TRANSSEXUELLE

Un peu de jazz ?

Dysphorie de genre : la Suède tourmentée
par les questions d’identité… de genre

En Suède, le nombre d’adolescentes qui ont été diagnostiquées comme souffrant de dysphorie de genre a augmenté de près de 1 500 % en dix ans. Un phénomène qui touche d’autres pays.

Dysphorie de genre, le nouveau mal du siècle ?

Un rapport récemment publié par le Conseil national suédois de la santé s’est penché sur la santé mentale et sur la dysphorie de genre, un phénomène en forte augmentation chez le jeunes Suédois. Par dysphorie de genre, il s’agit de désigner la détresse ressentie par une personne transgenre, c’est-à-dire ayant les attributs physiques d’une fille mais se sentant garçon, ou l’inverse. C’est le sentiment d’inadéquation entre son sexe assigné et son identité de genre qui crée des perturbations, notamment troubles psychiques.

De plus, il existe deux formes cliniques de dysphorie de genre en fonction de l’âge de l’individu, l’une apparaissant dès la petite enfance, l’autre à la période pubertaire ou plus tardivement.

Ainsi, en Suède, chez les filles âgées de 13 à 17 ans, le nombre de cas de dysphorie de genre recensés a augmenté de 1 500 % entre 2008 et 2018. Chez les garçons, c’est cette fois une hausse de 400 % qui a été observée au cours de la même période pour des hommes âgés de 18 à 24 ans.

6 000 cas diagnostiqués en Suède en 2018

Au total, ce sont près de 6 000 personnes qui ont été diagnostiquées comme étant atteintes de dysphorie de genre en Suède en 2018. En outre, le rapport souligne que la dysphorie de genre peut également avoir d’autres conséquences comme l’autisme, l’automutilation et les tentatives de suicide, plus fréquentes que dans le reste de la population.

Face à cette hausse, le corps médical n’est pas capable de fournir la moindre explication. Peter Salmi, un membre du Conseil national suédois de la santé, a déclaré dans un communiqué de presse que les autorités étaient tout à fait conscientes de la hausse marquée des cas, mais qu’elles ne savaient pas « ce qui cause cette augmentation ».

Ce phénomène ne concerne toutefois pas que la Suède puisque d’autres pays nordiques tels la Norvège et la Finlande, mais aussi des contrées d’Europe de l’ouest, sont aussi concernés. À l’instar du Royaume-Uni qui a vu le nombre de changement de sexe chez les jeunes filles progresser de 4 415 % en 10 ans, le nombre de jeunes filles ayant opté pour un traitement sexospécifique, comme les injections d’hormones, étant passé de 40 en 2009/2010 à 1 806 en 2017/2018.

AK

Sa mère s’appelle Robert 

En 2013, les partisans de la dénaturation du mariage estimaient que ce slogan était homophobe. Aujourd’hui, la cour de cassation en fait presque une réalité : une avocate générale de la Cour de cassation s’est prononcée mardi en faveur de la reconnaissance d’une femme transgenre, née homme, comme mère de sa fille.

Bienvenue dans la chronique des cinglés.

Jusqu’ici, la justice avait considéré que seule la mention “parent biologique” pouvait figurer sur le livret de famille.

En 2011, cet homme a officiellement été reconnu comme une femme sur son état civil. Après ce changement de genre, il a eu une fille naturellement avec son épouse Sophie en 2014, car il n’avait pas encore été opéré et possédait encore ses organes masculins.

Depuis, il réclame d’être reconnu comme la mère de sa fille, ce qui lui a toujours été refusé. Fin 2018, la cour d’appel de Montpellier lui avait finalement accordé le statut de “parent biologique”, dans un jugement inédit. Dans son avis rendu mardi, l’avocate générale auprès de la juridiction suprême soutient le même raisonnement.

“La désignation du parent dans l’acte de naissance de l’enfant (…) doit prendre en compte la réalité de l’état civil de chacun des parents”.

Encore une fois, ce sont les juges qui tordent le cou à la loi.


Chronique des cinglés à Hollywood 

Chronique des cinglés à Hollywood

John Wayne doit se retourner dans sa tombe :

Face aux critiques provoquée par le fait qu’elle envisageait de jouer le rôle d’un homme transgenre dans un prochain film, l’actrice Halle Berry s’est publiquement excusée et rétractée. [Elle] a été critiquée après avoir déclaré qu’elle voulait faire une “plongée profonde” dans “ce monde”, en parlant de la communauté transgenre, et avoir parlé du personnage au féminin.

Halle Berry a alors été accusée de discrimination par certains membres de la communauté LGBT, tandis que d’autres ont déclaré que tout rôle impliquant un personnage trans devrait être attribué à un acteur trans. La star de 53 ans s’est excusée (…)

En tant que femme cisgenre, je comprends maintenant que je n’aurais pas dû envisager ce rôle et que la communauté transgenre devrait indéniablement avoir la possibilité de raconter ses propres histoires. Je suis reconnaissante pour les conseils et les conversations de ces derniers jours et je continuerai à écouter, à m’éduquer et à apprendre de cette erreur. Je m’engage à utiliser ma voix pour promouvoir une représentation plus égalitaire à l’écran, tant devant que derrière la caméra”.

Le GLAAD, le groupe de défense des LGBT, s’est félicité de ces excuses. Il a déclaré : “Nous sommes heureux qu’Halle Berry ait écouté les préoccupations des personnes transgenres et ait appris d’elles. D’autres personnes puissantes devraient faire de même”.

  1. Collapsus  Maintenant pour faire carrière à Hollywood, plus besoin de passer dans le lit de Weinstein, il suffit de jouer le dhimmi des LGBTXYZ. C’est quand même plus simple et rapide.
  2. Clofer Celui qui joue un rôle de tueur doit donc être un assassin ?
  3. Gilles Tournier   À la condition expresse d’être parfaitement sincère, Collapsus ! L’hypocrisie étant toujours possible -vous n’imaginez pas la rouerie des blancs/hétéro/cisgenre- il faut afficher des preuves irréfutables ! Le concours des plus grosses âneries à proférer est ouvert.
  4. Gaudete   c’est quoi cisgenre et trans genre, je croyais qu’il n’y avait que le masculin et le féminin, dans certaines langues, il existe le neutre mais c’est pour désigner des choses en principe, mais là je suis soit un béotien soit un ignare. Mes petits enfants me disent bien que je suis de 1936 mais je pense que sur la vie j’en connais un peu plus qu’eux
  5. 2018 Et aussi : les rôles d’hétéros ne doivent être joués que par des heteros ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour créer une communauté solidaire,

Pour créer une communauté solidaire,

laisse-moi ton e-mail

Vous êtes bien abonné !