IMAM

IRAN : FATWA PÉDOPHILE DE KHOMEINI
SUR LE SITE DU GUIDE SUPRÊME ALI KHAMENEI


Le Guide suprême de la République islamique d’Iran, Ali Khamenei, promeut la Fatwa #12 de l’Ayatollah Khomeini.
(Fatwa #12) – La monte de l’épouse n’est pas admise avant qu’elle ait atteint 9 ans, que le coït soit continu ou interrompu. Quant aux autres plaisirs courants, tels que les attouchements lascifs, les étreintes et l’action de frotter le pénis entre les cuisses, il n’y a pas de mal à les pratiquer même avec les nourrissons. Mais si la «monte» de l’épouse par l’époux s’effectue avant 9 ans, sans qu’il la «défonce», aucune conséquence n’en résultera à part la faute tout au plus. Mais s’il la «défonce» de telle sorte que la voie urinaire et le vagin deviennent une seule voie, ou que le vagin et le rectum ne fassent qu’un, il lui sera interdit (haram) de la «monter» à jamais, mais la règle s’applique de préférence dans le second cas (si le vagin et le rectum ne font qu’un). Et dans tous les cas il lui sera difficile de la répudier; en ce qui la concerne les règles sur l’héritage, l’interdiction de la cinquième épouse, l’interdiction d’épouser sa sœur etc. s’appliqueront. Tant qu’elle est vivante il doit de préférence pourvoir à ses dépenses même s’il la répudie et dans le cas où elle se remarie, cette règle ne manque pas de pouvoir contraignant. Du fait qu’il l’a défoncée il lui doit la compensation prévue en cas de meurtre accidentel, si elle est libre (si elle n’est pas une esclave) elle a droit à la moitié de la compensation prévue dans le cas d’un homme, ajouté à cela la dot à laquelle elle a droit d’après le contrat et du fait de la consommation du mariage.Mais s’il consomme le mariage après qu’elle a atteint l’âge de 9 ans et qu’il la défonce, elle ne lui sera pas interdite et la compensation ne lui sera pas due, mais il est préférable dans ce cas qu’il voit à ses dépenses tant qu’elle est vivante. Sinon il ne va pas se gêner pour la tuer… S’il a une petite épouse et qu’elle tète de sa fille, de sa mère ou de sa sœur, ou de la femme de son frère, son mariage est invalidé et elle devient illicite pour lui. Parce que par cet allaitement, elle est devenue sa fille, sa sœur, sa nièce… et elle devient donc illicite pour lui après {le mariage} comme elle aurait été rendue illicite avant {le mariage}.Et s’il a deux épouses – une petite et une adulte – et que l’adulte allaite la petite, alors l’adulte devient illicite pour lui parce qu’elle est devenue la mère de sa femme. Je compile les conneries que se permettent d’affirmer les Imams pour en faire un livre ; IMAM & CRETIN qui donne toute la dimension du crétinisme ! Khomeini préservé par la France, est resté des années à Paris à nos frais, avant d’aller détruire l’Iran pour en chasser le roi et sa belle princesse Soraya… Il vivait dans un bel appartement avenue Foch prés du bois de Boulogne, ou il fréquentait les transsexuelles… Du coup, pas ingrat mais gardant des bons souvenirs des femmes à bites, ils a rédigé un haddit pour les protéger… En Iran pays homophobe qui pend les homos à des grues de chantier, les transsexuelles sont une espèce protégée ! Pire, si un homosexuel accepte de se faire châtrer pour devenir trans” il a la vie sauve ! C’est dire la dose de connerie… car d’être homosexuel ou trans ce n’est pas la même chose… par exemple les homos n’aiment pas les trans puisqu’ils n’aiment pas les femmes ! 

Momo azgbal

Momo azgbalil Pourquoi un tel crétin peut énoncer, toute honte bue, de telles contre vérités, de telles sornettes et être écouté religieusement par des centaines d’hommes. Pauvre religion contrainte de s’appuyer en France sur de tel charlatan. L’ensemble de son “œuvre” est du même acabit. Et il ne comprend pas pourquoi il fut évincé de la mosquée Ibn Rchd. Sournoisement il assure ne pas comprendre comment et pourquoi des jeunes suivant ses prêches sont partis se faire tuer en Syrie. Bien sûr qu’il sait parfaitement ou se trouve dans ce dossier sa responsabilité. Son prêche post décès n’a pour but que donner le change et éloigner de lui tout soupçon.

Vous pouvez juger sur pièce du niveau des prêches d’un crétinisme absolu qui s’adressent à des individus au QI d’huitre… infantilisés.

Quand l’imam Khattabi justifiait la pédophilieMontpellier – 

La nouvelle émission de Bernard de la Villardière, Dossier Tabou, diffusée sur M6 et consacrée à l’Islam en France, a mis à jour le dossier déjà très chargé de l’imam Mohamed Khattabi de la mosquée Aïcha. L’imam connu pour ses positions proches de l’islamisme, avait, par le passé, apporté son soutien aux « moudjahidines » et présentait les femmes comme « égoïstes par nature ». Dans son reportage, de la Villardière présente des extraits vidéos d’un prêche de Khattabi dans lequel l’imam tente de justifier les rapports sexuels avec de jeunes mineurs. Lengadoc Info a retrouvé la vidéo complète de ce prêche réalisé à la grande mosquée de Montpellier.Pour l’imam Khattabi c’est la puberté qui compte, non l’âgePour défendre son point de vue, l’imam Mohamed Khattabi se réfère au mariage du prophète Mahomet avec la jeune Aïcha : « Quand le prophète a demandé Aïcha en mariage elle avait 7 ans. Il a consommé son mariage quand elle avait 9 ans ».Selon lui, « l’âge adulte est une innovation occidentale. Dans l’Islam c’est l’âge de la puberté ». Il ajoute : « Il faut faire la différence, dans la société on parle de détournement de mineur et à partir de 18 ans le jeune garçon ou la jeune fille fait ce qu’il veut. L’Islam est plus réel, plus naturel, parce que l’âge de puberté ne dépend pas de l’âge (…). Il y a certains signes qui apparaissent et qui disent que la personne est pubère, qu’elle devient responsable devant Allah et devant la société(…). Dès que les signes sont là, la personne est prête (…) c’est l’approche de l’Islam. Comme un fruit dans l’arbre, il est mûr, tu dois le cueillir sinon il va pourrir ».Et au cas où on aurait un doute sur l’âge de la puberté, Mohamed Khattabi est très clair : « Une fille peut devenir pubère à 9 ans, 8 ans, 10 ans, 11 ans et croyez moi, si le prophète s’est marié avec Aïcha c’est qu’elle était pubère et si il a consommé avec elle c’est qu’elle était pubère. Dans cela le musulman ne doit trouver aucun grief, aucune gène, il ne doit pas se sentir mal parce qu’aujourd’hui la lumière vient de l’Occident. (…) au niveau éthique et au niveau religieux l’Occident est loin d’être un modèle ».  

Apostat-Afghan🙂🇫🇷 on Twitter: "Par "savants" On parle pas des ...
Comportement de Mohammed indigne d'un prophète
Comportement de Mohammed indigne d'un prophète
Pour Tareq Obrou, les nazis sont les principales victimes d ...


Al-Qaradawi se lâche : «Comment j’ai abordé mon ex-épouse algérienne la première fois»

Youssef Al-Qaradawi. D.R.

Ce sont les musulmans qui ont inventé l’étoile jaune pour signaler les Juifs

Ce sont les musulmans qui ont inventé l’étoile jaune
pour signaler les Juifs

Information sur l’origine réelle de l’étoile jaune, à diffuser et faire connaître autour de vous. Car ce sont les musulmans qui sont en effet les inventeurs d’une marque jaune pour signaler les juifs. Dispositifs de marquage des Juifs au cours de l’histoire. L’étoile jaune renoue avec la tradition des marques l’infamie imposées aux Juifs au cours des siècles..La première semble avoir été conçue par le calife Omeyyade ʿUmar II pour honorer les sujets non-musulmans qui s’acquittent des taxes qui leur sont imposées en vertu de la dhimma mais elles sont bientôt imposées à l’ensemble des dhimmis avec d’autres signes de disgrâce. Au IXe siècle, le calife abbasside Jafar al-Mutawakkil (847—861) oblige les non-musulmans à peindre sur leurs demeures des singes (pour les juifs) et des porcs (pour les chrétiens). Vers la même époque au Maghreb, le cadi Ahmed ben Tâlib oblige les dhimmis de Kairouan à porter sur l’épaule un morceau d’étoffe de couleur blanche portant l’image d’un singe pour les juifs et celle d’un porc pour les chrétiens ; ils sont tenus d’accrocher les mêmes images sur leurs portes.. Selon un document du XIIe siècle conservé dans une gueniza, obligation était faite aux Juifs de Bagdad de porter« deux insignes, l’un sur le turban et l’autre sur le col. De plus, chaque Juif doit accrocher autour du cou une pièce de plomb comportant le mot Dhimmi. Il doit aussi porter une ceinture autour de sa taille. Les femmes doivent porter une chaussure rouge et une chaussure noire, ainsi qu’une clochette à leurs cols ou chaussures ». Apparemment importée en Europe occidentale par les Croisés, la marque d’infamie est imposée aux Juifs et Sarrasins par le concile du Latran de 1215, officiellement afin de limiter les rapports sexuels « accidentels » entre chrétiens et femmes juives ou sarrasines.https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89toile_jaune

Pour la République islamique d’Iran, Georges Floyd est un saint !

Pour la République islamique d’Iran, Georges Floyd est un saint !

Si les banlieues  noires  américaines  et les banlieues françaises islamisées rivalisent dans l’art de la fresque de rue pour célèbrer les délinquants Floyd et Traoré.

L’Iran fait mieux !

L’Iran présente Georges Floyd selon les codes iconographiques  des saints de l’islam chiite :Dr. Reza Parchizadeh@rezaparchizadeh

The Iranian regime has turned the late #George_Floyd into Saint George, Shiite-style! #Beware_Foreign_Influence

Voir l'image sur Twitter

Cela est tout à fait conforme à tout autre comportement du régime islamique d’Iran.

Lorsqu’il ordonne aux gens de crier « Mort à l’Amérique » tous les vendredis dans les mosquées, le régime fait de la destruction de l’Amérique un acte sacré.

Le meurtre de George Floyd a déclenché des émeutes destructrices et des troubles continus aux États-Unis, une manifestation du jugement d’Allah contre le Grand Satan.

Alors bien sûr, George Floyd est un saint.

(Note de Jack – Je suis persuadé que les dirigeants de l’Iran n’en croient rien, mais là n’est pas la question. Il s’agit tout simplement d’exploiter l’affaire. J’avais lu il y a plusieurs mois, et n’ai malheureusement pas conservé cet article, que l’islam tentait de prendre le contrôle du mouvement « Black lives matter ». Il serait intéressant de connaître l’actuel contenu des prières dans les mosquées des pays de l’Europe de l’Ouest).   

Note d’Antiislam

Dommage que « nos » musulmans  « français » soient, eux,  sunnites.

Et vomissent les saints comme étant contraires   à l’unicité divine (« tawhid »).

Sinon Adama Traoré aurait une belle carrière dans le cursus honorum des musulmans sunnites.

A l’égal des monstres que l’Islam met en avant, à commencer par le premier de leurs monstres : Mahomet.

Reste une solution :si  les Iraniens pouvait s’intéresser à  notre pôvre Adama…

Peut-être Adama est-il, beaucoup  mieux que Floyd, le douzième imam, l’imam caché de la tradition chiite ?

Egypte: Washington déplore la désignation «terroriste» des Frères ...
école : références: L'islamisation selon les frères musulmans

Qui est Adnan Ibrahim ? 


Qui est Le prédicateur Cheikh Adnan Ibrahim ?

1- Adnan Ibrahim est né en 1966 à Ghaza en Palestine 

2- Il a fait sa scolarité à l’UNRWA, il immigre en Yougoslavie où il entame des études en médecine, qu’il quittera après le déclenchement de la guerre civile pour l’Autriche. 

3- Il ne finit pas ses études de médecine, il entreprend à la place des études en sciences islamiques au Liban. 

4- Il obtient à l’issue de ses études le diplôme de Magister avec une thèse dont le thème était “l’âge que Aicha avait à sa première relation sexuelle avec le prophète Mohamed” 

5- Adnan Ibrahim a le titre de Docteur mais ne présentera sa thèse de doctorat qu’en 2014. 

6- Adnan Ibrahim est Imam-prédicateur à la mosquée Echoura de Vienne en Autriche, il préside également l’association de rencontre des civilisations, que ses frères et lui ont créée. 

7- Beaucoup voient en Adnan Ibrahim, un religieux progressiste et réformiste qui tient à sortir l’Islam de la stagnation qu’il connait. Il combat également toutes les déformations que subit la religion musulmane à cause des prédicateurs-charlatans, selon lui. 

8- Il dit en parlant de lui, qu’il est le Martin LUTHER des arabes.


9- Il est critique à l’encontre des conquêtes musulmanes (Foutouhates) et les considère comme des actes d’agression contre les peuples les ayant subies, il est également contre la demande de la diziya (impôt imposé aux non-musulmans vivant en terre musulmane) et contre aussi les persécutions par les musulmans, des minorités juives et chrétiennes. Il est pour les régimes et systèmes laïques et libéraux.
10- Adnan Ibrahim affirme que l’Islam est en plein déclin et tend à sa totale disparition si de vraies réformes n’y sont pas apportées.
11- Adnan Ibrahim croit aux pouvoirs divins dont certaines personnes sont douées. Il prétend lui même les avoir et qu’il les aurait utilisés pour tricher à ses examens de médecine et pour allumer la lumière sans électricité.
12- Il croit aux démons (Djinns) et diables et raconte des anecdotes selon lesquelles de belles diablesses lui seraient apparues pour le tenter.
13- Adnan Ibrahim dit que Stephen HAWKING est un philosophe ridicule, qu’il souffrait de troubles psychologiques dû à son handicap. Karl Marx selon Adnan Brahim serait un idiot.
14- Il a aussi critiqué Richard DAWKINS en déclarant que la sélection naturelle est une théorie ridicule. Cependant, dans une série de documentaires qu’il avait fait, il a fait l’éloge de DARWIN et se dit d’accord à 99% avec ce dernier concernant la théorie de l’évolution.
15- Adnan Ibrahim, considère l’homosexualité comme une déviance sexuelle, que la personnalité de l’homosexuel est une personnalité incomplète, que l’homosexualité aussi est une violation des lois d’Allah et enfin pour lui les homosexuels ne seraient pas des êtres humains. Il est cependant contre les hadiths qui incitent à brûler les homosexuels, à les jeter d’endroits en hauteurs ou de les tuer

“Les homosexuels devraient être tués, brûlés vifs, lapidés à mort”, selon la télévision des Frères musulmans en Turquie (Vidéo)


Apostat-Afghan🙂🇫🇷 on Twitter: "Par "savants" On parle pas des ...
“Les homosexuels devraient être tués, brûlés vifs, lapidés à mort”, selon la télévision des Frères musulmans en Turquie (Vidéo)

En direct sur Watan TV, une chaîne de télévision des Frères musulmans basée en Turquie, une présentatrice a expliqué que le prophète Mahomet avait ordonné de tuer tous les homosexuels. 

L’homophobie des Frères musulmans exposée au grand jour. Le 16 juin dernier, une chaîne de télévision de l’organisation islamique basée en Turquie, Watan TV, a été le théâtre d’un véritable appel au meurtre de la communauté gay, rapporte la chaîne de l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient. La présentatrice, une certaine Hala Samir, s’est en effet livrée à un monologue d’un peu plus d’une minute, au cours duquel elle a notamment estimé, au nom du prophète Mahomet, que « les homosexuels devraient être tués, brûlés vifs et lapidés à mort ».

https://youtu.be/qweG_NVkr24

« Les compagnons du prophète Mahomet sont unanimement d’accord »

Citant le fondateur de l’islam, Hala Samir a notamment assuré que si un musulman « trouve un homme engagé dans un acte homosexuel, il faut tuer celui qui est actif aussi bien que celui qui est passif »« Ne commencez pas à demander : ‘Etes-vous actif ou passif’. Tuez-les tous les deux », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter : « Les compagnons du prophète Mahomet sont unanimement d’accord pour dire que les homosexuels doivent être tués. Certains disent qu’ils doivent même être brûlés vifs. […] D’autres estiment qu’ils doivent être jeté d’un toit et lapidés à mort ».

La présentatrice a d’ailleurs souhaité que le même tarif soit appliqué aux lesbiennes. « Les gens se demandent si les mêmes règles s’appliquent au lesbianisme. L’école islamique dit, unanimement, que le lesbianisme est interdit », a-t-elle assuré. « Certains disent : ‘Je ne suis pas homosexuel, je suis gay’. Ils veulent juste que ça sonne mieux. Vous êtes un homosexuel, un sodomite et une lesbienne », a-t-elle conclu.

Selon un imam de Miami, le christianisme est responsable
des pillages en Amérique, l’islam est la solution …

Le Christianisme est responsable des émeutes en Amérique – Darwin avait appelé à exterminer les gens à la peau foncée, car il les voyait comme des mi-Hommes – Les musulmans ne devraient pas participer aux manifestations des «Black Lives Matter.

Lors d’un sermon prononcé le 5 juin dernier au « North Miami Islamic Center », également connu sous le nom de « Masjid As-Sunna An-Nabawiyya North Miami », l’imam Dr. Fadi Yousef Kablawi fit part de son amertume de voir les musulmans participer aux manifestations des « Black Lives Matter », car « Chaque vie compte ».

Après avoir exprimé sa tristesse et sa douleur de voir ces slogans brandis par des musulmans, l’imam retrouva des couleurs et déclara, illuminé par Allah, l’Omniscient :

” De nos jours, le principal problème de l’Amérique et de l’Occident, c’est le christianisme. » Et il en expliqua la raison : « les Chrétiens croient que Jésus est mort pour leurs péchés ; dès lors, ils pensent pouvoir commettre des crimes, comme le pillage et se repentir par la suite. »

Et d’ajouter : « la seule solution aux problèmes de l’Amérique, c’est … l’islam. »

Le sermon, intitulé « C’est ainsi que nous devrions considérer la question de George Floyd en tant que musulmans », fut diffusé en direct sur la page Facebook de la mosquée.

Le Dr Kablawi, un dentiste originaire de Jordanie, avait écrit un article dans le magazine islamique Ghurabaa en 2010 en affirmant que les Juifs subissaient la colère de Dieu. En novembre 2019, un membre du « North Miami Islamic Center » un certain Salman Rashid, fut arrêté pour avoir planifié une attaque de l’EI contre les doyens du Broward College et du Miami Dade College.

« Vous voyez des musulmans qui soutiennent la cause des « Black Lives Matter.. Chaque vie compte . Chaque vie compte. Et cela fait mal de voir des musulmans brandir de telles pancartes. Chaque vie compte et si vous vous opposez à l’injustice, vous devez vous dressez contre toute injustice qui pourrait être commise à l’encontre de chaque individu .

Le plus grand problème que je vois en Amérique, c’est le christianisme. Sérieusement oui ! Et en Europe, ce n’est pas mieux. La façon dont le christianisme a été corrompu est la principale raison, oui la principale raison de ce qui se passe dans ce pays.

Jésus, leur dieu, comme ils le prétendent, fut tué, non pour une mauvaise raison, mais à cause de vos péchés. Dès lors, peu importe le mal que vous commettez, le nombre de pillages, etc. à la fin de la semaine, vous serez pardonnés.

Allez à l’église dimanche, confessez-vous ou repentez-vous et vous redevenez quelqu’un de bien. Aussi longtemps que vous croyez que Jésus est mort pour vos péchés, vous êtes tranquilles. Expliquez-moi comment une telle religion peut créer de bons citoyens ?SPONSORED CONTENT

Dès lors, quelle est la solution ? L’islam, l’islam, l’islam !

Le christianisme – comme nous l’avons déjà établi – est la cause du problème. C’est la façon dont ils l’ont mis en œuvre… Mais le christianisme – le pur, l’original , celui qui vient d’Allah – c’est l’Islam. C’est la religion d’Allah. Mais la manière, dont ils l’ont changé et corrompu, est la raison de leurs souffrances actuelles. »

Il pimenta ensuite son discours de tolérance et de paix en accusant Darwin d’avoir appelé « la race européenne » à exterminer la « race des sauvages » ces gens aux grosses lèvres et à la peau foncée, ces gens qu’il voyait comme des mi-hommes.

« Charles Darwin a dit que les Européens – cette race civilisée – doivent exterminer « la race sauvage », pour qu’ils puissent continuer à s’améliorer et à devenir plus civilisés. C’est cela, le darwinisme. Donc le fait que les gens aient de plus grandes lèvres, une peau plus foncée, ou ceci… Et il croit que nous venons du singe… Ton père est un singe, pas mon père ! Ton père est un singe, et je refuse que mon père soit un singe ou qu’il l’admette. Qui est heureux de dire que son père est un singe, êtes-vous fous ? Mais de toute façon, le fait que les gens ont encore de grandes lèvres et tout ça, ils sont plus proches – c’est ce qu’il dit… ils sont plus proches, ils sont dans une étape intermédiaire entre les humains et les bêtes – les animaux. Je vous le dis, mes frères, c’est cela Darwin. »

Pour cet imam très à l’aise dans ses délires, il est clair que les émeutiers et les pillards sont exclusivement des chrétiens engagés. Pensée absurde, s’il en est, mais Kablawi ne s’intéresse pas aux faits, encore moins à la vérité. Son seul objectif est de renforcer l’idée, de plus en plus répandue de nos jours, que les USA avec ses traditions, sa culture, son héritage sa religion dominante sont responsables de tous les maux non seulement du pays, mais du monde. Et la seule solution à tous nos problèmes d’Occidentaux, c’est l’islam. Malheureusement, de nombreux non musulmans, totalement ignares de la véritable histoire de l’Occident et de la manière cruelle et violente, dont l’islam s’est propagé, l’esprit farci de propagande anti-américaine, anti-chrétienne et anti-occidentale, que nos médias, nos collèges et nos universités ne cessent de leur insuffler, seront sensibles à ce genre de discours et tomberont dans le piège islamique.

Si l’islam est la solution à tous les maux de la terre, ce remède miracle ne semble guère avoir fait ses preuves dans les pays musulmans pourtant régis par la loi d’Allah, la charia. Comment explique-t-il que ces pays soient le plus souvent durement frappés par la misère, l’insécurité, le chaos, l’injustice sociale, la terreur, qu’ils soient constamment dévastés par des guerres fratricides pour certains et dirigés par des dictateurs cruels pour d’autres? La source de bonheur qu’est l’islam n’empêche pas des millions de ses adeptes de fuir les paradis islamiques pour rejoindre l’Occident corrompu par le Christianisme. Et ce pour le plus grand malheur de ce dernier, car ils apportent avec eux leur suprémacisme religieux, leur antisémitisme atavique, leur haine immonde de ces pays qu’ils abhorrent , mais dont ils espèrent en profiter un maximum, afin d’y recréer l’enfer islamique qu’ils ont fui.

Le web, un terrain de chasse idéal pour les gourous 2.0. | Hanny Naibaho via Unsplash
Le web, un terrain de chasse idéal pour les gourous 2.0.

La DayLife Army,
l’étrange secte née sur les réseaux sociaux

Leaders illuminés, formations dispendieuses et contrôle des esprits:
de nouveaux cultes recrutent sur internet.

Connards d’Imams, méfiez-vous de la concurrence…
des gourous plus sexy et moins cons que vous, vous piquent la clientèle des obsédés par l’enfer qui veulent absolument aller au ciel !

L’histoire de Matthew, l’un des premiers membres de la secte DayLife Army, est racontée dans une longue enquête de OneZero, qui explore à travers de nombreux témoignages les mécanismes de manipulation, d’abus et de contrôle de l’organisation sur ses fidèles.

Poussées à abandonner tout ce qu’elles possèdent, les (souvent jeunes) recrues de la DayLife Army finissent par vivre dans les rues ou aux côtés des gourous, sans un sou.

Les adeptes doivent participer à des sessions de pseudo-analyse souvent centrées autour de leur sexualité –un pilier important de l’idéologie de la secte– et tentent de recruter autant de personnes que possible sur les réseaux sociaux ou des applications comme Tinder ou Grindr. Pour les imams obsédés par le sexe style Ramadan le violeur, c’est la domination sur la femme et la promesse des vierges au paradis qui créent l’excitation cérébrale. La nature qui régie l’être humain est centrée sur le sexe reproducteur dont toutes les ondes transitent par le prépuce ou le clitoris. Ce qui pourrait être punitif, donc satanique via la circoncision qui retire toute sensibilité donc tout sentiment. Le sadisme va jusqu’à provoquer la frustration pour développer des maladies mentales… donc des individus malléables pour la secte ou les imams.

Comme dans la plupart des mouvements sectaires, les membres vivent sous le joug de règles très précises et sont punis en cas de manquement; leur journée est principalement consacrée à nettoyer les locaux et à tenter de lever des fonds. C’est le principe des cinq prières par jour, des interdits alimentaires et des obligations… même pour rentrer dans les chiottes et se torcher le cul, chez les musulmans complètement infantilisés. Une autre raison de l’effondrement de l’islam c’est que les jeunes évolués dés 12/14 ou avant la circoncision n’on plus envie d’être abêti et infantilis. Ils décodent vite quand on leur raconte des conneries et osent s’exprimer ! Vous imaginez le clash des générations ! Et la découverte que le prépuce est l’élément le plus précieux de notre santé mentale et physique… par lui passe TOUTES les émotions.
NOUS ON VEUT VIVRE NORMALEMENT COMME LES GAULOIS !

Les leaders charismatiques de la DayLife Army affirment détenir une autorité surnaturelle. La rencontre de Matthew avec Wiz-EL et KoA, le couple derrière l’organisation, a lieu sur Twitter en 2013. Après avoir été invité chez eux, le jeune homme est séduit par leur charisme.

Matthew rejoint quelque temps plus tard le duo sur un premier groupe Facebook baptisé Tumple, qui se se décrivait comme une «secte» et communiquait en «Unglish» (un langage dérivé de l’anglais, où les voyelles sont remplacées par des u ou des y).

Mèmes, ironie et confrontation

«Le groupe a défini un style de vie qui donne la priorité au plaisir, à l’éducation antiraciste, à la vie sobre et à une série de pratiques sexuelles mystiques», décrivent les journalistes Emilie Friedlander et Joy Crane.

Les membres de Tumple pouvaient se former grâce à un cours appelé «Pearl Divun», qui leur coûtait 2.000 dollars par mois; pour 1.000 dollars mensuels, les adhérent·es pouvaient rejoindre un programme plus limité.

En 2016, Tumple devient la DayLife Army, et KoA annonce sur Facebook qu’elle est en fait Generalissimo KoA, une forme de lumière céleste au service d’une race alien pour mener «une offensive de plaisir» sur Terre. Pour les musulmans c’est la Oumma… une croyance que la terre entière est celle d’Allah et donc que les mécréants doivent disparaitre ou être esclaves. Pour eux la France est une terre islamique et les français doivent être tués pour laisser la place à la charria, la police des imams. Des pauvres cons comme les maires qui fournissent du terrain pour construire des mosquées ne sont pas assez intelligents pour comprendre qu’ils arment les musulmans pour mieux nous chasser de chez nous. Une mosquée c’est une caserne. Cela fait 50 ans qu’on vous le dit ! C’est écrit dans le coran ! Vous avez lu le coran ?
LES POLITIQUES VOUS ËTES DES GROS NAZES !

Deux ans plus tard, Matthew parvient à quitter la secte. Il a récemment créé un compte Instagram pour tenter de sensibiliser les personnes prises dans l’engrenage.

L’idéologie de la DayLife Army a beau être unique, l’organisation partage de nombreux points communs avec les groupes conspirationnistes et les communautés extrêmes de l’alt-right, qui ont tendance à utiliser la même stratégie faite de mêmes, d’ironie et de «nous contre le reste du monde».

D’ailleurs, bien qu’il permette théoriquement aux individus de mieux se renseigner sur ces groupes, internet «est devenu une foire d’empoigne pour tous ceux qui veulent recruter pour leur groupe, leur idée, leur idéal, leur conspiration ou leur paranoïa», remarque Rachel Bernstein, une thérapeute spécialiste des sectes. La professionnelle prévient qu’il existe des centaines de groupes similaires à la DayLife Army sur le web. Seuls les musulmans imaginent qu’ils ont le monopole de la religion et que seul leur dieu es le vrai ! Pauvres cons !

Seules les personnes en haut de la pyramide tireront un quelconque profit de ce vieux schéma de vente remis au goût du jour. | Gaurav D Lathiya via Unsplash
Seules les personnes en haut de la pyramide tireront un quelconque profit de ce vieux schéma de vente remis au goût du jour.

La vente multiniveau, miroir aux alouettes 2.0

Des produits miracles et des promesses de richesse pour les recrues qui les distribuent via les réseaux sociaux: au bout du compte, le «MLM» font beaucoup de déçus.

Exactement dans le même contrôle mental que les religions il existe l’appartenance à une communauté de profit… rien n’est vraiment différent car dans le cas des sectes, le profit fortement égoïste c’est celui d’aller au paradis et surtout de ne pas aller en enfer. En fait dans toute négociation humaine il n’y a qu’un but… c’est de penser à sa gueule en utilisant les autres… à commencer par abuser des parents !

Depuis plusieurs années, M., influenceuse Instagram, amasse des milliers d’euros grâce à ses plateformes en ligne. Des pages suivies par une foule d’abonné·es lui servent à promouvoir des produits de bien-être de marques peu connues du grand public et vendues par des «MLM», des entreprises de multilevel marketing –«vente multiniveau», en bon français.

Cette méthode originaire des États-Unis permet de vendre un peu de tout, sans passer par les magasins ou les sites de vente en ligne: produits cosmétiques, vêtements, compléments alimentaires ou kits de voyage… Mais les MLM proposent surtout une nouvelle façon de vivre pour leurs vendeurs et vendeuses, le tout principalement via des réseaux sociaux, comme Facebook.

«Le déclencheur, ça a été l’arrivée de mon fils. J’étais très dépendante de son père et je n’aimais pas trop ça. Quand j’ai compris l’opportunité que le marketing de réseau représentait, c’est devenu une passion», raconte M. Avec seulement un bac littéraire en poche et des études d’esthétique interrompues, cette mère de 27 ans a dû se débrouiller pour augmenter ses revenus, et vite.

À lire aussiLes arnaques en ligne sont devenues bien plus rentables que par téléphone

Poudre de perlimpinpin contre gros sous

Après cinq ans en tant que social marketer, la voilà désormais à la tête d’une équipe de 300 personnes, gestionnaire d’une page Facebook suivie par près de 1.300 personnes, ainsi que d’un compte Instagram disposant de plus de 15.000 followers.

Quand M. a commencé avec la marque It Works!, sa rémunération pouvait parfois atteindre les 6.000 euros mensuels. Lorsqu’elle est ensuite passée chez Modere, elle est parvenue à gagner 12.000 euros en l’espace de trois mois, grâce à des primes. Tout ça en vendant des compléments alimentaires presque miraculeux.

«Qui sera la prochaine challengeuse à démarrer sa body transformation?»,demande la jeune femme sur sa page, en vantant les mérites d’un produit «puissant brûleur de graisses, puissant nettoyant et purifiant».

M. n’est pas la seule sur le marché. «Bye bye aux vergetures», promet de son côté Alex’ et ses produits naturels, qui vend des gélules aux propriétés spectaculaires; «-8.2kg pour ce client #SlimmingDropToDrop», s’enthousiasme l’animatrice du groupe Lifestyle by Justine au sujet de gouttes amincissantes. Des produits qui coûtent souvent plus de 50 euros le flacon, les plaçant bien au-dessus des prix des compléments trouvables en supermarché.

Pyramides aux bases fragiles

Ces groupes Facebook servent aussi –et surtout– à recruter d’autres personnes, qui rejoindront l’équipe de la personne qui l’administre. Celles-ci ont souvent un profil similaire à celui de M.: des femmes ou des mères au foyer consommatrices de ces produits, à la recherche d’un moyen de gagner de l’argent en restant à la maison.

Pour les séduire, les vendeuses n’hésitent pas à recycler allègrement la version jargon entrepreneurial du thème de l’empowerment«Réalisez votre plein potentiel», «Soyez prêtes à transformer votre vie», faites preuve d’«un désir brûlant d’apprendre et réussir» et apprêtez-vous «à suivre un système jusqu’au SUCCESS [sic]».

On vise leurs vulnérabilités. Si elles n’ont pas assez d’argent, on leur dit que c’est un bon complément de revenus. Si elles sont isolées, on leur vend une nouvelle vie sociale et un grand réseau plein de solidarité.

AMY, ANCIENNE SOCIAL MARKETER ET MEMBRE DE L’ANTI-MLM COALITION

«On vend aux femmes l’idée d’être leur propre patron, d’appartenir à une sororité, déplore Amy, ancienne social marketer désormais activiste au sein du groupe Anti-MLM Coalition, qui accuse ces systèmes d’être dangereux. On vise leurs vulnérabilités. Si elles n’ont pas assez d’argent, on leur dit que c’est un bon complément de revenus. Si elles sont isolées, on leur vend une nouvelle vie sociale et un grand réseau plein de solidarité. On leur fait des déclarations d’amitié excessives pour mieux les attirer.»

Pour rejoindre l’un de ces réseaux, il suffit d’être parrainé·e ou marrain·ée par un·e membre. Les nouvelles recrues sont invitées à acheter un kit de démarrage (qui peut coûter plusieurs centaines d’euros) contenant tous les produits de la marque ainsi qu’une licence. Côté formation à la vente, c’est le parrain ou la marraine qui s’occupe de tout –en mode express. Les arrivant·es seront ensuite encouragé·es à recruter d’autres membres à leur tour. On en revient ) la vente pyramidale qui est interdite. Car il arrive le jour fatidique ou tout s’écroule.

Plus le parrain ou la marraine fera de ventes, ou plus ses filleul·es en feront, et plus il ou elle accumulera des points, convertis à partir d’euros. Ces points permettent de gravir les échelons au sein de l’entreprise, avec des primes à la clé.

Les échelons de Modere.

C’est grâce à ce système que M. est parvenue à gagner plusieurs milliers d’euros via les MLM It Works! et Modere. Sauf qu’au bout de trois mois, le système de rémunération a changé, sans qu’elle ne soit prévenue. Son équipe a tenté de quitter l’entreprise avec ses dernières commissions. Résultat: les derniers 15.000 euros que M. espérait gagner ont été gelés. Son parrain, lui, attend toujours 30.000 euros de commissions.

«On est une bonne vingtaine à être dans cette situation», assure-t-elle. Aujourd’hui, la jeune femme a du mal à payer ses impôts, basés sur ses précédents revenus. «J’avais un certain train de vie à cette époque, mais là, c’est difficile de suivre».

Malgré cette mauvaise passe, M. n’est pas la victime la plus à plaindre. Selon leurs critiques, les MLM sont des systèmes de vente pyramidale qui ne portent pas leur nom et qui ne profitent qu’aux personnes à leur sommet –celles arrivées le plus tôt dans l’entreprise et/ou recrutant le plus de monde dans leur équipe. Seules 1% des personnes qui travaillent là-dedans gagnent de l’argent. Le reste en perd. Ce n’est pas dû à un manque de talent ou d’ambition, c’est le modèle qui veut ça.

ROBERT FITZPATRICK, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION AMÉRICAINE PYRAMID SCHEME ALERT

«Seules 1% des personnes qui travaillent là-dedans gagnent de l’argent. Le reste en perd. Ce n’est pas dû à un manque de talent ou d’ambition, c’est le modèle qui veut ça», affirme Robert Fitzpatrick, président de l’association américaine Pyramid Scheme Alert, à l’origine de nombreuses études sur le sujet.

Chez Modere, par exemple, près de 94% des social marketers ont touché moins de 10.000 euros sur l’année 2017, selon un document publié par l’entreprise en 2018. Un tiers n’a d’ailleurs rien gagné.

Aux États-Unis, de nombreux procès en recours collectif ont été intentés contre des MLM. Accusée d’avoir établi une pyramide de Ponzi, la société de compléments alimentaires Herbalife a notamment été condamnée en 2016 à verser 200 millions de dollars d’amende à la Commission fédérale du commerce. La marque de vêtements LuLaRoe a été pointée du doigt après avoir mis plusieurs de ses vendeuses en difficulté financière, comme le révèle un documentaire diffusé par Vice en mai 2019. Du jour au lendemain, ses social marketers se sont retrouvées avec des stocks de marchandises déchirées ou moisies, les rendant invendables et faisant chuter leurs revenus sans prévenir.

Esprit sectaire et vie sociale en danger

En France, ces entreprises ne sont cependant pas considérées comme des systèmes pyramidaux, défend Jacques Cosnefroy, délégué général de la Fédération de la vente directe (FVD), à laquelle adhèrent treize MLM américaines (dont Modere et Herbalife).

«Le système de vente multiniveau est tout à fait légal», assure le représentant, qui rappelle que la FVD valide les dossiers des entreprises conformément à la loi. Mais la définition légale de la vente pyramidale (une vente est considérée pyramidale lorsqu’on demande à sa recrue de payer pour participer) pourrait permettre à des entreprises de passer entre les mailles du filet.

Le sujet avait d’ailleurs fait l’objet de débats à l’Assemblée nationale en 2016. «Les sociétés se livrant à ce type de pratiques redoublent d’efforts pour dissimuler ce système, avait alors dénoncé la députée socialiste Marie Récaldeet elles imposent aux services de l’État une réactivité qui suppose une formation permanente de ses agents pour l’appréhension de ce type de fraudes.»

Il y a souvent toute une mythologie autour des leaders des MLM, on ne peut jamais les remettre en question. On organise des grands événements, des conférences pour célébrer ces personnages charismatiques, ça fait très “secte”.

AMY, ANCIENNE SOCIAL MARKETER ET MEMBRE DE L’ANTI-MLM COALITION

Les adversaires des MLM pointent aussi du doigt l’esprit presque sectaire de ces entreprises. Lorsque l’on choisit de les rejoindre, on s’engage également à adhérer à tous leurs mantras. «On ne peut jamais rien dire de négatif à leur sujet, jamais, se souvient Amy, de l’Anti-MLM Coalition. Il y a souvent toute une mythologie autour des leaders des MLM, on ne peut jamais les remettre en question. On organise des grands événements, des conférences pour célébrer ces personnages charismatiques, ça fait très “secte”.»

À lire aussiLa chute de Bernard Madoff n’a pas tué les pyramides de Ponzi

Rejoindre une MLM peut avoir de graves conséquences sur la vie sociale et familiale des participant·es. «On a beaucoup d’histoires de disputes entre familles, de séparations, de divorces, indique Amy. On a aussi des étudiants qui ont tout quitté pour rejoindre une MLM et qui ont tout perdu.»

Ces avertissements n’ont pas suffi à dégoûter M., qui n’a pas souhaité quitter son travail de social marketer après ses déboires chez Modere. Elle promeut toujours, sur ses plateformes, des compléments alimentaires. Cette fois, ils sont de la marque Ariix, une autre MLM.

Il n’y a pas de différences entre les sectes et la vente pyramidale ou plutôt il n’y a que des similitudes dont la plus forte et la plus mystique c’est d’appartenir à un groupe organisé… ça donne un impression de force, de puissance et de protection… alors que selon la formule du gratuit sur internet ” LE PRODUIT C’EST VOUS” … sans vous la secte n’existe pas… il faut donc prendre conscience que même en mode statique vous êtes complice d’une escroquerie. Mais comme vous êtes cupide et roublard vous êtes persuadé d’avoir tout compris et que c’est vous le maître de la situation… que vous allez les niquer ! Ben regardez-vous dans une glace, car vous n’avez aucun mérite à être musulman puisque se sont vos parents qui vous l’on imposé et que pour eux c’est leur dictateur chef d’état qui leur a imposé pour les soumettre à la charria… la police gratuite du peuple par le peuple ! Alors c’est qui le pigeon ? C’est quoi la vente en pyramide ?… c’est la religion en pyramide !

Au cœur du culte des médias sociaux
qui convainc les jeunes de tout abandonner

La DayLife Army a toujours eu l’air d’un troll.
Puis c’est devenu un cauchemar.

Cela a commencé par un tweet. À l’automne 2013, Matthew venait d’avoir 18 ans et terminait son premier semestre dans une université de Chicago. Etudiant de première année en commerce de la musique, avec un rire joyeux et une fascination pour l’Internet, il fabriquait des morceaux électroniques depuis le lycée et voulait apprendre à commercialiser son travail.
Matthew est arrivé à l’université en rêvant de créer sa propre “marque de contenu multidimensionnel”, combinant les ricanements des médias sociaux obsédés par la positivité de ses auteurs préférés en alt-littérature avec les mèmes fièrement Web 2.0 qui circulent dans la scène du net art. Son premier semestre a été productif : il a mis la dernière main à un album à venir, créé un site web et réalisé quelques clips vidéo centrés sur l’idée d’ouvrir la voie à un monde meilleur. Il avait même imprimé une série de cartes de visite. Il ne lui manquait plus que des fans.
Le 23 novembre, après avoir publié le premier single de l’album, Matthew a remarqué qu’un commentaire sur Twitter mentionnait des éloges sur le morceau de la part d’une femme dont il avait appris plus tard qu’elle s’appelait KoA Malone. A peu près au même moment, un homme nommé Eben “Wiz-EL” Carlson a commencé à répondre à ses tweets, offrant des conseils sur la façon dont il présentait le projet. En tweetant avec eux, il a appris que le KoA et Wiz-EL étaient partenaires. Sur les photos, il a remarqué qu’ils ne portaient que du blanc.
Le soudain regain d’intérêt était étrange – Wiz-EL répondait parfois à l’un des messages de Matthew depuis plusieurs comptes Twitter différents – mais Matthew était flatté que deux étrangers semblent prendre sa musique au sérieux. “Personne ne faisait attention à moi en ligne”, dit Matthew. “Et soudain, il se met à répondre à chacun d’entre eux avec sept ou huit réponses.”
Wiz-EL semble avoir compris l’obsession de Matthew pour la marque. “Tout tweet que je trouvais un peu ringard ou stupide, il m’insultait, se moquait de moi ou me critiquait. Tout ce que je faisais que je pensais déjà être bon, il me louait, me renforçait. Je me disais : “Ils font plus attention à moi que je ne le fais”.
Les réponses sur Twitter ont évolué en conversations de SM, puis en appels téléphoniques. Il s’est avéré que Wiz-EL et KoA vivaient également à Chicago. Wiz-EL avait les qualifications que Matthew recherchait chez un mentor à l’époque : Quarante-six ans, cheveux poivre et sel, il dit être arrivé dans la scène rock de Seattle des années 90, où il prétend avoir côtoyé les légendes du grunge. Il semblait avoir une connaissance encyclopédique de la contre-culture, de l’art et des différentes traditions religieuses.

Wiz-EL a critiqué la marque de Matthew. Matthew se souvient de Wiz-EL, qui est blanc, en disant que “vous ne pouvez pas être un blanc qui parle de sauver le monde”, mais il a également encouragé Matthew à voir plus grand. “Il expliquait l’histoire des choses telle qu’il la voyait, laissant entendre que j’étais dans une position unique pour faire quelque chose de révolutionnaire”, explique Matthew. Il a encouragé Matthew à commencer à sortir de la musique sous un nouveau pseudonyme artistique : Buum.
Matthew admirait également le KoA : Née Kimberly Laura Malone et 10 ans plus jeune que Wiz-EL, elle dirigeait un bar à cocktails très apprécié à Tacoma, Washington, et parlait souvent du fait qu’elle venait d’une famille ayant des liens profonds avec l’industrie de la musique. L’un de ses frères était Kyp Malone, qui joue dans le populaire groupe de rock indie TV à la radio ; un autre était l’influent DJ Total Freedom de Los Angeles, invité régulier de la fête GHE20G0TH1K, un groupe queer et POC au goût du jour.
Matthew dit que le couple l’a finalement invité dans leur appartement penthouse, situé dans un immeuble de luxe sur Lake Shore Drive, pendant l’été après sa première année d’études. En entrant, Matthew se souvient d’avoir été frappé par la dissonance de l’endroit : L’appartement était impressionnant, dit-il, avec des fenêtres du sol au plafond et une vue sur le lac Michigan – mais il était pratiquement non meublé, comme s’ils ne s’étaient jamais vraiment installés.
Bien qu’ils semblaient à court d’argent pour Matthew, KoA et Wiz-EL débordaient d’idées commerciales, allant d’une entreprise de soins à base de plantes spécialisée dans le cannabis légal à une marque de style de vie appelée Fuxy. Ils semblaient enthousiastes face à l’avenir : Les conversations avec Wiz-EL et KoA revenaient invariablement sur le pouvoir de la visualisation d’aspiration comme moyen de “manifester” ses rêves. Matthew était impatient d’en savoir plus sur l’ensemble des principes spirituels qu’ils étaient en train de développer. Pendant la visite, Wiz-EL AirDrop a déposé une collection d’images sur le téléphone de Matthew depuis un iPad blanc : logos de marques fantaisistes, photos de mode, propriétés coûteuses, photos de films. Matthew a quitté l’appartement avec un sac en papier rempli de vêtements blancs pliés de créateurs.

La rencontre était un pas dans un terrier de lapin qui allait faire dérailler la vie de Matthew. Pendant la deuxième année de Matthew, Wiz-EL a commencé à publier des articles sur une communauté spirituelle qu’il avait créée et qui s’appelait Tumple. Matthew, qui nous a demandé de n’utiliser que son prénom s’est fait appeler “Buum” pendant son temps dans l’organisation, allait devenir la première recrue de Tumple.
Un article du Daily Dot de 2016 sur Tumple, “Inside the magic sex cult recruiting from Facebook meme pages”, a laissé le groupe ouvert à l’interprétation : S’agissait-il d’un nouveau mouvement religieux ? Un projet artistique ? Les dirigeants du groupe, qui décrivaient ouvertement l’organisation comme une “secte”, communiquaient dans une langue qu’ils avaient surnommée “Unglish”, substituant les lettres U et Y aux voyelles aléatoires. Il s’agissait, selon eux, d’une tentative de subversion de la tradition écrite occidentale, qu’ils associaient à la blancheur et à la masculinité.
KoA, qui est noir, a expliqué au Daily Dot que l’idée était de démanteler la “méthodologie blanche” qui régissait la société capitaliste moderne et de la remplacer par “une nouvelle fondation, la fondation du plaisir noir”. Mariant une sensibilité nettement centrée sur l’internet avec les connaissances de la KoA sur la spiritualité de la diaspora africaine et l’intérêt de Wiz-EL pour le christianisme gnostique, le groupe a décrit un style de vie qui donnait la priorité au plaisir, à l’éducation antiraciste, à la vie sobre et à une série de pratiques sexuelles mystiques, que les membres pouvaient apprendre grâce à un cours appelé “Pearl Divun”, qui coûtait 2 000 dollars par mois. Pour 1 000 dollars par mois, les adhérents pouvaient rejoindre un programme Wiz-EL décrit comme “lazy visualizatiun” et “like Tumblr”.
Au moment de la parution de l’article du Daily Dot, Tumple comptait une douzaine de membres et au moins 50 “orbiteurs”, ou plus de simples adeptes. La grande majorité de ces individus n’ont interagi avec l’organisation que par le biais d’Internet.
Il y avait certainement quelque chose d’utopique dans ce projet – un mouvement religieux millénaire ancré dans les thèmes de l’antiracisme et de la justice économique et adapté à la vie en ligne. Wiz-EL et KoA ont brossé le tableau d’un monde où les utilisateurs seraient propriétaires du capital généré par leur propre contenu et où les adeptes pourraient gagner de l’argent simplement en étant eux-mêmes sur Internet.
Mais en pratique, Tumple ressemblerait à une sorte de pyramide des médias sociaux, qui s’adresserait principalement aux jeunes artistes et musiciens : Les membres créeraient des messages promotionnels sur Facebook, des vidéos liées à Tumple, des discussions de groupe sur Facebook et d’autres contenus, générant des revenus par le biais de dons PayPal tout en reversant une partie de leurs revenus à Wiz-EL et KoA.

Bien que l’étiquette “culte” que Tumple s’était donnée, semblait toujours être une demi-pièce d’ironie sur Internet, Matthew en est venu à comprendre que c’était tout à fait sérieux. Lors d’entretiens avec OneZero, 24 personnes, dont Matthew, d’autres anciens membres, des personnes appartenant au cercle élargi des adeptes en ligne du groupe, ainsi que leurs familles et amis, ont décrit comment l’organisation a évolué pour devenir une “armée” autoproclamée qui a convaincu un petit groupe de jeunes de renoncer à leurs biens personnels et de laisser leur vie derrière eux. À partir de 2017, ils se joindront à Wiz-EL et KoA pour construire ce qu’ils envisagent comme une société alternative, un poste Facebook et un don PayPal à la fois.
À sa manière, l’organisation a exprimé une idéologie progressiste qui était en phase avec le moment culturel : Donald Trump venait d’entrer en fonction, et un groupe de jeunes artistes publiant sur les médias sociaux des articles sur la suprématie blanche, les questions de genre et l’exploitation économique, et dénonçant l’ignorance des autres, ne se sentaient pas déplacés. De nombreux membres ont rejoint le groupe, convaincus de ses idéaux et du fait qu’un monde meilleur était possible, surtout si l’un de ses principaux architectes était une femme noire.
Mais il y avait des signes que quelque chose n’allait pas. Wiz-EL avait l’habitude de faire des déclarations comme “les femmes noires ont un droit culturel qui reflète le droit financier des hommes”. Au moins une fois, il a défendu son utilisation d’une insulte raciale, en écrivant : “Je dirais bien quelque chose moi-même, mais j’en ai assez que les Noirs fassent des acusatiuns et doivent se défendre pour avoir droit à l’atoire gratuite. D’anciens membres ont noté qu’il affichait souvent des photos sexuelles de femmes non affiliées à l’organisation sans leur demander leur consentement, apparemment pour attirer l’attention sur le groupe. Et bien que lui et le KoA aient affirmé qu’ils construisaient une société basée sur le plaisir, les anciennes recrues ont déclaré que l’organisation avait évolué vers quelque chose de complètement différent.
Les anciens membres ont décrit le groupe comme une organisation insulaire, rigidement autoritaire, qui imposait de sérieuses exigences à ses recrues, notamment un style de vie strictement prescrit, un contenu épuisant et des quotas de revenus, et – pour ceux qui ont finalement rejoint la communauté de la vie réelle que Wiz-EL et KoA avaient commencé à construire – un sacrifice personnel et financier total. Les recrues passaient leurs journées à faire du travail non rémunéré pour l’organisation, à s’efforcer d’apporter des dons et de nouveaux membres au groupe tout en vivant parfois sous la tente ou en voiture ; elles s’éloignaient de leurs amis et de leur famille et n’avaient que peu de contrôle sur leurs déplacements quotidiens, leurs habitudes alimentaires ou de sommeil, ou leur localisation géographique.
Les réalités de la vie quotidienne au sein de l’organisation contredisaient souvent les valeurs mêmes qui y attiraient les recrues en premier lieu, ont déclaré les anciens membres. “Le récit qu’ils poussaient était axé sur la mise en place de femmes noires à des postes de pouvoir”, a déclaré Bambi Phu, une ancienne membre qui a dit avoir quitté l’organisation en mai dernier. “Mais ce n’est pas le but recherché. Il s’agit de mettre la KoA dans des positions de pouvoir et de garder tout le monde soumis à cela.” (Phu, qui est noire et vietnamienne, a dit qu’elle a vécu la composition du groupe comme étant à prédominance blanche et cisgenre).

Anita, une ancienne orbitante de l’organisation qui s’identifie comme noire et chicana a décrit ses sentiments sur le groupe dans une déclaration : “Les seules bonnes choses que j’ai tirées de tout cela ont été d’arrêter de boire et de prendre d’autres drogues que la marijuana”. “Tout le reste a conduit à la tristesse et à la confusion et à des réactions émotionnelles basées sur la peur”. Elle a terminé sa déclaration par un avertissement à OneZero : “Faites attention à la façon dont vous écrivez et publiez ce truc.”
Plusieurs personnes ayant des liens avec Tumple ont refusé de commenter cette histoire, invoquant un malaise émotionnel ou la peur des représailles. KoA et un autre membre actuel de l’organisation ont accepté de répondre à certaines questions pour cette histoire, bien qu’elle et Wiz-EL aient refusé de se présenter à une interview formelle.
En tant que première recrue de Tumple, Matthew a eu un aperçu unique de l’origine du groupe. Il a joué un rôle central dans la construction de l’échafaudage idéologique et de la présence en ligne de l’organisation et en a recruté d’autres. Il a également été l’une des principales victimes de l’organisation. Bien que Matthew ait été le seul ancien membre de l’organisation à partager son histoire personnelle dans son intégralité, d’autres anciennes recrues ont confirmé son récit et ont dit que de nombreux détails de son histoire reflétaient les leurs.
Au cours de ses quatre années passées au sein de l’organisation, Matthew explique que ce qui a commencé comme un mentorat s’est transformé en un système complexe de contrôle émotionnel, monétaire et sexuel. En 2018, Matthew – comme d’autres membres de l’organisation après lui – vivra dans la rue, enverra frénétiquement des messages aux gens sur les médias sociaux et les sites de rencontre, essayant de gagner assez d’argent pour maintenir le rêve de KoA et Wiz-EL en vie.
KoA et Wiz-EL ont fini par vivre ensemble à Chicago parce que l’algorithme de “suggestion d’amis” de Facebook les avait destinés à tomber amoureux. Du moins, c’est ce qu’ont expliqué les membres de la communauté Tumple.
Les anciens membres disent que KoA a gardé son histoire mystérieuse, bien qu’elle ait mis l’accent sur sa lignée artistique familiale. Dans un courriel adressé à OneZero, l’organisation a détaillé “l’histoire familiale de la KoA, de ses services ET de ses performances” et a cité son arrière-grand-père, William Malone, un violoniste et altiste noir du Mississippi qui a fait une tournée avec le pionnier du blues W.C. Handy. Ancien témoin de Jéhovah qui a grandi en Pennsylvanie et dans le New Jersey, KoA a fait ses études dans l’État de Washington. Dans la vingtaine, elle a travaillé dans le secteur des services et a fait un peu de musique et de théâtre. En 2005, elle a ouvert un bar appelé le Monsoon Room à Tacoma, mais l’a fermé quelques années plus tard. Elle a commencé à offrir des services de coaching sous le nom de A Goddess in Love, décrivant ses compétences comme étant d’aider les individus à atteindre leur “propre état de souveraineté sexuelle”. En 2013, dit-elle aux gens, elle a accepté une demande d’ami sur Facebook de la part de Wiz-EL.
À l’époque, Wiz-EL était un chômeur d’une quarantaine d’années. Ancien graphiste de métier, il a grandi à Seattle et à Chicago. Dans les années 2000, il s’est installé dans la maison de sa mère à Chicago. Ses parents avaient des liens profonds avec les affaires civiques et sa mère travaillait comme réformatrice de l’éducation. Les activités de Wiz-EL sont variées : Il a publié un roman semi-autobiographique intitulé The Love Artist ; il a ouvert et fermé une entreprise de location de matériel audio. En 2014, après que lui et KoA aient commencé à se fréquenter, le couple a emménagé dans un immeuble de luxe sur Lake Shore Drive.
Depuis son arrivée à Chicago, il a commencé à développer un système de croyances spirituelles, en rédigeant de nombreux traités de longueur variable sur l’histoire de la religion et de la culture et sur les connaissances cachées qu’il croyait y être intégrées. Comme l’a expliqué KoA au Daily Dot, elle et Wiz-EL se sont liés sur ces idées, qui comprenaient un rituel qu’ils croyaient tous deux être la clé de la maitrise de soi.


Cette pratique, qui a ses précédents dans le christianisme primitif et la religion ésotérique moderne, consiste à se masturber, à recueillir son sperme – ou “pierre de whyte” – dans une tasse, à le mélanger à de l’eau et à consommer son contenu. Des sources ayant des liens passés avec l’organisation affirment que ce rituel, ainsi que l’idée de combiner le sperme avec le sang menstruel pour créer un élixir encore plus puissant appelé “La pierre philosophale alchimique”, deviendrait l’un des principes fondamentaux de l’organisation qu’ils construiraient.

Instructions pour le “Protocole de la pierre Whtye”, une pratique spirituelle “d’auto-sexualisation”
que le groupe croyait être la clé de la maîtrise de soi.


En plus de ces intérêts plus ésotériques, Wiz-EL et KoA partageaient un intérêt pour les médias sociaux. L’année 2014 a été une période de transition pour la contre-culture millénaire, en ligne et hors ligne. Tumblr tombait en désuétude en tant que plateforme de blogage de facto pour les jeunes artistes, le mouvement littéraire dirigé par les jeunes appelé “alt lit” s’effondrait sous le poids d’une série d’allégations d’inconduite sexuelle. Les personnes à l’intersection de ces scènes (avec la musique électronique, le rap SoundCloud, la justice sociale et divers bizarreries de toutes sortes) gravitaient autour de Facebook. Fin 2014, des groupes portant des noms comme Shit Memes et Freddy Yolo étaient en train de démanteler des dizaines de milliers d’adeptes sur la plateforme, et ce milieu en ligne obsédé par l’ironie avait un nom : Weird Facebook.
La naissance de Tumple remonte à Weird Facebook et à une série de messages rédigés par Wiz-EL. Au moment de la première visite de Matthew au penthouse, Wiz-EL s’est retrouvé impliqué dans une prise de bec d’un mois avec un autre poster de Weird Facebook. Finalement, dit Matthew, l’affiche comparait Wiz-EL à un chef de secte. Wiz-EL semblait prendre la plaisanterie à cœur, Matthew dit : En 2015, Wiz-EL a commencé à poster sur une secte qu’il lançait et qui s’appelait Tumple.
Matthew a également commencé à poster sur Tumple. Il avait été fasciné par les histoires de Wiz-EL sur différents chapitres de l’histoire de la contre-culture, et Tumple semblait être le point culminant de toutes ces pièces – une opportunité de participer à ce projet artistique rare qui faisait en fait quelque chose de totalement nouveau. Il se souvient avoir pensé que la plupart des gens ne comprendraient pas Tumple lors de son lancement, mais qu’ils comprendraient plus tard, et c’était exaltant.
Au début, lui, Wiz-EL et KoA se contentaient de spammer les pages Facebook des autres et les leurs, attirant l’attention sur le groupe proposé avec des mèmes de blagues et des mises à jour de statut diaristiques. Matthew dit que Wiz-EL voyait Weird Facebook comme une frontière créative : À l’époque où les jeunes artistes utilisaient les médias sociaux uniquement pour promouvoir leur travail créatif, Tumple s’en servait pour construire une expérience sociale en ligne qui prenait la forme d’un culte.
À bien des égards, Tumple ressemblait à une marque de style de vie, définie par des vêtements entièrement blancs et le penchant de Wiz-EL à laisser des commentaires détonants et critiques sur les murs Facebook d’inconnus. Ces commentaires pouvaient consister à dénoncer une sous-culture à laquelle l’étranger semblait s’identifier ou un problème de toxicomanie perçu comme tel, ou même à rappeler des stéréotypes sur son sexe ou sa race. Les personnes qui se sont engagées dans Wiz-EL ont rapidement pris connaissance d’une liste de directives appelée “Standurds”, qui constituait le principal point d’entrée du programme de développement spirituel de Tumple.
Certains Standurds étaient simples – Tumple interdisait la consommation de drogues et d’alcool, par exemple. D’autres étaient plus ésotériques – les produits parfumés étaient interdits, tout comme le fait de vivre dans des espaces mal entretenus et de garder des animaux de compagnie. La promesse de développement spirituel de Tumple – de se reconnecter avec son moi authentique – dépendait de l’application réussie de ces principes par les membres dans leur vie. Et en publiant leurs progrès en ligne, les membres seraient la preuve vivante du soi-disant “suivi” que Tumple rendait possible. C’était le marketing d’influence actuel fait au nom d’un mouvement religieux.
Pendant la deuxième année de Matthew, Wiz-EL lui a suggéré de lire un livre qui l’entraînerait plus profondément dans l’orbite de Tumple. Il s’appelait The Teenage Liberation Handbook : Comment quitter l’école et avoir une vie réelle et une éducation. Écrit par un professeur de collège devenu partisan de la “déscolarisation”, le manuel d’auto-assistance de 1991 apprend aux jeunes à renoncer à l’éducation traditionnelle au profit d’une expérience pratique. Le moment choisi par Wiz-EL n’aurait pas pu être mieux choisi : Matthew n’aimait plus l’école, et sa dévotion envers Tumple mettait à rude épreuve sa relation avec sa petite amie. Il a abandonné ses cours un par un, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus aller qu’au yoga. Il a également abandonné cette activité.


C’est à cette époque, dit Matthew, que Wiz-EL et KoA ont commencé à lui suggérer de demander de l’argent à ses parents. Maintenant que Matthew était sur le point de quitter l’école et de prendre en main son propre destin, ont-ils expliqué, ses parents devraient soutenir la voie qu’il avait choisie. Matthew a commencé à appeler et à envoyer des messages à ses parents, leur demandant de lui donner accès au fonds qu’ils avaient mis de côté pour ses études universitaires afin qu’il puisse l’utiliser pour apprendre d’une manière non traditionnelle, en travaillant avec Wiz-EL. Le plan a échoué, et ses parents ont rapidement cessé de payer son loyer. En février 2015, il a recommencé à vivre sous leur toit.

L’exemplaire de Matthew du “Teenage Liberation Handbook” :
How to Quit School and Get a Real Life and Education” de Grace Llewllyn.


Dans la vie réelle, Matthew était un chômeur qui avait abandonné ses études. Mais en ligne, il est devenu un enfant d’affiche de Tumple. Enfermé dans sa chambre d’enfant, il publiait du matin au soir des messages sur Facebook liés à Tumple, parfois jusqu’à 100 en une journée. Il a fini par inclure des liens PayPal dans ses messages et par demander des dons. Les gains personnels de Matthew sur PayPal étaient maigres, mais le contenu a contribué à attirer l’attention. À l’automne de cette année-là, Matthew a publié un vidéoclip inspiré de l’idéologie de Tumple. Lorsqu’il a généré des douzaines de parts sur Facebook, plus que toute autre musique qu’il avait publiée, il a pris cela comme un signe que Tumple l’aidait à manifester son succès créatif.
Wiz-EL et KoA semblaient aussi croire qu’ils étaient sur quelque chose. En octobre 2015, le couple a créé un GoFundMe pour financer un déménagement à Los Angeles. Une fois arrivés en Californie, ils se sont lancés dans un long voyage sur la côte ouest avec comme guide un tableur rempli de propriétés de plusieurs millions de dollars. KoA et Wiz-EL rêvaient de posséder un jour un terrain suffisamment grand pour accueillir plusieurs entreprises et un groupe important de futurs adeptes de Tumple, dit Matthew, et ils semblaient penser que la visite de ces propriétés les rapprocherait de l’obtention d’un tel terrain. Ils ont commencé à publier une nouvelle accroche sur Facebook – “Pray for Land” – et à diffuser leurs aventures sur les médias sociaux, parfois en direct.
Matthew, qui a souvent appelé les émissions en direct depuis son domicile, dit qu’ils ont récolté au moins quelques milliers de dollars en dons grâce aux flux en direct. Il pense que les gens ont été attirés par le charisme du duo. “J’avais la conviction inébranlable que nous allions devenir milliardaires et célèbres”, dit Matthew.

Matthew devant son ordinateur. Sur l’écran de droite, Matthew ; sur l’écran de gauche, Wiz-EL.


L’entreprise était en ruine : Des mois avant qu’ils n’annoncent le voyage, les archives publiques montrent que KoA et Wiz-EL ont été expulsés de leur appartement. Ils semblaient également compter sur les dons pour payer la nourriture et l’essence.
Puis, au début de 2016, le groupe a lancé Tumple.co, où les adeptes pouvaient s’inscrire à ce qui équivalait à un programme de fidélité. Pour 24 dollars par mois, les membres se voyaient accorder le statut de membre de base avec accès à des groupes privés et à certains documents rédigés par Wiz-EL. Les personnes se trouvant dans l’orbite de Tumple pouvaient également rejoindre des groupes Facebook portant des noms tels que “WhytePain” (qui se concentrait sur la rééducation raciale) et “Syde I” (qui présentait la vision spirituelle du KoA sur les ragots des célébrités).
Les anciens membres disent que les cotisations étaient perçues sur la base d’un paiement à la carte. La production de contenu pour le groupe permettait aux membres de gagner des points, appelés “Tyme Whores”, qu’ils pouvaient échanger contre l’accès à des programmes comme “Pearl Divun'” et le cours de visualisation positive. Six mois après le lancement, le KoA a procédé à une révision conceptuelle du système : Les membres étaient désormais classés en sept niveaux, chacun correspondant à des degrés divers d’accès aux documents sacrés, aux groupes Facebook, aux chats privés et, finalement, au KoA et au Wiz-EL. Dans la pratique, cependant, tous les membres, à l’exception du KoA et du Wiz-EL, étaient classés au troisième niveau ou en dessous. D’anciens membres affirment que ces systèmes – ainsi que le système de croyances en évolution de l’organisation – étaient truffés d’incohérences et semblaient improvisés.
Matthew se souvient de l’article du Daily Dot de 2016 comme d’un filigrane élevé, un moment où l’on sentait qu'”une grande chose allait se produire”. Le grand public offrait une certaine légitimité à la communauté. VICE France et le Club AV ont également repris l’histoire.
Mais hors ligne, la vie familiale de Matthew commençait à se détériorer : Il se bagarrait constamment avec ses parents et critiquait différents aspects de leur comportement ; pendant ce temps, ses parents se méfiaient de plus en plus du groupe. “L’article a fait flipper mes parents”, se souvient-il. Ils avaient déjà cessé de payer sa facture de téléphone, mais après la publication de l’article, ils l’ont empêché d’accéder à Internet en changeant le mot de passe Wi-Fi de leur domicile.

Une semaine plus tard, il s’est connecté à un groupe Facebook Tumple depuis une bibliothèque publique pour se plaindre, demandant à ses disciples d’appeler sa mère et de lui demander de rétablir son accès à Internet. Lorsqu’elle est rentrée à la maison ce soir-là, elle était furieuse, ce qui se comprend : il l’avait déjà ajoutée au groupe

Leur dispute a abouti à ce que sa mère appelle les flics, qui l’ont ramassé et déposé à l’extérieur d’un motel. Le lendemain matin, elle a permis à Matthew de rentrer chez lui pour récupérer sa valise et son sac de couchage. Il a passé l’année suivante à sauter d’un État à l’autre, sur le canapé de différents amis, faisant des petits boulots pour subvenir à ses besoins. L’une des premières choses qu’il a faites a été d’appeler Wiz-EL et KoA.


Fin 2016, le KoA a lancé une annonce : “J’ai une confession à faire”, a-t-elle écrit dans un post sur Facebook qui a depuis été republié sur Medium. “Je ne suis pas tout à fait celle que j’ai dit que j’étais”. KoA Malone a maintenant dit qu’elle était une forme de lumière pléiadienne connue sous le nom de généralissime KoA, servant au nom de co-conspirateurs extra-terrestres pour mener une offensive “Plaisir” sur Terre.
Le KoA et Wiz-EL avaient décidé que la marque Tumple n’était plus le point central du groupe. Au lieu de cela, ils ont commencé à opérer sous les auspices d’une nouvelle organisation, qu’ils considéraient comme une application réelle des principes spirituels de Tumple. Cette organisation s’appellerait la DayLife Military.
Le DayLife Military tire son nom du style de vie qu’il promeut – “vie de jour” par opposition à vie de nuit – et s’inspire d’une organisation militaire. Les membres de la DayLife Army, la première division de l’organisation, seront désormais connus sous le nom de “soldiurs” et répondront unilatéralement au KoA, le général autoproclamé du groupe. Wiz-EL serait son second.
Ensemble, ils prétendaient opérer au nom d’un gouvernement extraterrestre bienveillant appelé la Fédération Galactuc, ou GFed. (Le groupe a plus tard commencé à désigner cette entité sous le nom de Thu Unified Federatiun of Light, ou Thu UFed). Avec le temps, dit Matthew, l’idée que le KoA communiquait avec une entité extraterrestre a saigné dans la prise de décision du groupe. Elle a commencé à porter un petit pendule avec elle, prétendant qu’elle pouvait l’utiliser pour consulter le GFed et diviniser la vérité sur n’importe quelle situation ou individu. “Elle se donnait des super-pouvoirs avec ce pendule”, dit Matthew.
Comme Tumple, la DayLife Army mettait l’accent sur une hygiène impeccable et des vêtements entièrement blancs, mais son image de marque était plus ouvertement politique. Les soldats utilisaient leurs comptes personnels sur les médias sociaux (et leur capital financier et social) pour faire la guerre à la “matrice de la douleur”, une abréviation utilisée par l’organisation pour décrire la société moderne et les idéologies racistes et d’exploitation qui l’alimentent. (En pratique, dit Matthew, elle en est venue à décrire toute activité humaine non directement contrôlée par la KoA et l’organisation).
D’une certaine manière, cependant, le système de croyances de la DayLife Army offrait une formule claire pour comprendre le monde : Soit vous faites partie de la matrice de la douleur et contribuez au problème, soit vous abandonnez et aidez le KoA à construire la matrice du plaisir.

Avec la DayLife Army, le groupe a intensifié ses efforts de collecte de fonds. Le KoA a commencé à décrire les dons comme une opportunité pour les membres de “laver” leur argent des maux de la société moderne tout en soutenant le “plan de 2000 ans” de l’Armée DayLife : accumuler la main d’œuvre et les ressources pour construire un nouveau monde. Les contributions permettraient également de financer l’un des objectifs à court terme de l’organisation : une communauté de membres de DayLife Military, ou “soldats IRL”, ou membres “dans la vie réelle”, dans une cabane isolée de l’ouest de Washington.
Matthew a été l’une des premières personnes à s’engager. Il est arrivé à la propriété, qui appartenait à la mère de Wiz-EL, en septembre 2017. Bien que les quartiers d’habitation de la cabane soient exigus (il dormait sur des coussins de canapé à même le sol), le paysage était magnifique et la perspective de s’unir avec le KoA et le Wiz-EL l’avait porté à travers une année difficile.
Pendant les premiers mois, Matthew a été l’un des deux seuls soldats du camp d’entraînement. Les cotisations pour l’adhésion à l’IRL variaient – Matthew payait 480 dollars par mois. Matthew s’entraînait pour devenir un “Specialust”, un rôle qui consistait, selon lui, à former d’autres personnes à la production de contenu et à les aider à “styliser” leurs photos sur les médias sociaux. Le groupe travaillait également sur un projet de cryptocrédit qui devait s’appeler Tume : En échange des services rendus à l’organisation, les soldats recevraient un crédit Tume, qu’ils pourraient, à un moment donné, utiliser pour des services au sein du groupe. Les soldats n’étaient pas payés pour leur travail en monnaie fiduciaire, dit Matthew, et ils n’étaient pas autorisés à manipuler directement de l’argent sans la permission de la KoA ; lors de leur adhésion, ils devaient remettre – ou laver – tout leur argent et leurs biens.
Mais la plupart du temps, Matthew dit que les journées passées au chalet étaient consacrées à un nettoyage méticuleux, à la publication sur Facebook et à de longues conversations psychanalytiques avec Wiz-EL et KoA – souvent en séparant les petits gestes et les expressions faciales comme reflet des traumatismes de l’enfance, des désirs inconscients ou de la façon dont les soldats avaient été conditionnés ou “lavés le cerveau”.

Une semaine plus tard, il s’est connecté à un groupe Facebook Tumple depuis une bibliothèque publique pour se plaindre, demandant à ses disciples d’appeler sa mère et de lui demander de rétablir son accès à Internet. Lorsqu’elle est rentrée à la maison ce soir-là, elle était furieuse, ce qui est compréhensible : il l’avait déjà ajoutée au groupe. Leur dispute s’est terminée par la réaction de sa mère
Cependant, Matthew explique que les journées passées au chalet ont surtout été consacrées à un nettoyage méticuleux, à la publication sur Facebook et à de longues conversations psychanalytiques avec Wiz-EL et KoA – souvent en séparant les petits gestes et les expressions faciales comme reflets des traumatismes de l’enfance, des désirs inconscients ou de la façon dont les soldats ont été conditionnés, ou “lavés le cerveau”, par la matrice de la douleur. Au fil du temps, Wiz-EL et Matthew ont commencé à filmer des instantanés de la vie dans la cabine dans le but de les mettre en ligne, dit Matthew, à la manière d’une émission de télé-réalité de bricolage.
Matthew dit qu’il était chargé de faire la vaisselle et de récurer les toilettes, entre autres tâches. Le fait de ne pas nettoyer selon les spécifications rigoureuses du KoA – ou de ne pas suivre les règles minutieuses de la maison – serait une cause de psychanalyse encore plus importante. Pendant que le KoA cuisinait et supervisait les opérations quotidiennes de la maison, dit Matthew, Wiz-EL passait des heures au lit pour rester “émotionnellement sobre”.
Matthew dit qu’il n’était pas autorisé à se promener dehors sans la permission de Wiz-EL ou du KoA. Et bien qu’ils aient dû s’acquitter de cotisations mensuelles, les soldats de l’IRL DayLife Army n’avaient pas le droit d’exercer des emplois conventionnels.
Matthew a vite remarqué que certaines règles semblaient ne s’appliquer qu’à lui : combien de sucre il devait consommer (aucun) et comment boire son eau (pas de glace).
Dans les mois qui ont précédé le camp d’entraînement, ses conversations avec Wiz-EL et KoA ont commencé à tourner de plus en plus autour de sa sexualité. Matthew dit que Wiz-EL l’avait auparavant encouragé à explorer les relations avec les femmes noires, et maintenant KoA a évoqué la possibilité qu’il puisse s’intéresser aux hommes – doucement au début. “Ils n’ont pas dit que j’étais gay à fond”, dit Matthew. Ils lui ont dit : “Tu as des choses à découvrir avec les hommes”.

Au fil du temps, ils l’ont poussé plus fort sur sa sexualité. Environ une semaine avant son arrivée au chalet, Matthew dit que le KoA l’a appelé pour lui poser une question : “Aimes-tu la bite noire ?”
Avant de rejoindre le groupe à la cabane, Matthew a été contacté par un membre de l’organisation, uniquement en ligne, qui lui a fait part d’une mission du KoA : Il devait se mettre en relation avec un type. Selon Matthew, la directive qu’il a reçue était de sortir avec un Noir en particulier. Bien que Matthew s’identifie comme hétéro, il n’était pas nécessairement opposé à l’idée d’expérimenter avec des hommes. Mais l’idée de profiler un partenaire sexuel parce que le KoA pensait qu’il avait un “engouement inconscient pour la sexualité masculine noire” le rendait un peu mal à l’aise. Pourtant, il s’est plié à la règle. “Si quelqu’un est sur le point de devenir votre général, qui dirige tous les aspects de votre vie, vous voulez vraiment qu’il ait raison sur tout”, se souvient-il. Il est rentré chez lui avec un homme qu’il a rencontré sur Tinder et a déclaré qu’il avait terminé la directive.
Il s’est senti mal pendant tout l’épisode, mais quand il est finalement arrivé à Washington, les choses sont devenues encore plus bizarres. Un jour, Matthew dit que la KoA a utilisé son pendule pour acquérir une nouvelle vision des choses. Elle l’a regardé avec attention et l’a utilisé pour trouver des réponses divines à une série de questions sur les parents de Matthew, qui avaient refusé d’envoyer de l’argent malgré ses insistances répétées. (Le KoA a insisté pour qu’ils la dédommagent de lui avoir enseigné des choses qu’ils n’avaient pas faites quand il grandissait). Le KoA a informé Matthew que sa mère était un agent de la CIA – une accusation que Wiz-EL et le KoA ont régulièrement portée contre les détracteurs de l’organisation.
En octobre de la même année, le groupe a quitté la cabane, et lui, Wiz-EL et KoA ont passé quelques mois à se déplacer dans tout Washington – la première d’une série de déménagements. Pendant cette période, Matthew se souvient d’une période de deux semaines où Wiz-EL l’a encouragé à ingérer du jus d’orange qu’il avait mélangé à son propre sperme – un privilège qu’il devait “payer” en créant un certain nombre de messages Facebook chaque jour. Plus tard dans les voyages du groupe, Matthew dit qu’il lui était interdit de regarder du porno hétéro tout en pratiquant le rituel de la pierre de Whyte. Les membres participants ont reçu pour instruction d’enregistrer leurs séances de masturbation et de faire des présentations hebdomadaires sur leurs progrès au groupe.
En février 2018, le groupe avait migré vers la Californie du Sud, et deux nouveaux soldats de l’IRL l’avaient rejoint, tous deux âgés d’une vingtaine d’années. Matthew raconte que la KoA a dit au groupe qanu’elle avait trouvé une maison blanche pittoresque à Palm Springs pour accueillir le groupe en expansion, mais que la location n’a pas fonctionné. De là, ils se sont dirigés vers Las Vegas, où ils ont sauté d’un Airbnb à l’autre, y compris un McMansion géant avec une piscine.
Pour Matthew, il n’était pas clair d’où provenait leur financement – si tant est qu’il en provenait. Aucun des soldats n’était autorisé à travailler, et ils passaient le plus clair de leur temps à faire le ménage, à se psychanalyser les uns les autres et à parler aux recrues potentielles.

Matthew ne faisait presque plus de musique. Bien que Wiz-EL

En février 2018, le groupe avait migré vers la Californie du Sud et deux nouveaux soldats de l’IRL l’avaient rejoint, tous deux âgés d’une vingtaine d’années. Matthew raconte que la KoA a dit au groupe qu’elle avait trouvé une maison blanche pittoresque à Palm Springs pour accueillir le groupe en expansion, mais que la location n’a pas fonctionné. De là, ils se sont dirigés vers Las Vegas, où ils ont sauté d’un Airbnb à l’autre, y compris un McMansion géant avec une piscine.
Pour Matthew, il n’était pas clair d’où provenait leur financement – si tant est qu’il en provenait. Aucun des soldats n’était autorisé à travailler, et ils passaient le plus clair de leur temps à faire le ménage, à se psychanalyser les uns les autres et à parler aux recrues potentielles.

Matthew ne faisait presque plus de musique. Bien que Wiz-EL et KoA soient entrés dans sa vie comme mentors créatifs, l’Armée de la Vie Quotidienne désapprouvait généralement la poursuite de l’art comme vocation – en partie parce qu’elle était centrée sur les objets et non sur les personnes.
Les soldats se concentraient plutôt sur la création d’autres types de contenu. Wiz-EL avait commencé à mettre en place une nouvelle stratégie de marketing qu’il appelait “publicités sociales” – des messages où les membres s’appuyaient sur leurs médias sociaux pour attirer l’attention sur les autres membres du groupe. “Il y avait des points où je n’étais pas autorisé à bouger”, dit Matthew à propos d’un marathon de contenu. “Je devais m’asseoir sur un tabouret sans dos, et je restais assis là à écrire des publicités sociales sur Wiz sur ma page Facebook”. Un soir, après avoir manqué son quota, il a été envoyé au lit sans dîner. Wiz-EL lui a glissé un récipient de compote de pommes en secret.
C’était un mode de vie précaire. Ils ont continué à sauter d’un endroit à l’autre, pour finalement arriver dans la zone métropolitaine de Phoenix. Là, les cinq membres se sont installés dans un hôtel branché, entassés dans une chambre individuelle. Un nouveau soldat de l’IRL était sur le point d’embarquer, et selon Matthew, Wiz-EL et KoA s’attendaient à ce qu’il leur livre “des dizaines de milliers de dollars” lorsqu’il s’est engagé.
Lorsque Edaan Brook est tombé sur l’article du Daily Dot Tumple en 2016, il était dans l’ornière. Earthly, le projet électronique qu’il avait lancé avec un ami, faisait parler de lui – et il avait un boulot sympa en faisant de l’A&R pour Break World Records en Caroline du Nord, un label de musique électronique expérimentale respecté. Mais son travail commençait à ressembler à une corvée : Un an et demi auparavant, il avait perdu un ami proche, un mentor et un collaborateur dans un accident de voiture, et il avait fait la fête et travaillé autant que son corps pouvait le supporter pour endormir la douleur.
Edaan, qui a parlé avec OneZero lors d’un entretien téléphonique de trois heures en mai 2019 et qui vit actuellement avec la DayLife Army, a déclaré avoir lu l’article et avoir pensé : “C’est la chose la plus folle que j’ai vue sur Internet”. Il a ajouté Wiz-EL, KoA et Matthew sur Facebook et s’est inscrit à quelques groupes Tumple.
Certains aspects de Tumple ont trouvé un écho chez Edaan. D’une part, l’organisation était axée sur un mode de vie “propre”. KoA et Wiz-EL, dit-il, l’ont encouragé à tirer sa valeur personnelle des parties de lui-même qui n’étaient pas monétisées dans l’industrie de la musique. “Il y a beaucoup de valeur dans les relations que vous entretenez, et il y a une monnaie d’échange émotionnelle et spirituelle que chacun possède”, dit Edaan, faisant écho à la philosophie de l’Armée de la Vie Quotidienne. “Vous – étant la personne que vous êtes – est en fait votre atout le plus précieux.”
Edaan était habitué à des systèmes de croyance très larges : Son père, Yaron Brook, un éminent spécialiste de l’objectivité qui a commencé sa carrière en travaillant dans les services de renseignements militaires israéliens, a été directeur exécutif de l’Institut Ayn Rand pendant 17 ans, et Edaan dit qu’il a grandi en fréquentant une école d’objectivation. “Pour être honnête, la merde des sectes n’est pas si nouvelle pour moi”, dit-il.
Le système de croyances de l’Armée de la Vie Quotidienne lui plaisait particulièrement, compte tenu des opinions capitalistes et sionistes de son père, qu’il décrit comme ayant un effet douloureux sur lui. “Une femme noire qui obtient des Blancs qu’ils lui donnent toutes leurs ressources… est la plus grande menace qui existe pour la suprématie blanche et le capital mondial”, dit Edaan.

Au printemps 2018, Edaan s’est connecté au site web de l’Armée de la Vie Quotidienne et a rempli le formulaire d’enrôlement pour devenir un soldat URL, ou membre en ligne. En quelques jours, le KoA et Wiz-EL ont pris contact avec lui pour lui demander s’il voulait devenir IRL. “Vous ne ferez qu’effleurer la surface si vous faites cela du point de vue de l’URL”, se souvient-il en expliquant. Edaan a répondu à l’invitation.
Edaan a commencé à pratiquer sérieusement les Standurds, s’habillant en blanc, faisant de son mieux pour rester sobre, et vendant ses affaires. “J’ai vendu tous mes synthétiseurs et tout mon matériel – tout ce qui me reliait à ce monde.”
En juillet 2018, après avoir quitté son emploi, Edaan a fait le voyage de Los Angeles à Phoenix, où il devait rejoindre le groupe. À son arrivée, il se souvient : “J’avais quelques vêtements blancs [et] pas d’argent sur mon compte en banque.
En raison de la richesse de son passé et de son réseau, Matthew dit que Wiz-EL et KoA s’attendaient à une aubaine. Le plan, se souvient Matthew, était qu’Edaan tire parti de ses relations dans l’industrie de la musique, il a donc commencé à parcourir

l. Le plan, se souvient Matthew, était qu’Edaan tire parti de ses relations dans l’industrie de la musique, il a donc commencé à parcourir sa liste de contacts et à passer des appels. Matthew dit qu’il était clair dès le départ que Wiz-EL et KoA préparaient Edaan à une position de leader dans l’organisation. Peu après son arrivée, il a adopté un surnom qui le suggérait : “DayLife Jesus”. (Selon l’organisation, il se fait désormais appeler “D’Jesus”).
L’argent était un problème permanent : Après le déménagement du groupe dans un Motel 6 voisin, dit Matthew, le KoA et Wiz-EL ont donné aux soldats une nouvelle mission : obtenir au moins 90 $ par jour pour couvrir la nourriture et le logement du couple. Tout argent supplémentaire pourrait être consacré à leur propre chambre et pension, mais seulement avec le consentement des dirigeants.

Comme ils n’étaient pas autorisés à travailler dans des emplois conventionnels, Matthew dit que lui et les autres soldats n’avaient qu’une poignée d’options pour faire leur “lessive” quotidienne, ou les paiements. L’un d’entre eux allait voir ses amis et les membres de sa famille pour savoir s’ils se sentaient généreux. Une autre était la mendicité numérique, l’envoi de messages copiés-collés à des comptes de médias sociaux aléatoires expliquant qu’ils étaient en mauvaise posture. Parfois, lorsqu’ils étaient vraiment dans le pétrin, ils mendiaient dans la rue. Matthew n’avait pas vraiment l’impression d’avoir le choix : il estimait devoir sa loyauté à KoA et Wiz-EL après toutes les années qu’ils avaient passées à l’encadrer.
Dans le système de croyances de l’Armée de la Vie Quotidienne, le travail d’escorte était considéré un peu différemment des autres types de travail. Comme faire payer quelqu’un pour l’accès à votre groupe secret sur Facebook, le groupe semblait le considérer comme un exemple de génération de revenus pour votre seule présence. Matthew soutient que la KoA ne lui a jamais directement demandé de commencer à utiliser des sites de rencontres à des fins de collecte de fonds, mais lorsqu’il a créé un profil SeekingArrangement et commencé à communiquer avec d’autres utilisateurs, il se souvient qu’elle lui a dit de fixer un prix initial d’environ 2 000 dollars, plus les frais de voyage, étant entendu que tout l’argent qui restait après le voyage lui serait envoyé directement. Le plan de SeekingArrangement n’a pas fonctionné. Mais plus tard, dit Matthew, la KoA a pris sur elle de réécrire personnellement son profil, espérant qu’il gagnerait de l’argent pour le groupe en tant qu'”escorte de la jet-set qui ferait le tour du monde”.

Comme les soldats ont commencé à passer plus de nuits dans la rue, Matthew dit qu’ils ont commencé à aller sur Grindr et Tinder, à la recherche d’argent et d’un abri. Pendant leur séjour d’environ trois mois dans la région de Phoenix, Matthew dit qu’il a participé à une demi-douzaine de rendez-vous au cours desquels il a réussi à obtenir des paiements de 10 ou 20 dollars à la fois, parfois plus. Matthew dit que les soldats ont finalement commencé à utiliser des sites de rencontre pour solliciter de l’aide. Sur leurs profils, ils ont indiqué qu’ils étaient “bloqués”.
Alors que l’été approchait de l’automne, le Wiz-EL et la KoA ont publié une nouvelle directive : Pour que le groupe puisse quitter Phoenix, ils devaient “manifester” une Toyota Sequoia blanche – une amélioration glamour de l’ancienne Corolla qu’ils conduisaient. Depuis qu’ils ont emménagé dans un nouveau Motel 6, Wiz-EL et KoA ont pris leurs distances avec le groupe, se sont installés dans leur chambre et ont passé du temps sur Internet. Edaan, qui était désormais le capitaine du groupe, était devenu une sorte de messager.
Au cours d’une réunion, il avait disparu dans le motel pendant quatre heures. Nous nous sommes dit : “D’accord, ils vont avoir une nouvelle merde, un nouveau plan, un nouveau truc”, se souvient Matthew. Mais quand Edaan est finalement revenu, il n’avait rien de substantiel à leur dire. Au lieu de cela, il leur a dit qu’ils devaient commencer à mettre des notes autocollantes sur les caméras de leurs téléphones.
Avec le Wiz-EL et le KoA largement retranchés, les soldats étaient plus autonomes. Ils ont commencé à traîner dans une université locale, à dormir dans les salles de classe et à charger leurs téléphones au centre étudiant. De temps en temps, ils volaient de la nourriture dans les supermarchés et se soustrayaient à la règle “pas de travail”, en s’engageant dans des travaux de livraison sur des facteurs.
Début octobre, dit Matthew, les garçons ont finalement manifesté une voiture. Par l’intermédiaire de Grindr, ils ont pris contact avec un homme riche qui s’est pris d’affection pour l’équipage. Quelques jours plus tard, l’homme a cosigné le bail d’un Honda Pilot huit places – pas exactement un Toyota Sequoia, mais assez proche. Quelques jours plus tard, Wiz-EL et KoA se sont mis en route pour la Californie dans le nouveau huit places avec Edaan au volant. Les autres soldats s’entassent dans l’ancienne Corolla. Après tous les efforts qu’ils avaient déployés pour obtenir la voiture, ils n’ont pas été autorisés à y mettre les pieds.

Matthew arrivait à un tournant : La situation des sans-abri, le travail 24 heures sur 24 et les directives absurdes commençaient à s’accumuler, et la justification de la direction pour la situation difficile des soldats – que vivre dans la rue était une occasion pour les soldats de “brûler leur ego” – semblait de plus en plus fragile.
Un jour, Matthew s’est retrouvé assis à une table de pique-nique avec Wiz-EL. Wiz-EL a minimisé le dur labeur des soldats, et a affirmé que c’était lui et Matthew seul qui avait manifesté la voiture. Matthew s’est levé de la table. “Vous pouvez me dire toutes ces choses ésotériques que vous faisiez à distance et comment vous avez créé le contexte dans lequel cela se passe, mais je m’en fiche”, se souvient-il en disant.
Wiz-EL lui a ordonné de quitter la table. C’était un petit moment, mais il a marqué une rupture dans la connexion de Matthew avec le groupe. Matthew s’est mis à prendre tranquillement ses distances.
En novembre, il a commencé à séjourner chez un homme de San Diego qu’il avait rencontré sur Grindr. Il était toujours obligé de faire sa toilette quotidienne et l’homme accepta de lui offrir une aide financière régulière. Au cours des deux mois suivants, dit-il, il a obtenu de l’homme qu’il fasse don de plus de 1 000 dollars à travers des dizaines de versements, dont la plupart sont allés au KoA.
Le même mois, le groupe a proposé à Matthew un autre projet de collecte de fonds, encore plus absurde que les précédents. La KoA avait commencé à prétendre qu’elle était en possession de toutes les âmes de l’humanité et offrait aux individus une chance de les “racheter”. Matthew a été chargé d’envoyer un message à tous les Blancs qu’il connaissait, expliquant pourquoi ils devaient envoyer de l’argent au KoA.
Matthew a senti son état mental se détériorer. Incapable de se défaire du sentiment accablant que ce qu’il faisait était mal, il se tourna de plus en plus vers l’alcool et la caféine et finit par appeler une ligne téléphonique de crise. Le 7 décembre, après s’être vu refuser un congé médical temporaire de l’organisation, Matthew a envoyé un message à un autre membre du groupe et a remis sa démission.

Quelques semaines plus tard, de retour chez ses parents, Matthew a reçu un avis de licenciement officiel de l’organisation militaire DayLife par courrier électronique. “Votre refus et/ou votre incapacité à engager pleinement votre capital financier, social et/ou personnel dans la mission de cette organisation rend très difficile une relation avec la DLM qui sert sa commission d’expansion de la PleasureMatrix”, expliquait la lettre. “En effet, DLM a choisi de ne plus faire la différence entre ce manque de capital et cette difficulté”.
L’avis précisait les conditions d’un futur réengagement s’il choisissait de le faire dans les 30 jours : Elles comprenaient le recrutement d’un nouveau soldat ou d’un soldat de retour et la création de 12 annonces de capital social pour le général KoA. Près d’un an plus tard, l’organisation lui a envoyé un état comptable. Il comprenait la somme totale d’argent que le groupe affirmait avoir envoyée au KoA depuis son arrivée au chalet – 9 000 dollars. Il indiquait également qu’il devait toujours à l’Armée DayLife plus de 20 000 dollars de cotisations.
Au début de l’année 2019, la DayLife Military n’était pas plus proche de son objectif de 2 000 ans qu’elle ne l’était au moment de son lancement. Un autre soldat s’était séparé de l’organisation à peu près au même moment que Matthew, réduisant l’armée IRL du Wiz-EL et du KoA à un effectif de deux personnes. Sur Facebook, les membres de l’organisation ont continué à produire du contenu, mais l’engagement social a chuté. Pendant ce temps, le comportement d’Edaan en ligne devenait de plus en plus combatif et erratique.
En mars 2019, des dizaines de musiciens de la scène électronique underground avaient commencé à partager des histoires sur Edaan sur Twitter – beaucoup d’entre eux affirmant que l’ancien gars de A&R les avait contactés pour leur demander de l’aide afin de trouver une chambre pour la nuit sans révéler qu’il était impliqué dans une secte.
Peu de temps après, Edaan a marqué plus de 60 personnes, dont l’un des auteurs de cette histoire, dans une longue mise à jour explicative de son statut sur Facebook : “Oui, j’ai copié ce même message à tout le monde”, a-t-il écrit. “Oui, j’ai utilisé le fait que je suis sans-abri et que je vis dans une voiture pour obtenir de l’argent. J’ai utilisé ça. Je me suis servi de toi. Et ton argent est littéralement dégoûtant et couvert de sang. Je le pellete dans la fournaise de mon Général. JE L’AI TOUT BRÛLÉ. Je brûle l’argent des Blancs, je brûle l’argent des Noirs, je brûle l’argent des trans, des riches, des pauvres, je n’ai pas le droit de baiser. Celui qui l’envoie, il est brûlé.” Début avril, Edaan a affirmé que des agents du FBI s’étaient rendus chez son frère à Los Angeles pour le rechercher.
Lorsque OneZero l’a contacté en mai 2019, Edaan a longuement parlé de son histoire personnelle et de la “lueur” qu’il a ressentie après avoir rejoint la DayLife Army. Il a également dit qu’il était incapable de révéler des détails sur les opérations quotidiennes et l’emplacement de l’organisation. “Nous fonctionnons comme une armée”, a-t-il expliqué.
A l’époque, a dit M. Edaan, le groupe se préparait à une autre révision : Ils quittaient Facebook. KoA a dit au groupe que son compte personnel avait été définitivement supprimé par la plateforme, et bien que personne ne semble savoir exactement pourquoi, Edaan a comparé la situation à l’interdiction par Facebook de personnalités politiques comme Alex Jones, Louis Farrakhan et Milo Yiannopoulos : “KoA est la personne la plus dangereuse au monde, d’une certaine manière”, a-t-il déclaré.
De plus, a déclaré M. Edaan, l’organisation en avait assez de se reposer sur les plates-formes des autres : “Nous nous détournons de Facebook parce que nous n’allons plus donner toute notre histoire gratuitement”, a-t-il déclaré. “Nous avons déjà notre propre plateforme – une plateforme spirituelle et émotionnelle et qui peut se manifester n’importe où”.
Cet été-là, Wiz-EL a annoncé qu’il quittait aussi Facebook. Edaan lui a emboîté le pas. Certains affiliés de DayLife Army sont toujours actifs sur la plateforme, mais les publicités sociales et les blagues de Pain Matrix sont devenues moins fréquentes. Waiting Ruum, le groupe qui rassemblait autrefois des dizaines de membres potentiels, est devenu une sorte de ville fantôme : Personne n’a adhéré au cours des 30 derniers jours.

Après que OneZero ait contacté Wiz-EL et le KoA pour une interview pour cette histoire, le KoA a accepté de répondre à une liste de questions par e-mail sous la forme d’une série de mémos vocaux.
Dans les enregistrements, sa voix est brillante et chaude. Elle annonce qu’elle parlera au nom de Wiz-EL et en son nom propre, mais elle encourage également OneZero à consulter les archives de Wiz-EL sur Facebook pour obtenir des réponses aux questions. “Aussi, vous savez, les blancs parlent beaucoup – constamment. Vous pouvez découvrir où ils ont parlé tout le temps”, dit-elle.
La KoA dit qu’elle n’a jamais cherché à fonder une “secte” autoproclamée. C’était plutôt l’idée de Wiz-EL, explique-t-elle, bien qu’elle dise qu’ils étaient conjointement responsables du développement de la philosophie spirituelle de Tumple. Le DayLife Military, dit-elle, était sa tentative d’appliquer ces principes au domaine de “l’expérience vécue”.
Ses objectifs sont ambitieux : en tant que chef d’une “armée sociale” de la vie réelle, elle espère faire entrer le monde dans une ère de “fascisme social”, en siphonnant les ressources de la matrice de la douleur afin de redistribuer les richesses et de bouleverser la structure du pouvoir racial et économique. “Il s’agit de dépenser, dépenser, dépenser”, dit-elle, en parlant de son contrôle unilatéral sur les décisions financières au sein du groupe. “Mon travail consiste à dépenser mieux que quiconque sur la planète n’a jamais pu ou ne pourrait le faire à l’heure actuelle.”
Elle décrit un avenir où le Tume, la “monnaie sociale” du groupe, remplacera la monnaie fiduciaire comme forme d’échange dominante (elle l’appelle “preuve de plaisir”, par opposition au “travail”). Et bien que DayLife Army ait représenté la première étape de cette opération, elle affirme, de manière quelque peu invraisemblable, qu’elle a l’intention de déployer une “marine” et une “armée de l’air” également. (Elle précise que l’objectif de l’armée était de répandre l'”éthique du plaisir Tumplar” et qu’elle était carrément contre les munitions et la violence).
Répondant aux questions sur les responsabilités quotidiennes des soldats, la KoA nie que certains types de travail étaient interdits dans l’Armée de la Vie Quotidienne, affirmant que l’organisation met simplement l’accent sur “le travail émotionnel et spirituel”.
“C’est un peu comme faire une armée géante de service”, dit-elle. “Les employés de service de niveau supérieur, comme les employés de l’hôtellerie”.
Bien qu’elle refuse de détailler la source de revenu du groupe, elle souligne que la première obligation des soldats était de vivre leur vie selon les Standurds, ce qui “leur donne de la place pour se concentrer sur leur développement émotionnel et spirituel”.
En ce qui concerne la philosophie du groupe en matière de sexe, la KoA déclare qu’elle n’est pas d’accord avec le Daily Dot qui qualifie l’organisation de “culte du sexe”, arguant que l’adhésion des soldats à ces directives, ainsi que l’accent mis par le groupe sur l’honnêteté émotionnelle et la responsabilité, ont empêché le genre de hippie que le terme implique. “Ma philosophie générale est que si vous pouvez redresser toutes vos limites et mettre de l’ordre dans toutes vos normes, vous avez accès à un pouvoir illimité, pratiquement illimité, en tant qu’être humain dans votre sexualité”, dit-elle. Pourtant, dit-elle, l’utilisation du descripteur par le Daily Dot ne la dérange pas forcément. “Toute attention, techniquement, est une bonne attention sur Internet.”
Dans l’ensemble, elle est transparente sur le niveau de sacrifice que le groupe a exigé de ses soldats. “Pour être claire,” dit-elle, “les gens peuvent laver beaucoup de choses. Ils peuvent laver l’argent, ils peuvent laver les biens, comme les objets physiques – ils peuvent laver leur vie”.

A gauche : les baskets que Matthew a achetées à Wiz-EL avec Tume. A droite : Une valise et un portefeuille donnés à Matthew par Wiz-EL et KoA dans le cadre de son enrôlement.
Elle compare la DayLife Army aux armées traditionnelles du monde entier. “[Les militaires] se portent littéralement volontaires pour un contrat où leur vie ne leur appartient plus”, dit-elle. “Et ils vont même, dans l’armée traditionnelle, mourir pour cela. Ce n’est pas ce que nous faisons ici. Nous disons en fait que vous devez faire l’expérience de la mort de votre ego, et non de la mort physique, et ensuite vivre plus que vous n’avez jamais vécu auparavant. Vivre plus grand, plus fort et plus longtemps que jamais”.
Bien que son fonctionnement sur Facebook ait ralenti, la DayLife Army est toujours en activité. En décembre 2019, le groupe a lancé le premier volet d’une nouvelle lettre d’information. Rédigé par Wiz-EL, il offre des conseils aux femmes qui cherchent à s’autonomiser à l’ère des médias sociaux. D’anciens adeptes affirment que la DayLife Army a embarqué au moins

r. Rédigé par Wiz-EL, il offre des conseils aux femmes qui cherchent à s’autonomiser à l’ère des médias sociaux. D’anciens adeptes affirment que l’Armée DayLife a embarqué au moins trois nouveaux membres de l’IRL en 2019. Sur des plateformes comme Twitter et Instagram, vous pouvez apercevoir l’armée de temps en temps, dans des chambres de motel ou debout contre une étendue de désert ou d’arbres colossaux.
Un post sur le compte Instagram de l’armée DayLife de l’automne 2019, qui compte actuellement environ 350 adeptes, montre une jeune femme vêtue de blanc, le crâne rasé, brandissant une petite pancarte : “Ils m’ont fait manger mon yaourt dans un placard.” Dans une série d’émissions en direct d’Instagram au printemps 2020, les membres de l’organisation se sont relayés, à la manière d’un confessionnal, pour parler longuement de leurs méthodes de travail afin d’interroger leurs propres comportements et pensées, à la recherche de traces de la programmation de la matrice de la douleur qu’ils avaient intériorisée en raison des différentes facettes de leur identité. Quelques mois après le début de la pandémie de coronavirus, il semble qu’ils passent le plus clair de leur temps à l’extérieur ; dans certains postes, les membres mentionnent qu’ils ont dormi dans des tentes.
Alors que les protestations nationales contre la violence policière et le racisme systémique ont éclaté à la suite du meurtre de George Floyd, le groupe a semblé saisir l’occasion pour recruter.
“Evurythung est prêt à EXPLODIER”, a expliqué KoA dans un tweet le 2 juin. “Le cadavre en décomposition de thu PainMatrux est sur le bord de la route de thu – gonflé à bloc. Préparez vos matelas gonflables, vous pourriez camper plus tôt que prévu”. Quelques jours plus tard, Wiz-EL a critiqué les manifestants pour avoir “fourni des émotions et du travail temporaire pour régler” les “crises continues de relations publiques” du capital mondial. Il a finalement publié un fil de discussion sur Twitter, affirmant que si les manifestants n’avaient pas l’impression que la police, le gouvernement et l’économie étaient à leur service, ils devraient plutôt essayer de “surfer” sur le KoA. “Uts a lot more fun thun foghtun cops”, a-t-il tweeté le 13 juin.
Pendant ce temps, l’organisation continue de perdre des membres. Deux soldats de l’IRL DayLife Army ont quitté l’organisation en mai. L’un d’eux était Yasmin Ben-David, qui a annoncé son départ sur Facebook : “Je vais poursuivre ma propre mission, en encourageant une éthique et des valeurs immaculées, en continuant le travail que mon âme est censée faire”, a-t-elle écrit.
Elle a déclaré qu’elle avait été initialement attirée par la politique du groupe. “J’ai aimé l’inversion de la structure pyramidale de la société et le fait de mettre les femmes noires aux commandes des ressources”, a-t-elle déclaré à OneZero. Bien qu’elle ait apprécié l’idée d’une économie sociale et l’accent mis par le groupe sur une vie saine sur le plan physique, émotionnel et spirituel, son problème était davantage lié à l’approche de l’Armée de la Vie Quotidienne. “L’exécution de la mission du groupe est entachée d’une arrogance injustifiée et d’une hypocrisie incontrôlée”, a-t-elle déclaré. “Utiliser la même méthodologie structurelle que les systèmes qui, à l’origine, ont lavé le cerveau de tout le monde dans la suprématie blanche et les institutions violentes, semble être une stratégie efficace jusqu’à ce que vous réalisiez que ce système était en train de fabriquer des gens pour la douleur, le travail, la violence et la soumission aveugle à des entités malveillantes – et non pour le plaisir, l’harmonie et l’alignement spirituel”.


Quelques jours après avoir annoncé son départ en ligne, Ben-David a commencé à faire circuler une page de collecte de fonds en ligne pour l’aider à quitter l’organisation. “Je n’ai pas eu d’argent à moi depuis le moment où je suis descendue du bus Greyhound en juillet 2019”, a-t-elle expliqué dans un post ultérieur sur Facebook. “Depuis lors, je n’ai pas vu de médecin, de dentiste, je n’ai pas eu de compte bancaire, je n’ai pas acheté de nouveaux vêtements, je n’ai pas préparé de repas pour moi, je ne suis allée nulle part par moi-même”.
Phu, l’autre soldat qui est parti, a dit qu’elle était particulièrement attirée par l’idée du groupe de “sous-prémocratie noire”, un système de croyance qui valorise et souligne le pouvoir des femmes noires. Mais le temps qu’elle a passé au sein de l’organisation raconte une histoire différente : Seuls les blancs, dit-elle, ont été promus à des postes de direction. Pendant ce temps, ces dirigeants étaient habilités à imposer les règles strictes et les mesures disciplinaires de l’organisation aux femmes noires qu’ils supervisaient. Phu a déclaré que le KoA et Wiz-EL l’accusaient souvent d’être “irresponsable” et de “ruiner l’intégrité de l’organisation avec [sa] chatte”, d’une manière qui, selon Phu, évoquait le trope raciste de la “Jézabel”. ” [Ce n’est] absolument pas une organisation antiraciste “, a déclaré Phu.
Avant de rejoindre la communauté en personne en octobre dernier, Phu, qui est transsexuelle, a déclaré que le KoA l’avait personnellement assurée que le groupe lui garantirait un accès continu à l’hormonothérapie de substitution et aux soins médicaux associés. Mais, dit-elle, les dirigeants lui ont fait manquer ou retarder à plusieurs reprises les rendez-vous prévus en lui refusant l’accès à son propre argent ou à sa voiture. À un moment donné, Phu a dit qu’elle avait passé trois semaines sans ses hormones quotidiennes ; après s’être déplacée pour recevoir des soins, elle a dit que l’organisation l’avait pénalisée en augmentant la somme d’argent qu’elle devait apporter. “Ils pensent que les soins médicaux pour les personnes transsexuelles ne sont pas réels”, a déclaré Phu à OneZero. “Ils n’en ont rien à foutre des femmes trans”.
Après un an et demi de reportage, OneZero a envoyé KoA, Wiz-EL, et Ed

Après un an et demi de reportage, OneZero a envoyé à KoA, Wiz-EL et Edaan une liste de questions pour vérifier les faits. Alors que KoA et Edaan ont tous deux participé, Wiz-EL a choisi de ne pas le faire, soit en ne commentant pas, soit en répondant à “Fake Nuws”. Au cours du processus officiel de vérification des faits, OneZero a de nouveau pris contact avec le groupe, et le KoA a répondu par un message de près de 5 000 mots. “Savez-vous pourquoi vous faites cet article, vraiment ?” a-t-elle écrit en partie. “Savez-vous comment il a fini par venir de vous ? Vous êtes-vous interrogés sur tous les contextes qui se chevauchent et qui ont créé cette réalité particulière dans laquelle nous sommes engagés ensemble ? D’autres militaires de DayLife partageaient simultanément la même illustration dans leur flux d’Instagram Stories : Il était écrit : “Mentir à la presse est légal.”
Et le 14 juin, Tumple a publié une déclaration sur son compte Twitter officiel : “we r seekung no mew memburs curruntly an understund @daylifearmy is seekung none eithur.”
Matthew est rentré chez lui fin 2018 et a finalement entamé un traitement avec des thérapeutes spécialisés dans la récupération des groupes cultuels. Il a également commencé à assister à une réunion mensuelle de groupe pour les survivants de sectes.
Au début, dit-il, ce qui l’a frappé, c’est “combien les histoires de chacun se ressemblent”.
“L’idée de devoir sacrifier son ego, de devoir détruire les gens afin d’introduire une nouvelle matrice, était un refrain commun parmi les survivants, dit-il. Il a reconnu ses expériences dans les récits d’autres victimes : les règles minutieuses et les punitions pour les avoir violées, le nettoyage incessant et le travail subalterne, la collecte de fonds et le recrutement constants, les dirigeants charismatiques revendiquant une autorité surnaturelle. Matthew pensait que Tumple faisait quelque chose de totalement nouveau, mais en fin de compte, il a réalisé que Wiz-EL et KoA venaient de créer une autre secte.
Cela a fait mal, surtout parce que la première chose à laquelle on a eu accès était : “Vous allez devenir un artiste légendaire”, dit-il. “On vous gonfle à l’idée que vous sauvez le monde, que vous êtes dans une nouvelle ère biblique et que tous ceux qui vous entourent sont les personnes les plus importantes, et que vous créez un nouveau mode de vie, la plus grande déclaration artistique de votre siècle. En fait, j’ai l’impression que la véritable œuvre d’art, c’est qu’ils ont recréé la structure abusive exacte de la matrice de la douleur”.
Contacté pour commenter cette histoire, Kyp Malone, le frère de KoA, a déclaré que bien qu’il aimait et respectait sa sœur, il avait choisi de ne pas connaître les détails de la situation. Cependant, il a souligné qu’il comprenait pourquoi un individu comme sa sœur pouvait finir par suivre la voie qu’elle avait choisie en raison du strict contexte religieux de leur famille. “Nous avons grandi dans un groupe de contrôle élevé”, a-t-il déclaré. “Parfois, les gens trouvent différentes façons de reproduire des situations qui étaient essentiellement traumatisantes à gérer”.
Les groupes à haut contrôle comme les sectes peuvent prendre toutes sortes de formes et de tailles. Selon Alexandra Stein, une psychologue sociale basée à Londres et spécialisée dans l’extrémisme idéologique et autres relations sociales dangereuses, ils peuvent aller de groupes d’activistes luttant pour des causes progressistes à des plans de marketing à plusieurs niveaux. Il n’y a rien de particulièrement inhabituel à ce qu’un nouveau mouvement religieux s’habille avec les vêtements d’une sous-culture de jeunes spécifique – même une niche et un moment comme Weird Facebook – et s’intéresse aux mêmes questions au cœur des causes et des mouvements sociaux progressistes.
Dans son livre Terror, Love, and Brainwashing (2016), Stein décrit certaines des caractéristiques qui définissent les organisations de haut niveau : un système de croyance totalitaire qui repose sur la pensée du bien contre le mal, du nous contre eux ; des mots à la mode qui font réfléchir et qui masquent des réalités complexes ; des membres qui s’isolent de plus en plus de leurs amis, de leur famille et de leur ancien soi ; la conviction que toute personne détient la réponse à toutes les questions de l’existence et, sur cette base, a le droit de vous dicter tous les aspects de votre existence.
Selon Stein, tous les humains partagent un besoin inné de communauté. C’est pourquoi nous sommes tous vulnérables, à un certain niveau, aux avancées de ces groupes. Et ils peuvent être particulièrement attrayants pour les personnes qui se trouvent au milieu d’une transition importante de leur vie, par exemple lorsqu’elles entrent à l’université, quittent un emploi ou perdent une relation importante.
Comme nous passons de plus en plus de temps en ligne, il se peut que nous ayons plus d’occasions que jamais de tomber dans ces foules. Et grâce aux médias sociaux, il n’a jamais été aussi facile de communiquer avec les membres et de garder un œil sur eux.
Rachel Bernstein, thérapeute agréée, experte en sectes et éducatrice, affirme que si l’internet a permis aux individus d’enquêter plus facilement sur les groupes, il est également devenu “une mêlée générale pour tous ceux qui veulent recruter dans leur groupe ou pour leur idée ou leur idéal ou leur conspiration ou leur paranoïa”. Elle estime qu’il existe des centaines de groupes à haut contrôle basés sur Internet.
Les origines de la DayLife Army dans Weird Facebook, et les particularités de son système de croyance, sont peut-être uniques, mais l’organisation a quelque chose en commun avec les

Les origines de la DayLife Army dans Weird Facebook et les particularités de son système de croyance sont peut-être uniques, mais l’organisation a quelque chose en commun avec les groupes contemporains de la théorie du complot et les communautés en ligne d’extrême droite, qui ont tendance à adopter un mélange similaire de mèmes, d’ironie et de pensée insider-outsider.
“La conspiration remet en question ce que nous considérons comme acquis – l’exemple le plus extrême étant la Terre plate”, explique David Robertson, professeur d’études religieuses à l’Open University au Royaume-Uni. Une partie de cette formule, dit-il, consiste à utiliser une rhétorique délibérément provocatrice pour pousser à un consensus sur les subtilités et les normes. “Ils disent qu’ils le font : “Nous n’utilisons même pas votre langage. Utiliser le mot “secte” pour se décrire – cela fait partie de la formule”.
Finalement, dit Matthew, il a réalisé que la seule chose qui se démarquait vraiment de l’Armée de la Vie Quotidienne était la façon dont elle se présentait de façon flagrante comme une organisation dictatoriale et destructrice. D’une certaine manière, c’était plus transparent que la plupart des groupes de haut niveau.
Mais cela permettait également au groupe de nier de manière plausible, surtout dans le contexte ironique de la culture millénaire de l’Internet. Dans un écosystème de médias sociaux où les revendications les plus choquantes semblent toujours aller le plus loin, cela faisait également partie du discours.
Comme de nombreux survivants de sectes, Matthew est encore en train de se faire à l’idée de certaines de ses propres actions pendant son séjour au sein du groupe : “Tous les gens que j’ai côtoyés avec mon enthousiasme et mon excitation à l’idée que nous pourrions faire quelque chose de nouveau, je ne faisais qu’entraîner tous ces gens dans une structure abusive que certains d’entre eux subissent encore aujourd’hui”, dit-il.
Dans un effort de sensibilisation aux réalités de la vie dans l’organisation et pour encourager les membres restants à partir, Matthew a commencé à partager son histoire sur un compte Instagram qu’il a créé ce printemps. Ce compte dissèque les tactiques psychologiques qui sous-tendent les activités de l’organisation en ligne et en IRL. “Je ne savais pas ce qui était ironique, ce qui était sincère, faux ou réel”, a-t-il écrit. “Tout ce que je savais, c’est que j’allais suivre l’ordre suivant et continuer à tout prix.”
L’année dernière, Matthew a surtout passé à essayer de reconstruire les parties de sa vie qu’il avait négligées pendant ses années avec Tumple et la DayLife Army : réparer sa relation avec ses parents, renouer avec de vieux amis, en forger de nouveaux et se lancer dans une nouvelle carrière. Depuis son retour au pays, il a recommencé à faire de la musique.

Pierre Cassen : le musulman Karim Zeribi devant les juges, c’est du racisme ! (video)


L’ancien élu écolo Karim Zeribi jugé pour le détournement de 300 000 euros

À partir de ce lundi 6 juillet, l’ex-“porte-parole” des banlieues comparait pour abus de confiance et abus de bien sociaux.

Il assure être victime d’un complot politique. Karim Zéribi est jugé à partir de ce lundi 6 juillet, et jusqu’à mercredi, pour abus de confiance et abus de bien sociaux.

Imam ou baratineur c’est le même métier qui consiste à se faire mousser pour ne pas travailler. Même à la SNCF Karim ne glandait rien. Pour ces étrangers qui se la joue à la Française, la France il faut la baiser. Mais comme le mec est terriblement prétentieux il ne veux pas se rabaisser à faire imam à écouter les conneries de petites gens pour leur prendre 10 €… lui il vise plus haut, soit 300 000 euros pour des connerie de subventions ! Pour des magouilles. Alors effectivement ce saint homme doit payer… et cher, surtout pour qu’on ne le vois plus à la télé ou sa violence d’arabe dérange l’élégance à la française. C’est un bon magouilleur qui est arrivé à retarder son procès pendant 8 ans ! Merci l’Algérie pour votre exportation de parasites !

Une affaire partie d’un courrier anonyme

L’ancien conseiller municipal EELV de Marseille comparaît, avec cinq autres personnes, devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Marseille. Il est soupçonné d’avoir détourné, à des fins politiques personnelles, quelques 300 000 euros de subventions versées à des associations.closevolume_off

Le média public explique que l’affaire est partie d’une lettre anonyme adressée, en juin 2012, au parquet de Marseille. Le courrier assurait que des colleurs d’affiches de l’association Agir pour la Citoyenneté (APC) – fondée par Karim Zéribi, et dont il avait abandonné la présidence en 2006 -, étaient en réalité des emplois fictifs. La juge d’instruction avait finalement conclu à « une confusion des genres entre le milieu associatif et l’intérêt politique de ses campagnes, le premier finançant le second ».

« Des gens médisants et aigris »

De son côté, l’intéressé assure que les accusations dont il fait l’objet sont le fruit de rancoeurs provenant « de gens médisants et aigris, car ils n’ont pas eu le poste promis en cas de victoire aux élections ». Son avocat ajoute qu’« il n’y a rien de concret ». Il précise : « Il y a des témoignages à charge, mais autant à décharge qui doivent être pris en compte ».LIRE LES COMMENTAIRESL’Etat finance l’isolation de votre garage, cave et sous-sol sans conditions de ressourcesAstuces & Economies|SponsoriséAuvergne-rhone-alpes : la nouvelle méthode d’isolation des maisons financée par l’Etat rend fou les français !Programme Isolation|SponsoriséIntestin: Cette toxine serait la raison de tous vos problèmesNutravia|SponsoriséNettoyer votre Mac coûte moins cher que d’en acheter un neufMacKeeper|Sponsorisé[Isolation à 1€] C’est officiel en 2020, l’État change les conditions d’éligibilitéIsolation 1€|SponsoriséAuvergne-rhone-alpes : Les pompes à chaleur nouvelle génération que les propriétaires s’arrachent !Aides Pompe à Chaleur|Sponsorisé

mauri1 

Sans doute un colleur d’affiches qu n’a pas reçu l’obole qu’il attendait, forcément cela vous rend aigris et médisant.Enfin pour quelqu’un qui passe son temps médiatique à donner des leçons de morale cela fait un peu tâche. . Dommage que Dupond Moretti ne puisse plus le défendre avec fierté.

écusette de noireuil 

C’est remarquable comme tous ces racailles finissent toujours par être malhonnêtes… Même s’ils exercent une profession un peu supérieure !
On ne peut JAMAIS leur faire confiance.
Sauf ceux qui détestent leurs congénères racailles et luttent contre l’islam (Boualem Sansal, Salman Rushdie, Kamel Daoud, le poète Adonis etc,…).
S’ils les défendent, MÉFIANCE EXIGÉE et c’est le cas pour ce zeribi…

Noomena 

Je sais tout , j’ai le verbe haut , je fais la morale à tout le monde , je me moque de ceux qui s’inquiètent pour leur pays , je défends l’immigration . … On en peut plus d’entendre ce type qui pollue les débats … Coupable ou pas , je zappe


La France et ses mosquées : la Turquie est désormais le premier propriétaire de mosquées en France  

La France et ses mosquées : la Turquie est désormais le premier propriétaire de mosquées en France 

L’implantation du culte musulman en France métropolitaine remonte au début du XXème siècle. Depuis lors, le nombre de mosquées s’est considérablement accru sans que, pour autant, le droit afférent à leur édification n’ait fait l’objet d’une clarification.

LA GRANDE MOSQUÉE DE PARIS

La première mosquée fut celle de Paris, inaugurée le 15 juillet 1926, conjointement par le sultan du Maroc Moulay Youssef et le président de la République Gaston Doumergue. Cette construction répondait à une demande contenue dans un mémoire remis au gouvernement en 1916 par Paul Bourdarie, membre du Comité consultatif des Affaires indigènes. Il s’agissait de manifester la reconnaissance de la France envers les musulmans des territoires relevant de son domaine colonial pour leur loyauté durant la Première Guerre mondiale. « Aux yeux de beaucoup de responsables, la France avait contracté une dette d’honneur et de reconnaissance à l’égard de l’Islam » (Alain Boyer, L’Institut musulman de la Mosquée de Paris, CHEAM, 1992, p. 20).

Ayant accepté ce projet, le gouvernement ne pouvait cependant pas en être l’acteur direct puisqu’il comportait un lieu de culte, ce qui contrevenait à la loi de 1905 portant séparation des Églises et de l’État. Pour contourner l’obstacle, une loi votée en 1920, autorisa la construction, sur fonds publics, d’un Institut musulman placé sous la responsabilité d’une association relevant de la loi de 1901, en l’occurrence le Comité de l’Institut musulman à Paris dont l’objet comportait aussi explicitement l’édification d’une mosquée, le tout subventionné par l’État. « La vocation culturelle de l’Institut musulman a été volontairement mise en avant pour autoriser cette entorse aux règles de la laïcité » (Xavier Ternisien, La France des mosquées, Albin Michel, 2002, p. 40).

Quant à la gestion de cette « Maison de l’islam », elle fut confiée à la Société des Habous des lieux saints de l’islam, créée à Alger en 1917 pour défendre les droits religieux des musulmans du Maghreb et d’Afrique francophone. En 1982, avec l’aval des autorités françaises, la Mosquée de Paris est passée sous le contrôle de l’Algérie, qui en assure l’essentiel du budget(entretien des lieux, rétribution du recteur et des centaines d’imams qui dépendent de lui). « Depuis cette date, la mosquée n’a cessé d’être l’instrument le plus efficace de la mainmise du pouvoir algérien sur une partie de l’islam de France » (Ternisien, ibid., p. 41).

En janvier 2020, l’ancien recteur, Dalil Boubakeur, a cédé sa place à un avocat algérien de nationalité française, Chamseddine Hafiz, ce qui n’a rien changé au statut très particulier de cette mosquée.

LES MOSQUÉES AUJOURD’HUI

État des lieux

« Posons d’emblée pour sûre l’affirmation que l’islam des caves n’existe plus […]. Au contraire, sur le plan pratique, celui de l’exercice concret et matériel [du culte], la situation des fidèles n’a cessé de s’améliorer. Cette nette bonification n’est pas mesurée à sa juste valeur car aucun discours ne l’a relayée », remarque Didier Leschi, ancien responsable du bureau des Cultes au ministère de l’Intérieur (Misère(s) de l’islam de France, Cerf, 2017, p. 105).

Leschi précise qu’entre les années 1970, « au début desquelles il n’existait qu’une centaine de mosquées et une myriade de locaux aménagés dans la hâte et soumis à la précarité », et la fin des années 1990, au moment de la création du Conseil français du culte musulman, on recensait environ 1 600 mosquées gérées par des associations, « outre celles qui se refusaient à avoir pignon sur rue », le plus souvent œuvres de salafistes « qui ne souhaitent pas manifester leur foi au grand jour ». Et l’auteur d’ajouter : « Si l’on dresse une moyenne sur cette période, soit moins d’une vingtaine d’années, plus d’une mosquée ou salle de prière a donc été ouverte chaque semaine dans l’Hexagone » (Ibid., p. 106-107). En 2015, il y avait 2 502 mosquées et salles de prière officiellement recensées (Le Figaro, 20 février 2015).

Bernard Godard, lui aussi ancien fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, distingue les « mosquées-cathédrales » (plus de 70 en 2015), situées généralement au centre des grandes villes et disposant de plus de 1 000 places, des « mosquées-pavillons », appellation réservée aux lieux de proximité installés dans des immeubles ou des pavillons de banlieue (La question musulmane en France, Fayard, 2015, p. 314-316). Xavier Ternisien estime avec raison que la comparaison des grandes mosquées avec les cathédrales « n’est pas forcément très heureuse » puisque « la cathédrale est l’église de l’évêque, celle où se trouve la cathedra, le siège épiscopal qui symbolise son autorité » (op. cit., 70).

L’une des dernières grandes mosquées a vu le jour à Mulhouse en mai 2019. Appelée En-Nour (La Lumière – photo), d’une superficie de plus de 10 000 mètres carrés, elle comporte deux salles de prière en marbre de Carrare permettant d’accueillir 3 000 fidèles, une bibliothèque, une médiathèque, 11 salles de classe, une piscine, une salle de sport, un sauna, un hammam, un spa, un salon de coiffure et un funérarium. Financée par l’émirat de Qatar, c’est le plus vaste lieu de culte islamique en Europe. Cf. Christian Chesnot et Georges Malbrunot, Qatar Papers, Michel Lafon, 2019, p. 43-48.

Malgré cette augmentation « exponentielle » (Godard, op. cit., p. 314), quinze ans auparavant, Nicolas Sarkozy, alors candidat à l’élection présidentielle, déclarait : « Je crois que c’est parce qu’il n’y a pas assez de lieux de culte musulmans publics qu’il y a une progression de l’intégrisme aujourd’hui » (La République, les religions et l’espérance, Cerf, 2004, p. 131).

En fait, le salafisme, qui prône un islam rigoriste, résolument hostile aux valeurs occidentales, mais aussi à l’islam institutionnel, opère une nette progression dans les mosquées existantes, y compris dans les campagnes. En 2014, 89 d’entre elles étaient sous son influence contre 44 en 2010. (Le Figaro, 20 février 2015).

L’État accommodant 

Face à l’accroissement des demandes de permis de construire des mosquées, les pouvoirs publics sont confrontés au problème de leur financement, lequel ne peut être assuré par eux qu’en Alsace et en Moselle soumis au Concordat de 1801. Ailleurs, ce financement n’étant pas toujours assuré par la communauté musulmane concernée ou par des apports étrangers, les municipalités ont recours à des expédients juridiques.

  • Bail emphytéotique : octroi d’un terrain communal sur une très longue durée (souvent 99 ans) moyennant un loyer symbolique.
  • Prêt de locaux et/ou subvention à une association culturelle relevant de la loi de 1901 annexée à la mosquée. L’activité culturelle peut être une bibliothèque, une école coranique, une garderie d’enfants, un salon de thé ou le logement de l’imam.

Une seule possibilité est offerte par la loi de 1905 : dans les agglomérations en voie de développement, les collectivités locales peuvent garantir les emprunts contractés par les associations culturelles pour la construction d’édifices de culte.

Selon Xavier Lemoine, maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) : « c’est délibérément que les gouvernements successifs ont renoncé à faire appliquer la loi de 1905 au profit d’un usage abusif et illégal de celle de 1901 » (L’Incorrect, n° 16, janvier 2019).

Jean-Frédéric Poisson, ancien député des Yvelines, juge nécessaire une évolution de la loi de 1905, non pas en y incorporant l’islam (non concerné en 1905), mais en précisant ce qu’est une « association cultuelle ». Car, « aux termes actuels de la loi – et sans doute aussi d’une interprétation paresseuse – une école coranique ou un centre culturel islamique peuvent ne pas être considérés comme des associations cultuelles, et donc échapper de ce fait aux nombreux contrôles et déclarations prévus pour elles » (L’islam à la conquête de l’Occident, Éd. du Rocher, 2019, p. 251).

À propos des minarets 

La Grande Mosquée de Paris a été dotée d’un minaret dès l’origine. Depuis lors, la conception architecturale et urbanistique d’une mosquée doit observer deux impératifs : être ni trop discrète ni trop visible. Mais les minarets n’ont jamais été interdits, si bien qu’aujourd’hui plusieurs dizaines de mosquées en sont dotées. Il arrive cependant que des municipalités manifestent des réticences, voire des oppositions, aux projets qui en prévoient.

Une réflexion menée par un groupe de travail « Lieux de culte » du ministère de l’Intérieur a adopté la conclusion suivante sur les minarets :

« Les symboles ont dans l’islam, comme dans les autres cultes, une grande importance car ils affirment la réalité spirituelle. Ils ne doivent pas être considérés comme des signes ostentatoires ou des provocations, mais comme le témoignage de la vie spirituelle de la communauté musulmane, au même titre que les symboles propres aux chrétiens ou aux juifs. […] La verticalité du minaret à l’extérieur et celle des piliers à l’intérieur manifestent l’élévation spirituelle […]. Bien sûr, il est toujours possible d’imaginer des mosquées sans minaret pour obtenir des édifices tellement anonymes qu’ils n’évoqueraient rien, perçus de l’extérieur. Cette solution, néanmoins, peut avoir l’inconvénient d’éviter de poser les questions de la vraie place de l’islam de France, de la dignité de la communauté musulmane, mais aussi du respect par la République du principe d’égalité de traitement de toutes les croyances. L’islam de France doit pouvoir s’affirmer nettement en tant que tel sur le plan architectural, sans avoir à dissimuler l’expression de sa foi. Des minarets, donc, pourquoi pas ? » (Ternisien, op. cit., p. 71-72).

Sans attendre d’autorisation expresse, plusieurs mosquées de France ont diffusé des appels publics à la prière durant la crise sanitaire de 2020 (p. ex. Lyon, Strasbourg, Marseille). Le site Dôme et minarets revendique désormais l’autorisation officielle de cette pratique. « Au nom de l’égalité du traitement des cultes, les mosquées devraient réclamer ce droit, en particulier dans les villes et quartiers où se concentre une forte communauté musulmane » (cité par Avenir de la Culture, Juin 2020). Or, cela présente de sérieux inconvénients pour la paix civile. Cf. PFV n° 71.

Les financements étrangers 

Des institutions para-étatiques (Ligue islamique mondiale, fondation Hassan II, le Milli Görüs turc) et des États musulmans assurent le financement de la construction de mosquées en France : le Maroc, l’Algérie, l’Émirat de Qatar, l’Arabie-Séoudite et la Turquie. « La Turquie se détache de cet ensemble et sans doute est désormais le premier propriétaire de mosquées en France » (D. Leschi, op. cit., p. 107). Les imams turcs relevant d’Ankara reçoivent chaque semaine les sermons que leur envoie l’Union turco-islamique des affaires religieuses en France via l’ambassade à Paris.

Outre la mainmise politique qui résulte de cet « islam consulaire » dénoncé par Didier Leschi, cette situation a des conséquences directes sur les orientations des mosquées concernées. Pour lui, ces pratiques promeuvent « des conceptions et des pratiques religieuses attentatoires à notre mode de vie. Là se situe le problème » (op. cit., p. 114). D’où la vigilance que les autorités politiques doivent accorder au respect de l’ordre public, de la part des responsables comme de la part des fidèles.

En 2016, en accord avec le Conseil français du culte musulman (CFCM), l’État a suscité la création d’une Fondation pour l’islam de France (reconnue d’utilité publique par décret du 6 décembre 2016). Composée d’intellectuels, musulmans ou non, elle est chargée de soutenir des projets éducatifs, culturels et sociaux (relevant donc de la loi de 1901).

Une Association musulmane pour un Islam de France, à vocation cultuelle (loi de 1905), lui a été adjointe. Confiée au CFCM, elle a pour objectif de rechercher des financements français pour les mosquées et la rétribution des imams et de garantir la transparence des fonds venus de l’étranger. Mais elle n’a jamais fonctionné à cause de dissensions internes.

Rien n’est donc réglé, ce qui a suscité cette réflexion au philosophe Pierre Manent :

« La dépendance des Français musulmans vis-à-vis des associations et pays étrangers a été permise, sinon encouragée, par l’Etat français depuis le début. Celui-ci n’a rien fait pour installer cet islam de France dont il parle tant. Il a préféré sous-traiter l’organisation de l’islam de France aux pays dont sont majoritairement originaires les musulmans français. Et il n’a rien fait pour arrêter la propagande wahabite appuyée par les ressources illimitées de l’Arabie-Séoudite » (L’Homme nouveau, n° 1606, 16 janvier 2016).

POUR CONCLURE 

Un maire ne peut pas opposer un refus de principe à la construction de mosquées, car ce serait contraire à la loi telle qu’elle est, même s’il peut conditionner son autorisation à certaines exigences nécessaires pour garantir le respect de l’ordre public, comme l’a fait Xavier Lemoine lorsqu’il a accordé un tel permis aux musulmans de Montfermeil, en 2006. Les principales ont été présentées dans un dépliant largement distribué et remis au préfet et à l’évêque :

  • Acquisition par les demandeurs, avec leurs propres deniers, du terrain qui leur était proposé, au prix estimé par les services des Domaines.
  • Absence de toute subvention publique, communale ou autre.
  • Intégration dans le paysage urbain.
  • Absence de minaret.

Cependant, une telle observance est loin d’être répandue au sein de l’État, comme le constate Jean-Frédéric Poisson lorsqu’il dénonce « l’erreur de la projection » :

« Cela consiste à regarder l’Islam comme une Église qui n’aurait pas la même foi, mais dont l’organisation serait comparable. Un socle modeste de connaissances précises suffit pourtant à identifier que cette vision ne repose sur rien. Idéalement, l’attitude convenable sur le plan politique comme sur le plan de la simple honnêteté intellectuelle devrait conduire à porter un regard différencié sur les religions : il est peu probable que ce sentiment habite soudainement nos représentants, ce qui n’empêche en rien de les y appeler » (L’Islam à la conquête de l’Occident, op. cit., p. 247).

Ce regard différencié sur les religions est d’autant plus justifié que, comme le note Rémi Brague,

« l’islam est à la fois une religion et un système juridique. La charia est décisive. Ce système de lois régit la totalité du comportement humain, y compris le religieux » (Le Figaro, 8 février 2018).

Pour sortir de cette impasse, le sociologue Philippe d’Iribarne explique qu’ « il est nécessaire de clarifier la limite entre ce qui, dans l’islam, relève réellement de la religion […] dont le respect s’impose en raison de la liberté de conscience, et ce qui relève au contraire d’un ordre social qu’il est légitime de combattre, tant celui-ci est ennemi des valeurs cardinales des sociétés occidentales : la liberté […], l’égalité entre hommes et femmes », la distinction entre les deux pouvoirs, spirituel et temporel (Le Figaro, 9 juin 2019).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !