MACRON

 Après la pandémie, l’ignominie de Macron

Je n’ai cessé de le dire bien avant que Macron soit élu Président. Macron est un imposteur. C’est surtout un homme dangereux.

Il est arrivé au pouvoir en se comportant sans scrupule vis-à-vis de quiconque.

Grâce à une gigantesque opération mêlant publicité, propagande et instrumentalisation de la justice.

Avant que le coronavirus de Wuhan ne déferle sur la France, il avait déjà montré ce qu’il y avait de vil en lui.

Ce qui a mené au soulèvement des gilets jaunes a été son insupportable mépris pour les gens qui ne sont pas de sa caste, qu’il n’a cessé d’insulter.

Ses réponses au soulèvement des gilets jaunes qui, au commencement, était une révolte contre l’oppression étatique et fiscale, ont été absolument odieuses.

Elles ont associé le dédain arrogant au recours à la violence policière, agrémenté de l’usage de gauchistes violents chargés de faire apparaître de pauvres gens désespérés comme des barbares et des casseurs. Plusieurs personnes ont perdu un œil, une main ou un pied et ont été mutilées à vie.

L’attitude de Macron pendant la grève contre le médiocre et inutile réforme des retraites a été identique.

Il était devenu à ce moment le Président le plus détesté depuis le début de la Ve République.

Puis est venu ce qui constitue pour l’heure une forme d’apothéose dans l’ignominie et l’horreur : la gestion de la pandémie. Les mensonges ont succédé aux mensonges, les mesures ineptes se sont ajoutées aux mesures monstrueuses.

Les frontières ont été laissées ouvertes jusqu’à une date tardive et les vols venus de Chine ont apporté leurs suppléments de contagion.

Les masques et les moyens de protection ont manqué au personnel soignant. Des médecins, infirmiers et infirmières sont morts.

L’absence de gestion en aval a conduit à l’engorgement des hôpitaux, au tri des malades et au recours à l’euthanasie.

Les médecins en France se sont vu retirer l’autorisation de prescrire et n’ont pu offrir que paracétamol ou Rivotril.

Le traitement proposé par le professeur Raoult, utilisé avec succès sur les cinq continents a été refusé par un pseudo comité scientifique composé de gens achetés par les grands laboratoires pharmaceutiques et par un ministre lui-même acheté, Olivier Véran, qui succédait à une ministre elle-même achetée, Agnes Buzyn.

L’hydroxychloroquine est soudain devenue un médicament diabolique et le professeur Raoult, qui s’est comporté en médecin digne de ce nom d’un bout à l’autre de la pandémie, a subi une opération de démolition qui a pu ressembler aux minutes de haine décrites dans le 1984 de George Orwell.

Des imposteurs dont la cuistrerie grandiloquente ressemblait à celle du docteur Diafoirus, si bien décrit jadis par Molière, se sont répandus en propos imbéciles sur les plateaux de télévision où les vomissures qu’ils ont proférées ont alterné avec leurs paroles de mansuétude servile envers le Président et le gouvernement.

La peur a été agitée dans les grands médias aux ordres pour obtenir la soumission et un emprisonnement de la population sous contrôle policier.

Les Français ont dû passer à la liberté surveillée courant mai. Ils viennent de se voir accorder par Macron une liberté un peu moins surveillée.

Celui-ci vient de se livrer à un obscène exercice d’autosatisfaction.

“Nous pouvons être fiers de ce qui aété fait”, a-t-il dit. “Nous n’avons pas à rougir de notre bilan. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix, par nos actions”, a-t-il ajouté.

Il n’a vraiment honte de rien !

Le bilan, c’est 30.000 morts, ce qui place la France dans le quatuor de tête des pays qui ont accumulé le plus grand nombre de morts par millions d’habitants. Et comme l’a écrit dans un livre sur lequel je reviendrai le professeur Christian Perronne, une large part de ces vies auraient pu être sauvées s’il y avait eu en France un Président digne de ce nom, un conseil scientifique non vendu aux grands laboratoires pharmaceutiques, et des ministres de la santé eux-mêmes non vendus.  Ces gens sont des criminels.

S’il y avait eu en France un Président digne de ce nom, il aurait écouté Didier Raoult, Christian Perronne, Philippe Douste-Blazy, ce qui aurait pu être l’impulsion qui aurait conduit d’autres gouvernements européens à agir eux aussi pour sauver des vies, et ce qui aurait permis à Donald Trump de vaincre les objections du docteur Anthony Fauci, lui-même vendu aux grands laboratoires pharmaceutiques, et de sauver des vies américaines.

Le bilan, c’est un emprisonnement de la population pendant de longues semaines et l’instauration d’un régime autoritaire en France de manière provisoire (les dirigeants français ont vu qu’en faisant peur, ils peuvent installer un régime autoritaire, et c’est un précédent très grave. Il y avait eu un autre précédent, le régime de Vichy, je sais). Le “confinement” strict, je le répète, n’était pas nécessaire et a sans doute aggravé la situation sanitaire du pays.

Le bilan, c’est une économie sinistrée.

Des milliers d’entreprises vont déposer leur bilan ou l’ont déjà fait.

La France sera en récession, voire en dépression, pendant une période indéterminée qui s’étendra jusqu’au milieu de 2021 peut-être au-delà. On parle de onze pour cent de croissance négative, voire davantage. Les chiffres de la pauvreté et du chômage vont connaitre une hausse vertigineuse et durable.

 Et Macron poursuit ses ineptes et délétères lubies écologiques !

Il persiste à parler d’économie “forte, écologique, souveraine et solidaire”.  Outre l’écologie, il y a chez lui de la “solidarité” obligatoire, donc du socialisme par la redistribution, chacun devrait avoir compris depuis longtemps. Les mots “forte” et “souveraine” sont incompatibles avec les handicaps créés par l’écologisme et par la redistribution accouplée à l’immigration qui va se poursuivre.  

La situation est grave. Les impôts ne vont pas augmenter, a dit Macron. Ils sont les plus lourds du monde développé. Ils ne vont pas baisser non plus.

Et il n’y a, hélas, pas d’alternance politique sur l’horizon. Economiquement, aucun parti ne propose quoi que ce soit qui pourrait permettre un retour au dynamisme.

L’ordre est en train de se dissoudre. Une manifestation d’immigrants illégaux a pu se tenir sans difficulté à Paris, et le gouvernement et Macron ont fait preuve de mansuétude complice. Il en est allé de même pour la manifestation de racistes antiblancs et de gauchistes anti-occidentaux organisée par la famille de délinquants d’Adama Traoré, lui-même délinquant. Et on a pu y entendre des vociférations antisémites.

Il reste en France des hommes et des femmes politiques dignes de ce nom, des médecins intègres, des journalistes scrupuleux. Ils sont peu nombreux. Ce que je viens d’écrire depuis le début de cet article n’est publiable dans aucun grand journal et dans aucun magazine français. Il fut une époque où je pouvais publier des articles en France. Je sais que cette époque est révolue.

J’aimerais penser qu’un redressement est possible et qu’il y aura un après Macron. Pour l’heure, je n’y parviens pas. Je vois, avec douleur, le désastre, surtout le désastre.

Les mois à venir en France vont être douloureux, vraisemblablement horribles. Toutes les institutions seraient à rebâtir, car elles sont toutes à terre.

Et je n’ai rien dit des zones de non-droit, de l’islamisation du pays, du fait que tous les leviers de pouvoirs restent dans les mains de gens qui n’auraient jamais dû être à même de s’en approcher.

Est-il possible encore de sauver la France ? J’en doute. Il reste peu de temps.

  1. Landeric dit :Je retiens de tout cela qu’il y a une majorité de sales cons d’électeurs qui ont donné leur suffrage à cet étron et à cette assemblée nationale croupion LREM.Trop facile de s’en prendre à l’étron lorsque l’on se refuse depuis plus de 50 années à mettre au pouvoir le RN (ex FN) ou des partis gravitant autour de cette mouvance.On avancera que seul 28% des sales cons l’ont plébiscité et je répond que les abstentionnistes et autres pêcheurs à la ligne ont fait de même par leur absence.Je n’espère rien de ce conglomérat de dégénérés sinon une guerre civile entre ce qu’il reste de français et les envahisseurs droit du sol, les dégénérés dans l’attentisme de leur nouveau maître comme en 44 tandis que les français vaincus fuiront à l’Est.L’ignominie, c’est ceux qui chérissent les causes de leur malheur, qu’ils crèvent et que la sélection naturelle s’abatte sur eux.RÉPONDRE
    1. Bruno dit :Le RN est un parti encore plus socialiste que LREM !
      Si 10% des électeurs du RN avaient porté leurs suffrages sur F.Fillon qui lui avait un vrai programme de droite, il aurait été élu contre Macron.
      Le RN est l’allié objectif des socialistes, et pour cause, son programme économique est socialiste.
      Comment se dire de droite et voter pour un parti qui propose la retraite à 60 ans, l’augmentation exponentielle du nombre de fonctionnaires et de leur rémunération, le contrôle administratif de certains prix, la suppression des (déjà bien frileuses) lois travail, la hausse des pensions, le contrôle des chefs d’entreprise, les nationalisations, le retour de l’ISF intégral,…
      Bref, la tactique du RN pour sauver la France de l’immigration, c’est la ruine absolue qui fera de la France un pays que tout le monde fuira.
      Tant que le RN existera nous en serons à nous dire, les authentiques libéraux, qu’avec Macron, malgré ce qu’en dit le Pr Millière, nous évitons encore bien pire.
      C’est à Marine Le Pen que nous devons cette punition et à ceux qui prétendent encore qu’elle serait de droite !RÉPONDRE
      1. Fleur de Lys dit :@BrunoTous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat.Voilà comment vous raisonnez. Vous placez causes et effets comme cela vous arrange. Le RN est là parce que la gauche et la droite ont trahi, l’une le peuple, l’autre la patrie. Ne renversez pas les responsabilités et n’attenuez pas les fautes.RÉPONDRE
        1. LAFAGE dit :D’autant plus qu’aux Européennes, on a vu le résultat. Le RN est largement devant LR.RÉPONDRE
          1. Bruno dit :Lafage,
            Nous avons donc 2 partis socialistes qui sont en tête des élections.
            En grande partie parce que nombre d’électeurs de droite se fourvoient en pensant que le RN serait un parti de droite alors qu’il en est l’inverse.RÉPONDRE
            1. Jacques Ady dit :En réalité, tous les partis y compris LR sont socialistes, à des degrés divers. N’essayez pas de nous faire croire que LR est un parti économiquement libéral : à chaque fois que ce parti (appelé RPR puis UMP puis LR) a été au pouvoir ces dernières décennies, il n’a JAMAIS changé significativement de politique économique. La grande majorité des dirigeants de ce parti, s’ils étaient américains par exemple, seraient des Démocrates.
              Le « libéralisme » économique de LR ne l’est qu’à la marge. Je ne vois pas non plus ce parti protester contre la capitalisme de connivence – qui semble-t-il l’arrange bien – , ou contre l’Europe telle qu’elle existe aujourd’hui, à savoir hyper-bureaucratique et antidémocratique à bien des égards.
              La réalité, c’est que nous avons aujourd’hui, en France, le choix entre rouge vif, incarnat et rose foncé, au plan économique.
              Et je ne parle pas de sujets comme l’immigration ou l’islam, ou la délinquance, ou le « réchauffement climatique d’origine anthropique » ou la politique internationale (Israël, les USA, l’Iran etc etc.)…
              La droite dite « républicaine » française a trahi à la fois ses idées et ses électeurs. Qu’elle ne s’étonne pas que les gens aillent chercher ailleurs ! Et ne me faites pas le mauvais procès que je ferais la promotion du RN, parti que je trouve aussi médiocre que les autres.RÉPONDRE
              1. Bruno dit :@Jacques,
                On trouve toujours qu’un parti n’est pas assez proche de ses propres idées.
                Personnellement, je me suis engagé aux LR pour faire valoir les miennes car en restant en dehors on laisse la place à ceux qui ne les partagent pas et on ne peut que se lamenter.
                Cela a conduit au programme Fillon, qui, selon moi était vraiment un programme de droite même si on pouvait ici ou là penser qu’il pouvait être amélioré. C’était en tout cas plus qu’un pas dans la bonne direction: supprimer 500 000 fonctionnaires, supprimer les 35h, créer un choc fiscal, retraite à 65 ans,…
                Je ne suis pas pour la politique du pire et je vote toujours pour le moins socialiste.
                Et entre un Démocrate à l’américaine et un socialiste à la française, je n’hésite pas une seconde à choisir le premier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !