EPSTEIN la SUITE

Assad compare le “suicide” du fondateur
de White Helmets à EPSTEIN
et à d’autres morts mystérieuses de haut niveau

Le président syrien Bashar Assad a rejeté l’histoire officielle des « suicides officiels » de Jeffrey Epstein (le riche prédateur sexuel juif agent du Mossad) ou celui du fondateur des « White Helmets », suggérant que des personnes comme eux, en savaient trop sur les riches et les puissants (en Occident) pour qu’on les laisse en vie.
Epstein “a été tué parce qu’il connaissait de nombreux secrets vitaux liés à des personnalités très importantes des régimes britannique et américain, et peut-être aussi d’autres pays“, a déclaré Assad à la chaîne de télévision russe Rossiya-24 dans une interview accordée jeudi.Assad a suggéré que le décès du délinquant sexuel condamné était analogue à la disparition inhabituelle du fondateur de Casques blancs, James Le Mesurier, qui aurait sauté par la fenêtre de chez lui, en Turquie. La police turque traite la mort de Le Mesurier comme un suicide.“Ils sont devenus un fardeau une fois qu’ils ont joué leur rôle. Un besoin urgent de les éliminer est apparu une fois leur rôle rempli”.

Assad faisait référence non seulement à Epstein et à Le Mesurier, mais également au dirigeant d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden – formé à l’origine par la CIA pour lutter contre l’Union soviétique en Afghanistan – et au dirigeant de l’État islamique (IS, ex-ISIS / ISIL), Abu Bakr al –Baghdadi... Tous ceux-ci “avaient été tués principalement parce qu’ils connaissaient des secrets majeurs“, a déclaré le dirigeant syrien.Alors que la mort d’Epstein était officiellement déclarée suicidaire, le médecin légiste américain Michael Baden jeta un pavé dans la mare officielle  quand il déclara que les os hyoïdes brisés du pédophile décédé provenaient probablement de strangulation. La mort de Le Mesurier, qu’on veut faire passer pour un suicide, ne convainc pas grand monde, y compris le président Assad qui pense que c’est le «travail des services secrets».“Peut-être le fondateur des Casques blancs avait-il travaillé sur ses mémoires et sur la biographie de sa vie, ce qui était inacceptable. C’est une hypothèse, mais très sérieuse, car d’autres options ne me paraissent pas convaincantes pour le moment.”Le Mesurier a été qualifié d ‘«ancien agent du MI6» par le ministère russe des Affaires étrangères trois jours seulement avant sa mort, avec des «liens avec des groupes terroristes» au Kosovo. Assad a déclaré que son groupe des Casques blancs “fait naturellement partie d’Al-Qaïda” et a été pris en flagrant délit en train de “mettre en scène des attaques au gaz”, comme le simulacre de Douma, utilisé par les États-Unis pour justifier une frappe contre Damas.

Les propres relations d’Epstein avec les services de renseignement ont fait l’objet de nombreuses spéculations, en particulier après qu’Alex Acosta, l’ancien procureur de la Floride, qui avait condamné Epstein à une peine symbolique de 13 mois de prison ouverte, malgré des accusations de trafic et d’abus sur des dizaines de filles mineures (non juives), car on lui a recommandé de «ne toucher à rien» parce qu’Epstein «appartenait au renseignement». L’ancien officier de renseignements militaire israélien Ari Ben-Menashe a affirmé qu’Epstein travaillait également avec le renseignement israélien, initié à ce job de chantage sexuel par l’intermédiaire Robert Maxuell, agent connu du Mossad et père de sa “petite amie” et proxénète-entremetteuse, Ghislaine Maxwell – En ce moment à Paris mais pas inquiétée… elle vie dans le même quartier chic qu’avait choisi son Jeff. Le réseau des sayanims est tellement puissant qu’il surveille tous les corrompus du monde pour les impliquer au Mossad. La liste des traitres qui font des pipes au Mossad est hallucinante puisque qu’on y retrouve même des leaders arabes… ce qui confirme que le monde musulman est manipulé par ses imams qui sont manipulés par le Mossad. Même l’Arabie Saoudite 100% sémite est alliée à Washington donc Israel !

L’étrange mort du fondateur
des casques blancs, James Le Mesurier,
laisse de nombreuses questions en suspens

James Le Mesurier, fondateur des Casques blancs affiliés à Al-Qaïda, connu comme un «organisme de secours» en Occident mais connu dans le monde entier pour avoir fabriqué des attentats d’armes chimiques sous fausse bannière en Syrie, a été retrouvé mort à Istanbul dans des circonstances douteuses et déroutantes. et de nombreux points d’interrogation sont soulevés à propos de sa propre mort.
Le journaliste Ramazan Bursa affirme que la mort suspecte démontre clairement le lien entre les Casques Blancs (White Helmets) et les services de renseignement occidentaux et israélien, en particulier le MI6 britannique.Les médias occidentaux oublient souvent le lien entre le M16 et les Casques blancs. Vendredi 8 novembre 2019, le ministère russe des Affaires étrangères a fait une révélation surprenante. Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a révélé que “Le cofondateur des Casques blancs, James Le Mesurier, est un ancien agent du MI6 britannique, connu dans le monde entier, notamment dans les Balkans et au Moyen-Orient. Ses relations avec des groupes terroristes avaient été rapportées lors de sa mission au Kosovo. “Quelques jours plus tard, il a été retrouvé mort…Bien entendu, Karen Pierce, représentante permanente du Royaume-Uni auprès de l’ONU, a démenti les allégations de la Russie, affirmant qu’elles étaient «catégoriquement fausses. Il était un soldat britannique », avant de décrire le mercenaire comme un « véritable héros ». L’affirmation selon laquelle il est un « véritable héros »est un choix de mots curieux, vu qu’il travaille depuis longtemps aux côtés de terroristes, comme Zakharova l’a bien souligné. Il a servi dans la guerre de l’OTAN contre la Serbie pour défendre l’armée terroriste de libération du Kosovo (ALK) en 2000, qui a transformé le Kosovo, à l’image d’Israël en un paradis pour les passeurs d’héroïne et en une plaque tournante pour le trafic d’êtres humains, le prélèvement d’organes et le trafic d’armes. Cependant, ce n’est pas au Kosovo qu’il acquiert sa renommée, mais plutôt par son travail douteux en Syrie.Non seulement a-t-il créé et développé les Casques blancs, mais il a obtenu un financement important des gouvernements britannique, américain, turc, allemand, qatari, néerlandais, danois et japonais, et a contribué à collecter des fonds pour Indiegogo. Ses liens profonds avec l’armée britannique et sa vaste expérience de mercenaire au service des dictatures du Golfe ont fait de lui le personnage idéal pour établir un “groupe de secours” visant à légitimer les terroristes opérant en Syrie et à réclamer une intervention islamo-israélo-occidentale  de changement de régime.Les casques blancs syriens suspendent des membres filmés lors d’une exécution rebelleParallèlement aux liens qui unissent les White Helmets à des organisations terroristes et aux attentats par  des armes chimiques sous faux drapeau, le groupe joue également un rôle dans l’exécution de civils et dans l’utilisation d’enfants dans leurs campagnes de propagande. Le Mesurier était sans aucun doute un homme aux relations profondes et aux poches profondes, disposant de toutes les ressources dont disposent les agences de renseignement internationales et d’une expérience significative en matière de soutien aux terroristes dans les zones de conflit.L’argument selon lequel les Casques blancs ne sont pas une équipe de défense civile (d’autant plus qu’ils n’ont jamais opéré dans des zones contrôlées par le gouvernement alors qu’ils prétendaient être neutres pendant la guerre) est évident. En dépit des déclarations colonialistes incessantes des Grands Médias Menteurs sur le fait que les Casques blancs sont une véritable organisation civile de sauvetage sans liens terroristes, le producteur de film syrien Kareem Abeed n’a pas été autorisé à assister aux Oscars pour soutenir son film sur les Casques blancs, “Last Men in Alep” (Les derniers Hommes d’Alep). Le gouvernement américain a officiellement rejeté sa demande de visa, car il avait été “déclaré inéligible à l’obtention d’un visa en vertu de l’article 212 f, de la loi sur l’immigration et la nationalité”. ….Bien que les Casques blancs aient joué un rôle central dans la campagne de propagande contre la Syrie à partir de 2013, ils n’ont désormais plus rien à défendre ni aucun but à servir, car ils opèrent uniquement dans des zones indéniablement contrôlées par des groupes affiliés à Al-Qaïda et d’autres éléments sionislamistes, dans une très petite région de la Syrie. Ils ne peuvent plus se présenter comme une organisation innocente qui aide uniquement les civils, car il existe désormais des preuves innombrables de leurs liens avec le terrorisme, les agences de renseignement étrangères et la manipulation d’images de propagande. Si nous considérons que le fondateur des Casques blancs mort à Istanbul est un ancien officier des services de renseignements britanniques, nous voyons clairement qu’il s’agit d’un réseau d’organisations militaires, dans lesquelles les services de renseignements britanniques sont impliqués et appuyés par d’autres agences de renseignements. 

Résultats de recherche d'images pour « James Le Mesurier »
Les Casques Blancs ont des liens étroits avec les services secrets américains, britanniques et israéliens. SITE est le site de la propagande du Mossad 

La mort douteuse d’un ancien membre des services de renseignements britanniques vivant à Istanbul avec sa famille suscite la réflexion et doit soulever de graves questions.Il est également déconcertant que cette personne soit basée à Istanbul. La mort de Le Mesurier aurait pu être rapportée comme la mort d’un citoyen britannique ou d’un ancien membre des services de renseignements britanniques. Cependant, les médias turcs l’ont rapportée comme la mort du fondateur des Casques blancs. En d’autres termes, les médias turcs semblent avoir tacitement reconnu que les Casques blancs n’étaient pas une organisation non gouvernementale innocente. Bien sûr, après l’invasion du nord de la Syrie par la Turquie, la relation entre Damas et Ankara s’est modifiée. L’approche de l’Occident face à l’invasion turque du nord de la Syrie a peut-être également joué un rôle dans le changement d’attitude des Turcs à l’égard des Casques blancs.Un responsable de la sécurité a affirmé que Le Mesurier était tombé du balcon de son bureau à la maison. Son décès avait été traité comme un suicide présumé. Une troisième personne – un diplomate – a affirmé que les circonstances autour de sa mort étaient peu claires, selon The Sun. Cela se produit également lorsque le journaliste de la BBC, Mark Urban, a déclaré dans une série de tweets supprimés qu’il ne serait «pas possible» de tomber du balcon de Le Mesurier. “Pour l’essentiel, personne ne sait pour le moment s’il s’agissait d’un meurtre, d’un suicide ou d’un accident. Cela n’a pas empêché les médias britanniques d’évoquer un lien possible avec la «campagne de diffamation en Russie» lancée vendredi et sa mort lundi. Cependant, lorsque nous regardons la manière dont l’incident s’est produit, tout laisse à penser que cet incident est un meurtre, étant donné que son visage était couvert de coupures, de fractures au pied et qu’il a été retrouvé mort dans la rue, selon les médias turcs. . La probabilité de meurtre devient plus forte.La question se pose alors de savoir qui aurait pu le faire. Il est trop tôt pour dire qui l’a fait, et tout ce qu’il a dit ne peut être considéré que comme de la spéculation, mais l’Occident a une riche histoire en faisant disparaître ses agents quand ils ne sont plus nécessaires.Les Casques blancs ne sont plus utiles en Syrie avec la victoire inévitable des forces gouvernementales sur les islamistes terroristes soutenus par l’Occident. Le danger que représentent les Casques blancs est plutôt une révélation complète sur la profondeur de leurs liens avec les agences de renseignement et les organisations terroristes du Golfe et de l’Occident. Bien que des révélations commencent lentement à émerger, Le Mesurier avait sans aucun doute une mine de connaissances sur de nombreux sales secrets liés à la Syrie et à la guerre impérialiste contre elle.

 commentaire :

  1. femme-medecin
    Hannibal, regarde cette vidéo de Trump concernant la helthcare et ce qu’il est en train de réaliser face aux monstres des labos pharmaceutiques : https://www.youtube.com/watch?v=Vm1X-O9cK30 . Et écoute comme il est exhausted. Cet homme oeuvre sans cesse contre le monstrueux deep state. Je pense que l’idée de financer les WH lui a été suggéré par quelqu’un de son gouvernement. Par qui, je l’ignore, mais si Trump savait, je crois qu’il ne le ferait pas. Il est obligé de déléguer et il est au bout du rouleau. Il a de nombreux documents à signer, et si une personne en qui il a confiance lui présente les WH comme un groupe de soutien aux civils, il signera les yeux fermés, parce qu’il a trop d’autres choses sur les épaules. Il a quand même viré le va-t’en-guerre Bolton.
    Mais il est bien seul, face à l’opposition anti-démocratique des démocrates, sans compter les dizaines de tentatives d’assassinat – qui ont échoué jusqu’à présent..
    Trump n’est pas “le grand chef des terroristes”. Les autres l’étaient, oui – ou plutôt, ils obéissaient à leur grand chef, celui dont on ne prononce pas le nom – mais pas Trump. Renseigne-toi sur tout ce que Trump a fait pour le Peuple Américain en devenant président, alors qu’il aurait pu profiter d’une retraite tranquille et dorée avec les siens.
    Une autre très bonne nouvelle: Deux-mille cent (2.100) enfants ont été libérés des cages dans des bunkers où nos prédateurs les avaient enfermés. 
    Ceci a été possible grâce à Trump. Il se bat sur tous les fronts et sauver ces enfants destinés aux sacrifices sataniques ou à l’esclavage sexuel (il connaissait les perversions abominables de tous ces gens) était l’une de ses priorités dès le début de son mandat. Grâce à l’armée qui le soutient et à des partenaires dans d’autres pays, il participe dans une très large mesure à l’élimination de ce fléau. Les medias en parlent-ils – de ces enfants et d’autres qu’il a sauvé ? Non..

Le producteur hollywoodien
(et ami de Jeffrey Epstein)
Steve Bing suicidé ?

Le financier d’élite et ami de Bill Clinton et de Jeffrey Epsteinse serait jeté du 27e étage de son immeuble à cause de la dépression. Qu’y a-t-il derrière cette histoire ? Steve Bing était surtout connu pour avoir créé Shangri-La Entertainment, la société de production de plusieurs films hollywoodiens, dont Kangourou Jack et The Polar Express avec Tom Hanks. Bing était également connu pour être un financier de haut niveau qui était proche de plusieurs personnalités d’élite, notamment Bill Clinton et Jeffrey Epstein.
Dans un article de Vanity Fair 2019 sur Jeffrey Epstein, Steve Bing a été mentionné comme faisant partie de son «cercle Lolita Express». “Elles ont toujours été les plus belles filles de la pièce, généralement des mannequins ou des anciens mannequins, avec une aura de Stepford Wives (esclaves de la Mafia Khazare) légèrement distantes qui masquait une vulnérabilité plus profonde. Plusieurs noms sont apparus quand ils étaient autour: Epstein, le magnat du supermarché Ron Burkle, le financier de cinéma Steve Bing et l’ancien président Bill Clinton, alors dans la force de sa carrière post-présidentielle et volant autour du jet d’Epstein, surnommé le Lolita Express, ou le jet de Burkle , surnommé Air Fuck One (Air Niquage N°1). “

Steve Bing, Ron Burkle 
et Bill Clinton

Le 22 juin, près d’un an après le «suicide» d’Epstein [3], Steve Bing est tombé à mort en tombant du 27e étage de son immeuble à Los Angeles.

Hollywood Producer (and Friend of Jeffrey Epstein) Steve Bing Dead After Falling Off a Building
Complexe d’appartements de Bing

Bien qu’aucune note de suicide n’ait été trouvée, la mort de Bing a rapidement été jugée comme un suicide par les forces de l’ordre. La raison invoquée du suicide : Il était déprimé par le manque de contact humain pendant la quarantaine Covid-19. En d’autres termes, cet homme extrêmement riche, qui a acheté le «contact humain» toute sa vie, s’est suicidé juste au moment où les mesures de verrouillage de COVID se desserrent. Les circonstances derrière cette mort sont aussi bizarres et illogiques que celles entourant le «suicide» d’Epstein. Est-il possible que Steve Bing ait été tué en étant poussé d’un bâtiment de style mafieux judéo-russe ? En savait-il trop ? Risquait-il de couiner sur ses copains d’élite ? Voici un bref aperçu de cet environnement raréfié.Hollywood Elite

Hollywood Producer (and Friend of Jeffrey Epstein) Steve Bing Dead After Falling Off a Building
L’ex-petite amie de Bing, l’actrice Liz Hurley, a posté cette photo sur Instagram à la suite de sa mort. Il porte un t-shirt qui s’applique plutôt parfaitement à l’élite occulte.

À 18 ans, Steve Bing a hérité d’environ 600 millions de dollars de son grand-père Leo S. Bing, un juif promoteur immobilier qui a fait fortune à New York dans les années 1920. Après avoir hérité de sa fortune, Bing a abandonné l’Université de Stanford au cours de sa dernière année pour poursuivre une carrière à Hollywood.Bien que son succès à Hollywood ait été plutôt limité, Bing a très bien réussi en tant coureur de jupons, avec des copines telles que Naomi Campbell, Uma Thurman, Sharon Stone, Farrah Fawcett et une collection de playmates de Playboy.Sa richesse et ses compétences en réseautage lui ont permis de se faire des amis très importants tels que Hugh Hefner, Mick Jagger, Warren Beaty, James Caan, Prince Andrew, Jeffrey Epstein et Bill Clinton.

Le tweet de Bill Clinton après la mort de Bing.

En 2008, la Fondation Clinton a publié une liste complète des donateurs et Bing était presque au sommet de cette liste.

Hollywood Producer (and Friend of Jeffrey Epstein) Steve Bing Dead After Falling Off a Building
Des dons à la Fondation Clinton entre 10 et 25 millions de dollars. Bing est troisième, derrière la Fondation Bill et Melinda Gates.

Dans un article de 2008 intitulé Bill Clinton and the Billionaire Boys’ Club, le site Web désormais disparu Gawker dépeint Bing sous un jour plutôt désagréable. L’introduction de l’article dit : Comme nous l’avons appris hier à Vanity Fair, Bill Clinton a passé sa vie post-présidentielle à parcourir le monde avec un petit groupe de saligauds milliardaires. Tous des baby-boomers vieillissants, tous tristement réticents à mûrir, tous accros au sexe avec des femmes 3 fois plus jeunes qu’eux. Qui sont-ils ? Que veulent-ils de nous ? (Indice: si vous êtes une fille âgée de 14 à 22 ans, ils veulent avoir des relations sexuelles avec vous.) Rencontrons toute l’équipe ! Ils sont comme dans la série télévisée  Entourage, sauf qu’ils sont de vieux milliardaires grossiers. La section sur Bing dit : Steve Bing. Relation avec Bill Clinton: Bing est un gros donateur du parti démocrate. De plus, il a un jet privé sur lequel Bill aime monter! Mésaventures sexuelles : Eh bien. Il y a eu un combat de paternité avec Elizabeth Hurley. Et un autre avec l’ex-femme du milliardaire Kirk Kerkorian. Richesse nette: environ 1 milliard de dollars.

Hollywood Producer (and Friend of Jeffrey Epstein) Steve Bing Dead After Falling Off a Building
Un tweet de l’avocat du divertissement “Enty” (il sait ce qui se passe) à propos de Bing
empêchant la publication d’une histoire sur Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Bing était lié à des gens puissants qui se trouvent être connectés à des réseaux de pédophiles de l’élite. À côté d’Epstein lui-même, Bing était probablement l’un des pédophiles et maîtres chanteurs juifs les plus en vue restant en liberté malgré ses méfaits bien connus. Peut-être que Steve Bing s’est jeté d’un immeuble parce qu’il était vraiment déprimé… ou peut-être qu’il a été jeté d’un immeuble parce qu’il en savait trop. Comme Epstein.
Source : Hollywood Producer (and Friend of Jeffrey Epstein) Steve Bing Dead After Falling Off a Building————————————————————— NOTES de H. Genséric[1] USA. Pédophilie: Bill Clinton, Epstein et le “Lolita Express”[2] USA. Résumé global de l’Affaire Epstein –   L’île aux orgies de Jeffrey Epstein: quelles horreurs cache-t-elle?–   Pédophilie chez Trump ?[3] Le prédateur sexuel et agent du Mossad, Jeffrey Epstein, “a été suicidé” en prison–   Epstein exfiltré en Israël ? “terre promise” des malfrats–   11/9 et Jeffrey Epstein: Les Grands Médias mentent[4] CHUTZPAH sacrée! La Psyop du « suicide » Epstein envoie un message sérieux à l’humanité[5] Affaire Epstein: nouvelles révélations sur le vilain visage de l’élite –   Réflexions sur les affaires « -stein »: Courage la fin est proche !…–   USA. L’une des premières victimes d’Epstein déclare que Trump, les Clintons, Dershowitz et Rothschild sont tous impliqués–   Epstein “mort”, ses liens saoudiens deviennent un trou noirVOIR AUSSI :-   USA / Pédophilie. Message d’Isaac Kappy à la société: Réveillez-vous !–   Brad Pitt: L’Élite pédophile d’Hollywood contrôle l’Amérique–   Explosif: Liste des pédophiles hollywoodiens qui ont abusé de Corey Feldman–   Le malfrats du “peuple élu”

L’acte d’accusation de Maxwell
comprend deux domaines dans lesquels Trump
peut être poursuivi pour pédophilie

En décembre 2016, lorsque Donald Trump s’est vanté que la poursuite pour viol d’enfant intentée contre lui (ci-dessous) avait été rejetée, il avait raison. Elle a été rejetée parce que Ghislaine Maxwell a témoigné que les accusations portées étaient fausses.

Aujourd’hui, Maxwell risque la prison pour avoir, entre autres, menti dans le procès “Jane Doe” de 2015-2016 contre Trump et Epstein, qui a blanchi Trump de toute accusation pénale potentielle pour viol d’enfant et lui a permis d’assumer la présidence.

Aujourd’hui, il n’est plus innocenté.

Les documents ci-dessous, qui commencent à la page 10 de l’acte d’accusation, lient Donald Trump aux crimes d’Epstein et de Maxwell. Mentionnés, ou plutôt non mentionnés mais désignés comme “autres”, il y a des références claires à ceux qui ne sont pas inculpés.

La raison est également claire. Le témoignage qui aurait permis d’inculper Trump n’existait pas, non pas parce que Trump n’a pas violé d’enfants, mais parce que Maxwell, comme le souligne l’acte d’accusation, a menti dans des affaires civiles, dont une citée dans l’acte d’accusation qui comprenait des accusations de viol d’enfants à la fois contre Trump et Epstein.

L’acte d’accusation est volontairement flou en décrivant le faux témoignage de Maxwell dans des affaires civiles où elle est maintenant accusée de mentir. Ce sont les mensonges de Maxwell qui ont permis le rejet d’une affaire en 2015 qui accusait Trump et Epstein de viol d’enfant. (voir le dépôt des dossiers ci-dessous)

Aucune information sur l’affaire n’a été donnée dans l’acte d’accusation autre qu’un numéro de dossier intraçable. Cependant, et cela est inclus ci-dessous dans la liste complète des affaires Maxwell dans lesquelles elle a pu être interrogée, il n’y avait qu’une seule affaire qui correspondait à l’acte d’accusation qui citait son témoignage de 2016 et c’était le viol de Jane Doe par Trump et Epstein.

Cela nous permet de faire le lien et tout ce qui est nécessaire est là. Pourquoi personne d’autre ne s’en est soucié ?

Censure, contrôle des médias ?

Les détails d’un procès civil, rendus publics en janvier 2015, contenaient une déposition de “Jane Doe 3″” qui accusait Maxwell de l’avoir recrutée en 1999, alors qu’elle était mineure, et de l’avoir préparée à fournir des services sexuels à Epstein[16]. Un article de Julie K. Brown paru en 2018 dans le Miami Herald révélait que Jane Doe 3 était Virginia Giuffre, qui était auparavant connue sous le nom de Virginia Roberts. Virginia Giuffre a rencontré Maxwell au club Mar-a-Lago de Donald Trump à Palm Beach, en Floride, où elle travaillait à l’époque[16]. Elle a affirmé que Maxwell l’avait présentée à Epstein, après quoi elle a été “préparée par les deux [d’entre eux] pour son plaisir, y compris des leçons sur les préférences d’Epstein lors de relations sexuelles orales”[51].

Maxwell a nié à plusieurs reprises toute implication dans les crimes d’Epstein[41]. Dans une déclaration de 2015, Maxwell a rejeté les allégations selon lesquelles elle aurait agi comme proxénète pour Epstein et a nié qu’elle ait “facilité les actes d’abus sexuels du prince Andrew”. Son porte-parole a déclaré que “les allégations faites contre Ghislaine Maxwell sont fausses” et qu’elle “nie fermement les allégations de nature peu recommandable, qui sont apparues dans la presse britannique et ailleurs, et se réserve le droit de demander réparation à la répétition de ces anciennes allégations diffamatoires”[47].

Giuffre a affirmé que Maxwell et Epstein avaient fait de la traite d’elle et d’autres filles mineures, souvent lors de fêtes sexuelles organisées par Epstein chez lui à New York, au Nouveau-Mexique, à Palm Beach et dans les îles Vierges américaines. Maxwell l’a traitée de menteuse. Giuffre a poursuivi Maxwell pour diffamation devant un tribunal fédéral du district sud de New York en 2015. Bien que les détails du règlement n’aient pas été rendus publics, en mai 2017, l’affaire a été réglée en faveur de Giuffre[53], Maxwell ayant versé à Giuffre des “millions”[54].

Traduction en bas !

Sarah Ransome c. Epstein et Maxwell (2017)

En 2017, Sarah Ransome a intenté une action en justice, devant la Cour de district des États-Unis du district sud de New York, contre Epstein et Maxwell, alléguant que Maxwell l’avait engagée pour donner des massages à Epstein et avait ensuite menacé de lui faire du mal physiquement ou de détruire ses perspectives de carrière si elle ne se conformait pas à leurs exigences sexuelles à son manoir de New York et sur son île privée des Caraïbes, Little Saint James. Le procès a été réglé en 2018 dans des conditions non divulguées[55][3][39][56].

Affidavit déposé par Maria Farmer (2019)

Le 16 avril 2019, Maria Farmer a rendu publique et déposé une déclaration sous serment devant la cour fédérale de New York, alléguant qu’elle et sa sœur Annie, âgée de 15 ans, avaient été agressées sexuellement par Epstein et Maxwell dans des endroits différents en 1996. La déclaration sous serment de Farmer a été déposée à l’appui d’un procès en diffamation entre Virginia Giuffre et Alan Dershowitz[57]. Selon la déclaration sous serment, Farmer avait rencontré Maxwell et Epstein lors d’une réception dans une galerie d’art de New York en 1995. L’affidavit indique qu’au cours de l’été de l’année suivante, ils l’ont engagée pour travailler sur un projet artistique dans le manoir de l’homme d’affaires milliardaire Leslie Wexner dans l’Ohio, où elle a ensuite été agressée sexuellement par Maxwell et Epstein. L’agriculteur a signalé l’incident à la police de New York et au FBI[42]. Sa déclaration sous serment indique également qu’au cours du même été, Epstein a emmené par avion sa sœur Annie, alors âgée de 15 ans, sur sa propriété au Nouveau-Mexique, où Maxwell et lui l’ont agressée sur une table de massage[60][61].

Farmer a été interviewée pour CBS This Morning en novembre 2019, où elle a détaillé l’agression de 1996 et a affirmé que Maxwell avait menacé à plusieurs reprises sa carrière et sa vie après l’agression[62].

Jennifer Araoz c. la succession d’Epstein, Maxwell et Jane Does 1-3 (2019) ; Le 14 août 2019, Jennifer Araoz a déposé une plainte devant la Cour suprême du comté de New York contre la succession d’Epstein, Maxwell, et trois membres non nommés de son personnel ; la plainte a été rendue possible en vertu de la nouvelle loi sur les enfants victimes de l’État de New York, qui est entrée en vigueur à la même date[63]. Araoz a ensuite modifié sa plainte le 8 octobre 2019 en y ajoutant les noms des femmes non identifiées auparavant, à savoir Lesley Groff, Cimberly Espinosa et feu Rosalyn Fontanilla[64].

Priscilla Doe c. la succession d’Epstein (2019) ; Ghislaine Maxwell a été citée dans l’une des trois actions en justice intentées à New York le 20 août 2019 contre la succession de Jeffrey Epstein[65]. La femme qui porte plainte, identifiée comme “Priscilla Doe”, affirme avoir été recrutée en 2006 et formée par Maxwell avec des instructions détaillées sur la manière de fournir des services sexuels à Epstein[66].

Succession (2019) ; Annie Farmer, représentée par David Boies, a poursuivi la succession de Maxwell et Epstein devant la Cour fédérale de district de Manhattan en novembre 2019, les accusant de viol, de coups et blessures et de séquestration et demandant des dommages-intérêts non spécifiés[68].

Jane Doe c. Maxwell et la succession d’Epstein (2020) ; En janvier 2020, un procès a été intenté contre Maxwell et Epstein, alléguant qu’ils avaient recruté une étudiante en musique de 13 ans au Interlochen Center for the Arts en 1994 et qu’ils l’avaient soumise à des abus sexuels[5]. Le procès affirme que Jane Doe a été agressée sexuellement à plusieurs reprises par Epstein sur une période de quatre ans et que Maxwell a joué un rôle clé à la fois dans son recrutement et en participant aux agressions[5].

Maxwell c. Epstein’s Estate, Darren K. Indyke, Richard D. Kahn, et NES LLC (2020) ; Le 12 mars 2020, Maxwell a intenté un procès à la succession d’Epstein, qui affirmait qu’elle était une employée de longue date d’Epstein (de 1998 à 2006)[69] qui avait servi à gérer ses biens dans les îles Vierges américaines, à New York, au Nouveau-Mexique, en Floride et à Paris[70], tout en continuant à nier toute connaissance ou implication dans ses activités criminelles. Selon le procès, intenté devant la Cour supérieure des îles Vierges américaines, Maxwell demandait des dommages et intérêts pour les frais d’avocat (liés à sa défense contre ses accusateurs) qu’elle prétend qu’Epstein avait promis de couvrir pour elle[6][7].

Traduction des actes

)))))))))
PLAINTE POUR VIOL, INCONDUITE SEXUELLE, ACTES SEXUELS CRIMINELS, ABUS SEXUELS, ATTOUCHEMENTS FORCÉS, COUPS ET BLESSURES, INFLICTION INTENTIONNELLE ET IMPRUDENTE DE TROUBLES ÉMOTIONNELS, CONTRAINTE, SÉQUESTRATION ET DIFFAMATION
La plaignante Jane Doe, agissant sous un pseudonyme, intente la présente action contre Donald J. Trump et Jeffrey E. Epstein, et allègue que le demandeur est un individu résidant et citoyen de l’État de Californie. 2.

Les défendeurs Donald J. Trump et Jeffrey E. Epstein résident dans ce district et sont citoyens de l’État de New York.
COMPÉTENCE ET LIEU DE JURIDICTION ; Le demandeur est un citoyen de l’État de Californie aux fins de la juridiction de la diversité en vertu de l’article 1332 du 28 USC. 4. Le défendeur est un citoyen de l’État de New York aux fins de la compétence en matière de diversité en vertu de l’article 1332 du titre 28 du Code des États-Unis.

Cette Cour est compétente en première instance pour connaître de cette action en vertu de l’article 1332 du 28 USC, car il existe une diversité complète de citoyenneté entre le demandeur et les défendeurs et le montant en litige dépasse 75 000 dollars (75 000,00 $), hors intérêts et frais. Les défendeurs sont chacun soumis à la juridiction de cette Cour conformément à 28 U.S.C. § 1332 avec un lieu de juridiction approprié conformément à 28 U.S.C. § 1391 car les deux défendeurs sont résidents et/ou domiciliés dans ce district et les événements donnant lieu aux réclamations se sont produits dans ce district.
VIOL, INCONDUITE SEXUELLE, ACTES SEXUELS CRIMINELS, ABUS SEXUELS, ATTOUCHEMENTS FORCÉS, COUPS ET BLESSURES, INFLICTION INTENTIONNELLE ET IMPRUDENTE DE TROUBLES ÉMOTIONNELS, CONTRAINTE ET SÉQUESTRATION

Le demandeur a été victime d’actes de viol, d’inconduite sexuelle, d’actes sexuels criminels, d’abus sexuels, d’attouchements forcés, de coups et blessures, d’infliction intentionnelle et imprudente de troubles émotionnels, de contrainte, de séquestration et de menaces de mort et/ou de blessures corporelles graves de la part des défendeurs, qui ont eu lieu lors de plusieurs fêtes pendant les mois d’été 1994. Les fêtes ont été organisées par le défendeur Epstein dans une résidence de New York qui était utilisée par le défendeur Epstein au 9 E. 71st St. à Manhattan. Au cours de cette période, le plaignant était mineur de 13 ans et était légalement incapable, selon la loi new-yorkaise, de consentir à des rapports sexuels et aux autres contacts sexuels détaillés dans le présent document. NY Penal L § 130.05(3)(a). Les viols au premier, deuxième et troisième degré, l’inconduite sexuelle, les actes sexuels criminels au premier, deuxième et troisième degré, les abus sexuels au premier, deuxième et troisième degré et les attouchements forcés (et, sur information et croyance, agression sexuelle prédatrice) détaillés ici sont illégaux en vertu de la loi de New York, par exemple, NY Penal L § 130.20-130.52, et 130.55-130.65 (et, sur l’information et la croyance, 130.95) et constituent les délits de
entre autres de coups et blessures, de séquestration et à l’infliction intentionnelle ou imprudente de troubles émotionnels, y compris les menaces de recours à la force et les lésions corporelles graves. Déclaration de la demanderesse Jane Doe, pièce A ci-jointe ; Déclaration de Tiffany Doe, pièce B ci-jointe. Jane Doe et Tiffany Doe sont chacune des pseudonymes, car chaque femme souhaite garder l’anonymat. Tiffany Doe, témoin, était une employée du défendeur Epstein.

Les tribunaux ont le pouvoir discrétionnaire d’autoriser une procédure anonyme lorsque la nécessité, la vie privée l’emporte sur l’intérêt du public à connaître son identité et sur tout préjudice causé
Demandeur sous scellés contre défendeur sous scellés 537 F.3d 185, 189 (2d Cir. 2008). Ce litige porte sur des questions très sensibles et de nature personnelle, et l’identification de la demanderesse présenterait un risque de représailles physiques pour elle et pour d’autres personnes. Exh. A. L’ensemble des dix facteurs que le Second Circuit a articulés comme étant pertinents pour cette analyse favorisent l’anonymat, en particulier les facteurs 1-4, 7 et 10 (par ex,facteurs un et deux : “si le litige porte sur des questions “hautement sensibles et [de] nature personnelle”” et “si l’identification pose un risque de représailles physiques ou mentales à l’encontre de la partie [cherchant à procéder de manière anonyme] ou, plus grave encore, à l’encontre d’innocents non parties”.), ou sont neutres en ce qui concerne l’anonymat.
La protection de l’anonymat du demandeur est également approprié puisqu’elle est une victime de viol.

Le plaignant a été incité par des promesses d’argent et de carrière de mannequin à assister à une série de fêtes, avec d’autres femmes mineures se trouvant dans une situation similaire, tenues dans une résidence de la ville de New York utilisée par le défendeur Jeffrey Epstein. Au moins quatre de ces soirées ont été suivies par le défendeur Trump. Exhs. A et B. Sur la base d’informations et de convictions, à cette époque en 1994, le défendeur Trump connaissait le défendeur Epstein depuis sept ans ( New York,10/28/02), et savait que le plaignant n’avait alors que 13 ans.

Le défendeur Trump a eu des contacts sexuels avec la demanderesse à quatre moments différents. Lors de la quatrième et dernière rencontre sexuelle avec l’accusé Trump, ce dernier a attaché la plaignante à un lit, s’est exposé à la plaignante, puis a procédé au viol forcé de la plaignante. Au cours de cette agression sexuelle sauvage, le demandeur a plaidé haut et fort avec l’accusé Trump pour qu’il arrête, mais sans succès. Le défendeur Trump a répondu à Demandeurs en frappant violemment le demandeur au visage avec sa main ouverte et en criant qu’il ferait tout ce qu’il veut. Immédiatement après ce viol, l’accusé Trump a menacé la plaignante de lui faire subir, ainsi qu’à sa famille, des dommages physiques si elle révélait les détails des sévices sexuels et physiques qu’elle avait subis de la part de l’accusé Trump.

Le défendeur Epstein a eu des contacts sexuels avec la plaignante dans deux des parties. Le second contact sexuel avec le défendeur Epstein a eu lieu après que la demanderesse ait été violée par le défendeur Trump. Le défendeur Epstein s’est imposé à la plaignante et l’a violée par voie anale et vaginale malgré ses bruyants appels à l’arrêt. Le défendeur Epstein a ensuite tenté de frapper la plaignante à la tête avec ses poings fermés, tandis qu’il criait furieusement à la plaignante que c’était lui, le défendeur Epstein, plutôt que le défendeur Trump, qui aurait dû prendre sa virginité, avant que le plaignant ne parvienne enfin à se détacher du défendeur Epstein.

Les menaces de violence contre la demanderesse et sa famille ont continué, cette fois-ci de la part du défendeur Epstein, qui a de nouveau réitéré que la demanderesse ne devait révéler aucun des détails des abus sexuels et physiques à son égard ou, plus précisément, la demanderesse et sa famille seraient gravement blessées physiquement, voire tuées. Alors qu’elle était toujours sous la menace d’un préjudice physique en se présentant et qu’elle n’avait aucune raison de croire que les menaces avaient déjà été levées ou le seraient un jour, la demanderesse, qui a souffert de stress, de détresse émotionnelle, de douleur et de souffrance mentale, entre autres problèmes, depuis les agressions, a été soumise à des rappels quotidiens douloureux des actes horribles de l’un des auteurs, le défendeur Trump, par le biais de la couverture médiatique dont il a fait l’objet à partir du 16 juin 2015 ou vers cette date et qui, sur une courte période, est devenue continue et inévitable. En conséquence directe et immédiate des agressions sexuelles et des viols perpétrés par les défendeurs à son encontre, la demanderesse a subi un stress, une détresse émotionnelle, une douleur et une souffrance mentale, ainsi que des conséquences physiques néfastes. En conséquence directe et immédiate des agressions sexuelles et des viols perpétrés par les défendeurs à son encontre, la demanderesse a souffert de douleurs et de souffrances physiques. En conséquence directe et immédiate des agressions sexuelles et des viols perpétrés par les défendeurs à son encontre, la plaignante a été victime de mépris, de haine et de ridicule publics et a subi des menaces contre sa vie et sa sécurité physique. En conséquence directe et immédiate des agressions sexuelles et des viols perpétrés par les défendeurs à son encontre, la demanderesse a subi des dommages spéciaux, notamment des frais médicaux et juridiques.

Les agressions sexuelles et les viols perpétrés par les défendeurs sur la demanderesse étaient des actes intentionnels. La conduite des défendeurs démontre une conduite délibérée, imprudente et intentionnelle qui suscite une indifférence consciente aux conséquences. Au moment approprié de ce litige, la demanderesse modifiera sa plainte pour faire valoir une demande de dommages-intérêts punitifs contre les défendeurs afin de punir les défendeurs pour leurs actions et de dissuader les défendeurs de répéter leur conduite.
DÉLAI DE PRESCRIPTION : Toute prescription applicable au viol, à l’inconduite sexuelle, aux actes sexuels criminels, à l’abus sexuel, aux attouchements forcés, aux coups et blessures, à l’infliction intentionnelle et imprudente d’une détresse émotionnelle, à la fausse incarcération d’un mineur, le cas échéant, est tolérée en raison de la contrainte continue et active imposée à la demanderesse par les défendeurs, qui a effectivement privé la demanderesse de son libre arbitre pour engager une action en justice jusqu’à présent.
Plus particulièrement, la plaignante a été constamment menacée par chaque défendeur, car si elle révélait un jour les détails des abus sexuels et physiques qui lui ont été infligés par les défendeurs, la plaignante et sa famille seraient physiquement blessés si elle n’était pas tuée. La contrainte n’a pas cessé et la peur ne s’est pas atténuée. La contrainte est un élément ou un élément inhérent aux causes sous-jacentes de l’action faisant l’objet de la présente plainte. La contrainte et la coercition exercées par les défendeurs ont été telles qu’elles ont effectivement privé la demanderesse de sa liberté de volonté d’intenter une action plus tôt dans le temps, et elles ont atteint un niveau tel qu’une personne raisonnablement ferme dans la situation de la demanderesse n’aurait pas été en mesure de résister.

Les deux défendeurs ont fait savoir au demandeur que chacun était un homme très riche et puissant et ont indiqué qu’ils avaient le pouvoir, la capacité et les moyens de mettre leurs menaces à exécution. En effet, le défendeur Trump a déclaré que le demandeur
ne devrait jamais rien dire si elle ne voulait pas disparaître comme Maria, une jeune fille de 12 ans qui a été contrainte d’être impliquée dans le troisième incident avec l’accusé Trump et que la demanderesse n’avait pas vu depuis ce troisième incident, et qu’il était capable de faire tuer toute sa famille. La contrainte avait empêché la demanderesse d’entamer un procès avant cette année. Cependant, dès qu’elle a fait surface, elle a reçu des menaces. Plus précisément, peu après le dépôt de sa première plainte en Californie le 26 avril 2016, elle a commencé à recevoir des appels téléphoniques menaçants sur son téléphone portable. Les défendeurs ne peuvent équitablement prétendre qu’il n’y a pas prescription, car ils ont injustement forcé la plaignante à s’abstenir d’engager cette action en temps voulu par des menaces, la contrainte et d’autres fautes. En outre, cette action a été intentée avant que les faits donnant lieu à l’estoppel n’aient cessé d’être opérationnels (c’est-à-dire, alors qu’elle était encore sous la menace d’un préjudice physique en se présentant et qu’elle n’avait aucune raison de croire que les menaces n’avaient jamais été levées ou ne le seraient jamais) et puisque la demanderesse a décidé de demander réparation à ce stade, la demanderesse demande une ordonnance de protection en faveur de la demanderesse et de tous ceux qui lui sont associés afin de les protéger contre le préjudice et le harcèlement des défendeurs et de leurs agents et associés.

Pour information et conviction, le ou vers le 28 avril 2016, le défendeur Trump a fourni la déclaration suivante à American Media ;
“Les allégations sont non seulement catégoriquement fausses, mais aussi dégoûtantes au plus haut niveau et clairement conçues pour solliciter l’attention des médias ou, peut-être, simplement pour des raisons politiques. Il n’y a absolument aucun mérite à ces allégations. Point final”.
La déclaration prévue pour la publication par la défenderesse Trump a été publiée par ledit site web et a été republiée ailleurs, en tout ou en partie, à de nombreuses reprises (et des déclarations similaires d’un avocat de la défenderesse Trump ont également été publiées). La déclaration publiée est diffamatoire en apparence et expose clairement le demandeur à la haine, au mépris, au ridicule et à l’obstruction. En conséquence immédiate de la publication décrite ci-dessus, la plaignante a subi une perte de sa réputation, une honte, une mortification et une atteinte à ses sentiments, le tout pour un montant à établir par la preuve au procès. La publication décrite ci-dessus n’a pas été privilégiée car elle a été publiée par le défendeur Trump avec malveillance, haine et mauvaise volonté à l’égard de la demanderesse et le désir de lui porter préjudice.

En conséquence directe et immédiate de Diffamation le plaignant a été victime du mépris, de la haine et du ridicule du public et a subi d’autres préjudices.
PRIÈRE POUR OBTENIR UN SOULAGEMENT, EN CONSÉQUENCE DE QUOI
Le demandeur demande un jugement contre les défendeurs et la réparation suivante : A. Qu’un jugement soit rendu contre les défendeurs pour des dommages spéciaux, compensatoires et punitifs d’un montant qui doit être démontré comme raisonnable et juste par les preuves et supérieur à soixante-quinze mille dollars (75 000,00 $), à l’exclusion des intérêts et des frais ; Que tous les frais de cette action soient mis à la charge des défendeurs, y compris les honoraires, frais et dépenses raisonnables de l’avocat pour cette action. Qu’une ordonnance de protection en faveur de la demanderesse et de tous ceux qui lui sont associés soit émise afin de les protéger contre les préjudices et le harcèlement des défendeurs et de leurs agents et associés ; et D. Toute autre

Ghislaine Maxwell arrêtée :
cette menace qui pèse sur le prince Andrew

© © Planet Premières images du documentaire en quatre parties de Netflix “Jeffrey Epstein : Filthy Rich”, disponible sur la plateforme à partir du 27 mai 2020. Ce documentaire retrace le parcours du puissant milliardaire devenu délinquant sexuel, condamné en 2019. Los Angeles. Le 13 mai 2020.© Backgrid UK/ Bestimage10/10 – Premières images du documentaire en quatre parties de Netflix “Jeffrey Epstein : Filthy Rich”, disponible sur la plateforme à partir du 27 mai 2020. Ce documentaire retrace le parcours du puissant milliardaire devenu délinquant sexuel, condamné en 2019. Los Angeles. Le 13 mai 2020.

PRÉCÉDENT SUIVANT Par Pauline Laforgue Le 03 juillet 2020 à 12h47 

Visé par l’affaire Epstein, le prince Andrew a désormais davantage de souci à se faire depuis l’arrestation de Ghislaine Maxwell par le FBI. Et ce parce que l’ex-compagne du milliardaire pourrait évoquer son nom dans le vaste trafic d’esclavage sexuel auquel elle a contribué.

Il comptait sur elle pour blanchir son nom dans le scandale Epstein, mais l’arrestation de Ghislaine Maxwell pourrait bien causer davantage de tort au prince Andrew. Jeudi 2 juillet, l’ex-compagne du milliardaire accusé de trafic et d’agression sexuelle par de nombreuses femmes mineures au moment des faits, a été arrêtée dans le New Hampshire, tandis qu’elle avait disparu depuis le suicide de Jeffrey Epstein en août 2019. Accusée d’avoir maltraité et organisé un trafic de jeunes femmes, de Manhattan à la Floride entre 2002 et 2005, Ghislaine Maxwell pourrait bien choisir de coopérer avec le FBI, même si elle nie fermement les faits qui lui sont reprochés. L’occasion pour elle de “dévoiler des noms”.

Pour sa défense dans cette affaire, ou pour faire tomber plusieurs têtes avec elle, la fille de l’ex-magnat de la presse Robert Maxwell “coopérera pleinement” avec les autorités a précisé Steven Hoffenberg, un ancien associé de Jeffrey Epstein, au Sun, ajoutant que le prince Andrew fait parti des personnes qui devraient “s’inquiéter” des révélations qu’elle pourrait faire. “Andrew peut être très inquiet, et il y a beaucoup de gens qui doivent s’inquiéter, beaucoup de gens puissants ont été nommés [dans le scandale], et elle sait tout”, a ainsi précisé l’ancien mentor du milliardaire.

le prince Andrew “aurait dû parler au FBI”

Silencieux depuis son interview catastrophique accordée à la BBC en novembre dernier, le prince Andrew a été sommé plusieurs fois de collaborer avec le FBI dans cette affaire. Toutefois, le duc d’York ne semble pas avoir été sensible à ces demandes, ce qui pourrait lui causer beaucoup de tort. “Le prince Andrew a mal géré, très mal, il aurait dû leur parler [au FBI] par le biais de ses avocats et leur donner quelque chose”, ajoute Steven Hoffenberg. Toutefois, le fils d’Elizabeth II pourra peut-être se racheter, puisque maintenant que Ghislaine Maxwell a été arrêtée, les enquêteurs vont avoir de nombreuses questions sur leurs liens. manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 0.6 kg lisibilité 0.01 g169 EURVoir l’offre livrenpoche.comla menace. la machine de guerre soviétique – andrew cockburn – livre3.97 EURVoir l’offre manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 1.2 kg lisibilité 0.1 g80.99 EURVoir l’offre– 22 % manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 2.2 kg lisibilité 1 g73.99 EURVoir l’offre manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 5.2 kg lisibilité 1 g71.4 EURVoir l’offre manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 0.5 kg lisibilité 0.1 g69.99 EURVoir l’offre manomano.frkern pèse-lettre kern plage de pesée (max.) 5.2 kg lisibilité 5 g67.99 EURVoir l’offre MedailledeBapteme.commonnaie de paris médaille petit prince et le renard en couleur (argent)155 EURVoir l’offre MedailledeBapteme.commonnaie de paris – médaille petit prince en couleur155 EURVoir l’offre MedailledeBapteme.commonnaie de paris – médaille petit prince couché dans l’herbe139 EURVoir l’offre

La Mafia israélienne.
Trafic d’organes humains et Pédophilie 

Des journaux en ont parlé, même s’ils n’ont pas accordé à cette information l’importance qu’elle mérite. Car si, en effet, l’implication de rabbins dans des affaires de corruption de politiciens et de blanchiment d’argent ressort, en dépit du caractère étrange de l’implication d’hommes du culte dans cette affaire, a des formes de délinquance classiques… il n’en va pas de même dans le cas du trafic d’organes dirigé par un certain Levy-Izhak Rosenbaum. Dans ce dernier cas, nous touchons à une forme de crime auquel l’opinion est très sensible. Bien que de sa bouche ne sortent que des histoires de corridas et de cages dans les cirques. C’est dire le sens des priorités des petites gens qui m’écœurent par leur manque de sensibilité pour les enfants. De parler de maltraitance n’intéresse personne mais gêne tout le monde ?

Cette affaire n’a pas eu le retentissement qu’elle méritait par la crainte d’attiser des sentiments antisémites (au sens d’anti- juif). Après tout, le parlementaire sioniste Nissim Ze’ev n’écrit-il pas dans le Jérusalem Post que Or, à mon avis, ces arrestations ne nous apprennent rien sur les Juifs ou le judaïsme d’une manière générale mais en disent long sur la nature de l’entité sioniste : une voyoucratie qui, naturellement, est Le Havre idéal de toutes sortes de délinquants, en col blanc, en blouse blanche, en costume cravate… Vous trouverez ci-dessous un faisceau d’indices concordants qui convergent vers une responsabilité de l’entité sioniste dans un vaste réseau de trafic d’organes et d’autres réseaux de trafics d’enfants, et la liste n’est pas exhaustive. Toutes les informations présentées renvoient à des sources dignes de foi et montrent aussi que les voleurs d’organes, quand ils en ont la possibilité, n’hésitent pas à le faire sur les corps de leurs propres coreligionnaires en kaki. Nous ne nous trouvons donc certainement pas là devant un texte antisémite. Il n’y a aucune raison de penser qu’il y a, proportionnellement parlant, plus de maffieux juifs que musulmans ou chrétiens. La seule différence de taille est que, les malfrats juifs sont AUTOMATIQUEMENT protégés par Israël.

La vérité cachée sur le réseau israélien de trafic d’organes. D’où viennent les reins ? Je parle des reins offerts par un « organiste » nommé Izzy Rosenbaum. Le FBI l’a coincé au terme d’une enquête pour corruption centrée sur des pots-de-vin versés à des politiciens du New Jersey (rien d’étonnant de ce côté-là) et le blanchiment d’argent par des rabbins connus. L’enquête a également touché Levy Izhak Rosenbaum de Brooklyn, qui est accusé d’avoir organisé la vente d’un rein humain pour une transplantation. Selon le procès-verbal, Rosenbaum dit avoir fait l’intermédiaire pour la vente de reins pendant une dizaine d’années. « Son boulot était de convaincre des personnes vulnérables de céder un rein pour 10 000 $ qu’il revendait de son côté pour 160 000 $, » déclare Marra. Marra est un procureur fédéral impliqué dans ce dossier. Les informations parues dans la presse citées ci-dessus donnent à penser aux lecteurs que les « donneurs » étaient à la fois volontaires et indemnisés, et que cette transaction était purement privée. Mais des preuves substantielles indiquent que l’affaire est beaucoup plus inquiétante. Les reins étaient « donnés » de force par des victimes non consentantes Le gouvernement israélien dirigeait la sinistre combine de Rosenbaum. De grands hôpitaux américains ont participé en toute connaissance de cause à cette magouille. Avant d’en venir aux éléments probants, posons-nous deux questions simples : A qui exactement a-t-on pris ces reins ? Et quel genre de médecin extrairait le rein d’un patient sain ? Je suis ce qu’on appelle un arrangeur [matchmaker], » avait déclaré Rosenbaum à l’agent infiltré selon le procès-verbal de la plainte. Si la transaction avait été réelle, affirment les autorités fédérales, elle aurait été le chapitre le plus récent des dix années de carrière de Rosenbaum en tant qu’intermédiaire dans une activité illicite. Dans tous les cas, il prélevait un échantillon de sang du receveur potentiel et le transmettait à un de ses associés dans une compagnie d’assurances qui pouvait l’analyser en laboratoire sans éveiller les soupçons. L’échantillon était ensuite expédié en Israël où des hommes de l’art étaient payés pour trouver un donneur compatible. « Il ciblait des personnes vulnérables, » indique Mark McCarron, substitut du procureur fédéral de district Rosenbaum arrangeait alors le voyage du donneur pour New York, dont l’obtention du visa, expliquent les autorités. Une fois le donneur rendu aux USA, Rosenbaum fabriquait une relation entre le donneur et le receveur – une histoire que tous deux répéteraient aux professionnels de santé. Les deux pouvaient prétendre être associés en affaires par exemple, ou des amis proches dans une congrégation religieuse. « Les hôpitaux semblaient être dans l’ignorance de la réalité, » déclare MCCarron. Comme nous le verrons, nous devrions prendre cette affirmation avec d’énormes pincettes.

La lecture serrée de l’intégralité de l’acte d’accusation contre Rosenbaum est troublante. Rosenbaum a craché le morceau à un informateur se faisant passer pour un acheteur potentiel d’organes. Pendant leurs discussions, un agent du FBI se faisait passer pour le secrétaire du client. Examinons quelques extraits de l’acte d’inculpation. « CW » réfère à l’informateur dont le vrai nom est Solomon Dwek. « UC » réfère à l’agent « secrétaire. » L’UC a demandé au défendeur Rosenbaum comment le défendeur Rosenbaum pourrait obtenir pour l’oncle d’UC, et le défendeur Rosenbaum a expliqué que le défendeur Rosenbaum pouvait envoyer un échantillon du sang de l’oncle d’UC en Israël pour trouver un donneur compatible potentiel. Le défendeur Rosenbaum a ajouté que « si vous voulez que les choses aillent plus vite, j’amène le donneur ici… L’hôpital est l’autorité capable de dire s’il est compatible ou pas. Pas moi, pas vous, pas lui ni personne. » Le défendeur Rosenbaum a alors expliqué qu’il serait nécessaire de fabriquer une sorte de relation entre le donneur et le receveur. Le défendeur Rosenbaum a déclaré que « nous mettons en place quelque chose – la relation. L’hôpital demande quelle est la relation entre « le donneur et le receveur. Le défendeur Rosenbaum a poursuivi, « Alors nous présentons une relation, amis ou voisins, ou relations d’affaires, n’importe quelle relation. » Le défendeur Rosenbaum a expliqué qu’il n’était pas médecin et qu’une fois qu’il a amené un donneur volontaire dans le pays, « ce n’est plus de mon ressort. » Il a ajouté que « Je m’en occupe [du donneur] après, après l’opération chirurgicale aussi. » Pressé sur ce dernier point, le défendeur Rosenbaum a expliqué que « Je le place quelque part, » pour prendre soin du donneur. Le défendeur Rosenbaum a ensuite déclaré : « Vous devez vous en occuper comme d’un bébé parce qu’il peut avoir un problème de langue ou peut-être pas. » Le défendeur Rosenbaum a expliqué la démarche pour trouver un donneur en Israël et déclaré que « il y a des gens là-bas qui renchérissent la transaction… Une des raisons de son prix très élevé est qu’on doit arroser des gens tout le temps [terme yiddish shmear : réunir des gens dont on a besoin]. »

1. Le défendeur Rosenbaum a indiqué que parmi ceux qu’il fallait payer se trouvaient le donneur et les médecins en Israël qui doivent examiner le donneur avant d’ajouter les dépenses induites par le travail d’obtention du visa et les dépenses du donneur pendant son séjour aux États-Unis. Les seules preuves que le donneur est volontaire sont fournies par Rosenbaum, qui avait les motifs suivants pour mentir : Il devait soulager la conscience du receveur potentiel. Il devait justifier les fortes sommes d’argent impliquées. Il devait protéger les médecins et les hôpitaux impliqués dans l’opération. Rosenbaum savait qu’il s’était lancé dans un commerce risqué et que même s’il se faisait prendre, il lui fallait quand même protéger les hôpitaux et les médecins liés à ce misérable commerce. Avons-nous des éléments de preuves que les donneurs étaient contraints ? Oui. En fait nous avons le témoignage d’un « témoin » de l’intérieur. Nancy Sheperd-Hughes de l’université de Californie, Berkeley, a été et reste toujours très claire sur le rôle de Rosenbaum dans le réseau. « Il est le principal intermédiaire états-unien pour un réseau international de trafic d’organes, » dit-elle. Parmi ses sources, un homme qui avait commencé à travailler avec Rosenbaum en s’imaginant qu’il allait aider des personnes dans une situation désespérée. Cet homme a alors commencé à voir les donneurs, ou pour être plus précis, les vendeurs, qui étaient ramenés de pays pauvres comme la Moldavie. « Il dit que c’était affreux. Ces gens étaient amenés aux USA et ne savaient même pas ce qui était supposé se passer et ils volaient rentrer chez eux, et ils pleuraient, » raconte Scheper-Hughes. Cet homme qualifiait Rosenbaum de « voyou » capable de sortir un pistolet, qu’il semblait avoir le droit de porter, pour dire aux vendeurs, ” Vous êtes ici. Un accord est un accord. Maintenant, vous allez nous donner un rein ou vous ne rentrerez jamais chez vous“. (Incidemment, la Moldavie est un petit pays limitrophe de l’Ukraine). Scheper-Hughes, qui écrit un livre sur ce sujet, s’est présentée au FBI en 2002. Ses preuves avaient été écartées. Le Département d’Etat a publié en 2004 un rapport qui stigmatisait le trafic d’organes comme « légende urbaine. » Alors que les autorités d’autres pays ont agi en suivant ses pistes et procédé à des arrestations. Scheper-Hughes a eu plus de chance en Afrique du Sud et au Brésil où l’institution judiciaire a corroboré ses découvertes et agi avec fermeté. Mais le réseau a continué à fonctionner ailleurs. Scheper-Hughes a visité des villages moldaves dont « 20 % des hommes adultes avaient été recrutés pour être des vendeurs de reins sur le même principe. »

Elle fait bien de se voiler l’autre tarée.
Venez en FRANCE on soigne gratis aux frais des racistes français

Arrêtons-nous pour réfléchir à nouveau aux déclarations de Rosenbaum à l’informateur du FBI. Comment une personne sensée qui travaille dans un hôpital pourrait-elle gober l’histoire selon laquelle les receveurs – des Juifs Américains – assistaient à des offices religieux avec des Brésiliens et des Africains ? Vous pouvez voir une conférence de l’héroïque Nancy Sheperd-Hughes ici. La vidéo donne aussi son résumé qui est très impressionnant. Son témoignage devant une sous-commission de la Chambre des Représentants se trouve ici. Bde NPR a interviewé Scheper-Hughes. Extrait : J’avais commencé à remonter un réseau complet – un réseau criminel qui a tout l’air, a le parfum d’une sorte de mafia. Le quartier général de cette structure pyramidale se trouve en Israël, avec des intermédiaires en Turquie, à New York, à Philadelphie, à Durban, à Johannesburg, à Recife au Brésil, en Moldavie un peu partout. Et j’ai utilisé mes compétences dans l’enquête ethnographique pour sillonner le terrain et tenter d’assembler les pièces du puzzle. Ce qui, à la fin, m’a conduite à identifier Isaac Rosenbaum comme étant l’intermédiaire principal de Ilan Péri en Israël qui est, à la base, le cerveau de l’opération, et qui est un type insaisissable. Les Israéliens ont essayé de le coincer de l’arrêter. Ils ont essayé de l’avoir pour fraude fiscale et il a fui en Allemagne. Je pense qu’il est revenu en Israël. Un esprit cynique dirait que M. Péri a ce que le Mossad appelle « un cheval » qui court pour lui (en Israël, un « cheval » est un terme d’argot pour désigner un gros bonnet qui offre une aide en sous-main et qui le protège). Même s’il est très peu connu du public, M. Péri et ses activités sont mentionnés dans cet article de 2004.Cet article fascinant de l’Agence France Presse apporte des informations de premier ordre. Un officier de l’armée israélienne en retraite nommé Geldaya Tauber Gady a été arrêté au Brésil pour sa participation à ce réseau international de trafic d’organes. (je suppose que les informations de Scheper-Hughes – qui ont été prises au sérieux au Brésil – ont mené à l’arrestation de Gady). Il a expliqué au tribunal que le gouvernement israélien finançait l’opération. Et encore : Gady a déclaré au tribunal qu’un officiel du gouvernement israélien, identifié seulement comme Ilan, l’avait mis en contact avec un intermédiaire au Brésil… Le témoignage de Gady devant le tribunal jette une lumière entièrement nouvelle sur le dossier Rosenbaum. La couverture par la presse américaine a amené l’opinion à croire que le trafic de reins par Rosenbaum était simplement une affaire d’enrichissement personnel. Mais un ancien officier Israélien a déclaré sous serment que le gouvernement israélien dirige ce réseau. et que la tête du réseau – « Ilan » est à l’évidence Ilan Péri – agit en tant qu’agent de ce gouvernement. (Maintenant je me demande : le gouvernement israélien était-il impliqué dans le blanchiment d’argent qui s- faisait par les synagogues du New Jersey ?). Franchement, je soupçonne Scheper-Hughes d’être au courant de l’intégralité du témoignage de Gady et de ses implications pour le dossier Rosenbaum. Elle a probablement choisi de se taire à ce sujet pour éviter de se décrédibiliser devant la presse américaine. Dans la suite de l’interview avec Lehrer, Scheper-Hughes donne plus de détails sur ses découvertes en Moldavie. Dans des villages de ce pays, de nombreux hommes jeunes rapportent qu’on leur a dit qu’ils pourraient trouver du travail comme peintres en bâtiment dans d’autres pays (dont les Etats-Unis). Une fois dans cet autre pays, on les forçait à donner un de leurs reins. Selon l’informateur de Scheper-Hughes à l’intérieur de l’organisation de Rosenbaum, des Russes perdus et désorientés étaient transférés à New York par des intermédiaires Israéliens qui les contraignaient par la force des armes à « donner » leurs reins. Scheper-Hughes : Ils m’ont donné les noms de ces hôpitaux, et c’étaient nos meilleurs hôpitaux ! Brian Lehrer : Et savaient-ils, Professeur, qu’ils pratiquaient de la chirurgie rénale sur des gens qui ne participaient pas de leur plein gré et qui étaient exploités et menacés ? Scheper-Hughes : Mon point de vue est, comment certains d’entre eux pouvaient-ils ne pas le savoir ? Les gens qui arrivaient, certains d’entre eux ne parlaient pas les mêmes langues, ils étaient très pauvres, ils étaient désorientés… Nous avons des règles. Nous avons des commissions de régulation des transplantations. Nous avons des règles éthiques. Et on ne laisse pas comme ça les gens sortir des clous. Elle en vient à citer l’hôpital Mont Sinaï, contre lequel elle a des preuves filmées. Elle a porté cette bande-vidéo à l’attention de 60 minutes qui ne l’a pas diffusée. Plus loin dans l’interview, elle parle des opérations pratiquées au centre médical Albert Einstein. L’hôpital Mont Sinaï affirme que ses donneurs de reins « sont soumis à une évaluation approfondie pour leurs propres sécurités et bien-être. » Des années durant, de nombreuses personnes ont accusé Israël de trafiquer les organes de Palestiniens. Les Palestiniens eux-mêmes ne doutent pas du caractère courant de cette pratique.

Récemment, en 2004, le Département d’Etat a officiellement dénoncé comme un « mythe » l’affirmation qu’il existe un trafic d’organes aux États-Unis. Comme nous le savons maintenant, ce « mythe » a une base réelle. Les accusations destinées à nous faire taire en nous accusant d’antisémitisme ne devraient pas nous dissuader de mener une enquête honnête et sans préjugés sur le dossier israélien. J’observerai que ceux qui évoquent le trafic d’organes en Chine et en Inde ne sont pas accusés d’hostilité raciste envers les Chinois ou les Indiens. C est d’une haute tenue et cite des sources fiables, dont Scheper-Hughes. Les références bibliographiques attribuent le récit qui suit à David Yallop, un auteur respecté. Gaza, 8 février 1988Khader Elias Tarazi, un Palestinien Chrétien de 19 ans, allait faire des courses à Gaza. Alors qu’il rentrait, deux sacs sur sa bicyclette, il traversa une route près d’une manifestation où des lanceurs de cailloux fuyaient les soldats de l’armée israélienne. Les soldats s’emparèrent de Khader et le frappèrent au corps et à la tête avec des matraques. Les commerçants criaient que Khader n’était pas dans la manifestation mais les soldats brisèrent une jambe et un bras de Khader. Ils continuèrent à le frapper puis le balancèrent contre le capot de leur jeep pour menotter Khader inconscient à la barre anti crash avant de leur véhicule. Ils roulèrent en freinant souvent brusquement, ce qui provoqua d’autres blessures dont une fracture de la colonne vertébrale, des traumatismes crâniens et son visage cognait sans arrêt contre le capot. Le médecin de la prison militaire de Gaza refusa de soigner Khader à cause de la gravité des blessures et des lacunes dans les formalités administratives. Il fut emmené à la prison Ansar 2 et jeté dans une tente hébergeant 30 à 40 prisonniers. Les autres détenus Palestiniens hurlèrent qu’il devait être conduit à l’hôpital et les gardes leur répondirent en les obligeant à se déshabiller et à rester dehors dans le froid hivernal. Khaled décéda dans la tente et fut ensuite emmené à l’hôpital Soroka à Beer Sheba où son décès fut constaté. La mère de Khader était à l’extérieur de la prison quand des responsables Israéliens ont nié avoir un prisonnier de ce nom à l’intérieur. Plus tard, ils reconnaîtront qu’il était à l’intérieur mais diront qu’il devait être très malade quand il est parti faire des courses car il était mort maintenant. Les officiels Israéliens refusèrent de restituer le corps qui fut transféré à l’hôpital Abu Kabeer, officiellement pour une autopsie. Mme Tarazi a déclaré à David Yallop que pendant ce temps de nombreux organes ont été prélevés illégalement de son corps. Aucune enquête n’a été menée sur le décès et la famille Tarazi s’est entendue dire que si elle continuait à demander une enquête elle aurait des problèmes. Cinq mois plus tard, des soldats et la police secrète rendirent visite au domicile des Tarazi, frappèrent le frère et le père de Khader et jetèrent le premier en prison. Yallop est aussi la source pour ce qui suit. Cisjordanie, 30 octobre 1988. Des Palestiniens Catholiques Romains qui quittaient la messe furent confrontés à l’armée israélienne et commencèrent à lancer des pierres. Iyad Bishara Abu Saada, 19 ans, fut tué par une balle en caoutchouc qui lui avait sectionné l’artère abdominale. La même chasse sinistre au cadavre s’ensuivit. Les proches de la victime échappèrent aux Israéliens et Iyad fut enterré quelques heures plus tard. De manière quelque peu prévisible, les Israéliens tirèrent des grenades lacrymogènes dans le domicile familial quatre jours plus tard. Mme Saada a déclaré à David Yallop que la pratique du prélèvement d’organes était courante et a cité des hôpitaux arabes et israéliens où, selon elle, les organes étaient retirés. Elle disait que des médecins, accompagnés de soldats, offraient de grosses sommes d’argents aux familles des tués. Mary Barrett, une photographe de presse de Boston (je ne sais rien d’autre sur elle) a écrit ce texte en 1990.Le Dr Abu Ghazalah attribue l’étendue des craintes au sujet des vols d’organes qui s’est emparée de Gaza et de la Cisjordanie depuis le début de l’Intifada en décembre 1987 à plusieurs facteurs. ” Il y a des indications que pour une raison ou pour une autre, des organes, particulièrement des yeux et des reins, ont été prélevés sur des cadavres pendant la première année ou le premier an et demi. Il y a eu tout simplement beaucoup trop de récits de la part de gens crédibles pour qu’il ne se soit pas passé quelque chose. Si quelqu’un a été tué d’une balle dans la tête et rentre à la maison dans un sac en plastique sans ses organes internes, qu’en déduiront les gens ?“Le médecin en arrive à dire qu’il y a eu « quelques incidents qui pointent dans cette direction » comme en 1990. Incidemment, le texte mentionne le Dr Yehuda Hiss, tout récemment accusé de prélever sans autorisation des organes de soldats Israéliens morts. Selon un article publié par Haaretz (une source qu’on ne peut pas accuser d’antisémitisme), les autorités roumaines ont accusé une agence israélienne d’adoption de participer à une conspiration de trafic d’organes à l’échelle internationale. L’ambassade de Roumanie en Israël a demandé et obtenu du ministère israélien du travail et des affaires sociales, une liste de tous les enfants nés en Roumanie et envoyés en Israël pour y être adoptés ces dernières années. Les responsables Roumains cherchent à vérifier que tous ces enfants sont arrivés en Israël avec l’intégralité de leurs organes. Histoire d’un don volontaire d’organe par un Palestinien. En 2005, dans la ville de Jenine, l’armée israélienne a tué par balles un enfant Palestinien nommé Ahmed Khatib. Son père, affligé, avait autorisé à ce que divers organes de son fils puissent servir à sauver la vie d’autres enfants, Juifs ou Arabes. Une offre généreuse et humaine. Néanmoins, le père d’une fille juive dont la vie a été sauvée ainsi a déclaré qu’il ne permettrait jamais à sa fille de se lier d’amitié avec un Arabe – par crainte d’une mauvaise influence. = « Survivant de l’holocauste » et trafiquant d’organes. Normalement, l’arrestation en Europe du chef d’un réseau de trafic d’organes humains aurait dû faire les gros titres des journaux. Il n’en a pourtant rien été avec l’arrestation d’un certain Gedalya Tauber le 6 juin 2013 à l’aéroport de Rome. On ne trouve que quelques références sur cette affaire sur internet comme cet article du journal Ouest-France, un des plus détaillés de ce que la presse francophone a à nous offrir : IFaits divers vendredi 7 juin 2013. Gedalya Tauber, un ex-officier israélien de 77 ans à la tête d’un trafic international d’organes humains a été arrêté jeudi à l’aéroport Leonard de Vinci de Rome, a annoncé vendredi la police italienne. L’homme était recherché depuis octobre 2010. Recherché par toutes les polices du monde et fiché par Interpol, l’ancien militaire a été identifié à l’aéroport par deux agents, dont le responsable de la police de l’air et des frontières, Rosario Testaiuti. « Nous avons arrêté Gedalya Tauber qui est visé par un mandat d’extradition à la suite d’une condamnation à la peine de prison à perpétuité en Israël », a déclaré Antonio Del Greco, un responsable de la police à l’aéroport. Cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et IsraëlIsraëlien résident au Brésil, Gedalya Tauber avait été arrêté en 2010 pour trafic d’organes, avec son partenaire Eliezer Ramon et six autres Brésiliens, à Recife, au nord-est du Brésil. Considéré comme le cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et Israël, il organisait des opérations à l’hôpital de Sainte Augustine de Durban, en Afrique du Sud. Son groupe enrôlait des Brésiliens provenant des quartiers pauvres de Recife et payait entre 3 000 et 10 000 dollars pour un rein, qui était ensuite transplanté à l’acheteur. Tauber s’occupait aussi bien de trouver les donneurs que les bénéficiaires, ces derniers tous Israéliens. Selon les médias il aurait organisé plus de 35 opérations illégales dans l’hôpital de Sainte Augustine. Gedalya Tauber est donc un ressortissant israélien, ancien officier de l’armée de surcroît, deux bonnes raisons d’être discret car ne sommes-nous pas là devant ce qu’on appelle des circonstances atténuantes ?Et puis, nous apprend la presse sioniste, Gedalya Tauber a aussi été chef de la police de Tel-Aviv et, surtout, il serait un survivant de l’holocauste, encore un survivant ? Pour un holocoste il y a eu beaucoup de survivants en plus en excellente santé ! On est pas à un mensonge prêt, sauf que l’escroquerie coute des milliards à l’Allemagne. Gedalya Tauber, une souffrance incomprise

Israël : sept personnes inculpées pour un trafic d’organes international Sept Israéliens ont été inculpés mercredi à Tel-Aviv pour appartenance à un réseau international de trafic d’organes et de greffes illégales au Kosovo, en Azerbaïdjan, au Sri Lanka et en Turquie, a indiqué le ministère israélien de la Justice. AFP / Jacques DemarthonUne partie d’un réseau international de trafic d’organes et de greffes illégales a été démantelée ce mercredi. Sept Israéliens ont été inculpés mercredi à Tel-Aviv, accusés d’avoir donné à des malades israéliens des organes en provenance du Kosovo, d’Azerbaïdjan, du Sri Lanka ou de Turquie. Ils auraient réalisé des profits en se livrant « à des dizaines d’occasions » à des trafics d’organes entre 2008 et 2014, a affirmé le ministère dans un communiqué, en les accusant d’avoir exploité « la détresse économique des donneurs et la détresse médicale des receveurs ». Déjà connus des autorités Un des accusés, Avigad Sandlar, repérait les malades israéliens en vue de leur proposer des organes de personnes vivant au Kosovo, en Azerbaïdjan et au Sri Lanka. Un autre, Boris Wolfman, était chargé de repérer des donneurs potentiels, qui acceptaient de vendre un rein, au Kosovo et en Azerbaïdjan, avant d’étendre ses activités au Sri Lanka et à la Turquie. Le troisième inculpé, Moshé Harel, sévissait également au Kosovo avec un médecin turc, Yusuf Ercin Sonmez. Leurs deux noms avaient déjà été évoqués lors d’un procès en 2013 pour trafic d’organes au Kosovo mais aucune suite n’avait été donnée. Un autre inculpé, le docteur Zaki Shapira, considéré comme un expert en matière de greffes d’organes, était chef de service pour ce genre d’intervention à l’hôpital Beilinson près de Tel-Aviv jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite en 2003. Les donneurs se voient promettre 15 000 eurosil faisait partie « intégrante » des activités illégales des autres inculpés au Kosovo, en Azerbaïdjan et au Sri Lanka, a affirmé le ministère. « Il a exploité sa renommée pour aider les autres inculpés en mobilisant des receveurs potentiels, en s’occupant des démarches administratives et en vérifiant la qualité des hôpitaux et des médecins qui effectuaient les greffes », a-t-il ajouté. En avril 2013, un tribunal européen avait condamné cinq médecins kosovars à des peines allant jusqu’à huit ans de prison pour trafic d’organes au Kosovo. Les donneurs, recrutés en Europe et en Asie centrale, se voyaient promettre 15 000 euros tandis que les receveurs d’organes étaient prêts à débourser jusqu’à 100 000 euros pour une telle intervention. Dans l’acte d’accusation, Moshé Harel avait été présenté comme étant le cerveau d’un réseau de recrutement de donneurs et de receveurs d’organes, alors que Yusuf Ercin Sonmez était soupçonné d’avoir effectué les greffes. Portrait mondial du commerce d’organes. 

Voici les principaux organes et tissus demandés :

États-UnisKosovoAfrique du Sud (ville de Durban)IsraëlInde (ville de Gurgaon)PhilippinesÉgyptePakistanChineIranCanadaNépalColombieMalaisieMoldavieTurquieLa liste ci-dessus permet de voir où sont survenus des scandales récents liés au trafic d’organes.Bernard Kouchner au KosovoL’existence du trafic d’organes au Kosovo ne fait plus aucun doute, et bon nombre d’amis de Bernard Kouchner sont impliqués dans le réseau: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Trafic-d-organes-les-amis-de-Bernard-Kouchner-impliques-18574.html

x240-UGm

Kouchner de la gauche puante n’y crois pas au trafic d’organes !
Pour un juif il est mal informé sur la cabale et les rites sataniques
en attente du messie. Il ne connait pas cette efficace drogue
qu’est le sang de vierges.. adrénalisé.
Même dans ses voyages aux frais de la princesse ils n’a jamais rien vu d’anormal… sauf qu’il prend les Goys pour des cons.

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean63/250814/trafic-dorganes-les-amis-de-bernard-kouchner-impliquesLe SIFT (Special Investigative Task Force) a confirmé l’existence passée d’un réseau de trafic d’organes au Kosovo et a apporté de nombreuses preuves. La plaque tournante de ce réseau était une clinique de la banlieue de Pristina, la capitale du Kosovo:http://www.euractiv.fr/sections/elargissement/larmee-de-liberation-du-kosovo-accusee-de-trafic-dorganes-303822Le cerveau présumé du réseau serait l’Israélien Moshé Harel. Lui et un médecin turc aurait réalisé d’énormes profits grâce à ce trafic. Une grande partie des commandes d’organes provenait d’Israël.http://www.20minutes.fr/monde/1607875-20150513-sept-israeliens-inculpes-trafic-organes-internationalL’ancien ministre des affaires étrangères sous l’ère Sarkozy avait reçu en 2009 à Paris des hommes impliqués dans ce réseau, déclarant être « heureux » et avoir reçu des « amis ».Pour bon nombre de personnes, Bernard Kouchner était au courant de ces crimes et il était un des leaders du réseau. Pourtant, en mars 2010 dans l’enclave serbe de Gracanica, Kouchner nia l’existence du réseau et préféra en rire à gorge déployée.En 2014, interrogé par les micros d’AIL sur la « maison jaune », le médecin de formation Bernard Kouchner nie toujours le trafic d’organe au Kosovo alors que les preuves sont accablantes. Il semble même gêné de la présence des journalistes. Il nie tout en bloc.Donc, un avis sur cela Bernard?http://lesmoutonsenrages.fr/2014/08/20/le-rapport-de-la-special-investigation-task-force-pour-le-kosovo-confirme-les-crimes-de-guerre-et-les-accusations-de-trafic-dorganes-ton-avis-bernard/« C’étaient des enfants et ils leur coupaient la tête » explique un enfant – les réseaux pédocriminelspar christophe – nov 7, 2015Cet article va vous présenter sommairement la triste réalité sur les réseaux pédocriminels, des réseaux ultra-protégés par les plus hautes sphères de l’État dans de nombreux pays et qui sévissent en quasi totale impunité. C’est pour cela qu’il faut mettre ces gens et ces sujets sous les projecteurs. Ils n’aiment pas être mis dans la lumière.L’élite est particulièrement impliquée dans ces réseaux (les familles royales, avocats, ministres etc). Pour ne citer qu’un exemple, on peut prendre le cas du prince Andrew:http://www.chaos-controle.com/archives/2015/01/05/31263209.htmlVous ne verrez  que le sommet de l’iceberg dans ces vidéos.

Afficher l'image d'origine
Thierry Lévy

Lors du visionnage des vidéos, vous deviendrez  fou de rage quand vous entendrez l’avocat Thierry Lévy s’offusquer sur France 3 sur le fait qu’on ne puisse pas abuser tranquillement les enfants dans notre société. (vidéo 1)galement, vous verrez Maurice Gutman, membre du CRIF, demander à une fille de 12 ans de montrer son entrejambe sur Internet et de venir le rencontrer sur Paris, pour aller un plus peu plus loin dans l’horreur. Il s’est fait piéger par une émission de télévision. Il s’en est sorti avec un simple sursis !Frédérick Mitterand a aussi avoué aimer les enfants, les jeunes garçons, « la chair fraîche« . Comme il le dit si bien, « au-dessus de 14 ans c’est dégueulasse« . Les réseaux pédophiles élitistes sont omniprésents dans l’Europe Occidentale, comme vous le verrez dans cette vidéo (fr):Israël : Paradis pour le trafic d’organesLes palestiniens, en plus d’être victimes de l’occupation, des meurtres, des tortures et autres spoliations, sont aussi une cible de choix pour le trafic d’organes dont l’entité sioniste est aujourd’hui, le leader mondial.A la lecture de ces lignes, les défenseurs du régime criminel crieront certainement au complot antisémite et évoqueront les anciennes croyances médiévales racistes, prétendant que les Juifs tuaient les enfants chrétiens pour leur sang etc… Mais les faits sont implacables, à condition d’avoir de la mémoire et il n’est pas question ici de théorie du complot :En effet, on se souvient qu’en 1998, un Ecossais mourait dans des circonstances étranges à l’aéroport de Tel Aviv, et que son autopsie réalisée à Glasgow révéla que le cœur, ainsi qu’un petit os du cou manquaient, ce qui poussa l’ambassade britannique à Tel Aviv à porter plainte contre l’État d’Israël.En 2004, un réseau international de trafic d’organes qui avait des ramifications en Israël a été démantelé à Recife au Brésil impliquant là aussi deux citoyens israéliens dont un officier de l’armée en retraite qui avait expliqué au tribunal qu’il ne pensait pas que son activité était illégale puisque le gouvernement israélien finançait l’opération …En 2009, un vaste réseau de trafic d’organes qui prenait source en Israël avait été démantelé par le FBI dans une opération gigantesque lors de laquelle 5 rabbins avaient été arrêtés (certains des organes avaient été prélevés sur des enfants enlevés en Algérie).En 2010, le quotidien israélien Haaretz révélait que six Israéliens, parmi lesquels un général de brigade en réserve de l’armée et deux avocats avaient été arrêtés pour trafic d’organes.En 2013,  un ex-officier israélien a été arrêté à Rome, il était responsable d’un trafic d’organes impliquant un groupe hospitalier privé de l’Afrique du Sud.Il y a quelques jours, l’Israélien Gedalya Tauber a été arrêté en Belgique, il était le chef d’un important réseau de trafic d’organes, sévissant depuis des années au Brésil. Il est à noter que durant ses années de cavales, le criminel se déplaçait pourtant sans aucun souci en Israël ou aux USA….Ce ne sont là que quelques exemples d’une longue liste d’affaires impliquant les réseaux israéliens de trafic d’organes, et les pays dans lesquels ils sévissent sont nombreux (Moldavie, Kossovo, Roumanie..), mais le premier d’entre eux reste évidemment, l’entité sioniste qui dispose de victimes de choix : les Palestiniens.Dernièrement, aux Nations Unies, le représentant de l’Autorité palestinienne a accusé Israël de restituer les corps des Palestiniens tués avec des « organes manquants », ce qui a été qualifié de « diffamation sanglante » par l’occupant.Pourtant, le 29 Octobre dernier, le rabbin Yaakov Menken qui gère l’un des sites juifs le plus important du monde a déclaré qu’il était « favorable au prélèvement d’organes sur des Palestiniens tués (qu’il appelle évidemment « terroristes ») ce qui n’avait ému personne dans notre patrie des droits de l’homme.Etrange aussi que l’armée d’occupation ait décidé, dorénavant, de refuser de rendre à leurs familles les corps des martyrs palestiniens(d’ailleurs les cadavres de milliers de Palestiniens tués dans des conditions ambigües, n’ont jamais été restitués à leurs proches depuis de nombreuses années).On se rappelle alors de cet article publié en été 2009, dans un journal suédois et qui avait créé une crise diplomatique entre Stockholm et Tel-Aviv. En effet, il dénonçait justement, l’affaire des vols et trafics d’organes prélevés sur des Palestiniens exécutés par l’armée israélienne.Le journaliste Donald Bostrom y évoquait par ailleurs, le fait que les Palestiniens soupçonnaient fortement Israël de capturer des jeunes hommes qui  servaient de réserves d’organes avant d’être tués. Une accusation très grave, mais avec suffisamment de points d’interrogation pour motiver la Cour internationale de Justice (CIJ) à ouvrir une enquête sur d’éventuels crimes de guerre.Il y racontait que lors de son séjour en Palestine occupée, des membres du personnel de l’ONU l’avaient contacté en affirmant que des vols d’organes avaient certainement lieu.Évidemment, l’auteur avait été taxé alors d’ignoble antisémite, et aucun début de réponse n’avait été donné quant aux questions soulevées dans son article.Ainsi, Israël est clairement et notoirement impliqué dans plusieurs affaires concernant le trafic d’organes, dans divers pays et depuis de nombreuses années, mais il serait inenvisageable qu’elle prélève illégalement les organes des Palestiniens qu’elle assassine impunément depuis des décennies ???Pourquoi aucune émission télé ou radio ne parle de ce sujet qui est gravissime?Pourquoi avoir peur de dévoiler la nature diabolique et criminelle de ce régime illégitime?Pourquoi ce silence des habituels défenseurs des droits de l’homme ?Pédophilie et esclaves sexuelles autorisées en ISRAELLes polices italienne et russe, en travaillant ensemble, ont démantelé un réseau de gangsters juifs impliqués dans le trafic de viol d’enfants et dans la pornographie.Trois juifs russes et huit Juifs italiens ont été arrêtés après que la police a découvert qu’ils avaient kidnappé des enfants non-juifs âgés de deux à cinq ans, dans des orphelinats russes, violant les enfants, puis les assassinant en filmant leurs exploits. Des centaines de clients, dont 600 en Italie, et un nombre inconnu  aux États-Unis, ont payés jusqu’à 20.000 $ par film, dans lequel on voit des petits enfants violés et assassinés.Bien A.P. (Associated Press) et Reuters rapportaient tous les deux ces informations, mais les groupes médiatiques américains ont refusé de porter l’histoire à la télévision, arguant que ce genre d’information pourrait nuire aux relations avec Israël.La mafia juive en Russie est devenue de plus en plus liée au trafic des «esclaves blanches» et des prostituées vers Israël, selon un rapport récent dans le Jerusalem Post. Israël officiel ferme les yeux face à ces trafics, et ne punit pas les citoyens israéliens qui choisissent de posséder «esclaves sexuelles», tant que ces esclaves sont étrangères et non juives, car la tradition talmudique permet ce trafic.Source : isamaria777Etrange aussi que l’armée d’occupation ait décidé, dorénavant, de refuser de rendre à leurs familles les corps des martyrs palestiniens(d’ailleurs les cadavres de milliers de Palestiniens tués dans des conditions ambigües, n’ont jamais été restitués à leurs proches depuis de nombreuses années).On se rappelle alors de cet article publié en été 2009, dans un journal suédois et qui avait créé une crise diplomatique entre Stockholm et Tel-Aviv. En effet, il dénonçait justement, l’affaire des vols et trafics d’organes prélevés sur des Palestiniens exécutés par l’armée israélienne.Le journaliste Donald Bostrom y évoquait par ailleurs, le fait que les Palestiniens soupçonnaient fortement Israël de capturer des jeunes hommes qui  servaient de réserves d’organes avant d’être tués. Une accusation très grave, mais avec suffisamment de points d’interrogation pour motiver la Cour internationale de Justice (CIJ) à ouvrir une enquête sur d’éventuels crimes de guerre.Il y racontait que lors de son séjour en Palestine occupée, des membres du personnel de l’ONU l’avaient contacté en affirmant que des vols d’organes avaient certainement lieu.Évidemment, l’auteur avait été taxé alors d’ignoble antisémite, et aucun début de réponse n’avait été donné quant aux questions soulevées dans son article.Ainsi, Israël est clairement et notoirement impliqué dans plusieurs affaires concernant le trafic d’organes, dans divers pays et depuis de nombreuses années, mais il serait inenvisageable qu’elle prélève illégalement les organes des Palestiniens qu’elle assassine impunément depuis des décennies ???Pourquoi aucune émission télé ou radio ne parle de ce sujet qui est gravissime?Pourquoi avoir peur de dévoiler la nature diabolique et criminelle de ce régime illégitime?Pourquoi ce silence des habituels défenseurs des droits de l’homme ?—————————————–

Maires et rabbins arrêtés dans le cadre d’une enquête
sur la corruption au sein du New Jersey

Deux maires du New Jersey, plusieurs rabbins arrêtés dans le cadre
d’une enquête fédérale sur la corruption publique, le trafic d’organes humains, les faux sacs à main Gucci, le blanchiment d’argent international “à haut volume” de New York vers Israël

Des dizaines de politiciens, de fonctionnaires et de rabbins éminents du New Jersey ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une vaste enquête fédérale qui a mis au jour la corruption politique, la vente d’organes humains, de faux sacs à main Gucci et le blanchiment d’argent de New York à Israël, ont déclaré les fonctionnaires. L’enquête, qui a duré dix ans et a été baptisée “Operation Bid Rig”, a révélé des trafics d’influence et des pots-de-vin au sein d’un réseau de fonctionnaires et d’un réseau de blanchiment d’argent distinct de plusieurs millions de dollars qui a acheminé des fonds par le biais d’organisations caritatives gérées par des rabbins locaux, a déclaré le bureau du procureur américain de Newark, dans le New Jersey.

Le casting des 44 personnes arrêtées comprenait Hoboken, dans le New Jersey, le maire Peter Cammarano, qui a pris ses fonctions il y a trois semaines dans la ville industrielle visible de l’autre côté du fleuve Hudson depuis New York. Les autres accusés étaient les maires de Secaucus et Ridgefield, des membres de l’Assemblée de l’État, un adjoint au maire, des membres du conseil municipal, des responsables du logement, de l’urbanisme et du zonage, des inspecteurs du bâtiment et des candidats politiques. “Le problème de corruption du New Jersey est l’un des pires, sinon le pire, de la nation”, a déclaré Ed Kahrer, agent spécial adjoint chargé du programme du FBI sur la criminalité en col blanc et la corruption publique dans le New Jersey, qui a travaillé sur l’enquête depuis son lancement en juillet 1999. “Elle est désormais ancrée dans la culture politique du New Jersey”, a-t-il déclaré, qualifiant la corruption de “cancer”. Au centre de l’enquête se trouvait un informateur qui a été accusé de fraude bancaire en 2006 et qui s’est fait passer pour un promoteur immobilier et propriétaire d’une entreprise de carrelage qui a payé des fonctionnaires pour obtenir l’approbation de projets et des contrats publics dans le nord du New Jersey, selon les documents de l’affaire. Les fonctionnaires sont accusés d’avoir accepté des pots-de-vin pour avoir promis leur aide à l’obtention de permis et de projets prioritaires et approuvés ou pour avoir dirigé des contrats vers le témoin.

Le FBI arrête des rabbins !

Dans des scènes qui auraient pu être tirées de la série télévisée à succès “Les Sopranos”, sur le crime organisé du New Jersey, ils se sont rencontrés dans des restaurants, des parkings et même des salles de bain, ont déclaré les responsables. “Les politiciens se sont volontairement mis en vente”, a déclaré le procureur américain par intérim Ralph Marra. “Les victimes sont les citoyens ordinaires et les honnêtes hommes d’affaires de cet État. Ils n’ont aucune chance dans cette culture de la corruption”. La corruption publique découverte par l’informateur l’a conduit au réseau séparé de blanchiment d’argent par des rabbins qui opéraient entre Brooklyn, Deal, New Jersey, et Israël, ont déclaré les autorités. Ils ont blanchi quelque 3 millions de dollars pour le témoin sous couverture entre juin 2007 et juillet 2009, selon les autorités. “Ces plaintes brossent un tableau honteux de chefs religieux à la tête d’équipes de blanchiment d’argent agissant comme des patrons du crime”, a déclaré Marra. “Ils ont utilisé de prétendues organisations caritatives, des entités supposées faire du bon travail, comme véhicules pour blanchir des millions de dollars de fonds illicites”. Les rabbins accusés de blanchiment d’argent étaient Saul Kassin, rabbin en chef d’une grande synagogue juive syrienne à Brooklyn ; Eliahu Ben Haim, rabbin en chef d’une synagogue à Deal ; Edmund Nahum, rabbin en chef d’une autre synagogue à Deal ; et Mordchai Fish, rabbin d’une synagogue à Brooklyn. L’enquête a également permis de découvrir Levy Izhak Rosenbaum de Brooklyn, accusé d’avoir conspiré pour négocier la vente d’un rein humain en vue d’une transplantation. Selon la plainte, Rosenbaum a déclaré qu’il avait servi d’intermédiaire pour la vente de reins pendant 10 ans. “Son activité consistait à inciter les personnes vulnérables à renoncer à un rein pour 10 000 dollars, qu’il revendait ensuite pour 160 000 dollars”, a déclaré Marra. Plusieurs des fonctionnaires ont été accusés d’avoir accepté des pots-de-vin de seulement 10 000 dollars, selon les autorités. Cammarano, à 31 ans, le plus jeune maire de Hoboken, a été accusé d’avoir accepté 25 000 dollars de pots-de-vin. La plupart des accusés ont été arrêtés par plus de 300 agents fédéraux lors d’une opération de ratissage dans le New Jersey.

Israël est le centre mondial de la traite
des esclaves blanches (goyim)

L’esclavage moderneLe site Internet israélien en hébreu indique que le total des profits annuels tirés de l’esclavage blanc en Israël a atteint la barre du milliard de dollars américains.
Chaque année, 10.000 filles d’Europe de l’Est et de Russie sont attirées vers Israël où elles deviennent des esclaves prostituées. 
Au cours de la dernière décennie, environ 100.000 femmesont été victimes de la traite en Israël, dans le cadre de ce que Keidar appelle «l’esclavage moderne».

Help abolish human slavery

 Lévitique 25: 44-46 (New American Standard Bible) :44 – Quant à vos esclaves masculins et féminins que vous pourriez avoir, vous pouvez acquérir des esclaves masculins et féminins des nations païennes qui vous entourent.
46 – Vous pouvez même les léguer à vos fils après vous, pour les recevoir en possession; vous pouvez les utiliser comme esclaves permanents. Mais vis-à-vis de vos compatriotes, fils d’Israël, vous ne régnerez pas sévèrement les uns sur les autres.L’esclavage est légal pour le peuple juif. Un droit qui leur est accordé par DIEU!Et ils prennent leur religion très au sérieux! SI vous tapez sur Google: WORLD WHITE SLAVE TRADE CENTERED IN ISRAEL = Environ 13.600. 000 résultatsSI vous tapez sur Google: Jews and the black slave trade (Les Juifs et la traite d’esclaves blancs) = Environ 7 030 000 résultatsSI vous tapez sur  Google: Les Juifs et la traite négrière = Environ 9.100.000 résultatsLes juifs  sont professionnels de l’esclavage et le font depuis longtemps, et peu importe si vous êtes noir ou blanc.Ils sont des esclavagistes, des négateurs  de l’égalité des chancesLa seule raison pour laquelle vous ne le savez pas, c’est parce que les juifs contrôlent tous les médias de masse.Il est temps de se lever.Le commerce des esclaves blanches est devenu une véritable industrie en IsraëlLe prix d’une femme sur le marché des prostituées se situe entre 8.000 et 10.000 dollars.Selon le rapport, la prostituée travaille entre 14 et 18 heures, mais ne reçoit que 20 shekels (6$) sur les 120 shekels (34$) versés au «propriétaire de la femme». Le rapport indique que, même s’il y a eu une légère amélioration dans la lutte contre le commerce des esclaves blanches (exclusivement goyim) et malgré les efforts massifs déployés par la police et les tribunaux sionistes, la mafia qui gère ce commerce continue de le faire à grande échelle et de manière efficace.Le rapport a exhorté les tribunaux sionistes à rendre des décisions plus puissantes et plus sévères contre les trafiquants d’esclaves blanches, ce qui alourdirait les peines imposées aux maîtres et aux patrons du commerce.Cette suggestion est exactement la même que celle proposée par le dernier rapport du département d’Etat américain sur la condition des femmes dans l’entité sioniste. Selon ce rapport, des lois plus sévères devaient être adoptées après qu’Israël soit devenu le plus grand centre d’importation de prostituées au monde.Il est à noter que la police sioniste accorde des permis de travail officiels et légaux à de nombreux bordels en Israël. On a appris que les plus hauts responsables des services de police sionistes possèdent beaucoup de ces bordels.Eric Mueller écrit:La presse arabe regarde de près ce qui sort d’Israël en hébreu et en anglais.Bien que les sionistes soient assez doués pour ne présenter que ce qu’ils veulent que le monde sache à leur sujet en anglais, les informations les plus gênantes sortent parfois en hébreu.Donc, au cas où ce dernier point de repère du succès commercial juif ne serait pas correctement noté dans Forbes ou dans le Wall Street Journal, je fournis ma traduction de la version arabe venant elle-même du rapport hébreu.Eric Plano, Texas, est l’expert arabe de notre site Web.La traite d’esclaves se poursuit sans relâche en Israëlpar Christopher Bollyn10 décembre 2002Un rapport parlementaire israélien a révélé que des milliers de femmes non juives sont toujours asservies dans l’industrie du sexe israélien et que les trafiquants restent impunis.Cependant, avec des milliards de dollars d’aide américaine en jeu, le Département d’État a déclaré qu’Israël déployait des «efforts importants» pour éliminer le trafic d’êtres humains.Mise à jour: au lieu d’éliminer le commerce des esclaves sexuels, des informations montrent qu’il est en augmentation en Israël. Par exemple, en 2005: Le commerce du sexe en Israël augmente 3.000 à 5.000 femmes introduites en contrebande dans le pays au cours des quatre dernières annéesJERUSALEM, le 23 mars 2005http://www.cbsnews.com/stories/2005/03/23/world/main682673.shtmlBeaucoup de gens rejettent le problème de l’esclavage sexuel au motif qu’il ne l’affecte pas parce que les seules personnes qui se livrent à ce commerce sont stupides ou malades mentales.Cependant, la preuve est écrasante que les clients des esclaves sexuels sont parfois promus à la direction du gouvernement, des médias, de l’armée et des entreprises, leur donnant ainsi le contrôle de notre pays. Ce problème de chantage nous concerne tous.Les personnes qui ont acheté Johnny Gosch et les deux autres garçons sur cette photo avaient beaucoup d’argent, ce qui en fait des membres influents de la société américaine.Lorsque le Département d’État des États-Unis a classé Israël sur la liste noire en 2001 en tant que pays qui facilite le commerce des esclaves en ne déployant pas «d’importants efforts» pour éliminer le trafic humain, des milliards de dollars d’aide américaine ont été mis en péril. Cependant, malgré un rapport accablant du gouvernement israélien reprochant à l’Etat juif de faire preuve de laxisme envers les trafiquants, qui restent impunis, le Département d’État a amélioré le statut d’Israël, éliminant ainsi la possibilité de sanctions significatives.En vertu de la loi sur la protection des victimes de la traite des personnes (2000), à compter du rapport de 2003, les pays qui ne font pas «d’efforts significatifs» pour empêcher la traite des êtres humains seront passibles de l’interruption de l’assistance non humanitaire, non liée au commerce.Bien que le gouvernement israélien ne respecte toujours pas les normes minimales pour l’élimination de la traite, le département d’État déclare qu’il «fait des efforts importants» pour le faire.”Israël”, a déclaré le 5 juin le secrétaire d’État, Colin L. Powell, lors de la publication du rapport de 2002 favorable à Israël sur les trafics, “a collaboré avec nous pour renforcer considérablement leurs efforts de lutte contre la traite”.«Israël», a ajouté Nancy Ely-Raphel du Bureau de surveillance et de lutte contre la traite des personnes, avait «poursuivi de manière agressive des initiatives de lutte contre la traite depuis le premier rapport publié l’année dernière».Six mois plus tard, cependant, une commission parlementaire israélienne spéciale chargée d’examiner le commerce des esclaves en Israël conteste les affirmations des hauts responsables du département d’État. Le rapport spécial a révélé que “3 000 femmes sont vendues chaque année dans l’industrie du sexe en Israël, dans le cadre de transactions représentant un volume annuel d’un milliard de dollars”, selon le quotidien israélien Ha’aretz.Le rapport décrit l’industrie du sexe israélienne comme une «forme moderne d’esclavage».Selon le Jerusalem Post, la plupart des femmes esclaves sont vendues aux propriétaires de quelque 250 bordels dans la région de Tel Aviv. Selon les estimations, entre 300 et 400 bordels sont engagés dans la traite des esclaves en Israël.Les victimes piégées dans l’industrie du sexe «subissent des violences physiques et émotionnelles, des viols, des menaces contre eux-mêmes et leur famille, le vol de passeports et des contraintes physiques», selon une description du département d’État.Les femmes, originaires pour la plupart des républiques de l’ex-Union soviétique, sont généralement introduites en fraude par des trafiquants qui leur promettent des emplois légitimes. Le rapport indique que les frontières avec l’Egypte devraient être mieux contrôlées, affirmant de manière douteuse que c’est le long de cette frontière que des femmes sont introduites clandestinement dans le pays.Comme Israël possède certains des contrôles aux frontières les plus stricts au monde, il est hautement improbable que des milliers de femmes puissent être «introduites en fraude» dans le pays à l’insu des autorités supérieures et sans leur consentement.Une fois en Israël, les femmes sont vendues et forcées à travailler dans l’industrie du sexe. Ils reçoivent entre 25 et 30 dollars par client, ce qui représente entre 80 et 90% du proxénète, indique le rapport. Les femmes sont obligées de travailler 12 heures par jour, six ou sept jours par semaine et reçoivent en moyenne 10 à 15 clients par jour, selon le rapport.Les témoignages des travailleurs du sexe – et des mineurs – qui ont comparu devant le comité parlementaire israélien ont détaillé les aspects abusifs et criminels de la traite. Une fois les femmes achetées, leurs passeports sont confisqués et elles doivent «racheter» leur liberté, sous le coup de menaces constantes, de contraintes et de viols, a précisé le rapport.Dans le cadre des procédures d’application israéliennes en vigueur, la plupart des tentatives de poursuivre les auteurs de la traite se soldent par des accords de négociation de plaidoyer et des peines plus légères pour des travaux publics, ou de brèves peines de prison. Le rapport indique que les efforts actuels d’application de la loi par Israël contre les proxénètes et les marchands d’esclaves sont «inadéquats».Les juges israéliens ne prononcent pas de peines sévères contre les trafiquants d’esclaves condamnés, a écrit Ha’aretz. Bien que le maximum soit de 16 ans de prison, les tribunaux ont parodié les lois, a indiqué le rapport. La peine la plus longue prononcée à l’encontre d’un commerçant condamné pour esclavage sexuel était de quatre ans, mais la plupart des peines ne durent pas plus de 18 mois. La police israélienne ne s’attaque pas aux plus hauts échelons de l’industrie du commerce du sexe, a écrit Ha’aretz. La plupart des accusations sont signifiées contre des proxénètes de bas niveau.La présidente du comité, Zehava Gal-On, a déclaré que le système judiciaire israélien ne disposait pas des moyens nécessaires pour dissuader les trafiquants, «Lorsque les trafiquants se rendent au tribunal, ils se voient imposer des peines indulgentes», a-t-elle déclaré.Gal-On a déclaré que depuis qu’Israël avait été placé sur la liste noire du Département d’Etat en tant que lieu de “prospérité de l’esclavage blanc”, des améliorations avaient été apportées en Israël.La loi israélienne contre la traite reste fondamentalement imparfaite car, comme toute loi israélienne, il existe une norme différente pour les juifs et les non-juifs. Selon un expert israélien qui a exposé cette double norme dans le droit israélien, le regretté Israël Shahak, aux termes de la législation juive «définition raciste, toutes les femmes qui sont nées non juives sont automatiquement considérées comme des« prostituées ».”American Free Press a demandé au bureau du Département d’État s’occupant de la traite des êtres humains pourquoi le statut d’Israël avait été amélioré alors qu’il n’était pas prouvé que des efforts importants avaient été déployés pour mettre un terme à la traite des êtres humains.”Israël est l’un des piliers du Moyen-Orient”, a déclaré un responsable qui a demandé à rester anonyme. “Ils tentent de mettre de l’ordre dans leurs affaires.” Ce responsable a déclaré que personne ne s’exprimerait à ce sujet.Interrogé sur le double critère racial inhérent à la loi israélienne, le responsable a déclaré: «La couleur de la loi» serait quelque chose qu’ils seraient intéressés à voir changer.Amnesty International condamne Israël pour commerce d’esclaves blanchesSource: Amnesty International – Communiqué de presse – MDE 15/24/00, 18 mai 2000.Le gouvernement israélien doit mettre fin aux violations des droits humainsContre les femmes victimes de la traiteLe gouvernement israélien ne parvient pas à protéger les droits fondamentaux des femmes et des filles victimes de la traite en provenance de pays de l’ex-Union soviétique dans le but de travailler dans l’industrie du sexe en Israël, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.«Beaucoup de ces femmes et de ces filles deviennent des« marchandises », littéralement achetées et vendues pour des milliers de dollars ou maintenues en servitude pour dettes. Ils sont enfermés dans des appartements et leur passeport et leurs billets de voyage sont confisqués. Beaucoup de femmes sont soumises à la violence, y compris au viol. Pourtant, la plupart des auteurs de telles violations des droits humains ne sont jamais traduits en justice par le gouvernement israélien », a déclaré l’organisation.Anna, une professeure de physique de la Fédération de Russie âgée de 31 ans, a été séduite par la promesse d’un emploi dans l’industrie du sexe qui rapporterait 20 fois son salaire russe. À son arrivée, son passeport lui a été confisqué et elle a été enfermée dans un appartement avec des barreaux aux fenêtres ainsi que six autres femmes originaires de pays de l’ex-Union soviétique. Elle a été vendue aux enchères deux fois, la deuxième fois, à 10 000 USD. Les femmes étaient rarement autorisées à quitter l’appartement et ne pouvaient jamais sortir seules. Une grande partie de l’argent qu’ils ont gagné leur a été extorqué par leurs souteneurs.Le phénomène mondial de la traite des êtres humains a attiré de plus en plus l’attention des gouvernements et des organisations intergouvernementales. Mais les gouvernements ont eu tendance à ignorer les violations des droits humains dont sont victimes les victimes de la traite, considérant au contraire la traite comme un problème de crime organisé et d’immigration illégale.Plutôt que de prendre des mesures contre les violations des droits humains dont sont victimes les femmes, les agences gouvernementales israéliennes les traitent en réalité comme des criminels, en retenant les femmes en détention pendant de longues périodes, par exemple. En 1998, le Comité des droits de l’homme des Nations unies a déploré que «les femmes amenées en Israël à des fins de prostitution […] ne soient pas protégées en tant que victimes de la traite, mais risquent de subir la peine de déportation en Israël».De nombreuses femmes victimes de la traite se retrouvent en détention dans une prison de la police ou de la prison de Neve Tirza après des raids menés dans des bordels et des salons de massage par la police. Elles sont rarement libérées sous caution en attendant leur expulsion. D’autres peuvent être détenus plus longtemps, parfois parce que le ministère de la Justice a rendu une ordonnance empêchant la femme de quitter le pays jusqu’à ce qu’elle ait témoigné dans une affaire pénale.Les responsables israéliens affirment qu’il est difficile de traduire en justice les auteurs d’atteintes aux droits humains des femmes travaillant illégalement dans le commerce du sexe et se trouvant illégalement dans le pays. Cependant, diverses lois et politiques israéliennes, en particulier l’application stricte des lois sur l’immigration à l’encontre de ces femmes, rendent en réalité difficile les poursuites.(Ils font tous partie du gang! Complices du crime. Admin.)En outre, beaucoup de femmes ont peur de porter plainte auprès de la police israélienne ou de témoigner devant un tribunal, craignant d’être emprisonnées, déportées ou soumises à de nouvelles atteintes aux droits humains en Israël ou à l’étranger. En dépit de ces craintes réalistes, les responsables gouvernementaux ont tendance à reprocher aux femmes de ne pas coopérer avec la police et le système de justice pénale.À la suite de pressions exercées par des organisations non gouvernementales locales, Israël a pris certaines mesures qui permettraient de lutter contre les atteintes aux droits humains des femmes dans ces circonstances, en particulier dans le domaine de la législation. En mars 2000, la Knesset (le Parlement israélien) a adopté la loi sur l’égalité des femmes, qui stipule que toute femme a droit à une protection contre la violence, le harcèlement sexuel, l’exploitation sexuelle et la traite des personnes. Le ministère de la Justice rédigerait une disposition criminalisant l’achat et la vente de personnes.Amnesty International estime que les mesures prises par Israël sont insuffisantes et demande instamment au gouvernement israélien de respecter les obligations qui lui incombent en vertu du droit international afin de garantir les droits fondamentaux de tous ses habitants. Amnesty International recommande que le gouvernement israélien élabore une stratégie visant à garantir une action coordonnée et efficace des principales agences gouvernementales, telles que le ministère de l’Intérieur, la police israélienne, le service des prisons israéliennes et le bureau du procureur général. assurer la protection de ces droits. Les ONG devraient être consultées et invitées à contribuer à l’élaboration de politiques efficaces.L’organisation appelle également à un renforcement de la coopération internationale entre Israël et les gouvernements des pays de l’ex-Union soviétique et des États de transit afin de lutter contre ces violations des droits de l’homme.«Le gouvernement et les trafiquants traitent ces femmes comme si elles n’avaient pas de droits humains. Les autorités ont la responsabilité de prendre des mesures pour protéger le peuple contre l’esclavage, la privation de liberté et la violence », a déclaré Amnesty International.ContexteLes violations des droits de l’homme perpétrées sur les femmes victimes de la traite dans l’industrie du sexe israélienne comprennent l’esclavage, y compris la servitude pour dettes; privation de liberté, par exemple en confisquant les passeports et autres documents de voyage des femmes ou en les menaçant de violence en cas d’évasion; violations du droit à l’intégrité physique, y compris la soumission à la violence, y compris le viol et d’autres formes d’activités sexuelles forcées; déni de services de santé et autres risques pour les droits à la santé, tels que l’exposition au VIH / sida en raison de conditions de travail contraignantes et du refus d’utiliser des préservatifs. Beaucoup de travailleuses du sexe qui n’ont pas été victimes de la traite sont victimes de violations des droits humains.Amnesty International note que, bien que le présent rapport se concentre sur les violations des droits humains des femmes de l’ancienne Union soviétique qui travaillent dans l’industrie du sexe, les femmes sont également victimes de violations des droits humains lorsqu’elles sont victimes de la traite à d’autres fins, notamment le travail domestique, le travail en servitude et les mariages forcés. .Source: Amnesty International, Secrétariat international, 1 Easton Street, WC1X 8DJ, Londres, Royaume-Uni.

11/9 et Jeffrey Epstein: Les Grands Médias mentent

À l’approche du 18e anniversaire du 11 septembre, l’arrestation et le prétendu suicide de Jeffrey Epstein ont fait les manchettes et soulevé des questions sur la crédibilité du récit officiel. Comme l’écrit Eric Rasmusen, “Tout le monde à New York semble avoir su dès 2000 que Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell corrompaient des adolescentes, mais la presse ne le couvrirait pas.” De même, tout le monde à New York sait depuis longtemps que Larry Silverstein, qui a acheté l’éléphant blanc criblé d’amiante, le World Trade Center, en juillet 2001 et qui a immédiatement doublé le montant de l’assurance, est un ami sioniste fanatique de Netanyahou et qui a reconnu ayant participé au projet de Démolition de la Tour 7, dont l’assurance lui a rapporté plus de 700 millions de $  sous prétexte qu’Al-Qaïda l’avait fait tomber. Mais la presse mainstream (i.e. Grands Médias Menteurs ou GMM) ne couvrira pas cela non plus.Le New York Times, journal de référence américain, dispose pourtant des ressources et du talent d’investigation pour exposer la grande corruption sévissant à New York. Pourquoi le Times a-t-il passé près de deux décennies à ignorer les bouffonneries trop évidentes d’Epstein et de Silverstein? Pourquoi laisse-t-il le récit absurde du prétendu suicide d’Epstein? Pourquoi n’a-t-il pas utilisé le travail des Architectes et ingénieurs pour la vérité du 11 septembre -Incluant la toute nouvelle étude de l’Université Alaska sur la démolition contrôlée du WTC-7 pour exposer le plus grand scandale du 21ème siècle, si ce n’est de la totalité de l’Histoire américaine?

Silverstein,

La seule réponse concevable est que le New York Times est en quelque sorte complice de ces crimes monstrueux. Ce doit être pour protéger ses amis haut placés. Alors, qui sont ces amis et où sont ces hautes places? Une chose commune entre Epstein et Silverstein, outre les noms se terminant par “-stein” [1], est une implication présumée dans l’industrie du sexe illicite. Les singeries d’Epstein, ou du moins certaines d’entre elles, sont maintenant bien connues. Ce n’est pas le cas de Silverstein, qui prétend que ses richesses ont été acquises grâce aux décombres du 11/9 et ses 3000 morts de goys. Mais la vérité est qu’il est devenu riche en tant que souteneur de prostituées et de danseuses nues sur les lieux ombragés de New York, ainsi que d’autres activités illicites, notamment «le commerce de l’héroïne, le blanchiment d’argent et la corruption de la police de New York. » Tout cela a été révélé dans un procès au milieu des années 1990. Mais bonne chance pour trouver un seul récit ou des rapports d’enquête dans le New York Times. Une autre connexion Epstein-Silverstein est une grande organisation juive américaine. Alors qu’il exploitait la prostitution et commercialisait la drogue même qu’il ronronnait et courait à l’héroïne, Larry Silverstein a été président de l’Appel juif unifié (United Jewish Appeal) de New York. Quant à Epstein, il était le « mignon » et le protégé de Les Wexner, cofondateur du Méga Groupe de Milliardaires Juifs associés au Congrès juif mondial, à la Ligue anti-diffamation (ADL) et à d’autres groupes pro-israéliens. En effet, rien ne prouve que le “milliardaire self-made” Epstein ait jamais gagné d’importantes sommes d’argent en travaillant honnêtement; son seul “client” d’investissement était Les Wexner. Epstein, un maître chanteur sexuel professionnel, utilise son prétendu statut de milliardaire comme couverture. En fait, il travaillait pour le compte de Wexner et des réseaux criminels et de renseignement associés.Le troisième facteur de similitude Epstein-Silverstein est qu’ils sont tous deux proches du gouvernement israélien. Le gestionnaire, pour le compte du Mossad,  de Jeffrey Epstein était Ghislaine Maxwell, fille du super espion Mossad Robert Maxwell; Parmi ses amis se trouvait Ehud Barak (un habitué de l’ile aux orgies [2] d’Epstein) , qui défie actuellement Netanyahou pour le leadership d’Israël. Larry Silverstein a également des amis dans les hauts lieux israéliens. Selon Haaretz, Silverstein a “des liens étroits avec Netanyahou” (ils se téléphonent chaque week-end) et avec Ehud Barak, “à qui Silverstein avait précédemment offert un poste de représentant en Israël” et qui a appelé Silverstein immédiatement après le 11/9.Nous pouvons raisonnablement supposer que Jeffrey Epstein et Larry Silverstein ont réalisé un travail important pour le compte de l’État d’Israël. Et nous présumons que c’est la raison pour laquelle le New York Times couvre les scandales associés aux deux agents israéliens depuis près de deux décennies. Le Times, bien qu’il soit sur le point de devenir le journal officiel américain, a toujours été détenu et exploité par des Juifs. Sa couverture des évènements a toujours été grotesquement déformée en faveur d’Israël. Il n’a aucun intérêt à exposer la manière dont Israël contrôle les États-Unis en faisant chanter ses dirigeants (Epstein) et en organisant une fausse “Attaque arabo-musulmane contre l’Amérique” (Silverstein). La terrible vérité est que le New York Times fait partie du même réseau sioniste juif “nous contrôlons l’Amérique” que Jeffrey Epstein et Larry Silverstein.Le “Suicide” d’Epstein illustre le contrôle sioniste des États-Unis et la décadence et la dépravation de la laïcité occidentalePuisque le New York Times et d’autres médias grand public n’iront pas traiter de ces problèmes, réfléchissons aux faits et aux leçons à tirer du scandale du « suicide » de Jeffrey Epstein – une honte nationale qui devrait choquer les Américains et les amener à repenser leur vision du monde en général, et leurs points de vue sur le mythe officiel du 11/9 en particulier r.Le samedi 10 août 2019, Jeffrey Epstein, un trafiquant sexuel reconnu coupable, serait mort dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center (MCC) à New York, l’une des prisons les plus corrompues des États-Unis [3]. Les autorités prétendent qu’Epstein s’est pendu. Mais personne, pas même les mandataires des grands médias de propagande américains, ne prétend croire de manière convaincante à l’histoire officielle.Jeffrey Epstein était un proxénète pédophile pour les présidents et les potentiels. Son travail consistait à recruter des jeunes filles pour des relations sexuelles, puis à les proposer à des décideurs puissants tout en filmant leurs galipettes avec ces filles mineures avec de caméras vidéo cachées. Quand les flics ont perquisitionné sa maison de ville à New York les 6 et 7 juillet 2019, ils ont trouvé des coffres-forts contenant des images pornographiques de filles mineures, ainsi que des piles de disques compacts intitulés “young (nom de la fille) + (nom du VIP)”. Epstein avait ‘exercé ouvertement et effrontément de telles activités pendant plus de deux décennies, ainsi que je l’ai relaté dans Truth Jihad Radio et False Flag Weekly News.. Bill Clinton et Donald Trump étaient tous les deux des clients de Jeffrey Epstein faisant l’objet d’un chantage. Clinton était un voyageur assidu du jet privé d’Epstein “Lolita Express” et Trump avait été accusé de manière crédible dans une action en justice, avec Epstein pour le viol brutal d’une adolescente de 13 ans contre laquelle Trump aurait ensuite proféré des menaces de mort.). C’est seulement à l’été 2019 que les principaux médias et les procureurs de la ville de New York ont ​​commencé à parler de ce qu’ils consignaient auparavant comme “théories du complot”.Alors, pour qui travaille Epstein? Son principal employeur était sans aucun doute le Mossad israélien et son réseau mondial de criminels sionistes. Le patron (pour le compte du Mossad)  d’Epstein était Ghislaine Maxwell, fille du super espion Mossad Robert Maxwell. Selon des déclarations sous serment, Ghislaine Maxwell était aussi la maquerelle d’Epstein ? Elle a recruté des filles mineures pour Epstein et a supervisé ses opérations de trafic sexuel. Comme le rapportait le New Yorker le 16 août: “Dans les journaux qui ont été descellés le 9 août, il a été dit que la Maxwell avait été le principal complice d’Epstein, d’abord en tant que petite amie et plus tard en tant que  et recruteur de très jeunes filles, dont l’âge ne dépassait pas 14 ans. Aux côtés de la Maxwell, l’autre gestionnaire (pour le compte du  Mossad) d’Epstein était Les Wexner, cofondateur du fameux Mega Group d’espions israéliens milliardaires, qui semble avoir initialement recruté le sans-le-sou Epstein et lui avoir remis une fausse fortune afin qu’Epstein puisse se faire passer pour un playboy milliardaire.Même après le “suicide” douteux d’Epstein, la méga-Mossadnik Maxwell a continué à afficher son impunité face à la justice américaine. La photographie du New York Post le montrait souriant et posant sereinement devant In-And-Out-Burger à Los Angeles , lisant The Book of Honor: Les vies et les morts secrètes des opérationnels de la C.I.A. Cette photo nauséabonde a inspiré New Yorkerà pour l’accuser d’avoir un “euphémisme” bernois pour le chutzpah  yiddish, une qualité qui s’épanouit dans les communautés superposées des sionistes et des maffias juives casher Nostra.[4]La Maxwell et le New York Post, deux actifs du groupe Kosher Nostra / Mossad, ont envoyé de message à la CIA: “Ne nous emmerdez pas , sinon nous exposerons votre complicité dans ces crimes scandaleux.” Telle est la procédure opératoire standard du Mossad: infiltrer et compromettre les services de renseignement occidentaux afin de les empêcher d’interférer avec les atrocités commises par les sionistes. Selon l’hypothèse de l’historien français Laurent Guyénot, la tentative d’assassinat simulé sous le faux drapeau de la CIA contre le président John F. Kennedy, destinée à être imputée à Cuba, a été transformée en véritable assassinat par le Mossad, et la CIA n’a pu l’exposer publiquement car elle en était complice. Guyénot explique que le même scénario explique les anomalies de l’affaire Mohamed Merah, des meurtres de Charlie Hebdo et de l’opération du faux drapeau du 11 septembre. Il ne serait pas étonnant que des éléments de la CIA infiltrés par des sionistes soient rendus complices des activités de chantage sexuel menées par Jeffrey Epstein, afin de protéger Israël pendant l’épisode Epstein, avaient été “brûlés”.Alors qu’est-il arrivé à Epstein? La casher Nostra, qui contrôle totalement New York en général et la prison corrompue de MCC en particulier, a permis au Mossad d’exfiltrer Epstein en Palestine occupée, [5] où il bénéficiera d’un lifting de chirurgie esthétique, d’une pension, d’une luxeuse suite surplombant la Méditerranée et un flot continu de jeunes esclaves sexuelles (Israël est la capitale mondiale de la traite des êtres humains, [6], un honneur qu’elle revendiquait déjà à partir de son enclave Kasher Nostra à Odessa après la Seconde Guerre mondiale). Une fois que l’affaire sera enterrée, Epstein aura certainement le plaisir de recevoir et de fêter Ghislaine Maxwell, sa patronne du Mossad, son bon ami violeur de minettes Ehud Barak et divers autres dignitaires sionistes adorant la chair fraîche goy. Il peut même offrir la même chose à la majorité des membres du Congrès américains (du sexe ultra tendre).Ceci n’est pas simplement un scénario fantastique paranoïaque. Selon Eric Rasmusen: “Le service de la justice américain aurait mieux fait de ne pas laisser le corps d’Epstein être incinéré. Et ils feraient mieux de nous donner une preuve convaincante que c’est bien son corps. Si j’avais 100 millions de dollars, je pourrais sans problème  sortir de prison, acheter un cadavre, faire quelques empreintes digitales, et de l’ADN convaincant. Il est extrêmement inquiétant que le gouvernement ne fournisse AUCUNE preuve qu’Epstein est mort, ni AUCUNE copie de l’autopsie. “Mais l’autopsie présumée n’aurait-elle pas été une fracture au cou, associée plus fréquemment à un meurtre par strangulation qu’à un suicide? Le “suicide” d’Epstein a brisé le fait qu’Epstein avait été “remplacé” du MCC. Si c’est le cas, le corps avec les os du cou cassés n’était pas celui d’Epstein.L’affaire Epstein (comme le 11 septembre) a mis en lumière deux faits extrêmement importants sur le sécularisme occidental: il n’y a pas de vérité et il n’y a pas de limites. La carrière d’Epstein en tant que chancelier sexuel du Mossad sans scrupules et ouvertement opérant, à la manière du coup d’Etat du 11 septembre, illustre bien une autre vérité fondamentale de la laïcité occidentale: s’il n’y a pas de Dieu, il n’y a pas de limite (dans ce cas, la dépravation humaine et ce qu’elle peut s’en tirer). Ou, comme le dit si bien Dostoïevski: “Si Dieu n’existe pas, tout est permis“. Puisque seul Dieu peut établir des limites fondées sur la métaphysique entre ce qui est permis et ce qui est interdit, un monde sans Dieu ne comportera aucune limite de recherche; La devise satanique d’Aleister Crowley “Fais ce que tu veux doit être toute la loi” devient le seul et unique commandement. Dans l’Occident sans Dieu d’aujourd’hui, pourquoi ne devraient-ils pas «faire ce qu’ils veulent» et se livrer à leur libido en violant de jeunes filles s’ils peuvent s’en tirer à bon compte? Après tout, tous les autres tabous sexuels sont brisés, un par un. La fornication, l’adultère, l’homosexualité, le sadomasochisme, l’attitude sexiste … tout cela a été transformé en une question de droits de l’homme. Même la zoophilie et la nécrophilie sont sur le point de devenir des “identités sexuelles” normalisées dont ils feront fièrement les défilés “fierté de la zoophilie” et “fierté de la nécrophilie”. Alors, pourquoi ne pas normaliser la pédophilie et les autres formes de viol perpétrés par les forts contre les faibles? Et pourquoi ne pas ajouter la torture et le meurtre au service à la gratification sexuelle?Nous allons assister à des défilés de LGBTQZNPV, le ZNPV représentant la bestialité, la nécrophilie, la pédophilie et le viol. Les défilés de la fierté des pédophiles, célébreront sans aucun doute Jeffrey Epstein en son tant que héros avant-gardiste incompris de son temps qui a été injustement persécuté en raison de son orientation sexuelle inhabituelle pour la plèbe, mais hautement appréciée par les élites juives et leurs vassaux goy.Il est de plus en plus difficile de faire la satire de la décadence et de la dépravation de l’Occident laïc, qui insiste pour se parodier avec une farce sans cesse croissante. Lorsque le livre sur cette civilisation autrefois puissante sera écrit et que l’encre sera sèche, les lecteurs seront stupéfaits par les lectures illimitées de psychopathes ivres-sur-chutzpah qui ont couru jusqu’au sol.Source : 9/11 and Jeffrey Epstein: Media Malfeasance on SteroidsKevin Barrett • September 5, 2019NOTES d’H. G.[1] Réflexions sur les affaires « -stein »: Courage la fin est proche !…[2] L’île aux orgies de Jeffrey Epstein: quelles horreurs cache-t-elle?[3] USA. Des gardiens de la prison d’Epstein deviennent multimillionnaires !La piste de l’argent du “meurtre” d’Epstein mène au milliardaire David Koch – qui vient de mourir subitement[4] Jeffrey Zwi Epstein MigdalLa Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale La Maffia israélienne. Trafic d’organes humains et Pédophilie [5] Epstein exfiltré en Israël ? “terre promise” des malfrats[6] Israël est le centre mondial de la traite des esclaves blanches (goyim)

Aperçu sur la culpabilité juive 

Évaluer la haine ressentie envers les Juifs dans les nations qui les hébergent, et la crainte inspirée à leurs voisins par les Juifs, est devenu une habitude juive institutionnalisée. Les organes de presse juive ont signalé hier que « neuf Juifs des États-Unis sur dix s’inquiètent de l’antisémitisme. » 
Pour ma part, en y réfléchissant, je ne puis trouver un autre peuple qui investit autant d’énergie dans l’évaluation de son impopularité. Malgré l’ampleur de la phobie de l’Islam et du racisme envers les Noirs, nous ne sommes pas bassinés par un déluge de ‘statistiques’ nous alertant du sentiment de haine des Noirs ou de l’insécurité ressentie par les Musulmans.

Aperçu de culpabilité juive

 Les statistiques du Comité juif américain (CJA), suggèrent que « la plupart des Juifs pensent que la situation s’aggrave. » Je trouve leurs statistiques peu plausibles, mais je suppose que toute personne portée sur les mathématiques, conviendrait que si neuf sur dix ont peur, la situation ne peut guère empirer beaucoup, puisque dix sur dix ne seraient qu’une aggravation mineure (de 11%).Supposons un instant que les statistiques du CJA reflètent la réalité et que la grande majorité (90%) des 1200 Juifs interrogés, toutes opinions politiques ou religieuses confondues, considèrent que la haine envers les Juifs est un problème sérieux aux conséquences potentiellement désastreuses.On peut se demander : qui sont ces Juifs ‘osés’, formant les un sur dix qui, contrairement à leurs pairs, ne craignent pas leurs voisins goyim. Je soupçonne que ce sont ceux qui sont dits ‘haïr leur judéité’, cet infâme groupe d’affreux juifs humanistes qui soutiennent la Palestine et sont dégoûtés par la multitude de derniers scandales juifs #MeToo et les réseaux pédocriminels et du crime organisé.Il se pourrait que cette petite minorité (10%) de Juifs insoumis, soit inquiétée par le scandale des opiacés, qui a entraîné la mort de 400.000 personnes aux États-Unis ; ils sont probablement conscients d’être les principaux acteurs de cette saga de génocide de classe. Ils sont sans doute préoccupés par la portée des crimes financiers, allant de Madoff à l’organisation de l’évasion fiscale des États-Unis vers des banques israéliennes, en passant par les sociétés d’options binaires israéliennes, qui escroquent les citoyens des États-Unis.Ces parias juifs universalistes sont souvent de virulents critiques de leur peuple, de leur culture et de leur politique. Ils sont capables de dénoncer l’AIPAC et l’ADL, Soros et même la Jewish Voice for Peace, parce qu’elle à l’air d’une opposition contrôlée. Les statistiques du CJA laissent penser qu’il existe un scénario comique, dans lequel neuf Juifs sur dix sont intimidés par les « un sur dix » autres qui disent ce qu’ils pensent.Il y a une interprétation moins humoristique et plus sérieuse aux statistiques du CJA. Il est probable que le grand nombre de Juifs inquiets de l’antisémitisme, indique que tous les Juifs sont conscients des aspects inquiétants liés à leur politique, leur culture, leur identité, les pressions qu’ils exercent sur la politique, et la criminalité israélienne.Des Juifs peuvent ressentir la souillure touchant leur communauté salie par des personnages problématiques, comme Weisntein, Epstein et Maxwell. Ils peuvent se sentir éclaboussés par la politique israélienne et l’intensif lobbying sioniste, qui pille chaque année des milliards de dollars des contribuables étasuniens. Au moment où la Maison Blanche a l’air de se détourner de l’interventionnisme immoral des néocons, des Juifs pourraient être déconcertés par le fait que la doctrine va-t-en-guerre des néocons est essentiellement un projet juif. Ari Shavit, chroniqueur de Haartez, écrivait en 2003 : « La guerre en Irak a été conçue par 25 intellectuels néocons, pour la plupart juifs… » Peut-être que certains Juifs comprennent maintenant que le glissement sioniste d’une ‘terre promise’ vers une ‘planète promise’, imaginé par les néocons, n’a pas été bien pensée pour les Juifs en tant que communauté.J’essaie de faire remarquer qu’il est bien possible que la peur envahissante de ‘l’antisémitisme’, bien que mal documentée par le CJA, soit l’expression de leur culpabilité. Les Juifs des États-Unis peuvent ressentir de la culpabilité communautaire face à la politique et à l’esprit de désastre cultivé par certaines couches de leur hiérarchie corrompue. Vivant aux États-Unis, ils pourraient même se sentir coupables du dur sacrifice sur l’autel de ‘l’antisémitisme’, de l’une des valeurs principales de leur pays, celle de la liberté d’expression garantie par le premier Amendement.Je souhaiterais bien sûr que le CJA poursuive son enquête à ce sujet. Il serait intéressant de connaître la corrélation entre la peur juive de l’antisémitisme et la culpabilité juive. Il serait aussi fascinant de découvrir comment l’anxiété juive se traduit par de l’introspection. À cet égard, je suggère qu’au lieu d’accuser les Étasuniens, les Juifs essayent de voir en eux ce qui les travaille. Les Juifs étasuniens voudront peut-être suivre les premiers sionistes, comme Theodor Herzl, dont la culpabilité est devenue de l’introspection. L’antisémitisme a profondément troublé Herzl, mais cela ne l’a pas empêché de s’attaquer à ses causes. Herlz a écrit : « De riches Juifs contrôlant le monde, le sort des gouvernements et des nations est entre leurs mains. Ils ont dressé les gouvernements les uns contre les autres. Quand les riches Juifs jouent, les nations et les dirigeants dansent [sur leur musique]. D’une manière ou d’une autre, ils s’enrichissent. » Herzl, à l’instar des premiers sionistes, estimait que grâce à la métamorphose culturelle, idéologique et spirituelle suscitée par le ‘retour au pays’, les Juifs pourraient s’émanciper de leurs conditions et même être appréciés dans le monde entier. Herzl et ses compagnons premiers sionistes avaient manifestement tort en proposant ce remède à la question juive, mais ils ont frappé en plein dans le mille en prescrivant l’introspection et l’autocritique rigoureuse.Les Juifs étasuniens ont beaucoup à apprendre de Herzl et des autres premiers sionistes. Ils devraient se demander comment leur ‘Médine dorée’ étasunienne, leur terre juive providentielle, s’est transformée en ‘domaine menaçant’. Qu’est-ce qui s’est passé, qu’est-ce qui a changé dans ces quelques dernières années ? Est-ce les clameurs antisémites incessantes et les tentatives désespérées et institutionnelles de faire taire les critiques, qui ont fait de leur Médine dorée un lieu intimidant ?Gilad Atzmon, 28 octobre 2019Original :gilad.online/writings/2019/10/28/a-window-into-jewish-guiltTraduction Petrus Lombard
VOIR AUSSI :Conspiration juive maçonnique – Le dernier moment de lucidité remonte à 99 ansLa Pravda américaine. Singularités de la religion juiveIsraël Shamir : Appelons les juifs “juifs”, et n’utilisons pas les euphémismes idiots comme les «globalistes» ou “la cabale”Gilad Atzmon – La fin de SionIl est temps de laisser tomber le tabou juifHannibal GENSÉRICN.B. Je rappelle à l’Inquisition franco-sioniste, que Gilad Atzmon est un artiste et écrivain juif israélien vivant à Londres. Ne gaspillez pas l’argent du contribuable goy français  en le poursuivant pour antisémitisme. —————————————————-

ANNEXE. Les Vendeurs du TempleIIl est par les faubourgs un ramas de maisonsDont les murs verts ont l’air de suer des poisons,Et dont les pieds baignés d’eau croupie et de bouePassent en puanteur l’odeur de la gadoue.Rien n’est plus triste à voir, dans ce vilain Paris,Entre le ciel tout jaune et le pavé tout gris,Que ne sont ces maisons laides et rechignées.Les carreaux y sont faits de toiles d’araignées ;Le toit pleure toujours comme un œil chassieux ;Les murs, bâtis d’hier, semblent déjà tout vieux :Pas un seul pan d’aplomb, pas une pierre égale,Ils sont tout bourgeonnés, pleins de lèpre et de gale,Pareils à des vieillards de débauche pourris,Ruines sans grandeur et dignes de mépris.Un bâton, comme un bras que la maigreur décharne,Un lange sale au poing, sort de chaque lucarne.Ce ne sont sur le bord des fenêtres que pots,Matelas à sécher, guenilles et drapeaux,Si que chaque maison, dépassant ses murailles,À l’air d’un ventre ouvert dont coulent les entrailles.
Des hommes vivent là, dans leur fange abrutis ;Leurs femmes mettent bas et leur font des petitsQui grouillent aussitôt sous les pieds de leurs pères,Comme sous un fumier grouille un nœud de vipères.Dans la plus noire ordure, au milieu des ruisseaux,On les voit barboter, pareils à des pourceaux ;On les voit scrofuleux, noués et culs-de-jattes,Comme un crapaud blessé qui saute sur trois pattes,Descendre en trébuchant quelque raide escalierOu suivre tout en pleurs un coin de tablier.D’autres, en vagissant, d’une bouche flétrie,Sucent une mamelle épuisée et tarie,Et les mères s’en vont chantant d’une aigre voixUn ignoble refrain en ignoble patois.Quant aux hommes, ils sont partis à la maraude :À peine verrez-vous quelque fiévreux qui rôde,Le corps entortillé dans un pâle lambeau,Plus jaune et plus osseux qu’un mort sous le tombeau.Aucun soleil jamais ne dore ces fronts haves,Nul rayon ne descend en ces affreuses caves,Et n’y jette à travers la noire humiditéUn blond fil de lumière aux chauds jours de l’été.Une odeur de prison et de maladrerie,Je ne sais quel parfum de vieille juiverieVous écœure en entrant et vous saisit au nez.Des vivants comme nous sont pourtant condamnésÀ respirer cet air aux miasmes méphitiques,Ainsi qu’en exhalaient les Avernes antiques ;Les belles fleurs de mai ne s’ouvrent pas pour eux,C’est pour d’autres qu’en juin les cieux se font plus bleus ;Ils sont déshérités de toute la nature,Pour apanage ils n’ont que fange et pourriture.Ces hommes, n’est-ce pas, ont le sort bien mauvais ?Tout malheureux qu’ils sont, moi pourtant je les hais,Et si j’ai fait jaillir de ma sombre palette,Avec ses tons boueux, cette ébauche incomplète,Certes ce n’était pas dans le dessein pieuxDe sécher votre bourse et de mouiller vos yeux.Dieu merci ! je n’ai pas tant de philanthropie,Et je dis anathème à cette race impie.
II
Entrez dans leurs taudis. Parmi tous ces haillons,Vous verrez s’allumer de flamboyants rayons.Moins l’aile et le bec d’aigle, ils sont en tout semblablesAux avares griffons dont nous parlent les fables,Et veillent accroupis, sans cligner leurs yeux verts,Sur de gros monceaux d’or de fumier recouverts.Pour y chercher de l’or ils vous fendraient le ventre ;Pour l’or ils perceraient la terre jusqu’au centre ;Ils iraient dans le ciel, de leurs marteaux hardis,Arracher vos clous d’or, portes du paradis,Et pour les faire fondre en vos cavernes noires,Anges et chérubins ils vous prendraient vos gloires.
Non que l’or soit pour eux, ce qu’il serait pour nous,Un moyen d’imposer ses volontés à tous,Et de faire fleurir sa libre fantaisieComme un lotus qui s’ouvre au chaud pays d’Asie.L’or, ce n’est pas pour eux des châteaux au soleil,Un voyage lointain sous un ciel plus vermeil,Un sérail à choisir, de belles courtisanesBaignant de noirs cheveux leurs tempes diaphanes ;Des coureurs de pur sang, une meute de chiens,Une collection de grands maîtres anciens,L’impérial tokay côte à côte en sa cave,Avec les pleurs de Christ sur leur natale lave.L’or, ce n’est pas pour eux la clef de l’idéal,L’anneau de Salomon, le talisman fatal,Qui, forçant à venir les démons et les anges,Fait les réalités de nos rêves étranges.Ils aiment l’or pour l’or : c’est là leur passion ;Le seul bonheur pour eux c’est la possession ;Comme un vieil impuissant aime une jeune fille,Quoiqu’ils n’en fassent rien, ils aiment l’or qui brille,Et voudraient sous leurs dents, pour grossir leur trésor,Pouvoir, comme Midas, changer le pain en or.
Les choses de ce monde et les choses divines,Les plus grands souvenirs, les plus saintes ruines,Ils ne respectent rien et vont détruisant tout.Ils jettent sans pitié dans le creuset qui bout,Avec leurs cercueils peints et dorés, les momiesDes générations dans le temps endormies.Ils brûlent le passé pour avoir ce peu d’orQu’aux plis de son manteau les ans laissaient encor.Chandeliers de l’autel, vases du sacrifice,Ouvrages merveilleux pleins d’art et de caprice,Cadres et bas-reliefs aux fantasques dessins,L’ange du tabernacle et les châsses des saints,Les beaux lambris d’église et les stalles sculptéesGisent au fond des cours à pleines charretées.Pour cuire leur pâture ils n’ont pas d’autre boisQue des débris d’autel et des morceaux de croix ;C’est un bûcher doré qui chauffe leur cuisine,Cependant qu’accroupie au coin du feu, Lésine,Les yeux caves, le teint plus pâle qu’un citron,Tourne un maigre brouet au fond d’un grand chaudron.L’épine de son dos est collée à son ventre,Son épaule est convexe, et sa poitrine rentre ;Elle a des sourcils gris mêlés de longs poils blancs ;Comme un bissac de pauvre, à chacun de ses flancsSa mamelle s’allonge et passe la ceinture ;On peut compter les fils de sa robe de bure,Et, quoiqu’elle soit riche à payer vingt palais,Ses manches laissent voir ses coudes violets ;Elle claque du bec comme fait la cigogne ;Et quand elle remue et vaque à sa besogne,On entend ses os secs à chaque mouvement,Comme un gond mal graissé, rendre un sourd grincement.
III
Ah ! race de corbeaux, ignoble bande noire,Hyènes du passé, vrais chacals de l’histoire,C’est vous qui disputez dans les tombeaux ouverts,Pour prendre leur linceul, les trépassés aux vers,Et qui ne laissez pas debout une colonneSur la fosse d’un siècle où pendre sa couronne.Par la vie et la mort, par l’enfer et le ciel,Par tout ce que mon cœur peut contenir de fiel,Soyez maudits !
Jamais déluge de Barbares,Ni Huns, ni Visigoths, ni Russes, ni Tartares,Non, Genséric jamais, non, jamais Attila,N’ont fait autant de mal que vous en faites là.Quand ils eurent tué la ville aux sept collines,Ils laissèrent au corps son linceul de ruines.Ils détruisaient, car telle était leur mission,Mais ne spéculaient pas sur leur destruction.
C’est vous qui perdez l’art et par qui les statuesPrès de leurs piédestaux moisissent abattues !Destructeurs endiablés, c’est vous dont le marteauLaisse une cicatrice au front de tout château ;C’est vous qui décoiffez toutes nos métropoles,Et, comme on prend un casque, enlevez leurs coupoles ;Vous qui déshabillez les saintes et les saints,Qui, pour avoir le plomb, cassez les vitraux peintsEt rompez les clochers, comme une jeune filleEntre ses doigts distraits rompt une frêle aiguille ;C’est à cause de vous que l’on dit des Français :Ils brisent leur passé ; c’est un peuple mauvais. Encor, si vous étiez la vieille bande noire !Mais vous êtes venus bien après la victoire.Vous becquetez le corps que d’autres ont tué ;Vous avez attendu que sa chair ait pué,Avant que de tomber sur le géant à terre,Vautours du lendemain ! Dans le champ solitaire,Par une nuit sans lune, où le firmament noirN’avait pas un seul œil entr’ouvert pour vous voir,Vous avez abattu votre vol circulaireEt porté tout joyeux la charogne à votre aire.Les bons et braves chiens, lors que le cerf est mort,S’en vont. Toute la meute arrive alors, et mord,Mêlant ses vils abois à la trompe de cuivre,Le noble cerf dix cors, qu’à peine elle osait suivre ;Et les bassets trapus, arrivés les derniers,Ont de plus gros morceaux que n’en ont les premiers.Vous êtes les bassets : Vous mangez la curéePar les chiens courageux aux lâches préparée.Quand les guerriers ont fait, les goujats vont au corpsEt dérobent l’argent dans les poches des morts.
Ô fille de Satan, ô toi, la vieille bande,Comme ta mission, tu fus horrible et grande.Je ne sais quelle rude et sombre majestéDrape sinistrement ta monstruosité ;Une fauve auréole autour de toi rayonne,Et ton bonnet sanglant luit comme une couronne ;Des nerfs herculéens se tordent à tes bras ;L’airain, comme un gravier, se creuse sous tes pas ;Sur le marbre, en courant, tu laisses des empreintes,Et le monde ébranlé craque dans tes étreintes.C’est toi qui commença ce périlleux duelDu peuple avec le roi, de la terre et du ciel ;Et quand tu secouais, de tes mains insensées,Les croix sur les clochers, si près de Dieu dressées,On croyait que le Christ, par les pieds et le flanc,En signe de douleur allait pleurer le sang ;On croyait voir s’ouvrir la bouche de sa plaieEt reluire à son front une auréole vraie,Et l’on fut bien surpris que ton bras et ton poingAprès l’avoir frappé, ne se séchassent point.Tout le monde attendait un grand coup de tonnerre,Comme au saint vendredi quand l’on baise la terre ;On ignorait comment Dieu prendrait tout cela,Et quel foudre il gardait à ces insultes-là.Nulle voix ne sortit du fond du tabernacle,Le ciel pour se venger ne fit aucun miracle,Et comme dans les bois fait un essaim d’oiseaux,Les anges effarés quittèrent leurs arceaux.Mais tu ne savais pas si dans les nefs désertesTu n’allais pas trouver, avec leurs plumes vertes,Leur œil de diamant et leurs lances de feu,À cheval sur l’éclair, les milices de Dieu.La première et sans peur tu mis la main sur l’arche,Et tes enfants perdus allèrent droit leur marche,Sans savoir si le sol tout d’un coup sur leurs pasEn entonnoir d’enfer ne se creuserait pas.Tu fus la poésie et l’idéal du crime ;Tu détrônais Jésus de son gibet sublime,Comme Louis Capet de son fauteuil de roi ;La vieille monarchie avec la vieille foiRâlait entre tes bras, toute bleue et livide,Comme autrefois Antée aux bras du grand Alcide.Et le Christ et le roi, sous tes puissants efforts,Du trône et de l’autel tous deux sont tombés morts.Au seul bruit de tes pas les noires basiliquesTremblotaient de frayeur sous leurs chapes gothiques,Leurs genoux de granit sous elles se ployaient ;Les tarasques sifflaient, les guivres aboyaient,Le dragon se tordant au bout de la gouttièreTâchait de dégager ses ailerons de pierre ;Les anges et les saints pleuraient dans les vitraux ;Les morts, se retournant au fond de leurs tombeaux,Demandaient : « Qu’est-ce donc ? » à leurs voisins plus blêmes,Et les cloches des tours se brisaient d’elles-mêmes.Quand tu manquais de rois à jeter à tes chiens,Tu forçais Saint-Denis à te rendre les siens ;Tu descendais sans peur sous les funèbres porches :Les spectres, éblouis aux lueurs de tes torches,Fuyaient échevelés en poussant des clameurs ;Troublés dans leur sommeil, tous ces pâles dormeurs,Rêvant d’éternité, pensaient l’heure venueOù le Christ doit juger les hommes sur sa nue ;Et quand tu soulevais de ton doigt curieuxLeur paupière embaumée, afin de voir leurs yeux,Certes, ils pouvaient croire, à ton rire sauvage,À l’air fauve et cruel de ton hideux visage,Qu’ils étaient bien damnés, et qu’un diable d’enferVenait les emporter dans ses griffes de fer ;L’épouvante crispait leur bouche violette ;Ils joignaient, pour prier, leurs deux mains de squelette,Mais tu les retuais sans plus sentir d’effroiQue pour guillotiner un véritable roi.Tes rêves n’étaient pas hantés de noirs fantômes,Toutes les sommités, têtes de rois et dômes,Devaient fatalement tomber sous ton marteau,Et tu n’avais pas plus de remords qu’un couteau ;Tu n’étais que le bras de la nouvelle idée,Et le sang, comme l’eau, sur ta robe inondéeCoulait et te faisait une pourpre à ton tour.Ô tueuse de rois, souveraine d’un jour !Tes forfaits étaient noirs et grands comme l’abîme,Mais tu gardais au moins la majesté du crime,Mais tu ne grattais pas la dorure des croix,Et, si tu profanais les cadavres des rois,C’était pour te venger, et non pas pour leur prendreLes anneaux de leurs doigts ni pour les aller vendre ! Théophile Gautier

Ben Laden, la Star de la CIA éduquée à Oxford 

Ben Laden héros des arabes n’est qu’un espion juif !

Maintenant que Tulsi a «vendu la mèche», pour ainsi dire, si les Clinton étaient remplaçants de la CIA à 1600 Pennsylvania Avenue, et si Trump et Bush représentaient des factions de la mafia khazarienne, qui était Ben Laden, ou plutôt du colonel Timothy Osman, l’homme qui a dirigé les opérations de la CIA contre la Russie en Afghanistan, ou le jeune ben Laden éduqué à Oxford, et non en Arabie saoudite, l’homme décédé en 2001.À un moment donné en 1993, Ruppert a demandé à Gordon Duff de contribuer à la recherche de base sur les pratiques de la CIA en Amérique latine et au Moyen-Orient.Avec une preuve sans équivoque de la planification du 11 septembre par Israël et l’Arabie saoudite, en coordination étroite avec des responsables américains, des riches américains du «Mega Group» et d’autres spécialistes, cette histoire vieille de près de 20 ans montre exactement la toxicité de Wikipédia, Facebook, Google et les Grands Médias Menteurs (main stream media ou MSM) telle qu’elle apparaît depuis très longtemps à travers le meurtre de tant de personnes à travers le monde.
Regarder les MSM est quelque chose que je ne fais pas. Mon père m’a appelé ce matin pour me dire qu’Oussama ben Laden avait été tué et que l’armée américaine avait pris possession de son corps.Même si mon esprit rejette les ordures des MSM, j’ai dû me forcer à regarder la déclaration d’Obama concernant le prétendu «assassinat de Ben Laden».Je ne vous ferai pas regarder la marionnette Obama reproduire un faux texte mémorisé, mais plutôt vous donner une phrase de sa déclaration mensongère:«Aujourd’hui, sous ma direction, les États-Unis ont lancé une opération ciblée […]. Ils ont tué Oussama ben Laden et pris la garde de son corps.»Je veux vous prouver que Barack Hussein Obama ment et qu’Oussama Ben Laden est mort depuis 2001. Mais avant d’aller plus loin, permettez-moi de vous présenter le véritable Oussama ben Laden et ses relations avec la CIA et la famille Bush.

Dans le numéro du 18 septembre 2001 de «From The Wilderness» (FTW)Article de Michael C. RuppertIl existe des liens historiques directs entre les intérêts commerciaux d’Oussama ben Laden et ceux de la famille Bush. Le 15 septembre, j’ai reçu le message suivant du professeur John Metzger de la Michigan State University:«Nous devrions revenir sur l’histoire de BCCI, une banque utilisée par le légendaire terroriste palestinien connu sous le nom d’Abou Nidal. BCCI était étroitement liée aux renseignements américains et pakistanais. Parmi ses clients figuraient les rebelles afghans et le frère d’Oussama Ben Laden, SalemSalem ben Laden a nommé le courtier en investissements de Houston, James R. Bath, représentant de son entreprise au Texas, juste après que le père de George W. Bush soit devenu directeur de la CIA en 1976. En 1977, Bath a investi 50.000 dollars dans la première entreprise de (Bush) junior, Arbusto Energy. Oussama ben Laden deviendrait bientôt un atout de la CIA. Le directeur du FBI de George W. Bush, Robert Mueller, faisait partie de l’enquête douteuse du ministère de la Justice sur la BCCI. (Sur BCCI, les Ben Laden et les Bush, voir les livres The Outlaw Bank, A Full Service Bank et Fortunate Son). ”(Mueller et William Barr ont assuré la dissimulation de BCCI et d’Iran Contra, tout comme ils ont fabriqué le RussiaGate pour couvrir les manœuvres israéliennes lors des élections américaines de 2016. Source: Gene “Chip” Tatum dans “The Mule” disponible sur Amazon.com).De plus amples détails sur les relations commerciales et financières entre les familles Bush et Ben Laden figurent dans le livre de Peter Brewton, The Mafia, CIA et George Bush, publié en 1992. La BCCI a d’ailleurs été fondée par un Pakistanais. (retiré de la liste par par Google)Le professeur d’économie Michel Chossudovsky de l’Université d’Ottawa vient de terminer une histoire détaillée de la carrière de Ben Laden, détaillant son financement secret et son soutien logistique aux organisations terroristes depuis ses débuts dans les années 1980, soutenus par la CIA, en tant que «combattant de la liberté» jusqu’à nos jours.(Cliquez ici pour tout lire)Qui était Oussama Ben Laden?Oussama ben Laden, A.K.A. Actif de la CIA «Tim Osman»

 Tim Osman (Ossman) est devenu plus connu sous le nom d’Oussama Ben Laden. “Tim Osman” est le nom que lui a attribué la CIA pour sa tournée des bases militaires américaines et américaines, à la recherche de soutien politique et d’armement. […] Il y a des preuves que Tim Osman… a visité la Maison Blanche. Il est certain que Tim Osman a visité certaines bases militaires américaines et a même assisté à des démonstrations spéciales du dernier équipement. Pourquoi cela n’a-t-il pas été rapporté dans les principaux médias?(Le colonel Tim Osman était un patient du centre médical naval de Bethesda traité pour une maladie rénale)Lisez l’article ici: Quand Osama Ben Laden était «Tim Osman» – Rencontre de Michael Riconosciuto & Ted Gunderson en 1986 avec «Tim Osman» (Oussama ben Laden)Le document prouvant que Ben Laden était l’actif de la CIA, Tim Ossman:

L’article convaincant et bien documenté de Chossudovsky:Quelques heures après les attaques terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone, l’administration Bush a conclu, sans preuves à l’appui, que «Oussama Ben Laden et son organisation Al-Qaïda étaient les principaux suspects». Le directeur de la CIA, George Tenet, a déclaré que Ben Laden avait la capacité de planifier «de multiples attaques avec peu ou pas d’avertissement».Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a qualifié les attaques de “actes de guerre” et le président Bush a confirmé dans une allocution télévisée à la Nation qu’il ne “ferait aucune distinction entre les terroristes qui ont commis ces actes et ceux qui les hébergent“.L’ancien directeur de la CIA, James Woolsey, a pointé son doigt sur le «parrainage par l’État», impliquant la complicité d’un ou de plusieurs gouvernements étrangers. Selon les propos de l’ancien conseiller à la sécurité nationale, Lawrence Eagleburger, «Je pense que nous montrerons que lorsque nous sommes attaqués de la sorte, nous sommes terribles par notre force et par notre châtiment.»Dans le même temps, reprenant des déclarations officielles, le mantra des médias occidentaux a approuvé le lancement d ‘”actions punitives” visant des cibles civiles au Moyen-Orient. William Saffire écrit dans le New York Times: «Lorsque nous déterminons de manière raisonnable les bases et les camps de nos attaquants, nous devons les pulvériser – en minimisant les risques de dommages collatéraux, mais en les acceptant» et en agissant ouvertement ou secrètement pour déstabiliser les hôtes nationaux du terrorisme. ”.Le texte qui suit décrit l’histoire d’Oussama Ben Laden et les liens entre le «djihad» islamique et la formulation de la politique étrangère américaine pendant la guerre froide et ses conséquences.

Premier suspect des attentats terroristes à New York et à Washington, qualifié par le FBI de «terroriste international» pour son rôle dans les attentats à la bombe contre l’ambassade des États-Unis, le saoudien Oussama ben Laden a été recruté pendant la guerre soviéto-afghane «ironiquement sous les auspices de la CIA, pour combattre les envahisseurs soviétiques ».En 1979, «la plus grande opération secrète de l’histoire de la CIA» a été lancée en réponse à l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique, à l’appui du gouvernement procommuniste de Babrak Kamal:Avec l’encouragement actif de la CIA et de l’ISI [Inter Services Intelligence] pakistanais, qui souhaitaient transformer le djihad afghan en une guerre mondiale menée par tous les États musulmans contre l’Union soviétique,quelque 35.000 terroristes islamistes  originaires de 40 pays islamiques ont rejoint le combat de l’Afghanistan entre 1982 et 1992. Des dizaines de milliers d’autres sont venus étudier dans les madrassas pakistanaises. Finalement, plus de 100.000 terroristes islamistes sunnites étrangers ont été directement influencés par le djihad afghan.(Tout cela a été confirmé par le directeur général de l’ISI et rédacteur à VT, le lieutenant général Hamid Gul)Le «djihad» islamiste a été soutenu par les États-Unis et l’Arabie saoudite. Une part importante des fonds générés par le commerce de la drogue du Croissant d’or a été obtenue:En mars 1985, le président Reagan a signé la directive 166 de la décision relative à la sécurité nationale, qui autorisait une aide militaire secrète renforcée aux moudjahidines (aka terroristes islamistes) et indiquait clairement que la guerre secrète en Afghanistan avait un nouvel objectif: vaincre les troupes soviétiques en Afghanistan par des actions secrètes et encourager un retrait soviétique.La nouvelle assistance secrète des États-Unis a commencé par une augmentation spectaculaire des approvisionnements en armes – une augmentation constante de 65.000 tonnes par an en 1987,… ainsi que par un «flot incessant» de spécialistes de la CIA et du Pentagone qui se sont rendus au quartier général secret de l’ISI du Pakistan, sur la principale route près de Rawalpindi, Pakistan. Là-bas, les spécialistes de la CIA ont rencontré des agents des services de renseignement pakistanais pour les aider à planifier des opérations pour les rebelles afghans.L’Agence centrale de renseignement (CIA), qui a eu recours aux services de renseignements militaires inter-services (ISI) du Pakistan, a joué un rôle clé dans la formation des Moudjahidines (terroristes islamistes). À son tour, la formation à la guérilla parrainée par la CIA a été intégrée aux enseignements de l’islam:Les thèmes prédominants étaient que l’islam était une idéologie sociopolitique complète, que le saint islam était violé par les troupes soviétiques athées et que le peuple islamique d’Afghanistan devait réaffirmer son indépendance en renversant le régime afghan laïc de gauche (donc kouffar, renégats méritant la mort) soutenu par Moscou.(Cliquez ici pour tout lire!)BBC: Al-Qaïda n’a jamais existé… Elle a été inventée par la CIALe documentaire meurtrier de la BBC intitulé “The Power of Nightmares” (Le pouvoir des cauchemars): les hauts responsables de la CIA admettent ouvertement qu’Al-Qaïda est une fabrication totale et complète, n’ayant jamais existé.L’administration Bush avait besoin d’une raison conforme aux lois pour pouvoir poursuivre «le méchant de son choix», à savoir des lois mises en place pour nous protéger des foules et des «organisations criminelles» telles que la Mafia. Ils ont versé à Jamal al Fadl des centaines de milliers de dollars pour soutenir l’histoire d’Al-Qaïda par le gouvernement américain, un «groupe» ou une organisation criminelle qu’ils pourraient «légalement» poursuivre.Ce documentaire vidéo est décroché, mais la BBC l’a malheureusement bloqué depuis YouTube.Au lieu de cela, je vous propose la courte série suivante du rapport CorbettAl-Qaïda n’existe pas Document  1/3 : VidéoDocument 2/3 : VidéoDocument 3/3 : Vidéo  

Remarque: Jackson Stephens était, jusqu’à récemment, l’employeur du général Wesley Clarket était peut-être le plus important bailleur de fonds du candidat à la présidence, Bill Clinton. C’est un petit monde, n’est-ce pas?!Lire ici les “Connexions Bush-SaoudiennesPreuve que Oussama Ben Laden est décédé / a été tué en 2001Lors de son entretien avec David Frost le 2 novembre 2007, Benazir Bhuttoavait été interrogée sur la précédente tentative d’assassinat en octobre. Sa réponse vaut bien une seconde écoute à la suite de sa mort. Il semble que Mme Bhutto ait soupçonné l’implication des services de sécurité pakistanais et qu’elle en ait informé le président Musharraf.Après avoir reçu une lettre de M. Musharraf l’avertissant des diverses organisations terroristes qui envisageaient de la cibler pour l’assassinat, elle a répondu en affirmant que «… bien que ces groupes [terroristes] puissent être utilisés, je pensais que c’était plus important de poursuivre les personnes qui les ont soutenus, qui les ont organisés, qui pourraient éventuellementêtre les financiers… pour ces groupes. ”Sa remarque la plus intéressante concernait un agent de sécurité qu’elle soupçonnait d’être impliqué dans les attentats à la bombe et qui, selon elle, “a eu des contacts avec Omar Sheikh, l’homme qui a assassiné Oussama Ben Laden“.Moins de deux mois après cet entretien, le 27 décembre 2007, Bhutto a été assassinée alors qu’elle participait à un rassemblement de campagne pour le PPP à Liaquat National Bagh, où elle avait adressé un discours animé aux partisans du parti lors des élections législatives de janvier 2008. .Après être entrée dans son véhicule blindé, Bhutto s’est levée par le toit ouvrant pour faire signe à la foule. À ce moment-là, un homme armé lui a tiré dessus et des explosifs ont ensuite explosé près du véhicule, faisant une vingtaine de morts. Bhutto a été grièvement blessée et a été transportée à l’hôpital général de Rawalpindi. Elle a été opérée à 17h35 heure locale et est morte à 18h16.Oussama ben Laden est décédé d’une insuffisance rénale le 13 décembre 2001

Dans son livre «Oussama ben Laden: mort ou vif?», L’analyste politique et philosophe, le professeur David Ray Griffin, ancien professeur émérite à la Claremont School of Theology en Californie, provoque des ondes de choc, car il donne beaucoup plus de détails sur la supposée mort et suggère qu’il y a eu une dissimulation par l’Ouest.Le livre affirme que Ben Laden est décédé des suites d’une insuffisance rénale ou d’une cause connexe le 13 décembre 2001, alors qu’il vivait dans les montagnes de Tora Bora, en Afghanistan, près de la frontière avec le Waziristan. Son enterrement a eu lieu dans les 24 heures, conformément aux règles religieuses musulmanes, dans une tombe non marquée, ce qui est une coutume wahhabite.L’auteur insiste sur le fait que l’Occident a concocté les nombreuses bandes de Ben Laden réalisées depuis cette date pour faire croire au monde que Ben Laden est en vieLe but? Soutenir le soutien en baisse à la guerre contre le terrorisme en Irak et en Afghanistan.Pour comprendre la thèse de Griffin, nous devons nous rappeler la réaction de l’Occident au 11 septembre, ce jour de septembre ensoleillé et fatidique de 2001. Un mois plus tard, le dimanche 7 octobre, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé des frappes aériennes de représailles massives dans la région de Tora Bora. “Le principal suspect” Ben Laden vivait “en tant qu’invité de l’Afghanistan”.(Ces faits ont été confirmés par l’ISPR du Pakistan, Inter-Services Public Relations, qui a ouvert leurs dossiers à Gordon Duff en 2009)Cette offensive militaire a ignoré le fait que Ben Laden avait déjà insisté à quatre reprises dans les déclarations officielles d’Al-Qaïda à la presse arabe selon lesquelles il n’avait joué aucun rôle dans le 11/9 et que les véritables auteurs de cette attaque sont les juifs, i.e. Israël et ses agents US.En effet, à la quatrième occasion, le 28 septembre et quinze jours après l’atrocité, il a déclaré avec force: «J’ai déjà dit que je ne suis pas impliqué. En tant que musulman, je fais de mon mieux pour éviter de mentir. Je ne savais rien du tout. Je ne considère pas non plus que le meurtre de femmes, d’enfants et d’autres personnes innocents soit un acte appréciable. “Quelques heures après les frappes américaines du 7 octobre à Tora Bora, Ben Laden a fait sa première apparition sur cassette vidéo. Vêtu de treillis de l’armée, coiffé d’une coiffe islamique, il avait un fusil d’assaut calé derrière lui dans une cachette de montagne largement éclairée. De manière significative, il avait l’air pâle et décharné.Bien qu’il ait appelé le président George W. Bush “le chef des infidèles” et jeté le mépris sur les États-Unis, il a de nouveau rejeté la responsabilité du 11 septembre.Puis vint une deuxième vidéo le 3 novembre 2001. Une fois encore, un Ben Laden malade se déchaîna contre les États-Unis. Il a exhorté les vrais musulmans à célébrer les attaques – mais n’a à aucun moment reconnu qu’il avait été impliqué dans l’atrocité.Et ensuite, il y a eu silence jusqu’au 13 décembre 2001 – date à laquelle Griffin prétend que Ben Laden est décédé. Le jour même, le gouvernement américain a publié une nouvelle vidéo du chef terroriste. Dans cette vidéo, Ben Laden a contredit toutes ses précédentes dénégations et a soudainement avoué son implication dans l’atrocité du 11 septembre.La bande aurait été trouvée par des troupes américaines dans une maison privée à Jalalabad, en Afghanistan, après que les forces anti-talibans aient pris le contrôle de la ville. Une étiquette qui y était apposée indiquait qu’elle avait été faite le 9 novembre 2001.Dans cet enregistrement, Ben Laden est un homme de poids avec une barbe noire, pas un homme gris. Sa peau pâle était soudainement devenue plus sombre et il avait un nez de forme différente. Ses mains artistiques aux doigts effilés s’étaient transformées en celles d’un pugiliste. Il avait l’air en très bonne santé.En outre, on peut voir Ben Laden écrire une note de la main droite, bien qu’il soit gaucher. Bizarrement, il fait également des déclarations sur le 11 septembre qui, selon Griffin, ne seraient jamais venues de la bouche du vrai Ben Laden – un homme diplômé en génie civil qui avait fait fortune (avant de passer au terrorisme) depuis la construction de bâtiments dans le Moyen-Orient.Ce «Fatty ben Laden», présenté comme le vrai par le gouvernement américain,  a par la suite été découvert comme étant un mécanicien automobile de Haïfa, Israël)Par exemple, le dirigeant d’Al-Qaïda annonce que beaucoup plus de personnes sont mortes dans les attentats du 11 septembre qu’il ne s’y attendait. «En raison de mon expérience dans ce domaine, je pensais que l’explosion de gaz dans l’avion ferait fondre la structure de fer du bâtiment et effondrerait la zone où l’appareil avait percuté et tous les étages au-dessus de celui-ci. C’est tout ce que nous avions espéré. ’(En réalité, les tours jumelles se sont complètement tombées écroulées).Les mots du vrai Ben Laden? Non, dit Griffin, à cause des erreurs évidentes. “Compte tenu de son expérience en tant qu’entrepreneur, il aurait su que les tours jumelles étaient construites en acier, pas en fer“, dit-il.
Il savait également que l’acier et le fer ne fondaient pas avant d’atteindre 2.800 degrés F. Pourtant, un incendie de bâtiment alimenté par du carburéacteur est un feu d’hydrocarbures et n’aurait pas pu dépasser 1.800 degrés F.”Griffin, dans son livre explosif, dit que cette cassette est fausse, et il va plus loin.”Une des raisons de penser que toutes les bandes de Ben Laden post-2001 sont des fabrications est qu’elles ont souvent paru à la présidence Bush ou ont soutenu une revendication de son principal allié de la” guerre contre le terrorisme “, le Premier ministre britannique Tony Blair.La cassette de la confession est arrivée juste au moment où Bush et Blair n’avaient pas réussi à prouver la responsabilité de Ben Laden dans le 11 septembre et les deux hommes essayaient de gagner le soutien de l’opinion publique internationale, en particulier dans le monde islamique, pour la campagne antiterroriste.”Pour ce qui est de ce qui lui est arrivé, des allusions à une insuffisance rénale de Bin Laden, ou à son décès, sont apparues pour la première fois le 19 janvier 2002, quatre mois après le 11 septembre.C’est à ce moment-là que le président pakistanais, Pervez Musharraf, a déclaré à la chaîne de télévision américaine CNN: «Je pense que, pour être franc, il est décédé parce qu’il est atteint aux reins. Les images de lui montrent qu’il est extrêmement faible. ’Dans son livre, le professeur Griffin souscrit également à cette théorie. Il a ajouté que Ben Laden avait été soigné pour une infection urinaire, souvent liée à une maladie rénale, à l’hôpital américain de Dubaï en juillet 2001, deux mois avant le 11 septembre. Au même moment, il a commandé un appareil de dialyse mobile qui devait être livré en Afghanistan.Comment Ben Laden, en fuite dans les grottes enneigées des montagnes, aurait-il pu utiliser la machine que beaucoup jugent essentielle pour le maintenir en vie? Les médecins cités par Griffin à ce sujet pensent que cela aurait été impossible.Il aurait dû rester au même endroit avec une équipe de médecins, des conditions d’hygiène et un programme d’entretien régulier pour l’unité de dialyse elle-même.Et qu’en est-il de la petite nouvelle qui a été racontée le 26 décembre 2001 dans le journal égyptien Al-Wafd? Un haut responsable des talibans afghans a annoncé qu’Osama Ben Laden avait été enterré le ou vers le 13 décembreIl a souffert de complications graves et est décédé d’une mort naturelle et silencieuse. Il a été enterré à Tora Bora, lors des funérailles auxquelles ont participé 30 combattants d’Al-Qaïda, des membres proches de sa famille et des amis talibans. Selon la tradition wahhabite, aucune marque n’a été laissée sur la tombe », indique le rapport.Le responsable taliban, qui n’a pas été nommé, a déclaré triomphalement qu’il avait vu le visage de Ben Laden dans son linceul. “Il avait l’air pâle, mais calme, détendu et confiant.”C’était Noël à Washington DC et à Londres, et le rapport a à peine été mentionné. Depuis lors, les enregistrements de Ben Laden sont apparus avec une régularité mécanique: des milliards ont été dépensés et beaucoup de sang a coulé à sa chasse.
Sources: www.polidics.com; www.globalresearch.ca; www.fromthewilderness.com; www.oilempire.us; www.dailymail.co.uk; www.educate-yourself.org; www.YouTube.com; www.wikipedia.com;Oussama ben Laden: FAUSSE Image de cadavre!L’image du cadavre d’Oussama ben Laden présentée à la télévision est fausse! Quelqu’un a utilisé l’image suivante de Ben Laden toujours en vie et a placé la partie inférieure de son visage sur l’image d’un Iraquien mort.

La falsification est plus qu’évidente, même pour un œil non averti.

Par Alexander Light,HumansAreFree.com et les sources mentionnées précédemment.Source :Veterans TodayBin Laden, the CIA’s Oxford Educated Star (We have all known for nearly 2 decadesVOIR AUSSI :–   Un document de la CIA prouve qu’Oussama Ben Laden était un agent de la CIA nommé Tim Osman–   EXPLOSIF. Ben Laden : L’attentat du 11/9 a été perpétré par les Juifs et l’Etat profond. Je n’y suis pour rien.–   Rappel. D’où viennent les islamistes –   RECONFIRMATION. Le 11 septembre était une opération israélienne–   La connexion Epstein au 11/9–   Comment le 11 septembre a été financé: l’homme derrière les 2,3 milliards de dollars manquants

En cours de traduction

RESCUE REDUX: Are Syria’s White Helmets ‘Recycling’ its Child Victims?

Since bursting onto the global media scene, the US-UK backed ‘NGO’ known as the White Helmets have produced an unprecedented amount of western-oriented war propaganda. From the New York Times to the BBC, to Time Magazine, everywhere you look, you will see establishment western media outlets promoting the White Helmets. Upon closer examination, however, it seems that the group may be reusing its alleged victims as character subjects in its numerous staged rescue photo opportunities.

Since their inception in late 2013, the White Helmets have been financed to the tune of over $100 million from the UK and US alone, along with millions more from various other NATO, EU and GCC member states – all nations who are deeply invested in arming and backing rebel-terrorists vying for regime change in Syria.

Here is a list of some of their known funding source (as of October 2016):

2-white-helmets-funding

The White Helmets have even pirated the moniker ‘Syria Civil Defence’ from the REAL Syrian Civil Defence.

The group also claims to have “saved 62,000 lives” since they began ‘search and rescue’ activities in early 2014. None of their incredible claims can be independently verified – and yet, these claims are accepted without question by the entirety of the US and European media and political establishment.

Still, they claim to be “nonaligned” and “independent.” To say this group is misrepresenting itself and facts on the ground in Syria is an understatement, especially after looking at some of its fabled rescue scenes, proudly displayed on their social media accounts and robotically rerun by western corporate media.


‘MEDIA FALSE FLAG’ – The NGO known as the White Helmets have already been caught staging numerous rescue scenes, allegedly shot in rebel-terrorist-held east Aleppo, Idlib and Daara (Photo Illustration 21WIRE)

White Helmet Staging

The so-called “first responder” NGO has been cranking out its iconic war images and rescue videos at an unprecedented rate, leading many to question what this group is really doing, and why. Independent critics and analysts such as the website Moon of Alabama have noted that much of the White Helmets imagery is riddled with anomalies. Here’s one such passage from a Moon report last June, 2016 which revealed the staged nature present in so many of the White Helmets alleged ‘rescue’ operations:

“Isn’t it an amazing fortune that so many kids get rescued ALIVE by the “White Helmets”, without any serious wounds visible, just moments after bomb impacts? This week after week? With all the same attributes in each picture? No photo editor at any of the big media ever wondered about that?

Some of these photos may show real scenes. But most are definitely staged. These staged photos are part of the war propaganda against the Syrian people and their government.

The “White Helmets” take and distribute these photos. They also distribute lots of “kids rescued from rubble” videos.”

Other aspects explored in the Moon report unveiled various PR and social media elements pushing the designer NGO campaign used to shape foreign policy:

The Syria Campaign and the White Helmets – Propaganda Camouflaged as Humanitarian

The Syria Campaign [US-UK run PR vehicle for the White Helmets] was created by Purpose Campaigns LLC. The company fabricates and runs for you any world-wide “grass root” movement you would like. With Purpose LLC or other such companies involved, big dollars will buy you big effects. How about an automated Twitter campaign to spread anti-Shia sectarianism? Someone paid for it and here it is.

The “White Helmets” campaign demonstrates the amazing manipulation potential such companies and their high paying customers have.”

Other questions regarding the alleged rescue operations were once again raised by Hands Off Syria and other independent researchers. Although 21WIRE cannot definitively verify all claims presented here, the visual evidence is more than compelling. Readers can judge the evidence for themselves…

white-helmets-girl-repeat
INFO GRAPHIC: Hands Off Syria

Here’s a closer look at this young girl who appears to have been featured more than once in White Helmets ‘No Fly Zone’ promotional imagery:

Here is another exhibit posted by another researcher analyzing a SKY News report from ‘rebel-held’ Syria:


INFO GRAPHIC: Hands Off Syria

Here is one well documented fraud where the White Helmets recycled a random image of a man holding a child claiming to be a victim of “Russian airstrikes” after previously using the image before Russia air force was ever in Syria:

unnamed

In another Moon article entitled, The U.S./UK Financed “White Helmets” Shtick – Fake “Child Rescued” Videos,” we see a timeline for the uncanny White Helmet rubble rescue operations:

“NYT – December 23 2013: After Airstrike, Children Are Rescued From the Rubble Independent – January 25 2014: Astonishing video shows moment Syrian toddler pulled alive from rubble after Aleppo bombing This video, like others below, was also published by the New York Daily NewsThe GuardianUSA TodayYahoo and many other news outlets.”

In early October, the UK’s Guardian newspaper published what amounts to a ridiculous propaganda piece that featured the White Helmets public face, leader Raed al-Saleh,who claims he can tell which planes are striking in Syria – based from sound alone:

“These days, Raed al-Saleh [deported from the US in 2016] doesn’t have to see a warplane to know what kind of bombs it drops. He just needs to hear it. “It’s very depressing,” Saleh says. “Based on its sound, we can predict the kind of airplane, and then anticipate the scale of the destruction.” He has reached the stage where he hopes for the rumble of a Mig-29, rather than a Su-24. It’s the Su-24s that carry the cluster bombs.”

NOTE: Last week, photos emerged supposedly depicting what looked to be “US jets being painted with Russian colors.”

Other White Helmets propaganda appeared in late August if you remember, in an emotionally charged story featuring a Syrian child named Omran Daqneesh in the aftermath of an alleged airstrike. The polarizing story quickly was quickly exploited by Western media outlets, which in turn, was readily accepted by the general public without question.

Here’s another look at the mainstream presentation of the Omran Daqneesh video that pulled at the heartstrings of western media consumers…

While watching the entire video footage of the event, the dust-covered boy who appeared to be bleeding after an apparent airstrike (yet the blood has already coagulated) is left unattended and without pain as he was oddly propped up in an ambulance seat while being photographed by Mahmoud Raslan – an alleged ‘media activist’ who was seen “fraternizing with terrorist groups in Aleppo.”

This prompted critics to charge that Raslan was directly tied to the White Helmets, who are firmly embedded with Al-Qaeda members, while regularly dispensing staged humanitarian media images and video for public consumption.

Here is an image of the ‘Dusty Boy’ Omran alongside another child, a young ‘Dusty Girl’ who, like Omran, was dumped by “rescuers” on to an orange seat inside the brand new ambulance – only to be photographed by the White Helmets’ surrogate, French government-funded “Aleppo Media Centre“. As you can see, the girl has a near identical face ‘make-up’ look to Omran, and like Omran, she does not appear to be crying, in pain, or stressed at all – which is highly improbable:

omran-and-girl

Has the adorable little boy Omran been used before in past ‘rescues’? 

Interestingly, according to one researcher, here are two other potential ‘Omran rescues’ from early 2014 and early 2016:

Readers can make up their own minds, and research these images for themselves.

Is it possible that the White Helmets and Aleppo Media Centre using these children for western Agit Prop purposes in Syria, including campaigning for a US-backed ‘No Fly Zone’ (see Avaaz/Purpose Inc campaign here) or a ‘Safe Zone’ (see other Avaaz/Purpose Inc campaign here) inside of Syria? This is an important question which should be asked by members of the western media.

‘Saving the Children’

In September, other western-backed NGO’s emerged in western media coverage, such as charity organization, Save the Children,a group directly tied to the George Soros’ Open Society Foundation and Bill & Melinda Gates Foundation. 

Western politicians have latched on to the talking point that there are somehow “100,000 children trapped in Aleppo.” This is completely distorted – there are only an estimated 200,000 people remaining in rebel-terrorist-held East Aleppo and it’s outrageous to assume that half of those are children. The vast majority non-terrorist affiliated civilians have actually fled to the sanctuary of government-protected West Aleppo which is now housing some 1.5 million residents. This is a fact completely omitted in the western PR rhetoric on “Aleppo.”

The charity was also featured inheavily propagandized ‘Syrian’ story which was picked up by the UK’s Telegraph.

bana-syria-03-05-24
The Telegraph article is one of the most incredible pieces of western war propaganda aired to date, and was also syndicated by the The Guardian and other outlets. The article also included a quote from Save the Children andappears to be exploiting the story of Bana Alabed (image, above), supposedly a 7-year-old girl who “with the help of her mother,” Fatemah Alabed, has supposedly taken to Twitter to share her family struggles in Syria. The stories depict a picture perfect Bana living happily in what appears to be a modern flat, with her toy dolls – somewhere in Al Nusra (al Qaeda) held East Aleppo, is tweeting polemics in English like:

“Please stop killing us,” she tweets, “I need peace to become a teacher. This war is killing my dream.”

bana-aleppo-at-03-16-53
BANA: “Please, Assad, Putin, Stop the bombing.”

Clearly, this is marketed towards western audiences in order to move public opinion in line with the US State Department and UK Foreign Office talking points about the “Russia and Assad’s Brutal Siege of Aleppo.”

Whether or not the Alabed family story is completely is authentic, it’s clear their tale is at the very least being used by western media outlets friendly with western NGO’s to push for deeper conflict and ‘regime change’ in Syria.

SEE ALSO: Child Exploitation: Who is ‘Bana of Aleppo’?

Fake Rescue Video:

Recently, 21WIRE analyzed the infamous “Rag Doll Rescue” – a purported rescue operation carried out by the White Helmets, which was followed a staged ‘Russian’ bombing scene back in late September:

“In the following video, we’re told that the White Helmets aka “Syria Civil Defense” are frantically digging for survivors at the scene of an alleged “Assad barrel bomb,” or possibly a “Russian or Syrian air-strike.” Either way, it’s impossible to independently verify exactly what the audience is looking at. Same with the location and time – this scene might be somewhere in northern Syria, presumably in “rebel-held” (occupied by terrorists like Al Nusra, Arar Al Sham, Nour al din Zinki, or ISIS) enclaves like Idlib or East Aleppo, but like most White Helmet videos – it’s impossible to independently verify either the time or location of the event in question.”

The White Helmet claim to be rescuing children, but unfortunately, the children below appear to have been used as live props in this White Helmet PR campaign. Of all the exhibits listed here, this video might be the most damning example of staged fakery:Video Player


See the original video of the ‘Rag Doll Rescue’ posted on the White Helmet’s own official YouTube channel.

So what’s next with the deceptive White Helmets NGO?

The following is an RT interview featuring Vanessa Beeley, discussing the controversy over the White Helmets recent nomination for the Nobel Peace Prize. The White Helmets had been nominated for  the”Peace Prize” but perhaps due to backlash, the award was given to Colombian President Juan Manuel Santos last week:

.
The problem now with western media coverage of the Syrian Conflict is that nearly all of the mainstream media’s reporting and imagery originates from either the White Helmets, al Nusra Front, and ISIS, as well as various unknown “oppostion activists” (an incredible classification, assigned casually by every leading western media outlet, and the US State Dpeartment too) – all of whom are either being armed, financed, or aided logistically by members of the US Coalition, including the United States, the UK, Turkey, Saudi Arabia, and Qatar. No wonder why all the reporting by CNN, the BBC, the New York Times and the Washington Post gives a completely ‘rebel-centric’ narrative, and in some cases appears to normalize the violent crimes of known terrorists, including suicide bombers, in Syria.

This problem is further exacerbated if any of the imagery being aired in the west is staged, or fraudulent – which we have demonstrated that at least some of it most certainly is.

When will western media editors take pause to actual check the thousands of images being supplied via the White Helmets and their media surrogates in Syria and Turkey? 

2100 enfants en cage libérés et sauvés par les Marines et les Navy Seals des bases souterraines appartenant à DeepState en Californie !

Photo d’ilustration, nous n’avons pas de photo publique ce cela

Il y a deux jours, j’ai vu des rapports d’un énorme exercice conjoint des Marines et des Forces navales en Californie !

Eh bien, 10 000 hommes m’ont semblé beaucoup et je dois dire que cela m’a attiré un peu plus l’attention et que j’étais sûr qu’il allait se passer quelque chose ! Eh bien je n’avais pas tort et aujourd’hui nous recevons des rapports de 2100 enfants libérés de captivité dans des bunkers souterrains où ils étaient retenus captifs dans des cages 1 Voir l’image du titre, c’est réel, au fait !

Donc, pour vous tous qui niez toujours que dire qu’il ne se passe rien et que les élites pédophiles ne sont qu’une théorie de conspiration émise par des cinglés comme moi, vous verrez que vous serez forcés de manger vos paroles et que vous me devez, à moi et à des gens comme moi, de sérieuses excuses pour tous ces abus et ces insultes depuis vingt ans que je fais ce combat pour vous et les enfants !
Les Navy Seals et les marines américains sauvent 2 100 enfants des bases souterraines californiennes

Timothy Charles Holmseth, du Pentagon Pedophile Task Force, rapporte que les Navy Seals et les Marines américains ont sauvé 2 100 enfants des bases et bunkers souterrains en Californie.

Le grand réveil est réel et ici ! Votre choix de savoir ! Dark to Light ! WWG1WGA !

Affaire Epstein : le prince Andrew convoqué officiellement par la justice américaine

Selon The Sun, le prince Andrew aurait été convoqué
pour répondre de ses liens avec le milliardaire Jeffrey Epstein.

 Le prince Andrew, frère du prince Charles.
Le prince Andrew, frère du prince Charles. 

C’est un cauchemar diplomatique en devenir pour le Royaume-Uni. Selon The Sun, la justice américaine a officiellement envoyé une convocation au prince héritier de la couronne britannique Andrew. Les Etats-Unis souhaiteraient interroger le membre de la famille Windsor sur ses liens privilégiés avec le milliardaire Jeffrey Epstein qui s’est suicidé l’an dernier en prison après avoir été arrêté dans une affaire de trafic sexuel et de pédophilie.

Le frère de Charles, Andrew, 60 ans, a toujours jusqu’à présent refusé d’être interrogé par les procureurs de New York qui enquêtent sur le réseau de trafic sexuel d’Epstein. Il a toujours également nié fermement tout « acte criminel ». Dans une interview à la BBC, resté célèbre outre-Manche, il avait assez maladroitement tenté de contre-attaquer médiatiquement.

L’une des victimes du réseau de Jeffrey Epstein – Virginia Roberts Giuffre, aujourd’hui âgée de 36 ans et vivant en Australie – affirme avoir eu des relations sexuelles avec Andrew à trois reprises entre 2001 et 2002, dont deux fois alors qu’elle était mineure. Andrew a nié les faits et prétendu ne pas connaître la jeune femme alors qu’une photo d’elle à ses côtés existe et a été largement diffusée par la presse. Un récent documentaire de Netflix, a aussi pointé du doigt la connexion entre les deux hommes.

En Grande-Bretagne les observateurs pensaient que le fils d’Elizabeth II était seulement susceptible d’être la cible d’une action des victimes d’Epstein devant les tribunaux civils américains.

Demande d’entraide judiciaire

Selon le Sun, les services de la justice américaine ont contourné le palais de Buckingham et ont déposé une demande d’ » assistance juridique mutuelle » (MLA) auprès du ministère de l’intérieur britannique. Les demandes d’entraide judiciaire ne sont utilisées que dans des affaires pénales en vertu d’un traité juridique avec le Royaume-Uni.

En d’autres termes Andrew pourrait désormais être contraint de comparaître devant un tribunal britannique en tant que témoin dans les mois à venir, voire de témoigner sous serment. Une situation pour le moins inconfortable pour la couronne britannique mais aussi pour le gouvernement de Boris Johnson qui se verrait ainsi obligé de coopérer.

Affaire Epstein : Israël et la France protègent la pédocriminelle Maxwell

« Complice principale de Jeffrey Epstein, la fugitive Ghislaine Maxwell se cache à Paris, avenue Matignon, et fréquente l’ambassade israélienne selon la presse britannique. La preuve par la source.

Le scoop a été dévoilé en ligne samedi soir : près de 48 heures après, AUCUN média français traditionnel ne l’a pour l’instant rapporté.

The Sun, quotidien populaire britannique, a révélé la dernière localisation (après Israël) de Ghislaine Maxwell, la complice emblématique du pédocriminel et agent du Mossad Jeffrey Epstein : Paris, à deux pas de Matignon.

GM

Mieux encore : selon The Sun, elle a été aperçue quittant l’ambassade d’Israël. Le journal a même souligné ce détail-clé dans son infographie. »

Victoria’s Secret écrit la fin de son conte de fées

Après des années de scandales et de déclin, la célèbre marque de lingerie se bat pour survivre à la crise du Covid-19.

La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty Images North America / AFP
La vitrine d’un magasin Victoria’s Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago.

Bien qu’elle soit connue pour fabriquer des produits destinés aux femmes, la marque Victoria’s Secret fut créée à son origine en pensant aux hommes. Tout commença en 1977, lorsqu’un dénommé Roy Raymond souhaita acheter des sous-vêtements à sa femme. Il tenta de se rendre au rayon lingerie féminine d’un grand magasin, mais il s’y sentit mal accueilli et ne trouva rien qui puisse constituer un bon cadeau. Il dit qu’il n’y trouva que des «portants remplis de peignoirs en tissu éponge et de robes de nuits en nylon décorées de motifs floraux atroces».

Aussi, Raymond, qui était diplômé de Stanford, décida qu’il allait créer une boutique où les hommes se sentiraient à l’aise pour acheter de la lingerie aux femmes et où même les sous-vêtements du quotidien auraient une touche de glamour. Il baptisa sa boutique Victoria’s Secret [«Le secret de Victoria»] en pensant que cela évoquerait d’une certaine manière le côté sexy d’un boudoir de l’époque victorienne. Située à Palo Alto, en Californie, cette première boutique était décorée de bois sombres, de tapis élégants et de draperies en soie. En 1982, Raymond avait déjà ouvert plusieurs autres boutiques dans la région de San Francisco et lancé un catalogue de vente par correspondance. Les ventes étaient correctes, mais Victoria’s Secret peinait à trouver son équilibre financier.

C’est alors qu’arriva Les Wexner, un entrepreneur de Columbus, dans l’Ohio. Wexner avait lancé une chaîne de magasins de vêtements pour femmes baptisée The Limited et il trouvait que l’idée de Roy Raymond avait du potentiel. Même si Victoria’s Secret perdait de l’argent, Wexner racheta l’entreprise un million de dollars. Après cela, la marque prit très vite son envol.

Dix ans après l’acquisition de Wexner, Victoria’s Secret enregistrait des ventes annuelles de plus d’un milliard de dollars. Ses boutiques étaient partout. Ses produits stars, comme le soutien-gorge push-up Miracle Braau début des années 1990, semblaient parfaitement correspondre à l’air du temps. Des millions de catalogues Victoria’s Secret furent envoyés à travers les États-Unis. En 1995 fut inauguré le Victoria’s Secret Fashion Show, défilé emblématique de la marque, qui devint rapidement un événement connu dans le monde entier. En 1998, Victoria’s Secret détenait 14% du marché des sous-vêtements pour femmes et ce chiffre ne cessait de grimper. En 2002 fut lancée la marque dérivée Pink, à destination des adolescentes. Le succès fut encore au rendez-vous. En 2013, Victoria’s Secret représentait près d’un tiers du marché de la lingerie. Les Wexner semblait vraiment détenir la formule du succès.

À LIRE AUSSI Les dessous du succès de Victoria’s Secret

Une vague d’indignation

Victoria’s Secret a bâti sa marque sur des images de corps sans défaut, qui atteignent un niveau de perfection tel qu’aucune femme au monde (pas même les mannequins des photos de la marque) ne pourrait l’atteindre dans la vraie vie. Cette stratégie s’avéra extrêmement payante durant des décennies… jusqu’à ce que plusieurs concurrents de la marque comprennent que les mentalités avaient évolué et que la société était prête à changer de culture. En 2014, une marque baptisée Aerie prit l’engagement de ne pas photoshopper les mannequins apparaissant dans son catalogue. Les photos non retouchées étaient assorties de slogans du type «Nous vous trouvons plus sexy en vrai».PUBLICITÉCybersécurité, le défi de la confiance : les cybermenaces nous touchent tous. Comment s’en prémunir ?Inspired by

Casey Crowe Taylor, qui a travaillé au service des relations publiques de l’entreprise raconte que «Quand Aerie a lancé sa campagne “No Photoshop”, quelqu’un de chez nous a levé la main pour demander si nous pourrions envisager un jour de le faire aussi. Ça a déclenché un éclat de rire général et puis on lui a suggéré de ne plus remettre l’idée sur le tapis au risque de se faire virer.»

Quelques années plus tard, Rihanna lança une nouvelle marque, qui fit apparaître une femme à la grossesse bien avancée dans son défilé de lingerie. D’autres marques firent appel à des mannequins trans, seniors ou grandes tailles. Mais le succès à 7 milliards de dollars de Victoria’s Secret s’était construit autour d’un type de fantasme très spécifique: des top models, des photos glamour, des ailes d’ange et des soutiens-gorge incrustés de diamants. La marque ne comptait pas abandonner tout cela.

Peu de temps avant le défilé de 2018, qui s’avéra être le dernier pour Victoria’s Secret, son directeur du marketing, Ed Razek, donna une interview au magazine Vogue. Lorsqu’on lui demanda si sa société pourrait envisager de faire défiler des mannequins différents, Razek rejeta l’idée. Il affirma que faire défiler des mannequins grandes tailles ne présentait pas d’intérêt et qu’il ne pensait pas que le défilé de Victoria’s Secret devait inclure des mannequins trans, parce que le spectacle devait être, selon lui, un «fantasme».

Ces commentaires soulevèrent une vague d’indignation et Razek quitta la société l’année suivante. À peu près à la même période, Victoria’s Secret embaucha pour la première fois un mannequin trans afin de promouvoir sa ligne Pink. Mais malheureusement pour la marque, ce fut au tour de Les Wexner, l’homme qui avait racheté la marque en 1982 et la dirigeait depuis, d’apparaître au cœur d’un scandale.

La période la plus sombre

Wexner entretenait depuis longtemps déjà une relation quelque peu mystérieuse avec le célèbre délinquant sexuel Jeffrey Epstein. Ils étaient amis. En 2019, lorsqu’Epstein fut arrêté pour «trafic sexuel» impliquant des mineures, les liens qu’entretenait Wexner avec Epstein ressurgirent dans les médias. Il s’avéra qu’Epstein avait notamment appâté des femmes en leur prétendant recruter des mannequins pour Victoria’s Secret. Le New York Times rapporta ensuite que Wexner avait connaissance du comportement d’Epstein.

Wexner a été applaudi pour avoir engagé et promu beaucoup de femmes à des postes importants chez Victoria’s Secret. Mais c’est aussi lui qui avait engagé et promu Ed Razek, et qui s’est battu comme tous les autres afin de préserver l’idée d’une marque de lingerie symbolisant une beauté fantasmée et inatteignable. À en croire le New York Times, en réponse à un membre du personnel qui lui aurait demandé si appuyer sa communication uniquement sur des top models ultraminces ne risquait pas de donner une image dépassée de la marque, Wexner aurait répondu:«Personne ne va jamais chez un chirurgien esthétique en lui demandant “Donnez-moi l’air d’une grosse”.»

Wexner a quitté la tête de l’entreprise en février 2020. À 82 ans, c’était le plus ancien directeur général encore en activité du S&P 500. Au moment de son départ, il a tenté de vendre 55% des parts de Victoria’s Secret à une société de capital-investissement appelée Sycamore Partners. Le prix de vente a été évalué à 1,1 milliard de dollars, ce qui veut dire que la société n’était plus estimée qu’à une fraction de sa valeur d’il y a encore quelques années.

Toutefois, même avec cette réduction, la vente est tombée à l’eau, car l’acheteur a eu peur des retombées de la pandémie sur l’entreprise. Victoria’s Secret a récemment révélé que ses ventes avaient chuté de près de 50% et annoncé qu’elle envisageait de fermer définitivement près d’un quart de ses boutiques en Amérique du Nord. La branche britannique de la marque a fait faillite. Financièrement, c’est la période la plus sombre qu’ait jamais connue l’entreprise.

À son tour d’être ringarde

Dans l’interview qui a mis fin à sa carrière, Ed Razek s’était moqué du nom d’un de ses concurrents, la marque ThirdLove, en déclarant: «Nous ne sommes le troisième amour [third love] de personne. Nous, nous sommes leur premier amour [first love].» Aussi, ThirdLove, jeune entreprise de lingerie créée en 2012, a saisi l’occasion de promouvoir sa propre marque en se fendant d’une réponse sur une page entière dans le New York Times. Elle disait en substance ceci«Comment en 2018, le directeur d’une entreprise cotée en bourse –qui, en outre, prétend être du côté des femmes– peut-il se permettre des déclarations si choquantes et désobligeantes? Votre marché s’adresse aux hommes et vend aux femmes un fantasme pour hommes. […] Si votre défilé est un “fantasme”, nous, nous vivons dans la réalité

La lettre soulignait aussi le fait que certaines tendances auxquelles la vieille garde de Victoria’s Secret ne parvenait pas à se faire (commerce en ligne, marketing sur les réseaux sociaux, écriture inclusive…) était justement celles sur lesquelles se concentraient les nouvelles marques. Heidi Zak, cofondatrice et PDG de ThirdLove, affirme que l’objectif était de vendre des sous-vêtements non pas en passant par le prisme du sexe, mais en se concentrant sur le confort et la coupe, pour les destiner à des femmes du monde réel.

D’après elle, il y a encore seulement quelques années, c’était une approche révolutionnaire. Au début des années 1980, Roy Raymond avait trouvé que les sous-vêtements en vente dans les grands magasins étaient démodés et dépassés. Peut-être qu’aujourd’hui, c’est au tour du principe de Victoria’s Secret –le fantasme, le glamour et les défilés à plusieurs millions de dollars– d’être passé de mode.

Victoria’s Secret reste un acteur majeur du marché de la lingerie. La marque est bien plus importante qu’une entreprise comme ThirdLove. Mais qui dit plus gros dit aussi moins agile en cette période où les détaillants qui ne peuvent pas s’adapter se font broyer. Rien qu’aux États-Unis, Victoria’s Secret possède plus de 900 boutiques physiques. Lorsque les ventes étaient bonnes, cela permettait de rendre la marque omniprésente. Mais cela fait des années que la fréquentation des boutiques dans les centres commerciaux est en baisse. Pendant ce temps, la société doit continuer à payer des loyers conséquents.

Une entreprise telle que ThirdLove, qui pratique quasi exclusivement la vente en ligne, peut faire beaucoup de choses que Victoria’s Secret, avec ses stocks de marchandises qui dorment au fond de centaines de boutiques, ne peut se permettre avec autant de facilité. Si jamais Victoria’s Secret parvient à se relever, il faudra que la marque apprenne à ne plus dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. Pour le dire autrement, c’est peut-être désormais à son tour de se regarder dans le miroir en se demandant ce qui cloche chez elle.


Affaire Weinstein : Un accord trouvé pour un fonds d’indemnisation des victimes

Harvey Weinstein lors de son procès. (archives)
Harvey Weinstein lors de son procès. (archives) — 

Les femmes harcelées ou agressées alors qu’elles travaillaient pour Harvey Weinstein et sa société de production devraient bientôt pouvoir être indemnisées par un fonds doté de 19 millions de dollars, à la suite d’un accord censé mettre fin à deux actions en justice et annoncé mardi par la procureure de l’Etat de New York. Selon la procureure Letitia James, l’accord doit encore être validé par deux juges – le juge des faillites qui supervise la liquidation de la Weinstein Company et un juge fédéral new-yorkais.

S’il est accepté, il mettra fin à une action en nom collectif intenté devant la justice civile fédérale contre l’ex-producteur d’Hollywood – qui purge actuellement une peine de vingt-trois ans de prison – ainsi qu’à la plainte déposée en février 2018 par la procureure de New York contre l’ex-producteur, accusé d’avoir notamment exigé des faveurs sexuelles de certaines employées avec la complicité de sa société. « Après tout le harcèlement, les menaces, les discriminations, ces victimes vont enfin voir justice rendue », s’est félicitée la procureure.

Weinstein lui-même ne paiera pas

Louisette Geiss, l’une des femmes à l’origine de la plainte en nom collectif contre l’ex-producteur, s’est félicitée de la création d’un fonds qui permettra d’indemniser « beaucoup de victimes qui ont perdu leur carrière, et beaucoup plus ». Les avocats Douglas Wigdor et Kevin Mintzer, représentant six victimes présumées d’Harvey Weinstein, ont cependant dénoncé un projet d’accord « profondément injuste ». Ils ont notamment souligné qu’Harvey Weinstein n’y acceptait aucune responsabilité pour ses actes, qu’il ne contribuerait pas financièrement au fonds, et que les victimes qui voudraient poursuivre malgré tout les compagnies d’assurance du producteur et de sa société ne le pourront plus car elles seront libérées de toute obligation par l’accord.

Le communiqué de la procureure mardi ne mentionne pas un autre projet d’accord annoncé en décembre 2019, qui prévoyait le versement de quelque 25 millions de dollars aux victimes présumées dans le cadre d’un accord global qui solderait l’ensemble des dettes, contentieux et obligations de la Weinstein Company. Plusieurs accords distincts sont négociés entre avocats pour solder une série de procès intentés au civil dans le sillage de l’affaire Weinstein, qui a éclaté en octobre 2017 et donné naissance au mouvement #MeToo, mouvement de dénonciation des agressions sexuelles souvent impunies perpétrées par des hommes de pouvoir.

Accusé d’agressions sexuelles et de harcèlement par une centaine de femmes, Harvey Weinstein, 68 ans, a été jugé coupable d’un viol et d’une agression sexuelle par un jury new-yorkais en février dernier, une victoire historique pour le #MeToo.


Une partie des Dossiers Déclassifiés

La justice publie enfin une partie des 2000 documents judiciaires sur Jeffrey d’Epstein révélant l’ampleur gigantesque du trafique sexuel des élites ! 

Une partie des 2000 documents judiciaires relatifs au trafic de jeunes filles par Jeffrey Epstein, pédophile condamné, ont été publiées vendredi, ouvrant la voie à l’un des plus grands scandales de 2019 !

Excellent“, a tweeté le producteur Andy Lassner. “Faites briller cette lumière aussi fort que possible.

Les documents, détaillent des années d’abus de la part d’Epstein et une conspiration présumée de grande envergure couvrant plusieurs pays et États, impliquant des gens puissants du monde entier.La publication du document de vendredi vient couronner une semaine de nouvelles autour d’Epstein, le gestionnaire de fonds solitaire dont les amitiés avec le président Donald Trump, l’ancien président Bill Clinton, le professeur Alan Dershowitz de Harvard, le prince Andrew d’Angleterre et de beaucoup d’autres ont suscité de l’intérêt dans cette affaire.Comme le journaliste Adam Klasfeld de «Courthouse News» l’a noté sur Twitter, la décharge d’aujourd’hui n’est pas l’intégralité des 2000 documents qui étaient mis sous scellé.”La plus grande partie du descellement sera effectuée par la juge de district Loretta Preska, mais ne vous y trompez pas, c’est une sacrée inondation aujourd’hui.”Dans les jours à venir les documents seront épluchés en détails et vous êtes les bienvenus pour y participerN’oubliez pas que le reste des documents encore scellés arrivent :Les documents en anglais sont consultables ici :

Le milliardaire Jeffrey Epstein a été arrêté pour trafic sexuel de mineurs et la justice ordonne le descellement de 2 000 pages de documents judiciaires

Par Jonathan ExoPortail -juillet 7, 20191Jeffrey Epstein a été arrêté pour trafic sexuel présumé de dizaines de mineurs à New York et en Floride entre 2002 et 2005, selon «The Daily Beast». Epstein devrait comparaître au tribunal lundi, environ 12 ans après que l’homme de 66 ans eut reçu une «tape sur les doigts» pour avoir agressé des dizaines de mineures. Les nouvelles accusations affirment qu’«Epstein a exploité sexuellement des douzaines de filles mineures dans le cadre d’un stratagème qui est devenu une pratique : les payer en liquide pour des « massages » et ensuite les violer ou en les agresser sexuellement dans sa résidence de Palm Beach ou sa villa du Upper East Side».Les allégations d’abus d’Epstein remontent à plus d’une décennie et ont été récemment mises au jour par ses victimes et les autorités. Jusqu’à présent, et même au sein du mouvement #MeToo, Epstein a réussi à éviter tout type de peine de prison significative.

«À une époque où #MeToo a renversé des hommes puissants, le nom d’Epstein était largement absent de la controverse nationale, avant que le Miami Herald publie une série en trois parties sur comment sa richesse, son pouvoir et son influence l’avaient protégé des poursuites fédérales. Pendant des années, The Daily Beast a fait état de la peine d’emprisonnement légère d’Epstein et de son traitement indulgent par le bureau du procureur des États-Unis, qui a finalement abandonné une mise en accusation de 53 pages contre Epstein. Une version antérieure de l’entente relative au plaidoyer d’Epstein prévoyait une peine fédérale de dix ans – avant que ses avocats de renom ne menacent d’aller en procès dans une affaire dont les procureurs craignaient l’impossibilité de gagner, en partie parce que l’équipe d’Epstein a dénigré les victimes, comme des messages sur des médias sociaux qui faisaient référence à la consommation de drogue.»

Note ExoPortail : Plus d’explications sur les collusions entre la justice, le ministre du travail et le pédophile Jeffrey Epstein : https://exoportail.com/le-ministre-americain-du-travail-a-aide-le-milliardaire-jeffrey-epstein-a-echapper-aux-accusations-de-pedophilie-en-reseau/ )

Les employés et associés d’Epstein auraient recruté les filles pour Epstein, et certaines victimes sont également devenues elles-mêmes recruteurs. Les filles n’avaient que 14 ans et la police affirme qu’Epstein savait qu’elles étaient mineures. L’avocat d’Epstein, Martin Weinberg, a refusé de commenter samedi soir.

Epstein a été accusé d’avoir transporté des jeunes femmes dans son jet privé pour faciliter les abus, selon ses victimes présumées.

Rappelons-nous, en 2017, il a été écrit à propos de l’ancien agent des services secrets Dan Bongino qui menaçait de révéler de nouveaux détails sur les 26 voyages documentés de Bill Clinton à bord du célèbre jet privé de Jeffrey Epstein, surnommé le «Lolita Express», pédophile de renom.

Bongino a lancé une menace inquiétante à l’époque : «….les gens savent des choses qui n’ont pas encore été rendues publiques à propos de votre messie Hillary. Ne titille pas le perdant, tu n’aimeras peut-être pas les résultats. #Epstein #EmailGate,» a tweeté Bongino.

Pour ceux qui ne connaissent pas son histoire, Jeffrey Epstein est un financier de New York qui a plaidé coupable en 2008 à un seul chef d’accusation de sollicitation sexuelle d’une mineure. Il a finalement passé 13 mois en prison et a été forcé de s’enregistrer comme délinquant sexuel de niveau 3 (considéré comme le plus grand risque de récidive) bien que les histoires de sa soif de filles de 12 ans se soient répandues comme des feux de forêt ces dernières années.

Epstein aurait installé des lits dans son jet personnalisé et aurait également filmé des hommes puissants pendant des ébats avec des mineures pour obtenir des vidéos de chantage.

Selon Fox News, Epstein aurait eu une équipe de trafiquants qui s’est procuré des filles d’à peine 12 ans pour servir ses amis sur «Orgy Island» d’Epstein, un domaine de Little St. James dans les îles Vierges américaines. Epstein vit maintenant en permanence dans les îles Vierges américaines.

Bill Clinton a fait plusieurs voyages sur l’île privée d’Epstein, Little St James (photo), entre 2002 et 2005

Clinton a choisi de continuer son association avec Epstein même après le procès effrayant, selon l’«Alliance to Rescue Victims of Trafficking», «tout le monde dans son entourage savait que c’était un pédophile». La spéculation que Clinton était impliqué avec Epstein a été détaillé :

En effet Le «Daily Mail» a écrit à l’époque au sujet de l’expérience d’une femme sur l’île :

«Je me souviens d’avoir demandé à Jeffrey ce que Bill Clinton faisait ici, et il a ri et m’a dit qu’il avait une dette envers lui», a dit une femme non identifiée dans le procès, qui a été intenté à Palm Beach Circuit Court. La femme a poursuivi en disant à quel point les orgies étaient fréquentes et elle a rappelé deux jeunes filles de New York que l’on voyait toujours autour de la résidence de cinq maisons mais dont l’histoire personnelle ne s’est jamais révélée.»

Selon le «Daily Mail», au moins une femme dans l’enceinte était là sans le vouloir et était une véritable esclave sexuelle.

La femme aurait été forcée d’avoir des rapports sexuels avec «des politiciens, des hommes d’affaires, des membres de la royauté,[et] des universitaires» sur les lieux et il y avait «plus de 40 femmes» qui ont présenté des accusations contre Epstein, montrant l’ampleur des opérations sombres de cet homme, qui ne se limitent pas à «Orgy Island».

De plus, Epstein a été invité au mariage de Chelsea Clinton en 2010, parmi 400 autres invités, démontrant ainsi sa grande amitié avec la famille Clinton.

Pour couronner le tout, «le prince André aurait été l’un des visiteurs de la maison. Vendredi, le duc d’York a été nommé dans le cadre d’une poursuite fédérale intentée contre Epstein, que le FBI aurait déjà liée à 40 jeunes femmes. Déposé en 2008 dans le district sud de la Floride, le procès de 50 millions de dollars a affirmé qu’Epstein avait une préférence et une obsession sexuelles pour les filles mineures.. a obtenu accès principalement à des mineures défavorisées au plan économique et a agressé sexuellement ces filles», comme l’a rapporté le «Washington Post».

Vidéo en Anglais : 

Cour de justice : 2 000 pages de documents concernant le délinquant sexuel Jeffrey Epstein seront descellées. Les documents peuvent faire la lumière sur ce qui s’est passé dans les fêtes qu’Epstein a organisées pour les élites :

Une cour d’appel fédérale de New York a ordonné le descellement d’un maximum de 2000 pages de documents judiciaires relatifs au criminel sexuel Jeffrey Epstein et sa complice présumée, Ghislaine Maxwell, dans un jugement rendu mercredi.

Epstein a reçu l’immunité pour ses crimes après avoir plaidé coupable à des accusations moins graves en 2008. Il n’a été incarcéré que 13 mois dans la palissade du comté de Palm Beach, avec un placement à l’extérieur qui est habituellement interdit aux délinquants sexuels. Il n’a jamais été poursuivi au niveau fédéral, ce qui a alimenté les théories de conspiration selon lesquelles ses relations d’élite lui permettaient d’échapper à la justice. (Note ExoPortail : et à juste titre !)

Maxwell, 57 ans, nie avoir aidé Epstein dans son opération, mais elle s’est néanmoins battue pour empêcher que les dossiers d’une affaire civile ne voient le jour. À la suite de la décision d’aujourd’hui, ils seront maintenant visibles par le public.

La Cour d’appel des États-Unis a décidé qu’un tribunal de première instance s’était fourvoyé lorsqu’il a scellé l’affaire et a essentiellement couvert Epstein, Maxwell et d’autres personnes mentionnées dans l’action en justice.

«Le tribunal de district n’a pas examiné les documents individuellement et n’a pas produit de conclusions précises, consignées au dossier, selon lesquelles le scellement est nécessaire pour préserver les valeurs supérieures. Au lieu de cela, le tribunal de district a fait des déclarations générales sur l’ensemble du dossier. C’était une erreur de justice», a écrit la cour d’appel.

«Le point le plus important, c’est que le tribunal dit que les faits qui sont mis en évidence dans les procédures judiciaires qui sont inappropriées et, dans certains cas, illégales, ne devraient pas être cachés au public», a dit l’avocat de Giuffre, David Boies.

«Le tribunal dit que le public a le droit de savoir quelles sont les preuves dans les cas d’intérêt public. Les cas d’abus sexuel et de trafic sexuel sont des cas dans lesquels le public a un intérêt évident et impérieux», a-t-il ajouté.

La décision est susceptible d’appel par deux personnes sans nom qui ne veulent pas que leur nom soit lié à l’affaire.

Enquête sur les noms liés à Jeffrey Epstein et grosse mise à jour de l’affaire

Par Jonathan ExoPortail -juillet 25, 20191Cet article se décompose en deux parties, une première qui revient sur les mises à jour majeurs faisant suite à l’arrestation du pédophile Jeffrey Epstein et une deuxième partie composé d’une enquête sur tous les gros noms connectés au réseau pédophile de Epstein.Partie 1 : Mise à jour de l’affaire :1 ) Le ranch de Jeffrey Epstein au Nouveau-Mexique soumis à une enquête :Le ranch Zorro de Jeffrey Epstein Un vaste ranch du désert au sud de Santa Fe est lié à une enquête du procureur général du Nouveau-Mexique visant le pédophile Jeffrey Epstein, selon les rapports.La nouvelle de l’enquête arrive alors qu’Epstein, un délinquant sexuel de 66 ans enregistré en Floride et à New York, fait face à de nouvelles accusations de trafic sexuel de jeunes filles mineures dans un acte d’accusation que les procureurs fédéraux de Manhattan ont obtenu la semaine dernière.Une loi du Nouveau-Mexique qui a permis à Epstein d’éviter d’avoir à s’enregistrer comme délinquant sexuel dans l’État est également à l’étude.Un porte-parole de Balderas a confirmé que son bureau avait interviewé des victimes potentielles d’Epstein qui ont visité le ranch, rapporte l’AP. Le bureau n’a pas dit combien d’accusateurs ont été interrogés et n’a pas précisé ce qu’ils ont dit au sujet de ce qui s’est passé sur le site.

Source : https://www.foxnews.com/us/jeffrey-epstein-sex-trafficking-case-draws-his-new-mexico-ranch-into-investigation

2 ) Le juge refuse la liberté sous caution et ordonne à Jeffrey Epstein de rester en prison:

Jeudi, un juge fédéral a ordonné à Jeffrey Epstein, accusé d’avoir agressé sexuellement des dizaines de mineures, de rester en prison en attendant le procès, rejetant la demande du multimillionnaire de retourner sous surveillance dans sa résidence de l’Upper East Side.

Lors d’une audience, le juge Richard Berman, de la Cour de district des États-Unis, a qualifié d’«irrémédiablement inadéquat» l’ensemble des mesures proposées par Epstein pour la libération sous caution – qui lui auraient permis de rentrer chez lui avec des gardes armés.

Source : https://edition.cnn.com/2019/07/18/us/jeffrey-epstein-bail-decision/index.html

3 ) Jeffrey Epstein coopère avec le FBI :

L’arrestation de Jeffrey Epstein a provoqué une panique dans la politique américaine.

Des sources anonymes du FBI ont laissé entendre qu’Epstein coopère pleinement avec les enquêteurs et «nomme des noms». Les rumeurs sur les noms sur sa liste sont parmi les plus grands de la politique, vous pouvez être sûr que tous les dominos tomberont

Source : https://dailyworldupdate.us/epstein-cooperating-democrat-accomplices-named/

4 ) Jeffrey Epstein a été trouvé presque inconscient en position fœtale dans sa cellule de la prison de New York après une possible «tentative de suicide» :

Jeffrey Epstein a été trouvé «presque inconscient dans une position foetale à l’intérieur de sa cellule de la prison de New York City», selon le New York Post, citant des sources proches de l’enquête.

Comme le rapporte également NBC New York, «Deux sources disent à News 4 qu’Epstein a peut-être tenté de se pendre, tandis qu’une troisième source a averti que les blessures n’étaient pas graves et a demandé si Epstein pourrait s’en servir pour obtenir un transfert».

Une quatrième source a déclaré au média que l’agression n’a pas été exclue.

Source : https://nypost.com/2019/07/24/jeffrey-epstein-found-nearly-unconscious-with-injuries-to-his-neck-in-nyc-jail-cell/

Partie 2 : Enquête sur les noms liés à Jeffrey Epstein :

Note ExoPortail : Avant toute chose je vous conseille de lire cet article que j’ai publié il y a quelques jours exposant les points qui relient le milliardaire pédophile à Israël et principalement à ses agences de renseignements : https://exoportail.com/enquete-est-ce-que-le-pedophile-jeffrey-epstein-travaillait-pour-le-mossad/ )

1 ) Jeffrey Epstein aurait transféré des millions de ses richesses par l’intermédiaire de la Deutsche Bank :

Jeffrey Epstein a utilisé Deutsche Bank depuis 2013 pour transférer des millions de dollars sur des dizaines de comptes, selon le Wall Street Journal, et bien que la banque allemande en difficulté coopère avec les enquêteurs fédéraux, il lui a fallu des mois pour fermer les comptes d’Epstein et signaler les activités suspectes.

Source : https://www.wsj.com/articles/jeffrey-epsteins-financial-trail-goes-through-deutsche-bank-11563911131

2 ) «Ça va être stupéfiant» : Les associés d’Epstein se préparent au pire alors que le déversement massif de documents descellés est imminent :

Au fur et à mesure que l’affaire Jeffrey Epstein progresse, une liste de célébrités, de magnats du monde des affaires et de personnalités qui ont volé près de l’orbite de l’agresseur sexuel enregistré est maintenant entachée de pedo-polonium. Beaucoup d’entre eux, comme Bill Clinton, Ehud Barak et Les Wexner, le patron de Victoria’s Secret, ont cherché à se distancier d’Epstein et de ses activités – mais leurs tentatives sont tombées dans l’oreille d’un sourd, vu leurs liens avec le pédophile.

Comme le note Gabriel Sherman de Vanity Fair, «Les questions sur Epstein se métastasent beaucoup plus vite qu’on ne peut y répondre : Qui savait quoi à propos de l’abus présumé d’Epstein ? Comment, et de qui, Epstein a-t-il obtenu sa prétendue fortune de 500 millions de dollars ? Pourquoi Acosta a-t-il accordé à Epstein un accord de non-poursuite outrageusement indulgent ?»

De plus, la Cour d’appel du deuxième district des États-Unis publiera environ 2 000 pages de documents, probablement au cours des prochains jours ou semaines, qui pourraient révéler des crimes sexuels commis par «de nombreux politiciens américains de premier plan, de puissants dirigeants d’entreprise, des présidents étrangers, un premier ministre bien connu et d’autres dirigeants mondiaux», selon le tribunal, qui compte trois juges.

Les documents ont été déposés dans le cadre d’une poursuite civile en diffamation intentée par Virginia Roberts Giuffre, accusatrice d’Epstein et ancienne préposée aux vestiaires de Mar-a-Lago, contre l’ancienne petite amie d’Epstein, Ghislaine Maxwell et sa présumée madame. «Personne qui a beaucoup côtoyé Epstein n’aura la vie facile maintenant. Tout va se savoir», a déclaré David Boies, l’avocat de Giuffre.

Parmi les autres noms célèbres associés à Epstein figurent Reid Hoffman, cofondateur de LinkedIn, Elon Musk, et Mark Zuckerberg, que Musk a présenté au délinquant sexuel enregistré. Le porte-parole de Zuckerberg a dit à Vanity Fair : «Mark a rencontré Epstein en passant une fois lors d’un dîner en l’honneur des scientifiques qui n’était pas organisé par Epstein», ajoutant : «Mark n’a pas communiqué avec Epstein à nouveau après le dîner».

Musk a dit au magazine : «Je ne me souviens pas avoir présenté Epstein à qui que ce soit, car je ne le connais pas assez bien pour le faire, Epstein est évidemment un sale type et Zuckerberg n’est pas un de mes amis. Il y a plusieurs années, j’étais chez lui à Manhattan pendant environ 30 minutes au milieu de l’après-midi avec Talulah[Riley], car elle était curieuse de rencontrer cette étrange personne pour un roman qu’elle écrivait. Nous n’avons rien vu d’inapproprié à part de l’art bizarre. Il a essayé à plusieurs reprises de me faire visiter son île. J’ai refusé.»

Musk en photo avec l’ancienne petite amie et complice de ses crimes Ghistaine Maxwell :

3 ) La famille royale britannique : Le prince Andrew (deuxième fils d’Élisabeth II):

Le prince Andrew est encore plus embarrassé après qu’un juge eut décidé que des documents pouvaient être divulgués.

Le prince Andrew a été photographié avec son bras autour de la taille de Virginia après qu’Epstein, 66 ans, l’ait emmenée à Londres pour rencontrer le roi en 2001, quand elle avait 17 ans.

En 2015, Giuffre, auparavant connue sous le nom de Virginia Roberts, a déclaré à un tribunal de Floride qu’Epstein l’avait forcée à avoir des relations sexuelles avec Andrew alors qu’elle était à Londres, New York et dans les Caraïbes.

Le prince Andrew, 59 ans, a nié avec véhémence et constance les allégations. Un juge a rejeté à l’époque ses allégations contre le prince parce qu’elles étaient «immatérielles et impertinentes à la revendication centrale» contre Epstein.

Giuffre a affirmé qu’elle avait été utilisée comme «esclave sexuelle» par Epstein, qui a été accusée la semaine dernière de trafic de jeunes filles d’à peine 14 ans. Il risque jusqu’à 40 ans s’il est reconnu coupable.

À gauche, le prince Andrew est photographié avec Virginia Roberts, âgée de 17 ans, et Ghislaine Maxwell dans la maison à Londres le 13 mars 2001

Source : https://www.mirror.co.uk/news/uk-news/prince-andrews-humiliation-sex-slave-18209986

4 ) Les connections Clinton / Epstein : 

Jeffrey Epstein, a été présenté à l’ancien président Bill Clinton par l’intermédiaire de Ghislaine Maxwell, la confidente de longue date d’Epstein et présumée proxénète de jeunes femmes.

Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell

Fille de Robert Maxwell, éditeur aux prises avec des troubles et soupçonné d’être un agent du Mossad financé, Maxwell, 57 ans, a maintenu une ascension sociale en Côte Est, d’après Politico.

Il n’est pas clair comment Epstein et l’Oxford-éduqué Maxwell se sont rencontrés pour la première fois, mais ils auraient fait connaissance vers 1992 peu après la mort de son père. Puis en 1995, Epstein a nommé une ancienne entreprise de Palm Beach «Ghislaine Corp» En 2003, Epstein décrit Maxwell comme sa «meilleure amie».

Selon les accusateurs et les témoins d’Epstein, elle se procurait aussi de jeunes filles, souvent mineures, pour nourrir les pulsions sexuelles d’Epstein.

Selon les documents déposés au tribunal, Maxwell aurait embauché, supervisé et congédié des employés de maison, tout en dirigeant les visites de dizaines de «massothérapeutes» à la résidence d’Epstein, selon un rapport du Wall Street Journal :

«Dans des dépositions faites en 2009 et 2010 dans le cadre de poursuites civiles contre M. Epstein, des employés de maison ont déclaré que Mme Maxwell était une figure centrale dans la vie privée de M. Epstein.»

Et puis il y a les Clinton…

Selon Politico, «Maxwell s’est d’abord rapprochée des Clinton après le départ de Bill Clinton, passant ses vacances sur un yacht avec Chelsea Clinton en 2009, assistant à son mariage en 2010 et participant à la Clinton Global Initiative en 2013, des années après que son nom eut été mentionné pour la première fois dans les récits des abus sexuels présumés de Epstein».

Voici Ghislaine Maxwell au mariage de Chelsea Clinton.

Entre-temps, «en 2002 et 2003, les registres de vol montreraient que Bill Clinton a effectué 26 vols sur le jet privé d’Epstein», d’après le rapport.

Les journaux de bord d’août 2002 montrent d’ailleurs Bill Clinton à bord de l’avion avec Kevin Spacey et Charles Tucker. Et contrairement à la récente déclaration mensongère de Bill Clinton disant «ne rien savoir des crimes de Jeffrey Epstein et de n’avoir volé que 4 fois dans son jet privé» la vérité est tout autre car selon les carnets de vol obtenus par Fox News, l’ancien chef d’État a effectué environ 26 voyages à bord du Boeing 727 personnel d’Epstein, surnommé tristement célèbre «Lolita Express», de 2001 à 2003.

5 ) Le Petit Livre noir de Jeffrey Epstein :

Une fuite d’une copie du «petit livre noir» du prédateur sexuel milliardaire pourrait donner un aperçu de certaines personnes très riches qui devraient être nerveuses à l’heure actuelle.

Le livre a été sorti clandestinement de la résidence d’Epstein par son ancien directeur de maison, Alfredo Rodriguez, qui a été arrêté alors qu’il tentait de le vendre en 2009 pour 50 000 $ – mais a été pris sur le fait et inculpé pour entrave au bon déroulement de la justice, pour mourir en prison 18 mois après une «maladie longue».

«Selon un document du FBI, Rodriguez a décrit le carnet d’adresses et les informations qu’il contenait comme le «Saint Graal» ou la «Pépite d’Or» pour démêler le vaste réseau pédophile de Epstein. Mais bien qu’il ait été cité à comparaître pour tout ce qu’il avait sur son ancien patron, Rodriguez ne l’a pas partagé avec le FBI ou les inspecteurs de la police de Palm Beach qui enquêtaient sur Epstein. Au lieu de cela, il a essayé de se faire 50 000 $ en vendant clandestinement le livre noir à l’un des avocats qui ont intenté des poursuites judiciaires à Epstein au nom de ses victimes.» – Gawker

Selon un article de Gawker paru en 2015, le petit livre noir d’Epstein contient des centaines de noms mais environ 50 des entrées ont été encerclées par Rodriguez – «y compris celles de nombreuses victimes et complices présumés d’Epstein,» selon le rapport.

Quelques-uns des noms dans le livre incluent :

  • Ralph Fiennes
  • Alec Baldwin
  • David Blaine
  • Jimmy Buffett
  • Courtney Love
  • Charlie Rose
  • Mike Wallace
  • Barbara Walters
  • Ehud Barak
  • Tony Blair
  • David Koch
  • John Gutfreund
  • Prince Andrew

En plus des noms ci-dessus, ainsi que des dizaines de victimes mineures apparentes en Floride, au Nouveau-Mexique, en Californie, à Paris et au Royaume-Uni énumérées sous la rubrique «massage», les entrées encerclées comprennent :

  • Milliardaire Leslie Wexner
  • L’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Bruce King
  • L’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique et candidat démocrate à la présidence Bill Richardson
  • Peter Soros, le neveu de George Soros.
  • Eva Andersson Dubin, ancienne Miss Suède et médecin socialiste de la ville de New York

La fuite du «Petit livre noir» peut être vu intégralement ici :

Jeffrey Epsteins Little Bla… by Zerohedge Janitor on Scribd

6 ) La connexion Donald Trump et Jeffrey Epstein :
Donald Trump et Jeffrey Epstein

Contrairement à certains «alerteurs» sur internet qui expliquaient qu’il n’y avait aucun lien entre Trump et Epstein. Ceci est factuellement faux. Par contre on ne sait pas pour le moment si les liens vont au delà d’une «amitié» et du «coté festif». Je vous mets ici les éléments et je vous laisse juge.

Le journal Politico révèle également la profondeur de la relation du président Trump avec les Maxwell – en particulier Robert Maxwell – qui remonte «au moins à la fin des années 1980» jusqu’à la mort du propriétaire du Daily Mirror, né en République tchèque, après une chute de son yacht, Lady Ghislaine, dans l’océan Atlantique (qui a été déclarée accident).

Un article d’une colonne de potins de mai 1989 a placé Trump et les deux Maxwell à une fête à bord du yacht de l’aîné Maxwell, nommé Lady Ghislaine, qui présentait du caviar en provenance de Paris et de l’ancien sénateur républicain John Tower of Texas. L’article indique que Trump a comparé son propre yacht avec celui de Maxwell.

Le yacht de Trump, le Trump Princess, appartenait à l’origine au marchand d’armes saoudien Adnan Khashoggi – l’oncle de Jamal Khashoggi, collaborateur du Washington Post assassiné – et le yacht de Maxwell appartenait à l’origine à un des frères d’Adnan.

«C’était un personnage et un homme coloré, et je pense que nous avons eu de la chance de l’avoir vu à New York, même pendant une courte période», a dit Trump à Larry King de Maxwell deux semaines plus tard. «C’était mon genre de mec.»

Il n’est pas clair si Ghislaine Maxwell a d’abord présenté Trump et Epstein, qui ont socialisé ensemble au moins dès 1992, mais elle a été cruciale pour assurer l’accès d’Epstein au monde de Trump. La vidéo d’archives déterrée mercredi par NBC de cette année-là montre Trump et Epstein entourés de femmes dansantes à Mar-a-Lago, avec Maxwell souriant en arrière-plan.

On peut également noter que le nom Donald Trump est cité et entouré dans le «Petit livre noir» que j’ai cité plus haut

7 ) Le milliardaire Leon Black :
Jeffrey Epstein et le milliardaire Leon Black

Une source de Wall Street ayant une connaissance directe des activités d’Epstein a déclaré que l’une des sources de revenus d’Epstein était la fourniture de «conseils fiscaux et de planification successorale» à des clients riches, comme Leon Black, fondateur d’Apollo Global Management, probablement parce qu’Epstein avait une expérience des fonds offshore après avoir établi son bureau dans les îles Vierges. En 2015, Black a fait un don de 10 millions de dollars à la fondation Epstein.

Leon Black a refuser de commenter quoi que ce soit.

Source : https://www.nytimes.com/2019/07/13/nyregion/jeffrey-epstein-new-york-elite.html

8 ) Jeffrey Epstein : membre du CFR et de la Commission trilatérale :

En 2003, avant que l’on sache que Jeffrey Epstein avait un penchant pour l’exploitation des mineures, The Harvard Crimson a publié un article disant à ses lecteurs que Jeff était un bon gars.

En plus de lier Epstein à un certain nombre de notables, dont Larry Summers, alors président de Harvard et futur secrétaire au Trésor américain, l’article note qu’Epstein était à l’époque membre du Council on Foreign Relations et de la Trilateral Commission.

Est-il possible qu’Epstein ait travaillé comme proxénète lorsqu’il a frotté les coudes avec des salopards à la CFR et à la Trilateral Commission dans le cadre d’un plan de chantage pour garder ces serviteurs de la haute élite financière fidèles au plan mondialiste ?

Source : https://www.thecrimson.com/article/2003/6/5/people-in-the-news-jeffrey-e/

9 ) Les Rothschild sont les gestionnaires de Jeffrey Epstein :

La connexion entre les Rothschild et Jeffrey Epstein n’est cité qu’une seule fois dans un seul paragraphe d’un seul article mainstream de 2003, le «Boston magazine» :

Note ExoPortail : Alan Morton Dershowitz, est un avocat et universitaire américain, professeur de droit à l’université Harvard. Il est également essayiste et romancier. Il écrit aussi pour le Huffington Post )

«…Dershowitz, malgré sa carrière, n’a jamais été une figure glamour. Au sommet de sa gloire, il avait l’air plus à l’aise non pas à côté de ses clients célèbres, mais dans son bureau étroit d’Harvard, portant des lunettes d’aviateur surdimensionnées et des pulls à l’aspect irritant. Son profil social a commencé à s’améliorer en 1996 après avoir rencontré le financier Jeffrey Epstein par l’intermédiaire de Lynn Forester de Rothschild, une amie de Martha’s Vineyard. Elle lui a dit qu’Epstein était un autodidacte brillant qui aimait rencontrer des gens intéressants…»

Information confirmée par Cobra.

Information logique car les Rothschild ont façonné Israël par la déclaration de Balfour, donc si Jeffrey Epstein est bien un agent du Mossad la boucle est bouclée.

Source : https://www.bostonmagazine.com/news/2016/12/11/alan-dershowitz/2/

10 ) Le milliardaire Epstein pourrait avoir monté un réseau pédocriminel en France :

C’est ce que souhaite savoir l’ONG Innocence en danger, engagée dans la protection des enfants. Dans un communiqué publié le 12 juillet, repéré par Loopsider, elle demande au parquet d’ouvrir une enquête «compte tenu du profil de M. Epstein, déjà condamné pour des faits semblables», en 2008 aux États-Unis et inscrit sur la liste des délinquants sexuels. «Il est légitime de se demander s’il n’y a pas de victimes mineures dans l’hexagone», poursuit le communiqué.

Interrogée par L’Express, Homayra Sellier, fondatrice et directrice de l’ONG née il y a 20 ans, ne peut pas s’empêcher de penser que vu son profil, il faisait la même chose en France qu’aux États-Unis. «Il avait forcément des ‘masseuses’ françaises, avec la complicité de beaucoup de gens », avance-t-elle, ces « masseuses » renvoyant aux victimes recrutées par l’homme d’affaires pour satisfaire ses besoins et ceux de personnes influentes. «Vu son passé, c’est évident». Pourquoi ne pas porter plainte ? L’ONG répond qu’il faut une victime pour cela, et pour le moment, personne n’a accusé Epstein de quoique ce soit en France.

Des contacts en France

«De nombreuses pistes mettent en relation Jeffrey Epstein et la France», ajoute à L’Express Christine Dolan, une journaliste américaine d’investigation indépendante qui «enquête sur Epstein depuis des années». Elle aussi évoque son voyage en France, juste avant son arrestation, et se demande ce qu’il y faisait : «On pourrait penser que les autorités françaises auraient pris le train en marche et tenteraient de découvrir ce qu’Epstein faisait en France avant de retourner de ce côté de l’Atlantique et d’être arrêté».

Elle avance que le milliardaire entretenait des relations avec des Français, dont certains noms apparaissent dans le «Petit livre noir», livre noir qui répertorie les contacts d’Epstein, dévoilé par la presse américaine en 2015. «On pourrait aussi penser qu’une enquête financière et criminelle serait en cours simultanément, non seulement aux États-Unis, mais dans tous les pays où il possédait des biens immobiliers – la France étant l’un d’eux. Le Nouveau-Mexique a ouvert une enquête, trouvé deux victimes et a dit publiquement qu’ils enquêtaient sur l’acquisition de son terrain au Nouveau-Mexique. Où en sont les Français sur la question ?», interroge-t-elle encore. Une source judiciaire confirme à L’Express que le parquet de Paris n’a pas ouvert d’enquête.

Source : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/pourquoi-l-affaire-jeffrey-epstein-pourrait-concerner-la-france_2090618.html

Les pilotes du «Lolita Express» du pédophile Jeffrey Epstein assignés à comparaître dans le cadre d’une enquête sur le trafic sexuel de mineurs

Par Jonathan ExoPortail -juillet 27, 20190

Les pilotes personnels de longue date de Jeffrey Epstein ont été cités à comparaître par les procureurs fédéraux à Manhattan, selon le Wall Street Journal. Les assignations à comparaître devant le grand jury ont été signifiées plus tôt ce mois-ci à la suite de l’arrestation d’Epstein le 6 juillet à l’aéroport de Teterboro, au New Jersey, pour trafic sexuel de mineurs.

On ne sait pas combien de pilotes d’Epstein ont été cités à comparaître, ni s’ils sont des témoins coopérants. Selon des documents judiciaires tirés d’affaires antérieures, Epstein a employé David Rodgers, Larry Visoski, Larry Morrison et Bill Hammond comme pilotes et ingénieurs de vol. Rogers, Visoski et Morrison ont déjà témoigné dans des dépositions civiles.

Note ExoPortail : Je vous invite à lire ceci qui détaille les derniers événements de cette affaire absolument majeure pour l’exposition de la Cabale: https://exoportail.com/enquete-sur-les-noms-lies-a-jeffrey-epstein-et-grosse-mise-a-jour-de-laffaire/ )

«Les enquêteurs fédéraux pourraient se servir des témoignages recueillis des pilotes pour corroborer les témoignages des accusateurs de M. Epstein. Ils pourraient également fournir des détails sur les voyages de M. Epstein et de ses associés. Selon les documents déposés devant les tribunaux, certains des pilotes étaient responsables de la tenue des registres de vol des passagers qui ont pris le jet privé de M. Epstein.» – Wall Street Journal

Alors que les procureurs ont affirmé qu’Epstein possède deux jets privés, les avocats du délinquant sexuel enregistré ont déclaré dans un dossier déposé au tribunal plus tôt ce mois-ci qu’il possède un jet privé, et «vendu l’autre jet en juin 2019». Considérant qu’il a été arrêté après son retour de Paris dans son Gulfstream G550. Bloomberg suggère qu’Epstein a vendu son fameux et riche en preuves Boeing 272-200 connu sous le nom de «Lolita Express» quelques semaines avant son arrestation.

Les enquêteurs pourraient être intéressés à demander aux pilotes de M. Epstein s’ils ont été témoins d’efforts de M. Epstein pour faire obstruction à la loi, selon des experts juridiques. Dans de récents documents déposés devant les tribunaux, les procureurs ont accusé M. Epstein d’avoir trafiqué des témoins, une allégation que les avocats de M. Epstein ont démentie devant le tribunal.

Fait intéressant, les procureurs ont confirmé qu’il y a des «individus non accusés» dans l’affaire Epstein. A part son proche associé et amie de Clinton, Ghislaine Maxwell, sa «madame», les pilotes peuvent-ils être sur cette liste ?

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-07-26/epsteins-lolita-express-pilots-subpoenaed-sex-trafficking-investigation et https://www.wsj.com/articles/jeffrey-epsteins-pilots-are-subpoenaed-in-sex-trafficking-investigation-11564142402

Epstein accusé d’avoir violé une adolescente de 15 ans dans un nouveau dossier déposé le jour précédant sa mystérieuse blessure en prison

Par Jonathan ExoPortail -juillet 31, 20191

Un jour seulement avant que Jeffrey Epstein, reconnu coupable de pédophilie, ne soit retrouvé dans sa cellule avec des blessures mystérieuses autour de sa nuque, le trafiquant sexuel d’enfants suspecté a reçu un document légal lui indiquant, selon CNBC, qu’il aurait violé une fille de 15 ans dans sa résidence à New York en 2001.

«L’accusatrice, Jennifer Araoz, prévoit de poursuivre Epstein en justice le mois prochain pour agression sexuelle, coups et blessures et viols, dont elle affirme qu’il a commis les faits lorsqu’elle était lycéenne à New York en 2001, selon un dépôt judiciaire fait plus tôt ce mois-ci».
«Mais d’abord, Araoz demande à un juge d’ordonner à Epstein de se soumettre à une déposition, où les avocats d’Araoz peuvent lui demander l’identité d’une femme « recruteur » qui aurait conspiré avec lui pour l’identifier « comme une victime potentielle d’abus sexuel » et «facilité la préparation» de Araoz» – CNBC.
Araoz a d’abord décrit l’agression sexuelle présumée le 10 juillet, quelques jours après l’arrestation d’Epstein.
«Epstein lui a fait visiter son manoir qui a abouti à une visite de ce qu’il a décrit comme sa « pièce préférée de la maison », a dit Araoz. Une table de massage était installée sur le sol. Un tableau d’une jeune femme nue accrochée au mur.
Araoz retournerait régulièrement dans cette pièce au cours de l’année suivante, dit-elle, manipulée pour se déshabiller jusqu’à sa culotte et donner des massages sexuels d’Epstein pour partir ensuite avec 300 dollars.
À l’automne 2002, Epstein a fait pression sur elle pour qu’elle en fasse plus, a dit Araoz. Il lui a dit d’enlever sa culotte. Puis il l’as prise à 15 ans.
« Il m’a violée, violemment », a déclaré Araoz à NBC News dans une interview exclusive. « Il savait exactement ce qu’il faisait. »
« J’étais terrifié et je lui disais d’arrêter. S’il vous plaît, arrêtez », ajoute Araoz, maintenant âgé de 32 ans.»

L’interview en Anglais : 

Selon l’avocat d’une des victimes d’Epstein, le financier aurait pu être blessé dans une tentative de «meurtre» pour l’empêcher d’impliquer des gens puissants qui auraient participé à sa déviance sexuelle.

Spencer Kuvin doute que les blessures qu’Epstein a récemment subies en prison aient été une tentative de suicide, a déclaré au journal «the Sun» :

«Je me demande si M. Epstein a vraiment fait une tentative de suicide en prison ou s’il y a des gens puissants qui ne veulent pas qu’il parle

Kuvin s’est demandé comment Epstein a pu s’étouffer en ajoutant :

«Il n’y a aucun doute dans mon esprit qu’aucune prison ne vous protégera quand il y a des gens puissants qui veulent vous atteindre – où que vous soyez».

Même si Epstein est tenu à l’écart de la population carcérale générale, «il y a encore des gens qui peuvent l’atteindre», a averti Kuvin.

Kuvin a spéculé sur la question de savoir si Epstein «survivrait» à son prochain procès, comparant la situation à l’affaire Profumo de 1959, où le socialiste Stephen Ward a été jugé pour avoir obtenu des jeunes femmes pour l’élite britannique, mais s’est suicidé avant que le verdict soit prononcé.

«Nous savons que M. Ward, qui était impliqué dans cette affaire et dans l’obtention de femmes pour des personnes notables, a été libéré sous caution et s’est suicidé alors qu’il était en liberté sous caution – il sera donc intéressant de voir si M. Epstein tente ou non à nouveau de sortir sous caution et s’il y survit d’ici son procès.» a déclaré Kuvin.

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-07-30/epstein-accused-forcibly-raping-15-year-old-new-docs-filed-day-mysterious-prisonhttps://fr.scribd.com/document/420261427/156728-2019-Jennifer-Danielle-Araoz-v-Jennifer-Danielle-Araoz-PETITION-1 / https://www.cnbc.com/2019/07/30/jeffrey-epstein-received-rape-claim-file-day-before-jail-injury.htmlet https://summit.news/2019/07/30/epstein-in-danger-of-being-murdered-by-powerful-people-before-his-trial-says-victims-lawyer/

Le gouverneur de Floride ordonne une nouvelle enquête criminelle contre Jeffrey Epstein après qu’une sénatrice ait été menacée pour avoir enquêté sur l’affaire

Par Jonathan ExoPortail -août 8, 20190Le gouverneur de Floride Ron DeSantis a ordonné une enquête criminelle sur les actions du shérif de Palm Beach et de l’ancien procureur de Palm Beach, Barry Krischer, pour leur gestion de l’affaire Jeffrey Epstein concernant le trafic sexuel de mineurs, a rapporté le Miami Herald. Plus de 40 victimes d’à peine 14 ans ont été signalées dans le cadre du «vaste réseau» d’Epstein. Epstein risque maintenant 45 ans de prison – un acte d’accusation peut être lu ici.Le gouverneur de Floride Ron DeSantisDeSantis a subi des pressions après qu’Epstein a été retrouvé blessé dans sa cellule à la suite d’une tentative de suicide ou de meurtre et après qu’une sénatrice de Floride, Lauren Book, a été menacée pour avoir enquêté sur cette affaire et demandé une enquête. Book a ensuite créé une pétition pour demander au «Florida Department of Law Enforcement» de se saisir de l’enquête.Book a lancé une pétition qui a reçu rapidement plus de 4 000 signatures de la part de plusieurs victimes d’agression sexuelle et de partisans d’Epstein à travers les États-Unis.La sénatrice de Floride qui a été menacé, Lauren Book«Nous avons reçu le soutien de tout le pays pour ce projet» a dit M. Book mardi. «Beaucoup d’entre eux sont des victimes d’agression sexuelle qui ont vécu dans l’ombre pendant si longtemps et qui voulaient faire savoir aux survivants de Jeffrey Epstein qu’ils ne sont pas seuls.»Cela fait étrangement suite au fait qu’un avocat qui représentait trois des accusateurs de Jeffrey Epstein il y a plus de dix ans a laissé entendre que les blessures d’Epstein pourraient avoir été le résultat d’une tentative de «coup» pour l’empêcher d’aller au procès.

«Je me demande si c’était une vraie tentative de suicide. Je veux dire, comment tu t’étouffes ? Cela n’a aucun sens», a déclaré Spencer Kuvin à «The Sun». «Je me demande si M. Epstein a vraiment fait une tentative de suicide en prison ou s’il y a des gens puissants qui ne veulent pas qu’il parle. Il n’y a aucun doute dans mon esprit qu’aucune prison ne vous protégera s’il y a des gens puissants qui veulent vous atteindre – où que vous soyez.»

Au même moment, la sénatrice de Floride Lauren Book a allégué qu’elle avait été menacée pour avoir cherché à enquêter sur l’affaire Epstein en demandant une enquête de l’État sur la façon dont le shérif Ric Bradshaw, de Palm Beach, avait géré le programme indulgent de placement à l’extérieur des trafiquants sexuels, a déclaré le journal «Miami Herald».

Ric Bradshaw, shérif du comté de Palm Beach quand Jeffrey Epstein a été incarcéré avec une peine très légère en 2008 et est toujours shérif.

J’ai reçu d’innombrables appels téléphoniques me disant : 

«Petite fille, tu ne sais pas dans quoi tu t’embarques et me disant que je devrais m’arrêter», a déclaré Book dans une interview au Herald.

Ironiquement, Book est elle-même une survivante d’abus pédosexuels et a travaillé sans relâche pour faire adopter des lois strictes sur les délinquants sexuels en Floride.

Aujourd’hui, le gouverneur cherche à savoir pourquoi – et surtout comment – il a été condamné à une peine aussi clémente en 2008.

Même l’ancien chef de la police de Palm Beach, Michael Reiter, dont le département a mené l’enquête initiale sur Epstein, a déclaré dans une déposition au civil qu’Epstein s’en était bien tiré.

«Ce n’était pas une solution appropriée dans cette affaire», a déclaré M. Reiter, faisant valoir que les accusations portées contre Epstein étaient «très faibles», par rapport à ce que les faits présentaient.

Un ancien adjoint du shérif de Palm Beach, John Dougan, qui s’est enfui à Moscou en 2016, affirme que le shérif de Palm Beach Ric Bradshaw était derrière un effort pour accéder au téléphone et aux e-mails de la sénatrice Book en utilisant le prétexte du «danger imminent» pour obtenir ses informations personnelles, selon un site Web, Pbsotalk.

Le service de police de Palm Beach a nié ces allégations et a déclaré qu’il ouvrirait une enquête sur les raisons pour lesquelles Epstein a été autorisé à quitter la prison et à passer une grande partie de son incarcération de 2008-2009 dans un bureau à West Palm Beach, a rapporté le journal «Tampa Bay».

Ajouts ExoPortail avec une petite mise à jour du Dossier Epstein : 

Un ami d’Epstein lui a laissé des messages affirmant qu’il était en train de «recruter deux filles de 8 ans» pour qu’il en abuse sexuellement, selon des documents judiciaires :

Les messages laissés à Jeffrey Epstein à l’époque où la police de Palm Beach a commencé à enquêter sur ce pédophile en 2005 offrent un rare aperçu de ses mœurs…

Il y a des appels d’anciens membres de la famille royale, des détails sur la visite de son manoir de Palm Beach, et de nombreux messages de son ami proche Jean-Luc Brunel.

Il y en a un message qui semble faire référence aux filles mineures, une autre qui dit combien une femme de 18 ans «aime Jeffrey» et une autre dans laquelle Brunell transmet l’opinion professionnelle d’un médecin sur la meilleure façon de traiter une maladie transmise sexuellement.

Ces messages ont tous été obtenus par DailyMail.com après le dépôt d’une demande d’accès à l’information sur les dossiers de Palm Beach concernant les batailles juridiques d’Epstein dans la décennie qui a suivi son départ.

20190730151307567 by ChrisSpargo on Scribd

À 8 h 08 le matin du 1er avril, Brunnel a appelé Epstein et lui a laissé un message qui lui a été transmis par une note qui disait :

«Il a un professeur pour vous apprendre à parler russe. Elle a 2 x 8 ans, pas de blondes. Les leçons sont gratuites et vous pouvez avoir le 1er aujourd’hui si vous me rappelez.»

M. Brunnel a ensuite fait un suivi à 8 h 31 et à 9 h 04, demandant à Epstein de communiquer avec lui.

Bradley Edwards, l’avocat de plusieurs victimes d’Epstein, dont Virginia Giuffre (née Roberts), a inclus ces trois messages en preuve après qu’Epstein a intenté une poursuite civile contre lui.

«À la lumière de ces circonstances de l’affaire, ce message suggérait raisonnablement à Edwards que Brunel aurait pu procurer deux filles de huit ans pour qu’Epstein les abuse sexuelement», a déclaré une requête présentée par Edwards et son avocat au tribunal.

Selon des articles de presse largement diffusés et examinés par Edwards, Brunel est âgé d’une soixantaine d’années et jouit d’une réputation dans le monde entier (et en particulier dans l’industrie du mannequinat) en tant que cocaïnomane qui, pendant des années, a agressé des enfants par des agences de mannequins en agissant comme leur agent – conduite qui a fait l’objet de rapports, livres et plusieurs articles critiques et d’un documentaire de 60 minutes sur Brunel, exploitant sexuel des modèles mineurs par des mineurs.

Enquête : Est-ce que le pédophile Jeffrey Epstein travaillait pour le Mossad ?

Par Jonathan ExoPortail -juillet 17, 20190Israël est régulièrement en tête de liste des pays soi-disant amis qui font de l’espionnage agressif contre les États-Unis et le juif américain Jonathan Pollard, qui a été emprisonné en 1987 pour avoir espionné pour Israël, est maintenant considéré comme l’espion qui a causé le plus de dommages dans l’histoire des États-Unis. Il a déjà été détaillé comment les espions israéliens qui opèrent plus ou moins librement aux États-Unis sont rarement interceptés, et encore moins arrêtés et poursuivis, parce que les échelons supérieurs du gouvernement ne sont pas disposés à agir de la sorte. Le cas d’Arnon Milchan peut être cité, un producteur de films hollywoodiens milliardaire qui a eu une vie secrète qui comprenait le vol de technologie restreinte aux États-Unis pour permettre le développement du programme d’armes nucléaires d’Israël, ce qui était tout à fait contraire aux intérêts américains. Milchan a été impliqué dans un certain nombre d’autres vols et ventes d’armes pour le compte de l’État juif, à tel point que son travail de producteur de films a été rapporté comme étant moins lucratif que son travail d’espion et de marchand d’armes sur le marché noir, pour lequel il travaillait sur commande.Le fait que Milchan n’ait jamais été arrêté par le gouvernement des États-Unis ou même interrogé sur ses activités illégales, qui étaient bien connues des autorités, n’est qu’une manifestation de plus de l’efficacité du pouvoir juif à Washington, mais une affaire beaucoup plus convaincante impliquant un possible espionnage avec des manifestations politiques majeures vient de refaire surface.Je fais référence à Jeffrey Epstein, le milliardaire «financier» de Wall Street qui a été arrêté et accusé d’exploiter un vaste réseau de filles mineures pour le sexe, à partir de ses hôtels particuliers à New York et en Floride ainsi que de son île privée dans les Caraïbes, que les visiteurs appellent «Orgy Island». Parmi d’autres associés de grande valeur, on prétend qu’Epstein était particulièrement proche de Bill Clinton, qui a volé des dizaines de fois sur le 727 privé d’Epstein.

Epstein a été arrêté le 8 juillet après avoir été inculpé par un grand jury fédéral à New York: https://exoportail.com/le-milliardaire-jeffrey-epstein-a-ete-arrete-pour-trafic-sexuel-de-mineurs-et-la-justice-ordonne-le-descellement-de-2-000-pages-de-documents-judiciaires/

Plus d’une décennie s’est écoulée depuis qu’Alexander Acosta, le plus haut procureur fédéral de Miami, qui est maintenant ministre du travail du président Trump et qui vient tout juste de démissionner à cause de cette affaire, a accepté une entente relative à un plaidoyer portant sur des allégations similaires concernant la pédophilie qui n’a pas été partagée avec les accusateurs avant d’être finalisée en cour. Il y aurait eu des centaines de victimes, dont environ 35 ont été identifiées, mais Acosta a délibérément refusé aux deux plaignants de témoigner devant le tribunal avant la détermination de la peine.

Le ministre du Travail Alexander Acosta et Jeffrey Epstein

L’intervention d’Acosta a permis à Epstein d’éviter à la fois un procès public et une éventuelle peine de prison fédérale, et de ne purger que 13 mois d’une peine de 18 mois dans la prison du comté de Palm Beach, presque sans sécurité, pour avoir sollicité la prostitution en Floride. Pendant sa détention, il a été autorisé à quitter la prison pendant seize heures six jours par semaine pour travailler dans son bureau.

Les crimes d’Epstein ont été commis dans son manoir de Manhattan (56 millions de dollars) et dans sa villa au bord de l’océan à Palm Beach en Floride. Les deux résidences étaient équipées de caméras cachées et de microphones dans les chambres à coucher, qu’Epstein aurait utilisées pour enregistrer les rapports sexuels entre ses invités très en vue et ses filles mineures, dont beaucoup venaient de milieux pauvres, qui ont été recrutées par des proxénètes pour se livrer à ce qui a été décrit par euphémisme comme des «massages» pour l’argent. Epstein n’a apparemment fait aucun effort pour cacher ce qu’il faisait : son avion s’appelait «Lolita Express».

L’affaire Epstein présente également toutes les caractéristiques d’une importante affaire d’espionnage, peut-être liée à Israël. À moins qu’Epstein ne soit un pédophile extrêmement malade qui aime regarder des films d’autres hommes se tapant des filles de douze ans, toute la procédure de tournage ressemble à un service de renseignement sophistiqué qui compile des documents pour faire chanter des personnalités politiques et autres figures publiques. Il ne fait aucun doute que, dans la plupart des cas, les personnes faisant l’objet d’un chantage coopéreraient avec le gouvernement étranger concerné pour éviter un scandale majeur. C’est ce qu’on appelle recruter des «agents d’influence». C’est ainsi que fonctionnent les services de renseignement et c’est ce qu’ils font.

Le fait qu’Epstein était perçu comme étant lié au renseignement a été clairement indiqué dans les commentaires d’Acosta lorsque l’équipe de transition de Trump l’a autorisé. On lui a demandé :

«L’affaire Epstein va-t-elle poser un problème[pour les audiences de confirmation des charges] ?»… Acosta avait expliqué, avec désinvolture, apparemment, qu’à l’époque, il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’entente de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait «dit de se retirer», qu’Epstein était au-dessus de son niveau de salaire. «On m’a dit qu’Epstein appartenait au renseignement et qu’il fallait le laisser tranquille.»

Des questions sur la richesse d’Epstein suggèrent également un lien avec une agence gouvernementale secrète aux poches bien garnies. Le «New York Times» rapporte que «ce qu’a fait exactement son opération de gestion de l’argent était couvert de secret, comme l’étaient la plupart des noms de ceux pour qui il l’a fait. Il prétendait travailler pour un certain nombre de milliardaires, mais le seul grand client connu était Leslie Wexner, le fondateur milliardaire de plusieurs chaînes de détail, dont The Limited.»

Mais de quel service de renseignements s’agit-il ? La CIA et les services russes du FSB sont des candidats évidents, mais ils n’auraient aucun motif particulier d’acquérir un agent comme Epstein. Il ne reste qu’Israël, qui aurait été désireux d’avoir un groupe stable d’agents d’influence de haut niveau en Europe et aux États-Unis. Le contact d’Epstein avec les services de renseignements israéliens peut avoir été établi de façon plausible par le biais de ses associations avec Ghislaine Maxwell, qui aurait été sa principale procureure de jeunes filles. Ghislaine est la fille de Robert Maxwell, décédé ou peut-être assassiné dans des circonstances mystérieuses en 1991. Maxwell était un homme d’affaires anglo-juif, de profil très cosmopolite, comme Epstein, un multimillionnaire qui était très controversé avec ce qui était considéré comme des liens permanents avec le Mossad. Après sa mort, Israël lui a offert des funérailles d’État au cours desquelles six chefs des services de renseignements israéliens, anciens et actuels, ont écouté le premier ministre Yitzhak Shamir prononcer son éloge : «Il a fait plus pour Israël qu’on ne peut le dire aujourd’hui»

Pour en revenir à Epstein, il tenait un livre noir dans lequel il identifiait plusieurs de ses relations sociales et qui est maintenant entre les mains des enquêteurs. Il comprenait quatorze numéros de téléphone personnels appartenant à Donald Trump, dont ceux de son ex-femme Ivana, de sa fille Ivanka et de son épouse actuelle Melania. Il comprenait également le Prince Bandar d’Arabie Saoudite, Tony Blair, Jon Huntsman, le Sénateur Ted Kennedy, Henry Kissinger, David Koch, Ehud Barak, Alan Dershowitz, John Kerry, George Mitchell, David Rockefeller, Richard Branson, Michael Bloomfield, Dustin Hoffman, Queen Elizabeth, King Salman et Edward de Rothschild.

Le Mossad aurait exploité les contacts d’Epstein, organisant leur coopération en leur faisant gagner de l’argent et en les invitant à dîner tout en les emmenant dans des endroits exotiques, leur fournissant des femmes et du divertissement. S’ils refusaient de coopérer, il serait temps de faire du chantage, grâce à des photos et des vidéos de leurs rapports sexuels avec des mineures.

Ajouts : L’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak mouillé à Jeffrey Epstein :

Barak a admis que les images proviennent bien de lui, mais et affirme qu’il «n’a jamais rencontré Epstein en compagnie de femmes ou de jeunes filles».

Pourquoi pas mais la question de ses véritables relations et de son influence sur Jeffrey Epstein pose clairement question…

Source : https://ahtribune.com/us/3296-did-pedophile-jeffrey-epstein-work-for-mossad.html et http://www.unz.com/isteve/jeffrey-epstein-and-foreign-intelligence/et https://www.dailymail.co.uk/news/article-7250009/Netanyahu-challenger-Ehud-Barak-hides-face-enters-entering-Jeffrey-Epsteins-mansion.html

Deutsche Bank condamnée à 150 millions de dollars d’amende pour ses relations avec Jeffrey Epstein

Jeffrey Epstein a confié ses biens, chiffrés à quelque 577 millions de dollars, à un "trust" aux bénéficiaires inconnus.
Jeffrey Epstein a confié ses biens, chiffrés à quelque 577 millions de dollars, à un “trust” aux bénéficiaires inconnus.  

Une agence américaine a annoncé mardi avoir imposé une amende de 150 millions de dollars à Deutsche Bank pour ne pas avoir été suffisamment vigilante dans ses relations avec Jeffrey Epstein ainsi qu’avec des banques étrangères soupçonnées de blanchiment. PUBLICITÉ

Deutsche Bank payera 150 millions de dollars (133 millions d’euros) pour clore les dossiers ouverts par le régulateur des services financiers de l’État de New York (DFS) sur des défauts “importants” de respect des règles de conformité dans les relations de la banque avec plusieurs clients, dont le financier Jeffrey Epstein. C’est la première fois que des poursuites étaient engagées contre une institution financière concernant des liens d’affaires avec Jeffrey Epstein.

“Pendant des années, le comportement criminel et offensant de Jeffrey Epstein était bien connu mais de grandes institutions ont continué d’excuser cette histoire et de le faire bénéficier de leur crédibilité ou de leurs services dans un but financier”, a déclaré Andrei Cuomo, le gouverneur de l’État de New York.

Deutsche Bank reconnaît “une erreur majeure” 

Les autorités de l’État reprochent à Deutsche Bank de ne pas avoir surveillé assez attentivement les opérations de plusieurs millions de dollars réalisées par Jeffrey Epstein alors que des informations sur ses délits et crimes sexuels étaient “largement” diffusées.

“Les banques sont la première ligne de défense quand il s’agit d’empêcher la criminalité par le biais du système financier, et il est fondamental que les banques adaptent le suivi de l’activité de leurs clients en fonction des types de risques qui sont posés par un client particulier”, a justifié Linda Lacewell, responsable du DFS. “Dans le cas de Jeffrey Epstein, bien que connaissant (ses) terribles antécédents criminels, il est inexcusable que la banque ne soit pas parvenue à détecter ou à empêcher des millions de dollars de transactions suspectes”.

Dans une note interne aux salariés de Deutsche Bank, le président du groupe, Christian Sewing, déclare qu’accepter de prendre Jeffrey Epstein comme client en 2013 était “une erreur majeure”, tout en assurant que la banque avait contacté les autorités “immédiatement après” l’arrestation de M. Epstein et collaboré aux enquêtes. “Nous devons tous faire en sorte que ce genre de choses ne reproduise pas”. 

Relations avec des banques soupçonnées de blanchiement

Le DFS reproche par ailleurs à Deutsche Bank de ne pas avoir supervisé de façon adéquate ses rapports avec Danske Estonia et FMBE. Danske Estonia a notamment transféré de grandes quantités d’argent au nom d’oligarques russes et Deutsche Bank n’a pas empêché l’établissement de “transférer des milliards de dollars de transactions suspicieuses via des comptes de Deutsche Bank à New York”. 

Le DFS accuse parallèlement Deutsche Bank d’avoir ignoré des signaux d’alerte en ce qui concerne FBME, une banque basée en Tanzanie et accusée par les États-Unis d’opérations de blanchiment d’argent. Tout en assurant qu’il n’y avait eu “aucun effort intentionnel en interne pour faciliter des activités illégales”, le porte-parole de Deutsche Bank a reconnu que l’établissement avait “identifié diverses lacunes” dans sa surveillance des banques ayant utilisé ses services de compensation.

Prince Andrew VF cover

La photo de Ghislaine Maxwell qui embarrasse
le prince Andrew et la famille royale

Alors que Ghislaine Maxwell, complice de Jeffrey Epstein, vient d’être arrêtée, une incroyable photo d’elle refait surface. Sur celle-ci, on la voit au côté de l’acteur Kevin Spacey à Buckingham Palace, tous deux assis sur les trônes d’Élisabeth II et du prince Philip…

Depuis l’arrestation de Epstein, elle avait totalement disparu de la circulation. Comme évanouie, évaporée… Un an plus tard, Ghislaine Maxwell a enfin été retrouvée dans une luxueuse propriété du New Hampshire. Comment pouvait-elle être introuvable alors qu’elle n’était pas cachée ? C’est tout le mystère de la personnalité de cette femme, qui est restée des années dans l’ombre d’Epstein, son collaborateur et son compagnon.

Comment cette femme bien-née a-t-elle pu devenir proxénète ? Le parcours de cette socialite, Française d’origine, éduquée en Grande-Bretagne puis naturalisée Américaine en 2002, a tout d’un roman, où se croiseraient différents personnages, dont le prince Andrew, fils de la reine d’Angleterre. Très ami avec Ghislaine Maxwell, le duc d’York lui aurait même un jour ouvert les portes du palais de Buckingham, comme le rapporte The Telegraph, photo à l’appui. Sur ce cliché, on voit Ghislaine Maxwell dans la salle du trône, confortablement installée… à la place d’Élisabeth II. Ce n’est pas tout : à ses côtés, l’acteur Kevin Spacey est quant à lui assis sur le trône réservé au duc d’Édimbourg.

La photo a de quoi choquer, pour deux raisons. D’abord, personne n’est autorisé à commettre un tel outrage. Seuls la reine et son époux peuvent poser leur royal fessier sur ces fauteuils. Ensuite, Ghislaine Maxwell et Kevin Spacey représentent toutes les dérives d’une élite qui s’est cru tout permis. Elle est suspectée d’avoir organisé un trafic sexuel. Lui est accusé depuis plusieurs années d’avoir abusé de jeunes hommes.

Selon le quotidien britannique, la photo a été prise en septembre 2002, lors d’une visite privée du palais organisée par le prince Andrew pour Bill Clinton, qui avait quitté la Maison Blanche deux ans plus tôt. L’ancien président des États-Unis était donc lui aussi de la partie. Ce jour-là, Ghislaine Maxwell, Bill Clinton, Kevin Spacey et Jeffrey Epstein revenaient d’une semaine en Afrique dans le cadre d’une mission humanitaire pour la Clinton Foundation. C’est dans le jet privé du milliardaire – lieu supposé de toutes les débauches – qu’ils avaient fait le voyage.

Cette photo, parue dans The Telegraph, devrait de nouveau embarrasser le prince Andrew, qui s’est retiré de la vie publique en novembre 2019, trop accablé par l’affaire Epstein. Le troisième enfant de la reine est en effet accusé d’avoir participé à plusieurs soirées organisées par le milliardaire et d’avoir contraint une jeune femme à des rapports sexuels, et ce à plusieurs reprises. Sa victime, Virginia Giuffre Roberts, en a même fait le témoignage glaçant dans l’émission la plus regardée du Royaume-Uni, Panorama. Le duc d’York ne peut plus nier ses liens étroits avec le couple Epstein-Maxwell. Tous deux avaient été invités à la soirée des 18 ans de la princesse Beatrice, fille d’Andrew, organisée au château de Windsor. Désormais, le duc attend le passage de Ghislaine Maxwell devant les tribunaux. Car celle-ci pourrait bien l’entraîner dans sa chute.


Ghislaine Maxwell propose une caution de 5 millions
de dollars pour retrouver la liberté

 Mais avec ses trois passeports et sa dizaine de comptes en banque, le bureau du procureur craint un risque de fuite

La procureure par intérim de Manhattan, Audrey Strauss, a annoncé l'arrestation de l'ex-compagne de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell et son inculpation pour trafic de mineures, le 2 juillet 2020.
La procureure par intérim de Manhattan, Audrey Strauss, a annoncé l’arrestation de l’ex-compagne de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell et son inculpation pour trafic de mineures.

Introuvable pendant un an, Ghislain Maxwell pose-t-elle un risque de fuite ? Les avocats de l’ex-compagne du financier Jeffrey Epstein, arrêtée le 2 juillet, ont demandé qu’elle soit libérée moyennant caution de 5 millions de dollars et assignation à domicile, assurant qu’elle ne chercherait pas à échapper aux poursuites pour trafic de mineures engagées contre elle.

Dans un document enregistré vendredi auprès du tribunal fédéral de Manhattan, ses avocats assurent que cette habituée de la jet-set – née en France, éduquée en Angleterre avant de s’installer aux Etats-Unis en 1991 – n’a pas de raison de s’enfuir à l’étranger.

Ils assurent que beaucoup de ses proches sont aux Etats-Unis et non à l’étranger, et qu’elle ne s’était faite discrète depuis l’arrestation de Jeffrey Epstein en juillet 2019 que pour échapper aux médias et se protéger, après avoir reçu notamment des « menaces de mort ».

Sous très haute surveillance

Les avocats affirment qu’avec son casier judiciaire vierge, elle ne présente aucun « risque extrême de fuite », contrairement à ce que disent les procureurs de Manhattan, qui eux demandent son maintien en détention. La défense met aussi en avant les risques d’une infection au nouveau coronavirus si elle devait rester emprisonnée.

Ghislaine Maxwell, 58 ans, a été inculpée d’avoir « aidé, facilité et contribué aux agressions sexuelles sur mineures de Jeffrey Epstein », de 1994 à 1997. Elle aurait recruté pour le financier new-yorkais, retrouvé mort en prison en août 2019, de jeunes adolescentes désargentées âgées de 14 ans et plus. Elle aurait participé parfois directement aux agressions, et risque jusqu’à 35 ans de prison en cas de condamnation.

Après son arrestation dans le New Hampshire, elle a été transférée à la prison fédérale de Brooklyn, en attendant l’audience qui décidera de son éventuel maintien en détention, qui se déroulera par téléconférence. Ghislaine Maxwell devrait à cette occasion indiquer qu’elle entend plaider non coupable : « Mme Maxwell rejette vigoureusement les accusations contre elle et a l’intention de les combattre », indiquent les avocats. Ce qui est certain, c’est qu’après le suicide de Jeffrey Epstein, retrouvé pendu dans sa cellule il y a un an, Ghislaine Maxwell est sous haute surveillance et doit s’habiller avec des vêtements… en papier.

USA. Va-t-on juger Ghislaine Maxwell ?

Que Ghislaine Maxwell soit finalement en détention est certainement satisfaisant pour nous tous qui la croyions complètement complice des horribles crimes contre les filles mineures commis par elle et par son associé Jeffrey Epstein. Internet est déjà en train de spéculer en raison de l’élimination “inexpliquée” mais ô combien opportune,  d’Epstein dans une prison à sécurité maximale de Manhattan. Avant de tirer trop de conclusions, cependant, il existe un certain nombre d’autres développements dans son cas qui devraient être pris en considération.
Tout d’abord, l’arrestation de Maxwell n’a pas été fortuite. Elle a clairement fait des efforts pour cacher la majeure partie de sa fortune de plusieurs millions de dollars, mais elle était visible pour ceux qui savaient où chercher. Elle s’est déplacée librement, tout en gardant un profil bas, et a fait «des efforts intentionnels pour éviter la détection, y compris éviter de se déplacer deux fois dans un même endroit, en changeant son numéro de téléphone principal (qu’elle a enregistré sous le nom« G Max ») et son adresse e-mail, et en commandant des colis pour la livraison avec une autre personne figurant sur l’étiquette d’expédition. “

She was so dangerous': where in the world is the notorious ...
Trump, Melania, 
Epstein, Maxwell

L’acte d’accusation de 18 pages indiquait que «le gouvernement a identifié plus de 15 comptes bancaires différents détenus par la Maxwell ou ses associés de 2016 à nos jours, et pendant cette même période, le solde total de ces comptes a varié d’un total de des centaines de milliers de dollars à plus de 20 millions de dollars. » Maxwell a été inculpé de recrutement et de «préparation» de jeunes femmes pour qu’Epstein et elle les abuse, ce qui pourrait entraîner jusqu’à 35 ans de prison.Comme Maxwell, 58 ans, qui a les nationalités britannique, américaine, Française et d’israélienne, présentait un risque de fuite considérable, elle n’a pas été mise en liberté sous caution après son arrestation.Pendant que Maxwell se déplaçait librement, le FBI n’a apparemment même pas tenté de l’interviewer. Elle a passé beaucoup de temps avec ses avocats et aurait été vue prendre un café à Los Angeles, faire du shopping près de son appartement à Paris, visiter la Grande-Bretagne et rester sous protection en Israël [1]. Elle est née en France et son père, l’espion israélien Robert, est présumé avoir la nationalité de l’État juif, qui lui aurait été transférable. La France et Israël sont extrêmement difficiles à traiter en matière d’extradition, de sorte qu’elle aurait probablement pu rester dans l’un ou l’autre pays et aurait évité des poursuites aux États-Unis. On pourrait également se rappeler qu’Epstein avait un véritable passeport autrichien sous un faux nom, un indicateur probable de ses liens avec les agences de renseignement. Il est fort possible que Ghislaine ait également une certaine forme de fausse identification.Lorsqu’elle a été arrêtée, Ghislaine vivait dans une luxueuse maison de campagne sur 156 acres (63 ha) dans une partie rurale du New Hampshire. Elle avait acheté la propriété en décembre pour 1,07 million de dollars par le biais d’une société à responsabilité limitée qui ne porte pas son nom et qui a été créée par l’un de ses avocats. De toute évidence, la police savait exactement où elle pouvait être trouvée. La maison se trouve à deux heures de route de la frontière canadienne, ce qui aurait pu être un refuge prévu si elle avait senti que les forces de l’ordre se déplaçaient pour la rechercher, mais cela soulève la question de savoir pourquoi elle voulait retourner aux États-Unis.

Ghislaine Maxwell Arrested – Ben Garrison Cartoon - Conservative ...

Je soupçonne qu’elle et ses avocats ont effectivement été en contact avec les autorités et qu’une sorte d’accord de plaidoyer de culpabilité a été envisagée.Pourquoi maintenant? Le calendrier semble être lié à d’autres développements. La semaine dernière, la juge fédérale Loretta Preska a jugé que les documents relatifs à Epstein et Maxwell en possession de la victime plaidante Virginia Giuffre devaient être détruits. Les informations sur Epstein et Maxwell, extraites d’une poursuite civile intentée contre Epstein par Giuffre en 2015, semblent contenir les noms des personnes haut placées avec lesquelles Epstein avait fait « affaire », ainsi que ses autres clients et même ses victimes.Preska a statué que les avocats de Giuffre avaient obtenu les documents de manière incorrecte et a ordonné que tous les éléments du dossier «soient détruits». Elle a également exigé la preuve que le matériel avait été détruit. On ne sait pas exactement où se trouvent les enregistrements secrets d’Epstein, mais le FBI a saisi tous les papiers et autres données au manoir de Manhattan après son arrestation. Certains croientcependant que Ghislaine a certaines des bandes, vraisemblablement cachées ou sous la garde de ses avocats.La destruction des dossiers Giuffre endommagera gravement la procédure pénale engagée par le gouvernement contre Maxwell ainsi que le procès intenté par les victimes contre la succession d’Epstein. Ghislaine a été accusée d’avoir recruté des jeunes filles et de les avoir “préparées” à avoir des relations sexuelles avec Epstein et ses éminents clients [2], ce qu’elle a nié. Le procès à venir pourrait facilement se terminer relativement rapidement avec un aveu de culpabilité reconnu par Maxwell et une peine d’emprisonnement minimale négociée avec plaidoyer de culpabilité. Tous les documents relatifs à l’affaire, y compris les enregistrements, seraient scellés, ce qui protégerait notamment les autres actions publiques perçues, à savoir les personnalités éminentes et les agences d’espionnage qui auraient pu être impliquées en tant que victimes ou auteurs.[3]Tout indique que le ministère de la Justice, aidé et encouragé par les médias, cherche à enterrer certains aspects de l’affaire Epstein [4]. Un récent documentaire sur Netflix “Jeffrey Epstein: Filthy Rich” évite soigneusement toute discussion sur l’aspect probable d’espionnage israélien des activités d’Epstein. Le père de Ghislaine, qui a présenté Jeffrey à sa fille, était un éminent espion du Mossad qui a reçu des funérailles d’État en Israël après sa mort mystérieuse en 1991, à laquelle ont assisté le Premier ministre ainsi que tous les anciens et actuels chefs des services de renseignement de ce pays. .Une confirmation supplémentaire de la connexion israélienne provient d’un livre récent de l’ancien officier du renseignement israélien Ari Ben-Menashe, qui affirme qu’Epstein et sa partenaire du crime, Ghislaine Maxwell étaient impliqués dans le chantage d’éminents politiciens au nom du service de renseignement étranger d’Israël, le Mossad. Selon Ben-Menashe, les deux travaillaient directement pour le gouvernement israélien depuis les années 1980 et leur opération, qui était financée par le Mossad et également par des juifs américains de premier plan, était un «piège à miel» classique qui utilisait des filles mineures comme appât pour attirer des politiciens bien connus du monde entier . Les politiciens seraient photographiés et enregistrés sur vidéo lorsqu’ils étaient au lit avec les filles mineures. Le prince Andrew, Bill Clinton, des rois et émirs arabes, et Donald Trump étaient tous des visiteurs du manoir d’Epstein à New York où les enregistrements ont été réalisés, tandis que Clinton voyageait régulièrement à bord de l’avion «Lolita Express» qu’Epstein a utilisé pour transporter ses «amis» dans son domaine à La Floride et son île privée des Caraïbes [5], désignée par les habitants comme «l’île des pédophiles».

TAISEZ-VOUS !

En ce qui concerne Maxwell et Epstein, personne au ministère de la Justice ne semble vouloir poser une question simple qui apporterait une grande clarté si on pouvait y répondre honnêtement. Des preuves concluantes que Jeffrey Epstein était un agent de renseignement israélien ou même américain pourraient fort bien être tirées des commentaires de l’ancien procureur américain de Miami Alexander Acosta lorsqu’il a ensuite été gracié par l’équipe de transition de Trump . On lui a demandé: «L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]?» … «Acosta a déclaré qu’il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait dit de se retirer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. “On m’a dit qu’Epstein appartenait à l’intelligence et de le laisser tranquille.” “Pourquoi personne dans les divers organismes d’enquête du gouvernement ou dans les médias traditionnels ne s’intéresse-t-il à ce qu’Acosta voulait dire, même s’il serait assez facile de lui demander? Qui lui a dit de reculer? Et comment l’ont-ils expliqué? La réponse simple pourrait simplement être qu’Epstein était en fait un espion israélien s’attaquant à des personnalités et à tout ce qui a trait à l’État juif, aussi malodorant soit-il, est un fil conducteur politique et interdit aux démocrates et aux républicains. Si tout cela est vrai, nous, le public, ne verrons rien d’un «procès-spectacle» de Ghislaine Maxwell dans lequel on nous révèlerait tous les noms des élites impliquées ou soumises au chantage israélien. La Maxwell disparaîtra discrètement du système judiciaire dans pas trop longtemps, elle sera de nouveau à l’extérieur, sur une plage près de Tel-Aviv, aux côtés de son criminel complice, Jeffrey Epstein, en emportant ses secrets exclusivement vers le Mossad. 

Les États-Unis, la France et le Royaume Uni ne sont,
comme toujours face à Israël, que les dindons de la farce. 


Source : Judgement Day for Ghislaine Maxwell Finally Arrives. Or Maybe Not par Philip GiraldiJuly 9, 2020————————————————————— NOTES de H. Genséric[1] Comment les pédophiles juifs se cachent de la justice en Israël –  La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale [2] Pédophilie chez Trump ?–  USA. L’une des premières victimes d’Epstein déclare que Trump, les Clintons, Dershowitz et Rothschild sont tous impliqués–  Trump a organisé une fête avec Epstein et 28 très jeunes filles. Est-ce là qu’il a rencontré Mélania ?–   USA. Pédophilie: Bill Clinton, Epstein et le “Lolita Express”–  L’île aux orgies de Jeffrey Epstein: quelles horreurs cache-t-elle?–  USA. Qui est Jeff Epstein, ce milliardaire proche des puissants accusé de « trafic sexuel » de mineures ?–  USA. Qui est Jeff Epstein, ce milliardaire proche des puissants accusé de « trafic sexuel » de mineures ?[4] 11/9 et Jeffrey Epstein: Les Grands Médias mentent–  USA. Résumé global de l’Affaire Epstein [5] USA. Pédophilie: Bill Clinton, Epstein et le “Lolita Express”–  Que font les USA des enfants enlevés à leurs parents immigrés ?–  Epstein “mort”,ses liens saoudiens deviennent un trou noir–  Au cœur des ténèbres : les prédateurs sexuels au sein de l’élite du pouvoir américain–  Une ex-mannequin est internée pour ses révélations sur la pédophilie et les sacrifices d’enfants pratiqués par les Illuminatis

Le vilain visage de l’élite 

Décrit comme un «astéroïde sur le point de frapper le monde des élites», le cas de Jeffrey Epstein pourrait emporter beaucoup de monde. Cependant, cette histoire va beaucoup plus loin que la plupart des sources d’informations actuelles. En effet, tout ce qui s’y rapporte est une pure exploitation occulte d’enfants d’élite.Pire que le Watergate, le Monicagate, Macronleaks réunis, dans le domaine de l’ignoble, la pédophilie, la torture et l’horreur. Et pourtant, ce n’est pas un film. C’est la réalité du chantage organisé par des agents juifs du Mossad pour tenir “par les burnes” les décideurs américains et occidentaux. 
Billionaire Pedophile Under Arrest

L’arrestation de Jeffrey Epstein pour trafic d’enfants a un potentiel explosif et (si des informations importantes sont révélées au public) pourrait exposer au monde le vrai visage de l’élite. La liste des personnes influentes liées à Jeffrey Epstein et à son infâme «Lolita Express» [1] est aussi longue que stupéfiante. On la retrouve ici : http://mk-polis2.eklablog.com/l-integralite-du-petit-carnet-noir-de-jeffrey-epstein-le-pedocriminel–a125448316 Combiné au recrutement systématique et à l’exploitation de mineur(e)s pour le plus grand plaisir des puissants, le dossier pourrait convaincre beaucoup de gens que le «Pedogate» est bien réel [2].En raison de la nature potentiellement explosive de cette affaire, les deux côtés de l’éventail politique travaillent déjà dur pour préparer une histoire au profit de leur parti. Cependant, cette affaire n’a absolument rien à voir avec les termes “conservateur” et “libéral” et a trait à tout ce qui concerne “l’élite”. Des chefs d’État aux membres des familles royales sans oublier des célébrités, des personnalités sociales et des dirigeants de grandes entreprises, des membres de toutes les branches de l’élite se sont réunis pour célébrer la dépravation extrême. Mais maintenant, Epstein est en état d’arrestation et les parties fines ont cessé. Maintenant, il reste une question: toute la vérité écœurante des parties d’Epstein sera-t-elle mise au jour ou l’élite se couvrira-t-elle en ʺsuicidantʺ Epstein?comme cela se pratique à grande échelle dans cette grande démocratie [3].Ce que nous savons déjàJeffrey Epstein est un financier qui a amassé, selon des documents judiciaires, une “richesse extravagante”. Bien que la majeure partie de sa fortune soit d’origine douteuse et qu’elle soit cachée dans des paradis fiscaux offshore, des sources estiment qu’il est (ou a déjà été) un milliardaire.Cette richesse s’accompagnait d’une grande quantité de pouvoir et d’influence. Son célèbre «petit livre noir» contenait les noms de plus de 1000 personnalités de haut niveau dans tous les domaines de la société. Epstein faisait également partie de deux des organisations les plus puissantes du monde: Council on Foreign Relations ( le Conseil des relations étrangères) et Trilateral Commission (la Commission trilatérale). Ces deux entités rassemblent l’élite mondiale pour décider des politiques qui façonnent le monde tel que nous le connaissons. La Commission trilatérale a déjà été accusée d’être un «Effort habile et coordonné pour s’emparer du contrôle et consolider les quatre centres du pouvoir: politique, monétaire, intellectuel et ecclésiastique (…) dans la création d’un pouvoir économique mondial supérieur aux gouvernements politiques des États-nations concernés».  sénateur Barry GoldwaterLa Commission trilatérale a été fondée par David Rockefeller et Zbigniev Brzezinski [4]. Fait intéressant: Epstein était également membre du conseil d’administration de l’Université Rockefeller.Au début des années 2000, Epstein organisa de somptueuses fêtes chez lui, à Manhattan et à Palm Beach, où assistaient de nombreuses personnalités sociales, célébrités et hommes politiques. Il y avait aussi beaucoup de filles mineures. Les amis d’Epstein ont également voyagé sur  son avion privé pour se rendre dans des lieux éloignés. Le jet a été surnommé le «Lolita Express» car il a conduit l’élite à des esclaves sexuelles mineures.En 2005, après que le parent d’une fillette de 14 ans agressée se soit plaint à la police, Epstein a plaidé coupable et a été reconnu coupable par un tribunal de l’État de Floride en 2008 d’avoir sollicité une prostituée et d’avoir procuré une adolescente de 17 ans à des fins de prostitution. Il a passé 13 mois en «garde à vue avec libération pour aller travailler» dans le cadre d’un accord de plaidoyer dans lequel des fonctionnaires fédéraux avaient identifié 36 victimes.Le «petit livre noir» d’Epstein contient les noms de plus de 1000 personnes, allant d’amis proches à des contacts périphériques appartenant aux mondes de la politique, des affaires, des médias et de la haute société européenne et moyen-orientales.Les noms incluent des célébrités telles que Woody Allen, Bill Cosby, Kevin Spacey, Chris Tucker, Ralph Fiennes, Alec Baldwin, David Blaine, Jimmy Buffett et Courtney Love; des personnalités des médias telles que Charlie Rose, George Stephanopoulos, Katie Couric, Mike Wallace et Barbara Walters; Ehud Barak, ancien Premier ministre israélien, Tony Blair, ancien Premier ministre britannique, David Koch, industriel, et John Gutfreund, directeur général de Salomon Brothers, et de son épouse, Susan.Epstein était également un ami proche du milliardaire Leslie Wexner,fondateur du Victoria’s Secret. Selon cet article, le pipeline entre Victoria’s Secret et Epstein a conduit à l’abus d’innombrables modèles mineures et majeures.Epstein a de nouveau été arrêté le 6 juillet 2019 sous l’inculpation de trafic de mineurs à des fins sexuelles en Floride et à New York.

Alors que le prochain procès est décrit comme un «astéroïde prêt à frapper le monde des élites», deux noms attireront probablement le plus l’attention. L’un est l’actuel président des États-Unis, l’autre est un ancien président des États-Unis. Trump et Clinton.
Peu de temps après l’arrestation d’Epstein le 6 juillet, des médias ont immédiatement associé Donald Trump au financier.Ainsi,  NBC News a découvert une vidéo de 1992 montrant Donald Trump en discussion avec Epstein en Floride.

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite

Dans ses commentaires publics les plus complets sur Epstein, Donald Trump a déclaré au magazine New York en 2002:ʺJe connais Jeff depuis quinze ans. Un mec génial. C’est très amusant d’être avec lui. On dit même qu’il aime autant les belles femmes que moi, et beaucoup d’entre elles sont plutôt jeunes. Aucun doute là-dessus – Jeffrey aime sa vie sociale. “ʺEn juillet 2019, l’opinion de Trump sur Epstein a radicalement changé. Il a affirmé l’avoir connu «comme tout le monde le connaissait à Palm Beach». Il a également ajouté à plusieurs reprises qu’il n’était pas «fan» d’Epstein et qu’il ne lui avait pas parlé depuis une quinzaine d’années.En 2007, Epstein aurait été banni du club de Trump. L’allégation d’interdiction figurait dans les documents judiciaires déposés par l’avocat Bradley Edwards.Un autre fait qui pourrait causer du chagrin à Trump: son actuel secrétaire au Travail, Alex Acosta, a joué un rôle important dans la clôture de l’enquête contre Epstein. En 2008, en tant que procureur fédéral dans le sud de la Floride, Acosta a négocié avec Epstein un accord de plaidoyer qui lui permettait d’échapper à une lourde peine pour des allégations antérieures de comportement sexuel condamnable.Bien qu’il existe des liens indéniables entre Trump et Epstein, la relation entre Bill Clinton et Epstein est beaucoup plus complexe. Les dossiers de vol montrent que Clinton a utilisé l’avion d’Epstein au moins 26 fois sur une douzaine de destinations internationales. Les journaux de bord ne contenaient aucun détail relatif aux services secrets pour cinq vols. Epstein était également impliqué dans certains projets de Clinton: il était un grand donateur de la Clinton Foundation. Selon l’avocat Gerald B. Lefcourt, Epstein faisait également «partie du groupe original qui a conçu la Clinton Global Initiative».Si le procès Epstein commençait à creuser les liens entre la Fondation Clinton, son implication en Haïti et le Lolita Express, une boîte de pandore pourrait réserver d’énormes surprises. Mais il y une autre boîte de Pandore qui ne demande qu’à être ouverte: l’île privée d’Epstein, surnommée l’île aux orgies.

Jeffrey servait de maître chanteur
pour le Mossad et la CIA 

L’ histoire quotidienne de Vicky Ward du Daily Beast sur Epstein , le 9 juillet, contient des informations que les médias et ceux qui les contrôlent vous feront oublier à tout prix. Alexander Acosta, ancien avocat américain à Miami, qui avait conclu en 2007 le contrat d’accusation ultra-clément contre Epstein et qui a démissionné de son poste de secrétaire du travail de Trump, a alors été prié de ne pas emprisonner le riche et puissant pédocriminel. Ward écrit: “L’affaire Epstein va-t-elle poser problème [pour les audiences de confirmation]?” Avait été demandé à Acosta. Apparemment, Acosta avait expliqué que, le jour même, il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait conclu un accord avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’il avait «été prévenu» de faire marche arrière, et qu’Epstein était un grade dessus. «On m’a dit qu’Epstein” appartenait à un service de renseignement “et qu’il fallait le laisser tranquille”, a-t-il déclaré à ses intervieweurs lors de la transition de Trump, qui pensait de toute évidence que c’était une réponse suffisante et qui a ensuite engagé Acosta. (Le Département du travail n’a pas fait de commentaire à ce sujet.) Je n’ai pas l’intention d’entrer dans les détails excessifs du passé d’Epstein et de ses associations. Cependant, un prétendu client méga-milliardaire du supposé service de gestion financière d’Epstein est au centre de cette histoire: le magnat de la vente au détail, Leslie Wexner. 
Selon le Wall Street Journal, voici les  Titans de l’industrie qui unissent leurs forces pour de philanthropie juive
Membres nommés:

  1. Leonard Abramson
  2. Charles Bronfman
  3. Edgar Bronfman Sr.
  4. Lester Crown
  5. max Fisher
  6. Harvey Meyerhoff
  7. Charles Schusterman
  8. Steven Spielberg
  9. Michael Steinhardt
  10. Laurence Tisch
  11. Leslie Wexner

Membres supplémentaires:

  1. Leonard Abramson
  2. Sheldon Adelson (maffia des casinos)
  3. Len Bravatnik
  4. Sergei Brin
  5. Larry Ellison (Oracle)
  6. Steve Feinberg
  7. Maurice Greenberg
  8. Prêteur max
  9. Larry Mizel
  10. Larry Page
  11. Haim Saban
  12. Mark Zuckerberg (Facebook)

Le journaliste indépendant Joachim Hagopian a effectué une recherche détaillée sur Wexner et sur sa “relation bizarre” avec Epstein. L’histoire comprend une relation étroite avec le britannique mondain et le plus jeune enfant du défunt éditeur Robert Maxwell. Selon les auteurs Gordon Thomas et Martin Dillon ( Robert Maxwell: Les éditeurs israéliens Superspy , Carrol et Graf, 2002), Maxwell travaillait comme agent double pour le Mossad israélien et le MI6 britannique.Selon les recherches de Hagopian, Wexner, qui est juif (comme Maxwell et Epstein), partageait une relation étroite avec le Mossad. Ce fait est devenu évident avec la publication de « Analyse de Wexner: Les priorités de la communication israélienne 2003 ». Ce document recommandait aux défenseurs pro-israéliens d’invoquer à plusieurs reprises le nom de Saddam Hussein lors de l’invasion néocon de l’Irak. Selon Ali Abunimah: “La Fondation Wexner est une fondation privée qui finance entre autres des initiatives pro-israéliennes, «Birthright Israel», un programme qui permet aux jeunes juifs américains de faire des voyages gratuits en Israël. Le projet Israël est une initiative d’organisations pro-israéliennes, de consultants politiques et d’hommes d’affaires.Hagopian ajoute: Le rapport confirme que Wexner et son organisation caritative, le Mega Group, ont assuré la couverture en tant que front sioniste du Mossad, influençant et dictant activement la politique de guerre américaine au Moyen-Orient. Le Mega Group de Wexner comprend environ 20 autres titans financiers américains juifs qui utilisent leur pouvoir sioniste pour manipuler et contrôler Washington dans la lutte pour mener à bien des guerres illégales pour Israël contre la religion islamique et contre l’Irak, l’Afghanistan, la Syrie, la Libye et le Yémen et éventuellement l’Iran grâce à la création américano-israélienne de terroristes d’Al-Qaïda / EI en tant qu’alliés proxy de la guerre pour justifier un «guerre sans fin contre le terrorisme» préfabriquée par les États-Unis. Wexner et compagnie ont travaillé main dans la main avec les néocons et bi-nationaux israéliens derrière le “Project for a New American Century” appelant à un «nouveau Pearl Harbor», le 9/11 permettant de justifier l’hégémonie mondiale américano-israélienne. Un ancien officier de la CIA et du renseignement militaire, Robert David Steele, estime également qu’Epstein est lié au Mossad dans le cadre d’une opération de chantage complexe. Selon Steele, «l’île [[Lolita]] d’Epstein était équipée de caméras. De nombreux politiciens ont été compromis. C’était une opération du Mossad et de la CIA… Il y a des vidéos de certains puissants dans des positions des plus humiliantes. Si cela sortait dans la presse, non seulement les politiciens seraient ruinés, mais le jeu d’extorsion serait terminé et, tout à coup, l’influence que la CIA et le Mossad exercent sur Washington serait révolue. » ( Entretien avec Steele, émission radio du Millennium Report, 18 février 2017. ) Ceci explique le commentaire d’Acosta et la peine remarquablement légère et probablement sans précédent d’Epstein pour avoir violé des enfants. En effet, les contrôleurs d’Epstein sont bien au-dessus du niveau d’Acosta et il est peu probable que l’histoire complète de cette opération de chantage ne verra jamais la lumière du jour – et s’il le fait, comme le scandale sexuel Franklin avant lui, les grands médias le transformerons en théorie du complot au même titre que le Pizzagate. Tous les obstacles seront évités pour empêcher le public de savoir que les États-Unis et Israël font chanter nos “représentants” au moyen de relations sexuelles illicites afin d’obtenir leur soutien pour le plan visant à mener une guerre éternelle et à faire avancer le plan sioniste pour le “Grand Israël” et sa domination. au Moyen-Orient. Les secrets de l’île d’Epstein

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite

Vue aérienne de Little Saint James – l’île aux orgies de Jeffrey Epstein.Situé dans les îles Vierges américaines, le Little Saint James est la résidence principale de Jeffrey Epstein depuis son achat en 1998. Peu de temps après, l’île avait acquis une réputation dégoûtante.“On l’a surnommée “l’île du péché ”. Le Little Saint James est également connu des habitants de la région sous les appellations «Île des pédophiles» et «Île orgie». Selon The Independent, «l’île d’Epstein a acquis une réputation de dépravation et il semblerait que des adolescentes aient été forcées de prendre part à des orgies». Selon les avocats des victimes présumées d’Epstein, l’île de Little St. James est l’endroit où de nombreux crimes parmi les pires contre les mineurs ont été commis par Epstein et ses amis qui l’y ont accompagné. Des documents de la cour allèguent que Epstein avait forcé Virginia Roberts, alors âgée de 17 ans, à avoir des relations sexuelles avec le prince Andrew à trois occasions – à Londres, à New York et dans le cadre d’une orgie à Little St. James. “- Little St. James, WikipediaSelon la plupart des chercheurs, Little St. James est l’épicentre du scandale Epstein. On pense qu’un grand nombre de personnes riches et puissantes se sont rendues sur cette île isolée pour abuser d’une réserve apparemment infinie de mineures qui auraient été fournies par une équipe de trafiquants d’êtres humains.Un examen plus approfondi de l’île révèle d’étranges détails qui demandent à être approfondis. Tout sur l’île semble être construit sur mesure pour répondre à la dépravation extrême de l’élite occulte.

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite
Une image du mystérieux «temple» construit sur l’île privée de Jeffrey Epstein.

Le fait qu’un «temple» ait été construit sur une île connue pour son extrême dépravation est inquiétant. Cependant, quand on comprend pleinement l’état d’esprit de l’élite occulte, cela prend tout son sens. Tout est une question de symbolisme et de rituel.Par exemple, le «temple» a une ressemblance frappante avec Hammam Yalbugha – un bain public de l’époque mamelouke situé en Syrie.

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite
Hammam Yalbugha à Alep, en Syrie. Il a été construit en 1491.

Pourquoi Epstein a-t-il modelé son “temple” sur ce bâtiment spécifique? A cause du symbolisme qui y est attaché. En effet, le hammam est un exemple classique de l’architecture de l’ère mamelouke. En arabe, le mot «mamluk» signifie littéralement «propriété» et est utilisé pour désigner des « esclave ».Au cours de l’ère mamelouke, les enfants étaient capturés par la classe dirigeante pour devenir des esclaves. Les garçons étaient généralement formés pour devenir soldats tandis que les filles étaient préparées pour devenir les concubines personnelles de leurs maîtres. Compte tenu du fait que l’île d’Epstein était utilisée pour importer des enfants esclaves sexuelles  pour l’élite, le symbolisme convient parfaitement.Afin de donner au «temple» une dimension occulte indéniable, le bâtiment était orné de statues en or représentant des dieux (Neptune) et des oiseaux ressemblant à des hiboux. Le bâtiment est également entouré de motifs en labyrinthe, semblables à ceux de l’architecture islamique.Pour avoir une meilleure idée de l’île d’Epstein, je vous suggère de visionner cette séquence faite par des drones qui fournit de superbes images d’éléments vraiment étranges.Un détail à examiner d’urgence est la présence éventuelle de tunnels souterrains.

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite
Des images de drones révèlent que le temple est situé à une altitude de 20 mètres. Juste en dessous, il y a ce qui cela semble être une entrée de tunnel.

D’autres images de drones révèlent l’existence de plusieurs entrées :

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite

C’est là que les théories deviennent extrêmement sombres. Certaines sources affirment qu’un système complexe de tunnels a été construit sous la surface de l’île – c’est là que se produisent les abus les plus horribles envers les enfants.Au centre de l’île se trouve un cadran solaire effrayant qui regorge de détails étranges.
Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite

Le cadran solaire est entouré de bancs. Qui y est mis assis et pourquoi? Font-ils partie d’une sorte de rituel? Un grand rocher plat a été placé sur le numéro XII.La conception de la face solaire sur le cadran solaire est également extrêmement symbolique. C’est presque une réplique de la tête de «l’homme maçonnique», telle qu’elle est décrite dans les documents maçonniques classiques.

Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult Elite
Lithographie classique maçonnique représentant «l’homme maçonnique». La face solaire est presque identique au cadran solaire de l’île Epstein.

Une étude approfondie de l’île d’Epstein mènerait probablement à des découvertes extrêmement troublantes. Cependant, comme le montre cette récente séquence d’images, le «temple» semble faire l’objet de «rénovations» (divers outils peuvent être vus à travers la fenêtre), tandis que le dôme doré et les autres statues dorées ont disparu. Selon Qanon, Epstein a dépensé plus de 29 millions de dollars pour enterrer les tunnels souterrains situés sous l’île.L’élite essaie-t-elle désespérément de couvrir ses traces alors qu’Epstein est le bouc émissaire? Les médias semblent déjà blanchir la vérité. Certaines sources d’information publient déjà des articles (comme celui-ci) selon lesquels le “temple” était en fait le gymnase d’Epstein.En conclusionL’affaire Epstein pourrait exploser à la face de l’élite. Selon les médias «libéraux», l’affaire pourrait relier Donald Trump à Epstein et lui causer un tort grave lors des prochaines élections. Selon des médias «conservateurs», l’affaire pourrait enfin mettre en lumière l’association profonde qui existe entre les Clinton et Jeffrey Epstein, tout en révélant le réseau louche de trafic d’enfants mis en avant par la Fondation Clinton.

Cependant, pour les chercheurs de vérité sans agenda politique, cette affaire est l’occasion d’exposer l’état d’esprit pervers, dépravé et sadique de l’élite occulte, qui prend plaisir à voler l’innocence des enfants tout en affichant son symbolisme au monde [5]. Les sombres secrets de l’île d’Epstein et de l’élite occulte seront-ils enfin révélés au monde? Ou les médias filtreront-ils et censureront-ils les informations qui vont à l’encontre des intérêts de leurs propriétaires de l’élite? 


Sources diverses  dont :  The Vigilant Citizen : Jeffrey Epstein: The True Ugly Face of the Occult EliteJeffrey Epstein servait de maître chanteur pour le Mossad et la CIANOTES
[1] USA. Pédophilie: Bill Clinton, Epstein et le “Lolita Express”[2] PédoGate : le réseau pédophile mondial –    PizzaGate. Résumé global de l’affaire.–    Un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur US: La CIA et le Mossad sont derrière le réseau de pédophiles à Washington DC –    La star de « Smallville » avoue qu’elle a vendu des enfants aux Rothschilds et aux Clintons–    Trafic d’enfants pour le sexe : les Nations Unies, la Fondation Oxfam & la Fondation Clinton impliquées–    French Pedogate : les liens entre Macron et le réseau pédocriminel américain[3] USA. Guccifer le hacker a “été suicidé”. S’opposer à Hillary devient mortel.–    USA. TOUS les témoins gênants sont “suicidés” par le Parti Démocrate. Police complice.–    George Michael a “été suicidé”–    Le chef auditeur comptable de l’OTAN qui a découvert le financement d’ISIS/Daech par les USA a “été suicidé”[4] La TrilatéraleLa commission trilatérale est think-tank mondialiste rassemblant certaines grandes puissances occidentales. Il faut connaître un peu le co-créateur de la Trilatérale pour constater qu’il n’y a pas de hasard. Celui-ci est en effet le chef d’une puissante secte maçonnique internationale exclusivement juive.« Cette organisation secrète fut créée en juin 1972 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski, notamment parce que les organisations bien établies, telles que les Nations unies, n’allaient pas assez vite pour mettre en place le « Gouvernement mondial unique ». Cette organisation élitaire a pour but de réunir dans un seul pool les puissances de pointe des géants de l’industrie et de l’économie, c’est-à-dire des nations trilatérales – États-Unis, Japon et Europe de l’Ouest – et elle vise à créer, une fois pour toutes, le « Nouvel Ordre mondial ». Cette organisation permet à l’élite venant de diverses branches de la franc-maçonnerie de se rencontrer à une échelle mondiale pour collaborer à un travail secret ; elle doit aussi élargir l’influence politique des « Bilderberger ». La plupart des membres européens avaient des contacts avec les Rockefeller pendant des années. Cette organisation se compose d’environ 200 membres qui, contrairement aux Bilderberger, sont permanents. La « Commission trilatérale » contrôle avec les membres du CFR toute l’économie des Etats-Unis, la politique, l’appareil militaire, le pétrole, l’énergie etc. Ses membres sont, entre autres, des patrons de konzerns, des banquiers, des agents immobiliers, des économistes, des politologues, des avocats, des éditeurs, des dirigeants syndicalistes, des présidents de fondations et des éditorialistes.[5] FRANCE. Emmanuel Macron, jeune prostitué des Rothschild, est un franc-maçon de haut niveau–    Bohemian Grove: Les Illuminati se rencontrent pour des rituels sataniques–    Stanley Kubrick et les cultes sataniques chez les “élites” super riches–    Une transfuge juive des Illuminati décrit des rituels horribles–    Mafia Khazare et satanisme. Un dîner chez les RothschildVOIR AUSSI :-    Des Françaises de 12 ans « offertes » à Epstein : la presse s’est tue–    Pédophilie : le Parisien Epstein se rendait au Maroc

La mafia et leurs gangsters vont-ils assassiner Ghislaine Maxwell ?


Si la mafia et les gangsters ne peuvent pas assassiner Ghislaine Maxwell, alors des gens comme le Prince Andrew sont dans un état de tranquillité profonde.
On nous dit que Ghislaine Maxwell, la mondaine britannique qui a recruté des filles mineures pour Jeffrey Epstein et des oligarques comme le prince Andrew, “a des copies de tout ce que possédait Epstein”, y compris “a une cachette secrète de cassettes de sexe de pédophiles” qui pourraient facilement impliquer des gens comme Alan Dershowitz, Donald Trump… Un ami de Maxwell a rapporté : “Ghislaine a toujours été aussi rusée qu’ils le sont. Elle n’allait pas rester avec Epstein toutes ces années sans avoir d’assurance. La cachette secrète de cassettes de sexe que Ghislaine a, je crois, fait disparaître pourrait lui permettre de sortir de prison si les autorités sont prêtes à faire un échange. Elle a des copies de tout ce que possédait Epstein. Elles pourraient impliquer des personnes tordues.

“Si Ghislaine tombe, elle va emmener tout le foutu lot avec elle. Non seulement Epstein aimait se filmer avec des filles mineures, mais il voulait être sûr d’avoir quelque chose à cacher aux hommes riches et puissants qui profitaient de ses largesses malsaines.

“Je parie tout ce que vous voulez qu’une fois qu’on aura découvert que Ghislaine a ces cassettes, ces hommes trembleront dans leurs bottes de cuir italiennes. Ghislaine a fait en sorte de se débarrasser des clés USB de tout ça. Elle sait où tous les corps sont enterrés et elle utilisera tout ce qu’elle avait pour sauver ses fesses.”

Il est évident que les oligarques, l’élite, les gangsters et la mafia qui ont manifestement assassiné Epstein tenteront également d’assassiner Maxwell. Ils ne veulent pas tomber dans le piège de la pédophilie. Ils veulent être respectés et vénérés. On nous dit que Maxwell a été placé sous surveillance. Il semble que nous répétions l’histoire ici.

‘Elle a des copies de tout ce que possédait Epstein.’ Ghislaine Maxwell “a une réserve secrète de cassettes sexuelles de pédophiles” qui pourraient impliquer les plus puissants du monde et “va essayer de les utiliser pour se sauver””, Daily Mail, 6 juillet 2020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !