a partagé cette situation ubuesque sur le réseau social TikTok. « Je voulais faire mes courses au Leclerc », explique-t-elle face caméra. « Je suis interdit de rentrer parce qu’apparemment c’est une tenue provocante », poursuit la jeune femme, en montrant ses vêtements, une brassière qui s’arrête au-dessus du ventre et un pantalon legging moulant. « Je suis choquée, outrée, j’ai envie de tout casser. Une tenue de sport et brassière est jugée provocante », s’est-elle indignée en commentaire. Sur le réseau social chinois, la vidéo de la jeune femme a déjà été « aimée » plus de 500 000 fois, provoquant des commentaires choqués et compatissants.

« Jamais sentie aussi humiliée »

La seconde jeune femme, prénommée Marion, a raconté son expérience au quotidien Var-Matin. Âgée de 25 ans, elle est allée acheter des couches pour son bébé, vendredi 31 juillet, dans un Géant Casino de Six-Fours (Var). A son arrivée, le vigile lui a refusée l’entrée, lui expliquant qu’elle était « trop dénudée ». En cause, un simple décolleté. « J’étais habillée correctement ! J’avais passé vite fait une jupe en coton et un bustier, avec juste un petit trou [entre les seins, NDLR] », déplore-t-elle auprès du quotidien. La responsable du magasin a même donné raison à l’agent de sécurité. « Ils m’ont fait passer pour une moins que rien, devant tout le monde ! J’avais beau me défendre, ils ne voulaient rien entendre ! », s’indigne-t-elle, expliquant qu’elle ne s’était « jamais sentie autant humiliée ». La jeune femme a porté plainte et Géant Casino s’est « confondu en excuses ». L’enseigne lui a proposé un bon d’achat qu’elle a refusé. 

Avant nous avions les cathos pour humilier le corps des femmes en imposant leurs fantasmes… maintenant c’est pire, nous avons les vigiles musulmans qui désignent les femmes haram, impures.

Le comble c’est que nous avions trop d’arabes et de noirs qui volaient… du coup les commerçants ont dû se créer des frais supplémentaires lourds à gérer en embauchant comme vigile, des noirs et des arabes !

TENUE CORRECTE POUR ISLAMISTES MAIS PAS POUR LA FRANCE

Ils sont malades, à la Rep ? Un article avec le nom de la racaille et son palmarès !

Ils sont malades, à la Rep ? Un article avec le nom de la racaille et son palmarès !

Que se passe-t-il dans la presse régionale ?

Dans les journaux locaux, on voit de plus en plus d’articles – oh, c’est très loin d’être tous les articles, mais c’est déjà ça !- écrits par des journalistes qui, de temps en temps, disent la vérité des faits.

C’est le cas de ce qui va suivre, paru dans la République du Centre.

Le prénom de la racaille est cité, et par conséquent son origine ethnique : « Faguimba.« 
Ses actes ne sont pas minimisés : « violent coup de boule « .
Il n’est pas présenté comme un gentil garçon qui porte les cabas des vieux : simplement « trois mentions au casier judiciaire « .
L’ autre racaille qui l’accompagne est qualifiée de : « son acolyte « et non de  » autre jeune « .

Pas vraiment sympa pour les racailles, tout ça.
On n’avait pas l’habitude…

Voilà donc, pour une fois, un article que l’on n’a pas même pas besoin de traduire pour comprendre la réalité de ce qui s’est passé et du coupable.

Un article qui dit enfin ce que les Français voient et endurent tous les jours : 
Le jihad quotidien…

Bravo la Rep’ ! ( pour cette fois )


Extraits : 

 »  Mardi 4 août, en tout début d’après-midi, dans le tram, un Orléanais d’un certain âge s’est vu refuser le siège sur lequel un autre passager avait les pieds posés. 

L’affaire, jugée ce jeudi au tribunal correctionnel d’Orléans, débute à ce moment-là. 

Sur les trois mentions figurant au casier de Faguimba, avant son jugement en comparution immédiate, ce jeudi après-midi, deux trouvent déjà leur origine dans les transports en commun.

Les faits remontent à ce mardi après-midi. 
Un vieil homme, la victime, désire s’asseoir dans le tram. 
Il y aurait en théorie de la place en face de Faguimba et de son acolyte, si ceux-ci n’avaient pas les pieds posés sur la banquette. 

La victime, qui ne se démonte pas, leur demande de les retirer. 
Ils refusent. Faguimba se serait même fendu – entre autres – d’un élégant « j’m’en bats les couilles », avant de s’essuyer les savates sur les sièges. 
Le senior est ensuite insulté, avant qu’une femme n’intervienne pour tenter de calmer le jeu. Elle fait elle-même l’objet d’innommables grossièretés. 
 
À sa descente du tram, station De-Gaulle, le vieil homme va se retrouver nez à nez avec Faguimba.
Celui-ci lui assène un violent coup de boule. L’aîné s’effondre net en arrière. Inconscient un bref instant, blessé à la bouche, aux dents, aux cervicales…  

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

.

Cultura a répondu à un commentaire de l’une de ses clientes concernant l’écriture inclusive. Mais la polémique a enflé sur les réseaux.

La marque de grande distribution spécialisée dans les loisirs culturels n’aurait jamais dû supprimer son tweet… Le 2 août dernier, une internaute et visiblement cliente de Cultura, se plaignait d’avoir reçu un e-mail de l’entreprise en écriture inclusive. Mais la réponse de la société – via un community manager – est des plus étonnantes. Elle a fait réagir les utilisateurs du réseau social, comme le relaye RT France le 4 août. En effet, le message est surprenant : « Bonjour Oreliane, l’écriture inclusive est née de la volonté de faire changer les mentalités sur l’égalité homme/femme par le langage. Si cela est un soucis pour vous, nous ne vous retenons pas. Très bonne continuation », a écrit le compte de l’enseigne le 3 août à 10h47.

Cultura supprime le post, grave erreur… 

Face à la polémique qui enfle, Cultura a rapidement supprimé ce post… s’offrant à bras ouverts à Fallait pas Supprimer. Le compte Twitter s’est directement adressé à la marque : « Pourquoi ne pas assumer votre tweet sur l’écriture inclusive en le supprimant ? Vous n’aviez vraiment jamais entendu parler de nous ? » SUR LE MÊME SUJETLaxisme sécuritaire, “état d’urgence climatique”, écriture inclusive : le sens des priorités surréaliste des maires écologistes

Sur Twitter, beaucoup d’internautes ont réagi face à l’initiative de Cultura. Le maire de Béziers, Robert Ménard (RN) a condamné les douteux propos de la chaîne : « Cultura, comme de nombreuses entreprises, s’agenouille devant le politiquement correct le plus stupide. Il ne faut pas céder à ces injonctions. J’espère sincèrement que Cultura fera machine arrière et reprendra ses esprits ! »

Comme le relate RT France, Cultura a donc fait face à une vague d’indignations sur les réseaux sociaux. Certains ont ironisé la situation en disant : « Oh zut Cultura, un client en moins », et en rappelant « l’article 2 de la Constitution : « La langue de la République est le français”». D’autres ont été plus fermes : « Tout d’abord, sachez que souci s’écrit sans « s ». Au temps pour la « cultura ». Ensuite, tant sur le fond que sur la forme, j’ai pris bonne note de la vision du monde que véhicule votre entreprise. Je ne mettrai donc plus les pieds chez vous. » 

L’écriture inclusive est de plus en plus utilisée par les entreprises et les politiques, “symbole” d’égalité femmes-hommes. Sauf que les nombreux points placés au milieu des mots s’avèrent être de nombreux d’obstacles. Le décryptage serait encore plus compliqué, notamment pour les non-voyants qui utilisent des synthèses vocales (grâce auxquelles les textes écrits sont transposés oralement par une voix synthétique), mais aussi pour les personnes dyslexiques ou ayant un handicap cognitif. Le nouveau maire écologiste de Lyon avait d’ailleurs été pointé du doigt à ce sujet. Grégory Doucet s’est dit « convaincu de son utilité ». Ainsi, les articles du site de la ville s’adressent par exemple désormais aux « Lyonnais·e·s » et on y évoque « les conseiller·ère·s municipaux·ales et les conseiller·ère·s des 9 arrondissements. » Une contrainte de plus pour lire ses propos… 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !