Géraldine Claise

LANCEUR D'ALERTES A CONTRE COURANT

Bousculez vos idées !

Qui suis-je ?

Avertissement !

J’écris simultanément des dizaines de livres dans une série que j’intitule ; Géraldine se raconte… Vu ma longue expérience j’ai énormément de choses à vous dire… car je m’étais préparée à ce plaisir de communiquer pour rendre service et me sentir utile… communiquer mes erreurs, mes réussites et mes critiques pour un monde meilleur aux âmes plus riches et plus instruites qui s’améliorent. J’ai vécu avec une intensité accrue par la curiosité et le besoin de comprendre… de disséquer et de retenir les couleurs, les odeurs et le fonctionnement même quand il est absurde… d’être au plus proche des dangers et des prises de risques pour en mesurer les émotions et les douleurs… le défaut du curieux c’est que tout l’intéresse et qu’il papillonne dans des lieux insolites ou sa présence surprend… Escorte ou P.-D.G. d’une grosse maison d’édition très spéciale j’ai développé mon âme de journaliste… j’ai fait le tour du monde, le tour de moi-même, puis j’ai appris à écrire pour vous séduire dans un genre abrupt, sincère et spontané pour vous surprendre… vous amuser, vous provoquer et vous obliger à penser différemment… c’est mon ego, contre votre ego avec les étincelles du choc qui provoque soit un feu d’artifice, soit un grand étonnement… sans l’indifférence. Vous pourrez pénétrer mon univers particulier bling, bling d’extravertie pour enrichir votre monde à vous… c’est le grand bénéfice du plaisir de lire… lire c’est remplir sa grotte d’Ali Baba de mille trésors… c’est stimuler son intelligence pour mieux se situer dans le temps et l’espace… pour se créer des montées hormonales qui stimulent le cerveau… c’est un acte sensuel !
Dans la lignée des lanceurs d’alertes je suis totalement à contre-courant de toutes les idées reçues… des idées imposées par la mafia des lobbys et toutes influences idéologiques qui s’imposent comme détentrices de la pensée dominante du camp du bien, trop tyrannique… La lumière, ce n’est, ni l’Amour, ni la Haine, mais la Raison… donc l’ouverture d’esprit sans interdit… avec spontanéité et franchise, je m’exclus de toute censure… je n’ai aucun tabou. Je suis à la fois très féminine et virile ! Car le courage n’est pas la panacée des hommes, mais des femmes ! Et la plus belle des qualités c’est de ne jamais baisser les yeux pour des compromis… d’avoir le regard juste à la bonne hauteur pour se sourire dans la glace sans défaillir. S’embrasser et dire « Je t’aime »…

Objet de passion comme de méfiance, le livre, par les controverses qu’il déclenche encore, conserve une place majeure dans l’évolution mentale. Si nous revivons son parcours on ne peut que souligner l’importance de l’écriture et de la lecture dans l’évolution de l’Homme et de sa société. La censure dont le livre fait l’objet est la preuve indéniable de son potentiel. Le « danger » comme la liberté qu’il représente vient des mots : du savoir qu’ils recouvrent, des sens et des interprétations multiples qu’ils peuvent avoir et que l’on peut en faire. Mais en aucun cas les mots ne sont des actes et ne peuvent être jugés comme tels. Ce qui crée l’injustice flagrante de la XVIIe chambre qui se permet de condamner des auteurs comme Dieudonne, Soral, Tasin, Cassen et des milliers de patriotes comme en ce moment Radu Pontocala … le pire outrage aux français étant d’attaquer même nos morts comme Ferdinand Celine…

Je vous attends !