TRAORÉ

𝐒𝐢 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐧𝐞 𝐫é𝐟𝐥é𝐜𝐡𝐢𝐬𝐬𝐨𝐧𝐬 𝐩𝐚𝐬, 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐚𝐥𝐥𝐨𝐧𝐬 𝐭𝐫𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐧𝐨𝐫𝐦𝐚𝐥 𝐪𝐮𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐚𝐮𝐭é𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐝é𝐠é𝐧è𝐫𝐞𝐧𝐭 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐚 𝐜𝐢𝐫𝐜𝐨𝐧𝐜𝐢𝐬𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐯𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐞𝐧 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐯𝐢𝐨𝐥𝐞𝐧𝐭𝐞𝐬 𝐚𝐯𝐞𝐜 𝐮𝐧 𝐠𝐨𝐮𝐭 𝐢𝐦𝐦𝐨𝐝é𝐫é 𝐝𝐮 𝐬𝐚𝐧𝐠. 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐣𝐞 𝐥’𝐞𝐱𝐩𝐥𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐮𝐧 𝐠𝐫𝐚𝐧𝐝 𝐝é𝐬𝐞𝐫𝐭 𝐝’𝐚𝐮𝐭𝐢𝐬𝐭𝐞𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐧’𝐞𝐧𝐭𝐞𝐧𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐫𝐢𝐞𝐧, 𝐥𝐚 𝐜𝐢𝐫𝐜𝐨𝐧𝐜𝐢𝐬𝐢𝐨𝐧 𝐚 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐛𝐮𝐭 𝐝𝐞 𝐜𝐫é𝐞𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐢𝐧𝐝𝐢𝐯𝐢𝐝𝐮𝐬 𝐜𝐚𝐩𝐚𝐛𝐥𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐭𝐮𝐞𝐫 𝐬𝐚𝐧𝐬 𝐞𝐦𝐩𝐚𝐭𝐡𝐢𝐞 𝐚𝐮𝐜𝐮𝐧𝐞… 𝐞𝐭 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐝é𝐠é𝐧é𝐫𝐞𝐬𝐜𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐪𝐮𝐢 𝐞𝐬𝐭 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐥𝐞 𝐬𝐚𝐧𝐠 𝐦ê𝐦𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐠é𝐧𝐢𝐭𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐯𝐚 𝐚𝐥𝐥𝐞𝐫 𝐝𝐞 𝐩𝐢𝐫𝐞 𝐞𝐧 𝐩𝐢𝐫𝐞 𝐜𝐚𝐫 𝐢𝐥 𝐞𝐱𝐢𝐬𝐭𝐞 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐟𝐚ç𝐨𝐧𝐬 𝐝𝐞 𝐯𝐢𝐯𝐫𝐞… 𝐬𝐨𝐢𝐭 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐮𝐧 𝐜𝐞𝐫𝐜𝐥𝐞 𝐯𝐢𝐜𝐢𝐞𝐮𝐱 𝐞𝐱𝐩𝐨𝐧𝐞𝐧𝐭𝐢𝐞𝐥, 𝐬𝐨𝐢𝐭 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐮𝐧 𝐜𝐞𝐫𝐜𝐥𝐞 𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐞𝐮𝐱 𝐪𝐮𝐢 𝐦𝐞𝐭 𝐞𝐧 𝐚𝐯𝐚𝐧𝐭 𝐥’𝐡𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐢𝐧𝐭𝐚𝐜𝐭 qui respecte 𝐥𝐚 𝐧𝐚𝐭𝐮𝐫𝐞. 𝐕𝐨𝐮𝐬 𝐩𝐨𝐮𝐫𝐫𝐞𝐳 𝐫𝐞𝐦𝐚𝐫𝐪𝐮𝐞𝐫 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐚 𝐯𝐢𝐨𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐪𝐮𝐢 𝐚𝐮𝐫𝐚𝐢𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐛𝐮𝐭 𝐝𝐞 𝐜𝐚𝐥𝐦𝐞𝐫 𝐮𝐧 𝐦𝐚𝐥 ê𝐭𝐫𝐞 s𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐜𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐫𝐚𝐛𝐞𝐬, 𝐥𝐞𝐬 𝐣𝐮𝐢𝐟𝐬 𝐞𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐧𝐨𝐢𝐫𝐬 𝐜𝐢𝐫𝐜𝐨𝐧𝐜𝐢𝐬… 𝐚𝐢𝐧𝐬𝐢 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐦é𝐫𝐢𝐜𝐚𝐢𝐧𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐩𝐫𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐧𝐜𝐨𝐫𝐞 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐛𝐚𝐫𝐛𝐚𝐫𝐢𝐞 à 𝟒𝟎%… 𝐃𝐞 𝐬𝐞 𝐦𝐮𝐭𝐢𝐥𝐞𝐫 𝐥𝐚 𝐛𝐢𝐭𝐞 𝐞𝐬𝐭 𝐮𝐧 𝐫𝐢𝐭𝐞 𝐬𝐚𝐭𝐚𝐧𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐜𝐨𝐦𝐩𝐥è𝐭𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝é𝐛𝐢𝐥𝐞 𝐪𝐮𝐢 𝐜𝐫é𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐦𝐨𝐧𝐬𝐭𝐫𝐞𝐬… 𝐇𝐨𝐫𝐬 𝐚𝐮𝐣𝐨𝐮𝐫𝐝’𝐡𝐮𝐢 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐧’𝐚𝐯𝐨𝐧𝐬 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐛𝐞𝐬𝐨𝐢𝐧 𝐝𝐞 𝐠𝐮𝐞𝐫𝐫𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐬𝐚𝐧𝐠𝐮𝐢𝐧𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐜𝐨𝐦𝐛𝐚𝐭 𝐪𝐮𝐢 𝐞𝐬𝐭 𝐫𝐞𝐦𝐩𝐥𝐚𝐜é 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐝𝐫𝐨𝐧𝐞𝐬. 𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐚𝐯𝐨𝐧𝐬 𝐛𝐞𝐬𝐨𝐢𝐧 𝐝𝐞 𝐠𝐞𝐧𝐬 𝐧𝐨𝐫𝐦𝐚𝐮𝐱 𝐪𝐮𝐢 𝐝é𝐬𝐢𝐫𝐞𝐧𝐭 𝐯𝐢𝐯𝐫𝐞 𝐞𝐧 𝐩𝐚𝐢𝐱… sans 𝐠𝐮𝐞𝐫𝐫𝐞 ! Si vous supprimez 𝐑𝐨𝐭𝐡𝐬𝐜𝐡𝐢𝐥𝐝 et sa mafia destructrice 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐧’𝐚𝐮𝐫𝐞𝐳 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐝𝐞 banquiers pourris qui financent 𝐝𝐞𝐬 𝐠𝐮𝐞𝐫𝐫𝐞𝐬 𝐟𝐫𝐚𝐭𝐫𝐢𝐜𝐢𝐝𝐞𝐬… La nature nous permet tout naturellement de vivre ensemble car le français n’est pas raciste… pire, il est indifférent ! Mais pas avec des sauvages qui se coupent la bite pour faire monter l’adrénaline et s’exciter devant le sang !

L’étrange arrêt-maladie d’Assa Traoré

Assa Traore, en grande forme place de la République à Paris, le 13 juin 2020

Toute la racaille est réunie…
il ne manque que Mélanchon et Soros !

La porte-parole du comité Vérité pour Adama était salariée de l’Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild jusqu’en décembre 2019. Elle a milité pendant un an alors qu’elle était officiellement en arrêt-maladie.


L’histoire est désormais connue de la France entière. Le 19 juillet 2016, un jeune homme nommé Adama Traoré décède à la gendarmerie de Persan, Val d’Oise, à la suite d’un contrôle d’identité mouvementé, le jour de son vingt-quatrième anniversaire. Figure de proue du comité Vérité pour Adama, sa demi-sœur Assa Traoré se bat depuis bientôt quatre ans pour que les gendarmes ayant procédé à son interpellation soient mis en examen, ce que les juges d’instruction n’ont pas considéré comme justifié.

Notre Angela Davis tricolore, accablée par la maladie?

Assa Traoré répète souvent qu’elle a appris le décès d’Adama alors qu’elle se trouvait en Croatie pour « déplacement professionnel ». C’est exact, mais à préciser. En tant qu’éducatrice spécialisée, elle encadrait avec une collègue un groupe de sept adolescents en voyage à Rabac, une station balnéaire de la côte Adriatique. Une semaine de vacances offerte à des jeunes défavorisés, ce qui cadre mal, bien sûr, avec le discours martelé par le comité Adama sur les populations racisées-abandonnées-persécutées des cités.

Le nom de l’employeur d’Assa Traoré cadre encore plus mal avec ce discours. Il s’agit d’une fondation issue d’un réseau qui venait en aide sous l’occupation à des jeunes ayant de réelles raisons de courir pour échapper aux contrôles d’identité : l’Oeuvre de protection des enfants juifs (Opej). Créée en 1945, l’Opej est désormais un acteur du social avec délégation de service public. Elle s’occupe de tous les enfants en difficulté, sans distinction de confession. Son nom complet est Opej-Baron Edmond de Rothschild, car il bénéficie du soutien généreux de la fondation Rothschild.

Assa Traoré a publié au Seuil en mars 2017 un livre-témoignage écrit avec Elsa Vigoureux, du Nouvel Observateur. À aucun moment elle n’évoque ces détails. Elle « remercie la fondation Opej pour sa compréhension et son soutien », en dernière page, sans développer le sigle. Selon nos informations, ce soutien n’était pas seulement moral. Assa Traoré n’est pas retournée travailler après le décès de son demi-frère. Elle s’est mise en arrêt maladie. Un arrêt qui s’est prolongé, nous a-t-elle précisé, jusqu’en août 2017. Elle est restée salariée de l’Opej, sans solde assure-t-elle, jusqu’en décembre 2019.

La nature exacte de sa maladie ne regarde qu’elle, mais n’importe qui peut facilement vérifier qu’elle a fait preuve durant ces douze mois d’un allant formidable, enchaînant les meetings, les déplacements et les interviews. Elle reçoit Libération pour un portrait publié en septembre 2016. Le 13 octobre suivant, elle répond à Jeune Afrique. Le 5 novembre, porte-voix en main, elle anime un petit cortège place de la République, à Paris. Le 17 novembre, elle se manifeste au conseil municipal de Beaumont-sur-Oise, pour réclamer la vérité. Le 31 décembre, elle met en ligne ses vœux en vidéo sur Médiapart, à l’invitation du site. En janvier 2017, elle tient la vedette dans l’émission La Clique, de Mouloud Achour. En 2018, même énergie : elle parle à Bastamag et Reporterre, elle se déplace en banlieue. Elle fait un entretien croisé avec Angela Davis, publié par la revue Ballast, en janvier 2019. Elle est en Une des Inrocks en avril 2019 et annonce qu’elle relance sa ligne de vêtements, dans la rubrique « Où est le cool ? ». En avril 2019, elle publie un second livre chez Stock, avec l’universitaire Geoffroy de Lagasnerie. Elle termine l’année 2019 comme vedette d’une soirée de soutien réunissant l’écrivain Edouard Louis, l’économiste Thomas Porcher, l’ex-footballeur Vikash Dhorasoo, la chanteuse Camélia Jordana, la militante Rokhaya Diallo, etc.

Complaisance

Tout ceci est-il bien conforme avec le repos que suppose un arrêt-maladie ? La question semble embarrasser au plus haut point l’Opej. « Oui, elle travaillait chez nous, mais nous avons reçu des directives du siège et nous ne devons pas en parler », nous a répondu l’Opej de Sarcelles. Au siège, le directeur général Johan Zittoun, répond que « les salariés sont soumis au secret professionnel le plus strict, ce qui les empêche de divulguer la moindre information concernant [le] personnel ». Il invoque « l’impérieuse nécessité de préserver les travailleurs sociaux afin qu’ils restent concentrés sur leur mission quotidienne ».

Mission ? Assa Traoré n’aurait-elle pas plutôt bénéficié d’un arrêt de travail complaisamment prolongé ? Les sommes en jeu ne sont pas de celles qui bouleversent les grands équilibres de l’assurance-maladie. Un salarié arrêté n’est pas indemnisé à 100% très longtemps, et une éducatrice spécialisée ne gagne pas des fortunes. Sur le plan juridique, néanmoins, il y a un hiatus. Un salarié arrêté est censé rester chez lui et se reposer. En septembre 2016, la cour d’appel de Paris a confirmé la condamnation d’un salarié de la RATP qui avait fait campagne pour les municipales à la Courneuve pendant un arrêt maladie.

Sur le plan symbolique, enfin, ce passage de la biographie d’Assa Traoré détonne. Le comité Vérité pour Adama regorge de militants antisionistes dénonçant le racisme structurel de l’État français. Ils affectionnent les raccourcis-chocs, en voici un: leur égérie a bénéficié de la générosité de l’État en question pendant des années, avec le concours des Rothschild. Ils sont partout.

𝕃𝕖𝕤 𝕒𝕗𝕣𝕚𝕔𝕒𝕚𝕟𝕤 𝕧𝕚𝕖𝕟𝕟𝕖𝕟𝕥 𝕧𝕠𝕝𝕖𝕣 𝕔𝕙𝕖𝕫 𝕟𝕠𝕦𝕤 𝕖𝕥 𝕤𝕖 𝕗𝕠𝕟𝕥 𝕖𝕞𝕓𝕒𝕦𝕔𝕙𝕖𝕣 𝕔𝕠𝕞𝕞𝕖 𝕧𝕚𝕘𝕚𝕝𝕖… 𝕖𝕥 𝕟𝕠𝕦𝕤 𝕕𝕠𝕟𝕟𝕠𝕟𝕤 𝕕𝕦 𝕓𝕠𝕦𝕝𝕠𝕥 à 𝕔𝕖𝕤 𝕔𝕒𝕤 𝕤𝕠𝕔𝕚𝕒𝕦𝕩 comme “éducatrice” 𝕢𝕦𝕚 𝕤’𝕠𝕔𝕔𝕦𝕡𝕖𝕟𝕥 𝕕𝕖𝕤 𝕕é𝕝𝕚𝕟𝕢𝕦𝕒𝕟𝕥𝕤 𝕒𝕗𝕣𝕚𝕔𝕒𝕚𝕟𝕤 ! 𝕍𝕠𝕚𝕝à 𝕦𝕟𝕖 𝕓𝕠𝕟𝕟𝕖 𝕗𝕒ç𝕠𝕟 𝕕𝕖 𝕣𝕖𝕔𝕪𝕔𝕝𝕖𝕣 𝕝𝕒 𝕣𝕒𝕔𝕒𝕚𝕝𝕝𝕖 𝕕𝕠𝕟𝕥 𝕠𝕟 𝕤𝕖 𝕡𝕒𝕤𝕤𝕖𝕣𝕒𝕚𝕥 𝕓𝕚𝕖𝕟… ℝ𝔼𝕋𝕆𝕌R 𝔸𝕌 𝔹𝕃𝔼𝔻… 𝔻’𝕒𝕚𝕝𝕝𝕖𝕦𝕣𝕤 𝕝𝕖𝕤 𝕔𝕙𝕚𝕖𝕟𝕤 𝕒𝕓𝕠𝕚𝕖𝕟𝕥 𝕔𝕒𝕣 𝕚𝕝𝕤 𝕤𝕒𝕧𝕖𝕟𝕥 𝕢𝕦’𝕚𝕝 𝕗𝕒𝕦𝕥 𝕣𝕖𝕥𝕠𝕦𝕣𝕟𝕖𝕣 à 𝕝𝕒 𝕟𝕚𝕔𝕙𝕖 ! Ecoutez Dieudonné votre maitre raciste, transphobe, pro islam qui vous conseille de rentrer en Afrique chez vous ! Vous n’avez pas les moyens de prendre la France en résidence secondaire !

Le grand-père d’Assa Traoré
possédait-il des esclaves ?

Le grand-père d’Assa Traoré possédait-il des esclaves ?
Reportage sur l’esclavage au Mali, chez les Soninkés, l’ethnie à laquelle appartient Assa Traoré, et tout particulièrement à Kayes, dont son grand-père fut gouverneur. Issu de la noblesse locale, il a probablement lui même possédé des esclaves.
Il y a même eu des manifestations en France contre l’esclavage chez les Soninkés, mais aucun média ne les relaient. Pourtant, cet esclavage là est toujours en vigueur.
À noter : la colonisation et les lois de 1903 ont contribué à endiguer le phénomène de l’esclavage au sein des peuples du Sahel… mais la décolonisation l’a revigoré !

Intéressant reportage sur l’esclavage au Mali, chez les Soninkés, l’ethnie à laquelle appartient Assa Traoré, et tout particulièrement à Kayes, dont son grand-père fut gouverneur. Issu de la noblesse locale, il a probablement lui même possédé des esclaves.

Il y a même eu des manifs en France contre l’esclavage chez les Soninkés, mais aucun média ne les relaient.
Pourtant, cet esclavage là est toujours en vigueur. 

Autre info intéressante, la colonisation et les lois de 1903 ont contribué à endiguer le phénomène de l’esclavage au sein des peuples du Sahel et la décolonisation l’a revigoré.

D’après Amnisty International il y a actuellement 30 millions d’esclaves dans tous ces pays musulmans.

Adama Traoré: l’avocat de la famille sous-entend à présent que les gendarmes l’ont tué par vengeance

Une stratégie accusatoire troublante

L’avocat des Traoré, Yassine Bouzrou, serait-il prêt à tout ? Même à se faire virer du bateau ? Mais embauché par Soros ?

L’avocat porte sur son visage les stigmates de la circoncision…
il a morflé !


Ce monsieur a fait du droit ? Toute procédure telle que l’ablation ou la blessure d’une partie du sexe féminin ou masculin pour une raison non médicale et effectuée sans le consentement libre et éclairé de l’individu est une mutilation sexuelle.

Et ça fait très mal… voir mon livre PREPUCE mon AMOUR

L’avocat Yassine Bouzrou ne se contente plus de contester les analyses médicales qui ont conclu à la non-responsabilité des gendarmes. Ni de poursuivre ceux qui dévoilent le casier judiciaire effrayant du clan Traoré ! Il dit désormais que les gendarmes ont tué Adama par vengeance en 2016.


Pour accuser une personne d’homicide, ou en tout cas la suspecter de ce crime, la notion de mobile est très importante. 

C’est ce que l’avocat de la famille Traoré semble avoir découvert pour étayer de façon inédite, et après des années de procédure, l’hypothèse d’homicide volontaire sur la personne de son client. Le mobile évoqué serait la vengeance. D’après l’avocat Maître Bouzrou : “L’étude des relations passées entre Monsieur Traoré et les gendarmes interpellateurs est utile pour comprendre le contexte de l’interpellation, ainsi que l’état d’esprit dans lequel ils se trouvaient.”

En plus d’être racistes, les gendarmes cacheraient un passif avec Adama…

Sur la base de ces relations, Maître Bouzrou estime que l’hypothèse d’une vengeance doit être envisagée par la justice.

Pour ce faire, il s’appuie sur une déclaration du chef de l’équipe de gendarmerie ayant procédé à l’interpellation, déclaration faite aux enquêteurs une dizaine de jours après les faits : « Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai procédé à son interpellation, mais peut-être trois ou quatre fois en trois ans. À chaque fois, cela s’est mal passé car il y a toujours eu une opposition violente de cet individu. Il y a eu des violences, des rébellions, des outrages, des fuites ».

Donc, si l’on suit le raisonnement, il consiste à dire : mon client était un voyou récidiviste, violent, agressif, et qui avait constamment maille à partir avec les gendarmes. Son comportement était tellement insupportable qu’il aurait pu provoquer, chez un gendarme ayant eu à le subir plusieurs fois, un désir de se venger qui expliquerait un homicide volontaire à l’occasion de son ultime et à nouveau difficile interpellation.

Les délinquants, toujours exonérés de leurs responsabilités

En l’occurrence l’avocat émet une hypothèse sur la base d’un raisonnement, disons « psychologique ». Il considère qu’un gendarme, placé dans de telles conditions, et excédé par le comportement de son client, pourrait avoir eu envie de se venger. Plusieurs choses ici interrogent :

  • Pourquoi ce mobile hypothétique surgit-il maintenant ? L’accusation manque-t-elle à ce point de preuves plus tangibles pour en être réduite à imaginer ce scénario de « vendetta » ?
  • L’avocat se rend-il compte qu’il est obligé d’enfoncer d’une certaine façon son « client », d’en faire un portrait le plus négatif possible pour justifier son hypothèse ?
  • Ce type de raisonnement ne pose-t-il pas un autre problème, celui de l’irresponsabilité a priori de tout délinquant face au gendarme? Si Adama Traoré a été tué, c’est un crime qui doit être puni. Mais il n’est pas exonéré pour autant de sa propre responsabilité dans ce qui lui est arrivé. Vivre violemment c’est prendre le risque de la violence, voire de tomber un jour sur un policier violent, excédé, qui ait envie de se venger. Ne jamais évoquer cette responsabilité, jeter un voile pudique sur ce comportement, c’est censurer toute une dimension de cette affaire. Un voile que vient de lever l’avocat, et c’est cela qui est troublant, puisqu’il nous dit « le gendarme est un criminel parce que mon client était un dangereux voyou ».

Le racisme est un fléau, insupportable et dangereux, particulièrement s’il gangrène certains membres des forces de l’ordre. 

En avançant la possibilité d’une « vengeance » des forces de l’ordre, l’avocat du clan Traoré démontre que la famille la plus tristement célèbre du Val d’Oise est prête à faire feu de tout bois pour obtenir gain de cause. Faire d’Adama Traoré le symbole d’un combat contre le racisme, et donc pour la paix sociale, le respect de chacun envers chacun, n’est décidément pas le meilleur choix pour cette juste cause.

Quand la manif pour Traoré fait chou blanc

Il n’y avait en fait pas grand monde samedi!

Samedi 13 juin 2020 à Paris

Même si la manifestation a fait du raffut, seulement 15 000 personnes ont répondu samedi à l’appel du comité Adama, selon la préfecture de police. Les sornettes d’Assa Traoré sont reprises avec beaucoup de complaisance par les médias et nombre de politiques, mais les Français ne s’y trompent pas et ne rejoignent pas massivement le mouvement.


La manifestation organisée par le comité Adama le 13 juin, officiellement contre le racisme et les violences policières a fait un bide. Est-ce à dire que la France et les Français seraient indifférent face au racisme ? Absolument pas. Ce qui est arrivé à Georges Floyd a choqué et ému le monde entier. Mais cette histoire n’a pas eu lieu en France et ceux qui essaient de l’exploiter, famille Traoré, militants gauchistes, indigénistes et plus discrètement mouvance islamiste, n’ont rien à voir avec le combat antiraciste. Ils en sont même la négation puisqu’ils ne voient les êtres humains qu’à travers le prisme de leur couleur de peau et n’imaginent entre eux qu’un seul lien, celui de la domination. Si le monde médiatique dans sa majorité n’y a vu que du feu et si les politiques se sont montrés incapables de défendre la police injustement attaquée, les Français, eux, n’ont pas été dupes : ils ont compris la manipulation et ne se sont pas déplacés.

Rentrez chez vous les gauchistes!

Avoir le soutien des médias et exploiter un drame qui a ému le monde entier pour ne réunir que 15 000 manifestants… Moins encore que lors du rassemblement devant le Palais de Justice ! En politique, on appelle cela un échec cinglant. Cela montre que cette tentative de radicalisation et de mise en accusation de la société par une famille de caïds et toute la mouvance gauchiste ne prend pas.

Vidéo intégrée

En sacrifiant sa police à des exaltés sans influence réelle, l’exécutif a donc paniqué devant un tigre de papier. Il a mis à mal la séparation des pouvoirs et humilié la police parce qu’il ne prend la mesure ni des situations ni de ses obligations. Ces comités Adama et consorts ne représentent rien. Ce qui leur donne du pouvoir, c’est la peur des politiques face à leur chantage et l’espace que l’État leur cède en les laissant mettre sous coupes réglées certains territoires. Cela montre aussi que les storytellings médiatiques ne fonctionnent plus quand elles sont aussi éloignées de la réalité. Certains journalistes étaient allés loin en occultant la violence endémique de la famille, pour renforcer la dimension de victimisation. La couleur de peau de certains membres des forces de l’ordre ayant procédé à l’arrestation a été tue, car certains étant noirs ou métis, ils mettaient à mal la théorie d’un dérapage raciste lors de l’arrestation d’Adama Traoré. Pareil pour la tentative de faire passer la police pour systématiquement raciste, alors que le racisme y est combattu, fait l’objet de procédures en cas de constat et que rares sont les commissaires qui apprécient les policiers qui jouent les cowboys et ne savent pas se tenir. S’il est normal de combattre toute forme de racisme dans les institutions, il est tout aussi normal de refuser les accusations infondées et les manipulations grossières. Cet échec de la manifestation ne parle pas d’une France qui refuserait de combattre le racisme, mais d’une France qui refuse la guerre des races et rejette ceux qui veulent l’entraîner là-dedans.

Christophe Castaner nous met dans le pétrin

Le comité Justice pour Adama détourne la juste cause de l’antiracisme. Adama Traoré n’est pas Georges Floyd et la France n’a pas l’héritage ségrégationniste, raciste et communautariste des États-Unis : la tentative de déstabilisation politique dont rêve le comité Adama et l’extrême-gauche ne prend pas, et si Christophe Castaner n’avait pas stupidement tiré dans le dos de la police (symboliquement !), l’État ne se serait pas mis dans un tel pétrin.

Rappelons que l’antiracisme n’est pas la volonté de faire de la couleur de la peau une appartenance qui oblige. C’est au contraire la conviction que la couleur de la peau ne compte pas, ne dit rien sur ce qui fait un être humain, sa capacité à aimer, à apprendre, à comprendre, à construire et à agir, elle ne nous définit pas, ne nous enferme pas. On juge un homme à ses actes, pas à sa couleur ou à son sexe… L’inverse de ce qu’essaient de vendre ceux qui s’autoproclament antiracistes alors que leur pensée est essentialiste. Et c’est justement le cas des décoloniaux, proches du comité Adama, dont le meilleur exemple est Houria Bouteldja qui, dans son livre Les Blancs, les Juifs et Nous, indiquait par exemple qu’une Noire se faisant violer par un Blanc devait le dénoncer et en faire un argument politique. En revanche si elle se faisait violer par un Noir, elle devait se taire pour protéger son clan, sa race, sa famille. L’appartenance raciale passant donc avant toute quête de justice.

Voilà à qui nous avons affaire : des gens qui brandissent la bannière antiraciste mais pour qui la couleur de peau est l’alpha et l’omega de l’appartenance. Et nos médias vont continuer longtemps de les présenter comme des représentants de l’antiracisme ? Il est peut-être temps d’appeler un chat, un chat et de dire que ces soi-disant antiracistes vont aujourd’hui plus loin dans le rejet de l’autre et la violence ethnique que l’extrême-droite. Le dire est risqué alors qu’attaquer l’extrême-droite, même quand elle est très en deçà du discours violent des décoloniaux, voire même quand elle se tait, vous vaut des points de pureté morale et de noblesse d’âme.

Non au modèle de société américain !

Espérons que ce pouvoir aux abois va enfin comprendre qu’il n’est victime aujourd’hui que de sa propre faiblesse et de son inconsistance, et qu’il n’y a pas un vent qui se lève en France en faveur du communautarisme et du séparatisme. Au contraire, c’est un grand ras-le-bol que l’on constate, celui d’une majorité des Français qui voudrait que leurs dirigeants défendent leur modèle de société.

C’est le 16 juin, que se tiendront symboliquement la France et les Français, aux côtés des soignants. C’est là que nous pourrons défendre ce que nous sommes et ce modèle social qui soigne et soutient tous les malades sans se soucier de leur couleur de peau, de leur sexe, de leur philosophie, de leur religion, ou de leur âge (sauf quand il est sous-tension). La France, c’est ce modèle intégrateur qui recherche et trouve la concorde dans la fraternité, qui refuse les appartenances ethniques, la soumission aux dogmes religieux ou à la race. Le 13 juin, nous pouvons être fiers de ne pas être descendus dans la rue. Le 16 juin, la France qui manifestera sera celle aux côtés de ceux qui ont pris des risques pour elle, soignants et travailleurs qui ont beaucoup donné et sont toujours au front.

Affaire Adama Traoré :
“C’est une famille de délinquants”,
estime Julien Odoul

Julien Odoul

La patronne du RN Marine Le Pen a estimé que les récents propos de Julien Odoul était une “belle sottise” , tout en condamnant le “gang Traoré”. Ses propos avaient fait grand bruit. Invité de l’émission Morandini Live, présentée par Jean-Marc Morandini, mardi 9 juin au matin, le responsable RN Julien Odoul avait estimé qu’Adama Traoré « n’a pas été tué parce qu’il était noir » mais « parce que c’est une racaille ». Des propos que Marine Le Pen a qualifié de « belle sottise », ce mercredi 10 juin au matin, sur France Inter. Si la patronne du RN a estimé que la famille Traoré était bien un « gang »dont chaque membre est un « délinquant grave », elle a également jugé que « ça ne justifie pas, évidemment, que l’on considère que parce qu’on est délinquant on doit prendre le risque de mourir »

« Gang Traoré »« famille de délinquants »

Mardi 9 juin, Jean-Marc Morandini avait notamment demandé à Julien Odoul s’il soutenait « le combat de la famille Traoré ». Ce fut un « non » ferme de la part de l’élu RN : « Je ne soutiens pas le gang Traoré, qui est une famille de délinquants. » Julien Odoul a également poursuivi : « Un a été condamné pour violence sur personne vulnérable ; un qui a été condamné pour avoir incendié un bus », rappelant néanmoins au passage qu’ils ont évidemment droit à la justice. Julien Odoul était ensuite revenur sur la mort d’Adama Traoré. « Monsieur Traoré n’a pas été tué parce qu’il était noir. Il a, malheureusement, été tué lors d’une interpellation parce que c’est une racaille », a-t-il développé. Julien Odoul a insisté sur le fait qu’il ne fallait « pas inverser les choses ». 

Militant contre le voile

Ce n’est pas la première fois que Julien Odoul affirme haut et fort ses opinions. Il s’était notamment fait « piéger » comme l’avait déclaré Emmanuel Macron en novembre 2019, dans une interview exclusive à Valeurs actuelles. Julien Odoul et d’autres élus RN avaient créé la polémique en demandant à une femme, accompagnant la classe de son fils d’enlever son voile, lors d’une assemblée plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, en octobre 2019. Ils avaient dénoncé une « provocation communautariste ». Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron avait par la suite jugé que Julien Odoul s’était donc fait « coincer ». « Apparemment, cette femme est plus proche des milieux de l’islam politique qu’on ne le croyait. Mais il en a fait une victime au nom de toutes les femmes voilées qui n’embêtent personne, qui veulent mettre leurs enfants à l’école de la République et qui les accompagnent à la piscine », avait-il confié à Valeurs actuelles

Le gouvernement face à «Justice pour Adama»: quelle confusion!

48 heures d’égarement et de violation
de la séparation des pouvoirs

Nicole Belloubet, Assa Traoré et Christophe Castaner

C’est Christophe Castaner qui l’a dit : désormais en France, l’émotion « dépasse les règles juridiques. » Les citoyens peuvent bien avoir un « soupçon avéré », le gouvernement a tellement peur que les banlieues s’embrasent qu’il participe au dénigrement des policiers pour tenter de contenir la propagation des émeutes raciales américaines. Retour sur deux jours de violation de la séparation des pouvoirs.


Pour qui a quelques notions juridiques, il est un principe cardinal de notre Etat de droit : la séparation des pouvoirs. C’est le principe sur lequel tout repose, remarquablement défini par Montesquieu en 1748 « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir ».

Belloubet et Castaner piétinent les grands principes

Ce principe vient toutefois d’être piétiné à deux reprises en deux jours par les plus hautes autorités de l’État.

Lundi 8 juin, l’AFP nous apprend qu’Emmanuel Macron a demandé à la ministre de la Justice Nicole Belloubet de « se pencher sur le dossier Adama Traoré ». La Constitution est pourtant très claire : le président de la République est garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire (article 64 de la Constitution). Le président n’a donc aucune consigne à donner au garde des Sceaux quant à la gestion d’un dossier en particulier… D’autant plus que la loi interdit à ce dernier d’intervenir dans des affaires individuelles (article 30 du Code de procédure pénale) : ce n’est pas au ministre de la Justice lui-même de trancher un dossier, mais au juge qui en a la responsabilité ! L’empiétement sur les prérogatives du pouvoir judiciaire est net et caractérisé.

Mardi 9 juin, rebelote ! Après avoir annoncé la veille la suspension des agents « pour chaque soupçon avéré d’actes ou de propos racistes », la fin immédiate des contrôles d’identité comme « critère d’évaluation d’activité » et l’interdiction de la technique de l’étranglement lors des interpellations, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner déclare de manière stupéfiante au micro de Jean-Jacques Bourdin que les manifestations en hommage à George Floyd et Adama Traoré prévues partout en France ne seront pas sanctionnées compte tenu de « l’émotion mondiale, une émotion saine » sur le sujet.Christophe Castaner, lundi 8 juin 2020, annonce des mesures contre les "violences policières" © Isa Harsin/AP/SIPA Numéro de reportage: AP22462648_000001Christophe Castaner, lundi 8 juin 2020, annonce des mesures contre les « violences policières » © Isa Harsin/AP/SIPA Numéro de reportage: AP22462648_000001

La loi est pourtant très claire, qui dispose qu’en raison de la situation sanitaire exceptionnelle, tout rassemblement mettant en présence plus de dix personnes sur la voie publique est interdit sur l’ensemble du territoire de la République (article 3 du décret du 31 mai 2020). L’objectif est simple : empêcher les rassemblements de se transformer en « cluster » géant, dans l’intérêt général. Cette interdiction de manifester, circonstanciée, applicable à tous sans distinction et limitée dans le temps, se comprend aisément compte tenu de l’effroyable épidémie de Covid-19.

L’émotion ne fait pas la loi !

La loi est la même pour tous. Soit les manifestations sont autorisées, soit elles ne le sont pas. Trier entre les « bonnes » et les « mauvaises » manifestations, c’est faire fi de la loi. Peu importe les revendications portées par les manifestants : ce n’est pas le sujet. Là encore, la violation de la séparation des pouvoirs est caractérisée. Ce n’est pas le ministre de l’Intérieur qui dispose de l’opportunité des poursuites pénales, mais le procureur de la République ! En refusant de constater les infractions à la loi de la République, le ministre se substitue à l’autorité judiciaire qui seule doit décider des suites à donner en cas de manifestation illégale. C’est le principe de l’indépendance du Parquet. Soyons clairs : si l’interdiction de manifester n’est plus justifiée compte tenu de l’évolution de l’état sanitaire du pays, alors il faut l’abroger. Sinon elle s’applique, partout et pour tous.

En portant gravement atteinte à la séparation des pouvoirs, à deux reprises et en deux jours, l’exécutif fragilise le fondement même de notre état de droit. Faut-il encore rappeler l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ? « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution ».

Assa, la soninkéké !


Assa, la soninkéké !

Le Mali, c’est l’iSSlam à la sauce mafé !

On y sourit au blanc, mais pour mieux l’empaffer !

Assa, ce méchant rejeton,

actrice d’un noir feuilleton,

veut par tous les moyens un blanc autodafé !

PACO. Quelle assaloperie !

Le comité Adama bouscule l’antiracisme français

Le collectif rassemble large et fait oublier les associations
qui menaient jusqu’alors le combat.

Conférence de presse d'Assa Traoré et du comité Adama, le 9 juin 2020 à Paris. | Bertrand Guay / AFP
Conférence de presse d’Assa Traoré et du comité Adama, le 9 juin 2020 à Paris. | Bertrand Guay / AFP

Toute la racaille est réunie…
il ne manque que Mélanchon et Soros !

Plus de 20.000 personnes ont manifesté le 2 juin devant le tribunal de grande instance de Paris, et la foule était presque aussi nombreuse le 13 juin sur la place de la République. Le comité La vérité pour Adama a réussi à mobiliser la jeunesse parisienne et banlieusarde, quatre ans après la mort d’Adama Traoré, devenu symbole des violences policières.

«Cette foule immense était très jeune et notons-le bien plus racisée que les rendez-vous militants qu’organise en général la gauche», constatent les deux députées Clémentine Autain et Elsa Faucillon dans une tribune publiée dans le magazine Regards.

Rassemblement à l’appel du comité Adama, le 13 juin 2020 sur la place de la République à Paris.

Face à ces mobilisations, le rassemblement en hommage à Georges Floyd organisé par SOS Racisme place de la République le 9 juin faisait pâle figure. Son président Dominique Sopo se justifie: «C’était un mardi, et il y a beaucoup plus de forces médiatiques du côté du comité Adama.» Toujours est-il que les mouvements antiracistes que l’on connaissait jusqu’ici (SOS Racismela Licrala Ligue des droits de l’homme et le MRAP) semblent marquer le pas dans les cercles militants. «Le comité se réclame du Mouvement de l’immigration et les banlieues, de la marche de 1983. S0S Racisme ne s’est jamais vraiment attaqué au racisme structurel. À la base, c’est une grosse récupération politique du PS, avec un slogan paternaliste. Nous ne sommes pas une espère rare à sauver!», avance Youcef Brakni, membre du comité Adama, en faisant référence au slogan«Touche pas à mon pote». Trente-cinq ans après sa création, SOS Racisme suscite l’indifférence au sein du comité: «On s’en moque», lâche le militant. «Il y a manifestement une volonté d’évitement», concède Dominique Sopo. Le 13 juin, ce dernier a même préféré ne pas se rendre au rassemblent du collectif: «Il y a une forme d’hostilité qui se manifeste et je n’ai pas envie d’être personnellement un élément de tension», a-t-il expliqué.

Stigmates de la marche de 1983

Depuis la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, les associations antiracistes ont laissé un mauvais souvenir chez certains militants des quartiers populaires.

Pour Samir Hadj Belgacem, maître de conférences en sociologie à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne, l’histoire se répète aujourd’hui: «À plus de trente ans d’intervalle, SOS Racisme organise une marche sans consulter le comité Adama, ni se positionner dans une logique d’alliance, mais plutôt de concurrence.» À sa création en 1985 par les socialistes Julien Dray et Harlem Désir, SOS Racisme est accusée d’invisibiliser les participants à la marche et de transformer une revendication politique en une posture morale. «Depuis l’émergence de SOS Racisme, les primo-concernés ne se sentent pas du tout représentés. Les premiers militants, qui vivaient le racisme au quotidien, se sont sentis complètement floués, ils ont eu l’impression de se faire voler leur combat», souligne Rachida Brahim, chercheuse associée au Laboratoire méditerranéen de sociologie.Jusqu’aux années 2000, l’association combat le racisme à travers son opposition au Front National. Mais les temps ont changé. De nos jours, «Marine Le Pen aussi bien que des associations dites de gauche n’hésitent pas à instrumentaliser les concepts d’universalisme républicain et de laïcité», juge le militant Youcef Brakni. Le mouvement antiraciste s’est pour sa part divisé sur les questions d’identité. Comme le 6 novembre 2004, lorsque SOS Racisme et la Licra ont refusé de participer à une manifestation contre le racisme organisée par le MRAP et la Ligue des droits de l’homme (LDH). En cause, la présence de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), considérée comme fondamentaliste, peu claire quant à l’égalité homme-femme et trop indulgente vis-à-vis de l’antisémitisme.

L’exposition «Exhibit B», créée par l’artiste sud-africain blanc Brett Bailey en 2014, en est un autre symbole. Alors qu’un collectif d’artistes en réclamait l’interdiction, des associations antiracistes lui ont publiquement apporté leur soutien. Dominique Sopo a personnellement écarté l’idée d’une censure dans une tribune publiée sur le Huffington Post. En 2015, le sociologue Éric Fassin a évoqué cette fracture dans l’antiracisme lors d’un colloque organisé par la LDH: «Je m’inquiétais d’une fracture raciale entre les antiracistes classiques (plutôt blancs) et les nouveaux antiracistes (plutôt racisés), avec des accusations de racisme “en miroir”.»

Convergence des luttes

Face à ces guerres intestines, les militant·es des quartiers populaires, dont le comité Adama, parviennent à rassembler, mobiliser, développer leur réseau, leurs alliances: «Les marcheurs de 1983 étaient plus naïfs, ils y croyaient. Ceux d’aujourd’hui connaissent cette histoire. Ils ont grandi et disposent de relais dans les médias. Ils savent à quoi s’attendre», indique le sociologue Samir Hadj Belgacem. Pour Youcef Brakni, c’est la présence sur le terrain qui paie: «On se rend régulièrement dans les quartiers, au pied des bâtiments, pour discuter avec les jeunes. On a un discours clair, sans concession. Les gens reconnaissent la sincérité, les mouvements incarnés.»«Si le comité Adama rencontre un écho, c’est parce que ses actions sont en prise avec le terrain, au plus près de l’expérience de beaucoup de gens dans les quartiers populaires, confirme Éric Fassin. C’est une différence avec certaines formes d’antiracisme traditionnel, davantage tournées vers les cercles du pouvoir.»

En témoigne le refus du comité Adama de rencontrer la ministre de la Justice Nicole Belloubet: «La famille d’Adama Traoré rappelle qu’elle attend des avancées judiciaires, et non des invitations à la discussion qui n’auraient aucune finalité procédurale», précisait son communiqué. «Si le comité Adama rencontre un écho, c’est parce que ses actions sont en prise avec le terrain.»

Éric Fassin, sociologue

Au-delà de l’incarnation, le comité Adama récolte les fruits de ses alliances, notamment avec les «gilets jaunes». Samedi 13 juin, plusieurs militantes féministes et afroféministes comme Aïssa Maïga, Rokhaya Diallo ou Adèle Haenel étaient aussi présentes. On a même vu des drapeaux du Parti communiste et du mouvement écologiste radical Extinction Rebellion. Selon Éric Fassin, «quelque chose s’est cristallisé au moment où l’on a pris conscience que les violences policières sortaient des banlieues pour frapper des militants écologistes, des syndicalistes, des étudiants, des “gilets jaunes”. J’appelle ça la “convergence des coups”: c’est une expérience partagée de la violence policière».

La gauche à tâtons

Les mouvements de gauche peinent encore à aborder ces mouvements. Ces dernières années, plusieurs élus, à l’image des députés La France insoumise Éric Coquerel et Clémentine Autain ou de la sénatrice verte Esther Benbassa, ont soutenu le collectif et participé aux manifestations. Le 13 juin, Jean-Luc Mélenchon, député et président du groupe LFI à l’Assemblée nationale, était également présent, marquant une nouvelle étape.

Vidéo intégrée

Le Parti socialiste, lui, a refusé de soutenir la marche, symbolisant la fracture au sujet de la question antiraciste. «Il faut que les organisations politiques se remettent en question, et la gauche au-delà de SOS Racisme. C’est une erreur stratégique pour la gauche d’ignorer ce mouvement», réagit Samir Hadj Belgacem. «Les partis de gauche ne peuvent pas se permettre de passer à côté, acquiesce Éric Fassin. Rester en dehors du mouvement, c’est risquer de se griller durablement vis-à-vis de la jeunesse et des quartiers populaires. Quand on est de gauche, on doit porter un regard a priori bienveillant sur un mouvement issu des quartiers populaires qui réclame la justice et l’égalité: quoi de plus universaliste?» Au lendemain du rassemblement, Emmanuel Macron a dénoncé le combat antiraciste «lorsqu’il se transforme en communautarisme, en réécriture haineuse ou fausse du passé». La président a aussi réaffirmé son soutien aux forces de l’ordre, malgré la mobilisation massive de la veille: «Ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation.» Confrontées à cette fin de non-recevoir, les associations antiracistes pourraient être tentées de se remettre en cause. De son côté, le comité Adama ne reviendra pas sur ses revendications.

Haaa ça alors… Assa Traoré veut renverser Macron,
« comme en Afrique » !


Haaa ça alors… Assa Traoré veut renverser Macron, « comme en Afrique » !

Haaa ça alors…

Assa, prends ton poisson, va le vendre en Afrique !
Retourne y ressourcer tes ardeurs hystériques…
Tu parles de révolution !
Commence par « l’évolution »…
Ici, on n’en veut plus de vos mœurs colériques..

Affaire Adama, films interdits, statues dégradées…
Comment les racialistes veulent mettre la France à genoux


Affaire Adama, films interdits, statues dégradées… Comment les racialistes veulent mettre la France à genoux

Profitant de l’émotion suscitée par la mort de George Floyd aux États-Unis, les militants de la mouvance décoloniale tentent d’instaurer en France un nouveau schéma : celui d’une guerre raciale. Récit d’une effrayante bascule.

C’était une quinzaine de jours avant le confinement. L’actrice Aïssa Maïga, sur la scène de la Salle Pleyel, entreprenait de « compter le nombre de Noirs » présents à cette cérémonie des César. Ils n’étaient évidemment pas assez nombreux. On avait donc, avant le coronavirus, laissé la France sur cet épisode illustrant la racialisation accélérée de nos rapports sociaux. On la retrouve, après cette “trêve” sanitaire, plus fracturée que jamais.

Ce nouveau chapitre s’est ouvert par l’un de ces faits divers atroces qui, convenablement manipulé, permet d’opérer à l’échelle planétaire un irrésistible chantage émotionnel. Le 25 mai à Minneapolis, l’Afro-Américain George Floyd est étouffé à mort par un policier au cours de son arrestation. La scène, filmée, provoque une vague d’émotion bientôt suivie de manifestations à travers tous les États-Unis. On y scande le slogan antiraciste « Black Lives Matter » (“La vie des Noirs compte”). La situation tourne rapidement à l’affrontement avec la police, les émeutes se multiplient dans le pays. En France, des activistes s’emparent de ce meurtre brutal et établissent un parallèle avec la mort, en 2016, d’Adama Traoré. « Les idéologues de la décolonisation analysent la société française à l’aune du racialisme anglo-saxon, car ils appartiennent à une génération totalement américanisée », explique l’essayiste Barbara Lefebvre. Les cas Floyd et Traoré n’ont rien à voir, les constructions historiques des États-Unis et de la France non plus, mais « les “racisés décoloniaux” ne s’embarrassent pas de ce genre de détails », déplore l’ancienne professeur d’histoire.

Colbert, « ce gros fils de pute qui a écrit le Code noir »

L’ultragauche voit dans la mort de George Floyd la justification d’un combat à la rhétorique bien huilée :
il faut abattre l’État ; pour ce faire, le premier adversaire est son bras armé, la police, qui est donc décrite…

SNCF : une délinquante noire
qui hurle comme une bête enragée…


SNCF : une délinquante noire qui hurle comme une bête enragée…

.

Pour tous ceux qui ont vu cette vidéo, que dit elle ?

Une femme noire, corpulente qui hurle comme une bête enragée quand les forces de l’ordre veulent légitimement l’interpeller.Je viens de filmer les agents de la SNCF en train de violenter une femme enceinte…. bande de racistes ( Aulnay-sous-Bois)

Vidéo intégrée

Un passant à l’accent arabe, dit « qu’elle est enceinte », mais ce n’est pas vérifié, et les racailles ont toujours le réflexe immédiat de se trouver une fausse excuse, qui parle  à l’émotion des gens normaux pour les faire douter du bien fondé de leurs actions un peu énergique, les culpabiliser et les paralyser, pour leur faire perdre leur volonté pour leur dire qu’ils ne sont pas « gentils » (car les blancs sont éduqués à être gentils, courtois, et tout simplement civilisés – Rassurez vous, de nombreux noirs également…- Par contre, en général, ça ne fonctionne pas avec les gens du Maghreb qui sont éduqués à d’autres valeurs, sauf si cette injonction vient de leur communauté, contre quelqu’un de leur communauté…)
D’ailleurs les juifs appellent les français ” Les Gentils”… avec l’arrière pensée que j’avalise, que le français de base est un peu con… Mais comme expliqué plus haut le français n’a pas subi l’ablation du prépuce… il est donc resté doux, tranquille et en bon sédentaire ne demande qu’à vivre en paix. Il est même capable de créer des associations bénévoles pour soigner des noirs en Afrique… L’INVERSE N’EXISTE PAS ! La gentillesse naturelle du français intact l’incite à aider les autres car il a conservé l’instinct naturel de l’empathie. Les communautés de circoncis n’irons jamais créer des hôpitaux ou des écoles bénévolement, car ils n’ont aucune empathie et aucun sens de l’acte désintéressé. Alors que le circoncis ne défend que sa communauté et traite les autres en ennemis… dés qu’il est isolé de sa communauté il panique, car il n’est pas autonome. Sa circoncision le fait souffrir et seule l’odeur de transpiration de son clan lui calme ses douleurs. Il se reproche de l’état animal… et affole les psychiatres quand ils parlent de remords après des crimes odieux. Le circoncis n’a pas plus d’empathie que de remord… c’est un instable frustré nomade sans l’âme. Sa religion pourrie qui le prive du bonheur sur terre avec la promesse d’un paradis lui convient très bien. C’est alimentaire… et c’est pourquoi sa religion qu’il pratique très mal car il ne la connais pas, ne le gêne pas alors qu’elle cumule 850 millions de massacres. Voir article ; Vidéo musulmane… si après cela vous êtes toujours musulman c’est qu’effectivement vous ne fonctionnez pas normalement au niveau de l’empathie… un massacre génocidaire de 850 millions d’innocents et ça ne vous touche pas une couille ! Pour une fausse accusation de 6 millions de juifs les allemands sont traumatisés à vie ! Mais pour un musulman d’avoir tué 850 millions de pauvres paysans ne le gêne pas… voir les exploits de TALERMAN qui a décimé 20% de la population et qui est considéré comme un héros, au point que quelques originaux qui veulent changer de Karim et Mohamed… se font appeler TALERMAN… C’est comme si les allemands portaient des tee-shirts marqués Hitler… NB Pour comprendre cette histoire d’empathie il faut lire mon livre PREPUCE mon AMOUR pour comprendre les méfaits psychologiques de l’émasculation… du moins de son rite et de l’ablation du prépuce. Freud disait que cet acte rituel est raciste pour se démarquer de l’autre en y rajoutant des tabous alimentaires anti-sociaux et qu’il représente de façon symbolique la castration. Car le soumis devras travailler et devenir un guerrier en oubliant les plaisirs sexuels… pour se consacrer à son maitre. A sa tribut !

  • «elle est enceinte »,
  • « elle est asthmatique » comme cette fausse infirmière, vrais apprentie terroriste gazaouie, qui lançait des pavés sur les forces de l’ordre pendant la manifestation du personnel soignant qui a été applaudit pendant deux mois….
  • elle est handicapé…
  • elle a trois enfants, c’est une mère ….

Elle n’est pas enceinte ? Elle est seulement trop grasse à bouffer de la merde en quantité avec notre fric des aides sociales… et si ces cons de français lui versaient une pension à vie ? Avec 1000 € par moi on vie bien à Bamako ! Bande d’ordures qui abusent de la gentillesse des français…

Les racailles ont un sens inouï de l’adaptation pour se transformer immédiatement en médecin ou en psychologue de haut niveau et pouvoir diagnostiquer un cancer, une crise d’asthme, une situation familiale complexe,

Qu’a fait cette femme : elle a commis trois infractions :

  • Elle n’a pas payé son billet de train
  • Elle insulte les agents de sécurité et les agresse
  • Elle leur crache dessus – ce qui est déjà grave en période normale mais pire en période de crise sanitaire COVID 19. Et en plus elle a mordu un policier, ce qu’elle a fini par reconnaître.

Quand les policiers veulent l’interpeller, elle commence à hurler comme une truie que l’on va égorger, sans jamais s’arrêter. Non seulement cette femme est devenue une délinquante, qui a commis des incivilités, mais en plus, elle réagit, même pas comme une gamine de deux ans, qui supporte pas la sanction, mais comme une sauvage. Sa seule expression, ce n’est pas la raison, ce n’est pas l’éducation, ce n’est pas la civilité c’est le cri, c’est le hurlement, le seul moyen d’expression qu’elle connait – ça doit être sa culture.

Et dire que les  « racisés », les gauchistes et toute la vermine vont la prendre en exemple….bel exemple…. !

Je ne peux qu’être admiratif du calme et du sang froid des forces de sécurité. Moi une femme coupable qui hurle comme ça, j’aurai envie de lui défoncer la tête jusqu’à ce qu’elle se taise, qu’elle soit soumise, et qu’elle comprenne ou est sa place.

Elle sait aujourd’hui, que tout ça va être filmée, attend probablement l’aide de complices arabes ou noirs, et espère probablement secrètement être la nouvelle marraine des « black live matters », pour enfin avoir son quart d’heure de gloire dans la vie, et en plus en se sentant très fière de ses forfaits.

Et bien évidemment, la racaille Taha Bouhafs, qui se prétend journaliste, saute sur l’occasion pour victimiser la délinquante, et charger la police, forcément « raciste ».

Taha Bouhafs 🔻@T_Bouhafs

J’ai retrouvé la femme enceinte qui s’est faite plaquer au sol à la gare d’Aulnay.

Elle s’appelle Diatou et elle a accepté de nous raconter. 

Voici un extrait de son témoignage qui sera disponible en intégralité sur le site http://la-bas.org @LabasOfficiel

On veut vous parler de racisme ? De qui se moque t’on ?

Qu’aurait fait une personne normale, c’est-à-dire vous ou moi ?

  • On aurait payé notre billet pour financer ce service de transport, et qui sert à payer ses officiants (conducteurs de trains, agents d’entretien, aiguilleurs, vendeurs de billets, logistique etc.).
  • A supposer qu’on n’ait pas de billet, pour une raison ou pour une autre, on n’aurait pas été content mais on aurait pris une amende que l’on aurait payé.
  • Nous n’aurions jamais insulté ni craché sur les forces de l’ordre.

Nous sommes des gens éduqués et civilisés : Nous sommes des Français.

Quel est le blanc (hors gauchiste, hors pourriture antifa), qui va commencer à insulter des policiers comme s’ils n’avaient pas à s’introduire dans sa vie, que cette intrusion était illégitime.

Les forces de l’ordre n’ont jamais à prendre de telles mesures avec les gens normaux. Elles n’agissent comme ça qu’avec les délinquants.

Ces cris, ça dit tout d’elle…. elle retourne à l’Etat sauvage, faute d’avoir reçu une éducation, ou en tout cas une éducation française….

L’éducation qu’a reçue cette femme, elle n’est pas d’ici. Et elle n’a rien à faire chez nous.

Combinez ce manque d’éducation, à la haine envers les blancs et la France dans laquelle elle a été éduquée, et ce mélange diabolique, au-delà de son délire ne vise qu’un seul objectif :

Avoir l’impunité de « sa race », (puisqu’aujourd’hui grâce aux mouvements « racisés » décoloniaux et autres, on peut parler de race…et enterrer « sos racisme » …) chez les blancs.

Et à terme avoir surtout de l’argent et du pouvoir….comme en Afrique, ou par coutume, le pouvoir une fois qu’on l’a, on ne le rend jamais….

Albert Nollet

PS 1 : A bien y regarder de près, cette femme a une ressemblance avec Laetitia Avia, qui elle aussi aime bien hurler, insulter et même mordre, notamment les taxis qu’elle refuse de payer… Elles sont peut-être cousines…qui sait… ?

PS 2 : Un autre problème qui apparaît, est qu’il est très difficile, mais j’en ai trouvé, sur twitter, de trouver des « racisés », qui osent dire : ces gens la ne me représentent pas.

Génération Adama, c’est ça !

Voici quelques articles de presse qui vous démontreront que la Génération Adama n’est pas celle que nous voulons pour la France.

  1. Un homme noir se masturbe dans un train devant tout le monde !
  2. Des aides-soignants « noirs » frappent très sauvagement une personne âgée « blanche » dans un Ehpad !
  3. Un personnel soignant « noir » frappe très violemment une personne âgée « blanche » dans une maison de retraite !
  4. Un homme noir bouscule très brutalement une femme blanche contre un train !
  5. Un enfant noir donne un gros coup de poing au visage d’un enfant blanc !
  6. Une femme noire projette violemment à terre une jeune mère blanche avec son bébé dans les bras !
  7. Un homme noir frappe hyper violemment un jeune garçon blanc !
  8. Un homme blanc se fait massacrer par une horde d’hommes noirs !
  9. Un homme noir casse les vitres de plusieurs voitures stationnées sur un parking !
  10. Un « dangereux prédateur Africain » mis en examen pour tentative de viol et de meurtre sur une étudiante !
  11. La France insultée par des racistes de l’organisation de la Ligue de Défense Noire Africaine !
  12. Un migrant Ivoirien poursuivi pour une escroquerie de 82 000€ !
  13. Des policiers agressés par un migrant Somalien armé d’une planche en bois cloutée !
  14. Des migrants Libyens arracheurs de colliers interpellés par la Police !
  15. Un migrant crache sur la nourriture dans la cuisine d’un restaurant !
  16. Une vieille dame de 92 ans violée dans son Ehpad par un aide-soignant Congolais !
  17. Des migrants blessent un père et son fils en leur jetant des pierres !
  18. Un homme black asperge volontairement un SDF avec son soda !
  19. Un Français a été tué sauvagement par 28 coups de couteau de la part d’un migrant Ivoirien qu’il hébergeait !
  20. Quand une femme noire fait du racisme anti-blanc sur TMC

Ce n’est pas bien d’être aussi inculte et illettrée
dans un pays qui offre les études gratuitement. Et ingrate !

Tiens, Sylvain Afoua, prends ça dans ta gueule !
Le leader de la LDNA ridiculisé !


Tiens, Sylvain Afoua, prends ça dans ta gueule ! Le leader de la LDNA ridiculisé !

.

Cette étudiante camerounaise a fait ses études en France et a honte des élucubrations de l’empafé Sylvain Afoua, alias Engouzi Behanzin, alias Gucci GI, alias trou du cul.

Cette jeune femme courageuse dit la vérité sur la réalité de l’Afrique de nos jours :

-Commencez par faire un « blacks lives matter in Africa », car là-bas c’est les Noirs qui tuent d’autre Noirs, mais vous vous en foutez !

-En France, la police ne tue pas les Noirs parce qu’ils sont noirs et je n’ai pas peur d’aller prendre le métro tous les matins.

-En France j’ai pu faire des études et entrer dans des entreprises où cela aurait été impossible en Afrique

-Depuis que je suis en France, les Blancs m’ont aidée et ceux qui m’ont posé des problèmes ou des bâtons dans les roues sont toujours été des Noirs

-Réclamez des dédommagements pour l’esclavage aux pays arabes et demandez des comptes aux Africains qui ont vendus aux Blancs vos ancêtres

-Vous vous réclamez de la mémoire de vos ancêtres mais vous ne connaissez même pas votre père

-Défendez l’identité africaine en Afrique et pas en France, la France est un pays de Blancs et c’est à pas vous d’imposer votre culture

-Les Africains sont des jaloux aigris et se complaisent dans leur ignorance

Etc

Conclusion : si la France ne te plait pas, rentre en Afrique, dans ton trou.

J’ai trouvé cette vidéo riche d’enseignement et confirme ce que j’ai pu constater en Afrique. Il faudrait diffuser cette vidéo en masse pour qu’on entende un autre son de cloche. D’aucuns diront que c’est une Bounty mais pour fréquenter nombre d’étudiants et de salariés africains, elle est assez représentative de ce que pensent une bonne majorité d’entre eux. Les Traoré, les Afoua et autre baltringues sont en fait des délinquants, des repris de justice et des merdes. Comme dit cette jeune femme, ils font surtout du tort aux Africains qui veulent vivre en France en paix et comme des Français.

Muhammad Ali Jr.: Black Lives Matter
est un mouvement raciste


“Ne casse pas la baraque, ne saccage pas l’endroit. Vous pouvez protester pacifiquement.”

Muhammad Ali Jr, le fils du défunt icône de la boxe Muhammad Ali, a récemment porté un coup fatal à l’ensemble du Black Lives Movement en le qualifiant de “raciste”. Pourquoi ? Parce que Black Lives Matter, a déclaré Ali Jr, ne se préoccupe pas de toutes les vies. Ali Jr. a dit qu’il pensait que son père aurait soutenu le mouvement “All lives matter”, et que le légendaire boxeur aurait cru que les manifestants actuels n’étaient “rien d’autre que des diables” après que certaines manifestations aient tourné à la destruction”[1].

Ali Jr. a développé son affirmation : “Je pense que c’est raciste. Il n’y a pas que les Noirs qui comptent, les Blancs qui comptent, les Chinois qui comptent, toutes les vies comptent, la vie de chacun compte. Dieu aime tout le monde – il n’a jamais isolé personne. Tuer est mal, peu importe qui c’est” [2] Ali Jr. a poursuivi en disant que son père aurait déclaré que l’ensemble du mouvement BLM “n’est rien d’autre que des démons”. Il a ajouté :

“Black Lives Matter” n’est pas une manifestation pacifique. Antifa n’a jamais voulu qu’elle soit pacifique. Je les aurais tous éliminés. Oui, Black Lives Matter est important. Oui, les vies des Blancs comptent, les vies des Asiatiques comptent. Toutes les vies comptent. Et c’est un peu ce sur quoi je me concentre.” [3]

Ali Jr. a formulé des critiques constructives sur le mouvement : “Ne casse pas la baraque, ne saccage pas l’endroit. Vous pouvez protester pacifiquement”. C’est un point très important car on peut protester sans violence, sans pillage et sans émeutes. Je me souviens très bien de l’époque où une grande partie de la population coréenne se révoltait contre l’ancien président Park Geun-hye. J’étais sur la place Gwanghwamun en 2016 et j’ai assisté à toute la manifestation.

This is where I was.

C’est là que je me trouvais.


Il y a eu de nombreuses manifestations en Corée du Sud contre Park Geun-hye, et la place Gwanghwamun était un endroit spécial pour les manifestants car elle est située au cœur de la région de Séoul. La place Gwanghwamun semble être un lieu important car c’est aussi un site historique, qui remonte à la dynastie Joseon vers 1395.L’endroit a également connu de nombreux bouleversements au cours des siècles. Il a été détruit lors de l’invasion japonaise en 1592, a été reconstruit en 1867, et a été déconstruit à nouveau par les Japonais en 1926 pour des raisons qui dépassent le cadre de cet article. Ce n’est donc évidemment pas une coïncidence si les manifestants ont choisi la place Gwanghwamun pour élever la voix à l’unisson contre la corruption politique et financière de Park Geun-hye. Après tout, la place Gwanghwamun est à quelques pas de la Maison Blanche. Mais tout s’est fait pacifiquement, même si les gens scandaient “À bas Park Geun-hye !”. Il n’y a eu ni violence, ni pillage, ni émeutes. La manifestation était très dense, mais civile.

Alors pourquoi les gens des soi-disant partisans du BLM ne peuvent-ils pas exprimer leur colère ou leur indignation sans faire appel à la violence et à la destruction ? Eh bien, ils ont manifestement été payés et soutenus financièrement par l’élite pour agir comme s’ils faisaient une scène pour Planète des singes, partie III.

Contrairement à la Weltanschauung diabolique de BLM, Ali Jr. ne considère pas les policiers comme des ennemis, car “ne vous réveillez pas en pensant : ‘Je vais tuer un nègre aujourd’hui ou un blanc'”. Je n’ai jamais eu une mauvaise scène avec un flic. Ils ont toujours été gentils et me protègent. Je n’ai pas de problème avec eux”[4].

Ali Jr. n’est pas ici pour cautionner la mort récente de George Floyd, mais il essaie de faire la lumière sur toutes ces questions parce que les médias ne le feront pas pour lui. Ali Jr. a encore dit :

“L’officier a eu tort de tuer cette personne, mais les gens ne se rendent pas compte qu’il y avait plus d’images que ce qu’ils ont montré. Le type a résisté à l’arrestation, l’officier faisait son travail, mais il a utilisé la mauvaise tactique”.

Deux acclamations pour Muhammad Ali Jr.

[1] https://www.yahoo.com/news/muhammad-alis-son-said-dad-174437494.html.

[2] Ibid.


Je pleure pour Asia Bibi, Slimane Bouhafs et mes frères kabyles, pas pour les voyous Traoré et Floyd


Je pleure pour Asia Bibi, Slimane Bouhafs et mes frères kabyles, pas pour les voyous Traoré et Floyd

Illustration : Qu’ont fait Asia Bibi ou Slimane Bouhafs, pour mériter son sort dans l’indifférence la plus totale ?!?!

Je suis méchante, une sans cœur car je ne pleure ni pour Adama Traoré, ni pour Georges Flyod, et tous ces voyous qui meurent dans l’exercice de leurs fonctions.

Ah la scélérate que je suis ! Pas une larme, pas un sanglot !

Et donc à ce titre, je ne manifeste et ne manifesterai jamais pour ces individus semant la terreur.

JAMAIS, quoi qu’en disent tous les gauchistes de France et de Navarre, ils sont du même acabit que ceux pour qui ils pleurent, pour qui ils se solidarisent.

JAMAIS au grand jamais, quand je vois leurs comportements agressifs, les paroles débitées, les mensonges même pour camoufler, occulter la responsabilité des voyous morts et oublier les actes odieux commis. On met tout le monde sur le même pied d’égalité, les agresseurs et les victimes, ceux qui sèment la terreur et ceux qui subissent cette terreur.

NON ! Mille fois non !

Pour ma part, ma douleur, ma colère, ma tristesse, je les réserve, entre autres, aux chrétiens persécutés à travers le monde par les adeptes de la secte islamique. Une Asia Bibi oui je pleure, un Slimane Bouhafs oui j’ai mal. Ce dernier est chrétien Kabyle et pour avoir dit que son cœur appartenait à Jésus, il a fait de la prison où il a été torturé, humilié, menacé, tabassé et j’en passe. Seule la mobilisation de ses frères indépendantistes kabyles lui a rendu sa liberté, mais qui aujourd’hui n’est plus rien puisqu’il a reçu des menaces de mort. De ce fait, il est en fuite laissant derrière lui tous ceux qu’il aime. Il se trouve actuellement en Tunisie dans une situation déplorable.

Où sont nos gauchiottes pour dénoncer toutes ces violences réelles, elles, subies par tous ces gens qui n’ont rien fait de mal à personne, pour qui le seul crime commis est de croire en autre chose que la sinistre idéologie mahométane ? Où ? Peut-être en train de fumer des chichons jusqu’à plus soif ! Leurs cerveaux embrumés ne réagissent seulement que lorsqu’ils entendent les mots, pauvres délinquants noirs, arabes blessés, tués. Là comme par enchantement, ils se réveillent !!! Eh oui ! Où étaient-ils quand des manifestations avaient lieu dans la France entière pour dénoncer les fermetures des églises en Kabylie, une atteinte aux libertés fondamentales ? Elles étaient bafouées dans l’indifférence générale ! J’y étais et je peux vous dire que je n’ai vu aucun de ces zèbres mondialistes, aucun, pas un, pas le moindre d’entre eux. Les manifestants étaient en majorité des chrétiens de toutes origines, kabyles compris. Moi athée, j’étais là pour soutenir et défendre la liberté de conscience. J’ai chanté de tout mon cœur, prié avec les chrétiens évangéliques, malgré mon athéisme, au vu du peu de mobilisation de la part de notre France gauchisée à souhait, dhimmisée, et même islamisée. C’était bien triste ce spectacle d’indifférence. Nous étions sous la pluie à chanter pour soutenir ces pauvres chrétiens persécutés tous les jours sur la terre de leurs ancêtres. Les passants nous regardaient à peine. J’ai trouvé tout cela bien regrettable !

Pourtant, malgré cela, je n’oublierai pas de sitôt cette expérience. J’ai ressenti une telle chaleur humaine en priant, chantant avec ces gens profondément pacifiques. J’étais en communion avec chacun d’entre eux, eux, qui m’ont accueillie à bras ouverts en dépit de mon athéisme. J’ai discuté, j’ai ri, j’ai partagé cette solidarité pour des gens qui vivent sous des cieux peu cléments, c’est le cas de le dire !!! Une manifestation peu suivie mais tellement plus profonde, plus belle, plus juste ! Pas de cagoules, pas de slogans mensongers ni de gens agressifs !!!

Hier, j’ai vu un tout autre spectacle, une rue noire de monde pour défendre le droit d’agresser, voler, tuer en toute impunité. Je ne parle pas bien sûr de la police mais bien des Adama et consorts, délinquants notoires abonnés aux geôles, aux trafics en tout genre, aux coups pendables divers et variés. Une colère m’a submergée, mais est-ce si important dans ce foutoir qu’est devenue notre France. Elle est malheureusement, par la grâce de nos zélites, vendue, donnée en pâture aux charlatans de tous bords. Et les gens comme moi, comme nous sur RR, nous sommes de sales réactionnaires, de sales fachos. Nous devrions, pour être considérés comme des gens bien, donner des chèques en blanc à tous ces fauteurs de trouble.

Je peux dire sans hésitation : « quand les poules auront des dents! ».

PS : Pas de droits, qu’ils disent les alter mondialistes de bas étage, pour les Noirs en France. Désolée de dire que ceux-là n’ont même pas, en Afrique, un micron de ce que la France leur donne généreusement et sans contrepartie SVP.

Selon Lloyd Marcus, le mouvement Black Lives Matter (BLM) n’a rien à voir avec le respect dû aux Noirs. Ce sont des gauchistes qui se servent des Noirs, en tant qu’idiots utiles pour transformer de force l’Amérique en un pays communiste, en passant par la violence, la honte, et la culpabilisation des Blancs.

Les anarchistes et la réélection de Trump

Un ami blanc de longue date m’a téléphoné récemment, espérant que je puisse le convaincre de ne pas baisser les bras.

Il s’inquiète de l’impact que la nouvelle haine raciale qui domine notre pays aura sur ses petits-enfants. Pour la première fois, lui et sa femme pensent qu’ils devraient acheter une arme pour protéger leur foyer.

Un titre d’article (vu sur PJ Media) confirme la réaction instinctive de mon ami de vouloir s’armer pour protéger sa famille : «ATTENTION Petites villes d’Amérique, vous êtes les prochaines visées par les émeutiers éveillés»

Mon ami m’a également confié qu’il est pris par un ressentiment racial qu’il n’avait jamais ressenti auparavant. Je lui ai dit que la haine et la division raciales sont exactement ce que les gauchistes espèrent atteindre avec l’hystérie provoquée par «Black Lives Matter».

Une membre milléniale d’une famille blanche croit, à tort, qu’elle me respecte en se faisant une ardente défenseure de BLM. Sa réaction de se pencher, de s’agripper à des chevilles et de s’agenouiller pour vénérer un groupe raciste anti-américain, me perturbe. 

J’aime mon pays. L’Amérique est la plus grande terre d’opportunité de la planète pour tous ceux qui choisissent de réaliser leurs rêves. 

Le mouvement BLM n’a rien, je le répète, rien à voir avec l’autonomie des Noirs. 

Ce sont des gauchistes qui exploitent les Noirs, s’en servent en tant qu’idiots utiles pour mettre en œuvre leur transformation de l’Amérique en s’éloignant de la vision divinement inspirée de nos Pères fondateurs.

Pendant des décennies, l’éducation publique, Hollywood, les Démocrates et les médias «fake news» ont infecté les jeunes avec un mensonge empoisonné selon lequel l’Amérique est un enfer de racisme et la plus grande source de mal sur la planète. 

Notre passivité a permis aux gauchistes de faire de nos enfants des anarchistes disposés à se battre pour la justice sociale.

Ce que nous vivons dans toute l’Amérique, c’est la frustration des gauchistes devant leur incapacité à retirer Donald J. Trump de la Maison Blanche. 
Après une longue liste d’échecs, les gauchistes disent : «La peste soit de l’Amérique ! Nous irons droit au but. Nous forcerons votre pays à devenir une nation communiste en utilisant la violence, la honte, la culpabilisation des Blancs et des décrets anticonstitutionnels. Et vous ne pourrez rien faire pour nous arrêter !»

Le co-fondateur du Réseau mondial de BLM s’est engagé à faire démissionner M. Trump avant les élections de novembre. Dieu sait quelle violence BLM va déchaîner sur Nous, le peuple, pour forcer M. Trump à la démission.

Les gouverneurs et les maires gauchistes redoublent le confinement obligatoire à cause du virus de Wuhan dans le but de déprimer les Américains et d’empêcher le retour remarquable de l’économie florissante sans précédent du Président Trump.

L’un des magasins préférés de mon épouse Mary, en Virginie, était vide de marchandises. «Vous êtes en faillite ?» a-t-elle demandé à un employé. Le commis lui a répondu : «Non.» Il lui a expliqué qu’à la réouverture, les clients avaient tout acheté. Le magasin n’avait pas encore eu le temps de réapprovisionner ses étagères. 

L’explication du commis était en phase avec les 2,5 millions de nouveaux emplois et le retour étonnamment rapide de notre économie.

Le Maryland exige que les clients portent des masques. 

Cependant, les magasins et les acheteurs ont commencé à assouplir ce décret absurde. Avec un taux de reprise de 98%, de plus en plus d’Américains réalisent que l’hystérie du virus de Wuhan a été créée pour fermer notre pays, détruire notre économie et bloquer la réélection de M. Trump.

Pourtant, une acheteuse d’âge moyen, portant un masque, a insisté pour que le directeur du magasin nous ordonne, à moi et aux autres acheteurs, de porter des masques. Craignant probablement que la femme ne dénonce son commerce, le gérant a crié quand je suis passé devant lui : «Monsieur, vous devez porter un masque !». 

La peur irrationnelle du virus de Wuhan créée délibérément par de médias «fake news», fait que les citoyens dénoncent à Big Brother» ceux qui désobéissent à ses mandats draconiens.

Seulement 1 sur 6 des manifestants du BLM sont noirs, 46% sont blancs.

Pas besoin d’être un génie politique pour réaliser que les gauchistes exploitent le virus chinois et le rare mauvais comportement d’un flic (à Atlanta) pour matraquer les Américains afin qu’ils leur livrent le pays.
Franchement, ces jeunes anarchistes gâtés sont complètement fous s’ils pensent que les vétérans et les baby-boomers leur permettront de nous transformer en une nation communiste. 

Nous, les baby-boomers et nos parents, avons fait des sacrifices, avons souffert et sommes morts pour offrir à nos enfants une vie merveilleuse. Ils nous crachent au visage, nous traitent de racistes et cherchent à détruire tout ce qui nous est cher.

Beaucoup trop de parents modernes veulent être copains avec leurs enfants plutôt que parents. Leurs enfants rentrent de l’école avec la tête remplie d’âneries anti-américaines et anti-chrétiennes de gauche. Au lieu de s’opposer à cet endoctrinement, les parents lâches s’y rallient.

J’ai regardé un film policier sur Amazon. Incapable de la supporter, je suis passé rapidement devant la scène où la fille irrespectueuse du détective, âgée de 13 ans, le gronde comme s’il était son égal. 

La fille du détective représente les jeunes femmes blanches dans nos rues qui crient furieusement leur loyauté à BLM.

La fille adolescente irrespectueuse semble être un personnage normal dans beaucoup trop de films. Encourager les enfants à manquer de respect et à désobéir à leurs parents fait partie du programme des gauchistes.

«Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honorez votre père et votre mère, afin que vous soyez heureux et que vous viviez longtemps sur la terre.» (Éphésiens 6:1-3)

J’ai des crampes d’estomac chaque fois que j’entends des conservateurs, des républicains et des chrétiens dire que nous devons créer un dialogue amical avec les manifestants afin de discuter de leurs demandes. 

Le problème est que leurs griefs sont délibérément ancrés dans le mensonge selon lequel mon pays bien-aimé est un enfer raciste. 

Je refuse de me plier à ce concept. C’est comme dire que nous allons discuter du temps que vous avez passé à battre votre femme. Vous répondrez : «Mais je ne bats pas ma femme.» Ils ignoreront votre réponse et poursuivront la discussion pour trouver une solution à votre mauvais comportement.

Pourtant, je suis convaincu de deux vérités. 

  1. La première : D.ieu n’a pas permis à Donald Trump de survivre à toutes les tentatives sans précédent de le démettre de ses fonctions pour le faire tomber maintenant. Il sera réélu. Cependant, cela ne signifie pas que nous pouvons rester assis avec complaisance. Nous devons nous battre comme jamais auparavant pour réélire M. Trump.
  2. Deuxièmement : à un moment donné, le peuple américain ne tolérera plus que des anarchistes de la classe ouvrière gâtée fassent des ravages dans notre grande nation. Les anarchistes recevront la fessée bien méritée de leur vie de lâches trop choyés.
  1. PHIPHI dit ;cette obsession du racisme présente des relents de névrose malsaine.
    A aucun moment, mais j’ai écourté la lecture de l’article, il n’est mentionné les centaines de vidéos donc probablement des milliers de cas, où des êtres humains sont violement agressés par des blacks, homme ou femme, avec une rage criminelle effrayante, un sadisme effroyable, et cela dès le plus jeune âge. On ne compte pas le nombre de femmes violées puis massacrées après des tortures atroces et dont le corps est mis dans une poubelle.
    Je ne crois pas que Dreuz ait mentionné une seule fois ces crimes abominables.
    Le texte ressemble, me semble t’il à une espèce de pleunicherie sans plus sur une situation plus que dramatique. Sinon, elle parlerait des persécutions subies par les Blancs en France où USA.
    Sans oublier l’Afrique du Sud.
    De quoi renvoyer dans les cordes les Traoré, sopo, Thuram, et autres.
  2. Georges S dit :Je crois que le premier noir Americain qui a parle du marxisme de facon negative etait Thomas Sowell. Je ne sais pas en quelle annee il a dit cette phrase mais elle est toujours d’actualite:
    Most people who read « The Communist Manifesto » probably have no idea that it was written by a couple of young men who had never worked a day in their lives, and who nevertheless spoke boldly in the name of « the workers ».
    (La plupart des gens qui lisent le manifesto communiste ne savent pas qu’il a ete ecris par un couple de jeunes hommes qui n’avaient jamais travaille un jour de leur vie et qui néanmoins avec audace parlaient au nom des travailleurs)
    1. Guy BRIAND dit :Au fait, Marxaucigare, Engels et Cie étaient-ils des cols bleus???
  3. Georges S dit :Magali Marc Une idee pour un autre article: Le collège Princeton a fait enlever le nom de Woodrow Wilson de l’Universite pour racisme (Il était démocrate). Il a fait virer tous les noirs qui avaient ete mis en place par son predecesseur Theodore Roosevelt (a ne pas confondre avec son cousin gauchiste Franklin). Cette action met les gauchistes en colère.

Chiche, qu’ils viennent manifester pour défendre
les chrétiens violentés tous les jours
par ceux qu’ils chérissent sans limites.

La violence algérienne contre les chrétiens kabyles, l’Algérie veut exporter son intégrisme religieux en Kabylie

La violence algérienne contre les chrétiens kabyles, l’Algérie veut exporter son intégrisme religieux en Kabylie

KABYLIE (SIWEL) — La violence des islamistes algériens contre les chrétiens kabyles atteint des niveaux effrayants en Kabylie. Ghiles Allaf, un jeune artiste kabyle de confession chrétienne, a été agressé sur son chemin en allant vers l’église de Larbaâ Nath Irathen par trois individus. La victime n’a pas pu identifier les malfaiteurs.

Il est d’abord interpellé verbalement par ses assaillants qui roulaient dans une voiture :  » Hé ! Le chrétien !  » Aussitôt que le jeune chanteur s’est retourné. La voiture des agresseurs s’est arrêtée. Trois individus sont sortis pour ensuite se ruer sur mass Ghiles Allaf en lui assénant plusieurs coups de poing et de pied. Ils ont aussi brisé sa guitare. Ils l’ont, notamment, insulté et ont proféré des menaces de mort contre lui et sa famille. Le jeune kabyle chrétien de Larbaâ Nath Irathen, commune de Ramdane Abane, est un auteur-compositeur interprète et chantre de l’église de cette ville.

La Kabylie est la cible à abattre !

Ces islamistes extrémistes, sous la bénédiction du régime mafieux algérien, sèment la terreur en s’attaquant de plus en plus aux droits et libertés des personnes, particulièrement en Kabylie. Cette politique de peur et du chaos est voulue pour ne laisser aucun champ à la liberté de penser et à la liberté d’expression, dans ce pays qui a toujours refusé l’aliénation et l’asservissement. En Kabylie, le pullulement des mosquées a engendré la prolifération des islamistes dans cette région qui était une terre de paix, de laïcité et de mixité. Ces infrastructures absurdes, fief des obscurantistes et des intégristes islamistes, attirent de plus en plus les radicaux étrangers et les déficients imams au pays kabyle. Les Kabyles se convertissent plus que de raison et sombrent facilement dans cette idéologie haineuse et belliqueuse. Ces islamistes sont les suppôts d’un dieu infernal et les gardiens de la morale. Parfois, ils détrônent leur Allah pour prendre sa place et infliger les châtiments du jugement dernier aux pécheurs et pécheresses de la terre. Dans ce monde où il n’y a ni loi ni conscience, c’est le régime algérien qui trouve bien son compte. Dans cette partie du globe où le peuple est, tout le temps, un mineur, le vent de la tyrannie souffle à son aise, et le fleuve de la médiocrité coule paisiblement.

Dans cette Kabylie, le chemin se détourne de la demeure de liberté qui s’éloigne. L’ennemi se faufile dans les fissures de ses montagnes, sous les tuiles des toits de ses maisons, dans les racines de ses chaînes et les rameaux de ses oliviers…Dans l’âme même de la Kabylie.

Il n’y a pas un pire ennemi pour un pays que son peuple.

Il n’y a que les peuples dignes qui sont en mesure de bâtir leur pays.

Soyons de ces peuples dignes et bâtissons l’avenir de notre Kabylie.

Chassons le mal de nos demeures, chassons l’intégrisme de notre patrie et chassons de notre pays nos ennemis.

Épargnons à la Kabyle un funeste destin et aux Kabyles un sort cataclysmique.

Libérons la terre de nos ancêtres du colonialisme algérien !

Vive la Kabylie libre et indépendante.

Alexandre del Valle :
Il n’y a que des islamistes et des racistes autour de Traoré

Juin 20, 20203


Alexandre del Valle : « Il n’y a que des islamistes et des racistes autour de Mme Traoré » (Vidéo)

Alexandre del Valle décrypte les événements de ces derniers jours : manifestations antiracistes autour de l’affaire Traoré mais aussi violences inter-communautaires à Dijon. Il estime que l’État a cédé devant une véritable offensive insurrectionnelle et porte des accusations graves quant aux personnes qui entourent, dans les manifestations, Assa Traoré, sœur d’Adama.

Ce week-end, à Dijon, des bandes armées se sont livrées à des affrontements. Visiblement, il s’agirait de gangs d’Afrique du Nord contre des gangs tchétchènes. Que révèle cette actualité ?

Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Il y a une quinzaine d’années, un de mes amis qui était à la tête de la police de Nice m’avait relaté une vengeance extrêmement violente de Tchétchènes qui avaient été agressés. Les Tchétchènes ont souvent des types européens. Une personne d’une bande algérienne avait agressé un Tchétchène blond ou roux en pensant que c’était un petit Français qu’on pouvait se permettre d’humilier. La vengeance avait été terrible. Le corps avait été traîné sur la route par une voiture. C’était un véritable carnage. Cela remonte à plus de dix ans. Ce n’est donc pas la première fois que des heurts se produisent entre Tchétchènes et Algériens ou entre Tchétchènes et Albanais. Ce sont des peuples très durs avec des mafias très organisées qui font en général très peur. Les Albanais ou les Tchétchènes de ces gangs mafieux ont souvent des types européens. Les milieux du banditisme maghrébin craignent énormément ces deux milieux. Parfois, ils les prennent pour des Français de souche qu’ils jugent beaucoup moins violents.
On pourrait aussi parler des heurts entre Gitans et Arabes, notamment à Perpignan et dans les quartiers nord de Marseille. Ils peuvent, eux aussi, être extrêmement violents. Il y a, d’ailleurs, eu des morts entre Gitans et Arabes. On parle très peu de ces faits, mais ce n’est pas nouveau.
À Belleville, depuis une dizaine années, plusieurs manifestations de commerçants asiatiques et leurs familles ont eu lieu. Ils protestaient contre les agressions régulières, à la fois criminelles et raciales, dont ils faisaient l’objet. Des Maghrébins les traitaient de sales Chinois et venaient les racketter.
Il y a des heurts entre Gitans et Arabes. Entre Tchétchènes, Albanais et Maghrébins. Entre Maghrébins et Asiatiques. Sans parler des heurts qui opposent les agresseurs arabophones, pro-palestiniens, et des milieux communautaires juifs agressés dès que l’on voit leur kippa ou leurs signes religieux. Ces phénomènes sont extrêmement courants depuis des années.
Les guerres interraciales, interethniques ou interreligieuses existent depuis très longtemps.
Même si l’Albanais et le Tchétchène ont souvent des types européens, ils restent quand même des musulmans. Quand ce sont des minorités ethniques non blanches ou des minorités religieuses non chrétiennes, elles sont à l’origine d’actes extrêmement violents, racistes et criminels avec parfois des morts. Finalement, ce n’est pas homologué comme étant raciste.
Récemment, un analyste algérien disait « arrêtons de mentir, il y a un racisme anti-noir très développé dans la communauté maghrébine ». Dans les pays arabes, il est extrêmement mal vu de se mélanger avec un Noir. C’est un sujet de déshonneur. Dans certains pays arabes, on appelle les Noirs par le mot qu’on emploie pour dire esclave. Même dans des pays soi-disant modérés comme le Maroc, le témoignage des migrants subsahariens noirs est sidérant et d’une violence inouïe.
On les traite d’esclaves. On kidnappe, leurs femmes sont très souvent violées. On les rackette en les traitant toujours de manière très explicite de race inférieure, de sales Noirs, d’esclaves.
Dans les banlieues, le mot gaulois est aussi mal vu que le mot noir ou le mot juif. Il y a trois peuples extrêmement méprisés dans la culture arabo-maghrébine tout à fait diffusée. Quelqu’un qui a grandi dans les banlieues a entendu les mots juifs, gaulois et noirs.

On a l’impression que toutes ces bandes issues d’autre part que la France se retrouvent un terrain de jeu qu’est la France. Les « Français de souche » sont victimes de tout. C’est la seule « communauté » qui est incapable de se défendre…

En conclusion ces voyous de Traoré ont tout faux…
non seulement ils ne sont pas légitimes pour foutre la merde
en FRANCE mais en plus ils se font définitivement détester car ils sont détestables… ils prennent mon pays pour une poubelle et se croient tout permis… Alors qu’ils sont les seuls vrais esclavagistes même encore en ce moment au Mali
pays de tradition esclavagiste qui s’est enrichi en vendant
ses frères noirs ! Voir les chiffres de Adminsty International… c’est 30 millions d’esclaves en ce moment…
Donc comme le dit Dieudonné notre clown noir, la seule solution c’est le retour de ces pépites en Afrique !
Nous ne voulons pas un Harlem !

Souvenez-vous ; il y a 20 ans il n’y avait pas de noirs en FRANCE ! C’est une invasion !

Traoré, SalesJuifsGate, Dieudonné et Israël : Zemmour perd son sang-froid

La journaliste de couleur Christine Kelly interroge avec gentillesse le sachant de confession juive Éric Zemmour sur la manifestation qui a réuni plus de 20 000 Noirs et gauchistes à Paris le 13 juin 2020. Selon le leader de la Ligue de défense noire africaine, cette minuscule association racialiste dont on ne connaît ni les origines ni les soutiens financiers, il y aurait eu 150 000 personnes ce jour-là. Mais nous ne sommes pas là pour parler chiffres : le temps est venu de l’analyse, alors écoutons celle du national-sioniste Éric Zemmour, maintes fois accusé de racisme et d’incitation à la haine raciale (et souvent relaxé) mais jamais déboulonné de la télé. Comme quoi, il en faut plus pour déboulonner un sioniste ! 

L’originalité de Zemmour, par rapport à d’autres sionistes célèbres comme BHL ou Bruckner, Haziza ou Habib, Goldnadel ou Bercoff, c’est qu’il est cultivé, historiquement charpenté, et qu’il est loin d’être idiot. Il mélange avec habileté un constat sans fard sur la société française et ses dérives, dérives largement dues au socialo-sionisme, qui est son ennemi idéologique ; mais c’est pour entraîner les Français dans cet autre filet qu’est le national-sionisme. On disait au XXe siècle que le socialisme, c’était les soviets et l’électricité, eh bien Zemmour, c’est de la lucidité avec de gros morceaux de sionisme dilués dedans. Si on commence à y goûter, car la soupe est très incorrecte, on finit curieusement par soutenir la politique guerrière, raciste et colonialiste d’Israël ! Ça alors, quel magicien ! La preuve en images et en mots.

Le polémiste évoque la famille Traoré et les manifestants.

00’43 – Zemmour  : « En fait, qu’est-ce qu’ils demandent en parlant de “violences policières”, ils demandent l’impunité. En vérité ils demandent de désarmer la police et que la police ne puisse plus faire son boulot. »

Jusqu’ici, rien à dire. Christine rechigne un peu, pour la forme.

01’05 – Zemmour  : « Oui mais la justice elle a fait son travail… Y a eu je ne sais pas combien d’expertises, qui ont toutes prouvé qu’il n’y avait pas eu de mort criminelle. »

Kelly  : « Mais ça n’a pas été tranché. »

Zemmour  : « Mais si, mais c’est parce que la famille Traoré veut faire croire que ça n’a pas été tranché, mais ça a été tranché : ils ne reconnaissent pas la justice. Ils disent d’ailleurs eux-mêmes, “pas de justice pas de paix”. Ça veut dire que si on ne leur donne pas justice à eux, tels qu’ils l’entendent, on va en parler, ils nous feront la guerre ! »JPEG - 130.9 ko
Pas de paix, pas de justice

Kelly  : « On n’est pas là pour parler de l’affaire judiciaire. »

Zemmour  : « Mais Adama Traoré n’a pas été arrêté parce qu’il était noir, il a été arrêté parce qu’il avait 1000 euros en liquide dans sa poche et de la drogue, et que la famille était connue mais comme le loup blanc dans le trafic de drogue dans tout le département ! […] Ce que je veux vous dire, c’est que les policiers ne les arrêtent pas parce qu’ils sont noirs, ou parce qu’ils viennent du Mali. Ils les arrêtent parce qu’ils sont connus et que de nombreuses personnes dans cette fratrie sont accusées et condamnées pour trafic de drogue et pour violences. »

Jusqu’ici, rien à dire, c’est la partie honnête et lucide du personnage. Mais ensuite, le sionisme va commencer à remplacer l’honnêteté intellectuelle et tordre la vérité historique. Christine aborde le cas des identitaires qui ont déroulé une banderole sur le « racisme anti-Blancs ».

04’13 – Zemmour  : « Ce qu’on reproche en vérité à ces jeunes gens de Génération identitaire c’est de retourner les méthodes d’agit-prop médiatique, inventées et popularisées par l’extrême gauche, contre l’extrême gauche. […] Pour moi, ces jeunes gens de Génération identitaire, ils ne sont pas racialistes : ils défendent la France, l’identité de la France, le peuple français, ce qu’il a toujours été, sa civilisation… »

Premier virage vers le « conflit de civilisations » cher aux nationaux-sionistes. On y arrive, doucement mais sûrement.

07’03 – Zemmour  : « Pour moi d’un coté il y a des gens qui défendent leur pays, parce qu’il est attaqué, et de l’autre il y a des gens qui veulent détruire leur pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de la même façon, il y avait des résistants qui se battaient contre l’occupation de leur pays, et on les mettait pas dans le même sac que les collabos, eh ben c’est la même chose… »

On est d’accord sur le terme d’occupation pour la France, mais selon nous, l’occupant n’est pas celui qu’on croit… ou que Zemmour veut faire croire. Le journaliste est en effet juge et partie dans cette occupation. Comprenne qui pourra.JPEG - 56.6 ko
Christine souffre de l’antisémitisme proféré par un agent provocateur dans la manifestation traoriste

C’est alors que Christine évoque les termes « sales juifs » proférés pendant la manifestation. Elle tend une magnifique perche couleur bleu israélien à son vis-à-vis. Éric boit du petit lait casher : personne ne l’arrêtera, et nous irons jusqu’en Israël. Mais ce faisant, cet indéboulonnable des médias va perdre beaucoup de son sang-froid et de sa syntaxe. Soudain, tout se bouscule, l’ordre des termes, les accusations sans preuves, le sens de la démonstration qu’on lui connaît, on a perdu le Zemmour lucide !

09’51 – Kelly  : « Comment expliquer, Éric Zemmour, que des insultes racistes soient proférées dans une manifestation qui se veut justement antiraciste ? […] On a vu des tee-shirts “Justice pour la Palestine”, qu’est-ce que ça vient faire là ? »

Zemmour  : « Cet antiracisme, d’abord, pour moi, est un racisme… Deuxièmement, cela signifie que ce mouvement est peut-être pas dominé, mais en tout cas il y a beaucoup de mouvements, de membres des… islamisme. De mouvements de militants palestiniens, donc musulmans, islamistes. Ça, c’est la mouvance islamiste qui s’intègre à ce mouvement, y a une alliance, y a les mouvements noirs, suprématistes noirs, j’allais vous dire extrême gauche, là où vous voyez des Blancs, y a l’extrême gauche, et les arabo-musulmans, avec leurs habituels slogans, anti-israéliens on va en parler, pro-palestiniens, et islamistes. Pourquoi y a “sales juifs” ? C’est pas la première fois. Dans une manifestation, y a deux ans je crois, y a eu “mort aux juifs”. Dans les manifestations contre l’islamophobie, y a eu des slogans contre les juifs. Y avait Jean-Luc Mélenchon qui a fait semblant de pas entendre. »

Ce disant, Zemmour se retrouve exactement sur la ligne du CRIF, cette organisation pro-israélienne, pro-colonisation et pro-guerre en France. Après avoir dénoncé les « vieilles méthodes staliniennes » de Mélenchon, l’essayiste de droite reprend son fil israélien.

11’33 – Zemmour  : « Pourquoi on entend ça ? On entend ça, je vous dis, parce qu’il y a des islamistes et des militants pro-palestiniens. Pourquoi ? C’est très simple : vieille culture, vieux antijudaïsme arabo-musulman, premièrement. Y a écrit dans le Coran etc… Deuxièmement, ce que j’appellerais la concurrence victimaire. Vous savez, le discours de Dieudonné. C’est-à-dire qu’il est militant noir, certains militants noirs reprochent aux juifs entre guillemets de leur avoir volé la prééminence victimaire, avec la Shoah qui aurait occulté l’esclavage. Vieux discours de Dieudonné vous vous souvenez. Et troisièmement, il y a la haine d’Israël, pourquoi la haine d’Israël ? Parce qu’Israël est un État qui se défend contre justement la loi du nombre. Et qui se défend militairement et brutalement. »

On confirme : des tanks contre des civils désarmés, des obus contre des pierres. L’essayiste achève sa démonstration. Quand on entend la haine d’Israël, on pense évidemment à la haine des Israéliens contre les Palestiniens en particulier, les Arabes, les musulmans et les chrétiens en général. Et ça fait du monde. On peut même dire que ça fait le monde.

Zemmour  : « Donc évidemment ils ne supportent pas cet État-là. Donc vous rassemblez tout ça, et vous avez “sales juifs” dans les rues de Paris. »

Pas que dans les rues !

Au fait, une petite provocation bien placée, enregistrée comme par hasard au milieu d’une foule bruyante, ça n’est pas de l’ordre du possible ?

SalesJuifsGate : Knobel du CRIF dénonce l’antiracisme devenu un antisémitisme

« Historien et essayiste, ancien professeur d’histoire-géographie, Marc Knobel est directeur des études au Crif, depuis le mois de septembre 2002. Précédemment, il a été attaché de recherches au centre Simon Wiesenthal à Paris, vice-président de la LICRA et membre de l’Observatoire sur l’antisémitisme. Par ailleurs, en tant que rapporteur à la Commission nationale consultative des droits de l’homme, il remettait tous les ans des études sur le racisme sur l’Internet, publiées dans le rapport annuel de la CNCDH (2000-2012). »

Marc Knobel est décrit comme historien, et il a fait partie de la DILCRAH, cette officine de chantage antifrançaise et de lobbyisme sioniste collée au cœur du gouvernement. Il n’est donc pas impartial et, de toute façon, il est « directeur des études au CRIF », ce qui en fait un juge et partie en la matière. Et sa matière, c’est l’antisémitisme, celui que traquent les organisations venues du pouvoir profond qui s’insèrent désormais dans le pouvoir visible, en plein jour, pour limiter la liberté d’expression (toute critique d’Israël devient peu à peu pénalisable). Un antisémitisme dont la définition est de plus en plus large (les Gilets jaunes sont antisémites, la gauche sociale est antisémite, les nationalistes sont antisémites, la droite est antisémite, tout le monde sauf les juifs est antisémite), et qui est établie par ceux qui en sont juges et prétendument victimes. 

Knobel, qui est donc juge et partie, a pris sa plume pour écrire une diatribe contre l’antisémitisme, car dans la manifestation des racialistes noirs du samedi 13 juin 2020 à Paris, on a entendu un « sales juifs ». Et ça a suffit pour que toute la manif soit antisémitisée. On notera qu’à ce stade de la compétition, il suffit qu’un agent provocateur crie « sale juif » ou « sales juifs » dans n’importe quelle manif, même si elle n’a strictement aucun rapport avec les juifs, pour faire de cette manif une manif antisémite. C’est simple, rapide, et l’accusation d’antisémitisme déteint comme un mauvais tissu au lavage sur tous les autres, pour ceux qui ont déjà fait une machine avec des textiles de toutes les couleurs.

Marc Knobel, par chance, a vu sa lettre publiée entièrement dans L’Obs, alors que si un Français lambda demande à ce que sa lettre soit publiée dans L’Obs, on pense bien que non seulement il ne sera jamais publié, mais qu’en plus il n’obtiendra jamais de réponse, sinon ça se saurait. La presse méprise les Français d’en bas, mais se couche devant le pouvoir profond, celui des lobbies, et le CRIF en est un, et de taille.

Passons à la tribune de Marc, qui peut dérouler tranquillement sa haine. Pourquoi sa haine ? Parce que Marc est en quelque sorte un spécialiste de la haine, nous dit le site du CRIF :

« Il publie en mai 2012 “L’Internet de la haine. Racistes, antisémites, néonazis, intégristes, islamistes, terroristes et homophobes à l’assaut du Web”, Paris, Berg International Editeur, 180 pages. En janvier 2013, “Haine et violences antisémites. Une rétrospective 2000-2013”, Paris, Berg, 350 pages. En 2015, il publie “L’Indifférence à la haine. Racisme et antisémitisme”, chez Berg International Editeurs, 164 pages. »

Il est justement, ô surprise, question de haine dans sa tribune de L’Obs.

« Lors du rassemblement qui a été organisé ce samedi 13 juin 2020, place de la République, à Paris, des slogans antisémites ont été scandés, après que des militants de génération identitaire aient déployé sur les toits d’un immeuble une immense banderole. […]

Mais, plus étonnant ont été les slogans qui ont été scandés par des individus, en réponse à cette provocation : “Sales juifs !” Même s’il s’agit de cris isolés, qui ne reflètent pas ce qu’il en a été de l’ensemble de ce rassemblement, nous nous devons de dénoncer ces débordements inacceptables. D’abord parce que cette manifestation avait comme objectif de dénoncer le racisme et les discriminations qui mettent en danger les valeurs de la République et de réunir différentes associations et personnalités associatives ou politiques. Ensuite, parce que ces slogans racistes n’ont pas provoqué la réprobation des personnes qui étaient autour, comme s’il n’y avait rien à entendre. Pareil pour Jean-Luc Mélenchon, dont l’indignation semble sélective et qui, dans un tweet, parle de “ragots antisémites”, comme si les cris de “Sales juifs” dans une manifestation antiraciste sont du registre des ragots. »

Explication : depuis peu, depuis surtout que Marine Le Pen a fait téchouva, c’est le populisme de Mélenchon qui est sous la surveillance du CRIF. Le leader de LFI et Kalifat ont eu des mots, et Mélenchon a dû montrer patte blanche à plusieurs reprises pour ne pas basculer dans le côté obscur de la force sioniste. Cependant, à l’occasion de la manif des Noirs en colère, le réflexe électoraliste de l’homme politique a été plus fort que la raison sioniste de franc-maçon : le vote noir, le vote des banlieues, voilà qui fait saliver l’opposant gauchiste qui lorgne encore sur 2022. C’est vrai qu’avec le bilan désastreux de la Macronie, il y a un boulevard pour un challenger. C’est donc tout naturellement que Mélenchon a pris fait et cause pour les pauvres Noirs victimes de racisme.

Par ici les bulletins, et tant pis pour le CRIF !

Knobel, en tant que spécialiste de la haine (on pourrait dire haineur), transforme donc la mobilisation noire et d’extrême gauche antiraciste en pogrom antijuif potentiel. Et c’est là où le glissement à la fois sémantique et idéologique des sionistes devient intéressant :

« Ne s’agit-il pas plutôt de criminaliser une fois de plus les Juifs en les accusant d’être des racistes, des accusations récurrentes que l’on entend, ici ou là ? À juste titre, Alain Finkielkraut avait déclaré sur LCI, en février 2019, que l’insulte de raciste blessait : “Le problème des Juifs aujourd’hui, la douleur qui leur est infligée, c’est qu’on les traite de racistes”. Or, ces accusations ignominieuses se sont développés depuis des décennies. »

Certes, mais la politique à la fois racialiste et raciste israélienne, que le CRIF – et donc Knobel – et Finkielkraut soutiennent, a peut-être un rapport avec l’amalgame « Israélien = juif = raciste ». On ne peut pas gagner sur tous les tableaux, voyons, Marc. On ne peut pas soutenir la politique de destruction du peuple palestinien par les autorités israéliennes d’extrême droite, et en appeler ici à la Raison, à la République, aux valeurs, alors que de l’autre côté de la Méditerranée, elles sont foulées aux pieds par les fascistes israéliens ! Il faut choisir.

Mais Marc ne choisit pas. Pour lui, il n’y a aucun rapport entre le « sales juifs » de la manif, l’affaire Traoré et Israël. Et pourtant, il y a un rapport énorme : lui ! Oui, Marc est le chaînon manquant entre tous ces événements.

« Au-delà, posons deux questions. D’abord, quel est le lien entre la mort d’Adama Traoré et les juifs ? Aucun, bien évidemment. Et, quelle est la logique qui amène des ignorants à traiter de “Sales juifs”… des militants d’un groupuscule d’extrême-droite, héritier d’une tradition violemment antisémite et qui flirtent également avec l’antisémitisme ? Petite remarque au passage, Israël a-t-il quelque chose à voir avec la mort d’Adama Traoré ? Comment se fait-il que des militants propalestiniens aient investi également ce rassemblement, avec drapeaux palestiniens et banderoles agressives ? »

Il faut le dire simplement, et gentiment : le CRIF vit sur l’antisémitisme, sur la production d’antisémitisme, c’est pourquoi, l’antisémitisme n’étant pas assez virulent à son goût en France, il faut en trouver partout, quitte à changer la définition régulièrement pour attraper plus de poissons. Naturellement, les gros poissons, selon Knobel, ce sont Soral et Dieudonné, pour qui il crée le concept d’amalgame « probable » :

« Puis, les injures antisémites se sont multipliées, sous l’Occupation, lorsque la presse collaborationniste et vichyste diffusait les pires insanités, puis, dans les années 50 également et bien au-delà. Par exemple, sous une pluie battante à Paris, dimanche 26 janvier 2014 et à l’appel du collectif “Jour de colère”, les fans probables de Dieudonné ou Alain Soral et/ou les habitués de la fachosphère ont (également) arpenté les rues, en chantant “Shoah nanas”, en reproduisant le geste de la quenelle ou même en scandant “Juif, la France n’est pas à toi” ou (autre variante) CRIF, la France n’est pas à toi”. Plus près de nous encore, le dimanche 17 février 2019, de petits agités ont vociféré des insultes antisémites contre le philosophe Alain Finkielkraut. »

Effectivement, la France n’est pas au CRIF (et ne le sera jamais), et Marc a un peu tendance à l’oublier. Sa conclusion sur l’antiracisme qui vise la politique israélienne est un comble d’hypocrisie : avant, l’antiracisme c’était bien quand il s’agissait d’opposer les Français et les immigrés. Aujourd’hui que l’antiracisme, cette fabrication du sionisme français, se tourne vers Israël et les sionistes, alors « il perd une grande partie de sa crédibilité ». 
Le culot ! Cette démonstration tordue, si elle était transposée en maths, ferait rire toute la planète scientifique. Le Talmud n’a vraiment que des avantages.

Affaire Adama Traoré : comment George Soros influence le mouvement

 

George Soros aide-t-il en sous-main le collectif pour Adama Traoré, ce fameux « Comité pour Adama » dont personne ne connaît les contours exacts, à s’organiser pour déstabiliser les institutions françaises ? La question est sur toutes les lèvres et mérite d’être posée, tant les points de jonction entre la sorosphère et ce mouvement racialiste sont nombreux.

L’agitation autour du prétendu racisme de la police et autour de la mort d’Adama Traoré en 2016 bénéficie-t-elle du soutien discret de George Soros, l’ami du multiculturalisme ? Cette conviction s’est largement répandue ces derniers jours, due en partie aux soupçons sérieux qui pèsent sur les interactions entre George Soros et le mouvement américain Black Lives Matter, même si l’ampleur de ces liens est contestée par des sources prêtes à nier beaucoup d’évidences. L’Open Society de George Soros intervient-elle dans le champ français ?

Voici les premiers éléments de réponse que nous avons pu glâner.

L’étrange opacité de « la vérité pour Adama »

L’analyse des liens entre la sorosphère et l’adamasphère est assez compliquée dans la mesure où les deux sphères fonctionnent de façon très opaque.

Dans le cas de « vérité pour Adama », il n’existe aucune structure juridique susceptible d’être décortiquée au calme. Tout se passe de façon informelle sur Facebook, sur une page contrôlée par des webmasters anonymes. Il n’existe pas non plus de site internet de référence avec un directeur de la publication qui donnerait un visage à cette mouvance qui fonctionne uniquement par impulsions ponctuelles et mobilisations opportunistes.

En soi, cette opacité pose question, car on se demande si ces impulsions sont parfois aidées. Et le contraire serait surprenant pour des gens qui parviennent à faire signer des tribunes par des Omar Sy, des Arthur H ou des Patrick Bruel…

On remarquera par exemple que, le 4 avril 2019, l’université Columbia avait prêté ses locaux parisiens à la famille Traoré [1] pour une soirée de mobilisation à laquelle participaient Olivier Besancenot et Camélia Jordana.

Pour des gens qui n’ont qu’une page Facebook en vitrine, cela fait beaucoup quand même…

Il serait quand même intéressant que la famille Traoré s’explique un peu plus sur la nature des soutiens dont elle bénéficie.

La sorosphère est tout aussi opaque…

De son côté, la Fondation de George Soros, l’Open Society, n’en dit pas beaucoup plus sur ses activités en Europe. On en déduit donc que le mot « open » dans le nom de la fondation ne s’applique pas à la gouvernance de celle-ci, mais plutôt à la gouvernance des démocraties qu’elle cherche à déstabiliser. On notera qu’une page du site de la Fondation donne quelques idées des interventions pratiquées par celles-ci [2]. On y découvre que Soros finance l’Accélérateur de la Mobilisation (structure elle-même très opaque, qui prétend aider à des mobilisations citoyennes…), la Ligue des Droits de l’Homme et l’Observatoire International des Prisons. La Fondation avoue par ailleurs avoir aidé des mouvements islamistes dans les années 2000 sur le territoire français…

On ajoutera que la Fondation annonce avoir financé une étude du CNRS sur les contrôles au faciès dans les transports parisiens. Si ces aveux sont déjà copieux, on reste un peu sur sa faim…

La clé se trouve dans l’ENAR

En réalité, pour mieux comprendre le lien affinitaire, et peut-être financier, entre la sorosphère et l’adamasphère, il faut lire l’excellent article d’Oriane Calligaro paru dans la revue Politix en 2018 (n°121) [3], qui décrit très bien comment l’Open Society de George Soros a beaucoup aidé à la structuration de l’European Network Against Racism (ENAR) qui coordonne de nombreux mouvements présents sur la scène « racialiste » en France.

Parmi les membres français de ce réseau européen, on trouve entre autres le Conseil Contre l’Islamophobie en France (CCIF) et le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), qui ne manquent pas une occasion d’expliquer que les Français sont des grands méchants. Mais le réseau revendique le soutien à des actions menées par des membres tout aussi intéressants. En particulier, le nom de Rokhaya Diallo y revient souvent.

Dans les membres du Réseau, on trouve aussi les Collectifs Justice et Liberté qui ne cachent par leur participation à la mobilisation en faveur de la famille Traoré.

Un rôle central pour la Ligue des Droits de l’Homme ?

Dans cet ensemble, toutes les recherches et tous les examens finissent par retomber sur la Ligue des Droits de l’Homme, dont on sait désormais qu’elle est financée par Soros, selon les aveux de l’Open Society elle-même.

De fait, la Ligue se mobilise énormément pour porter un message proche du Black Lives Matter et pour mobiliser les foules (qui tardent à venir) contre les violences policières. Il suffit de parcourir le site de l’association pour comprendre que le combat en cours est le sien.

Assez curieusement, la LDH publie un communiqué ces jours-ci contre la calomnie dont se rendrait coupable à son égard le syndicat Synergie. Ce communiqué est co-signé par le « Comité Adama », dont tout le monde parle, mais que personne n’a jamais vu en chair et en os. Sauf erreur de notre part, bien entendu, que nous reconnaîtrons bien volontiers. Mais redisons-le, le site internet, les statuts de ce comité sont pour le moins difficilement trouvables aujourd’hui.

Pour des gens qui se battent pour la transparence dans la police (sujet qui remporte toute notre sympathie), le moins que l’on puisse dire est que cette opacité fait tache.

Dans tous les cas, la Ligue des Droits de l’Homme semble aujourd’hui le noyau dur d’une mobilisation insaisissable, et dont certains sympathisants avancent des positions antisionistes qui feront tôt ou tard débat.

Une mobilisation liquide et virale

S’il est impossible aujourd’hui d’affirmer en toute certitude que George Soros finance et manipule la mobilisation en faveur d’Adama Traore, il est incontestable que les éléments les plus actifs de cette mobilisation ont reçu le soutien financier direct ou indirect de l’Open Society Foundation. Même si le caractère « liquide », horizontal et viral, de la mobilisation en faveur d’Adama Traoré, contribue à brouiller les pistes, le soutien financier direct de Soros à la Ligue des Droits de l’Homme, élément moteur de la mobilisation, ne fait aucun doute.

Ces interventions étrangères directes dans la vie politique française posent évidemment la question de la stratégie poursuivie par George Soros dans la déstabilisation des démocraties occidentales, et dans la construction méticuleuse d’une guerre raciale sur notre sol.

Certitude : le “Black Lives Matter” des Traoré est fait pour remplacer les Gilets jaunes

On l’avait senti depuis le départ mais là, avec l’annonce par la Touffe haineuse de la reconduction de la manif le prochain samedi, il n’y a plus de doute : le mouvement racialiste noir de France, conduit par une famille comportant 5 délinquants et manipulée par les socialo-sionistes, est destiné à remplacer et neutraliser la contestation sociale des Gilets jaunes qui a secoué la France pendant près de 70 samedis. Une contestation qui a fait trembler le pouvoir profond, alors que celle des minorités dites visibles est totalement conforme aux objectifs de la Banque : le détournement horizontal de la vraie lutte verticale. 

Vidéo intégrée

150 000 personnes réunies (et bloquées) annonce Assa Traoré.

45Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité60 personnes parlent à ce sujet

C’est Mediapart, l’officine de gauche pro-pouvoir profond, qui a lâché l’info en toute innocence lors de la manif parisienne de ce samedi 13 juin 2020, une manif qui a rassemblé 15 000 personnes pour les forces de l’ordre, contre 150 000 pour Assa Traoré, la Touffe haineuse.Mediapart@Mediapart

Après le rassemblement massif du 2 juin, le Comité Adama appelle à une nouvelle manifestation contre le racisme et les violences policières, samedi. Suivez la mobilisation avec nos envoyés spéciaux dans les cortèges ⤵️https://www.mediapart.fr/journal/france/130620/violences-policieres-suivez-en-direct-les-manifestations-en-france …

Voir l'image sur Twitter

La petite note de musique dissonante, c’est quand les Identitaires ont déroulé une immense banderole rappelant le racisme anti-Blancs 
Assa Traoré, ses fans et les bobos du dessous absolument furieux! 😂😂😂

Vidéo intégrée
Vidéo intégrée

Aussitôt, les forces du Bien, incarnées par les voisins sous la banderole, ont réagi en déchirant ce qu’elles ont pu du message du Mal. La réaction antiraciste a été louée par Esther, la sénatrice antiraciste de confession juive :Esther Benbassa @EstherBenbassa

Ouf, le Bien a eu chaud au cul !

Les Traoré, qui ne se sentent plus pisser puisqu’ils ont le pouvoir libéral-libertaire avec eux, plus toute la vieille garde de l’antiracisme rose, peuvent désormais demander la lune : pourquoi pas le massacre de tous les Blancs de France, ou le changement de régime pour un gouvernement 100 % noir et antiraciste ?

Assa Traoré : « Vous savez en AFRIQUE ,ils vont renverser le Président : ils « renversent » le palais et ils rentrent, ça se passe comme ça en Afrique. Pourquoi ça DEVRAIT pas se passer comme ça en France? »

Voir l'image sur Twitter

Cependant, méfions-nous de tous les messages qui circulent, la période est propice aux provocations de tous ordres. Nous ne sommes pas aux États-Unis où circulent 300 millions d’armes et où la guerre civile raciale peut être une option, surtout pour dégommer Donald Trump. Chez nous, les racialistes noirs comme les racialistes blancs ne font pas recette. Mais ils peuvent entretenir un chaos artificiel, alors que le chaos des Gilets jaunes était socialement, politiquement et économiquement justifié.

Après avoir récupéré les Gilets Jaunes et la marche des islamistes, Jean-Luc veut récupérer les Traoré.#Récupéraptor 🦕 https://twitter.com/JLMelenchon/status/1271521260804153344 …Jean-Luc Mélenchon✔@JLMelenchonMarche #AdamaTraoré : soyons nombreux contre le racisme.

L’autre dommage collatéral de cette ingénierie 100 % sioniste, au profit des sionistes sur le dos des Noirs (rien ne change depuis l’esclavage), c’est l’exhumation du vieux cadavre de la gauche antiraciste, qui se réincarne aujourd’hui dans un Mélenchon opportuniste, qui abandonne toute possibilité d’union des populismes de droite et de gauche. Une occasion historique de mettre à bas la statue néolibérale qui gouverne la France est passée. Pour les amoureux de notre pays, il faudra changer d’espoir et de méthode.

Affaires Floyd et Traoré – Jordan Bardella :
“Les antifascistes sont les réels fascistes”

 

Francis Letellier, le présentateur de l’émission Dimanche en politique, diffusée sur France 3 le 7 juin 2020, dans la grande tradition antinationale du service public audiovisuel, tente de trumpiser et donc de racistiser le 2e vice-président du Rassemblement national.

Attaquons le duel à 7’32, au moment où le jeune nationaliste du RN s’emporte.

Bardella  : Pendant plus de deux mois les Français ont été confinés, on a vu des Français qui sont allés par exemple, aujourd’hui c’est la Fête des mères, rendre visite à leur maman dans les Ehpad qui étaient malades et qui se sont pris 135 euros d’amende, on explique aux Français qu’il faut aujourd’hui limiter les rassemblements à plus de 10 personnes. Moi j’ai vu pendant les manifestations des Gilets jaunes sortir là la répression la plus totale avec les canons à eau, les lanceurs de balles de défense, la sévérité la plus totale de la part du ministère de l’Intérieur, et aujourd’hui on a des manifestations antiflics, parce que ce sont des manifestations dans lesquelles on a entendu toute la semaine des slogans antiflics, on a vu l’État français se faire humilier par des slogans dont je ne rappellerai même pas. On a vu le président de la Ligue de défense noire qui est un groupuscule pour le coup raciste, racialiste, dénoncer la France, « pays d’esclavagistes, de colons », enfin je veux dire l’État n’existe plus, l’État se fait humilier en permanence, et ce que j’aimerais c’est que le ministre de l’Intérieur d’abord se déconfine et aille ramener l’ordre dans ces manifestations…

Letellier  : C’est-à-dire ? Ça veut dire quoi ? Il faut envoyer la police ? Il faut réprimer ?

Bardella  : Mais pardon, quand il y a une manifestation qui est interdite on organise sa dissolution !

Letellier  : Y compris éventuellement de violences et de casse ?

Bardella  : Mais attendez lorsqu’il y a eu les manifestations des Gilets jaunes le ministre de l’Intérieur, il n’a pas hésité à sortir les canons à eau, il n’a pas hésité à mettre des CRS dans les rues avec la sévérité la plus totale, et je dis que ce prétexte des violences antiflics, parce que ce sont des propos de haine qui sont tenus à l’égard de nos forces de l’ordre, ils sont inacceptables ! Et encore une fois on a utilisé ce qui s’est passé avec Adama Traoré, dont pardon je rappelle il y a deux expertises judiciaires, pas un avis médical, qui a été trouvé par la famille quelques heures avant.

Letellier : Oui mais qui compte aussi ! Il ajoute une pièce au dossier.

Bardella  : Ce qui compte c’est l’avis de la justice. Je comprends la peine de cette famille, mais ce n’est pas non plus une famille d’anges. Parce que tous les frères, non mais pardon c’est important de le rappeler parce qu’on entend beaucoup « les Traoré, les Traoré », un peu le fer de lance de ce mouvement. On rappelle pas qui ils sont les Traoré ! Tous les frères qui sont mis en cause dans des affaires de violences…

Letellier : Oui, non, mais ça c’est autre chose !

Bardella  : Dans des affaires de chauffeurs bus, de bus attaqués.

Letellier : Est-ce que je peux vous parler d’autre chose ?

Bardella  : Dans des affaires de viol. Il faut le rappeler qui sont ces gens-là !

Letellier : Jordan Bardella, quand vous dites “des slogans antiflics”, quand par exemple 30 % des Français, c’est une étude YouGov, disent ne pas se sentir en sécurité face à un policier, est-ce que vous les comprenez ?

Magnifique ! Letellier botte en touche et préfère s’attaquer à la police française plutôt qu’aux racailles ! Il a bien appris sa leçon gauchiste antiraciste antiflics, le petit animateur culturel déformé comme beaucoup d’autres par SOS Racisme, cette idéologie antifrançaise à laquelle ces collabos doivent leur place au chaud dans les médias mainstream. 
On appelle ça la préférence antifrançaise, et c’est le credo du service public audiovisuel, totalement sous contrôle, prêt à mentir et à intoxiquer plutôt que de dire la vérité aux Français. Une vérité que les Français ne connaissent que trop bien. Plutôt le mensonge antiraciste sioniste que la vérité !

La nouvelle Traite des Noirs de la télé sioniste

 

« N’envoyez pas vos Négros, parce que nous savons que vous les avez faits à votre image ! Frères et sœurs, ne les laissez pas se servir de vous pour aller contre nous… »

Soudain, sans nous prévenir alors que nous sommes un peuple sensible, une foule sentimentale, voici qu’une avalanche de Noirs envahit la télé française, pourtant occupée par des sionistes qui généralement détestent les Noirs, et plus globalement tout ce qui n’est pas sioniste. 

Le comédien défectueux Omar Sy, attaqué par un Olivier Marchal à moitié pété, trouve un défenseur en la personne du bulot géant Bruce Toussaint sur CNews ; l’éprouvante raciste anti-Blancs Rokhaya Diallo écrase son gros derche sur les Grandes Gueules ; le « nègre de maison » Dominique Sopo, neutralisé depuis longtemps par une fléchette hypodermique sioniste, déballe sa salade défraîchie chez Bourdin ; enfin, la Touffe Assa Traoré aboie sa syntaxe déficiente chez un Barthès dubitatif.

Le lobby ouvre le robinet à Blacks, ça ne lui ressemble pas : il doit y avoir une raison.

On va commencer par la plus dingue, la sister haineuse qui se prend pour le ministre de l’Intérieur à la place de Rantanplan, il est vrai complètement barré. Nantie de sa nouvelle autorité, elle donne des ordres aux 300 000 policiers français et à toute la justice, pourquoi se restreindre ?

Assa Traoré : « Nous attendons que les gendarmes et les policiers qui se disent “bons” dénoncent les comportements de ceux que j’appelle les brebis galeuses, nous attendons que samedi, comme aux Etats-Unis, ils mettent un genou à terre, le poing levé ». lité1 179

Racisme autorisé (par les maîtres)

Toute l’émission chez la Barthès est ici, mais on vous déconseille ce dégueulis de haine antifrançaise, antiflics et anti-Blancs. Si encore la Traoré avait le talent de Malcolm X ou de Louis Farrakhan, ça pourrait s’écouter, s’analyser, se discuter, mais les sionistes ont vraiment choisi du proxy bas de gamme, ce qui nous fait dire que l’ingénierie en cours ne va pas pouvoir tenir longtemps. Il va falloir trouver mieux que ça, et fissa !

Comme l’a dit Rantanplan, on est dans l’émotionnel, et tout ce qui est rationnel est balayé. Par exemple le fait que des racailles de chaque côté de l’Atlantique meurent pendant une interpellation, ça fait partie des risques du métier de délinquant et tout le monde se fout de cet accident du travail.

Quand Cédric Chouviat, un bon père de famille, bosseur et honnête, a été étouffé par des flics, ça n’a ému personne, sauf sur les réseaux sociaux. On n’a pas entendu la Traoré, le Sopo et toute la bande des people drogués à l’antiracisme.

C’est comme ça, les Français sont touchés par la mort de gens honnêtes, plus encore par la mort de héros. Pour eux, un martyr c’est quelqu’un de bien qui meurt pour tout le monde, pour sa cause, à cause de sa cause, pas un truand que sa tribu veut ériger en martyr en nous forçant à verser des larmes. Ça n’a pas empêché Rachida d’envoyer la sauce, mais on subodore que c’est plutôt sur son histoire familiale qu’elle pleurait :gellee@gelleejeanluc

on est pas sorti de la merde …

Vidéo intégrée

Même si les Français ont été outrés par la séquence de la répression politico-policière contre les Gilets jaunes, ils n’en détestent pas pour autant la police, qui a malheureusement sauvé les fesses de ce régime pourri.

Aujourd’hui que les flics sont sur la sellette, considérés comme de vulgaires malfrats par la bande des CRIF, LICRA et autres SOS, les Français ne marcheront pas pour Adama Traoré, car non seulement il y a le lobby derrière, mais le jeune homme symbolise toutes ces racailles qui pourrissent la vie quotidienne de millions de Français depuis des décennies. 
Alors les oukases du médiocre millionnaire défiscalisé Omar Sy tombent comme des mouches sur un cul d’éléphant : on s’en tape, et Marchal aussi. Bonne nouvelle, il reste encore un homme dans le cinéma français avec un peu de courage et d’intelligence.

Et voici, sorti des poubelles de l’Histoire socialo-sioniste des années 80, ce pauvre Sopo, le prisonnier du lobby qui finira coursé par les Français – traités de racistes et insultés pendant trop longtemps – le jour de la Libération. Domi, ou plutôt Soumi, aura servi ses maîtres pour un poste de président bidon, tant la ligne de SOS Racisme se décide dans la coulisse sionarde. Ce qui n’empêche pas le vieux Bourdin d’inviter le shablack goy de service :RMC@RMCinfo

Racisme: “Ce n’est pas parce que c’est pire ailleurs, qu’il n’y a pas à faire dans nos sociétés” dit Dominique Sopo, président de SOS Racisme.”Ça fait des semaines qu’on demande que s’ouvre le dossier du racisme dans la police” @SOS_Racisme #BourdinDirect

Vidéo intégrée

Et après l’animateur se demande pourquoi il est débarqué de la matinale de RMC…

Heureusement, au milieu de cette séquence éprouvante pour les amoureux de la France, il y a des moments de franche rigolade :SANDRA FREYBURGER@SANDRAFREYB

En faisant s’agenouiller ses troupes en mémoire d’une racaille (Hollande avait soutenu le « pauvre » Théo, saluant sa « dignité »), Mélenchon se met 90 % des Français à dos. À méditer quand on pense que le boss de LFI veut devenir président…François Hollande@fhollande

Théo a réagi avec dignité et responsabilité. La justice a été saisie, il faut lui faire confiance. Elle ira jusqu’au bout.

Voir l'image sur Twitter

Des fois, on se demande si l’antiracisme n’est pas le moyen de faire crever l’opposition (100 % contrôlée) de gauche. Remarquez, de l’autre côté de l’océan, c’est pas mieux :Qanon France@QanonFrance

Cependant, ces visages non pâles qu’on voit s’agiter à la télé ne sont que des abrutis ou des marionnettes. La majorité n’est pas représentée, c’est ce qui donne cette impression de chaos généralisé, alors que les manifs pro-racailles ont floppé (20 000 seulement dans toute la France) et qu’en dehors des plateaux télé ou radio, les Français ont repris (plus ou moins vite) le chemin de la vie normale, et n’ont pas envie de mourir pour Adama. Pour de Gaulle, pour Bayard, pour Bonaparte, pour Raoult, ou même pour Soral & Dieudonné, mais pas pour une racaille ! C’est comme ça : l’admiration, ça se mérite. Que ce soit chez les Noirs ou les Blancs, l’immense majorité du pays ne marche pas dans l’ingénierie sioniste qui se prend soudainement d’amour pour les « martyrs » du racisme.

Le mot de la fin à une non-essentialiste :Lorie Trump @LoriePerne

A quel heure les noirs qui se font chier à bosser à l’école, à travailler honnêtement et à se faire respecter devraient se sentir solidaires d’une famille de trafiquants qui s’enrichit en nous assimilant tous à une racaille ?

J’emmerde les traoré !

Stains : polémique autour d’une fresque représentant Adama Traoré et George Floyd 

Stains : polémique autour d'une fresque représentant Adama Traoré et George Floyd

Démarrer la vidéo à :

VIOLENCES – Une fresque inaugurée jeudi dernier en présence du maire de Stains “contre le racisme et les violences policières” suscite du syndicat de policiers Alliance, qui avait appelé à manifester devant ce lundi. Les fonctionnaires manifesteront finalement devant la préfecture. 

La grogne des policier n’a pas tardé à se faire entendre. Le 19 juin dernier, une fresque réalisée par un collectif d’artistes locaux et représentant les visages d’Adama Traoré et de George Floyd a été inaugurée à Stains, en Seine-Saine-Denis, en présence du maire PCF Azzédine Taïbi. Trois jours après, les policiers appelaient déjà à un rassemblement devant l’oeuvre ce lundi 22 juin. 

INAUGUTION DE LA FRESQUE CONTRE LE RACISME ET LES VIOLENCES POLICIÈRES STAINS✊💡
Fresque en hommage à Adama Traoré et George Floyd réalisé par les artistes stanois du « Collectif Art ».
Sur la Place du Colonel Fabien, le maire Azzédine Taïbi et Assa Traoré

View image on Twitter
View image on Twitter

En plus des visages des deux hommes, la peinture murale porte aussi le message “Contre le racisme et les violences policières” qui a suscité la colère du syndicat Alliance police 93. Ce dernier a appelé à manifester devant la peinture ce lundi. Il s’agit d’une “ultime provocation par un élu de la République qui stigmatise les policiers“, a dénoncé le syndicat Alliance 93 sur les réseaux sociaux, appelant à une “mobilisation” devant la fresque et demandant à ce que “que la phrase soit repeinte”.

Ultime provocation par un élu de la république qui stigmatise les Policiers. @ALLIANCE_93 demande que la phrase soit repeinte!@ALLIANCE_93 appelle à la mobilisation

View image on Twitter

“Effacer mon frère, c’est nier son existence”

Cet appel des policiers a entraîné dans la foulée une réponse de la part du comité “La vérité pour Adama”, qui a également appelé à se rendre sur les lieux. “Le syndicat de police Alliance appelle à une action à Stains.
A repeindre la fresque qui représente le visage de mon frère Adama Traoré et de George Floyd. C’est un geste infâme et injurieux qui représente bien la justice française. Effacer mon frère, recouvrir son visage, c’est nier son existence et celle de tous les autres morts entre les mains des forces de l’ordre. Effacer le visage de mon frère, le sourire de mon frère, c’est piétiner sa mémoire, offenser ma famille, faire disparaître son nom (…) C’est bafouer le droit et la justice, c’est revendiquer l’impunité policière. (…) C’est profaner nos morts. C’est insulter nos morts “, s’est insurgée dimanche Assa Traoré dans une vidéo en ligne.

🚨🚨🚨 ALERTE 🚨🚨🚨

L’action du syndicat policier alliance 93 qui appelle à repeindre le mur où est représenté mon frère Adama est un geste infamant et injurieux. 1/6

Lors de l’inauguration de la fresque jeudi dernier, Assa Traoré était présente aux côtés du maire (PCF), Azzédine Taïbi, de cette ville populaire de Seine-Saint-Denis. “Cet appel au rassemblement (du syndicat Alliance, ndlr) est une menace à l’ordre public que je ne peux tolérer“, a réagi dimanche Azzédine Taïbi, faisant part de ses “inquiétudes quant aux risques de débordement”.  “A Stains, nous avons toujours dénoncé les violences quelles qu’elles soient. (…) Pour autant nous ne cesserons pas de dénoncer les comportements inadmissibles de certains policiers qui outrepassent leurs droits”. “Cette fresque est une expression artistique et pacifiste, en soutien et hommage à toutes les victimes de l’injustice”

Embedded video

Visage ravagé et figé par des siècles de soumission sous l’adrénaline endémique de la circoncision et la consanguinité, sans parler des moeurs polygames.
Mental de soumise non à l’esclavagisme mais à l’Islam qui est lui-même en mode colonialiste et esclavagiste… c’est son modèle éconmique de conquérir des territoires pour les mettre en esclavage, alors que la soumission à l’islam est déjà une forme de prison et d’esclavagisme. Syndrome de Stockholm et de München pour la laideur… attirance pour les bourreaux et l’horreur. Eduquée dans la frustration sexuelle qui génère soit des soumises fidèles au dogme du complexe d’infériorité, soit des hystériques névrosées ou carrément les deux ! Ces maladies mentales font de leur vie un enfer qui les portent à aspirer au paradis tant promis et cette psychose de ne pas retourner en enfer. Ce qui emplifie de façon exponantielles leurs maladies mentales. La mort de l’autre rendu responsable… car c’est toujours la faute des autres, est une forme de soulagement passager. Il faudra toujours tuer et de plus en plus… voir TAMERLAN et ses millions de morts au nom de l’islam… mais la paix de l’âme rendue impossible se complait dans l’idée utopique d’aller au paradis ! Mais comment mériter le paradis quand on ment, triche, vole, escroque l’administration, agresse les français et prone leur soumission sous la domination noire ? Comment aller au paradis pour un dogme qui appelle au meurtre ?
Regard vide@ sans avenir donc suicidaire. Besoin de dominer par vengeance non pour avoir été esclave mais pour s’être enrichi en étant esclavagiste… mais devenue pauvre dans un pays riche. Inutile d’insister sur le fait qu’un regard fuyant sans expression humaine cumule la lâcheté, la fourberie, la cruauté et la traîtrise. C’est l’âme des escrocs totalement dénués d’empathie pour leurs victimes… ce qui est le propre des sectes qui pratiquent l’ablation du prépuce porteur de sentiments humains. La circoncision c’est l’élimination de toute sensibilité humaine pour devenir un guerrier sanguinaire… amplifiée et justifiée par l’islam qui prône le prosélytisme et la mort des mécréants. Les deux critères étant liés pour produire des criminels autorisés et brevetés. L’islam c’est le massacre de 850 millions d’innocents sous le couvert d’une religion.
Les juifs comme Rothschild et Soros qui ont bien compris cette philosophie de vie suicidaire sont les rois pour manipuler ces marionnettes absentes de toute humanité… pour réaliser un génocide planétaire. Des gens qui n’ont rien à faire ensemble et qui n’ont aucun intérêt commun vont s’entretuer… les circoncis par haine, les intacts pour se défendre mais avec un temps de retard, car l’intact préfère le dialogue et le compromis que le meurtre.
Je m’adresse à des cerveaux de bon niveau qui serons capables de se reconnaitre dans ces caractéristiques.
Pour bien comprendre ce qui parait compliqué il suffit tout simplement de savoir que le but de la mafia des 6666 c’est de dominer le monde par un gouvernement mondial unique… et donc de manipuler 99% de la population pour en éliminer 6 milliards tout en gardant les plus soumis et les plus productifs pour en faire leurs esclaves… Un être humain qui se dit supérieur a besoin d’un personnel corvéable à son service. Malheureusement pour Kushner gendre et rival de TRUMP le monde ouvre les yeux et ne veux pas mourir comme une merde programmée. Mais comment se sortir de ce merdier dans le temps d’une seule génération après deux siécles de domination des 6666 ? Trump a réussi là ou Kennedy s’est fait tuer, à reprendre le contrôle de sa monnaie… nous ferions bien d’en faire autant et de virer tous les politiques soumis à Rothschild … qui s’est fait viré définitivement par Poutine !
@ NB ; Le regard de cire est tellement vide que la garçonne porte des faux cils pour se donner un minimum de féminité… d’humanité.


Enorme scandale : Blanquer laisse Assa Traoré endoctriner nos enfants dans l’enceinte de nos lycées

Enorme scandale : Blanquer laisse Assa Traoré endoctriner
nos enfants dans l’enceinte de nos lycées

C’est une véritable honte, c’est une humiliation sans nom pour notre Education Nationale : Blanquer laisse Assa Traoré mener sa propagande au coeur de nos collèges, au coeur de nos lycées.

Cette Assa Traoré, dont la seule vertu est d’être de la fratrie d’un gang d’abominables mafieux maliens  intervient dans nos établissements scolaires.

Oui, notre Ecole, si prestigieuse il y a encore  quelques dizaines d’années,  en est réduite à ça.

Les Gauchistes s’esclaffent, c’est ce qu’ils ont toujours voulu : la destruction de l’Ecole de Jules Ferry.

Ils y sont parvenus !

Et Blanquer que fait-il ?

Rien !

Il a pu faire illusion, mais il est, en fait, de la même eau que Castaner, Belloubet, Sibeth, Pénicaud : c’est un macronien , un traître !

Au nom de quoi la dangereuse Assa Traoré peut faire des tournées où elle propage sa haine de la Police dans nos lycées @jmblanquer ? Vous aussi vous ne contrôlez plus rien ?

Voir l'image sur Twitter

Assa Traoré donne des conférences dans les les lycées. Le gouvernement ne peut pas à la fois dire qu’il soutient les policiers et laisser ainsi se propager la sédition dans des cerveaux fragiles de manière totalement officielle. #JusticePourAdama cc @jmblanquer

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

La guerre des gris contre les blancs c’est cela ;

Nigéria : violentes attaques musulmanes contre les chrétiens, plus de 200 morts !


Nigéria : violentes attaques musulmanes contre les chrétiens, plus de 200 morts !

Le président Buhari, dans la province du Plateau.

Violentes attaques, telles doivent être formulées les agressions armées menées par les musulmans peuls (bergers) contre les chrétiens du plateau (agriculteurs) . L’attaque a été coordonnée sur 13 villages…
La presse française qui en fait état qualifie les événements « d’affrontements », laissant supposer que les chrétiens s’étaient armés eux-aussi !
Le Figaro minable sur le sujet ! N’allez pas voir !
Libération/AFP en fait une présentation par une cause relativement dérisoire -vol de 300 vaches- et d’un groupe de chrétiens établissant un barrage -mortel- sur la route Jos-Abudja* comme participant aux causes et non en réaction…
* Jos : capitale de la province, Abudja capitale du pays.

Un premier regard sur le Nigéria, 190 millions d’hab., soit plus de 206 hab/km2. Prévision 440 millions d’hab. en 2050. Le Nigéria est le pays d’Afrique qui voit le plus d’émigrés tenter de rejoindre l’Europe (GB surtout). Sa population est pratiquement à 50/50 chrétiens/musulmans.
Le Nigéria est donc le pays type de la propagation de la violence en Afrique tant à cause de sa démographie que de sa double culture religieuse. Certes, est mise en avant la pauvreté des peuls bergers. Mais vu sa densité de population, sa croissance démographique, les choses ne peuvent qu’empirer.
L’économie nigériane basée en premier sur le pétrole n’apporte rien aux populations, voire le contraire. En cause la corruption et une exportation du pétrole brut aux mains de sociétés guère scrupuleuses, ce qui a suscité des révoltes fortement réprimées !

La localisation des « affrontements » comme ils disent, la Province du Plateau, au centre est, loin des attaques de Boko-Haram qui n’a rien à voir ici, si ce n’est que les armes arrivent plus facilement de la zone sahélienne ce qui ne contribue pas à rassurer pour l’avenir… S’ajoutent des réfugiés du nord, les effets du réchauffement climatique induisant une recherche de zones plus vertes…

La réalité politico-religieuse est à analyser.
Le président actuel, Muhammadu Buhari est musulman sunnite comme les musulmans nigérians. Il a été élu pour combattre Boko Haram, ce qu’il semble faire de façon fort timide, ainsi qu’en ce qui concerne la protection de la communauté chrétienne de la province du Plateau !
Les forces de police locales n’ont annoncé que 86 morts ! Ce qui paraît une provocation vu la réalité, ou alors une complète désorganisation de ces dernières…
En réaction aux évènements le président nigérian a appelé au calme via le compte Twitter de la présidence, c’est à la mode… Il a assuré que tous les efforts seraient fournis afin que les responsables de ces attaques soient traduits en justice. Autrement dit, comme dans tous les pays victimes du djihadisme, des promesses, des promesses…

La situation est telle que le bilan sur 3 ans serait de 16 000 chrétiens tués !
Dans son rapport très critique mettant en cause l’Etat Nigérian, la Société internationale pour les libertés civiles présente des données selon lesquelles des centaines d’églises auraient été attaquées, 16 000 chrétiens auraient péri dans des violences, ces trois dernières années. Parmi les victimes, 2 050 seraient mortes suite à la « violence directe de l’Etat », 7 950 lors de gardes à vue ou de détentions pour motif ethnique, 2 050 seraient victimes de l’insurrection de Boko Haram et 3 750 victimes des éleveurs peuls.

Bien sûr cela n’a guère d’échos auprès des politiques, de l’ONU et cela va sans dire, de l’imam de Rome !
On ne va quand même pas mettre en cause les frères sunnites de la chère Arabie, cela serait en plus la mettre en cause pour sa diffusion de l’extrémisme wahhabite…

Les gauchistes sont vraiment tarés
et Miller en est un vilain prototype !

Le soumis Gérard Miller réclame une rue Adama Traoré !


Le soumis Gérard Miller réclame une rue Adama Traoré !

Si les « cons » volaient, Gérard Miller ne serait pas chef d’escadrille mais ministre de l’Aviation. Comment peut-on débiter autant d’âneries sur un plateau télé et comment peut-on inviter à débattre un aussi pitoyable représentant de la gauche française ? Sa dernière affirmation, est à retenir parmi les absurdités les plus remarquables car, pour lui, il n’est pas absurde de « déboulonner » les statues des généraux et maréchaux français qui ne sont que des « assassins ».

Sait-il que dans les guerres les armées sont en présence pour se massacrer et que c’est celle qui massacre le plus qui l’emporte ? Est-ce que les généraux et les maréchaux qui dirigeaient, sous son copain Staline, les armées de l’URSS et envahissaient la Pologne et la Prusse en massacrant et violant n’étaient pas également des « assassins » ? Est-ce que ses copains communistes qui collaboraient avec les nazis jusqu’à l’automne 1941, assassinant des partisans et sabotant les usines n’étaient pas des « assassins » ? Est-ce que ses amis communistes qui appelaient sur l’Humanité à massacrer les Arabes au mois de mai 1945, à Sétif, n’étaient pas des « assassins » ?

Est-ce que ses amis communistes
qui aidaient le FLN à tuer des jeunes soldats français en Algérie, et des policiers
dans la région parisienne,
n’étaient pas des assassins ?

Et il explique, Gérard Miller, que l’on pourrait mettre des « plaques » sous les noms des avenues, des rues, des places, des statues, afin de renseigner sur ce que ces « assassins » ont fait de leur vivant. Il me semble qu’on devrait le prendre au mot et expliquer à la jeunesse, totalement désinformée, les millions de gens que les amis communistes de Miller ont « assassinés » durant des décennies, en France et dans le monde.

Non seulement ils permettent à des manifestations interdites de se dérouler en toute tranquillité, mais demandent aux commerçants de fermer leurs magasins afin qu’ils ne soient pas vandalisés, pillés, frappés.

Ils laissent les statues de « nos héros » se fracasser sur le sol, être piétinées, peinturlurées et pas une voix ne s’élève, pas un geste protestation et des forces de l’ordre totalement muselées.

Ce n’est pas sous Clemenceau que cela aurait pu se produire.

Monsieur le Premier ministre, si vous n’êtes pas d’accord, si vous ne cautionnez pas, éloignez-vous, ne restez pas à leurs côtés : démissionnez !

Nous n’avons pas à nous excuser, à cause de notre couleur de peau, en tant que Français, pour la mort d’un Afro-Américain aux États-Unis. Nous n’avons pas à nous excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée, c’est important de le rappeler, à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis

Adama Traoré avait été interpellé lors d’une opération qui visait son frère Bagui, suspecté d’extorsion de fonds.

Nous n’avons pas à nous excuser car nous n’avons colonisé personne. Nous n’avons jamais mis personne en esclavage de la même manière que tous ces groupes politiques et tous ces militants politiques eux-mêmes n’ont jamais été colonisés ou mis en esclavage en France »

« Ils demandent non seulement de nous mettre à genoux, mais en plus de salir la mémoire de nos ancêtres, de cracher sur notre histoire, d’abattre nos statues… et demain, que nous demanderont-ils ? ».

De se mettre à genoux c’est un simagrée de catholique… alors pourquoi mimer une religion détestée ? Et ça sert à quoi face à des malades mentaux qui se coupent la bite comme des sauvages qu’ils sont ! Nous sommes dans un pays civilisé qui n’a pas à singer la barbarie africaine et à se plier à des déserteurs incapables de respecter leur propre pays.
MILLER est l’exemple typique de l’ingratitude des immigrés. Non seulement, il est incapable de dire merci à la France qui l’a superbement accueilli mais en plus il crache sur le peuple de France. Les français sont des cocus typiques… non seulement ils ne sont pas remerciés mais en plus ils sont trahis. C’est parmi les émigrés que l’on trouve le plus de brochettes d’ordures traitres à la France. Moralité, les déserteurs revenez chez vous ou c’est cent fois mieux. Et la France stop à l’arnaque suicidaire des droits de l’homme !


Deux frères d’Adama Traoré en garde à vue, Mediapart, Sopo, Lozès et Melenchon vont protester !

Deux frères d’Adama Traoré en garde à vue,
Mediapart, Sopo, Lozès et Melenchon vont protester !

Ils auraient tabassé un ex-co-détenu du délinquant mort l’été dernier lors d’une interpellation qui aurait porté plainte contre le dit Adama Traoré pour viols.

On a une façon intéressante de respecter ou plutôt de faire la loi dans la famille Traoré.

Le délinquant mort en juillet avait à son actif 16 procédures contre lui en 9 ans, soit de 15 à 24 ans… Il avait donc fait un certain nombre de séjours en prison, où il aurait fait subir à  l’un de ses co-détenus des sévice sexuels (au moins un mais les autres, terrorisés, gardent sans doute le silence…). On est le caïd ou pas… on est donc PD chez les homophobes musulmans ? Ils ont tous les vices ces connards. Pas étonnant qu’il se mette la drogue dans un tube enfoncé dans le cul.

C’est sans doute d’ailleurs pourquoi ce caïd avait refusé d’obéir aux policiers venus faire un contrôle d’identité de son frère Bagui visé par une enquête pour « extorsion de fonds avec violence ».

La violence, chez les frères Traoré, on ne sait pas s’ils l’ont sucée avec le lait de leur mère, mais en tout cas, ils la pratiquent depuis de longues années. Aujourd’hui les deux frères et un complice ( c’est mieux de se mettre à 3 contre 1 pour rendre la justice de la cité) ont été interpellés ce matin à Beaumont-sur-Oise, fief de la famille Traoré, pour être allés chercher l’ex-co-détenu de leur frère décédé chez lui, l’avoir contraint sous la menace d’armes à monter dans la voiture, l’avoir amené à Beaumont-sur-Oise pour le rouer de coups dans un hall d’immeuble. Nul doute qu’ils ne seront pas traumatisés par la réponse judiciaire et qu’ils ne sont pas prêts d’être en prison

Voici ce qu’on lit sur wikipedia :

D’autres incidents éclatent à Beaumont-sur-Oise dans les jours qui suivent (NDLR, en novembre 2016), notamment à la suite de l’incarcération de deux frères Traoré suspectés d’outrage à agent (Youssouf sera condamné pour outrages et menaces de mort tandis que Bagui est condamné pour outrages et violences à l’égard de policiers municipaux et gendarmes mais fait appel45) ; la sœur du défunt appelle au calme tout en s’interrogeant sur le jeu des autorités qui rajouteraient de l’huile sur le feu46. Le 28 février 2017, Bagui Traoré est placé en garde à vue, suspecté d’avoir ouvert le feu sur les gendarmes pendant les émeutes. Une information judiciaire est ouverte pour tentatives d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique47.

Naturellement, les gauchistes et autres rappeurs fous ont soutenu les délinquants et manifestations, encourageant ceux qui, lors de l’affaire Theo, manifesteront contre les policiers et casseront tout : Mélenchon, Dominique Sopo, Mediapart… ne seront pas les derniers à dénoncer les prétendue violence policière et à soutenir les délinquants… Le rappeur préféré de Hollande, Black M, celui qui devait chanter à Verdun, se balade sur scène avec un tee-shirt « justice pour Adama »… Mais Valeurs actuelles a publié en janvier un dossier fort intéressant qui remet sérieusement en cause la version de la famille Traoré, ( qui, parmi les patriotes, pourrait s’en étonner ? ). L’article évoque la réputation terrible des Frères  Traoré, délinquants récidivistes qui sèment la terreur ( et donc le silence ) dans leur ville, et se termine par cette phrase plus qu’interessante : La fratrie Traoré est connue pour être proche des associations SOS Racisme, le Cran ou encore le collectif “Urgence notre police assassine”, très influents dans ces quartiers.

Question subsidiaire : les Frères Traoré sont-ils français ?

S’ils ne le sont pas, dehors, retour à la case départ.

S’ils le sont, déchéance de nationalité, dehors, retour à la case départ.

Ils ne sont pas nôtres, de façon évidente.


Les Blanches en adoration devant le  phallus noir (1) : de « Black Lives Matter » à la dernière série Netflix

Les Blanches en adoration devant le  phallus noir :
de « Black Lives Matter » à la dernière série Netflix

Des étudiantes du Texas transportent de gros et faux pénis en classe, pour protester contre les armes à feu sur le campus 

Comme on le voit, la chose se fait aussi en version « à emporter ». 

Une  vague « afro »  semble vouloir submerger le monde occidental : nous sommes au spectacle !

Ce sujet freudien pourrait facilement faire l’objet d’une rubrique hebdomadaire tant il est  global (et pénétrant).

Tout cela  semble d’ailleurs autant religieux que politique. 

Une meute  composée de femelles blanches, menée par « le front coalisé des milliardaires, des multinationales, des médias, des antifas » (expression empruntée à  Antiislam ), entend faire de la vénération du phallus noir la nouvelle religion d’état en Occident.

De toute évidence, puisqu’il s’agit de la nouvelle religion d’état, nous devons tous nous mettre à genoux devant ce nouveau dieu.

A commencer par les chefs d’état et de gouvernement qui montrent l’exemple :

Trudeau, genou à terre (symboliquement, devant le phallus noir ?).

Réseaux sociaux : l’embrigadement sur l’air de « Black Lives Matter ».

Les Blancs sont sommés de « s’excuser » pour ce qu’ils ont fait aux Noirs, « ces gens merveilleux ».

Les réseaux sociaux permettent un embrigadement d’individus sans conscience politique dans des mouvements exploités (encouragés ? menés ?) par la Silicon Valley et les mondialistes.

Traoré jugé irresponsable du meurtre de Sarah Halimi
car accro au cannabis


Traoré jugé irresponsable du meurtre de Sarah Halimi car accro au cannabis

Décidément, les juges français s’avèrent magnanimes avec les fumeurs de shit.Implacables de sévérité envers les amateurs de vin, ils pardonnent tout aux accros du cannabis. En bon musulman, Kobili Traoré ne goûte sans doute pas au divin nectar; en revanche, il adore la fumette au tétrahydrocannabinol et c’est donc sous l’emprise du THC qu’il a massacré Sarah Halimi, une paisible retraitée juive aux cris d’« Allah Akbar » et « J’ai tué le sheitan. » Bien qu’évident, il aura fallu plusieurs mois de bras de fer pour que le caractère antisémite du meurtre soit retenu par la juge d’instruction. Mais finalement, la Justice hésite encore : peut-on tuer par antisémitisme quand on a trop fumé de cannabis ? Alors, sans que la défense ne le demande, une nouvelle expertise psychiatrique est réclamée par le magistrat instructeur. Expertise qui conclue donc à l’irresponsabilité de Kobili Traoré !

« …une nouvelle expertise psychiatrique demandée par les juges d’instruction a conclu à « l’abolition » du discernement du suspect. Ce qui signifie que Kobili Traoré n’était pas conscient de ses actes et serait donc pénalement irresponsable.

En d’autres termes, il ne pourrait être jugé par une cour d’assises ni condamné pour meurtre. S’il pourrait cependant passer de longues années en centre psychiatrique, cette option est souvent dénoncée par les familles des victimes, privées des explications que peuvent apporter un procès et confrontées à l’idée que personne n’est « responsable » de la mort de leurs proches. »

Conclusion : Kobili Traoré, « Français » d’origine malienne, au casier judiciaire chargé, n’a pas tué par antisémitisme car il avait trop fumé de cannabis ce soir-là. A croire que les juges veuillent absolument nier l’antisémitisme de certaines populations africaines ou arabo-musulmanes…

Aux milliers de fumeurs de shit peuplant nos cités, s’il vous prend une envie de meurtre antisémite, faites comme Kobili Traoré pour implorer la clémence du juge et invoquez votre intolérance au THC : « J’étais malade… Je ne sais pas, je ne me souviens plus. » (L’express)

Conclusion de Michel Onfray :

« A chaque fois qu’il y a une surenchère dans la terreur, il y a une surenchère dans la dénégation de la terreur. Lisez ou relisez « Soumission » de Michel Houellebecq : tout est raconté, tout est précisé, c’est le grand roman de la collaboration. Et les collaborateurs aujourd’hui sont nombreux, qui, dans des radios du service public, dans des journaux subventionnés par l’argent du contribuable, nous font savoir que le réel n’a pas eu lieu, que ce qui advient n’advient pas, et qu’il ne faut pas croire le réel mais qu’il vaut mieux croire leur propre fiction. C’est assez désespérant si on veut aujourd’hui se renseigner sur ce qu’il advient vraiment afin d’avoir une vision claire et nette du monde. On a jamais été autant dans la désinformation dans un pays démocratique : nous ne sommes pas bien loin d’atteindre les records qu’avaient le Chili de Pinochet ou l’Union soviétique de Brejnev. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !