ISLAM

Que dire de ces musulmanes en mini-jupe
qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?

Que dire de ces musulmanes en mini-jupe qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?

Illustration : Toutes les femmes musulmanes ne sont pas ainsi voilées, mais une grande part est ainsi muselée !

Comment est-il possible que des femmes qui se disent libres, qui disent même vouloir vivre leur vie en toute liberté plébiscitent le prophète Mohamed ? Elles se présentent comme voulant leur indépendance, et en même temps, affichent leur adoration pour un prophète dont les recommandations rendent ce vœu impossible à atteindre.

Ces femmes, je ne sais quoi en penser. D’un côté, elles s’habillent à la mode non islamique, jupe courte, décolleté, maquillage tape à l’œil. Elles correspondent plus au look bimbo qu’à celui de la parfaite musulmane. D’ailleurs, ces femmes sont en général dénigrées par leurs consœurs voilées, ou tout du moins, par celles ayant une apparence plus raisonnable, selon la norme musulmane. Ce dénigrement s’aggrave quasi-systématiquement, quand en plus de cela, elles ne se contentent pas d’afficher une apparence non musulmane, quand leur mode de vie est tout autant non islamique. Sorties en boîte de nuit, voyages, alcool et autres…

Rien en adéquation avec les préceptes coraniques selon les dires de leurs coreligionnairess et pourtant, elles vont quand même continuer à se réclamer de la musulmanie.

Je ne pensais pas spécialement à ce genre de personnes car je me suis fait une raison. La bêtise de nombre de musulmanes dites libérées est tellement grande que j’ai arrêté de me casser la tête à essayer de comprendre leur stupidité.

J’ai essayé avec certaines de leur ouvrir les yeux, sans grand succès. Depuis, j’ai décidé de laisser ces ahuries se fourvoyer dans leur délire mahométan. Je ne vais pas m’épuiser en pure perte pour des bouchées, cela n’en vaut pas la peine. Je tiens à ma santé mentale !

Pourquoi dès lors vouloir aborder ce sujet ? Parce que j’ai rencontré hier une jeune femme, jupe courte, décolleté pigeonnant, avec un physique pas spécialement reconnaissable comme étant celui d’une musulmane, en réalité, une femme ordinaire en Terre de France. Sauf que le décolleté de celle-ci laissait voir un tatouage inattendu. Je ne m’attendais pas à voir sur cette personne une telle déclaration d’amour. Un Mohamed bien en vue, gravé sur la peau du haut de son sein, côté cœur, avec en dessous sa version en arabe, je suis allée vérifier sur Internet.

Comme d’habitude, encore une qui se permet de profiter de la liberté que la France offre, et dans le même temps se réclame adepte de la sinistre religion musulmane. Je ne dis pas pour celle-ci, je ne la connais pas, même si j’ai de fortes présomptions en ce qui la concerne, mais elles me font doucement rire ces mahométanes qui disent que l’islam n’est pas une entrave à l’exercice de leur liberté. Elles vont même jusqu’à dire que c’est leur religion qui leur permet d’être libre. Mahomet est, paraît-il selon ces cruches, un grand féministe.

Il est curieusement féministe en terre non islamique, et bizarrement misogyne en pays musulman.

Comme par hasard, les femmes musulmanes jouissent de la liberté d’agir seulement en pays kouffar, et sont réduites à pas grand chose dans les shitoles islamiques.

Ce n’est pas dans un, pas deux pays musulmans où les femmes disposent de peu de droits, mais bien dans la quasi-majorité des 57 Etats mahométans.

On ne va pas nous faire croire que tous n’ont pas compris le fameux message de momoh, car cette excuse de l’interprétation est vraiment risible. La religion musulmane, censée être parfaite, comment peut-elle être à ce point incompréhensible, incomprise ? Comment ?

Peut-être que tout simplement, les choses se passent ainsi parce que l’essence de l’islam, c’est cela même ! C’est un système où tout type de liberté n’existe pas car tout est codifié, réglementé par le menu. Le comportement des femmes, plus que pour celui des hommes, fait l’objet de toutes les attentions, je dirais plutôt, est frappé de tous les interdits. Rien n’est laissé au hasard. On leur a taillé une case sur mesure assortie d’une série de punitions pour bien les maintenir dans celle-ci.

C’est pourquoi quand une féministe musulmane, oxymore et pas des moindres, vient nous dire que la situation des femmes en terre d’islam n’est pas le fait de ce dernier, mais des hommes ayant mal interprété, mal saisi la profondeur du message de sa majesté mahomet, le modèle parmi les modèles, je reste dubitative. Je me demande que choisir pour la désigner, adepte de la mauvaise foi ou de l’aveuglement, ou peut-être les deux en même temps. Comment peut-on oser débiter de telles contre-vérités, sans la moindre gêne, le plus normalement du monde ? Je vous laisse prendre connaissance d’un extrait du discours de l’une de ces volailles halal, et juger par vous-même du haut niveau de malhonnêteté de ce type d’individu :

« La nouvelle approche féminine islamique- dans laquelle je me reconnais pleinement- s’inscrit dans un registre de fond différent, quoique dans la forme il y a une certaine cause commune. Notre but sera de militer pour les droits des femmes musulmanes, de l’intérieur de l’islam en tant que religion, mode de vie, selon une vision globalisante et contemporaine…Nous luttons dans un cadre explicitement religieux pour la simple et bonne raison que nous considérons que l’islam est à nos yeux porteur d’un message profondément émancipateur. La différence est de taille. De et par l’islam, et à partir des références islamiques … »

Tout le reste est de la même veine, des âneries, en veux tu en voilà. Le message censé être émancipateur, qui a tout de même plongé les femmes vivant sous les cieux musulmans, dans des ténèbres sans fin depuis 1400 ans. Sur cette si longue période, pas un musulman digne de ce nom pour mettre en lumière la magnificence des prescriptions coraniques, des paroles d’allah. Eh ben ! Ils ne sont pas doués !

On ne pourra pas cacher, avec de tels arguments bidons, la responsabilité de l’islam sur la situation plus que catastrophique des femmes. Le recul des sociétés musulmanes en matière de droit féminin n’est plus à démontrer, les versets coraniques, les hadiths se succèdent les uns derrières les autres, et laissent à voir toujours la même chose, une considération pour la gent féminine proche de zéro !

Les incidences délétères de l’islam sur la condition féminine de millions d’individus ne sont plus à prouver, elles sautent aux yeux de qui veut bien les voir.

Les féministes musulmanes sont à l’œuvre tous les jours dans leur basse besogne, celle de prouver aux yeux du monde les bienfaits apportés par l’héritage de momo. Mais pas que, des sites internet de musulmans dits modérés sont aussi de la partie. Plus on est de fous, plus on rit !

Ainsi, le site dénommé « islam web », pour dédouaner la religion musulmane des accusations qu’elle récolte régulièrement quant aux conséquences néfastes sur la vie des femmes, dit de ces dernières qu’elles sont esclaves de leurs émotions, incapables de raison, et donc doivent être protégées d’elles-mêmes. En conclusion, on cherche à justifier l’injustifiable en déclarant que l’islam n’est pas mauvais pour elles, au contraire, il est génial, car sans lui, elles feraient tout et n’importe quoi jusqu’à se mettre dans des situations improbables. Sous des airs de bienveillance, on fait donc passer le message que la gent féminine est bête, stupide, incapable de s’auto gérer. Et c’est ça qui est censé nous convaincre de l’infinie bonté de l’islam envers les femmes ?!?!

Pour ma part, je dois dire que ce genre d’arguments a plutôt tendance à renforcer la haine ressentie face à cette doctrine. En refusant, ces explications bidon, et même en les condamnant sans appel, je serais selon les énergumènes de ce site un détracteur, entendre par-là une personne qui n’a rien à faire de sa vie si ce n’est chercher des poux à l’islam pour son bon plaisir.

« Le Prophète () a dit : « Je n’ai pas vu des êtres comme vous (les femmes) dont la raison et la religion sont déficientes, mais capable de troubler l’homme décidé. » (Boukhari et Mouslim). Certains détracteurs, dans leur tentative malsaine de porter atteinte à l’image de l’islam, laissent entendre que ce hadith est une preuve de plus que la religion musulmane humilie la femme, porte atteinte à sa dignité, à son rang dans la société et ne lui reconnait aucune forme de raisonnement ni dans ses réflexions et  ni dans son comportement.

Or, ceci n’est absolument pas vrai et le hadith en question, comme nous allons le voir, prouve exactement le contraire de ce qu’ils essayent de nous faire avaler. Ce hadith décrit en réalité la nature de la femme, une nature dominée par les émotions. En aucun cas ceci ne constitue un défaut. Au contraire, c’est une qualité adaptée à sa vocation dans la vie. De par sa nature, la femme est une source inépuisable de tendresse et ce rôle est plus important pour sa famille en particulier et pour sa société en général que son rôle de source de réflexion raisonnée. En effet, c’est elle qui procure l’affection, c’est elle qui essuie les larmes et les remplace par le sourire, et c’est elle encore qui dissipe les peines que son mari et ses enfants ont endurées toute la journée. Ce rôle, elle l’assume non pas par la raison, mais par les sentiments. Ceci n’est pas une sous-estimation de la pensée et de l’intelligence de la femme, mais plutôt une mise en exergue de sa véritable nature. »

Trêve de plaisanterie, les sites musulmans pratiquant la takkya, les pseudos féministes musulmanes, les indigénistes, les gauchos, les dhimmis, la liste est longue de ceux qui pratiquent la langue de bois, pourront dire tout ce qu’ils voudront pour masquer la toxicité, les méfaits de la doctrine mahométane, les versets du coran, les hadiths et autres seront toujours là, eux, pour contrecarrer leur mauvaise foi, leur baratin bas de gamme. Ce n’est pas compliqué, il n’y a qu’à les lire tout simplement !

Que dit le Coran au sujet de la femme ? Les textes de l’islam posant le statut de celle-ci :

La supériorité de l’homme sur la femme

Le Coran affirme clairement que les hommes ont reçu le privilège d’avoir autorité sur les femmes. Ils ont même le droit de les frapper, au seul motif de craindre une désobéissance de leur part :

(S4, V34) : « Les hommes ont la prééminence ou l’autorité sur les femmes à cause des privilèges par lesquels Allah a favorisé ceux-là (les hommes) sur celles-ci et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent pendant l’absence de leurs maris ce qu’Allah a ordonné de conserver. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance et vous les reléguerez dans des lits à part et vous les frapperez. »

La femme ne peut pas se marier sans tuteur masculin

En vue du mariage, la femme doit obéir à des règles et des conditions sans lesquelles celui-ci ne serait pas valide. Parmi celles-ci figurent la présence du Walî (tuteur) et de deux témoins musulmans ainsi que la demande de mariage et l’acceptation. Si ces règles ne sont respectées, le mariage n’est pas valide :

(S4, V25) : « …Et épousez-les avec l’autorisation de leurs maîtres (Walî) et donnez-leur une dot (mahr) convenable… »

Ce principe fait de la femme une mineure à vie, jusqu’à ce qu’elle soit répudiée ou veuve, puisque la femme qui n’a pas été répudiée ou qui n’est pas veuve, ne peut se marier et choisir son époux en toute liberté.

Le précepte coranique qui impose l’obligation d’un tuteur masculin pour valider le mariage de la femme est confirmé par les paroles de Mahomet :

« La femme ne peut pas se marier elle-même (sans tuteur). Seule la débauchée se marie elle-même (sans tuteur) » (Sunan Ibn Majah- Livre du mariage).

Situation des mères célibataires

Le fait d’avoir un enfant en dehors du mariage met la mère et l’enfant dans une situation dramatique. En premier lieu, la mère célibataire doit subir le châtiment de la flagellation, qui est pratiqué encore aujourd’hui dans de nombreux pays musulmans, à commencer par l’Iran chiite et l’Arabie sunnite. Le châtiment est prescrit par le Coran dans la Sourate « La Lumière » :

(S24, V1-2) : « Voici une Sourate que Nous avons fait descendre et que Nous avons imposée, et Nous y avons fait descendre des versets explicites afin que vous vous souveniez. La fornicatrice (la débauchée) et le fornicateur (le débauché), fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. »

Le voile pour la femme

Le port du voile résulte de deux versets coraniques :

(S24, V31) : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît. Et qu’elles rabattent leur voile sur leur poitrine …»

(S33, V59) : « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. »

Dans le premier verset, le Coran utilise le terme arabe « khimar », qui aurait pour signification un voile qui couvrait la femme. Le verset 59 de la Sourate 33 prescrit aux musulmanes de « ramener sur elle » le voile.

Ces expressions ont amené les Oulémas à imposer aux femmes de voiler leurs cheveux, même si la chevelure n’est pas explicitement citée dans le Coran.

Soulignons la fin du deuxième verset : « elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées ». La signification de ce passage est très claire : les femmes qui portent le voile seront reconnues comme étant des musulmanes, et elles ne seront pas offensées. Comme si l’interdiction d’offenser les femmes ne concernait que les musulmanes portant le voile.

Le mal réside dans la femme, la maison et le cheval

Le Prophète, en disant que le mal réside dans la femme, la maison et le cheval, fait de la femme la responsable du mal, puisque la maison et le cheval ne sont pas conscients du mal qui réside en eux. Seule la femme a ce pouvoir d’abriter le mal en toute conscience.

Pour appuyer son explication, l’islam cite le verset du Coran qui précise que la ruse des femmes est supérieure à celle de Satan :

(S12, V28) : «… C’est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes ! »

Alors que les ruses des femmes sont énormes, celles du démon sont faibles :

(S4, V76) : « Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Démon. Eh bien, combattez les alliés du Diable, car la ruse du Diable est certes faible ».

Suite à ce mal qui réside en elles, Mahomet affirme que les femmes représentent la majorité des occupants de l’Enfer :

« J’ai vu l’enfer, et j’ai vu que la plupart de ses habitants étaient des femmes ». (Imam Malik, Muwatta : Livre 12 – Ch. 1 – Hadith 445).

En conséquence, le Prophète explique aux fidèles musulmans :

« Les femmes représentent la pire calamité que j’ai laissée après-moi pour les hommes ». (Bukhari : Livre du mariage, Hadith 34).

Et pour finir, on citera cette prescription qui reste encore valable de nos jours :

« La prière est annulée par les chiens, l’âne et la femme, s’ils passent devant les personnes en prière » (Bukhari : Livre de la prière, Hadith 102).

Aïcha, la jeune femme de Mahomet, s’emporta contre cette prescription et s’écria : « Vous nous considérez comme des chiens » !

Je n’ai pas ici retranscrit tous les aspects du droit coutumier musulman en ce qui concerne les femmes, ils sont trop nombreux, signe à mon humble avis de la grandeur du totalitarisme frappant cette catégorie de personnes. J’ai repris les grandes lignes, et ce n’est déjà pas mal pour entrevoir la responsabilité de l’inénarrable islam.

Cependant, selon les mahométans, il y a un problème de taille dans ce genre de dénonciation, car à priori ce type de jugement se fait à partir d’une vision occidentale des choses. Selon eux, les femmes musulmanes ne sont pas comme les autres. Elles n’ont pas les mêmes besoins, les mêmes envies. Elles, paraît-il, elles sont différentes, elles ont seulement besoin d’être des mères, des épouses, des filles, des sœurs. Elles n’attendent rien pour elles-mêmes, tout ce qu’elles veulent c’est satisfaire leur famille, leur société, leur religion. Elles ont été taillées sur mesure pour correspondre au modèle féminin musulman. Un miracle apparemment, sûrement islamique !

Il m’arrive d’ailleurs, souvent, d’entendre des musulmanes dire à des non musulmanes : « nous, on n’est pas comme vous ».

C’est cela oui ! Alors comment expliquent-elles le fait que des femmes, n’ayant jamais mis les pieds en Occident, ou même n’ayant aucune connaissance de la culture occidentale, aient succombé aux appels de la chair, ou simplement, aient eu envie d’un peu de liberté, liberté d’aimer, de sortir, de rire, de s’amuser ? Peut-être que c’est tout simplement parce que les femmes musulmanes sont comme toutes les autres ? Elles ne sont pas si différentes que cela, comme on voudrait nous le faire croire. En réalité, ce qui les différencie des autres, c’est l’épée de Damoclès qu’elles ont au-dessus de la tête, celle qui y a été installée par le fameux islam. Eh oui ! Les pratiquants de la takkya ont oublié un détail de taille, c’est qu’elles risquent à tout moment d’être la cible du code de l’honneur, l’horreur pour ma part, pratiqué allègrement en pays islamique, alors pas le choix elles se tiennent à carreau ou presque. Tout se fait en souterrain jusqu’au jour où éclate le scandale, et là, la machine infernale islamique se met en branle, plus rien ne peut l’arrêter.

Les faits divers allant dans ce sens sont glaçants, mais bien sûr, ils sont ignorés volontairement par nos baratineurs professionnels. Il ne faut pas donner du grain à moudre aux détracteurs de leur cher hisse lame, n’est-ce pas ?

Ce sont des histoires réelles, ce n’est pas du pipeau sorti d’un cerveau malade, comme celui d’une apostate comme moi.

J’ai connu, à ce propos, une jeune fille à Alger, qui sortait discrètement la nuit de chez elle, pour aller rejoindre son amoureux. Elle avait interdiction formelle de sortir sans un chaperon. Et, les chaperons islamiques ne sont pas les autres chaperons dans d’autres cultures qui peuvent, eux, accorder quelques libertés. Les harpies musulmanes, c’est toute autre chose, avec elles, tu ne bouges pas une oreille, impitoyables qu’elles sont je vous le dis !!!

Cette fille, en était arrivée, pour vivre quelques moments de bonheur, à se mettre en danger, en sortant ainsi les nuits à des heures indues au risque d’être prise la main dans le sac. Cela n’a pas été le cas, mais elle m’avait dit qu’elle ressentait une peur terrible qui la faisait cauchemarder pendant plusieurs jours. Elle prenait son courage à deux mains pour être en compagnie, un temps, avec celui qu’elle aimait. Le prix était fort, des tensions internes extrêmes, des risques de punition terrible, mais le jeu en valait la chandelle.

Idem, pour une autre qui me racontait les terribles sentiments de culpabilité qu’elle ressentait quand elle avait du désir pour son chéri, une vraie torture mentale ! Elle était tiraillée entre ses sentiments, somme toute naturels, et sa loyauté forcée vis à vis de sa famille, la société. Elle était incapable de prendre du recul face à ses mouvements contradictoires. J’appelle cela de la persécution intériorisée.

Les femmes musulmanes ont été modelées, dès leur plus jeune âge, pour toujours choisir l’honneur familial au détriment de leur propre intérêt. S’écouter, se faire plaisir, c’est quoi ce truc ? Elles très peu connaître !

Il avait fallu que cela soit une personne comme moi qui l’aidât à faire la part des choses pour qu’elle puisse trouver la paix intérieure. C’est avec mon esprit occidental que je l’ai aidée et sûrement pas avec des incantations islamiques.

Conclusion de tout cela, c’est que dans pratiquement toutes les situations rencontrées ou que l’on m’a rapportées, je n’ai jamais entraperçu la moindre once de paix, la moindre bonté, le moindre respect. A chaque fois, les mots, sortant de la bouche de ces femmes, revenant en boucle, étaient peur, terrifiée, culpabilité, brutalité, frappée, terrorisée… J’ai eu beau chercher, écouter attentivement, je n’ai jamais eu la moindre allusion au mot amour, soutien, compréhension, tendresse et plus si affinités.

Alors, toutes ces donzelles se pavanant en Terre de France qui déclarent que leur religion ne les empêche pas de vivre leur vie, au contraire, que c’est une source inépuisable de bienfaits, je les trouve vraiment pitoyables, pire même hypocrites au possible. Grâce à la France, rien d’autre, oui rien d’autre, elles peuvent conduire, travailler, voyager, avoir leur propre appartement, divorcer… Et d’ailleurs, si d’aventure, elles devaient subir une certaine pression de la part de leur famille, rien ne les empêche de plier bagages pour aller chercher ailleurs des cieux plus cléments, ce qui est impossible à réaliser dans n’importe quel shitole islamique !!!

L’honnêteté serait de rendre à César ce qui est à César, mais ça, il ne faut pas rêver le virus islamique ôte toute envie d’aller dans ce sens !!! C’est par le baratin, la violence que tout cela perdure depuis tant de temps…

Quant à moi, l’islamophobe invétérée, je désavoue définitivement la musulmanie. En échange, je plébiscite avec force la République, elle qui m’a donnée ma chère liberté ! Je me désintéresse totalement de celles qui s’acharnent à défendre la corde qui les maintient en état de servitude !!!

Samia
Samia

Apostate de l’islam, islamophobe et fière de l’être, je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l’envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l’épée mais par les mots que l’on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.

10 thoughts on “Que dire de ces musulmanes en mini-jupe qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?”

  1. AvatarChristian Le plus grave ce n’est pas tous ces signes extérieurs qui sont de la provoc à deux balles mais ce qu’elles ont dans le crane. Au 21e siècle si leur dieu existe je ne pense pas que son soucis est de savoir si le voile c’est bien ou pas ou si une tranche de jambon va te boucher le derrière…Pour moi ces femmes sont des idiotes utiles à la cause de grands manitous qui ont des visées politiques en se servant de la religion pour déstabiliser nos démocraties.. A nous de ne rien céder mais comme nos politicards ne pensent qu’à être élus ou réélus car la soupe est bonne, il n’ay a qu’à regarder Edouard Philippe qui veut nous faire voter en juin aux municipales pour aller se mettre au chaud et comme les gens sont des veaux il sera élu ce tocard. il faudrait maintenant voter utile et le seul vote utile serait pour un parti souverainiste qui reste à inventer…
  2. pikachupikachu Quand un musulman sur trois s’appelle Mohamed, difficile de savoir si cette femme « libérée » s’est fait tatouer le nom de son chéri ou celui de son prophète.
    Ceci étant dit, la takya féministe est un angle d’attaque important.
    La fille de Tariq Ramadan exploite le créneau. Il est certain qu’avec l’exemple de son père, le respect de la femme est une valeur cardinale :
    cf https://www.medias-presse.info/maryam-ramadan-fille-de-tariq-ramadan-et-diplomee-en-etudes-de-genre/9086/
    Aux Etats-Unis, Maryam Tariq Ramadan plaide pour que l’islam participe au dévelopement du féminisme. Elle parle notamment de « féminisme islamique ». Le 27 mars 2013, Maryam Tariq Ramadan donnait une conférence à l’Université de New York sur le thème « Pourquoi tous les musulmans devraient être féministes ». Cette conférence était notamment recommandée par The Young Feminists and Allies (YFA) dont l’objectif est de soutenir les jeunes femmes, les hommes et les personnes « au genre non conforme » (appellation cosmétique pour les transsexuels ou transgenres) qui se reconnaissent dans « l’activisme féministe ».Tout ceci est à mettre en relation avec les déclarations très relativistes et libérales de Tariq Ramadan à propos de la théorie du genre. Voilà qui explique sans doute également que l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères Musulmans, se soit montrée opposée aux Journées de Retrait des Ecoles (JRE) initiées par Farida Belghoul.
    1. AvatarSamia Nul n’est en capacité de dire si c’est un Mohamed ou le Mohamed, toujours est-il mon propos est de dénoncer l’hypocrisie des mahométanes dites libérées, les voilées idem c’est kif kif bourricot. Elles jouissent et profitent de la liberté que la France offre, tout en voulant faire croire, à qui veut bien les entendre, que leur religion n’est pas liberticide, même est progressiste. C’est cette ineptie que je dénonce car c’est ce qui m’horripile plus que tout !
  3. pikachupikachu Cette phrase que vous citez et apparemment traduite par un imbécile est savoureuse :
    « Les femmes représentent la pire calamité que j’ai laissée après-moi pour les hommes »
  4. AvatarMachinchose Chère Samia, Pikache a presque compris la signification de ce « tatouage », moi je dirais ce « marquage »« Un Mohamed bien en vue,….tout a fait normal!
    c’est le propriétaire de la chosette qui a mis son nom !! en Camargue le propriétaire de vaches ou autres bovidés marque bien au fer son troupeau !!non! vraiment rien d’ extraordinaire…..et ça peut aider a trouver un mari..y a tellement de Mohamed (premier prénom de France, ou pas loin…)je vais en parler a mon épouse, et lui suggerer de se faire tatouer mon prénom (Paul) sur son épaule
    possible qu on ne me lise plus sur RR pendant quelques jours a la suite de cette idée géniale et de la réaction qu elle suscitera…. /LOL/
  5. AvatarHans muller Bonjour , j’ai un pote en Europe de est qui est st dans un business très particulier ou son personnel hôtesse féminin est tatoué de son emblème professionnel ,ces femmes muss qui se font tatoué momo , appartiennent a ce même type de boulot , inutile de préciser lequel.
  6. AvatarEslafin Sont-ce vraiment « les mauvais esprits » qu’il s’agissait premièrement de tenir à distance, en obligeant les femmes arabes à dormir groupées et lumières allumées ?« Dès que la salle fut libre par le départ des invités qui eut lieu de bonne heure, la femme de Habib, mon hôte, et quatre autres dames vinrent me voir [c’est l’auteur, qui est une femme, qui raconte]. Une d’elle offrit de coucher avec moi dans la chambre des hôtes, pour que je n’eusse pas peur, car les femmes arabes sont très timides pendant la nuit et se réunissent toujours pour dormir. Elles gardent les lampes allumées afin d’éloigner les mauvais esprits, quand elles couchent sous un toit. Aussi furent-elles très surprises d’apprendre que je couchais seule et sans lumière. »
    (Mary Eliza Rogers, “La vie domestique en Palestine”, chapitre VIII ; Agence de la Société des Écoles du dimanche, Paris, 1865, p. 233.)
  7. Avatarpalimola J’ai connu une musulmane dans le genre de celle que vous décrivez mini short décolleté et en plus bien roulée , on peut dire qu’elle était libérée sexuellement car seul le train n’était pas passé sur elle et pourtant a la moindre occasion elle sortait du  » sur le coran ! ou sur ma race ! ou encore sur la mecque ! Allez comprendre !
  8. AvatarGillic C’ est vraiment la religion des déséquilibrés par excellence !!!!!!!!!!!
  9. Avatarebw C’est le nom d’un de ses ex :-))) elle aura juste a ajouter I II III IV…
    On ne peut que se félicité de la dégénérescence de cette sous-culture communotariste à la sauce franco-beurre, ça me fait penser à un spectacle que j’étais allé voir à Las Vegas, vraimment haram …. et tu voyais applaudir des femmes emburkanées « chic Vegas » applaudir.
    Esperons que la France se reveille.
    Merci et bon courage.

Nolan, 10 ans, est-il mort pour avoir mangé de la viande halal ?


Nolan, 10 ans, est-il mort pour avoir mangé de la viande halal ?

.

Nolan assassiné par ceux qui refusent l’étiquetage « halal » et nous obligent à manger halal sans le savoir ?

Maxime nous avait parlé de Nolan il y a 2 ans :

.

Pauvre gosse ! Plein de vie, plein d’envie de rire… A l’âge de 2 ans, comme une quinzaine  d’autres enfants, qui seront moins atteints mais qui en conservent de lourdes séquelles, il mange un steack haché LIDL…

EColi va envahir son petit organisme et cela va être un chemin de croix pendant 8 ans, chemin de croix qui l’a mené à la mort à la mi-septembre. En fauteuil roulant, avec les membres qui se déformaient, les os qui se cassaient, atteint de diabète, incapable de manger, de se mouvoir, nourri avec une sonde, « courant » les hôpitaux, les opérations, devenu handicapé mental…

L’horreur absolue.

Nombre d’articles des medias subventionnés ont parlé de cette terrible histoire. Pas un seul n’a prononcé le mot « halal », pas un seul n’a parlé « d’abattage rituel ». Personne n’a demandé pourquoi il y avait la bactérie e-coli dans la viande hachée vendue à LIDL. Personne n’a demandé d’où provenait la viande, dans quel abattoir la bête avait été abattue. Personne sauf les anti-islam pour qui les problèmes sanitaires générés par le halal et la multiplication des abattoirs halal, majoritaires à présent en France, génère un énorme problème de santé publique.

Au centre de la médiatique affaire, née en juin 2011 avec une quinzaine de signalements de l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais, la souche 0157H7, l’une des variétés de la bactérie E. coli. Entre autres manquements, les deux prévenus sont soupçonnés d’avoir délibérément décidé de ne pas diligenter d’analyse spécifique à cette souche particulièrement dangereuse lorsque, sur les lots mis en cause, ils ont été confrontés à une concentration bien plus élevée que le seuil réglementaire de la bactérie E. coli : 770 germes contre 500.

« Nous sommes une entreprise sérieuse »

« Si on avait su qu’il y avait de l’E. coli 0157H7, on n’aurait pas mis les steaks sur le marché », a assuré Guy Lamorlette. « Nous n’étions pas une entreprise qui depuis 20 ans travaillait comme ce qui est décrit, avec les volumes que nous avions. Nous sommes une entreprise sérieuse. » Mais l’expert cité à la barre est formel : « Ils n’ont pas mis en œuvre cette recherche de 0157H7. […] Or, la réglementation exige une mise sur le marché de marchandises saines et sûres, sans atteintes à la santé ».

La société a aussi modifié son PMS (plan de maîtrise sanitaire) début 2011 sans en référer aux services vétérinaires de l’État. Résultat, elle ne s’astreignait plus à des contrôles systématiques, mais aléatoires. « Il faut s’imaginer ce que c’est, un camion avec 800 blocs de viande. S’il y en a 20 de contaminés, comment les trouver ? » a fait valoir Laurent Appéré. « Là, le camion devait repartir en production, sinon on fermait l’usine. Donc, on analyse toujours de façon aléatoire. »

La contrainte de temps et de volume à livrer, pour une entreprise dépendante à entre 50 et 70 % des commandes de Lidl, constitué partie civile, pourrait faire des débats « le procès de la filière bovine et de la grande distribution », a d’ailleurs noté auprès de l’AFP Me Marion Giraud, avocate de l’UFC-Que choisir, partie civile. « On parle de la possible mort d’un être humain, vous ne trouvez pas qu’il y a un fossé avec votre explication sur les camions ? » demande cependant la présidente, agacée, à Laurent Appéré. « Le risque zéro n’existe pas malheureusement », rétorque l’ancien responsable qualité. « Il y a déjà eu, par le passé, des rappels de steaks mis sur le marché, ce sont des choses qui arrivent… »

E-coli ou la génération spontanée. C’est la faute à E-Coli, arrivée là par hasard…

Je me contenterai de copier le petit commentaire que j’avais fait sous l’article de Maxime, la mort dans l’âme, pleurant Nolan avec ses parents. J’accuse ! 

Les pouvoirs publics savent pourtant. Parfaitement. La preuve ? Les responsables de cantine ont à présent l’obligation de passer la viande hachée à ultra haute température quelques secondes pour essayer de tuer les bactéries comme e-coli…

Or, tout le monde sait que si l’on trouve cette bactérie dans la viande, c’est à cause de l’abattage rituel, sans étourdissement, qui fait que le contenu de l’estomac et même parfois des intestins se déverse sur les bons morceaux du boeuf et le contaminent… Les musulmans sont à l’abri parce qu’ils mangent la viande essentiellement sous forme de ragoût mijoté, ce qui tue les bactéries… Or nous avons, nous, l’habitude de manger la viande rouge plutôt peu cuite, voire saignante.

Plus de 100 enfants meurent tous les ans de la viande halal qu’ils consomment sans le savoir, puisque les pouvoirs publics ne veulent pas de l’étiquetage qui « stigmatiserait » les musulmans et ferait augmenter le prix de la viande halal pour les musulmans, ce qu’ils ne consomment pas se retrouvant dans le secteur ordinaire sans que vous le sachiez…

Et c’est un pédiatre qui vous le dit :

Vous aimez l’islam comme Macron et ses amis ? Vous en aurez au point de faire mourir vos enfants ou les voir en chaise roulante ! Pas de principe de précaution, ici…

Je le dis et le répète, une seule sauvegarde : ne pas manger de viande dont on ne connaît pas le mode d’abattage, à part le porc.

Un coran plus vieux que Mahomet ? 

Islamrapports

Selon un récent rapport publié par le Times de Londres la datation au carbone 14 suggère que l’un des plus vieux Coran du monde (se trouvant en Angleterre) pourrait-être encore plus ancienne que le Prophète Mahomet. 


Un coran de l’Université de Birmingham aurait été produit entre 568 et 645 après JC, alors que la vie du Prophète Mahomet était entre 570 et 632 après JC.

La datation au carbone 14 suggère que le Coran de Birmingham serait si vieux qu’il contredirait la plupart des récits de la vie et de l’héritage du Prophète.
Ce serait comme trouver une copie des Évangiles remontant avant l’époque de Jésus-Christ.
L’ historien Tom Holland a déclaré au Times que les nouvelles preuves suggèrent que les histoires traditionnels des origines de l’Islam seraient fausses, en notant :

“C’est déstabilisant, pour employer un euphémisme, nous ne pouvons rien savoir avec certitude comment le Coran émergé – et que cela a des implications pour l’historicité de Mahomet et de ses disciples.”

Keith Petit, de l’Université de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, estime que les conclusions donnent du crédit à la théorie selon laquelle Mahomet et ses premiers disciples “ont utilisés un texte qui était déjà existant et en forme pour l’adapter à leur propre besoin politique et théologique, plutôt que Mahomet ait prétendu qu’il a reçu une révélation du ciel”.


M. Petit a déclaré:
“Cela modifierait radicalement l’édifice de la tradition islamique et l’histoire de la montée de l’islam dans l’Antiquité tardive du Proche-Orient qui devrait être entièrement révisée, en quelque sorte ce qui représente un autre livre de l’Écriture venue à l’existence de 50 à 100 ans avant, et puis aussi expliquer comment cela a été coopté dans ce qui est devenu l’entité de l’Islam d’environ 700 ans après JC.”

Évidemment, si Mahomet n’a pas couché sur le papier (ici un parchemin) la réception des révélations divines qui sont pensés pour conception du Coran, l’Islam deviendrait une fraude. Toutefois, comme on pouvait s’y attendre, les apologistes musulmans rejettent les implications de la datation au carbone 14, ainsi que toutes remisent en cause le fait que, bien que ce parchemin ait été daté, l’encre sur le parchemin ne l’a pas été.

Ainsi, si le Coran était antérieure au prophète Mahomet, il en résulte que le Coran n’est probablement pas un produit des révélations divines que Mahomet et ses disciples ont revendiqué, ce qui fausserait toutes revendications qui constituent le fondement même de l’Islam.

Le déni cognitif chez les musulmans. Une analyse pertinente de Yassine El-Masri

Yassine El-Masri est un écrivain et chercheur égyptien 

Il est diplômé en sciences de Nutrition de l’Université de Munich en Allemagne. 

Sa vie se métamorphose suite à un séjour de travail en Arabie Saoudite. 

Depuis lors, il s’attèle à chercher et à comprendre la vérité de l’islam, cette croyance dans laquelle il est né.

Il y découvre l’invraisemblable et l’épouvantable. Ses réflexions sont publiées dans un livre très surprenant paru en arabe et intitulé, La grande duperie – Les Arabes entre la vérité et l’utopie 

. De nombreux articles de sa plume décortiquant l’islam sont publiés sur différents sites arabophones 

 il analyse le phénomène du mensonge chez les musulmans, les raisons qui les conduisent à s’attacher à ce déni cognitif et à haïr le parler vrai. Il se révolte contre les vendeurs de mensonges spécialisés dans les prêches tonitruants. 

Lorsque vous rencontrez un musulman qui apprend que vous n’êtes pas un croyant comme lui mais d’une autre religion, il essayera par tous les moyens de vous attirer à l’islam. Il agit ainsi avec la ferme conviction d’avoir un jour, pour récompense, une demeure de luxe très confortable au paradis coranique. Mais si vous êtes musulman comme lui, il s’efforcera de vous prouver qu’il est plus pieux et plus enraciné dans la science islamique que vous.

Cependant, si vous lui posez une question quant aux croyances constantes dans sa religion, lesquelles s’avèrent incompatibles avec la science, la raison et la logique, alors vous risquerez de voir sa réaction dépasser les limites de l’entendement. C’est le problème du drogué persuadé que le produit qu’il consomme est le meilleur et que donc vous devez fumer avec lui… 

Par exemple, si vous lui demandez que pensez-vous des coraneries comme : « Nous avons aplati la terre, y avons installé des hautes montagnes afin qu’elle soit stable sous vos pas » (15.19 et 16.15), ou « que le soleil se couchait dans une source d’eau bouillante » (18.86). Ou bien, si vous souhaitez avoir son avis à propos d’enseignements islamiques dans le hadith comme : « les deux ailes de la mouche dont l’une porte le mal et l’autre le remède…, l’urine du chameau qui guérit de nombreuses maladies…, la raison pour laquelle Mahomet est resté quatre ans dans le ventre de sa mère…, de baiser avec une gamine de six ans », et tant d’autres balivernes, alors vous verrez un volcan qui se réveille brusquement.

Le top de la connerie c’est l’écoute dans une grotte d’un ange…. Et de monter sur un cheval ailé pour aller au ciel vérifier l’enfer et relire le coran qui serait sans faute alors que celui des fidèles n’est qu’une copie bourrée d’erreurs…  Nous savons que le monde existe depuis des milliards d’années avec des doutes sur les dinosaures.. mais ils croient à un cheval qui vole ! 

Vous l’entendrez aussitôt hurler haut et fort : « Ne soyez pas mécréant ! Le Coran, parole d’Allah, est intouchable, immuable, sans tortures ni fioritures. Les hadiths confirment sa parole et constituent l’ensemble de la charia révélée à notre noble prophète. » Puis, il achève sa joute oratoire par la récitation de versets coraniques tels que : « Le Coran n’est qu’une révélation inspirée. Il ne dit rien sous la passion » (53.3-4), etc. Alors qu’il existe des millions d’hadiths totalement illisibles, même si on s’y consacre 24/24… Le pire c’est que ce connard illettré n’en a lu aucun… 

Ainsi seriez-vous donc ensorcelé par une longue litanie déjà bien enracinée dans son cerveau. À force de l’avoir entendue et répétée des dizaines de fois par jour, il ne pourra plus y changer un iota, ni réfléchir une seconde à ce qu’il dit. Enfin, vous serez bien heureux si vous sortez indemne de ce simple échange, sans subir les insultes les plus odieuses, les malédictions éternelles, et la condamnation infernale.

Face à ce phénomène délirant, l’on se demande : Pourquoi ce musulman et tant d’autres comme lui sont-ils victimes de cette cécité mentale et de cette fureur émotionnelle ? Comment se fait-il qu’aucun lien logique ne puisse émerger d’une telle discussion ? Comment tolère-t-il les clercs qui le harcèlent et l’accompagnent avec leur fausse bigoterie, leur supercherie systématique même dans sa chambre à coucher, tandis qu’ils n’hésitent pas à s’enliser dans des abominations de façon apparente ou discrète ? Ce musulman voit ses clercs commettre l’adultère, voler, tuer, s’enfoncer dans l’ignominie, sans jamais les condamner ni dénoncer son prophète, leur parfait modèle, qui avait fait pire qu’eux et laissé des enseignements qui incitent à ces affreuses aberrations.

J’ai du mal à croire qu’un con pareil se tape le front sur le sol 5 fois par jour pour faire une prière ?… pour prier quoi quand on ne pige rien à rien ? Pire, que l’on est persuadé d’être parfait et donc de ne pas avoir à se faire pardonner ! 

En effet, il faut trouver les racines historiques de cet égarement mortifère. Il convient alors de se rappeler que cette religion a été fabriquée par des persans, qui haïssaient les bédouins, venus du désert arabique et qui ont réussi, avec leur barbarie, leur mensonge et leurs ruses, à emporter des victoires militaires et à devenir maîtres de toute la région au huitième et neuvième siècle de notre ère. Pour conférer une certaine « légitimité » à un pouvoir qu’ils venaient d’extorquer et à une riche civilisation qu’ils avaient confisquée [ou plutôt détruite], ces nouveaux conquérants jugeaient nécessaire d’avoir une histoire, un prophète et une religion comme les autres. Alors, ils chargent Bukhari et Muslim (d’origine perse) ainsi que d’autres pour fabriquer une religion d’une manière trompeuse et fallacieuse susceptible de satisfaire leur arrogance de conquérants et assouvir leur soif de perversions. Les scribes grecs ont écrits ainsi que les égyptiens… sur deux siécles… à l’époque l’imprimerie n’existe pas ! A l’époque ça fait bien d’avoir des manuscrits pour passer pour un lettré ! 

Ils imposent de force ces mensonges à tous les peuples conquis et soumis à l’islam, sous prétexte qu’il fallait respecter la volonté des injonctions coraniques et non-coraniques. In fine, cette politique bédouine finit par dominer avec une nouvelle idéologie totalisante et coercitive. C’est comme si Mediapart ou le Figaro imposaient que les écrits de Zemmour et de Hanouna étaient à apprendre par coeur pour en faire une secte… Le coran c’est Gala et People 

Dans ce contexte, nous devons nous interroger : Quelle est la raison qui amène les musulmans à y croire de façon absolue et absurde, de sorte qu’ils ne puissent plus s’en libérer ? Pourquoi dénigrent-ils tous des faits scientifiques avérés que l’esprit humain a découverts au cours des siècles ?

Il est lamentable d’observer que les hommes et les femmes, instruits ou analphabètes, intelligents ou stupides, croient tous en islam de la même manière. 

Y croient-ils parce que c’est un devoir sacré imposé par leur « Allah qui manigance » et leur « honorable prophète qui trompe et égare » ? Ou bien, par devoir idéologique supplémentaire qu’on leur impose et qui s’ajoute à leur nature humaine qui croit plutôt au mensonge qu’à la vérité ? Ne sont-ils pas ainsi devenus amoureux du mensonge qu’ils adorent, et haineux de la vérité qu’ils détestent ? Pourquoi sont-ils les seuls à vivre et à croire toute leur vie à de faux mensonges ? Et pourquoi lorsque la vérité émerge, dans tout son éclat, devant leurs yeux, elle leur cause un choc énorme qui les perturbe ? Alors, ils s’engouffrent dans un déni cognitif et s’adonnent à la violence et aux crimes les plus abjects.

La réponse à ces interrogations est à détecter dans la psychologie sociale qui confirme que plus le mensonge est gros, plus nombreux sont ceux qui y croient et s’y attachent [Plus c’est gros plus ça passe, dit-on]. L’inverse est également exact. Les grands mensonges ne proviennent pas d’une personne ni d’un petit groupe, mais d’organisations officielles et tyranniques, comme les gouvernements et leurs institutions, mais aussi des institutions religieuses dont le pouvoir est très puissant dans le monde musulman [L’exemple du récent comportement iranien est frappant].

Le pire c’est que des chefs d’état comme Macron font semblant de croire en ces mensonges… et c’est là que justement en tant que menteurs eux-mêmes ils sont incapables de lucidité… car la pratique du mensonge crée des maladies mentales comme la mythomanie et le mensonge à sois même. 

Les adeptes de l’islam approuvent bien entendu ces mensonges. Ils les radotent sans cesse comme les perroquets, dans les mosquées, les conseils publics et privés et dans les médias. Ils donnent même libre cours à leur fantaisie imaginaire pour fabriquer de nouveaux mensonges et les attribuer à leur « généreux prophète » ou à interpréter à leur guise des versets coraniques ambigus. Ils agissent ainsi dans le cadre de la prétendue jurisprudence islamique, dite al-ijtihad, qui désigne l’effort de réflexion entrepris pour interpréter les textes fondateurs de l’islam et tenter si possible de comprendre les véritables préceptes de la charia d’Allah.

« Si le mujtahid [celui qui interprète un verset du Coran] a raison, il aura deux récompenses, et s’il a tort, il en aura une » [C’est un hadith dit « authentique » cité par Bukhari, Livre des récompenses]. Toute nouvelle interprétation devient donc une loterie toujours gagnante pour son auteur. Son avis sera consulté comme référence sérieuse. Bien qu’ils ne disposent d’aucun d’argument pour soutenir leur interprétation des mensonges religieux, ces faux interprètes multiplient leurs efforts de besogne pour ajouter de nouveaux mensonges à l’exégèse coranique dans l’intention de maintenir et de protéger leur doctrine.

Cependant, s’ils étaient effectivement des oulémas, ils auraient dus protéger et nettoyer cette doctrine de tout mensonge, au lieu de lui ajouter de nouvelles justifications futiles, que même les gens les moins avertis sont en mesure de les détecter.

Paul Craig Roberts publie dans Informationclearinghouse.info, le 15.9.2009, un article intitulé « Pourquoi la publicité mensongère l’emporte-t-elle sur la vérité ? ». Il y commente une étude parue  dans la revue Sociological Enquiry, dans laquelle les chercheurs analysent la raison du succès des grands mensonges et l’échec des petits mensonges. « Les gouvernements, dit-il, peuvent se lancer dans des opérations de fraude massive et s’en sortir indemnes, tandis que les politiciens ne peuvent pas échapper au scandale de leurs aventures amoureuses ». 

Puis il ajoute :

« Dans son livre Mein Kampf, Hitler explique qu’il est possible de croire au grand mensonge plutôt qu’au petit. Il pensait tout simplement que les gens sont victimes du grand mensonge et non du petit, parce qu’ils inventent eux-mêmes tant de petits mensonges mais ils ont honte d’être impliqués dans un grand mensonge. Ils ne croient pas que les autres peuvent le faire, même s’ils sont confrontés à des preuves pour les confirmer. Ils continueront toujours à en douter et à croire qu’il doit y avoir encore une autre interprétation…. Les sociologues et Hitler disent que même lorsque le temps vient pour révéler la vérité, les gens se trouveront émotionnellement attachés aux croyances que la fausse propagande leur a déjà inculquées. Le fait de les abandonner ou de s’en libérer serait alors une expérience très douloureuse. Alors, ils se trouveront plus à l’aise et plus rassurés de démentir et de condamner ceux qui ont démasqué les faits véridiques que de dénigrer les menteurs dénoncés. »

Roberts en déduit : « Le fait de conserver les anciennes croyances, même si elles sont erronées, représente un socle de cohésion et de stabilité pour la société. C’est une raison de plus pour les gouvernements de maintenir et de protéger les anciennes croyances, même les plus obsolètes. »

Nous sommes dans un monde tellement sclérosé par le mensonge que les individus non contaminés sont rares…  Quand l’individu est persuadé qu’il vit mieux en mentant il s’enferme dans sa névrose hystérique… il devient fou…. Et un consommateur de drogue ou de médoc antidépresseurs… 

Mais le défaut le plus nocif dans la préservation de ces croyances c’est la négation des faits, ce qui rend tout particulièrement les gouvernements arabo-musulmans incapables de faire face aux problèmes économiques et sociaux. Ils recourent alors à des mensonges et radotent des slogans comme « c’est la volonté d’Allah… c’est mektoub, c’est la destinée… il faut obéir à Allah, à son prophète et au gouverneur légitime… il faut éviter la sédition » et tant d’autres balivernes. En même temps, ils soutiennent le terrorisme et l’usage de la violence contre leurs propres citoyens.

Il s’avère alors plus facile pour plus d’un milliard de musulmans de s’accrocher à ces mensonges que d’accepter les faits qui nécessitent un changement. Ainsi s’impose une hégémonie en faveur du pouvoir qui détient des mensonges obsolètes à caractère religieux.

Ainsi on entend des connards avec leurs gros sabots qui disent 20 fois par jour “Si dieu le veux “… ce qui est le royaume des lâches et des fatalistes incapables d’agir sur leur destin… 

Ce phénomène permet de distinguer deux groupes de musulmans qui connaissent bien la vérité authentique de l’islam ainsi que ses mensonges :

D’abord, les clercs – ou plutôt les gardiens du temple – constituent le premier groupe et incarnent la personnalité du prophète de l’islam. Ils diffusent ses mensonges qui leur procurent, sans effort ni souci, des revenus matériels exorbitants ainsi qu’un statut social élevé… En radotant ces mensonges, ils finissent eux-mêmes par y croire. Ils ne peuvent pas en parler ouvertement, mais ils sont tenus en public de les approuver, de les défendre, de les entretenir et de maintenir la tromperie et l’hypocrisie. Ainsi contribuent-ils à préserver et à accroître leur richesse excessive et leur prestige social. Mais fort heureusement, il arrive souvent que certains d’entre eux se réveillent et réagissent avec raison, sagesse et lucidité, Ils se révoltent et dénoncent ces méthodes trompeuses, fallacieuses et irritantes.

Le deuxième groupe comprend les criminels qui, tout simplement, sont convaincus de la véracité de ces mensonges. Ils cherchent à les appliquer sur le terrain par le terrorisme et la violence à l’instar de leur prophète. Ils savent très bien ce qu’ils font et s’y sacrifient facilement. Le menteur sait qu’il ment… il se sent en insécurité permanente et développe parano et schizophrénie… il a une vie de merde et tombe facilement malade… son espoir de vie est limité car la nature lui fait payer de ne pas la respecter… 

Par exemple les algériens savent très bien qu’ils ne méritent pa d’être en France… ainsi cette blague chez Hanouna de l’Algérien qui se ramasse des billets de 10 euros… ou ces hystériques à la télé qui insultent les français et nous font passer pour des cons… tout en sachant qu’ils nous insultent et qu’on ne croie pas en leur tackia… car leur pratique quotidienne de la tackia … du mensonge permanent en fait des malades mentaux… qui ne savent plus ou ils habitent. La circoncision qui crée des dérèglement hormonaux rajoutent à cette incapacité à faire face à la réalité… 

Quant à la grande majorité des musulmans, ils obéissent béatement à l’hégémonie du pouvoir des vendeurs des mensonges islamiques. Bien qu’obligés d’y croire, ils ne les appliquent pas pour des raisons personnelles ou juridiques. Par contre, beaucoup d’entre eux agissent en conséquence pour alimenter la flamme de cette idéologie. Trompés et forcés d’aimer le dieu Allah et son prétendu messager, ils constituent tout de même le terreau fertile de l’hégémonie des mensonges coraniques. Ils imaginent comme les algériens qui ont virés les français d’Algérie qu’à force de détruire le tissu français ils vont pouvoir virer les français de chez eux et les voler… car le voleur ou le menteur sont les mêmes personnes… en sachant que le menteur se ment d’abord à lui même… il s’auto détruit pour devenir une loque humaine, alors que la nature lui a donné toutes les chances d’avoir une vie harmonieuse… Ce qui est grave chez cet algérien c’est qu’il pourri sa vie de merde mais en même temps il pourri la vie des français… Bénéfice = zéro ! 

Cette grande majorité de musulmans constitue cependant la cible privilégiée des gardiens du temple. Ils leur reprochent leur éloignement de l’islam, alors que personne d’entre eux n’est en mesure de distinguer entre le vrai et le faux dans cette religion. Même s’ils ne croient plus aux mensonges islamiques, ils ne veulent pas s’en libérer. Car, il est beaucoup plus facile de croire à un mensonge religieux qu’ils entendent en permanence que d’accepter une vérité scientifique dont ils n’ont jamais entendue auparavant.

Le drogué sait qu’il consomme de la merde… mais il la bénit ! C’est un problème affectif de gens devenus des montres par la circoncision et la consanguinité… D’après l’OMS un sur deux de ces gens ont au moins une maladie mentale… ils remplissent nos hôpitaux et nos prisons… 

L’hégémonie que l’autorité ou les vendeurs de ces grands mensonges imposent aux musulmans, dresse en plus devant eux un barrage impénétrable face à la religion. Elle s’appuie sur des versets coraniques dont la suivante constitue l’épée de Damoclès : « O vous qui croyez, gardez-vous de poser de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous causeraient du tort » (5.101). Aucun musulman n’ose alors briser cette injonction coranique ni lui porter atteinte.

Chez les cathos on vous dit face aux mensonges qu’il ne faut pas chercher à comprendre ! 

À cela s’ajoute la confirmation constante que l’islam est la religion d’Allah : « La vraie religion pour Allah c’est l’islam » (3.19). Et pour dénigrer les autres religions considérées comme fausses, le Coran prodigue les menaces : « Quiconque recherche une religion en dehors de l’islam, celle-ci ne sera point acceptée de lui et il sera dans l’au-delà parmi les perdants » (3.85).

C’est comme si Auchan vous dit que si vous allez chez Carrefour vous irez en enfer ! Et des cons le crois… c’est dire le niveau de QI de ces gens dangereux qui détruisent la démocratie, car ils sont incapables de voter pour une société moderne et évoluée… 

« Puis vient encore un verset du pur chauvinisme qui clame et qu’on entend très souvent dans la bouche des musulmans : « Vous étiez[et non : « vous êtes »] la meilleure nation créée pour l’humanité » (3.110). Faut-il en déduire qu’ils étaient la meilleure nation à un moment donnée de l’histoire et qu’ils ne le sont plus maintenant ? Les exégètes affabulateurs se trouvent embarrassés face à l’expression « vous étiez » (en arabe, c’est au passé et non au présent, comme dans les traductions françaises). Certains prétendent qu’elle concerne ceux qui avaient émigré avec Mahomet de La Mecque à Médine. D’autres clament qu’ « Allah seul le sait » (Allah a’lam), puisque cette phrase est consignée dans la « table gardée » (al-Louh al-Mahfouz) au septième ciel et qu’on doit y croire, comme s’ils avaient réellement vu cette prétendue table et décortiqué son contenu. » Que de mensonges ! Et toujours au pluriel… le menteur est incapable de vivre seul et d’assumer seul ses mensonges… il lui faut un groupe de connards comme lui qui font semblant d’être d’accord… tout est dans l’illusion ! 

Cette hégémonie totalitaire affecte tout naturellement la culture dominante dans les sociétés islamiques. Elle inocule des maladies à l’homo islamicus. Elle l’oblige ainsi à adopter des préceptes et des enseignements très complexes établis sur un mensonge sacré coercitif. Ils pénètrent dans son tissu sentimental et cérébral et deviennent une partie consubstantielle de son identité personnelle et de sa croyance. Par conséquent, nous trouvons toujours cet homo islamicus à la recherche d’informations susceptibles de confirmer ses convictions. Mais il évite d’évoquer les renseignements, les découvertes et les certitudes qui les contredisent. Il ferme les yeux sur les données objectives ainsi que les oreilles pour ne rien entendre.

Il n’est donc pas étonnant d’observer chez lui une obsession chronique pour inventer des prétextes fragiles et des arguments superstitieux afin de prouver que son Allah existe, que sa religion vienne de ce dieu, que Mahomet est son messager, etc.

La superstition est aussi un dérèglement cognitif… qui paradoxalement pousse aux jeux de hasard pour gagner le gros lot alors que l’islam interdit tous le sujet d’argent…  D’ailleurs la secte crée une multitude d’interdits pour entretenir cet inconfort cognitif de la superstition qui fait croire que si on mange du porc on va en enfer… il faut être très con pour le croire et illettré pour ne pas savoir que de manger du porc est justement très bon pour notre équilibre mental… En plus c’est un animal proche de l’homme qui mérite TOUT notre respect… Et la nature sanctionne tout individu qui ne respecte pas les animaux… en tant que vivant et d’utile à notre survie… 

Quant au mythe du miracle scientifique du Coran, devenu un fonds de commerce très lucratif pour maints imposteurs spécialisés dans ce domaine, il constitue une preuve évidente de cette obsession religieuse indescriptible. Ces opportunistes donnent l’impression qu’ils doutent très fort de leur croyance, mais ils ne veulent pas reconnaître sa véracité, ni savoir que leur prétendu dieu délire, que leur messager ment et manigance. Ils se comportent comme des « braves » aveugles qui sacrifient leur vie pour leur croyance.

Qu’est-ce qui les rend aveugles et leur procure le courage de favoriser le sentimentalisme, la loyauté et l’accommodation collective au détriment de la rationalité ? Pourquoi la pensée logique, la déduction rationnelle et l’abstraction judicieuse sans parti pris ne figurent-elles  pas dans leur logiciel mental ? Qu’est-ce qui les empêche d’utiliser la raison logique comme critère pour parvenir à la vérité plutôt que de s’arc-bouter sur des critères émotionnels ?

En fait, ces mythes islamiques et ces mensonges sont délibérément élaborés pour favoriser la paralysie de l’esprit chez l’homo islamicus dès sa naissance. Elle laisse aussi libre cours à ses impulsions désordonnées, notamment si ces mythes et ces mensonges lui sont présentés par ses proches ou par les autorités religieuses. À force de les écouter au cours de sa vie, leur impact s’empare progressivement de sa personnalité et s’incruste dans ses émotions et son mode de pensée. Alors toute discussion logique, tout processus de déduction rationnelle ou toute formation universitaire ne servira à rien.

Dès que les mensonges religieux pénètrent la personnalité de l’homo islamicus, la faculté du raisonnement méthodique et critique s’efface. Il ne pourra plus trouver une corrélation entre cause et effet, ni s’intéresser à identifier les véritables mobiles des évènements ou des opérations qui se déroulent devant lui, comme le meurtre, la crucifixion, le pillage, la captivité et le viol des femmes, le cuissage avec des gamines, etc. 50 millions par an de mariages forcés…  850 millions de meurtres d’innocents ! 

Par ailleurs, un homme peut croire aux mythes et aux légendes acquis qui deviennent ses uniques références et s’emparent de son esprit comme de son mécanisme de réflexion. Il s’en sert pour comprendre et expliquer tant de choses autour de lui. Par conséquent, il craint s’il les ignore ou y renonce – surtout à un âge avancé – de s’empéguer dans la confusion et la perdition.

Dans un tel contexte, il n’aura d’autre choix que de faire fi de son esprit critique et d’adhérer davantage à ce qu’il a déjà entendu de ses proches pendant son enfance et de son milieu environnant. Il n’est pas étonnant de voir, par exemple, un professeur d’université ou même un vrai scientifique qui croit toujours que « la terre est plate » et pas ronde, que « le soleil couche dans un lac d’eau bouillante » ou que « l’urine du chameau guérit de nombreuses maladies ».

En raison de sa mise au diapason avec son environnement social, il lui sera difficile d’admettre publiquement une interprétation rationnelle des mensonges entendus et dénoncer des crimes commis en conséquence, car cela contredira ce qui est socialement admis autour de lui.

Un musulman peut être intelligent, cultivé, mais il reste bien conscient des graves conséquences s’il sort de sa bergerie ou conteste sa croyance héritée.

Ainsi se trouve-t-il obligé de vivre dans un contexte mental et sociétal perturbé et truffé d’hypocrisie, d’incertitude et de malhonnêteté avec soi-même. Il demeure émotionnellement attaché à la sacralité des mensonges religieux enfouis dans ses tripes depuis son enfance. Il les subit et ne songe jamais à les abandonner ni à s’en libérer. Même s’il souhaite le faire à un moment donné, il se heurtera à des obstacles psychiques qui rendront très pénible tout processus de transformation ou de conversion. Par conséquent, il se sentira beaucoup plus à l’aise de mentir, de nier et même de tuer ceux qui dévoilent les faits et les certitudes que de dénoncer les mensonges et leurs auteurs. Malheureusement, c’est l’islam. Il ne peut survivre que grâce à la désinformation, aux affabulations et aux mensonges. Il est donc totalement incompatible avec notre culture basée sur le modernisme, la vérité et l’évolution. Face à des individus gavés comme des oies dés la naissance pour avoir une maladie de foie qui réjouis ceux qui le gave… Le cerveau à la naissance est capable de développer son intelligence et sa sociabilité mais si dans son apprentissage on le gave de mensonges sa mémoire cognitive ne retient que des mensonges…  Tout comme la circoncision, le mensonge a pour but de détruire des individus destinés au cimetières mais pas à la vie collective joyeuse et responsable… Le malheur c’est que les kollabos français qui les soutiennent sont aussi malades et menteurs qu’eux ! 

Pour le musulmenteur Brahim Z, « des dômes et des minarets », comme Himmler, Mahomet est innocent des meurtres qu’il a ordonnés


Pour le musulmenteur Brahim Z, « des dômes et des minarets », comme Himmler, Mahomet est innocent des meurtres qu’il a ordonnés

.

L’islam est une idéologie du mensonge totalitaire.

Comme l’était le Lénino-stalinisme …

Comme l’était le Nazisme …

Comme l’était (l’est ?) le Maoïsme …

Chaque jour, les militants musulmans en donnent  la preuve.

Dans le twitt ci-dessous, le musulmenteur Brahim Z. est pris à partie par un patriote qui lui met la réalité devant les yeux.

Mahomet, entre 622 et 632 (date de sa mort) a ordonné la décapitation de nombreux innocents.

Le musulmenteur  Brahim Z. nie avec aplomb :Dômes & Minarets@domes_minarets

AUCUNE. Le Prophète (paix et salut sur lui) a participé à 27 batailles en 8 ans. Bilan de toutes ces batailles des deux côtés : ~ 1000 morts. La seule personne tuée des mains du Prophète fût Ubay Ibn Khalaf lorsque celui-ci tenta de l’assassiner lors de la bataille d’Uhud. https://twitter.com/PAColombier/status/1274799283485790208 …Pierre A. Colombier@PAColombierEn réponse à @domes_minaretsCombien de têtes coupées par Mahomet dans la Sira ?256Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité88 personnes parlent à ce sujet

Le musulmenteur  Brahim Z.  retwittait, il y a peu,  un musulman  qui se vantait que seuls les musulmans connaissent la vie de Mahomet :Abdelhay-yahya abou ishaq@ishaq_abou

Mourrez de votre rage jamais une biographie d’un homme écrite après sa mort ou même de son vivant de ses propres mains n’a atteint un tel dégrés d’authenticité et de détails.
Nous connaissons notre prophète mieux que vous ne connaissez vos propres enfants.
Ignares que vous êtes

Voir l'image sur Twitter

218Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité87 personnes parlent à ce sujet

Ben  NON !

La preuve !

Nous connaissons mieux  que vous la vie du tueur Mahomet.

Malheureusement pour ces musulmenteurs, les islamophobes que nous sommes savent lire.

Ils savent lire la Sira:  la biographie musulmane  autorisée  de leur « prophète ».

Et Mahomet, selon la Sira, elle-même,  était un tueur sanguinaire qui a décapité ou fait décapiter  bien plus d’une (!) fois.

S’il s’agit de jouer sur le fait que Mahomet n’a décapité qu’une seule fois en personne et que  dans les autres cas il n’a fait qu’ordonner les crimes : c’est se foutre du monde, c’est être un gangster, un être immoral.

Alors exonérons Himmler, responsable de millions de mort et  que le sang révulsait, de sa politique criminelle au motif qu’il ne tuait pas en personne et qu’il ne faisait qu’ordonner les meurtres de masse.

 Un exemple des crimes de décapitation  de Mahomet, entre mille, après la Bataille du Fossé (627):

Sur ordre de Mahomet, la plupart des hommes (plus de six cents) de la tribu des Banû Qurayza furent alors décapité  et les femmes et les enfants réduits en esclavage.

L’immigration a apporté, avec elle, un très grave problème.

Des populations, principalement musulmanes,  pour lesquelles le rapport à la Vérité est inexistant.

On le voit bien avec Brahim Z. affirmant que Mahomet n’a décapité qu’une seule une fois, contre ses propres textes qu’il prétend connaitre mieux que les mécréants.

On le voit aussi bien avec les grossiers mensonges d’ une Assa Traoré.

Ce vice est renforcé par le relativisme extrême qui a frappé la néo-Gauche : néo-Gauche qui fait corps avec le mensonge musulman.

Une attention particulière pour les barbus


Pour les hommes barbus, qui représentent 50% des sondés, le nettoyage du visage est primordial. En effet, selon le Professeur Roger Jankowski, chef du service d’ORL du CHU de Nancy: «Des études suggèrent que la barbe accumule des bactéries et risque d’être un réservoir de virus. Si vous parlez avec quelqu’un qui postillonne même un petit peu, ses postillons vont s’accrocher plus facilement sur un visage barbu que sur un visage glabre.» En réalité les postillons ne sont pas dangereux mais se sont les milliards de particules dans l’air qui s’accrochent à une moquette qui ne possède aucune défense comme sous les bras ou sur le sexe.
Pourtant, selon le sondage, se nettoyer la barbe quotidiennement n’est malheureusement pas un geste acquis. En effet, 39% des barbus ne se lavent pas la barbe quotidiennement. Un quart d’entre eux se la lavent uniquement de 2 à 4 fois par semaine, ce qui est insuffisant. Et 4% des sondés déclarent ne jamais se laver la barbe, ce qui est problématique. C’est identique à toutes ces noires qui portent des postiches pour paraitre plus européennes en cheveux lisses, et qui ne se lavent la tête que tous les six mois ou un an. Nonobstant que le marketing des vendeurs de shampooing poussent à se laver la tête bien trop souvent ce qui tue les défenses immunitaires et provoquent des maladies gênantes comme des plaques voyantes.
De plus, dans le cadre sanitaire actuel, le port de la barbe a des inconvénients.
La barbe est un nid à cochonneries avec en plus une peau qui se dégrade… merci Mohamed le pédophile qui impose l’affreuse barbe… tu n’as que des idées de merde ! Pour plaire à Momo il faut avoir une barbe, alors que c’est extrêmement gênant pour s’embrasser. Momo l’amour avec les femmes il s’en fout ! L’esthétique et l’élégance ce n’est pas son truc ! Lui c’est le viol et les gamines de huit ans ! Bel exemple pour les musulmans atteints du syndrome de München… l’adoration du laid.

La vérité sur Muhammad

[Note de la rédaction : Il a été allégué que l’islamophobie est en hausse, cela pourrait bien être vrai. Comme tous les préjugés, l’islamophobie est fondée sur une ignorance de la religion elle-même.

Il est largement connu qu’il n’existe aucune preuve de l’existence de Jésus-Christ, que les évangiles sont très contradictoires et ont été écrits des siècles après sa vie supposée ; que le christianisme a été fondé par l’aristocratie romaine au Conseil de Nicée en 384 afin de maintenir l’emprise de l’Empire romain sur l’Europe par d’autres moyens.

Cependant, la connaissance de l’Islam et de ses origines est beaucoup moins répandue et comme l’ignorance est toujours la pierre angulaire des préjugés, il serait bon de réduire le niveau d’ignorance sur l’Islam.

Par où commencer ? Par un examen de la vérité sur Mohammed, le fondateur de l’Islam. Il s’agissait certainement d’un personnage complexe. Alors que pour beaucoup, il était un prophète et un bien-aimé de Dieu, on ne peut nier le fait qu’il était pédophile puisqu’il a consommé son troisième mariage alors que sa femme Aïcha n’avait que dix ans. S’il y a un dieu, il est certain que personne qui a des relations sexuelles avec un jeune enfant ne peut être aimé de quelque manière que ce soit.

Le livre saint de l’Islam, le Coran, contient autant de passages “gênants” en termes d’incompatibilité avec les droits de l’homme et la morale moderne que la Bible ; par exemple, le verset suivant est souvent cité pour justifier les nombreux attentats terroristes islamiques.

Boukhari (52:256) – On a demandé au prophète … s’il était permis d’attaquer les guerriers païens la nuit avec la probabilité d’exposer leurs femmes et leurs enfants au danger. Le Prophète a répondu : “Ils (c’est-à-dire les femmes et les enfants) sont d’eux (c’est-à-dire les païens)”. Dans cet ordre, Mahomet établit qu’il est permis de tuer des non-combattants en train de tuer un ennemi perçu.

Muhammad lui-même n’était pas un homme de paix si nous le jugeons par ses propres mots :

Tabari 9:69 “Tuer les non-croyants est une petite affaire pour nous”

Ibn Ishaq : 327 – “Allah a dit : ‘Un prophète doit abattre avant de rassembler les captifs. Un ennemi abattu est chassé de la terre. Mohammed, tu as désiré ardemment les désirs de ce monde, ses biens et la rançon que les captifs apporteraient. Mais Allah désire les tuer pour manifester la religion.”

L’islam est donc tout aussi violent et anachronique que les autres religions abrahamiques ; par conséquent, si l’islamophobie peut être orientée vers un rejet non violent et non préjudiciable de tous les cultes médiévaux inhumains qui prônent la violence contre les incroyants, alors c’est une sacrée bonne chose qu’elle soit en hausse. Ian]

La semaine
La vérité sur Mahomet

Publier le Coran et le rendre disponible en traduction était une entreprise dangereuse au XVIe siècle, susceptible de confondre ou de séduire le fidèle chrétien. C’est du moins l’avis des conseillers municipaux protestants de Bâle en 1542, lorsqu’ils ont brièvement emprisonné un imprimeur local pour avoir prévu de publier une traduction latine du livre saint musulman. Le réformateur protestant Martin Luther est intervenu pour sauver le projet : Il n’y avait pas de meilleur moyen de combattre le Turc, écrivait-il, que de dénoncer les “mensonges de Mahomet” pour que tout le monde puisse les voir.

La publication qui en résulta en 1543 mit le Coran à la disposition des intellectuels européens, qui l’étudièrent pour la plupart afin de mieux comprendre et combattre l’Islam. D’autres, cependant, ont utilisé leur lecture du Coran pour remettre en question la doctrine chrétienne. Le polymat catalan et théologien Michael Servetus a trouvé de nombreux arguments coraniques à employer dans son traité antitrinitaire, Christianismi Restitutio (1553), dans lequel il a qualifié Muhammad de véritable réformateur qui prêchait un retour au monothéisme pur que les théologiens chrétiens avaient corrompu en inventant la doctrine perverse et irrationnelle de la Trinité. Après avoir publié ces idées hérétiques, Servetus fut condamné par l’Inquisition catholique à Vienne, et finalement brûlé avec ses propres livres dans la Genève de Calvin.

Pendant le Siècle des Lumières européen, un certain nombre d’auteurs ont présenté Muhammad dans une veine similaire, comme un héros anticlérical ; certains voyaient l’Islam comme une forme pure de monothéisme proche du Déisme philosophique et le Coran comme un paean rationnel au Créateur. En 1734, George Sale publie une nouvelle traduction anglaise. Dans son introduction, il retrace les débuts de l’histoire de l’Islam et idéalise le Prophète en tant que réformateur iconoclaste et anticlérical qui a banni les croyances et pratiques “superstitieuses” des premiers chrétiens – le culte des saints, les saintes reliques – et a réprimé le pouvoir d’un clergé corrompu et avare.

La traduction du Coran par Sale a été largement lue et appréciée en Angleterre : Pour beaucoup de ses lecteurs, Mahomet était devenu un symbole du républicanisme anticlérical. Il était également influent en dehors de l’Angleterre. Le père fondateur des États-Unis, Thomas Jefferson, en acheta un exemplaire chez un libraire de Williamsburg (Virginie) en 1765, ce qui l’aida à concevoir un déisme philosophique qui dépassait les frontières confessionnelles. (L’exemplaire de Jefferson, qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque du Congrès, a été utilisé pour la prestation de serment des représentants musulmans

qui a été utilisé pour la prestation de serment des représentants musulmans au Congrès, à commencer par Keith Ellison en 2007). Et en Allemagne, le romantique Johann Wolfgang von Goethe a lu une traduction de la version de Sale, qui a contribué à colorer sa notion évolutive de Mahomet en tant que poète inspiré et prophète archétypal.

En France, Voltaire a également cité la traduction de Sale avec admiration : Dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756), il a dépeint Mahomet comme un réformateur inspiré qui a aboli les pratiques superstitieuses et éradiqué le pouvoir du clergé corrompu. À la fin du siècle, le whig anglais Edward Gibbon (un lecteur avide de Sale et de Voltaire) a présenté le prophète en termes élogieux dans The History of the Decline and Fall of the Roman Empire (1776-89) :

Le credo de Mahomet est exempt de tout soupçon ou ambiguïté ; et le Coran est un témoignage glorieux de l’unité de Dieu. Le prophète de la Mecque a rejeté le culte des idoles et des hommes, des étoiles et des planètes, en se basant sur le principe rationnel que tout ce qui monte doit se fixer, que tout ce qui naît doit mourir, que tout ce qui est corruptible doit se décomposer et périr. Chez l’auteur de l’univers, son enthousiasme rationnel confessait et adorait un être infini et éternel, sans forme ni lieu, sans question ni similitude, présent à nos pensées les plus secrètes, existant par la nécessité de sa propre nature, et dérivant de lui-même toute perfection morale et intellectuelle … Un philosophe théiste pourrait souscrire au credo populaire des Mahométans : Un credo trop sublime, peut-être, pour nos facultés actuelles.

Mais c’est Napoléon Bonaparte qui a le plus pris à cœur le Prophète, se faisant un “nouveau Mahomet” après avoir lu la traduction française du Coran que Claude-Étienne Savary a réalisée en 1783. Savary a écrit sa traduction en Égypte : Là-bas, entouré par la musique de la langue arabe, il a cherché à rendre en français la beauté du texte arabe. Comme Sale, Savary a écrit une longue introduction présentant Mahomet comme un homme “grand” et “extraordinaire”, un “génie” sur le champ de bataille, un homme qui a su inspirer la loyauté de ses disciples. Napoléon a lu cette traduction sur le bateau qui l’a emmené en Égypte en 1798. Inspiré par le portrait du prophète par Savary, brillant général et sage législateur, Napoléon cherche à devenir un nouveau Muhammad, et espère que les oulémas (érudits) du Caire l’accepteront, lui et ses soldats français, comme amis de l’Islam, venus libérer les Egyptiens de la tyrannie ottomane. Il a même affirmé que sa propre arrivée en Égypte avait été annoncée dans le Coran.

Napoléon avait une vision idéalisée, livresque, des Lumières, de l’Islam comme pur monothéisme : En effet, l’échec de son expédition en Égypte est dû en partie à son idée que l’Islam est très différent de la religion du oulama du Caire. Pourtant, Napoléon n’était pas le seul à se considérer comme un nouveau Mahomet. Goethe proclamait avec enthousiasme que l’empereur était le “Mahomet der Welt” (Mahomet du monde), et l’auteur français Victor Hugo le dépeignait comme un “Mahomet d’occident” (Muhammad de l’Occident). Napoléon lui-même, à la fin de sa vie, exilé à Sainte-Hélène et ruminant sa défaite, a écrit sur Mahomet et a défendu son héritage en tant que “grand homme qui a changé le cours de l’histoire”. Le Muhammad de Napoléon, conquérant et législateur, persuasif et charismatique, ressemble à Napoléon lui-même – mais un Napoléon qui a mieux réussi, et certainement jamais exilé sur une île froide balayée par les vents dans l’Atlantique Sud.

L’idée de Muhammad comme l’un des grands législateurs du monde a persisté au XXe siècle. Adolph A. Weinman, un sculpteur américain d’origine allemande, a représenté Mahomet dans sa frise de 1935 dans la salle principale de la Cour suprême des États-Unis, où le prophète prend sa place parmi les 18 législateurs. Plusieurs chrétiens européens ont appelé leurs églises à reconnaître le rôle particulier de Mahomet en tant que prophète des musulmans. Pour les catholiques spécialistes de l’Islam comme Louis Massignon ou Hans Küng, ou pour le protestant écossais William Montgomery Watt, cette reconnaissance était le meilleur moyen de promouvoir un dialogue pacifique et constructif entre chrétiens et musulmans.

Ce type de dialogue se poursuit aujourd’hui, mais il a été largement noyé dans le vacarme des conflits, car les politiciens d’extrême droite en Europe et ailleurs diabolisent Mahomet pour justifier des politiques anti-musulmanes. L’homme politique néerlandais Geert Wilders le qualifie de terroriste, de pédophile et de psychopathe. L’image négative du prophète est paradoxalement véhiculée par les musulmans fondamentalistes qui l’adorent et rejettent toute contextualisation historique de sa vie et de ses enseignements ; pendant ce temps, les extrémistes violents prétendent défendre l’Islam et son prophète des “insultes” par le meurtre et la terreur. Raison de plus, donc, pour prendre du recul et examiner les divers et souvent surprenants portraits occidentaux des innombrables visages de Mahomet.

L’islam un culte catastrophique

Hussein Elgohary : L’islam, un culte catastrophique pour l’humanité
Hussein Elgohary, ingénieur électronique égyptien, connait bien l’islam par ses origines familiales et son éducation. Il subit, dès sa naissance l’endoctrinement islamique. Mais ses recherches ultérieures bouleversent totalement la conception initiale qu’il a acquise de l’islam et des valeurs de cette croyance dont il était imprégné. Elles lui prouvent également que cette présumée religion n’est rien d’autre qu’une idéologie néfaste pour l’humanité.

Cet ingénieur électronique égyptien qui a contribué en 1972 à l’élaboration de la lecture du système des codes-barres, s’est intéressé, depuis 2001, à approfondir l’évolution civilisationnelle de l’homme. Ses investigations l’ont amené à constater que cette évolution suit une règle d’or ayant quatre composantes : les outils, la langue, l’ordre social et la vision cosmique. Toutes se complètent, s’interfèrent et s’impactent mutuellement.

L’application méthodique de cette rège à l’islam le bouleverse. Il en sort convaincu que cette croyance dans laquelle il est né, n’est rien d’autre « qu’un culte catastrophique pour l’humanité ». Depuis 2016, il publie régulièrement en arabe ses réflexions (plus de 170 articles) sur Facebook comme sur des sites électroniques, notamment sur son compte dans ahewar.org. Les réflexions suivantes sont tirées de ses articles qui l’ont amené à ce constat angoissant et effrayant, mais plein de discernement. Nous les présentons aux lecteurs francophones pour faciliter leur compréhension de la nature de l’islam, la prise de conscience de ses effets pervers, mais aussi pour en tirer les leçons qui s’imposent.

Hussein Elgohary définit la règle d’or, la projette sur l’islam et explore ses conséquences

Ma règle d’or est un principe facile et simple qui me guide dans mon comportement avec mes semblables. Chaque fois que je me rapproche de l’Autre, j’agis envers lui comme j’aimerais qu’il agisse envers moi, même si nos positions et nos convictions se révèlent différentes ou diamétralement opposées…

Cette règle d’or qui émane de l’amour et du respect d’autrui, est le pilier de la foi chrétienne et de nombreuses autres croyances et conceptions philosophiques… Elle s’impose comme principe directeur devant régir les relations entre les humains et permettre de répondre à leurs besoins croissants…

La pierre angulaire du succès de cette règle d’or réside dans la conviction des individus que leurs décisions et leurs actions sont les seuls qui déterminent leur destin dans la vie.

Notre croyance islamique est aux antipodes de cette règle d’or, puisqu’elle est totalement dépourvue de tout ce qui favorise de près ou de loin ce principe directeur déterminant. La preuve de cette défaillance se manifeste dans les relations de nos peuples les uns avec les autres. Elle est destructrice à tous les niveaux. Les adeptes de cette croyance ont toujours été et le sont encore divisés, perturbés et désemparés à cause de l’orientation verticale de leur allégeance vers une « symbolique de leur foi » au détriment de leur loyauté horizontale les uns envers les autres…

Par conséquent, ils ne peuvent trouver aucun lien susceptible de les réunir ni de leur assurer une coexistence harmonieuse et paisible. Cette désintégration est calamiteuse en soi, d’autant plus que les musulmans eux-mêmes avouent leur fatalité et leur incapacité d’acquérir la maîtrise de leur destin. Celui-ci est préétabli en raison de leur conviction religieuse qui révèle que le destin de tout être humain se trouve à l’avance gravé sur une tablette conservée au septième ciel depuis la nuit des temps…

Quant aux conséquences désastreuses de cette stupide fatalité mentale, elles sont multiples. L’absence totale du concept de cette règle d’or dans l’esprit de l’homo islamicus conduit impérativement à favoriser toutes les relations dévastatrices dans nos sociétés. Ce qui signifie clairement que l’islam constitue en soi la cause directe de la détérioration de nos relations morales et sociales, de notre corruption, de nos incapacités collectives pour répondre aux besoins de nos peuples, de notre paralysie quasi totale dans l’achèvement de toute action collective à long ou à court terme, de notre travail hasardeux, de l’absence de propreté dans nos villes et cités, du vacarme permanent dans notre environnement, etc. Ces carences ne peuvent cesser de s’empirer et de s’aggraver… En bref, nos communautés musulmanes ne sont pas en mesure d’éviter le précipice vers lequel elles s’acheminent. Sans vouloir faire la promotion de la règle d’or que je préconise, j’estime que l’absence de cette règle dans les enseignements de l’islam est destructive pour notre avenir (ahewar.org, 19.12.2016).

Le musulman ressemble à une brique creuse, sèche, privée d’autocollant ou de tout produit nécessaire à sa cohésion avec les autres briques. Cette sécheresse dans l’ADN du musulman n’est que le produit naturel des cinq piliers de l’islam et leur négligence désastreuse de toute relation de l’être humain avec ses semblables. À cela s’ajoute l’incitation incessante dans les parties complémentaires de ce culte [Hadith, Sira, Sunna, Sharia] au rejet comme à la haine des autres pour différents prétextes. In fine, le musulman se révèle comme une personne inapte à toute réalisation fructueuse. Il n’excelle que dans sa frénésie collective barbare pour s’adonner seul ou en groupe au vol, au pillage, à la délinquance, au viol des femmes et à la destruction des biens publics et privés (ahewar.org, 1.05.2019).

L’islam est un culte et pas une religion

Mes recherches, mes observations et mon vécu me permettent de déduire que l’islam est un culte à caractère sectaire et pas une religion. Il existe uniquement pour servir les intérêts d’un groupe mafieux qui s’approprie ou confisque les structures de sa gestion. Ce groupe est composé de dirigeants politiques liés étroitement par une alliance indéfectible à des juristes [fuqaha’] et des commissaires gardiens de la croyance [imams, oulémas, prédicateurs]…. Ce culte asphyxie l’esprit des gens, égare leur conception de la vie et détruit les relations entre eux. Il faut criminaliser l’islam et l’éradiquer du cerveau des gens… C’est la seule solution pour nos peuples affligés (ahewar.org, 15.09.2019).

Détails de la règle d’or d’Elgohary

En tant que croyance, l’islam est situé aux antipodes de la capacité de développer des outils et de les produire. Toutes les données et les preuves confirment que les sociétés musulmanes, comparées à d’autres sociétés qui produisent des ordinateurs, des téléphones portables, des avions, des missiles, etc., ne semblent pas faire partie de la race humaine mais de celle des singes. En effet, le développement et la production d’outils nécessitent des efforts communs et une accumulation collective de connaissances. Ce phénomène fait défaut en islam, parce que cette idéologie sectaire incarne une croyance destructrice des relations entre les humains. Il lui manque l’esprit de coopération, d’engagement, de créativité, d’exactitude et du sérieux. Cette défaillance mortifère entraîne l’absence de toute accumulation et fructification de connaissances entre ses adeptes de quelque manière que ce soit.

Sur le plan sociétal, l’islam se trouve également aux antipodes du concept de l’égalité entre les êtres humains. Ceci explique pourquoi tous les systèmes de domination politique en islam sont oppressifs, tyranniques et injustes envers les droits naturels de leurs citoyens. La raison se trouve dans les enseignements et les pratiques de l’islam. L’individu musulman ne croit pas qu’il est responsable de lui-même, puisqu’il est certain que c’est la volonté de son dieu Allah qui détient le pouvoir d’ordonner et d’interdire dans tous les domaines de sa vie et que l’islam n’est rien d’autre que la soumission absolue à cette volonté.

En même temps, le musulman n’est en aucune manière autorisé à s’opposer à cette volonté quoi qu’il arrive… Un groupe mixte politico-clérical détient tous les systèmes de domination islamique. Des dirigeants politiques et religieux s’attribuent des pouvoirs absolus qu’ils considèrent comme révélés d’une manière opaque mais réelle et tangible … Donc, ce groupe en profite pour consolider sa position privilégiée et confirmer son pouvoir en manipulant sournoisement la stratégie de « diviser pour bien régner ». Telle pratique impacte l’esprit de l’individu musulman et lui fait croire que « l’autre » [le non-musulman] est méchant ou envieux. Ainsi le musulman lambda se trouve généralement obsédé par la peur de cet « autre » et par la méfiance permanente à son égard.

Quant aux sociétés musulmanes spécifiquement arabophones, leur drame dépasse tout entendement en raison de leur langue qu’est l’arabe. Cette langue, utilisée pour développer et promouvoir la littérature islamique, a déjà acquis un halo de sacralité qui se reflète dans son usage quotidien de façon calamiteuse dans plusieurs domaines. Le recours à cette langue affecte très gravement l’être humain, comme dans les trois cas suivants :

(a) La forme prime sur le fond. En effet, se tromper ou non n’a aucune importance. L’essentiel c’est de faire ce qu’on veut sans que personne ne le sache.

(b) Les textes et même les dits des uns et des autres sont sanctifiés. On se fie à ce que « untel a dit, untel a rapporté ou a raconté ». Cette conception idolâtre produit une aberration absurde dans le comportement individuel et collectif. Ainsi untel dit qu’il fera ceci ou cela, son énoncé lui permet d’apaiser son esprit et de dormir sans souci, comme s’il avait effectivement fait ce qu’il a dit ou promis de faire.

(c) Dès que quelqu’un parvient à parler un arabe littéraire de façon un peu éloquente avec un ton oratoire et à utiliser des expressions ou des versets coraniques bien articulés, il s’octroie aussitôt le droit de s’autoproclamer ‘âlim [savant en sciences islamiques]. Ainsi réussit-il souvent à réunir autour de lui des gens pour l’écouter avec ou sans conviction, abstraction faite du contenu de son discours, fût-il juste ou faux, rationnel ou illogique [C’est le cas de nombreux imams, dont beaucoup autoproclamés, prédicateurs et recteurs de mosquées en France et ailleurs].

Elgohary en tire un constat pathétique et troublant

De ces faits avérés, nous tirons des leçons éminemment incontestables :

1. Il est impératif de mettre un terme à la stupidité et à l’aliénation mentale lorsqu’on compare la situation de l’Europe au Moyen Âge avec nos conditions actuelles mommdans le monde arabo-musulman, pour justifier notre sous-développement.

2. Les sociétés musulmanes, notamment arabophones, ne connaîtront ni réforme, ni succès, ni prospérité, sans que l’islam, la pensée islamique et ses pratiques soient éradiqués du cerveau de nos parents et de nos peuples… La seule solution de s’en sortir consiste à remplacer la croyance islamique par un ensemble de concepts basés sur la « règle d’or » déjà énoncée 

RACINES DU MAL

Entre islamisme et pétages de plomb, ces meurtres mis en scène qui ébranlent la société française

A l’heure du déjeuner un fonctionnaire de la préfecture de Police de Paris âgé de 45 ans et qui, selon le Ministre de l’intérieur ne présentait aucun signe de fragilité psychologique, a tué quatre de ses collègues dans une attaque au couteau. Certains médias ont déclaré que l’assaillant s’était converti à l’islam depuis 18 mois. On ne connaît pas pour l’heure les motifs de son acte, mais le déroulé des faits est semblable aux mises en scène du terrorisme islamiste. Si “pétage de plomb” il y a, comme dit l’expression consacrée, la répétition de cette mise en scène interroge sur les causes de cette violence dans la société française. Quelles émotions trouve-t-on derrière un tel basculement ? 

Bertrand Vergely : Dans le drame qui vient de se dérouler il importe de faire la part entre ce qui relève de la violence ordinaire et ce qui relève de la violence hors-norme. 

Quand quelqu’un « pète les plombs » de façon ordinaire la violence qu’il déploie relève du caprice d’un enfant qui se roule parterre parce qu’on lui a refusé quelque chose qu’il désirait. Ce caprice peut donner lieu à des coups de folie comme le fait d’agresser directement et violemment.  celui ou celle qui lui a refusé l’objet de son désir. Il peut donner lieu au fait de s’agresser soi-même. Ce qui peut aller loin. Il n’est pas rare que l’on tue ou que l’on se suicide quand est en proie à un tel coup de folie. Dans le cadre de la violence hors-norme on a affaire à autre chose.

Une chose frappe dans le drame qui vient de se dérouler : la façon dont le meurtre a eu lieu. Cette façon est celle-là même que pratiquent certains terroristes musulmans. Elle est celle-là même  recommandée par  Daech depuis sa défaite. 

Ces dernières années on a vu surgir dans l’actualité de nombreux attentats commis par un homme seul descendant dans la rue et attaquant des passants à l’arme blanche en criant « Allah Akbar ! » « Dieu est grand ! ». Quand Daech a été défait, avant de disparaître dans la clandestinité, ses chefs ont donné comme consigne à leurs sympathisants de commettre des attentats et, au besoin, de ne pas hésiter à commettre des attentats seuls. 

Quand de tels attentats ont lieu ceux qui les commettent ne « pètent pas les plombs ». Ils sont très déterminés, leur logique étant non pas psychologique mais idéologique.

Le scénario qui les conduit là se déroule en général en trois temps. Au commencement, une vie soit normale, soit brillante, soit médiocre. Puis un jour, rupture. À la suite d’une rencontre avec un leader idéologique fascinant, ceux-ci tombent sous le charme. Ils sont médusés, envoûtés, sous emprise. Vient alors la dernière phase : subjugués par le discours idéologique du leader fascinant ils n’entendent plus rien. On a beau leur parler, ils ne sont plus de ce monde. Ils sont partis ailleurs. C’est là que le passage à la violence s’opère. Possédés par l’idéologie, ils deviennent insensibles. Devenant insensibles, ils ont un sentiment d’invincibilité. Invincibles, ils se mettent à tuer en voyant dans leurs crimes la preuve de leur invincibilité. 

Dans le crime qui s’est déroulé hier Jeudi c’est manifestement ce qui s’est passé. Le meurtrier est-il un français converti à l’Islam qui a prêté allégeance à Daech ? Ne l’est-il pas ? On ne le sait pas. En revanche, ce qui est sûr c’est qu’il s’est converti à la symbolique du meurtre terroriste rituel. Il a tué au couteau sans raison apparente. 

Peut-on relier ce phénomène à la déconstruction depuis les années 70 des structures symboliques  traditionnelles  en débouchant sur ce que Durkheim appelle l’anomie ? 

Dans les années 70 le gauchisme a vécu une mutation idéologique. Le communisme étant en train de s’écrouler et le marxisme se révélant passablement sclérosé à cause de son dogmatisme, le désir de changer le monde s’est appuyé sur un nouveau modèle théorique hérité de Nietzsche et d’Heidegger. Reprenant le mythe gnostique de la  création originelle  lumineuse détournée par un dieu pervers et méchant, l’intelligentsia éprise de subversion a pensé le monde comme la victime d’un complot perpétré par l’Un, cet Un étant  monothéiste judéo-chrétien, platonicien, métaphysique, essentialiste et   contre les énergies du multiple, ces énergies  étant féministes, transgenre, écologistes et « no boarder ». Cette déconstruction a favorisé non pas la montée de la violence mais la montée d’une violence sous la forme d’une violence   ritualisée à travers un terrorisme intellectuel prenant d’assaut les medias, l’art et la culture. Prise d’assaut réussie, la violence mentale soupçonneuse, provocatrice et  insoumise par principe devenant la norme. Dans ce climat de subversion banalisée, institutionnalisée et normalisée au nom de la libération du genre humain, l’islamisme a séduit. Il est apparu comme la version réactualisée de la lutte de l’esclave contre son maître, du colonisé contre le colonisateur, de l’immigré contre son patron, du dominé contre le dominant. Des terroristes islamistes faisaient  des victimes lors d’attentats qu’ils commettaient ? Ils n’étaient pas vus comme des meurtriers mais comme des victimes défendant leurs droits bafoués. Aujourd’hui, un homme seul de 45 ans tue soudain au couteau quatre de ses collègues. Au niveau de la mise en scène on a là la suite logique du climat délétère dans lequel nous vivons depuis quelques décennies. Déconstruction, subversion, islamisme puis mise en scène d’un meurtre en série de façon islamiste, cela résume bien la dérive infernale d’une certaine aventure intellectuelle. 

Est-ce le système éducatif qui est en cause et qui explique que les individus n’arrivent plus à vivre pacifiquement leurs frustrations ? 

Si le système éducatif français arrive à produire de l’excellence, s’il se donne un mal fou avec courage, compétence  et dévouement pour que le plus grand nombre d’élèves puisse maîtriser les fondamentaux de l’instruction, il n’en est pas moins confronté à deux problèmes majeurs qu’il ne parvient pas à résoudre. 

Le premier est interne et relève de son sens. Quand un élève sort de Terminale, il sait un certain nombre de choses. Il est incapable de faire le lien entre celles-ci. Le lien qui pourrait unir toutes ces connaissances n’existe pas. La raison en est simple. On ne sait pas quel est le but de l’éducation. On ne le sait plus parce que l’on ne sait plus où l’on va. 

Deuxième problème, celui-ci relève de la société. En France, toute une partie de la société est perdue et les pouvoirs publics ne savent pas comment il va être possible de la remettre à flots. Dans le système éducatif il en va e même. Toute une partie de la population scolaire est perdue et l’on ne sait pas comment il va être possible de la remettre à flots elle aussi. Qu’il s’agisse de la société ou du système éducatif cette population est une proie rêvée pour l’islamisme et, si ce n’est l’islamisme, pour les mises en scène islamistes de la violence et de la mort. 

Des meurtres fous sur fond de mises-en-scène de violence terroriste. On s’interroge sur les causes de leur apparition. Osons cette hypothèse. Qui a souffert fait souffrir, dit-on. Pas de sens à propos de ce que l’on fait et de ce que l’on est ? Un monde perdu qui décroche du monde réel ? Quand le sens a été tué on tue le sens. Quand le monde a été tué on tue le monde. Les crimes qui ont lieu se font toujours sur le fond de crimes qui ont déjà eu lieu. 

Ce phénomène rappelle les tueries qui ont lieu aux États-Unis. Est-il lié à une crise de la masculinité ? 

Les assassins sont souvent des hommes. Crise de la masculinité ? Quand on a affaire à l’islamisme, c’est clair. Une crise est une contradiction que l’on n’arrive pas à résoudre et qui explose de façon douloureuse. Quand l’homme et la femme qui forment un couple fondamental n’arrivent pas à vivre leur complémentarité, quand donc ils se séparent, privée de son autre la masculinité devenant incompatible avec elle-même, celle-ci explose. Le monde a beaucoup de mal à vivre la complémentarité homme-femme. Soit le couple homme femme est le lieu d’une domination de l’homme sur la femme, soit il est celui de leur division.  Dans tous les cas le résultat est le même : le masculin est seul et étant seul il devient fou.   Ce qui frappe dans le drame qui a eu lieu hier Jeudi, c’est cet homme seul, ce masculin livré à lui-même tuant d’autres masculins afin sans doute de tuer le masculin qui, en lui, n’a pas su vivre. 

Un  Allemand résiste à l’appel de la prière islamique
avec des cloches de vache et des casseroles, bravo !


Un  Allemand résiste à l’appel de la prière islamique avec des cloches de vache et des casseroles, bravo !

Marcel Bauersfeld fait du bruit devant une mosquée d’Erdogan  pendant la prière du vendredi

Avec une cuillère et une casserole contre l’appel au muezzin !

La police l’attend déjà : Marcel Bauersfeld s’entretient avec les deux officiers devant la mosquée de sa ville (photo ci-dessus). Après une longue discussion argumentée l’homme de 37 ans est chassé.

Mais il promet : « Je serai de retour vendredi prochain ».

 Vendredi midi, 13h30 précises : lorsque le muezzin appelle à la prière dans la mosquée Marcel Bauersfeld se tient sur le trottoir face au bâtiment – une fois de plus. Il martèle sans cesse une casserole avec une cuillère. Peu de temps après, la police arrive pour le chasser.

S’agit-il de liberté d’expression ou l’action de ce Résistant porte-t-elle « atteinte à la liberté de religion » ?

« Deux droits fondamentaux s’affrontent », déclare la porte-parole de la police, Simone Lah-Schnier. Cependant, dès qu’il y a suspicion d’infraction, la police peut – comme dans ce cas – lancer des poursuites. Selon la porte-parole, le trouble-fête qui n’a pas eu affaire à la police auparavant, se voit  accusé de porter atteinte à la liberté religieuse.

Le 3 juillet, Marcel Bauersfeld avait également fait beaucoup de bruit devant la mosquée. En effet,  il avait utilisé une cloche de vache !

 « Elle a été confisquée par la police. C’est pourquoi je suis ici avec une casserole aujourd’hui », dit-il.

L’affaire est actuellement examinée par le parquet de Bielefeld. Là, dit Simone Lah-Schnier, on examine s’il y a infraction. En attendant, la cloche de vache qui a été saisie restera aux mains des autorités.

L’appel du muezzin est diffusé tous les vendredis via un haut-parleur ( en haut à droite à la fenêtre).

Pour la troisième fois consécutive, l’homme de 37 ans proteste ce vendredi contre l’appel à la prière islamique que le maire Tim Kähler a autorisé à la communauté turque à la mi-juin.

Depuis lors, la décision du chef de l’administration a suscité des discussions controversées. La CDU [parti politique] avait critiqué cette décision.

Une majorité du Conseil municipal considère cependant que l’appel à la prière est un droit fondamental.

Dans une interview, Marcel Bauersfeld a précisé :

Je ne suis ni de gauche ni d’extrême droite. Je n’ai également rien contre les autres coutumes culturelles. La seule chose qui me dérange est l’appel au muezzin, qui à mes yeux n’est rien d’autre qu’un appel au califat. Je ne veux pas de la charia ici.

Le manifestant dit avoir étudié le Coran en profondeur. Avec l’autorisation de l’appel du muezzin, la boîte de Pandore a été ouverte.

« D’autres communautés turques pourraient revendiquer le même droit. » Il demande que la ville de Herford révoque son permis d’appel au muezzin.

L’homme de 37 ans annonce qu’il sera de retour vendredi prochain. « Je suis curieux de voir si je serai poursuivi pour une cloche de vache ou une casserole », dit-il.

Les autorités locales envisagent  d’empêcher un jugement embarrassant pour elles en obtenant du tribunal de district une injonction temporaire avec interdiction d’approche. Cela signifierait que Marcel Bauersfeld ne serait autorisé à s’approcher de la mosquée qu’à une certaine distance.

La Résistance prend souvent la forme de petits gestes isolés en apparence dérisoires. Il faut du courage pour affronter les autres et ce Marcel doit se sentir bien seul. Bravo, il peut se regarder dans une glace, il a osé se  lever et protester contre un état de fait scandaleux et malheureusement accepté par le plus grand nombre.

Alors qu’Erdogan parle de conquête et de reconquête,

l’Europe parle des « Droits fondamentaux » des musulmans….

La conquête en Allemagne…

La « reconquête » en Turquie…

Impunité de l’islam :
c’est parce que nous nous ne bougeons pas
que nous sommes dans la merde

Impunité de l’islam : c’est parce que nous nous ne bougeons pas que nous sommes dans la merde

L’IMPUNITÉ DE L’ISLAM

Je me suis depuis longtemps demandé comment il se fait qu’une „religion“ aussi primaire et primitive, aussi génocidaire, raciste, misogyne, homophobe, esclavagiste, suprémaciste, antisémite, en un mot aussi monstrueuse que l’islam, pouvait être non seulement tolérée dans nos pays occidentaux mais aussi défendue malgré les assassinats, les meurtres, les viols, les tabassages, les incendies perpetrés dans l’impunité quasi totale. Oui, défendue!

– Ceux qui pensent que l’islam en soi est un problème font le jeux de ceux qui veulent nous diviser“  (Emmanuel Macron)                                                                                                                                                      – „Ceux qui veulent que les gens croient que l’islam se construit en détruisant d’autres monothéismes vous trahissent“. (idem)  – „Les Français doivent accepter l’islam. Le rejet du multiculturalisme est une trahison“  (idem)                                                                                                                     -“il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la violence. Cela n’est pas juste et n’est pas vrai.»  (Le pape Francois)                                                                                                                     -“Le Coran est un livre de paix, c’est un livre prophétique de paix»( idem)

Vous trouverez toutes les autres citations du même acabit de la part de tous les  dirigeants occidentaux dans:                                                        https://resistancerepublicaine.com/2019/10/14/combattre-lislam-quand-les-castres-nous-gouvernent-deuxieme-partie/

Mais ce ne sont pas seulement nos dirigeants atteints de maladies mentales qui profèrent de telles âneries mais la majorité des citoyens lambda de nos pays.

Je vous invite à faire une petite experience à l’occasion de n’importe quelle réunion de famille, d’anniversaire, de pots d’entreprise ou de rencontres sportives. Déclarez dans la discussion: „Je trouve que l’islam prend vraiment trop de place en France“ ou „Depuis cette immigration incontrôlée les actes de violence et les viols n’ont cessé d’augmenter“ ou toute autre phrase du genre mettant en cause l’islam.

Observez alors ce qui se passe:

– Un silence gêné, lourd…

– Des tentatives de changer du sujet: „Au fait vos vacances, cela s’est passé comment?“

– Des réactions du type „Il y a aussi des Francais qui violent“ ou „Tu ne serais pas un peu raciste sur les bords, toi?“, „Là, je trouve que tu exagères…“, „On ne peut quand même pas les mettre tous dans un même sac“, „Mais qu’est ce qui te prend? Tu as trop bu?“, „Quand il a un petit coup dans le nez, il devient agressif“  etc…etc…etc…

Afin de répondre à ma question „Comment se fait-il qu’une religion aussi monstrueuse que l’islam puisse être non seulement tolérée mais défendue dans nos pays soi-disant éclairés et rationnels“, je vais essayer d’analyser ici les divers facteurs qui contribuent à ce paradoxe.

1) Le pacte pétrolier

1973: Guerre au Moyen -Orient, Israel fout la pâtée au monde arabe qui se venge:      

  1) en multipliant les prix du petrole par quatre

2) en menacant de couper les approvisionnements en petrole aux pays qui continuent à soutenir Israel

3) en exercant un chantage qui sème la panique chez les gouvernements Européens. Ceux-ci se couchent et signent l’accord imposé par les pays arabes. (Pour l’accord, voir la video ci dessous)

4) Comme il ne faut en aucun cas que les peuples européens l’apprennent et comme ils risquent de se demander pourquoi on construit tant de mosquées et de centres culturels islamiques avec leur argent, on va leur vendre le „vivre ensemble“ et l’impératif de sauver les pauvres migrants.

5) En réalité nos gouvernements ont lâchement cédé au chantage et nous en subissons aujourd’hui les conséquences: 20.000 fichés S, d’innombrables naturalisés qui haïssent la France, 720 zones de non-droit (de zones islamisées) où les Francais sont „interdits de séjour“, un antisémisme virulent accompagné de meurtres, un racisme anti-francais déchainé, une frilosité sans pareille des autorités, un déni et un enfumage permanent…

Alain Wagner: „Ils ont vendu l’occident à l’islam depuis 1975: Une bombe!“

Je ne suis pas un fanatique des theories de conspirations mais lorsque des décisions, qui nous concernent tous, sont prises sans que les peuples non seulement n’y participent mais de plus n’en sont même pas informés, il est légitime de parler de conspiration. A moins que vous ne me proposiez un autre mot qui rende aussi bien compte de ce qui s’est réellement passé.

Nous n’avons pas ici seulement la responsabilité des politiques mais aussi des médias. Si vous vous demandez comment ils peuvent imprimer ou diffuser de telles conneries sur l’islam lisez les Qatar papers pour comprendre á quel point ils sont vendus „corps et âmes“: 

Ces documents confidentiels, divulgués pour la première fois, détaillent la plupart des 140 projets de financement de mosquées, écoles et centres islamiques, au profit d’associations liées à la mouvance des Frères musulmans. Ils dévoilent le salaire payé à Tariq Ramadan, figure de l’islam politique que Doha sponsorise hors de ses frontières. Au terme d’une enquête dans six pays européens et une douzaine de villes de l’Hexagone, les auteurs exposent la dissimulation, parfois le double langage, des associations islamiques sur leur financement étranger, ainsi que la politique de l’autruche suivie par de nombreux maires, par électoralisme ou ignorance.

L’Arabie laisse encore des imams venir en France distribuer de l’argent aux mosquées salafistes. Que penser des dirigeants français qui « se couchent » devant les responsables de ces monarchies pour obtenir des contrats ?

2) Le bourrage de crânes

Nos concitoyens sont soumis à un bourrage de crânes sans précédents

– Bourrage de cranes par nos élites: Voir le lien déjà cité:https://resistancerepublicaine.com/2019/10/14/combattre-lislam-quand-les-castres-nous-gouvernent-deuxieme-partie/

Si vous voulez vous amuser vous pouvez lire ce que les hommes d’antan, les vrais, ceux qui en avaient, disaient de l’islam:

– Bourrage de cranes par les médias payés pour le faire (Qatar papers)

– Clientélisme des maires, des conseillers municipaux, des élites locales.

A titre d’exemple: Lisez cela qui est sidérant, incroyable, ahurissant.

Violence, malversation, introduction de caids dans le processus municipal, islamisme, financement de l’islamisation: voici ce que révèle l’enquête de la courageuse Eve Szeftel qui signe une enquête édifiante sur la gestion clientéliste islamiste des banlieues à une poignée de kilomètres de Paris. „Ilan Halimi aurait pu être sauvé au lieu d’être torturé à mort par le gang des  barbares  „A Bobigny, le gang des barbares est dans les allées du pouvoir“   

– Idéologie mondialiste tant prisée par notre président jupitérien qui est une catastrophe ambulante. Comme disait Trump:

N’empêche qu’il pousse le mondialisme à fond aidé en cela par the open society de Georges Soros. Ce mondialisme se caractérise par l’ouverture des frontières (ces ignares ignorent qu’une cellule biologique ouverte meurt. On voudrait faire mourir nos pays que l’on ne s’y prendrait pas autrement.            Voir: https://resistancerepublicaine.com/2018/09/05/avec-limmigration-il-faut-appliquer-les-lecons-de-notre-systeme-immunitaire/

3) La peur

L’islam est une culture violente, de domination et de soumission de l’autre.

Vous avez peut-être parfois lu « tué pour un mauvais regard » sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Lorsque j’étais étudiant, un ami tunisien me l’expliqua: « Tu marches dans la rue à Tunis…Sur le trottoir opposé quelqu’un que tu n’as jamais vu passe et tu le regardes par hasard et le voilà qu’il beugle, prêt à te casser la gueule  « Tu veux ma photo ou quoi? »

Regarder dans les yeux est déjà un défi qu’il faut relever « si tu es un homme ». Ainsi les Dhimmis (citoyen non-musulman et donc de statut inférieur) devaient toujours baisser les yeux en signe de soumission face à un musulman.

Nous avons été élevés dans l’égalité des droits et ne pouvons comprendre que tout, mais alors absolument tout en islam, tourne autour de qui domine et qui est soumis.

De plus nous avons été individualisés alors qu’ils sont toujours en bandes et violents.

Philippe, le conducteur de bus de bayonne en est mort, massacré par 4 Maghrébins « chances pour la France ». Voir l’article

La peur physique est justifiée quand tu penses à Philippe Monguillot, le chauffeur de bus  massacré pour avoir dit à de jeunes maghrebins de mettre un masque s’ils veulent voyager en bus, à Thomas Carbonnel, 23 ans, poignardé à mort par un repris de justice qui venait de sortir de prison (maghrebin, je suppose puisqu’on ne donne pas son nom), à la gendarme Mélanie Lamée fauchée par un chauffard connu des services de police (maghrebin je suppose puisqu’on ne donne pas son nom) quand tu penses aux innombrables coups de couteaux, aux tabassages avec coups de brodequins dans la tête par une meute acharnée. Et cela ne date pas d’aujourd’hui: Je pense à ces deux jeunes filles pleines de vie, Laura et Mauranne, poignardées et égorgées à Marseille, en 2017 par un musulman adepte de l’Etat islamique…Allez jeter un coup d’oeil sur www.fdesouche.com et sa liste quotidienne de tabassage, de voitures folles et d’égorgements….

A part la légitime peur physique ( quoique je ne comprends pas ceux qui n’ont toujours pas suivi un cours de Krav Maga et n’ont toujours pas acquis des armes legales d’auto-défense, https://www.fusil-calais.com/fr/173-arme-de-defense) il y a encore d’autres peurs: La peur d’attaques médiatiques, d’attaques judiciaires, de perdre son emploi, de voir ses amis s’éloigner, de l’isolement et de l’ostracisme…

Je veux détailler un peu plus la crainte d’attaques judiciaires:

Il faut savoir que les organisations islamiques telles que le CFCM (Conseil Francais du Culte Musulman), MF (Musulmans de France, anciennement Union des Organisations Islamiques de France-UOIF) qui regroupe 600 (SIX CENTS) associations musulmanes de France et les organisations pro-islam telles que la LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) et le MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) attaquent systématiquement tous ceux qui critiquent un tant soit peu l’islam MÊME LORSQUE LES CHANCES DE GAGNER UN PROCÈS SONT NULLES. Ils s’en foutent car ce sont les pétro-dollars du Qatar et de l’Arabie Saoudite qui paieront.

Alors pourquoi attaquer en justice lorsque les chances de gagner sont quasi-nulles?

1) Parce qu’on peut toujours espérer tomber sur un juge gauchiste qui jugera en dépit du bon sens et de l’évidence.

2) Et c’est la raison principale, pour intimider, épuiser, harasser, décourager et enfin faire renoncer et provoquer l’abandon de ceux qui luttent contre l’islamisation de notre pays. Il s’agit d’une véritable guerilla judiciaire menée avec des moyens financiers quasi inépuisables. Sans oublier qu’obliger les Résistants à l’islamisation à subir un procès c’est les atteindre dans leurs ressources financières et donc les obliger peu à peu à se retirer de la lutte faute d’argent.

Qui n’a pas eu à se battre dans un procès quelconque ne peut pas imaginer ce que cela représente! Oubliez les séries d’Hollywood!

J’ai vécu deux procès relatifs au droit du travail. On est complètement accaparé, absorbé, envahi par l’affaire, on s’y consacre totalement, on est traqué émotionnellement lorsque l’avocat de la partie contraire s’acharne sur vous, ment outrageusement, vous dépeint  comme un monstre pire que Frankenstein et vous traite comme une créature immonde sortie du caniveau… On ne dort plus, on est assailli de cauchemars, on sursaute à trois heures du matin, croyant avoir oublé de faire valoir un argument décisif…Bref il s’agit non seulement d’une attaque financière, mais aussi d’une charge émotionnelle difficile à supporte et d’une démolition systématique de votre dignité et de votre respectabilité…Et lorsque vous êtes injustement condamné et que vous faites appel, tout recommence.

J’en profite ici pour rendre hommage à Christine Tasin, Pierre Cassen, Eric Zemmour Georges Bensoussan et tant d’autres qui ont à subir de tels outrages et n’en démordent pas. Ce sont des âmes fières et nobles, des guerriers, je le dis comme je le pense!

Mais il n’y a pas seulement la peur physique, la peur de l’ostracisme ou des attaques judiciaires. Même lorsqu’il n’y a aucune crainte à avoir l’on ne peut que constater une sorte de paralysie mentale et émotionnelle face à l’islam.

4) paralysie mentale et émotionnelle

Vous connaissez probablement tous l’histoire de Mila, cette jeune étudiante qui a dû quitter son lycée par crainte de représailles et de menaces de mort. Elle plait à un jeune musulman de son lycée qui voudrait bien qu’elle devienne son amie. Elle refuse. Sur ce il l’abreuve de sarcasmes, puis d’injures et attaque le fait qu’elle soit lesbienne ( ce dont elle ne se cache pas) et proclame que c’est interdit par l’islam.

Excédée elle répond, dans un tweet, que de toutes facons « l’islam c’est de la merde ».

Sur ce menaces de mort de la part des autres étudiants musulmans et elle doit quitter le lycée car le recteur déclare qu’il ne peut plus garantir sa sécurité.

À ce stade, trois remarques:

  1. A) Dire que « l’islam c’est de la merde » relève de la liberté d’expression et n’est en aucun cas punissable par la loi.
  2. B) Regardez l’image ci-dessous:

C’est la garde nationale armée qui, sur ordre du Président Eisenhower, protège les étudiantes noires menacées de mort si elles osaient entrer dans l’école jusque là réservée aux Blancs. Mais Eisenhower c’était autre chose que Macron le freluquet!

  1. C) Il est d’usage et c’est facile de déplorer et de fustiger le manque d’action, voire la lâcheté de nos gouvernants. Mais nous? Que faisons -nous? Quelles sont nos actions?

Lisez plutôt:

Lorsque les nazis envahirent le Danemark, la Kommandatur décréta que les juifs devaient porter une étoile jaune avec au centre le mot JUIF. Le lendemain,le Roi du Danemark sortit de son palais avec une étoile jaune sur la poitrine! Le surlendemain tous les Danois avaient une étoile jaune sur leur poitrine…

Lorsque Mila est violemment aggressée pour avoir dit à un garcon musulman qui ne cessait de l’importuner et de l’insulter, que l’Islam c’est de la merde, elle doit quitter son lycée et se cacher et recoit 30.000 mails et menaces de mort du genre «“je vais t’égorger“, „je vais te sortir tes tripes et te les faire manger puis je te violerai ensuite, au nom du Prophète » 

“Je vais t’égorger au nom du Prophète” : Mila a reçu 30 000 menaces de mort de musulmans (Vidéo)

OÙ SONT LES MILLIONS DE FRANCAIS QUI, POUR SOUTENIR MILA, DÉCLARENT AUSSI QUE L’ISLAM C’EST DE LA MERDE PUISQU’IL MÈNE À CELA? («Vous reconnaitrez l’arbre à ses fruits»). OÙ SONT LES DÉCLARATIONS INDIGNÉES, LES ARTICLES, LES TRACTS, LES AUTO-COLLANTS??? OÙ SONT NOS HUMANISTES, NOS ARTISTES, NOS «ÉLITES», NOS «GOUVERNANTS», NOS INTELLECTUELS, NOS DÉFENSEURS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION??? RIEN!!!

Moi, je l’ai fait ! MAIS NOUS AURIONS Dû ÊTRE DES MILLIONS, d’autant plus qu’il n’y avait pas de risques!!!

 Alors, qu’elle est l’explication? D’où vient cette absence de réactions qui laisse le champ libre à l’islam et garantit son impunité?  Je viens de relire un article que j’avais écrit le 25 Janvier 2020 et qui contient des élements de réponses:

1) Se prétendre être un être humain bon (phénomène d’auto-divinisation)

2) Notre sadisme refoulé vécu par procuration dans l’admiration des vrais  sadiques.

3) fascination sexuelle pour ceux qui n’ont pas (encore?) été castrés par les „féministes“

Bref: Nous sommes devenus une nation d’eunuques 

5) Autres facteurs d’incompatibilité entre l’islam et nos démocraties

Voilà, vous savez maintenant purquoi la France est dans la merde.    

                           Parce que nous ne bougeons pas                                      


c’est parce que nous nous ne bougeons pas que nous sommes dans la merde”

  1. Martine Moyencourt Attendez vous n’avez encore rien vu ! Si la France est dans la merde, elle le sera encore bien plus d’une année sur l’autre. Suffit de bien regarder nos villes d’aujourd’hui pour imaginez sans trop se tromper la France de demain (disons dans 10 ans) Car dans dix ans une question pourrait bien être sur toutes les lèvres « Quelle sera le sort qui sera réservé aux autochtones de souche chrétienne quand ils deviendront minoritaires sur les terres de leurs ancêtres ?  » suivant récit love story « les corps indécents » C’est une petite devinette. Bien réfléchir avant de répondre. La réponse pourrait surprendre.
  2. J Vous avez raison MAIS vous oubliez aussi le fait que les gouvernements français ont tout fait pour nous réduire à l’inaction. Vous savez très bien que le Français ne peut plus agir sous peine d’être arrêté. On l’oblige à se laisser dépouiller, agresser, violenter, voler, et j’en passe, car au moindre geste de rébellion, au moindre sursaut d’auto-défense, c’est lui qui sera accusé d’agression et mis au placard. Les Français en ont ras-le-bol depuis bien longtemps et aimeraient bien pouvoir répliquer et se défendre. mais ils savent que s’ils bougent le petit doigt, ils seront traqués, mis en surveillance, arrêtés, emprisonnés, jugés et déclarés coupables. Tout est fait aujourd’hui pour que le Français Blanc soit coupable et doive payer, en billet ou en nature, pour l’envahisseur.
    Le Français n’attend qu’une chose : trouver un soutien valable, vraisemblablement, il attend un mouvement de l’armée contre le pouvoir politique, pour renverser le cours des choses. Il espérait le soutien des FDO (il supporte encore relativement les FDO) mais a perdu confiance après le coup des GJ. Que se lève un homme capable de mener la révolte et vous verrez les hordes de Français suivre.
    1. Moktar ; pardon amigo mais il faut peut-être arrêter de raconter n’importe quoi.
      Certes et je suis d’accord sur le fait qu’une réaction un tant soit peu musclée envers une racaille risque d’être sanctionnée. MAIS QUOI? ET ALORS? est-ce une raison pour se faire enlever le pantalon et se faire sod…………sans rien dire.
      NON camarade il faut se rendre à l’évidence même si cela fait mal: les Français globalement sont de pleutres. Nous en avons tous les jours des preuves. Quant à la jeunesse?! à part se foutre une casquette à l’envers, prendre la démarche des racailles, des tatouages dd partout; pour le reste rien de rien dans la pantalon;
      Les seuls jeunes pour lesquels j’adhère sont ces Identitaires qui, eux-mêmes, sont décriés par le bas peuple.
      Qu’attendez-vous pour vous regrouper, qu’attendez-vous pour réagir quand une racaille agresse un(e) de vos compatriotes?
      Dans mes propos, que l’on se rassure, je n’évoque pas les vieux riblonds (dont je fais partie): nous avons prouvé NOUS ce que nous étions capables de faire dès l’âge de 16 ou 17 ans.
      Faites en autant et la France sera sauvée. Poursuivez à faire des proses et dans peu de temps vous vous agenouillerez devant votre maître.
      Je conclue: excellente suggestion de Gérard (Michèle). Cela sera significatif.
      1. J Je suis d’accord avec vous, mais vous savez bien que la répression envers les patriotes est terrible. Regardez Mme Tasin, Génération Identitaire qui se prennent des procès à la pelle alors qu’ils ne font que des actions pacifiques. Même s’ils sont déclarés innocents, ils doivent débourser un max. Quant à se regrouper, oui, vous avez raison. Et il faut aller les chercher, ces Français mollassons.
        Cela dit, vous pouvez aussi comprendre ceux qui craignent de recevoir un coup de couteau s’ils bougent le petit doigt. L’actualité ne vous a pas encore assez montré quelle est la sentence ? S’il était aussi simple de se rebeller, ne croyez-vous pas que ce serait déjà fait ? Les racailles ont le gouvernement, les juges et les collabos avec eux. Les Français patriotes essaient en premier d’assurer la sécurité à leurs proches et eux-mêmes. C’est facile de décrier ceux qui font de la prose, comme vous dites. Quelles armes avons-nous réellement aujourd’hui pour nous battre ?
        Non, il faut créer des groupes, réinformer les Français, leur redonner confiance et assumer d’être « raciste/facho » afin qu’ils se réveillent. Et ça prend du temps.
  3. Michèle J’avoue que je n’ai pas eu le temps de tout lire ce matin avant de repartir au boulot, mais, rien que le titre, oh oui, mille fois (puissance 15) oui, c’est parce que nous nous nous bougeons pas, ou insuffisamment, pour les plus actifs, que nous en sommes là!Donc, je vais continuer à me bouger, préparer la résistance, tous azimuts, et faire un peu de propagande lorsque j’en ai l’occasion.De lourds nuages s’accumulent sur nos têtes:
    Masque obligatoire
    Retour de l’urgence sanitaire
    Retour du confinement
    Tests obligatoires
    Vaccins obligatoiresEtc. …Manifestons notre indignation le 14 juillet devant les mairies, sous/pref;, etc.Bonne semaine productive à toutes et à tous,
  4. Alexcendre Merci pour ces révélations : Ce que nous avons accepté des pays arabes est scandaleux et en plus honteux comment des dits responsables ont pu accepter une chose pareille (haute trahison ) Mais rien n’a été soumis et accepter par les peuples donc tous ces documents accords peuvent êtres déchirés instantanément ! ( pas sans une intelligente préparation ) Il nous suffit de trouver l’homme ou la femme qui en sera capable quitte a le ou la recruter chez les loups , je me comprends ! Sachant que pour un tel travail nous ne trouverons pas notre candidat chez nos poules mouillées qui peuplent nos institutions plus souvent couchés que debout devant les problèmes incapables de s’approvisionner en masques en pleine pandémie mais très bon en comme reconnaissons le .Pas un Giscard ,pas un Mitterrant , pas un Chirac , pas Sarkosy , pas un Macron n’ont vendu la mèche , ça en dit long sur le patriotisme de ces gens .
  5. Christian Jour Oui dans les repas de famille, on me faisait des réflexions sur mon racisme et j’avoue que j’attendais ça avec impatience. Je les coinçais très facilement et pousser dans leur retranchement, je leur démontrais que c’était eux les intolérants, et que c’étais eux qui avais des idées nazi et racistes avec les juifs, puisqu’ils toléraient très bien et sans problème l’islam qui lui voulait tuer tous les juifs. Ils me soutenaient que j’avais tort sans avoir lu le coran. Moi j’étais content car leurs arguments à la noix étaient démonté un à un. Bon du coup je ne suis plus invité. Mais c’est pas grave, parce que il n’y avait que moi qui m’amusait.
  6. Moktar  – je me garderai bien de vous répondre car je ne souhaite pas engager de polémique. Je n’évoque ni Christine, ni Pierre. Je parle de la rue…simplement de la rue que les Français doivent reconquérir.
    Expliquez moi pourquoi en d’autres temps, en d’autres lieux face à des périls autrement plus graves, des gens se sont levés et n’ont pas eu peur d’affronter les ennemis AU RISQUE DE LEUR VIE.
    Et c’étaient des jeunes qui avaient pour la majorité entre 17 et 25 ans.
    Alors excusez moi mais le baratin ne sert à rien.
  7. Machinchose un premier monotheisme est apparu, disons il y a 3500 ans , le « judaisme » en pays hébraique
    un deuxième en est né, ce sera le christianisme ça marche tant mal que bien et 4 siècles plus tard , après le deuxième, apparait le troisième, le Mahometisme ..auquel souscriront tous les laissés pour compte du coin mais là, ça se gâte! tu es obligé de t’y conformer ! tu n’ as plus le choix que te laissaient les deux premiers de souscrire ou d’ en rigoleralors ces intolérants feront la guerre a tous ceux qui doutent, ils massacreront des centaines de millions d’ humains( voir Indoukoush) pour imposer leur trouvaille initiée par un épileptique, amateur de fillettes, de parfums et de menterieset pour humilier les deux premiers monotheismes inspirés par deux celibataires, Moise et Jésus, ils nous offriront la « dhimma » tout en menageant l’ harissa et le couscous en faisant semblant de reconnaitre le Moussa (encore Darmanin !! féchié ! ) et le Aïssa (Jésus) les disant « sidna moussa, sidna Aissa, sans oublier le roi Salomon, dit Sidna Slimaneet parlant de « ahl el kitab » -peuples du livre pour les chrétiens et les juifsmais tout ce scenario c’est du pipeau, histoire de tenter de faire oublier la violence de leur coran (pour les non arabisants, Korane signifie « récitation »
    on ne te demande pas de reflechir, de penser, de comprendre, non ! on te demande de réciter, surtout sans te poser de questions

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !