CHEMTRAIL


La science de la traînée


Eh bien, on dirait que le chat est sorti du sac. Le gouvernement secret a fait une erreur et a autorisé la diffusion d’une émission spéciale de History Channel qui a fait déborder le vase sur tout le programme de Chemtrail !

Ce qui est malheureux dans cette émission, c’est qu’en ce qui concerne les “chemtrails”, tout n’est que théorie et aucun fait. Loin de “valider” toute théorie sur les “chemtrails”, l’émission ne fait que répéter la théorie. De plus, il s’agit simplement d’une plateforme permettant à William Thomas de répéter les mêmes absurdités qu’il a débitées ces dix dernières années, en ignorant totalement la science et le bon sens. Par exemple :

Thomas : Je pense que la plupart d’entre nous se sont interrogés sur ces panaches qui sillonnent le ciel en quadrillages, en rangées et en X désormais familiers, et beaucoup d’entre nous se sont demandés ce que sont ces traînées.

En fait, non – la plupart des gens ne se demandent pas ce que sont ces panaches. Et pour ceux qui le font, nous savons EXACTEMENT ce qu’ils sont. Ce sont des traînées de condensation. Cela a été expliqué à maintes reprises, avec une grande quantité de preuves scientifiques et historiques à l’appui. Quelles sont les preuves fournies par Thomas ? Aucune. Zéro. Zéro. Nada.

En fait, toute la théorie de Thomas est basée sur une simple idée fausse qu’il continue à répéter encore et encore, en ignorant totalement toute preuve du contraire. Il prétend que les traînées de condensation “normales” disparaissent en quelques secondes et que les traînées de condensation “chimiques” durent des heures. C’est manifestement faux. Les traînées de condensation durent plus ou moins longtemps en fonction des conditions météorologiques à l’altitude où elles se forment. Elles peuvent durer des heures et s’étendre pour couvrir le ciel. N’importe quel livre sur les nuages vous le dira, et des traînées de condensation ont été observées depuis 1921.

Pourtant, Thomas parvient à faire entrer ses bêtises dans le spectacle :

VO : Au début, on dirait que ce sont de simples traînées de condensation, provenant d’avions à réaction volant à haute altitude. Mais ces traînées s’attardent dans le ciel pendant de nombreuses heures, certaines même pendant toute une journée, formant un nuage artificiel

Il semble que, comme Thomas, les scénaristes de l’émission aient choisi d’ignorer le fait que C’EST CE QUE FONT CERTAINS CONTRAILS !

Il suffit de lire l’article de l’Encyclopædia Britannica sur les traînées de condensation (traînées de condensation) :

Traînée de condensation, courant de nuage parfois observé derrière un avion volant dans un air clair, froid et humide. Elle se forme lors de la condensation de la vapeur d’eau produite par la combustion du carburant dans les moteurs d’avion. Lorsque l’humidité relative ambiante est élevée, le panache de cristaux de glace qui en résulte peut durer plusieurs heures. Il peut être déformé par les vents, et parfois il s’étend vers l’extérieur pour former une couche de cirrus.

Ou lisez “A Field Guide to the Atmosphere”, de Schaefer et Day, 1981 :

“Parfois [les traînées de condensation] sont éphémères et se dissipent aussi vite qu’elles se forment ; d’autres fois, elles persistent et s’élargissent suffisamment pour couvrir une partie importante du ciel d’une feuille de cirrostratus” (page 137)

Ou lisez, tous ces articles sur les traînées de condensation. En particulier celui intitulé “Airborne Observations of Contrail Effects on the Thermal Radiation Budget”, de 1970 :

La propagation des traînées de condensation des avions à réaction dans de vastes cirrus est un spectacle familier. Souvent, lorsqu’il existe des traînées de condensation persistantes entre 25 000 et 40 000 pieds, plusieurs longues traînées de condensation augmentent en nombre et se fondent progressivement en une feuille entrelacée presque solide.
Le développement et la propagation des traînées de condensation commencent le matin avec le début du trafic des avions à réaction et peuvent s’étendre d’un horizon à l’autre lorsque le trafic aérien atteint son maximum. La figure 1 est un exemple typique de traînées de condensation en milieu de matinée qui se sont produites le 17 décembre 1969 au nord-ouest de Boulder. Au milieu de l’après-midi, les conditions du ciel étaient devenues celles de la figure 2 : une nappe de traînée de condensation presque solide, d’une profondeur moyenne de 500 m.

The History Channel est une chaîne de divertissement, pure et simple. Ils font des émissions sur les OVNI, les voyants, les astronautes anciens, etc., sans aucune prétention d’objectivité scientifique. Ils veulent une histoire divertissante, et si cela signifie ignorer les faits, et interviewer les personnes ayant la théorie la plus divertissante.


La conspiration des chemtrails au crible de la science

Une équipe a soumis à un panel de 77 scientifiques les arguments développés par les partisans de cette théorie selon laquelle des avions sont massivement et secrètement utilisés pour disperser des produits chimiques.

Les trainées derrière un avion

Un exemple d’image reprise par certains sites conspirationnistes comme une “preuve” d’un programme d’épandage massif de produits chimiques via des avions. Ici, c’est la couleur de la trainée qui est jugée suspecte 

RUMEUR. “Lorsque les gens apprennent que je suis un chercheur qui travaille dans le domaine de l’étude du climat, beaucoup m’interrogent sur ce que je pense des “chemtrails”” explique Ken Caldeira, chercheur au département écologie de l’institution Carnegie pour la science (États-Unis). Le terme chemtrails, mot valise entre les termes anglais chemical (chimique) et trails (traînées), désigne une théorie conspirationniste selon laquelle des avions (de ligne ou militaires) seraient utilisés pour répandre, dans le plus grand secret, des produits chimiques dans l’atmosphère. Dans quel but ? Modifier le climat ou la météo, influencer l’agriculture, ralentir (ou accélérer) le réchauffement climatique, disperser des agents biologiques ou chimiques pour contrôler les populations… Les versions sur le rôle supposé de ces dispersions varient d’un site à l’autre. Une étude conduite en 2011 sur un panel de 3.105 personnes résidant aux Etats-Unis, au Canada et en Grande Bretagne chiffre à 2,6% le nombre de personnes qui sont “persuadées” de l’existence d’un tel programme secret. Et 14% des personnes interrogées pensent que cela est “partiellement vrai”.

La conspiration des chemtrails, de la fumée sans feu

“Lorsque les gens me demandent ce que je pense des chemtrails, je leur répond d’habitude qu’elles me semblent très bancales”, poursuit Ken Caldeira dans une vidéo (voir plus bas) “mais je ne suis pas moi-même spécialiste du domaine.” Peu satisfait de cette réponse, le chercheur s’est donc mis en quête d’études scientifiques susceptibles d’apporter une réponse documentée aux arguments avancés par les nombreux sites qui relaient cette théorie. “Je me suis alors aperçu qu’il n’y avait aucune étude scientifique qui s’intéressait réellement aux arguments avancés par les partisans de la théorie des chemtrails“, poursuit-il. Qu’à cela ne tienne : avec l’aide de deux autres chercheurs et d’un spécialiste de ces théories conspirationnistes, Ken Caldeira a sollicité les compétences de scientifiques susceptibles d’avoir un avis pertinent sur la question. Des centaines de chercheurs, sélectionnés en fonction du nombre de citations de leurs articles scientifiques durant les 20 dernières années, ont été contactés. 77 d’entre eux ont accepté d’étudier les éléments de preuve avancés par les sites relayant la théorie de la conspiration des chemtrails. À savoir des photographies de traînées laissées par les avions dans le ciel, (jugées suspectes du fait de leur forme, de leur couleur, ou encore de leur persistance), ou des rapports d’analyse d’échantillons prélevés sur le terrain. En l’occurrence, les rapports de trois analyses (que l’on suppose rigoureuses et non trafiquées) effectuées en laboratoire sur des sédiments, des prélèvements d’air contenant des particules atmosphériques, et un échantillon de neige.

En fonction de leur domaine de compétence, les experts ont été séparés en deux groupes : l’un chargé d’analyser les arguments portant sur les anomalies supposées des traînées de condensation des avions, l’autre sur les données relatives à la pollution atmosphérique et la redéposition des particules. Les scientifiques avaient pour mission de répondre à une question simple : “Est-ce que selon vous, cet élément est la preuve d’un programme de chemtrails, ou est-ce qu’il y a possiblement une autre explication plus simple ?”

Un verdict (presque) unanime

Verdict : en ce qui concerne les photos de trainées suspectes, les experts en chimie atmosphérique sont unanimes : l’explication la plus simple – et donc la plus probable selon le principe de raisonnement du Rasoir d’Ockham – à ce qui ressemble à des anomalies sur les photos n’est pas celle d’un vaste programme secret d’épandage. Tous les chercheurs voient une explication plus simple aux “anomalies” dans chacun des clichés qui leur ont été soumis (variation de pression ou d’humidité de l’atmosphère, réfraction de la lumière sur des cristaux de glace, température, particules de kérosène…)

Les réponses du groupe de géochimistes (composée de 28 chercheurs) qui se sont concentrés sur les résultats d’analyse des trois échantillons suspects sont presque aussi unanimes. Pour l’écrasante majorité des chercheurs (82 à 89% d’entre eux) les “étranges” taux d’aluminium, de strontium, de cuivre ou de manganèse dans les échantillons peuvent être expliqués autrement que par un programme d’épandage massif : pollution industrielle, dépôt naturel, ou simplement une valeur certes haute mais pas forcément hors normes…. Une petite portion d’entre eux juge les données insuffisantes pour pouvoir conclure (absence d’information sur la présence d’industries environnantes par exemple). Un seul des 28 chercheurs de ce groupe estime toutefois que l’explication la plus probable à ces résultats est bien liée à un programme secret d’épandage massif.

L’équipe de Ken Caldeira, dont les résultats ont été publiés le 10 août 2016 dans la revue Environmental Research Letters a par ailleurs demandé à chacun de ces 77 experts si, au cours de leurs recherches ou leur vie personnelle, ils avaient eu l’occasion de croiser quelque preuve que ce soit qui puisse accréditer la théorie de la conspiration des chemtrails. Tous ont répondu de manière négative, à l’exception de ce même géochimiste qui raconte avoir eu l’occasion de “mesurer de fortes teneur en baryum dans l’atmosphère, dans des régions reculées, alors que les niveaux de baryum dans le sol étaient faibles“.

Ken Caldeira, chercheur au département écologie de l’institution Carnegie pour la science, aux États-Unis, présente une étude visant à soumettre les arguments des partisans de la théorie des chemtrails à l’expertise de scientifiques. ©Environmental Research Letters

En d’autres termes : 98,7% des 77 scientifiques spécialistes des traînées de condensation, de la pollution atmosphériques et de la redéposition des particules estiment que les arguments avancés par les partisans de la théorie des chemtrails sont erronés ou insuffisamment documentés pour constituer une véritable preuve. “L‘objectif de cette étude n’est pas de faire changer d’avis les fanatiques de ces théories, mais de rendre accessible à ceux qui doutent, une véritable expertise scientifique sur le sujet“, précise Ken Caldeira. 

En effet, ces théories ont le vent en poupe. Notamment du fait de l’essor des recherches (essentiellement théoriques, via des modèles informatiques) visant à étudier si la dispersion de particules dans l’atmosphère pourrait, par exemple, freiner le réchauffement climatique. De même, quelques expériences conduites sur le terrain, par exemple pour ensemencer les nuages avec des cristaux de sel pour faire pleuvoir dans certaines régions arides ou encore l’émission de particules d’iodure d’argent par des canons pour prévenir la formation de gros grêlons alimentent la machine à fantasmes. Mais entre ces quelques expériences pas franchement efficaces, et un vaste complot mondial mettant en scène des milliers d’avions réalisant des dispersions massives dans l’atmosphère et sur les populations, il y a un large fossé. 

  • jc0132  Lecteur assez regulier de Sciences et Avenir via la bibliotheque, je dois dire qu’ici je suis decu. Cet article ne demontre pas la moindre intelligence dans la collecte d’informations, leur analyse, leur comparaison et interpretation. Faire confiance a Carnegie,c’est demander a un renard de ne pas manger les poules. Pour ma part, j’ai acquis, apres de longues observations et lectures, et de nombreuses photos, la totale certitude de leur existence. Nous nous faisons massivement gazer comme de vulgaires insectes et vivons une omerta scandaleuse. Soit nous reagissions en informant massivement nos maries (plus haut, ils sont deja corrompus), soit ces ciels blancs seront notre linceul. Alors que le dioxide de titane sera interdit des 2020, les poisons toxiques diffuses au dessus de nos tete ne sont meme pas pris en compte. Qu’est-ce qui fait a ce point peur aux dirrigeant pour rester aussi passifs face a une mortalite annoncee a 2 millard de personnes acause de ces epandages. J’insiste ici : pour qui cherche un peu, des documents tout a fait officiels existent et sont disponibles sur le net prouvant ces epandage a des fins clamitiques. Ce qu’on dit moins, c’est le lien avec la 5G. Le mots “complot” ou “conspiration” est utilise soit par les ignorant face a des gens qui se renseignent, soit par les gouvernement forces de ne rien dire a la population. Trempe dans ces epandages l’ONU, l’OTAN et l’OMS …J’ALERTE
  • pierrechataigne  Juste après avoir lu cet article, je me suis dis que finalement il y avait peu de chance pour que les chemtrails existent.. Puis j’ai réfléchis.. Et finalement il ne change pas grand chose à mon doute… Il y a des arguments.. Je les prends en compte.. Mais je trouve que le même problème se trouve souvent chez les debunker et les conspirationnistes, ont a des éléments intéressant mais on les présente comme des preuves absolues sans toujours présenter les sources, les calculs,… J’ai trouvé ça comme source : <a rel=”nofollow” href=”http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/11/8/084011/pdf” title=”http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/11/8/084011/pdf” >http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/11/8/084011/pdf</a> j’avoue que je n’ai pas encore tout lu.. Mais je suis étonné par le fait qu’il n’y aie que 10 pages et pas tant de données… Ah mais je n’ai pas de certitudes, je cherche la vérité sans a priori.. Mais finalement si les chemtrails existent, ils dois bien y avoir des scientifiques qui s’en occupent.. J’en trouve 50, 60 ou même 70 et je leur demande leur avis.. Si c’est un phénomène mondial on dois bien en trouver autant.. Je sélectionne les “preuves” et les photos des conspis, pour trouver les moins pertinentes, celle qu’on peu expliquer le plus facilement.. Enfin, pourquoi l’aspartame et autre ogm , poison nanotech sont ils autorisé ? Parce que les scientifiques engagé ont tout intérêts a prouver que ce n’est pas si dangereux.. Si on découvre des dangers sur les rats à partir de 6 mois, les études n’auront des données que sur 5 mois ou autres stratagèmes…J’ALERTE
  • batoral  Donc ce Ken Caldeira bosse pour la Carnegie Institution for Science, basée à Washington. Nul doute que cette institution rend ses conclusions en toute impartialité, et que ceux qui la financent ne sont pas aussi ceux qui investissent dans la géoingénierie. Il est pourtant aisé, dans certaines régions de France, de voir ces traînées blanches qui s’estompent dans le ciel au fil des heures, laissant un voile laiteux freiner les rayons du soleil. Sans aller jusque dans l’analyse physico-chimique de ces substances, il serait un déni de vérité que d’affirmer qu’il n’y a pas d’épandage, volontaire ou non. Pour se faire un avis un peu plus français : Reportage Enquète de Région du 28 mars 2014 https://<a rel=”nofollow” href=”http://www.youtube.com/watch?v=sgnakdcwRlE” title=”www.youtube.com/watch?v=sgnakdcwRlE” >www.youtube.com/watch?v=sgnakdcwRlE</a>

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !