ARNAQUES

Fraude sécu : 84 millions d’inscrits pour 67 millions d’habitants, 3 millions de centenaires !

Le nouveau pré-rapport  parlementaire sur la fraude sociale est un document explosif, tant les chiffres dépassent l’entendement. Mais avant de s’y pencher  en détail, il convient de faire un long retour en arrière..La France représente 1 % de la population mondiale et 15 % des dépenses sociales. 750 milliards, une manne inépuisable pour les fraudeurs..Il en est de la fraude sociale comme du coût réel de l’immigration ou du véritable nombre de musulmans en France, ou encore du lien insécurité-immigration. Un sujet tabou qui, dès qu’il est dénoncé par la réinfosphère, est aussitôt enterré par le gouvernement et la presse bien-pensante.. Le coup de l’immigration c’est quatre fois ce que ça nous rapporte… soit une perte d’environ de 20 milliards par an… sans compter sur la déstabilisation du tissu social qui subit un tsunami et qui rend malade des millions de français n’ayant pas le confort des bobos ! Et le nombre de musulmans est proche des vingt millions vu les fraudes à l’accouchement avec la complicité du monde médical généreux avec l’argent des cotisations. Certaines villes de France sont devenues un refuge musulman… avec des marchés ou l’on se crois au souk de Marrakech ! Le grand remplacement est déjà terminé !

Dès qu’un scandale éclate au grand jour, le lobby immigrationniste démine le terrain en catastrophe et s’empresse de transformer des vérités incontestables en fake news issues de la fachosphère. Du grand classique..Car ce qui gêne la bobosphère immigrationniste, c’est bien entendu la fraude sociale d’origine immigrée. Or, celle-ci est massive et dure depuis des lustres..Ce ne sont pas les natives qui accouchent trois  fois par an avec la même carte Vitale. Ce sont des étrangères venues accoucher en France pour bénéficier du droit du sol et de la manne sociale qui l’accompagne..Ce ne sont pas des centenaires français qui sont immortels et bénéficient d’une retraite éternelle, qui profite aux enfants et petits-enfants. En Afrique, il n’y a pas d’état civil, donc aucun avis de décès à attendre..La Cnav verse ainsi 4 milliards à des retraités vivant à l’étranger et n’exige aucune preuve de vie de la part des bénéficiaires. C’est ainsi qu’un centenaire algérien de 117 ans percevait encore sa retraite !.Ce ne sont pas des Français de souche qui monnaient des fausses reconnaissances de paternité. On a vu le cas d’un fraudeur qui a reconnu 70 enfants étrangers !.C’est d’ailleurs un réseau ukrainien qui a monté une vaste escroquerie aux allocations familiales..Et que dire des milliers de polygames qui vivent des largesses sociales de la République. On connaît le cas de ce célèbre Malien polygame de Bobigny, ex-technicien de surface, payé comme un PDG avec ses 4 femmes et ses 46 gamins !! Une seule femme légitime pour l’administration et donc trois fausses mères isolées avec prestations sociales majorées….Ce Malien totalement à charge est un modèle de réussite pour toute l’Afrique de l’Ouest qui rêve de notre Eldorado social..Faux documents d’identité pour percevoir plusieurs RSA, faux bulletins de salaires pour majorer l’allocation chômage, faillites frauduleuses pour percevoir les salaires des AGS, enfants fictifs et fraude aux allocations familiales, mariages blancs pour acquérir la nationalité française, faux bulletins de maladie. La fraude est colossale..La famille Traoré qui insulte les français, c’est quatre mères et 17 enfants à qui il est impossible de donner une éducation… en plus ces gens sont illettrés. Ce qui constitue une escroquerie mentale de leur demander de s’intégrer alors qu’analphabètes ils n’ont aucune idée de ce que veux dire, intégrer ! Par contres les associations payées par nos impôts font commerce de ce trafic et donc sont enclin à protéger leur fond de commerce et sont guéris pour fournir tous les papiers à leurs cousins… car une bonne partie d’algérien s’est infiltré dans notre administration et fourni tous les papiers, même des faux… La Cour des comptes l’évalue entre 20 et 25 milliards..

Petit rappel.On se souvient qu’en 2010, Rolande Ruellan, dans un rapport de la Cour des comptes, s’étonnait de « l’étonnante longévité des ressortissants algériens bénéficiant d’une retraite en Algérie, le nombre de pensionnés centenaires, selon les chiffres de la direction de la sécurité sociale, étant supérieur au nombre de centenaires recensés par le système statistique algérien. ».Cette bombe fut aussitôt désamorcée par nos ayatollahs de la bien-pensance..Mais dans son rapport du 20 septembre 2017, chapitre XIII, la Cour des comptes reconnaît que « 53 000 bénéficiaires inconnus touchent une retraite française dans un pays à l’étranger, alors qu’ils n’y ont pas droit… ou qu’ils sont morts ! Comme ce faux bénéficiaire de 117 ans en Algérie, qui, s’il existait, serait le doyen de l’humanité… ».D’ailleurs, en Algérie, les retraités de la Cnav ont une espérance de vie supérieure de 18 % (à 60 ans) et de 36 % (à 95 ans), par rapport à la moyenne nationale !!! La bobosphère va sans doute nous dire que c’est dû à la douceur du climat, après une dure vie de travail en France… Alors que c’est le contraire car les circoncis on une santé fragile et meurent plus vite que les intacts en accord avec la nature. .Plus récemment, c’est le magistrat Charles Prats, spécialiste de la fraude fiscale, qui dénonçait une fraude de 14 à 20 milliards avec 1,8 millions de faux assurés sociaux.Une bombe curieusement désamorcée par le Sénat, lequel avait ramené la fraude à quelques centaines de millions ! Mais aujourd’hui la sénatrice UDI Nathalie Goulet et la députée LREM Carole Grandjean nous livrent un premier jet de leur enquête qui dépasse de très loin tout ce qui avait été annoncé précédemment par les donneurs d’alerte..Le coût global de la fraude n’est pas encore chiffré mais l’enquête continue..Ce qu’on sait déjà :.Il y a 110 millions de personnes inscrites au Répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP), qui ouvre accès aux prestations sociales..26 millions sont officiellement décédées. Restent 84 millions de bénéficiaires pour 67 millions d’habitants ! Soit 17 millions de fraudeurs potentiels !.Il y a sur ce fichier 14,7 millions de centenaires !! Dont 3,1 millions réputés vivants. Problème : on recense en France 21 000 centenaires en 2016 ( Insee ) !.Sur les 110 millions de personnes inscrites au RNIPP, 89 millions nées en France relèvent de l’Insee et 21 millions nées à l’étranger relèvent de la Cnav..Donc 81 % relevant de l’Insee et 19 % relevant de la Cnav..Mais  on constate que dans le fichier géré par la Cnav, on vit plus longtemps !!Sur les 84 millions de personnes réputées en vie, 65 millions relèvent de l’Insee et 19 millions relèvent de la Cnav..Donc 77 % relevant de l’Insee et 23 % relevant de la Cnav !!.Et pour les centenaires, c’est bien pire !.Sur les 3,1 millions de centenaires réputés en vie, 1,5 million relève de l’Insee et 1,6 relève de la Cnav..Ce qui prouve bien qu’à l’étranger les centenaires sont éternels..Car si la France paie des retraites à des légions de centenaires immortels, il faut savoir qu’il n’y a que 350 000 centenaires dans le monde !.Par conséquent, la fraude doit se mesurer en dizaines de milliards. On attend le bilan chiffré dans les semaines qui viennent..Conclusion :.Comme le dit André Bercoff : « Après avoir fait voter les morts, maintenant, on les soigne »..Sur 84 millions d’inscrits au fichier RNIPP donnant droit au prestations sociales, 17 millions n’ont aucun droit ou sont morts depuis des lustres..Sur 3,1 millions de centenaires déclarés vivants, l’immense majorité n’a aucun droit puisqu’il n’y a que 21 000 centenaires en France et seulement 350 000 dans le monde !.La France est le paradis social de tous les fraudeurs. Il n’y a aucune volonté de croiser les fichiers, aucune volonté d’exiger des preuves de vie ou d’identité..La seule volonté des gouvernements successifs a été de nier la fraude en dénonçant les fake news de la « fachosphère »..Espérons que pour une fois, cette mission parlementaire affichera la transparence qu’exige toute démocratie en matière de dépenses publiques..Les moyens de lutter contre les fraudeurs existent. Mais le politiquement correct s’y oppose depuis toujours. Il est temps de briser ce tabou devenu insupportable avec nos 2 400 milliards de dettes..La balle est dans le camp de Nathalie Goulet et de la députée LREM Carole Grandjean. Qu’elles mènent leur enquête avec toute l’éthique qu’on attend d’une mission parlementaire, à commencer par le droit à la vérité..

REACTIONS FRANÇAISES ; Mais ces chiffres , on les connait depuis longtemps, le nombre de rapports reçus par emails depuis 10 années avec ces chiffres qui sont certainement encore en dessous de la réalité mais ces chiffres à l’époque étaient considérés comme des  » FAKE NEWS  » provenant des  » fachos  » par ces mêmes bobos dont ces 2 pétasses parlementaires qui viennent de découvrir  » l’eau chaude  » !!! et il leurs a fallu tout ce temps là pour découvrir ce que tout le monde savait déjà ça dépasse l’entendement. Toutes ces fraudes, exactions sont ignorées par le gouvernement nous ne pouvons que compter sur nous même. Le suzerain ne fait pas son travail, donc nous, vassaux sommes obligés de le faire à sa place face à sa propre carence. La Suisse et l’Allemagne ont employé de nombreux travailleurs étrangers dans le passé. Ceux-ci touchent évidemment une retraite qui leur est versée. Par contre, chaque retraité vivant à l’étranger doit se présenter physiquement chaque année à l’ambassade du pays payeur (et non produire un certificat de vie souvent bidon). A défaut, le virement est supprimé. C’est aussi simple que cela. On nous compare toujours avec l’Allemagne (quand ça nous arrange), pourquoi ne pas mettre en place cette mesure ? Pendant ce temps, on continue à être plumé!!! Pauvre France, tout fou le camp… Les foutre tous et toutes dehors « muzz et africains et leurs niards » ainsi que leurs compères de gauche indispensable, incontournable ! Les gauchistes pourront ainsi participer à métisser l’Afrique de leur patrimoine de dégénérés incultes et anti Français! Plus de CAF, d’allocations logements, d’aides diverses et avariés récoltés en rançonnant les producteurs de richesses les blancs besogneux payés avec un SMIC de misère après s’être fait craché à la gueule par le catin république « universelle…sauf pour payer » et ainsi entretenir toute l’afrique et ses oisifs prolifiques et bidouilleurs chronique! Les gouvernements sont aux petits soins concernant les étrangers… Ils les aiment et les chouchoutent tous ces profiteurs et Macron trouve que les français sont beaucoup trop gâtés. Quand on distribue une carte vitale et demie par habitant et plusieurs identités à la même personne ,on ne risque pas de désengorger les hôpitaux . Et qu’est-ce qu’ils en disent les urgentistes ? Justement rien. Ce n’est pas d’aujourd’hui que des musulmans morts touchent encore la retraite , il y a des année , déjà des personnes en avaient parler et voulaient faire une enquête , ( mais vite mis au placard ) car cela dérange les politiques , je pense quand même qu’il faudrait en arrivé là car il y a de plus en plus de fraudes , tout comme ceux qui touchent plus de 800 Euros sans avoir travaillé en France , alors que nous avons des retraités qui ont travailler toute leurs vie et qui ne touche pas ces 800 Euros, donnés gracieusement par Macron , ou est l’égalité , dans tous ça ?

REACTIONS ; Avec un système similaire des femmes ce sont fait avoir sur le site de rencontre gratuit je contacte, une dame de Marquise a déboursé six mille euros avec ces coupons acheté dans les bureaux de tabac, ils envoient une belle photo de leur gueule, et un cheque qui a été refusé par la banque la gendarmerie ne peux rien faire, ces africains on les appellent les brouteurs.
J’habite en Amérique du nord et la CNAV nous emmerde tous les dix mois pour avoir un certificat d’existence. Il faut effectivement l’envoyer par la poste avec tous les risques liés. Même en recommandé ça foire parfois ! Je ne comprends pas que l’Administration n’utIlise pas l’internet.
Quant à la carte vitale, cette abrutie de Bouzyne nous l’a sucrée au motif qu’il faut avoir travaillé quinze ans en France. La prochaine fois je veux naître bronzé.
L’immigration invasion coûte aux Français avérés c’est à dire aux blancs 130 milliards par ans!!! La France ruiné par la république doit être dénoncée comme telle! La guerre civile ethnique qui vient reste inéluctable et est d’ailleurs planifiée par les GVT européen!!! Et je m’en passerai bien croyez moi, mais rien ne sert de se voiler la face, car il faut toujours anticiper en politique ! Pour en arriver là, est-ce que dans les hauteurs bureaucratiques de ces organismes il n’y aurait pas eu de corruption en récompense des magouilles bien organisées.? « La Cnav verse ainsi 4 milliards à des retraités vivant à l’étranger et n’exige aucune preuve de vie de la part des bénéficiaires »
Vous avez tort. Je suis moi-meme une de ces bénéficiaires vivant en Amérique depuis quelques ans et la CNAV me bombarde tous les 10 mois (même pas tous les ans) avec une exigence de prouver que je suis toujours vivante. Cela nécessite que je traverse la moitié de la ville oü j’habite pour voir le Consul de France pour qu’il puisse remplir cette « attestation de vie » que je dois ensuite mettre à la poste — un moyen de communication plutot archaique de nos jours. Une année ma lettre s’est perdue dans la poste et j’ai eu énormément de mal de me réintegrer dans le système. Donc, je ne pense pas que c’est aussi facile que vous decrivez de tromper la Cnav.

L'État laisse-t-il passer des milliards d'euros de fraude aux prestations sociales ?

Le chiffre de 14 milliards d’euros est avancé par Charles Prats. Le déficit budgétaire de l’État s’établissant à 67,8 milliards d’euros en 2017, la fraude représentait à elle seule 20 % du trou budgétaire annuel. 
Amis Gilets jaunes, les caisses sont vides car vos impôts sont engloutis dans l’accueil des migrants et dilapidés dans la gigantesque fraude sociale que Macron refuse de combattre. Voici deux exemples révoltants sur lesquels l’omerta est la règle. Le scandale des MNA et la fraude aux cartes Vitale.
1 ) En 2018, la France a accueilli 40 000 mineurs isolés dont 60 % sont des fraudeurs majeurs selon le Sénat. Coût annuel = 2,5 milliards dont 1,5 milliard de fraude (toutes dépenses confondues, structures d’accueil, répartition des mineurs, accès à l’emploi des jeunes majeurs, etc.). Que fait Macron ? Il refuse de pratiquer les tests osseux qui permettent de détecter les fraudeurs. En 2019, on attend entre 50 000 et 60 000 MNA ! La facture va donc exploser et saigner un peu plus le contribuable.

2 ) La fraude colossale aux fausses carte Vitale refait surface. Mais le gouvernement botte en touche malgré l’ampleur du désastre financier. Cette fraude n’est pas nouvelle puisque Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, annonçait déjà en 2004 qu’il y avait 10 millions de fausses cartes Vitale en circulation ! Mais cette fois, c’est le magistrat Charles Prats et le sénateur UDI Nathalie Goulet qui reviennent sur la fraude détectée dès 2011

Une étude menée par le ministère des Finances et l’Insee avait conclu que sur les 18 millions de numéros SS attribués à des bénéficiaires nés à l’étranger, 1,8 million relevaient d’une fraude aux faux documents (faux certificats de naissance).
Selon Charles Prats, 80 % des faux documents sont d’origine algérienne, marocaine, congolaise et malienne. Il estime que la fraude pourrait atteindre aujourd’hui les 20 milliards d’euros par an ! Rappelons que Charles Prats n’est pas le neuneu de service en plein délire. Il sait de quoi il parle, malgré les dénégations qui fusent de tous côtés pour étouffer le scandale au moment où l’État fait les fonds de tiroir pour calmer les GJ. Ex-magistrat de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) au ministère du Budget, ancien juge d’instruction, ancien inspecteur des douanes à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED). Toujours magistrat du siège (dans une cour d’appel), toujours membre du conseil scientifique du CSFRS (le Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique).

Et de citer le cas de cet Algérien, en situation régulière  en France, qui a obtenu une fausse carte Vitale supplémentaire et a perçu 32 000 euros de prestations sociales indues. Il faut savoir que 400 000 étrangers entrent dans notre système social chaque année. En 2018, 500 000 ont fait une demande.
Générosité de renommée planétaire et absence de contrôle encouragent toute la misère du monde à venir profiter de la manne sociale sans travailler. En 2016, on dénombrait 68,7 millions de bénéficiaires de la SS et les caisses couvraient 72,3 millions de personnes… pour une population de 66,6 millions de Français !

Aujourd’hui, 21 millions des inscrits à la SS sont nés à l’étranger. Et le ministre de la santé, Agnès Buzyn, nous dit que les 14 milliards de la fraude annuelle dénoncée par Charles Prats sont une « fake news ». Réponse aussi fantaisiste que désinvolte car le sénateur Nathalie Goulet, qui a demandé une commission d’enquête depuis des lustres, a toujours été débouté. Tout va bien. En 2016, ce sont seulement 500 dossiers irréguliers qui auraient été rayés sur 1,8 million de fraudeurs ! À comparer aux 14 milliards de fraude.

Et pour couronner le tout, le Conseil constitutionnel s’est mis de la partie pour encourager la fraude ! Depuis 2013, les fraudeurs ne sont plus des escrocs risquant 5 ans de prison et 375 000 euros d’amende, comme le prévoyait le Code pénal. Ils écoperont d’une simple amende de 5 000 euros ! Fraudeurs de tous les pays, la France généreuse vous tend les bras. Venez nombreux. Quant aux Gilets jaunes, ils peuvent bien crever avec leur drapeau français à la main et leur Marseillaise chantée sur les ronds-points. Macron ne veut rien voir de la détresse de ces lépreux populistes et de la fracture identitaire qui va tout emporter.

Comme le dit Obertone : « L’immigration est le gigantesque angle mort d’un empire à la dérive, de ses problèmes sociaux, de sa stagnation économique, de son malaise identitaire. » La crise des Gilets jaunes n’est qu’un léger soubresaut à côté de la déflagration qui va emporter le pays dans quelques années. Appauvrissement généralisé et fracture identitaire vont balayer 2 000 ans d’Histoire et 1 500 ans de chrétienté parce que les mondialistes en ont décidé ainsi et parce que le peuple anesthésié refuse toujours de voter RN, le seul parti qui ne soit pas responsable du désastre actuel puisqu’il n’a jamais gouverné.

Plus de 2 millions d’immigrés
profitent illégalement de notre Sécu !

Résultat de recherche d'images pour "photo fraude secu"

.Non, messieurs les sénateurs, la fraude sociale n’est pas de quelques centaines de millions d’euros, elle dépasse largement les 20 milliards et atteint 1 point de PIB ! C’est presque autant que la croissance annuelle !.C’est 14 milliards de fraude sociale d’origine étrangère estimés par  le magistrat Charles Prats et la sénatrice UDI Nathalie Goulet..En 2011, une investigation du service des fraudes de Bercy avait abouti à la conclusion que 10,4 % des immatriculations SS attribuées à des personnes nées à l’étranger étaient établies sur la base de faux documents. Soit 1,8 millions de faux NIR..Et sur une dépense moyenne de 8 000 euros par an, on dépassait les 14 milliards de fraude annuelle. Chiffres de 2011..Fourchette basse, car Charles Prats citait le cas de cet Algérien qui s’était fabriqué une identité irakienne pour percevoir les allocations logement et handicapé. Gain : 32 000 euros en 2 ans et demi.. Bien entendu, la bobosphère s’empressa de démentir et de faire de cette information gravissime une fakenew, qui ne pouvait que « faire le jeu du RN », selon la ministre de la Santé ! Il est vrai que la délinquance d’origine immigrée s’accommode mal de la pensée politiquement correcte… Mettre la poussière sous le tapis, c’est un art dans lequel le gouvernement et ses valets excellent..Mais un rapport du Sénat paru le 5 juin 2019, loin de répondre aux interrogations et de minimiser la fraude, ne fait au contraire qu’amplifier les interrogations..Les sénateurs se seraient-ils pris les pieds dans le tapis ? Oui !..Ce rapport évalue la fraude aux numéros de la sécu à 200 800 millions d’euros, très loin des 14 milliards dénoncés par Charles Prats en décembre 2018 suite à l’étude de 2011..Charles Prats est évidemment en complet désaccord avec ces chiffres du Sénat, totalement déconnectés de la réalité..Mais Édouard Philippe ayant confié une mission sur la fraude aux prestations sociales à la sénatrice Nathalie Goulet, on peut espérer un peu de clarté et de vérité sur ce scandale à plusieurs milliards d’euros chaque année..Dans l’immédiat, l’information majeure, c’est que le nombre de numéros de sécurité sociale (NIR) attribués à des personnes nées à l’étranger est enfin connu..Il y aurait 11 853 000 de NIR  « actifs », attribués à des personnes nées à l’étranger sur un stock global de 21 017 718 NIR..En clair, environ 12 millions de personnes nées à l’étranger perçoivent des prestations sociales en France..Or, selon l’Insee, le dernier recensement donne 7,9 millions d’étrangers résidant en France, auxquels il faut ajouter 1,1 million de retraités repartis dans leur pays..Cela donne 9 millions de NIR réguliers. À ce chiffre on ajoute 500 000 personnes des collectivités outre-mer immatriculées selon le même principe que les personnes nées à l’étranger..Donc, total des NIR « actifs » de personnes nées à l’étranger = 9,5 millions..Or le rapport sénatorial en donne 2, 35 millions de plus !!.Il y a donc en France 2,35 millions d’individus, ou plutôt d’identités fictives créées dans le seul but de percevoir illégalement des prestations sociales. La plupart des faux documents sont d’origine maghrébine et africaine, selon Charles Prats..La fraude est donc gigantesque puisqu’elle concerne 5 % des numéros de SS actifs de l’ensemble de la population, qui bénéficie d’un budget social de 720 milliards d’euros pour 2018. Le potentiel de fraude est donc colossal..En évaluant initialement le nombre de faux NIR à 1,8 million, Charles Prats avait chiffré la fourchette haute de la fraude à 14 milliards, sur la base d’une dépense moyenne de 8 000 euros par personne, chiffres de 2011..Sur la base d’une dépense de 10 000 euros par personne, chiffre certainement minimisé, la fraude atteindrait donc aujourd’hui 23,5 milliards..Cela représente 70 % du budget Défense.C’est le 1/3 de l’impôt sur le revenu et c’est  8 % des recettes fiscales de l’État !.Sans cette fraude aussi gigantesque que scandaleuse, parce que négligée par l’État et pour ne pas « faire le jeu du RN », la baisse de l’impôt sur le revenu serait de 30 % par foyer fiscal..Ce pays est littéralement à l’abandon, totalement paralysé par sa soumission au politiquement correct..Tout ce qui touche aux ravages causés par l’immigration est tabou. On en crèvera..Gérard Pince a mille fois raison en estimant que l’immigration ruine la France.Tout le système social part en vrille..Il y aurait 53 000 retraités fantômes payés chaque mois..Un retraité algérien de 117 ans percevait encore une retraite !.Bercy augmente la pression fiscale alors que la fraude sociale coûte 1 point de PIB par an ! On écrase la classe moyenne mais on ne stigmatise pas les immigrés fraudeurs..Comme le rappelait Zemmour, entre les arrivées légales et les clandestins, il entre 500 000 immigrés par an. La plupart vont rejoindre le flot des assistés. Tout va s’aggraver..À titre d’exemple, l’Allemagne a dépensé 23 milliards pour ses migrants en 2018.Mais en France, il paraît que l’immigration de déshérités, illettrés pour la plupart, nous enrichit !.Combien d’années encore les Gilets jaunes pourront-ils supporter ce fardeau ? Car ce sont eux qui sont écrasés par  le coût démentiel d’une immigration improductive..Il n’y a aucune illusion à avoir. Avec Macron c’est le naufrage de la nation assuré..

Ce n’est pas une surprise, tout le monde le sait a commencer par les lâches qui nous gouvernent. Ajoutez à ces deux millions d’escrocs ethniques, leurs familles qui se sert sur la bête en recevant des médicaments au bled via « l’assure »…1 année plus tôtEmma

Pour ne pas parler du trafic de médicaments vers l’Afrique, ceux qui sont ici envoient des colis là bas à la famille tous les mois…ces medoc sont revendus avec un gros profit… en 1996 un tube d’aspirine acheté à Dakar en pharmacie 50 francs fr. au noir plus…… Donc…. ils nous sucent jusqu’à la molle1 année plus tôtalice Braitberg

L’administration de la sécu ayant démontré son incompétence, il faut mettre fin aux cotisations obligatoires sécu et retraite et choisir librement où cotiser pour notre santé et notre retraite. Faire jouer la concurrence du privé car nous n’avons plus de service public. Je le déplore mais soyons réalistes !1 année plus tôtlafronde

La Sécu est devenue une fiscalité du Travail, dont les bénéficiaires n’ont plus l’obligation de travailler. Ce LE système de SPOLIATION du Peuple ! 40% du coût salarial d’un employé qualifié ! Les actionnaires du CAC40 paient bien moins d’impôt ! Historique : avant 1940 pas de Sécu, mais des Mutuelles par Entreprise/ profession/ municipalité. Aucun confiance dans le politicien. 1940 Défaite, l’épargne paiera les frais d’Occupation de la Wehrmacht, 1941 création de la Sécu par Vichy, 1945 maintient de la Sécu, gestion paritaire, 1978 extension des bénéfices de la Sécu aux étrangers, depuis ce régime est devenu déficitaire chronique, et le gouvernement s’est emparé de sa gestion. C’est un régime spoliateur, finançant l’invasion migratoire.1 année plus tôt


Fraude sociale : les pistes chocs d’un rapport parlementaire pour juguler un fléau à plusieurs milliards

Carole Grandjean, députée LREM et Nathalie Goulet, sénatrice UDI mènent une mission sur la fraude sociale. Elles ont dévoilé leurs premières propositions pour lutter contre le phénomène. 

Comment faire barrage à la fraude sociale en France ? C’est à cette épineuse question que la députée LREM Carole Grandjean et la sénatrice UDI Nathalie Goulet tentent de répondre dans le cadre d’une mission parlementaire. Au Sénat, les deux élues ont présenté 31 propositions à la presse. “On va y aller à fond”, avait glissé il y a quelques mois Nathalie Goulet à Capital. Le sujet est important. Les prestations sociales, ce sont 450 milliards d’euros versés chaque année. Politiquement, il peut devenir explosif. “Il existe un certain immobilisme, voire de la mauvaise volonté à mettre en place des mesures”, s’est agacée la sénatrice Goulet. Après plus de 90 auditions d’experts, de représentants de l’administration, ou encore d’associations, les parlementaires – mandatées par le Premier ministre – veulent croire “à la fin d’un tabou”. La sénatrice Goulet a rappelé que la fraude sociale – à la fois chez les particuliers mais aussi du côté des entreprises – n’est “pas une fraude de pauvres mais de réseaux organisés”. Problème, elle reste très difficile à quantifier. Selon la dernière estimation de l’Acoss, elle serait de l’ordre de 7 à 9 milliards d’euros. Mais le chiffre doit être pris avec précaution. Nathalie Goulet et Carole Grandjean ont promis d’apporter leur propre chiffrage dans le rapport qu’elles remettront à Matignon dans les prochaines semaines. En attendant, voici une liste non exhaustive des préconisations formulées :

  • Mettre à jour le Répertoire national d’identification des personnes physiques (RNIPP). Ce fichier permet de vérifier l’état civil des personnes nées en France et de certifier l’identité d’un individu, notamment pour les organismes de sécurité sociale ou l’administration fiscale. Mais ce fichier présente selon Nathalie Goulet de nombreuses incohérences. 110 millions de personnes y sont inscrites. Parmi celles-ci, 84,2 millions sont “réputées en vie”, selon la formulation de l’Insee. Pour rappel, nous sommes 67 millions de Français… La sénatrice souhaite qu’il soit urgemment mis à jour car il conditionne in fine les versements de prestations. Dans la même veine, 3,1 millions de personnes sont inscrites au RNIPP comme étant âgées de plus de 100 ans et “réputées en vie”… Là encore, le souci est manifeste. Selon l’Insee, il y avait 21.000 centenaires dans l’Hexagone en 2016. Mais, dans ce cas par exemple, il est impossible d’affirmer qu’il y a 3,1 millions de fraudeurs. En revanche, il y a potentiellement un nombre de fraudes très élevé.
  • Obliger les allocataires à “une preuve de vie” annuelle. Sur le modèle de la loi Eckert qui contraint les établissements financiers à recenser les comptes bancaires inactifs et les contrats d’assurance-vie laissés à l’abandon, les parlementaires souhaitent que les allocataires fournissent une preuve de vie chaque année. “En particulier pour (les allocations qui relèvent, ndlr) de la branche vieillesse car très exposée”, soulignent-elles. 
  • Limiter la durée de vie des cartes vitales. Que faire pour lutter contre la fraude aux soins ? Les parlementaires proposent de “limiter la durée des cartes vitales et de prévoir une reconduction sous conditions”. Aujourd’hui, les cartes vitales ne peuvent pas être désactivées par la Sécurité sociale. Par exemple, un étudiant étranger qui vient en Erasmus et qui repart après son séjour conserve une carte vitale active. 
  • Interdire le versement de prestations sociales sur les comptes épargne. “Ça doit s’arrêter”, tranche fermement la sénatrice Goulet. La parlementaire a expliqué avoir eu vent de cas de fraudes où les prestations sont versées sur un compte épargne qui, un jour, est subitement fermé. L’argent s’est envolé. Le versement du minimum vieillesse (Aspa) sur un compte épargne pourrait être notamment interdit. 
  • Obliger les Français à déclarer tout changement de domicile. Pour lutter contre la fraude, les élues souhaitent “instaurer l’inscription domiciliaire”. En un mot, cela signifie que tout changement d’adresse devrait être déclaré aux autorités locales sur le modèle du droit local spécifique de la région Alsace Moselle. Actuellement le “Code civil (…) laisse aux administrés la faculté d’effectuer une déclaration de changement de domicile uniquement à des fins probatoires ou en vue d’accomplir diverses formalités”, expliquent les parlementaires.
  • Mieux contrôler toutes les prestations qui sont versées à des allocataires à l’étranger. Plusieurs mesures sont proposées dans ce sens : rendre obligatoire le versement des aides sur un compte bancaire hébergé dans l’Hexagone, interdire purement le versement sur des comptes étrangers. Par ailleurs, une procédure spécifique pour les retraités qui vivent à l’étranger pourrait être mise en place dans l’objectif de s’assurer que la prestation sociale est versée à la bonne personne.

Le coût de telles mesures n’a pas été dévoilé. Des amendements devraient être proposés lors de l’examen du projet de loi de finances au parlement cet automne. ”Il y a une volonté du gouvernement que le sujet soit posé”, a martelé la députée Grandjean.

FRAUDE SOCIALE : L’INSEE ADMET D’ÉNORMES FAILLES DANS SON RÉPERTOIRE NATIONAL DES PERSONNES PHYSIQUES, DES MILLIONS DE MORTS RÉPUTÉS VIVANTS

On a 17 millions de mort-vivants en France…..


Avant-propos : Le répertoire national des personnes physiques (RNIPP) est un instrument de vérification de l’état civil Français. Sa consultation permet de préciser si une personne est en vie ou décédée et de connaître son numéro d’inscription au répertoire (NIR), plus connu comme « numéro de sécurité sociale » par le grand public.

Le RNIPP permet la certification de l’état civil pour les organismes de sécurité sociale, l’administration fiscale, la Banque de France, pour le répertoire des entreprises SIRENE. Il permet la gestion du fichier électoral. Ce fichier ne peut être utilisé à des fins de recherche des personnes.

Mail adressé à Carole GRANDJEAN, Députée de Meurthe et Moselle et Nathalie GOULET, Sénateur de l’Orne. Paris, le 2 septembre 2019

Premières propositions remises au Premier Ministre, ainsi qu’au Ministre des Comptes publics et à la Ministre de la Santé et des Solidarités, dans le cadre de la mission confiée relative à la lutte contre les Fraudes sociales

Mail du 30 juillet 2019 envoyé par la direction de l’INSEE en la personne de Benoît Ourliac, copie à Jean-Luc Tarvernier, Directeur général de l’INSEE:

Nombre de personnes inscrites au RNIPP : 110,1 millions de personnes inscrites, dont 84,2 millions de personnes réputées en vie.

Parmi les 110,1 millions de personnes inscrites au RNIPP :
• 89,0 millions relèvent du champ Insee (c’est-à-dire qu’elles sont nées en France, hors Wallis-et-Futuna e Nouvelle-Calédonie).
• 21,1 millions relèvent du champ géré par la CNAV : il s’agit des personnes nées à l’étranger (quelque-soit leur nationalité) ou en Nouvelle-Calédonie ou à Wallis-et-Futuna (remarque : les personnes nées à Wallis-et-Futuna seront prochainement intégrées dans le champ Insee).

Sur ces 110,1 millions de personnes, 26 millions de personnes sont réputées décédées (il faut pour cela que l’Insee ou la CNAV aient reçu un acte de décès) :
• 23,6 millions relevant du champ Insee
• 2,4 millions du champ CNAV.

Nombre de personnes françaises et étrangères de plus de 100 ans dans nos fichiers NRIPP et RNCPS : Dans le RNIPP, il n’y a pas d’information sur la nationalité des personnes mais seulement leur lieu de naissance.

Au total 14,7 millions de personnes ont 100 ans et plus (12,2 millions relèvent champ Insee et 2,5 millions du champ CNAV).

Parmi celles-ci, 3,1 millions sont réputées en vie.

Certaines sont très probablement décédées mais un décès n’est enregistré dans le RNIPP que lorsqu’un acte de décès a été communiqué à l’Insee ou à la CNAV.

1,5 millions de ces centenaires réputés en vie relèvent du champ Insee et 1,6 millions du champ CNAV. Il est naturellement plus compliqué de récupérer les actes de décès des personnes décédées à l’étranger, ce qui est par nature beaucoup plus fréquent pour les personnes relevant du champ CNAV.


“Les Français attendent que nous luttions avec efficacité contre la fraude sociale”

“Les Français attendent que nous luttions avec efficacité contre la fraude sociale"
Collection personnelle de Madame Carole Grandjean

Missionnée le 28 mai par le Premier ministre, Carole Grandjean, députée LREM de Meurthe-et-Moselle mène en binôme avec la sénatrice UDI Nathalie Goulet une mission sur la fraude sociale et aux prestations sociales. En jeu, éviter le versement indu chaque année de milliards d’euros par les organismes sociaux.

Capital : Votre mission sur la fraude sociale témoigne-t-elle d’une volonté du gouvernement d’Edouard Philippe de s’emparer du sujet ?

Carole Grandjean : En effet, il y a une volonté politique forte pour prendre à bras le corps ce thème. En parallèle du travail sur la fraude fiscale mené par notre collègue députée LREM de la Meuse Emilie Cariou, le gouvernement est prêt à aller plus loin sur la fraude sociale. Car les Français attendent que nous luttions avec efficacité contre cette dernière. On l’a constaté clairement à l’issue du Grand Débat. L’acceptabilité de la fraude, qu’elle soit fiscale ou sociale, diminue au sein de notre société. Nos concitoyens ne supportent plus ces fraudes, souvent récurrentes, qui coûtent de l’argent à la collectivité et entachent notre cohésion sociale. Elles réduisent également notre capacité à mieux investir dans des enjeux forts tels que la dépendance des personnes âgées.

Capital : Pouvez-vous décrire des exemples de fraudes sociales fréquemment rencontrées ? 

Carole Grandjean : La fraude sociale intentionnelle, que l’on doit distinguer de l’erreur, revêt de multiples formes : fraude documentaire, fraude aux remboursements aux soins, non-déclaration de décès, reconnaissances de paternités multiples… Les enjeux du dossier sont nationaux mais aussi européens. Avant d’entamer ma mission, j’avais été amenée à travailler sur les entreprises éphémères, car on en trouve en France mais aussi en Norvège, au Pays-Bas ou ailleurs. Les entreprises éphémères sont implantées en France mais généralement dirigées par des entrepreneurs de nationalité étrangère sur la base de capitaux sociaux faibles. Elles se conforment aux règles fiscales mais ne paient pas leurs cotisations sociales. Elles rémunèrent aussi leurs salariés à des tarifs souvent bien supérieurs au marché. Quand ces entrepreneurs sont démasqués par les organismes sociaux, ils abandonnent l’entreprise mais les salariés, souvent complices, peuvent alors se rendre à Pôle Emploi et demander de confortables indemnités en toute légalité. Dans ma région Grand Est, des cas de fraudes ont mis au jour des montants jusqu’à 1,4 million d’euros, pour un seul dossier !

Capital : Vous dites que le problème est européen. Qu’avez-vous appris de votre déplacement en Estonie ? 

Carole Grandjean : Je me suis rendue en Estonie dans le cadre de la mission pour comprendre le modèle social estonien. Celui-ci présente l’intérêt d’être centralisé. En clair, grâce à une interface unique, vous pouvez effectuer toutes vos démarches : mentionner un changement d’adresse, percevoir vos prestations sociales… On vous attribue une e-identité fondée sur un numéro que vous soyez Estonien ou étranger. À chaque démarche, les données sont partagées à l’ensemble des organismes sociaux. Le système est peu déclaratif. Ce qui est intéressant pour limiter les erreurs et la fraude.

Capital : Pensez-vous que ce modèle soit réplicable en France ?

Carole Grandjean : En l’état, je ne pense pas. D’abord, parce que leur système est récent et qu’il n’est pas parfait. En effet, en excluant les cas de fraudes, les Estoniens estiment avoir un taux d’erreur de 24%. Ensuite, parce que nous n’avons pas le même régime de protection sociale et une population bien plus importante (l’Estonie compte 1,3 million d’habitants, ndlr). En revanche, nous pouvons nous inspirer de leur démarche. À savoir, mettre l’administration au service du citoyen, en permettant de centraliser l’information en limitant les démarches déclaratives pour ce dernier.

Capital : Sur quels aspects la France peut-elle progresser en matière de lutte contre la fraude sociale ? 

Carole Grandjean : Je crois que l’enjeu du partage des données entre les organismes sociaux est un point essentiel. Il y a beaucoup à faire pour éviter aux citoyens de multiplier les démarches. Ce qui permettrait d’une part de limiter les erreurs, comme le versement de prestations sociales indues, mais aussi de lutter contre la fraude en croisant davantage les données. Nous devons par ailleurs rendre plus efficace la coopération entre les États européens, mais aussi entre les administrations ou institutions. Enfin, la formation des fonctionnaires est également un enjeu dans la détection des documents frauduleux ou la gestion des outils informatiques.

Capital : Que pensez-vous d’apprendre aux agents à détecter les mensonges comme dans la série américaine Lie to me 

Carole Grandjean : Avec Nathalie Goulet, nous avons été très étonnées d’apprendre qu’un appel d’offres avait été lancé pour mener une telle formation auprès des agents des caisses nationales de sécurité sociale. Après plus d’une soixantaine d’auditions réalisées pour notre mission, la demande d’une telle formation n’a jamais été formulée par aucun des acteurs. Avec les organismes sociaux, le premier contact du futur allocataire s’effectue, de manière presque systématique, via l’outil numérique. Dans ces conditions, je ne vois pas très bien comment les agents pourraient détecter les mensonges des citoyens au travers d’un ordinateur. À l’issue des auditions, nous rendrons notre rapport à la fin du mois de septembre.


Fraude : 1,7 million d’euros d’allocations sociales détournées vers la Roumanie

Les responsables d’un réseau d’escroquerie aux allocations sociales ont été interpellés par la police la semaine dernière. Les membres du réseau sont soupçonnés d’avoir établi près de 1200 dossiers d’indemnisation auprès de caisse d’allocation familiale et le régime social des indépendants.

1,7 million d’euros, c’est le montant exorbitant d’allocations sociales détournées dans le nord de la France par un réseau établi en France. Vendredi dernier, la police a démantelé un réseau de Roms coupable de cette très importante escroquerie en bande organisée, et a ainsi mis en examen à Valenciennes deux hommes et une femme considérés comme les chefs de cette bande, a révélé la Voix du Nord. D’autres membres du réseau sont depuis retournés en Roumanie.

De faux statuts d’auto-entrepreneur

La procédure était devenue routinière pour ces jeunes femmes roms utilisées par le réseau. Dans un premier temps, elles s’inscrivaient en tant qu’autoentrepreneuses dans le recyclage des métaux et se déclaraient à la Caisse d’Allocations Familiales (Caf). Puis, ces jeunes femmes notifiaient de fausses grossesses prises en charge par le régime social des indépendants (RSI), avec la constitution de dossiers fictifs comportant notamment de faux papiers d’identité et de faux certificats de naissance roumains. L’argent était ensuite directement envoyé en Roumanie, et investi dans l’immobilier en Moldavie roumaine.

Des escroqueries également dans l’Est du pays

Après une constatation d’un accroissement anormale, en quelques mois, de créations de dossiers d’autoentrepreneurs par des Roms vivant dans le Valenciennois, les agents de la CAF et du RSI avaient averti au cours de l’année 2017 les autorités compétentes du territoire. Depuis, deux membres du réseau s’étaient installés dans l’Est de la France, et l’enquête ouverte dans la région a également estimé des préjudices pour la Caf de Strasbourg à hauteur de 100.000 euros.

L’enquête, toujours en cours, a été menée par la police aux frontières de Valenciennes, ainsi que la division économique et financière de la police judiciaire de Lille. L’une des personnes du réseau était par ailleurs déjà incarcérée, soupçonnée d’agressions sexuelles sur mineurs.

Le Dr Fauci, plus grand spécialiste américain, alimente la panique du #coronavirus pour être dans les petits papiers des Démocrates
C’est lui qui a engrangé 500 milliards pour la recherche du virus du Sida qui n’existe pas… la plus grosse escroquerie médicale avec des milliards d’individus traumatisés quand il baisent !

Témoignant devant un comité du Congrès, le Dr Fauci a dit
estimer que si la tendance se maintient, le nombre de cas quotidien
de patients atteint du virus de Wuhan pourrait plus que doubler. 

«Nous avons maintenant plus de 40 000 nouveaux cas par jour. Je ne serais pas surpris que nous passions à 100 000 par jour (…)». 

Il a également sonné l’alarme au sujet d’un nouveau virus apparu en Chine qui présente des caractéristiques semblables à celles de la grippe porcine de 2009 et de la pandémie de grippe espagnole de 1918. En disant cela, le bon Docteur Fauci ne pouvait pas ne pas savoir qu’il jouait le jeu des Démocrates, lesquels ont intérêt à faire durer la panique, le confinement et leurs effets nocifs sur l’économie afin de nuire à la réélection de Donald Trump en novembre. Comme par hasard, le même jour et presqu’au même moment, Joe Biden, lors de sa conférence de presse, annonçait qu’il garderait le Dr Fauci à son service !

Pourtant, nombreux ne observateurs ne sont pas d’accord (1) avec les pronostics du Dr Fauci, dont plusieurs sont des médecins :

  • 1. Le sénateur républicain du Kentucky, Rand Paul, un médecin ophtalmologue, a vertement critiqué le Dr Anthony Fauci : «… les experts gouvernementaux en santé durant cette pandémie doivent faire preuve de prudence dans leurs pronostics». Le Sénateur estime que les experts en santé publique cherchent à «instiller une peur excessive» aux enseignants des écoles sur la pandémie de coronavirus, et a réitéré son désir de voir les écoles rouvrir à l’automne. Cette intervention a amené le Dr Fauci à danser le tango (un pas en avant, deux pas en arrière) en admettant que les écoles pourraient rouvrir.
  • 2. De son côté, Laura Ingraham, l’animatrice de «The Ingraham Angle» s’est, elle aussi, élevée contre la mise en garde du Dr Fauci. Qualifiant le Dr Fauci de «Doc Catastrophe», Mme Ingraham estime que le Dr Fauci semble avoir pris le parti du candidat démocrate présumé à la présidence, Joe Biden en s’employant à semer davantage de panique à propos du virus de Wuhan et à saper le programme du Président Trump.
  • 3. Le Dr Marc Siegel, est, lui aussi, intervenu sur Fox News pour prévenir que l’augmentation des hospitalisations au Texas n’est pas due à la pandémie.
  • 4. Le Dr Fauci a aussi été contredit, concernant l’utilité de l’hydroxychloroquine pour soigner le virus de Wuhan. Les chercheurs du Henry Ford Hospital de Détroit, ont réalisé une évaluation multi-hospitalière, lors du contrôle des facteurs de risque COVID-19, et ont montré que le traitement par l’hydroxychloroquine seule et en association avec l’azithromycine a été associé à une réduction de la mortalité associée au virus de Wuhan.

Selon le Dr Marc Siegel,
la hausse des hospitalisations au Texas n’est pas due à la COVID-19

Le Dr Marc Siegel, collaborateur médical de Fox News, a affirmé mercredi lors de l’émission Tucker Carlson Tonight, que la majorité des cas qui causent une hausse des hospitalisations au Texas, ne sont probablement pas des cas de virus chinois.

Alors que les cas atteignent des sommets chez les jeunes, Houston et d’autres villes du Texas estiment être dangereusement proche d’être débordées, amenant le Gouverneur républicain du Texas, Greg Abbot à supprimer certaines mesures de réouverture de l’État.

«Les autorités texanes affirment que chaque patient hospitalisé atteint du coronavirus est compté dans le total des hospitalisations, même s’il est traité pour quelque chose de complètement différent», a déclaré l’animateur de Fox News, Tucker Carlson, en présentant ce sujet. «Cela ne semble pas honnête. Qu’est-ce qui se passe ?»

Après avoir cité les faits «généralement rapportés», tels que la recrudescence des cas dans le sud et l’ouest et le retour au confinement dans plusieurs États, le Dr Siegel a parlé des faits qui ne sont pas rapportés. 

«Tandis que le nombre de cas augmente, le taux de mortalité reste inférieur à 700 pour chaque 24 heures par jour de nouveaux cas. Pourquoi ? Parce que la plupart des personnes qui sont atteintes de la COVID-19 maintenant sont des jeunes et que le CDC vient de publier une statistique qui, encore une fois, n’a pas été rapportée : sur les 15 000 derniers décès dus à la COVID-19, seulement 3,9 % avaient moins de 44 ans. Le même groupe qui le répand maintenant à Miami ou à Austin, au Texas, ou à Phoenix. Ce groupe n’a que des cas bénins». 

«Il a été généralement rapporté que le taux d’hospitalisation a augmenté, mais il n’est pas rapporté que ce n’est pas principalement à cause de la COVID-19», a poursuivi le Dr Siegel. 

«Ce sont en fait des cas présents à cause de la réouverture, parce qu’ils peuvent maintenant recevoir les chirurgies électives dont ils ont besoin – opérations du cancer, opérations des maladies cardiaques, opérations des hernies – ils remplissent les hôpitaux. Seul le COVID-19 fait obstacle à tout cela parce que ces cas bénins nécessitent un isolement».

Le collaborateur médical de Fox News a affirmé que les jeunes font bondir les statistiques à cause de la dépression et de l’anxiété causées par «le confinement excessif». «Alors, permettez que je pose une question : pourquoi toute cette histoire n’est-elle pas rapportée comme j’essaie de le faire ?» «La réponse tient en un mot, Tucker. La politique. Et je viens ici afin de mettre de côté la politique et vous apporter la science, afin de faire un reportage sur la science.» “Tout ce qui se passe lors d’une année d’élection (présidentielle) est à propos de cette élection,” a conclu Tucker Carlson.

6 thoughts on “Le Dr Fauci, plus grand spécialiste américain, alimente la panique du #coronavirus pour être dans les petits papiers des Démocrates”

  1. Marc dit :Le Dr Fauci a une tête de faux Q, de première. Au même titre que tous les foireux anti-Raoult payés par Gilead.RÉPONDRE
  2. Winston dit :C’est l’évidence même , quand on met bout à bout les infos venues de différents cotés.
    Par exemple , quand l’IHU du Pr. Raoult testait à tout va en début d’épidémie , il y avait environ 16.5 % de contaminés dans la population. Un raisonnement bête et simpliste donnerait pour les USA 16.5 % de 330 millions , soit 54.450.000 contaminés! Pas de quoi « péter un câble » sur les 3 petits millions de cas détectés en ce moment !!!!
    Pas de quoi « péter un câble » non plus si les cas augmentent dans l’hémisphère Sud qui entre en ce moment dans la saison hivernale , celle des virus respiratoires !!!!
    Les gauchistes et mondialistes américains vont nous raconter des « couillonnades » jusqu’au bout , faites les taire SVP !!!!RÉPONDRE
  3. Charles M dit :« un nouveau virus apparu en Chine qui présente des caractéristiques semblables à celles de la grippe porcine de 2009 et de la pandémie de grippe espagnole de 1918 »Le virus de la grippe « porcine » est le H1Ni
    Le virus de la grippe « espagnole » de 1918 est le H1N1Le H1N1 est appelé « grippe A » et plusieurs souches entrent dans la composition du vaccin de la grippe saisonnière.
    Dans certains compte-rendus patients il est mentionné sous le nom de « grippe saisonnière ».Le H1N1 était présent en France cet hiver.
    A partir de début février plusieurs personnes de mon entourage l’on eu. Certaines ont développé une pneumonie et ont du être hospitalisés en réanimation.
    Les symptômes respiratoires sont très proches du Covid19.Les test ne sont pas fiables, que ce soit pour la grippe A ou le Covid19. Le même type de virus est nommé différemment selon qu’on veut provoquer la panique ou non.RÉPONDRE
  4. Jacques Ady dit :En France aussi, les autorités ont comptabilisé comme morts du coronavirus chinois des gens décédés pour d’autres raisons, et qui se trouvaient être atteints du Covid. La preuve : les statistiques officielles de l’INSEE donnent, sur les 3 mois allant du 1er mars au 30 juin, une surmortalité – corrigée de l’augmentation naturelle de la mortalité liée au baby-boom – de 21.000 morts environ par rapport à la moyenne 2015-2019 ; alors que le nombre de morts officiel serait de près de 30.000.
    On a donc une surestimation de 8.000 à 9.000 du nombre de morts par rapport à la réalité. Autrement dit, un quart des morts du Covid seraient de toute façon décédés entre le 1er mars et le 30 juin ; ils sont décédés non DU Coronavirus, mais AVEC le coronavirus.
    Aucun doute que c’est la même chose aux USA : le nombre réel de morts du Covid est probablement inférieur aux 132.000 officiellement annoncés. Je suppose qu’il existe des stats officielles sur le nombre total de décès jour par jour aux USA aussi, ce qui permettrait de le vérifier et le préciser.Deuxième point : le dépistage est aujourd’hui plus large qu’il y a 3-4 mois, aux USA comme ailleurs, je suppose – parce que l’on dispose de réactif, de matériel et de capacité logistique en plus grandes quantités aujourd’hui qu’il y a 3-4 mois. Il est donc parfaitement logique que l’on détecte davantage de cas aujourd’hui, proportionnellement. Donc quand on voit que le nombre de cas détectés augmente aux USA – et partout dans le monde, au point que le communiste qui dirige l’OMS a tenu des propos très alarmistes il y a quelques jours – cela ne signifie absolument pas que l’épidémie revient en force.
    D’ailleurs, si on regarde la situation aux USA en avril dernier, quand le nombre de décès quotidien était à son maximum (entre 2000 et 2500 en gros), le nombre de cas détectés 15 jours plus tôt – délai moyen entre la contamination et la mort – tournait autour de 30.000. Aujourd’hui, le nombre quotidien de décès est de 700-800, alors que le nombre de cas détectés il y a 15 jours était aussi voisin de 30.000. Le ratio nombre de morts/nombre de cas a donc été divisé par 3 à peu près. Peut-être parce qu’on soigne mieux les gens, mais surtout parce que l’on détecte beaucoup mieux les cas positifs.(au niveau mondial, c’est pareil : les médias nous bassinent en nous affirmant que la situation s’aggrave, alors que le nombre de morts quotidiens est stable entre 4000 et 5000 depuis deux mois, après avoir été à 6000-7000 en avril)RÉPONDRE
    1. Jacques Ady dit :Autre chose : en France, on tourne aujourd’hui à moins de 20 décès quotidiens du Covid, sur un total de décès voisin de 1.500. Un décès sur cent est dû au coronavirus chinois, mais on continue de de parler que de ça ! Et les autres causes de décès ?RÉPONDRE
    2. Jacques Ady dit :Pour les USA, le nombre d’hospitalisations hebdomadaires pour cause de Covid-19 ne cesse de baisser depuis fin avril : on est passé de 10 personnes/ 100.000 habitants à 2,5, soit une division par 4 en deux mois.
      Bref, aux USA comme ailleurs, l’épidémie suit une courbe en cloche tout ce qu’il y a de plus classique (comme dirait le Pr Raoult).Source, le CDC : https://gis.cdc.gov/grasp/COVIDNet/COVID19_3.htmlAlarmer la population n’a pas de sens, sinon bassement politicien.

En route vers la pauvreté, le Liban est à la croisée des chemins


Par Moon of Alabama – Le 3 juillet 2020

Le Liban est en train de dériver vers l’hyperinflation et un conflit armé.

La raison principale en est l’écroulement d’un système de pyramide de Ponzi avec laquelle le gouverneur de la Banque centrale enrichissait les banques d’affaires et les hommes politiques libanais.

Depuis décembre 1997, le taux de la livre libanaise était fixe, à 1507,5 livres pour un dollar américain. Le pays avait besoin de dollars pour importer de la nourriture, du carburant pour ses centrales électriques et à peu près tout le reste. Comme le Liban n’exporte rien d’autre qu’un peu de haschisch et enregistre un important déficit budgétaire, il avait besoin d’autres moyens pour acquérir régulièrement des dollars. Le tourisme en provenance des pays du Golfe apporte quelques devises étrangères et un grand nombre d’expatriés envoient une partie de leurs revenus chez eux. Mais ni l’un ni l’autre ne suffisait à payer tout ce que le Liban importe.

La Banque centrale a donc commencé à augmenter son taux d’intérêt pour les placements en dollars afin d’en attirer un plus grand nombre. Les banques commerciales ont proposé des comptes en dollars à leurs clients à des taux d’intérêt parmi les plus élevés au monde. L’argent est arrivé. Les banques commerciales ont prêté ces dollars à la Banque centrale à des taux d’intérêt encore plus élevés.

Les entreprises importatrices se rendaient à la Banque centrale et échangeaient leurs livres libanaises en dollars afin de pouvoir payer les marchandises venant de l’étranger. Lorsque les dollars étaient insuffisants dans son coffre-fort, la Banque centrale augmentait ses taux d’intérêt pour en attirer davantage. Elle a fini par offrir plus de 20% pour les comptes en dollars américains.

Dans une économie normale, c’est la Banque centrale qui est rémunérée par les banques commerciales. Au Liban, le système s’est inversé et a follement enrichi les propriétaires des banques. Pendant ce temps, l’économie manufacturière et agricole locale ne pouvait pas concurrencer le flux constant de marchandises bon marché qui entraient dans le pays. Elle est restée sous-développée.

La guerre contre la Syrie et le mécontentement des Saoudiens quant au rôle du Hezbollah au Liban ont frappé le secteur du tourisme. Certaines personnes ont commencé à se poser des questions sur les taux d’intérêt élevés. En août 2019, le système s’est effondré. Un marché parallèle de devises s’est développé. La pression financière permanente due à une dette souveraine insoutenable, un déficit commercial élevé et des retraits en liquide était devenue trop importante.

Finalement, la vérité est apparue. Il n’y a plus de dollars dans les coffres de la Banque centrale. Les prêts en dollars des banques commerciales à la Banque centrale ne peuvent pas être remboursés – du moins pas en dollars. Les comptes d’épargne libellés en dollars auprès des banques ne peuvent être payés qu’en livres libanaises. Les banques refusent simplement aux gens l’accès à leurs comptes en dollars. La valeur actuelle de ces comptes est maintenant à environ 15 % de leur valeur d’origine.

En 2018, les banques libanaises tant vantées étaient valorisée à 360 % du PIB du Liban. Aujourd’hui, il n’en reste pratiquement plus rien.

La livre libanaise s’est effondrée au taux de change actuel de 1 dollar pour 9.500 livres. L’hyperinflation s’est installée. Aujourd’hui, un poulet coûte deux fois plus qu’il y a dix jours. Beaucoup de gens sont ruinés. Les économies de toute une vie ont disparu. La criminalité a déjà augmenté. Il y aura bientôt la famine.

Mais les banquiers et les politiciens libanais sont toujours dans le déni :

Le Liban est en pourparlers avec le FMI pour un renflouement de 10 milliards de dollars afin de remettre son économie sur pied après que sa monnaie locale a perdu environ 80 % de sa valeur sur le marché noir. Le gouvernement a élaboré ce qu'il appelle un plan de sauvetage qui a estimé les pertes encourues par la banque centrale et les prêteurs locaux à 241 000 milliards de livres (69 milliards de dollars), sur la base d'un taux de change de 3 500 par rapport au dollar, contre un ancrage officiel de 1 507,50. Mais la monnaie a atteint 9 500 livres pour un dollar cette semaine.

La Banque centrale et les prêteurs, principaux créanciers du gouvernement, ont répondu par leurs propres estimations. Les banques ont présenté une proposition de vente d'actifs de l'État pour une valeur de 40 milliards de dollars afin que le gouvernement puisse rembourser ce qu'il doit. La Banque centrale, connue sous le nom de Banque du Liban, soutient qu'une approche comptable différente montre un excédent plutôt qu'une perte.
Les législateurs ont ensuite essayé d’établir des chiffres inférieurs, bloquant du coup les discussions avec le FMI. Le désarroi a été exacerbé lorsque deux responsables clés de l'économie ont démissionné pour protester contre la façon dont les politiciens géraient la crise.

Le gouverneur de la Banque centrale Riad Salameh, le ministre des finances Ghazi Wazni et le chef de l'association bancaire se sont rencontrés jeudi et ont discuté des moyens de s'entendre sur les chiffres, signe que les responsables et les principales parties prenantes ont finalement décidé de trouver un terrain d'entente.

Riad Salameh, qui dirige la Banque centrale depuis 1993, doit être viré. Les propriétaires de banque doivent être expropriés. Ensemble, ils ont manigancé une pyramide de Ponzi qui a rendu des millions de personnes très pauvres. Certains initiés ont quitté cette magouille avant tout le monde. Leur argent est maintenant à l’abri en Suisse ou ailleurs.

Malheureusement, l’ambassade américaine protège le gouverneur de la Banque centrale. Le gouvernement ne peut pas le toucher. Il ne peut pas non plus procéder à des réformes.

En attendant, les importations sont à l’arrêt. L’électricité n’est disponible que quatre heures par jour. Certains commencent à se suicider :

Deux suicides au Liban, vendredi, apparemment liés à l'aggravation du ralentissement économique du pays, ont suscité une nouvelle vague de critiques sur la mauvaise gestion de la crise par le gouvernement.

Un homme de 61 ans, originaire de la région orientale de Hermel, s'est suicidé en plein jour sur le trottoir d'une rue commerçante animée de Beyrouth, laissant sur place une note et son casier judiciaire vierge.
La note fait référence à une chanson révolutionnaire populaire qui mentionne la faim, suggérant que son suicide était lié à la crise économique qui a ravagé les moyens de subsistance dans tout le pays.

"Il s'est suicidé à cause de la faim", a crié le cousin de l'homme alors que les forces de sécurité emportaient le corps.

Les États-Unis, Israël, les Saoudiens et leurs alliés sunnites au Liban utilisent la situation pour faire pression en faveur d’un nouveau gouvernement libanais. Le Hezbollah chiite, qui, avec ses alliés, exerce une influence significative sur le gouvernement actuel, est poussé à laisser de la place pour les alliés des saoudiens et des américains.

Comme de nombreux Syriens avaient de l’argent dans les banques libanaises, la crise au Liban s’étend à la Syrie. Les États-Unis ont également renforcé leurs sanctions contre la Syrie. La livre syrienne a chuté autant que la livre libanaise.

Heureusement, la Syrie et le Hezbollah ont des amis. L’ambassadeur russe en Syrie a déclaréque son pays est prêt à apporter son aide. L’Iran a également offert son soutien :

L'Iran a convenu avec le gouvernement de Damas de mettre à sa disposition des biens d'une valeur d'un milliard de dollars, car l'Iran fournit les besoins de base de son allié syrien en nourriture et en carburant.

En réponse à la crise libanaise actuelle, l'Iran est prêt à ouvrir une ligne de crédit aux entreprises libanaises similaire à celle qu'il fournit à la Syrie, d'une valeur d'un milliard de dollars.

Aujourd'hui, le Hezbollah possède des dizaines de stations d'essence, sous le nom d'al-Amana, et de pharmacies, appelées al-Murtada, ainsi que d'autres sociétés autorisées et capables de recevoir des marchandises et des expéditions en provenance d'Iran pour les vendre à prix très réduit, même à la partie du public qui ne soutient pas le Hezbollah. Si Israël et les États-Unis pensent pouvoir arrêter ce processus, le Hezbollah n'hésitera pas à recourir à la force militaire, imposant une nouvelle Résistance. Il pourrait être nécessaire de bombarder des cibles en Israël pour assurer l'arrivée au Liban de carburant, de nourriture et de médicaments.

Le Hezbollah utilisera le soutien de l’Iran pour gagner en bonne volonté et en influence au Liban. Malheureusement, certains signes indiquent que l’autre partie se prépare à la guerre :

Sam Heller @AbuJamajem - 15:07 UTC – 2 Juil 2020

.@AlakhbarNews : L'armée syrienne a intercepté un camion d'armes aux abords de Homs, tandis que l'armée libanaise a arrêté le marchand d'armes de la région de Hermel qui devait livrer ce camion à Tripoli. Séparément, trois hommes ayant reçu un entraînement militaire ont été arrêtés alors qu'ils se rendaient d'Idlib à Tripoli.

Tripoli, dans le nord du Liban, est un bastion des djihadistes sunnites. Alors que ceux-ci étaient auparavant sous influence saoudienne, de récents incidents laissent à penser que les services secrets turcs du MIT sont maintenant impliqués.

Trente ans après leur longue guerre civile, les différents clans et sectes libanais sont toujours dirigés par les mêmes vieilles structures et par les mêmes personnes qui ne sont pas prêtes à envisager un réel changement.

La crise économique est sévère pour le peuple libanais. Mais cette crise est aussi l’occasion d’éliminer, une fois pour toute, les vieilles structures sectaires et de réformer une économie désormais dépendante des importations.

Le système politique actuel va soit imploser pour être remplacé par quelque chose de sensé, soit exploser en une nouvelle guerre civile. Certaines influences extérieures semblent préférer la dernière option, alors que le peuple libanais serait mieux avec la première.

Gérard Filoche : L’évasion fiscale expliquée en 4 minutes

Gérard Filoche : “La fraude fiscale en Europe est deux fois supérieure à la dette de tous les pays de la zone euro…!” 

Gérard FilocheC’était sur France 2, le 11 février 2015. 
Alors que certains veulent nous faire croire que l’endettement vient du nombre de fonctionnaires, des dépenses publiques, de la solidarité nationale trop généreuse, Gérard Filoche rétablit les faits… 
Quatre-vingt milliards de fraude fiscale en France, c’est le chiffre officiel annoncé par le ministre du budget. 
Et il y a cinq cent quatre-vingt-dix milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux indique Luc Peillon dans son livre “Ces Six cents milliards qui manquent à la France !”.
Techniquement c’est très simple, si vous avez un compte en banque bien garni, une banque suisse (ou votre banquier lui-même) vous proposera un compte dans un paradis fiscal (en langue de bois on dit offshore), ou diverses techniques d’évasion fiscale (en langue de bois on dit optimisation fiscale). 
Ensuite c’est tout simple, pas besoin de transporter des billets dans des valises, une carte bleue émise par votre banque des îles Caïman vous permettra de dépenser allègrement, ni vu ni connu, l’argent volé à l’État, c’est-à-dire aux français. 

On se rappelle que pendant que l’ex ministre Cahuzac dénonçait la fraude fiscale devant la France entière, il détenait secrètement plusieurs comptes en Suisse. 
On se souvient moins peut-être que Nicolas Sarkozy a exonéré de toute forme d’impôt le milliardaire Karim al-Husseini (alias l’Aga Khan), domicilié en France, selon une lettre d’avril 2008 signée par l’ancien président de la République. 
Un scandale dévoilé par Médiapart.
Pourquoi l’État ne met-il pas en œuvre les propositions de Gérard Filoche ? 
Pourtant récupérer l’argent volé suffirait à combler les déficits de l’État ! 
Appelons les choses par leur nom – cette indulgence au plus haut niveau de l’État et ces arrangements complices avec les tricheurs ne s’expliquent que par un mot : CORRUPTION ! “La fraude fiscale en Europe est deux fois supérieure à la dette de tous les pays de la zone euro…!”
Gérard Filoche 

Source :
http://www.paradisfiscaux20.com/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Évasion_fiscale
https://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/la-fraude-fiscale-expliquee-en-48955
https://www.gilblog.fr/gilblog_archives/2007/vu_sur_le_web/gerard-filoche–la-fraude.html
https://www.linternaute.com/actualite/economie/1207236-luxleaks-le-nom-des-entreprises-concernees-par-le-scandale-liste/
https://www.icij.org/investigations/luxembourg-leaks/new-leak-reveals-luxembourg-tax-deals-disney-koch-brothers-empire/

Le Grand Réveil a commencé

Nous voulons tous être libres, en bonne santé, instruits et vivre dans une société pacifique ! 

Mensonges, Crimes, Guerre, Corruption ! C'est beaucoup de saleté que vous essayez de nous cacher ! C'est illégal de votre part de le montrer Monsieur Assange !

Mensonges, Crimes, Guerre, Corruption ! C’est beaucoup de saleté que vous essayez de nous cacher !
C’est illégal de votre part de le montrer Monsieur Assange !

L’éveil de masse est la plus grande peur de la Cabale ! 

L’éveil est en train d’éclater. 
Être éveillé a un prix. 
Il peut avoir été difficile et douloureux de traverser les étapes de l’éveil, mais il est encore plus difficile de convaincre les autres par des circonstances et des conditions difficiles d’ouvrir les yeux et leur esprit. 
C’est devenu une lutte contre le temps quand on est éveillé et on voit toutes les injustices qui auraient pu facilement être évitées.
C’est très triste de voir des gens qui ne sont pas réveillés être ballottés de part et d’autre, sans avoir la moindre idée de ce qui se passe vraiment. 
Mais même cela, c’est un remaniement “conçu” par “l’État profond”. 
Néanmoins, cela devrait aider chacun d’entre nous à retrouver la raison et à dépasser cette fausse réalité. 
Des millions de personnes affluent vers d’autres sources d’information pour tenter de comprendre ce qui se passe, tombant sur des réalités qu’elles n’auraient jamais cru possibles ou imaginables auparavant.
Si la vérité est connue, les éveillés sont responsables de la partager ardemment, mais aussi de le faire avec passion. Pas toujours agréable, mais un devoir qui doit être fait. 
L’heure est en retard et le temps dans lequel nous vivons est terrible, la nécessité apporte une prise de conscience optimale et une action rapide. 
Il n’y a plus d’alternative.
Le monde est en faillite financièrement, économiquement et moralement, mais par la manipulation et la tromperie, les gens sont amenés à croire que tout va bien. 
Il est absolument absurde que tous les actifs de la bulle soient à des sommets aussi astronomiques, alors que les actifs de préservation de la richesse comme l’or et l’argent ont été totalement anéantis par la manipulation. 
L’élite et les médias ne cessent de tromper les gens sur l’état du monde. 

 

La colère, la haine, l’agressivité et la peur sont la source de nourriture des Archontes ! 

Les tactiques employées consistent à manipuler les économies, le commerce et les masses par la peur : peur de la guerre, peur de la faim, peur de l’effondrement économique, l’emprisonnement et la mort. 
Cet état d’esprit a dirigé et façonné les événements mondiaux pendant des siècles et est devenu la procédure opérationnelle standard. 
Ce processus d’asservissement des civilisations est contraire à la volonté de survie de l’humanité et supprime l’instinct naturel de tous les humains de faire le bien et d’être bons les uns envers les autres.
Ne considérez pas toute cette folie à partir d’un fondement de peur ; cela ne fera que vous mettre en colère et agressif, ce qui à son tour conduira à la violence et à la perpétuation de cette folie. 
Il est difficile de rester calme face à la dure vérité, mais c’est ce qu’il faut faire pour s’en sortir en toute sécurité. 
La colère, la haine, l’agressivité et la peur sont les émotions qui ont conduit à cette folie et c’est la source de nourriture des Archontes. 
Arrêtez de les nourrir et aidez-nous à changer complètement notre vision du monde. 
De cette façon, nous changerons tout pour le mieux, en changeant notre façon de penser.
Gardez à l’esprit que le véritable but du gouvernement est, toujours et partout, de permettre à quelques-uns d’exploiter la multitude. 
Le système d’octroi de crédit est une façon intelligente d’y parvenir. 
La bureaucratie continuera de produire des lois, des statuts, des codes et des règlements qui renforcent ses pouvoirs et ses systèmes de valeurs ainsi que ceux de l’État policier et de ses alliés du secteur privé, faisant de nous des criminels mineurs. 
Le citoyen moyen commet sans le savoir trois crimes par jour, grâce à cette surabondance de lois vagues qui rendent illégale toute activité autrement innocente. 
Par exemple, les petits agriculteurs qui osent fabriquer du fromage de chèvre non pasteurisé et le partager avec les membres de leur communauté continueront de faire l’objet d’une descente dans leur ferme. 



 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est unnamed-15.png.
Notre but est de faire que Trump soit détesté ! 

Les médias grand public, dernier bastion de “l’État profond” !

Les médias grand public sont le dernier bastion du réseau du crime organisé du “l’État profond” qui, par le passé, a infiltré et détourné la plupart des institutions, sinon toutes. 
Mais leurs jours sont comptés et l’effondrement qui s’ensuivra sera très probablement violent et choquant pour tous ceux qui ne savent pas ce qui se passe.
La principale source du pouvoir de l’État profond est le contrôle qu’il exerce sur le processus de création et de distribution de l’argent, c’est-à-dire sa propriété de la quasi-totalité des banques centrales et des multinationales du monde. 
Ils ont utilisé ce pouvoir d’argent pour soudoyer, faire chanter et assassiner des gens au plus haut niveau du pouvoir afin d’imposer leur contrôle. 
Ils contrôlent également les médias d’entreprise et utilisent tous les outils de propagande à leur disposition pour truquer la société et les marchés, le cas échéant.
Heureusement, la confiance dans les médias grand public est tombée à un niveau historiquement bas et continue de s’effondrer. 
Il s’agit en grande partie d’un public de plus en plus conscient et mécontent : De plus en plus de gens sont capables de discerner un média grand public totalement dépourvu d’intégrité, grâce à la popularité croissante des médias indépendants/parallèles, ce qui expose la malhonnêteté.
Les gens voient de plus en plus à travers les différentes sources médiatiques avec leurs sceptiques dogmatiques et malsains, leurs sceptiques, leurs shills, leurs trolls, leurs pseudo-débiles, leurs agents d’opposition contrôlés, leurs préjugés, leurs filtres et leurs mensonges en plein visage ; ils veulent nous vendre la désinformation pour garder les gens ignorants, dupes et sans défense dans le système mondial de contrôle de la matrice.

 

La Vérité ? Vous ne pouvez pas supporter la Vérité ! 

La vraie question est comment devenir conscient ?

C’est le réveil massif et incontrôlable que l’élite dirigeante du monde craint le plus. 
Comme nous sommes beaucoup plus nombreux qu’eux et que leurs associés, ils ne sauraient pas comment faire face à notre grand nombre, même avec leur technologie de pointe. 
Par conséquent, la vraie question est de savoir comment devenir conscient.
Depuis l’Antiquité, sous la coupe de la noblesse noire ou des seigneurs noirs du monde, l’humanité a été piratée, entravée, réprimée et contrainte à la soumission par le contrôle de l’esprit, détruisant les atrocités de l’âme. 
Ceux qui ne voient pas qu’à peu près tout ce qui se passe sous le soleil est une tromperie, que leur famille et leurs amis sont touchés de toutes les façons imaginables ; ceux qui ne réalisent pas encore à quel point les sombres seigneurs supérieurs nous ont serrés les coudes, sont en effet sur le point de vivre le choc de leur vie lorsque tout ce système frauduleux s’effondre. 
Ce à quoi ils se sont accrochés en tant que réalité va bientôt sombrer dans l’abîme des Grandes Déceptions.
Simplement, devenez conscient en le choisissant. 
En agissant sur ces synchronicités mieux connues sous le nom de coïncidences significatives. 
En agissant sur ce qui nous appelle, nous émeut et nous inspire. 
Agir en écoutant notre voix intérieure, venant de notre être intérieur, en prêtant attention à nos sentiments instinctifs et à nos instincts de base.
Choisir de devenir conscient signifie se détacher de la programmation de contrôle de l’esprit ; échapper aux effets de la matrice de prison physique, mentale, émotionnelle et spirituelle tissée autour de nous par l’oppression du mondialiste.
S’affranchir de la programmation mentale et de l’imposition des autres, avec une conscience multidimensionnelle, échapper aux confinements dualistes de la matière, de l’énergie et de l’espace-temps, tout est possible, et la Vérité sera révélée. 
Créer un désir ardent d’en savoir plus sur la vérité sur ce qui se passe dans notre monde. 
Voir que le monde est dans le pétrin et que nous avançons tous à pas de tortue, comme d’habitude, en attendant que quelqu’un d’autre s’occupe de tout. 
La plupart d’entre nous sont trop occupés à gagner de l’argent et à survivre, car survivre, de par sa conception, prend tout notre temps. 
La plupart des gens ne semblent pas voir plus loin et c’est la raison pour laquelle nous sommes dans ce pétrin.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est unnamed-16.png.
Toujours plus et plus avec votre carte de crédit ! 


 
Nous avons tous été manipulés et manipulés. 
Nous avons tous été hypnotisés, hypnotisés et transformés en esclaves de la consommation. 
Gagner de l’argent pour les grandes entreprises et les 0,1% riches du monde est le nom du jeu, c’est du moins ce que nous avons été programmés. 
Chaque jour, ils s’enrichissent de plus en plus, trouvant de nouvelles façons, comme le réchauffement de la planète et les taxes sur les émissions de CO2, pour nous forcer à nous séparer de notre argent durement gagné ; ils sont très intelligents dans ce domaine. 
Ils savent comment manipuler l’esprit humain, ils savent comment nous faire dépenser notre argent et nous ne nous en rendons même pas compte.
Les gouvernements nous extraient beaucoup trop d’argent, et nous passons presque tout notre temps sur Terre à travailler pour cet argent. Ils laissent à chaque famille une petite somme d’argent à dépenser, tandis que les très riches parviennent à éviter de payer leurs impôts grâce à des échappatoires soigneusement conçues.
Le véritable but du gouvernement est, toujours et partout, de permettre à quelques-uns d’exploiter la multitude. 
Le système monétaire est un moyen astucieux d’y parvenir.

Nous sommes tous esclaves du système ! 

Le monde moderne de l’industrie, du commerce et de l’investissement travaille sur des logiciels gagnant-gagnant. 
Seuls les gouvernements avec leurs conflits, leurs guerres, leurs taxes, leurs tarifs, leurs “lois” et leurs “interdictions” continuent de fonctionner avec des programmes précivilisés. C’est une relique, une institution avec une mentalité de “saisir tout ce que nous pouvons saisir”.
Une guerre commerciale est aussi bidon qu’une guerre contre la drogue, qu’une guerre contre le crime ou qu’une guerre contre le terrorisme. 
Aucune ne vaut la peine de se battre pour elle. 
Et aucune n’est gagnable. 
Elle vise à récompenser l’élite aux dépens des autres. 
Rien de plus, rien de moins. 
Pensez-y, nous sommes tous, tout simplement, esclaves du système ! 
Les gens au bas de l’échelle paient les gens au sommet pour qu’ils conservent leur style de vie somptueux. 
Nous payons nos impôts et l’argent qui reste est convoité par les grandes sociétés.
Nous sommes continuellement bombardés de publicités, nous disant d’acheter plus de choses dont nous n’avons pas besoin. 
Nous sommes encouragés à dépenser, à dépenser et à dépenser encore. 
Nous remplaçons tout, même quand il n’est pas nécessaire de le faire. 
Nous devons sortir de cette mentalité. 
Nous devons recycler, réutiliser et nous contenter de ce que nous avons. 
Nous avons tous subi un lavage de cerveau dans cette folie de consommation. 
Tout cela n’a été que de la poudre aux yeux, des jeux d’esprit, joués sur la scène mondiale, visant à nous maintenir tous dans un état de crainte et d’émerveillement. 


 
Nous voulons tous être libres, en bonne santé, instruits et vivre dans une société pacifique.
Notre subconscient a été conditionné à ne voir que ce qui nous différencie, plutôt que les choses qui nous lient. 
Croyez-le ou non, nous sommes extrêmement semblables dans tous les aspects.
Nous venons peut-être de milieux différents ou de cultures différentes, mais nous avons tous les mêmes valeurs fondamentales dans la vie. 
Nous voulons tous être libres, en bonne santé, instruits, vivre dans une société pacifique et avoir accès aux produits de première nécessité pour survivre. 
C’est à peu près tout. 
Où que nous vivions dans le monde. 
Fondamentalement, tout ce que nous voulons, c’est être heureux et en bonne santé.
Au lieu de cela, nous avons des guerres, la faim, l’insécurité, les sans-abri, et beaucoup dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable et à la nourriture. 
Et tout cela par dessein, parce que les gens qui sont constamment “sur le fil du rasoir” n’ont pas le temps de s’éduquer, de s’introspecter et éventuellement de s’éveiller spirituellement.
Nous sommes tous victimes de la propagande de masse et du lavage de cerveau. 
Les familles en sont arrivées au point où elles choisissent de croire les médias et les gouvernements du monde, plutôt que les membres de leur propre famille et leurs amis qui se sont éveillés à la vérité et qui tentent de les avertir et de les réveiller.
La vérité peut être effrayante et c’est pourquoi les gens veulent l’éviter. 
Ils préfèrent se mettre la tête dans le sable comme une autruche, croyant que tant qu’ils choisiront de ne pas la regarder, elle n’existera pas. 
Malheureusement pour eux, la Vérité a une façon d’exister, même face au ridicule et au déni. 
Elle n’a pas besoin de l’approbation d’une contrepartie pour devenir légitime. 
La vérité est simplement. 
Une fois que vous connaissez la vérité, vous ne pouvez plus jamais revenir en arrière, même si vous le voulez. 
La vérité ne peut être invisible ; une fois vue, la vérité reste avec vous pour toujours. 
Quoi qu’il en soit, soyez assurés que la vérité finira par éclater, comme elle le fait toujours.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est unnamed-18.png.
Le Grand Réveil !


La vérité a un prix – elle mettra fin à tous les mensonges et aux illusions sur lesquels les gens ont fondé leur vie entière. 
Et c’est un processus continu. 
Beaucoup se sentent perdus et effrayés à l’heure actuelle dans tout le spectre de l’humanité. 
Cette création délibérée du chaos est conçue pour y parvenir. 
Cependant, parallèlement et simultanément à leurs desseins psychotiques, un éveil massif de l’esprit humain se produit, stimulé par une prise de conscience consciente et un sentiment profond de prise de conscience et d’autonomisation personnelle croissante.
La plupart d’entre eux ne reconnaissent peut-être pas ces changements énergétiques, qui semblent déroutants, comme étant le processus créatif à l’œuvre, mais c’est “Le Grand Éveil”. 
Tout d’abord, précéder cette créativité est un processus destructeur, éliminant tout ce qui est irréel et inhibe le développement et le progrès personnel. 
Ces deux dynamiques travaillent de concert.
Les Élites nous considèrent comme leurs esclaves, notre seul but étant de leur fournir l’argent de l’énergie, afin qu’ils puissent suivre leur plan directeur, qui est à l’origine du nouvel ordre mondial.
Nous avons très bien procréé et nous sommes maintenant, à leur avis, en train de prendre le contrôle de la planète, alors ils veulent maintenant abattre un grand nombre d’entre nous. 
D’où les OGM, le fluorure, les traînées chimiques, les vaccinations et les guerres sans fin ; toutes ces choses diminuent notre immunité pour tout ce qu’ils ont prévu pour nous.
Ils veulent que nous soyons dans un état de sommeil éternel, hypnotisés et soumis à un lavage de cerveau par leur propagande omniprésente et la plupart d’entre nous ont, sans le vouloir, respecté leurs souhaits. 
Mais nous sommes plus puissants qu’eux et ils le savent, c’est pourquoi ils ont été si patients. 
L’humanité se réveille, lentement mais sûrement.
L’une des raisons pour lesquelles l’humanité ne peut pas comprendre ce qui se passe, c’est que ces créatures sont si mauvaises, qu’il est difficile de croire à quel point elles sont viles. 
Et les gens ont raison dans leur incrédulité face à ces atrocités : les êtres humains ne peuvent pas être aussi cruels !
Les humains ne sont pas au sommet de ce plan diabolique, c’est un programme reptilien, et les Reptiliens ne peuvent pas vivre des émotions positives. 
Ils sont tout simplement incapables de prendre soin des autres ou d’éprouver de nobles émotions, comme l’amour ou l’empathie. 
Ils sont motivés par la peur, la haine, la rivalité et la compétition. 
La vérité est bien plus étrange et incroyable qu’on ne peut l’imaginer, disent des dénonciateurs comme Corey Goode.
Notre réveil de masse à la tromperie produira-t-il un revirement, dans un monde qui fera une différence pour tout le monde ? 
Un monde où il n’y a pas de prédateurs, pas de hiérarchie de contrôle, pas de vampires suceurs de sang, des esclavagistes au sommet, gouvernant les esclaves au fond. 
Fini la lutte pour l’autosuffisance, parce que nous réaliserons tout dans les communautés où nous vivons.
C’est à nous tous d’y contribuer.

AZF… Sept raisons de ne plus croire à un accident

Entre 2001 et 2003, la journaliste d’investigation Anne-Marie Casteret, aujourd’hui disparue, a enquêté sur la tragédie de Toulouse. Se basant sur les failles de l’enquête, elle penchait pour l’hypothèse terroriste, thèse aujourd’hui écartée par les experts judiciaires à l’issue de l’enquête officielle. Voici ce qu’elle écrivait en 2003.

L’explosion a été revendiquée par plusieurs groupes; le rapport des RG n’a pas été exploité; deux expertises médicales ont disparu; il y aurait eu deux cadavres de trop sur le cratère; l’emploi du temps du manutentionnaire Hassan J. n’a pas été vérifié; son ami Samir A. avait un curieux profil; et, enfin, 21 kilos de chrome 6 s’étaient mystérieusement volatilisés. Ça fait beaucoup !

L’enquête sur l’explosion de l’usine AZF pourrait bien prendre un tournant décisif ces prochaines semaines. Et aborder enfin, seize mois après la catastrophe du 21 septembre 2001, la «piste interdite», celle de l’attentat. Ecartée d’emblée par le procureur Michel Bréard avec sa formule désormais célèbre «C’est un accident probable à 99%», disqualifiée systématiquement à la moindre évocation médiatique de cette hypothèse, elle avait disparu sous une rafale de postulats chimiques, aussi nombreux qu’éphémères, tentant fébrilement de démontrer la faute professionnelle. Mais aujourd’hui, plus d’un an après la terrible déflagration qui a tué 30 personnes, blessé des milliers de Toulousains et ravagé des quartiers entiers de la Ville rose, les enquêteurs se retrouvent dans l’impasse. L’accident industriel n’est toujours pas démontré.  La dernière hypothèse en date – les produits chlorés, confondus avec des ammonitrates et déversés par erreur dans le sas du hangar 221, provoquant une réaction en chaîne – a même subi un magistral revers lors de la reconstitution, en octobre 2002. L’institution judiciaire a pu à cette occasion vérifier in vivo ce que les deux ouvriers de l’usine mis en examen pour «homicide involontaire» ne cessaient de répéter: «Impossible de confondre les deux produits. Les ammonitrates ne sont pas toxiques et se ramassent sans précautions spéciales, tandis que le chlore est très agressif pour le nez, la peau et les yeux et ne peut être pelleté sans protection.» Une reconstitution très brève: quelques mouvements de pelle dans le tas de dérivés chlorés, et juge, experts et avocats, intoxiqués, pris à la gorge, ont précipitamment reculé pour laisser la place à des martiens portant masque, combinaison et gants spéciaux? Selon des témoins, le nouveau juge d’instruction, chargé du dossier depuis l’été dernier, Thierry Perriquet, s’est alors montré plus que dubitatif devant ce cuisant échec. Depuis, il manifesterait la volonté de tout reprendre, méthodiquement, à zéro. Un espoir pour les employés de l’usine, ulcérés de se voir mis en cause et traînés dans la boue depuis plus d’un an pour une supposée «négligence», eux qui ne croient toujours pas à l’accident. Ils sont rejoints en cela par les Toulousains. Selon un sondage CSA-Toulouse Mag, 65% d’entre eux pensaient en août 2002 qu’un attentat était la cause de la catastrophe. L’avenir pourrait bien confirmer cette intuition. Les avocats d’AZF mais aussi ceux des familles de victimes auront dû attendre de longs mois avant d’obtenir une copie du dossier d’instruction et de pouvoir enfin l’analyser. Aujourd’hui, ils dénoncent, en termes de moins en moins voilés, la «légèreté», les «graves lacunes» et les «incohérences» des investigations policières. Un dossier de plus de 10 000 pages aux effets paradoxaux. Se polarisant sur la négligence industrielle, il a tendance à convaincre du contraire, suscitant chez tous ceux qui l’ont examiné le doute sur l’accident et la conviction d’une enquête partiale, négligeant délibérément l’hypothèse criminelle? 

Selon notre enquête, voici, en sept points, pourquoi la piste de l’attentat est aujourd’hui la plus probable et devrait être explorée en priorité. 

1. L’explosion a été revendiquée.

Contrairement à une rumeur persistante, plusieurs revendications ont été envoyées à la police, mais également aux organes de presse locaux. 

Dès le lendemain de la catastrophe, un individu a téléphoné à la gendarmerie de Saint-Alban et s’est déclaré membre de Houarla, Houarla, Islami, responsable de l’attentat. Puis le groupe Alpha Bravo et le Jihad islamique ont à leur tour revendiqué l’acte terroriste.  

L’un des fax envoyés par Alpha Bravo était émis d’un centre de pompiers dont l’appareil avait été piraté à partir de l’Angleterre. Aucune investigation n’a été décidée pour remonter à l’origine de cet appel, alors même que Londres constitue l’une des bases des islamistes les plus virulents. 

Enfin, une lettre anonyme envoyée au SRPJ contenant un message bref – «Lui sait qui a fait boum» – accompagné de la photo d’un adolescent d’origine maghrébine ne suscitera pas de recherches pour retrouver ce possible témoin. 

2. Le rapport des RG est resté inexploité.

Ce rapport  était articulé autour de la personnalité de Hassan J., un employé intérimaire qui chargeait des sacs d’ammonitrates dans des camions. Son lieu de travail, le bâtiment IO, était situé juste en face du hangar 221. Hassan J. sera tué par l’explosion. Retrouvé enseveli au bord du cratère, ce jeune Français d’origine tunisienne est transporté à la morgue de l’hôpital Purpan. Lors de l’examen du corps, première étape avant l’autopsie, la médecin légiste est surprise de la tenue très soignée du jeune homme et surtout du port de cinq sous-vêtements sous le pantalon de travail. Ces éléments lui font penser au rituel observé par les auteurs d’attentats suicides en Israël, qui protègent ainsi leur sexe des dégâts de l’explosion. Elle fait part de ses observations aux policiers. Le SRPJ demande alors aux RG d’enquêter. Ceux-ci vont recueillir un certain nombre d’éléments significatifs sur la personnalité et les fréquentations de Hassan J. Ancien délinquant, ce dernier serait tombé depuis plusieurs mois sous l’influence du groupe islamiste «tendance afghane» de Mohammed R. Or des membres de ce groupe, dont le propre fils de Mohammed R., ont été arrêtés, une heure après l’explosion, par la brigade autoroutière de Valence-d’Agen, à 100 kilomètres de Toulouse. La vitre arrière de l’un des véhicules est brisée. Les automobilistes expliquent qu’elle a été soufflée par l’explosion parce qu’ils se trouvaient à ce moment-là à proximité de l’usine. Qu’y faisaient-ils? Pourquoi et comment ont-ils si précipitamment quitté les lieux alors que la panique régnait et que la rocade qui longe l’usine était impraticable? 

Les RG signalent aussi une altercation, la veille de l’explosion, entre Hassan J. et des chauffeurs venus chercher leur cargaison d’ammonitrates. Motif: l’un des chauffeurs, fan des Etats-Unis, avait mis dans sa cabine un drapeau américain en berne par solidarité avec les victimes des attentats d’outre-Atlantique. Hassan J. et deux de ses collègues se seraient fâchés, injuriant le chauffeur et collant des étiquettes «produits dangereux» sur la porte de sa cabine. 

Tous ces éléments auraient dû inciter la police judiciaire à poursuivre les investigations. Mais le travail des RG sera balayé d’un revers de main. Ridiculisé, même, dans le rapport de synthèse rédigé par le SRPJ le 4 juin 2002: «Toutes ces informations [celles des RG, NDLR] étaient vérifiées et infirmées, hormis les digressions géo-politico-religieuses, invérifiables.» Or rien n’a été vérifié. Ni la brigade autoroutière de Valence-d’Agen ni les membres du groupe de Mohammed R. n’ont été entendus par la police. L’appartenance islamiste de J.? Le SRPJ se contente des dénégations de ses proches pour conclure à «une rumeur accréditée par une certaine presse». Le port de plusieurs sous-vêtements? Là encore, selon le SRPJ, la famille explique «à l’unisson» qu’il s’agissait d’une habitude «due à un complexe de maigreur»… Dans leur rapport, les policiers ne mentionnent même pas le fait que la compagne du manutentionnaire avait jeté à la poubelle, le lendemain de l’explosion, tous les effets personnels du jeune homme. Quant au «rituel kamikaze», les spécialistes entendus par la justice auraient «contesté cette interprétation». L’ambassade d’Israël, consultée, «n’avait jamais constaté qu’un terroriste avait porté plusieurs sous-vêtements avant de se sacrifier» Un rapport qui prend d’étonnantes libertés avec la réalité. Les auditions contenues dans le dossier d’instruction révèlent le contraire. De fortes contradictions au sein de la famille de Hassan J. démontrent que le jeune homme ne s’était jamais habillé de cette façon auparavant. A commencer par les déclarations successives de sa compagne. Le 25 septembre 2001, elle s’étonnera de la question et répondra curieusement: «Je ne sais pas. Je ne vois aucune explication à vous donner, sinon que ce n’était pas un homme méchant.» Plus tard, après les révélations du Figaro sur le sujet, elle se ravisera: «Il avait coutume de porter plusieurs sous-vêtements, et cela tous les jours, parce qu’il se trouvait maigre.» Le reste est à l’avenant. La s?ur confirmant la coutume familiale, le père tombant des nues et démentant les propos de sa fille, les amis se montrant évasifs… On est donc loin de l’ «unisson» décrété par le SRPJ. De même, les quatre spécialistes auditionnés s’étonnent de la célérité avec laquelle la compagne de Hassan J. s’est débarrassée des affaires de son concubin. Deux d’entre eux déclarent avoir entendu parler du rituel kamikaze et conseillent de s’adresser à l’ambassade d’Israël. Et celle-ci signale qu’elle a déjà retrouvé un terroriste habillé de cette façon (voir document).

En réalité, selon notre enquête, ce rituel est un secret de Polichinelle, bien connu des spécialistes du terrorisme islamique, révélé par les journaux avant même l’attentat de New York. Un rituel recommandé par Al-Qaeda dans la lettre intitulée «Le dernier jour», retrouvée dans les bagages des terroristes du World Trade Center: «Lave-toi, parfume-toi… Couvre parfaitement tes parties intimes… N’oublie pas que des houris t’attendent au Ciel et te disent: ?Viens, ami de Dieu…?» 

Si donc Hassan J. s’est habillé le 21 septembre 2001 d’une manière inhabituelle et hautement symbolique, pourquoi? 

3. Deux expertises médicales ont disparu du dossier d’instruction.

Ces deux expertises sont pourtant essentielles. Il s’agit des «examens de corps» de Hassan J. et d’un autre manutentionnaire de son équipe, Abder T., tué lui aussi par l’explosion. Plusieurs avocats se sont étonnés de ne pas les trouver dans les copies du dossier qui leur avaient été remises. Me Christian Etelin, défenseur d’un des ouvriers blessés sur le site, a voulu les consulter au tribunal. Après une fébrile recherche, seule une photocopie du premier document a pu lui être confiée, l’original restant introuvable. Quant à l’«examen de corps» d’Abder T., il semble s’être volatilisé. Fâcheuse coïncidence: au début de l’instruction, les enquêteurs demandent à Mme T., comme à la compagne de Hassan J., si son mari portait habituellement plusieurs sous-vêtements. Elle répond par la négative, très surprise de la question. Mais pourquoi la lui pose-t-on? Y avait-il deux employés d’origine maghrébine habillés de la même étrange façon le 21 septembre 2001 sur le site toulousain d’AZF? 

Encore plus stupéfiant, la succession d’irrégularités lors de l’examen du corps de Hassan J. à la morgue de Purpan, le 22 au matin. Seules quelques photos prises lors de l’examen figurent au dossier. Aucune ne semble avoir été prise du singulier harnachement du manutentionnaire (un pantalon, un short, un slip, deux caleçons, un slip), ce qui constitue déjà une faute. Mais les autres clichés suscitent bien des interrogations. Pourquoi Hassan J., un homme de 35 ans de corpulence normale, arrive-t-il si «propre» à la morgue, alors qu’il était censé travailler depuis 4 heures du matin, le 21 septembre, et qu’il a été retrouvé «enterré» près du cratère? Pourquoi est-il à peine poussiéreux, quand ses collègues les plus proches sont recouverts de boue et de gravats? Extrêmement soigné dans sa mise, il frappe le personnel de la morgue par ses vêtements, quasi neufs – un bleu de travail impeccable – et par la rigoureuse toilette de son corps, poncé, épilé. La rumeur fait le tour de l’hôpital: «A la morgue, il y a un kamikaze, un homme qui s’était préparé à mourir!» Pourquoi tous ces détails ne sont-ils pas notés dans la fameuse photocopie de l’ «examen de corps» annexée au dossier? Pourquoi ne sont pas non plus décrites les brûlures étendues que constateront les autres légistes, le lendemain, lors de l’autopsie à Rangueil? Pourquoi les yeux sont-ils notés «noirs», eux qui apparaissent d’un bleu éclatant sur les photos? Enfin, dernière absurdité: les remarques de la médecin légiste auraient dû inciter les enquêteurs à la rigueur; or Hassan J. a subi une «préparation thanatologique» le 22 dans l’après-midi, avant l’autopsie qui sera effectuée le lendemain. En clair, le corps a été toiletté et préparé en vue d’une présentation à la famille et à l’imam devant accomplir le rituel religieux. Une erreur de procédure qui pouvait effacer d’éventuels indices… 

4. Deux cadavres «en trop» sur le cratère?

L’urgence des soins, la gravité de la catastrophe, la difficulté à se repérer dans une usine détruite expliquent en partie le cafouillage qui a présidé au recensement des blessés et des morts sur le site. Au fur et à mesure qu’ils étaient découverts, les cadavres étaient acheminés vers trois dépôts mortuaires situés à proximité du cratère. Cependant, pompiers et policiers devaient noter l’emplacement exact de chaque corps. Un premier bilan fait état de 23 morts à AZF. Un second de 21. Mais les témoignages de pompiers recueillis par le SRPJ soulèvent plus de questions qu’ils ne donnent de réponses. Si l’on compare le plan établi par le comité d’hygiène et de sécurité de l’usine à celui qui a été dressé par le SRPJ, certaines contradictions intriguent (voir ci-dessus). Le cadavre de Hassan J. est relevé soit au bord du cratère, soit dans le bâtiment IO. Celui d’Abder T., soit au IO, soit près de la sortie A. Un autre manutentionnaire, Bernard L., censé se trouver près de ses collègues, aurait été retrouvé dans le IO, ou alors dans un tout autre bâtiment… 

Autre énigme: dans la nuit du 21 au 22, deux cadavres sont retrouvés à proximité du cratère par une équipe de pompiers qui s’apprêtent à quitter le site. Ils signalent qu’il s’agit d’un chauffeur de camion et d’un conducteur d’engin dont ils ignorent l’identité. Si l’on consulte la liste officielle des morts publiée quelques jours plus tard, deux chauffeurs et deux conducteurs d’engin y sont recensés. Or ces quatre hommes avaient déjà été retrouvés lorsque les pompiers signalent les deux nouveaux cadavres. Qui sont donc ces deux hommes? Impossible, aujourd’hui, de le déterminer avec précision. 

5. Aucune enquête n’a été menée pour vérifier l’emploi du temps de Hassan J.

Ancien délinquant condamné pour proxénétisme, vol et viol, soupçonné d’avoir participé à un trafic de voitures avec l’Allemagne, signalé par les RG comme proche de la mouvance islamiste, il aurait dû faire l’objet d’une enquête pointilleuse… qui reste à mener. D’après plusieurs témoignages que nous avons recueillis, Hassan J., embauché par une société de sous-traitance travaillant régulièrement pour AZF, manifeste un changement d’attitude quelques jours avant l’explosion. Il «traîne dans son travail et se balade un peu partout sur le site». Il entre plusieurs fois dans l’usine avec, dans sa voiture, un passager inconnu, ce qui est rigoureusement interdit et lui vaudra des remontrances du service de sécurité. Il fait embaucher un ami le lundi 17 au matin. Guère motivé, Djilali E. ne travaille pas, participe au différend avec les camionneurs la veille de l’explosion et ne vient pas travailler le jour même, «parce qu'[il ne s’était] pas réveillé». Toujours la veille de l’explosion, Hassan J. cherche à faire embaucher une autre relation, Smaïn B. Il le fait inscrire sous un faux nom, qu’il épelle «T.r.u.c.k», et se montre très énervé quand le service de sécurité refuse de laisser entrer ce nouveau venu. Le 21 septembre, il arrive à l’usine à 4 heures du matin, comme d’habitude, mais ne commence à travailler qu’à 5 h 30. Comme la veille, lui et deux autres intérimaires traînent. Les camionneurs s’énervent. Le ton monte. «Il nous a dit qu’il était un combattant turc, qu’il faisait la guerre», raconteront les deux hommes. Et puis cette phrase du manutentionnaire: «Tu vas voir, ça va être une bonne journée! Tu t’en souviendras…» 

Tous les chauffeurs impliqués dans ces altercations ont reconnu Hassan J. sur les photos d’identification. Ils reconnaissent aussi Abder T., mais signalent un troisième homme qu’ils ne retrouvent pas sur le catalogue de photos de la police. L’un des chauffeurs se souvient même de s’être colleté avec ce dernier à la sortie de l’usine, un peu avant 10 heures, le matin du 21 septembre 2001. 

6. Le curieux profil de Samir A.

Ce troisième homme, est-ce Samir A.? Le SRPJ était resté plus que discret sur ce troisième intérimaire. Originaire de Borj Menaïel, en Algérie, il obtient sa carte de résident en France à la fin de 1999. Il se fait embaucher à AZF le 19 septembre pour laver les carreaux. Le vendredi 21, deux jours plus tard, il quitte l’usine à 9 h 50. Soit une demi-heure avant l’explosion. Version officielle: il avait une gastro-entérite. C’est bien possible, mais, là encore, la police se contentera des déclarations de Samir A., affirmant ensuite: «Tous ses dires étaient vérifiés et s’avéraient exacts.» Or rien n’a été vérifié. 

Pourtant, les explications de Samir A. vont à l’encontre d’autres témoignages et du simple bon sens. Quelquefois, même, il ne dit pas la vérité. Ainsi, quand il quitte AZF le matin du 21 pour rentrer chez lui parce qu’il se sent trop mal, il précise: «Je ne tenais plus sur mes jambes», alors qu’un employé le voit sortir «à pas pressés». Puis, au lieu d’attendre le bus 52 devant l’usine, il s’en va à pied «chercher un autre bus» et ne prend pas la direction d’Empalot, où il dit habiter. 

Une demi-heure plus tard, il arrive à la station de métro Fontaine-Lestang, à 3 kilomètres de l’usine, quand le hangar 221 explose. Or, contrairement à ce qu’il explique aux policiers, aucun bus ne peut le déposer à cet endroit, à cette heure, ce matin-là. C’est donc bien à pied que cet homme «qui ne tenait plus sur ses jambes» parcourt 3 kilomètres en une demi-heure dans une direction opposée à celle de l’usine… et à celle de son domicile. 

En perquisitionnant chez lui, au début de l’enquête, la police découvre un devis de 120 000 francs pour l’achat de livres techniques sur la chimie et le génie industriel. Il explique l’avoir fait établir pour un ami. De même, on retrouve sur son compte un virement récent de 7000 francs provenant d’une banque new-yorkaise. Il parle d’un cousin, mais l’origine et la destination exactes de cet argent ne seront pas vérifiées. 

Autre question: pourquoi cet étudiant qui possède des diplômes universitaires choisit-il un travail de nettoyage à AZF? Il avait déjà accepté un poste d’homme de ménage dans les labos de l’usine à la fin de juillet et au début d’août avant d’aller passer ses vacances à Borj Menaïel… qu’il dit pourtant avoir fui pour «échapper à l’intégrisme». 

7. La mystérieuse disparition de 21 kilos de chrome 6

Début août: c’est à cette même époque qu’un colis contenant 21 kilos de chrome 6, un produit hautement dangereux, disparaît entre le magasin d’achats, où il a été réceptionné, et le laboratoire qui l’avait commandé. Ce puissant oxydant, utilisé pour des tests de routine, est incompatible avec les ammonitrates: il peut alors provoquer une puissante explosion à la moindre mise à feu. L’enquête interne de l’usine, au début de septembre 2001, ne permet pas de retrouver la trace de ces flacons. Après l’explosion, averti par le responsable du service Achats, le SRPJ se contentera de quelques investigations sommaires… Pourtant, à moins d’imaginer un scénario rocambolesque où les flacons de chrome auraient été pris par erreur dans le magasin d’achats de l’usine et déversés négligemment dans le hangar 221, c’est bien l’éventualité d’un acte criminel, volontaire, qui se trouve alors envisagée… A-t-on recherché des traces de chrome dans les nombreux prélèvements effectués autour du cratère? A-t-on tenté expérimentalement de reproduire une explosion avec ce produit introduit dans un tas d’ammonitrates? 

«Ce dossier est déconcertant, résume Me Collard, défenseur des familles de victimes. On a sélectionné des indices, ébauché des scenarii improbables et imposé la version de l’accident avant même tout procès. La situation devient irréelle.» Me Etelin, avec son inimitable accent de faux naïf, s’étonne: «Comment peut-on qualifier d’?expertises? de telles fantaisies pseudo-scientifiques? Et là-dessus on bâtirait une thèse qui prend les allures d’une procédure réquisitoire! C’est inimaginable…» Me Soulez Larivière, défenseur d’AZF, vient de dresser une longue liste d’investigations complémentaires qu’il demande d’effectuer. 

L’explosion de l’usine AZF à Toulouse, le 21 septembre 2001

Alors que ses prédécesseurs avaient laissé l’enquête entre les mains du SRPJ, ne procédant à aucune audition en un an, le juge Perriquet a commencé les siennes. Selon les avocats, il manifesterait une impartialité totale et serait prêt à explorer toutes les pistes. Encore faudrait-il que sa saisine le lui permette. Pour le moment, elle est toujours limitée à «homicides involontaires par violation délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence»… 

Une vingtaine de pirates a pris le contrôle de comptes de personnes célèbres. | Clifford Photographie via Unsplash. 
Une vingtaine de pirates a pris le contrôle de comptes de personnes célèbres. | Clifford Photographie via Unsplash

L’arnaque géante au bitcoin de Twitter menaçait depuis longtemps

C’est la plus sophistiquée d’une série d’escroqueries qui utilisent l’usurpation d’identité de célébrités.

Une chaîne YouTube se faisant passer pour celle de SpaceX a organisé un livestream: elle prétendait que le PDG de l’entreprise américaine, Elon Musk, donnait gratuitement 5.000 BTC [plus de 4 millions d’euros, au cours actuel du bitcoin].

C’était clairement une escroquerie: «Un compte avec 55.000 abonnés, une sorte de personnage d’anime comme icône et une page “à propos” en coréen», relève la chercheuse Brenna Smith. Mais en une heure, la chaîne a réuni 36.000 personnes devant le livestream, permettant aux hackers de soutirer 175.000 euros. Il leur a suffi de pirater le compte d’un fan de K-pop, populaire mais peu actif, pour diffuser le stream.

Depuis la création de la cryptomonnaie en 2009, des individus peu scrupuleux l’ont utilisé pour des arnaques. Mais une nouvelle approche a germé il y a deux ans et demi. «Les réseaux sociaux grand public et les célébrités fournissent deux ingrédients essentiels à un piratage lucratif: un large public et un semblant de crédibilité», explique la chercheuse.

À partir de février 2018, des hackers ont piraté des comptes Twitter disposant d’une large audience –certifiés pour certains– afin d’usurper l’identité de personnes connues. Leur «préféré» est Elon Musk: son nom apparaît dans pas moins de 225 arnaques sur Twitter, Facebook ou YouTube. Et parmi les célébrités à l’identité usurpée, on trouve aussi Vitalik Buterin (fondateur de la plateforme Ethereum), Jeff Bezos et Bill Gates.

Des centaines d’arnaques sur Twitter

En 2019, au moins 333 comptes Twitter s’adonnaient à des escroqueries au bitcoin: «Ils ont utilisé des bots, des comptes certifiés détournés, des comptes “jetables” tweetant des images trafiquées et des comptes dirigeant les utilisateurs vers des profils privés avec des liens vers des sites web dans leur bio», détaille Brenna Smith.

Ces chiffres ne sont pas énormes, mais ils ne constituent que la partie émergée de l’iceberg. Par ailleurs, certains escrocs utilisent le réseau social pour relayer des crypto-arnaques qui circulent sur YouTube et Facebook.

L’étape suivante était donc logique: la semaine dernière, plutôt que de créer de faux comptes, une vingtaine de pirates a pris le contrôle de véritables comptes de nombreuses personnalités pour promouvoir une arnaque au bitcoin –avec un butin assez décevant d’environ 157.000 euros.

Selon le New York Times, ils y sont parvenus en infiltrant le Slack de l’entreprise. Pour Brenna Smith, la multiplication des arnaques sur Twitter ces derniers mois ainsi que leur montée en sophistication aurait dû alerter le réseau social depuis longtemps.

Arnaques sur Internet : Le Russe Alexander Vinnik renvoyé en procès en France

Alexander Vinnik (au centre), escorté par la police grecque, en décembre 2017, peu après son arrestation.
Alexander Vinnik (au centre), escorté par la police grecque

Soupçonné de vastes escroqueries en ligne et au cœur d’un bras de fer entre France, Etats-Unis et Russie, le Russe Alexander Vinnik a été renvoyé en procès à Paris dans une affaire d’extorsion de dizaines de millions d’euros. Cet homme, arrêté en Grèce en 2017 et remis fin janvier aux autorités françaises, doit être jugé devant le tribunal correctionnel, a-t-on appris lundi de sources judiciaire et proche du dossier, confirmant une informationdu Parisien.

Dans son ordonnance, le magistrat instructeur l’a notamment renvoyé en procès pour « extorsion », « blanchiment aggravé », « association de malfaiteurs en vue de commettre un délit passible de 10 ans d’emprisonnement », ainsi que pour s’être introduit frauduleusement dans des systèmes de traitement automatisé de données, a précisé la source proche.

Un préjudice estimé à 135 millions d’euros

Alexander Vinnik, qui rejette ces accusations, est notamment soupçonné par la justice française d’être derrière le rançongiciel Locky, dont ont été victimes plusieurs dizaines de particuliers, collectivités et entreprises entre 2016 et 2018. Ce logiciel malveillant, qui crypte les données et ne les débloque que contre paiement d’une rançon, aurait occasionné un préjudice estimé en 2018 à environ 135 millions d’euros.

« Au bout de trois mois, le juge d’instruction, après avoir reçu de nouvelles pièces, clôt l’affaire avant même que nous puissions déposer nos observations. Nous n’avons pas pu exercer les droits de la défense », a réagi auprès de l’AFP l’avocate en France de Vinnik, Me Ariane Zimra. Elle a également déploré les conditions de remise de son client à la France, dénonçant une intervention du pouvoir exécutif grec et l’absence de traduction pour de nombreuses pièces du dossier.

Bitcoin et tourisme hellène

Alexander Vinnik a été arrêté dans une station touristique du nord de la Grèce en juillet 2017, sur la base d’un mandat d’arrêt américain. En janvier de la même année, un procureur fédéral américain avait prononcé 21 chefs d’inculpation à son encontre aux Etats-Unis où il est soupçonné d’être le cerveau de BTC-e, une des principales plateformes d’échange de bitcoin dans le monde jusqu’à sa fermeture.

« Grâce aux efforts de M. Vinnik, BTC-e est devenu l’un des principaux moyens par lesquels les cybercriminels à travers le monde blanchissaient les produits de leur activité illicite », a écrit le procureur américain Brian Stretch dans son acte d’accusation, consulté par l’AFP. De leurs côtés, les services de la police financière du Trésor américain, FinCen, avaient condamné civilement BTC-e à payer une amende de 110 millions de dollars. Alexander Vinnik lui-même avait écopé d’une amende de 12 millions de dollars.

Réclamé par Paris qui avait émis un mandat d’arrêt européen en 2018, Alexander Vinnik demandait à être extradé vers la Russie, où il est poursuivi pour une escroquerie portant sur 9.500 euros, sans commune mesure avec l’affaire BTC-e ou les faits qui lui sont reprochés en France. Mais le mandat européen ayant priorité pour la Grèce, il a fini par être remis aux autorités françaises, qui l’ont aussitôt mis en examen et écroué, le plaçant à l’isolement.


Espagne : L’ex-roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, prend le chemin de l’exil

Le roi d'Espagne Felipe VI et, l'ancien roi, Juan Carlos.
Le roi d’Espagne Felipe VI et, l’ancien roi, Juan Carlos.

Soupçonné de corruption et sous le coup d’une enquête de la Cour suprême, l’ex-roi d’ Espagne Juan Carlos a annoncé sa décision de quitter le pays dans une lettre adressée à son fils, le souverain Felipe VI, citée par la Maison Royale. « Guidé à présent par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions, et à toi en tant que Roi, je t’informe de ma décision réfléchie de m’exiler, en cette période, en dehors de l’Espagne », a écrit l’ancien souverain cité dans le communiqué de la Maison Royale, où le roi Felipe VI accepte et le remercie pour sa décision.

Début juin, la Cour suprême espagnole avait annoncé l’ouverture d’une enquête pour établir si Juan Carlos avait une responsabilité pénale dans une affaire de corruption présumée quand l’Arabie saoudite avait confié à un consortium espagnol la construction du TGV de la Mecque. La justice enquête sur ces faits depuis 2018, mais en vertu de l’immunité dont il bénéficie, seule la Cour suprême peut chercher à cerner la responsabilité de l’ancien monarque, aujourd’hui âgé de 82 ans, et uniquement pour des faits commis après son abdication. « C’est une décision que je prends avec une profonde peine, mais une grande sérénité », poursuit l’ancien souverain dans sa lettre.

Volonté du meilleur pour l’Espagne

« Il y a un an, je t’avais exprimé ma volonté et mon désir d’abandonner les activités institutionnelles », rappelle-t-il, affirmant avoir « toujours voulu le meilleur pour l’Espagne et la couronne ». « Avec la même ardeur que pour servir l’Espagne lors de mon règne, et devant les conséquences publiques de certains évènements passés de ma vie privée, je souhaite t’exprimer ma disponibilité la plus absolue afin de contribuer à faciliter l’exercice de tes fonctions, avec la tranquillité et la sérénité que requièrent ta haute responsabilité. Mon héritage, et ma dignité en tant que personne, me le commandent », écrit Juan Carlos.

Sur son site où a été publiée la lettre officielle, la Maison Royale précise que le Roi a souligné « l’importance historique » du règne de son père « au service de l’Espagne et la démocratie », tout en « réaffirmant les principes et valeurs sur lesquels celles-ci sont basées, la Constitution et notre ordonnancement juridique ».

Juan Carlos Ier avait abdiqué en juin 2014​ en faveur de son fils Felipe, alors que la fin de son règne avait été ternie par différents scandales, et en particulier des soupçons sur sa fortune opaque et ses relations étroites avec la famille royale saoudienne.


Espagne: Une photo de Juan Carlos avec le prince héritier saoudien fait polémique

ESPAGNE  L’ancien roi espagnol a des liens étroits avec la famille royale saoudienne, qui ont permis à l’Espagne de décrocher des contrats très importants dans le royaume wahhabite…M.C. avec AFP

La photo de Juan Carlos avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a été reprise par de nombreux journaux espagnols.
La photo de Juan Carlos avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a été reprise par de nombreux journaux espagnols.

« La photo de la honte », titre le quotidien conservateur espagnol El Mundo. La gauche espagnole anti-royaliste a fait ses choux gras d’une photo de l’ancien roi Juan Carlos avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, éclaboussé par le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, se saluant à Abou Dhabi. La photo, diffusée sur Twitter par le ministère saoudien des Affaires étrangères, est reprise lundi par de nombreux journaux espagnols.

Les partis de gauche radicale Podemos et Izquierda Unida ont immédiatement dénoncé dimanche soir cette rencontre imprévue entre l’ancien monarque, venu assister au grand prix de Formule 1 d’Abou Dhabi, et le prince saoudien en tournée dans le Golfe.

« C’est humilier l’Espagne et les Espagnols », écrivait Pablo Echenique, un des principaux dirigeants de Podemos sur son compte Twitter. « Les amitiés des Bourbons sont un reflet fidèle d’une époque qui doit prendre fin », a estimé sur le même réseau Alberto Garzon, le patron de Izquierda Unida.

« Le roi émérite est obligé de respecter certaines formes »

Lundi soir, un porte-parole de la famille royale a cherché à minimiser cette rencontre en affirmant qu’il s’agissait d’un « salut exigé par le protocole, sans signification institutionnelle et précédé d’aucune rencontre ».

Le roi Juan Carlos, de la dynastie des Bourbons d’Espagne, a abdiqué en 2014, après plusieurs scandales, en faveur de son fils Felipe VI, qui essaie depuis de redorer le blason de la couronne. Juan Carlos a des liens étroits avec la famille royale saoudienne, qui ont permis à l’Espagne de décrocher des contrats très importants dans le royaume wahhabite.

« Le roi émérite est obligé de respecter certaines formes, d’avoir une vision de l’Etat et de sentir ce qui est opportun, écrit El Mundo. Et en ce moment, il n’est pas opportun de se faire photographier ainsi avec le prince héritier saoudien ».

Selon des médias américains, la CIA n’a pas de doutes sur la responsabilité de Mohammed ben Salmane dans le meurtre de Khashoggi. Mais le président américain Donald Trump maintient que ses services de renseignements n’ont « rien trouvé d’absolument certain ». Après avoir dans un premier temps nié la disparition du journaliste critique envers la famille royale, l’Arabie saoudite a fini par reconnaître sous la pression internationale qu’il avait été tué et démembré dans son consulat à Istanbul lors d’une opération « non autorisée ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !